Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.belcaire-pyrenees.com
  •  www.belcaire-pyrenees.com
  • : BELCAIRE capitale du Pays de Sault en Languedoc Roussillon. Au départ j'ai réalisé ce site pour partager les retrouvailles 33 ans après, de 17 copines, dans cette région authentique préservée en territoire cathare au pied des Pyrénées. Mais je me suis aperçu que l'Aude n'était pas assez mise en valeur, alors amoureux de cette région et la passion étant là, j'ai réalisé des reportages pour vous présenter ce département aux lieux chargés d'histoire. Ce site a pour but surtout de vous faire découvrir cette région authentique, plein de charme qu'il faut aller visiter.
  • Contact

ANNONCES-MESSAGES-ACTUALITÉS

Ils veulent vous informer !

Pour découvrir les annonces

  cliquez sur la photo

Photo pour les annonces 02

Faites Une Recherche Sur Ce Site

LIENS UTILES

En cliquant sur l'une des images ci-dessous :

1 - vous pouvez écouter Radio Montaillou en direct

 

logo 01cliquez sur le logo RADIO MONTAILLOU ci-dessus pour écouter la Radio en direct
(en cliquant sur leur site en haut à droite)
pendant que vous consultez les pages du site
 

 

 

Pour suivre la progession et connaître la position des ours dans les Pyrénées
téléphonez au 05.62.00.81.10
 
Vous pouvez m'écrire
CLIQUEZ SUR LE PETIT CHIEN ROMÉO POUR ME CONTACTER
 
 
LIVRE D'OR
cliquez sur la photo pour déposées vos marques de sympathie et pour les visionner

Gîtes dans une ancienne école place du village de Comus, village situé
sur le tracé de l'emblématique Sentier Cathare et à proximité des gorges de la Frau et de Montségur
 
Locations gîtes et chambres d'hôtes à Ignaux dans les montagnes des Pyrénées
en Haute-Ariège près d'Ax-les-Thermes
 
Hôtel Restaurant Bayle ** à Belcaire

 

Sites d'Ami(e)s

Les Amis du Sabarthez de Pierre Cortinas

 

Pour le développement du tourisme au Pays de Sault :

     l'Association le Grand Sault

 

on y trouve des renseignements intéressants sur ce site :

     Chambre d'Agriculture de l'Aude

 

Logo réduit office du tourisme du pays de sault

Office du Tourisme du Pays de Sault

Chemin départemental 613

11340 ROQUEFEUIL

Tél : 04.68.20.75.89

 

Retour à la page d'accueil

LES LIVRES CONSEILLÉS

Nouvelle Rubrique pour découvrir

des livres intéressants

cliquez sur la photo

livres conseillés

MESSAGE

15 mai 2015

 

Si le hasard t'amène, le plaisir te ramènera ! Voici la seconde partie du reportage consacré au village de Joucou et ces châteaux. Je vous souhaite une bonne découverte, laissez un commentaire si vous le désirez à la fin.

 

LE DÉFILÉ DE JOUCOU OU GORGES DE JOUCOU

En 1867, construction de trois tunnels de 40, 60 et 20 mètres de longueur, sous l'administration de monsieur Magnien préfet de l'Aude et sous la direction de messieurs Malric agent-voyer chef du département de l'Aude, Louis Fages agent-voyer de l'arrondissement de Limoux et Vacquier agent-voyer conducteur. Ce percement a rendu de grands services à la population, permettant ainsi à la route de continuer à suivre la vallée du Rébenty.

   

Le défilé de Joucou ou gorges de Rébenty comme si vous y étiez !

Plaque commémorative fixée sur la roche à l'entrée du premier tunnel du défilé.

Voici une succession de photos du passage réalisé dans la roche en 1867, ce qui a grandement favorisé les échanges et les déplacements entre le Pays de Sault et le Sud évitant ainsi un long détour.

 

 

 

Trois tunnels étroits se succèdent dans le défilé de Joucou.

 

Tunnel de Joucou

Une vue aérienne juste au-dessus du défilé de Joucou avec le piton rocheux à droite protégeant les ruines du château d'Able.

Une vue aérienne du village de Joucou jusqu'aux gorges du Rébenty que l'on voit au fond avec le plateau de Sault.

Une vue aérienne en regardant vers l'Ouest, en direction du défilé de Joucou, le village se trouvant en bas de la photo.

Le Rébenty traverse le village de Joucou

   

Le Rébenty après sa sortie des gorges il traverse le village de Joucou.

Une vue du village de Joucou en regardant vers l'Est, au fond se dresse le roc de Taffine

La D107 sortant du village de Joucou en direction de Marsa, à droite le roc de Taffine.

Le roc de Taffine (771m), à droite, on aperçoit les toits du hameau de Taffine, juste derrière se trouve les ruines du château de Castelpor.

Voici un extrait de carte IGN vous situant les trois châteaux autour du village de Joucou dont il est question ci-après.

Extrait de la carte du diocèse d'Alet les Bains datant de 1781, situant le château d'Able, le moulin à scie en face, et le château de Castelpor.

En arrivant par le défilé de Joucou, le village se trouve devant vous, et sur votre droite vous apercevez un pan de mur, c'est ce qui reste des ruines du château de Joucou.

Sur ce promontoire, situé à l'Ouest du village de Joucou, se dresse les derniers vestiges du château de Joucou.

   

A gauche, calvaire se trouvant face à l'ex colonie de vacances "le Soula". A droite, calvaire se trouvant derrière l'église le long du chemin menant aux ruines du château de Joucou.

 

LE CHÂTEAU DE JOUCOU

Le château de Joucou appartenait à la seigneurie ecclésiastique. L'abbé de Joucou était également seigneur d'Aniort, Campagna, Fontanès et d'une partie de Rodome et Galinagues. Les vestiges d'un donjon-tour rectangulaire juché sur une hauteur dominant le village au lieu dit "Le Casteillas" sont les seuls témoins de son existence. Il communiquait à vue avec les châteaux d'Able et de Castelpor. Malheureusement j'ai très peu d'informations concernant ce château, si vous possédez des éléments historiques qui peuvent compléter ce reportage, envoyez moi vos infos je les rajouterai volontier.

Un pan de mur se dresse au loin, vestige des ruines du château de Joucou vu du village.

Ce pan de mur isolé est le dernier témoin de l'existence d'un château à Joucou.

Le château de Joucou, vu côté Rébenty, des traces de murs dessinent plusieurs salles au sol.

Comme à Montaillou il ne reste pas grand chose du château de Joucou.

Je ne sais pas,  si des fouilles ont déjà eu lieu autour de ces vestiges du château de Joucou.

Pour combien de temps encore se dressera cet ultime témoin du passé.

Ruines du château du Joucou, plateforme du donjon.

Le mur vu côté Sud, des ruines du château de Joucou, permet d'observer l'appareillage de celui-ci.

Des vestiges de murs éparses délimitent partiellement l'enceinte du château de Joucou.

Pan de mur important encore debout du château de Joucou.

Ruines du château du Joucou, terrasse côté montagne.

Ruines du château du Joucou, des appareillages de soubassement de murs sont encore bien visibles.

 

Une vue aérienne des ruines du château d'able sur son éperon rocheux, difficile d'accès.

La route en direction des ruines du château d'Able, l'entrée du défilé de Joucou.

 

LE CHÂTEAU DU RÉBENTY ou D'ABLE

Juché à 846 mètres d'altitude à l'extrémité de la crête du "Soula", le château communiquait à vue avec ceux de Belvis et de Joucou. C'est vraisemblablement pour défendre le passage stratégique entre la vallée du Rébenty et le plateau de Sault qui conduisait au Donnezan que fut construit le château.

Le château d'Able ou de Saint Jacques d'Able perché sur un haut rocher de la rive gauche du Rébenty, protégeait la communauté de Joucou et son monastère. Ce rocher surplombe d'une hauteur de 300 mètres les trois tunnels, la route et le ravin des gorges de Joucou.

Fédié disait que le château d'Able était une ancienne tour wisigothe. Ce château avait, avait comme celui de Belvis, la forme d'un rectangle tracé sur la crête d'un roc. Les aménagements de défense consistaient dans le chemin d'accès avec deux ou trois portes fortifiées, du côté de l'Ouest. Avec ce qui restait des murs dans les années 1940 on pouvait encore suivre le plan. Il y a 75 ans, d'après le témoignage de l'abbé Moulis, on pouvait discerner son plan rectangulaire mesurant six mètres sur douze et trois murs parallèles formant un accès en chicane.

Le village de Joucou vu des ruines du château d'Able

Au sommet de ce piton rocheux, les ruines du château d'Able, dont on distingue quelques vestiges de pans de murs.

Ruines du château d'Able

La forteresse d'Able ou Aples située sur le territoire de la commune de Joucou, est vraisemblablement d'origine wisigothe V ème - VII ème siècle. Le château d'Able ou de Rébenty comme on l'appelait au X ème siècle, faisait partie du fief des comtes du Razès. Jusqu'au X ème siècle donc, il était désigné sous le nom de Rébenty, inféodé par un seigneur du même nom dont les traces sont conservées dans deux actes l'un de 1124 où figure Guillaume de Rébenti (Guillelmus de Rebentino) il était parmi les nobles qui se soulevèrent en 1124 contre Bernard Aton, l'autre de 1183 où est signalé Pierre Bernard de Rébenti comme témoin dans un acte consenti par Roger comte de Razès.

Les ruines du château d'Able au sommet de ce piton rocheux (flèche rouge).

Zoom sur ce piton rocheux avec au sommet le château d'Able

On aperçoit au sommet les ruines du château d'Able

Les ruines du château d'Able apparaissent derrière les arbres

   

A gauche, on aperçoit à travers la végétation, les pans de murs du château d'Able. A droite, apparaît un des soubassements de ces murs.

Appareillage d'un des murs du château d'Able

   

Vestiges de murs d'enceinte du château d'Able envahies par la végétation

La plateforme à l'intérieur de l'enceinte du château d'Able.

Le terrain très abrupt, les ruines sont justes au-dessus de nous.

Au début du XIII ème siècle, pendant la croisade contre les Albigeois, les lieutenants de Simon de Montfort investirent le château. Ses terres et son moulin furent compris dans l'apanage de Lambert de Thury. Able, forteresse royale, résista aux incursions espagnoles lors des luttes entre Louis XI et l'Aragon.

A dater du XIV ème siècle, le château de Rébenti fut appelé le château d'Able. Il appartenait, deux cents ans plus tard, à un seigneur du nom de Nègre d'Able.

Ce château succomba en 1572 devant les attaques des calvinistes et fut détruit.

Le défilé de Joucou menant au château d'Able

Le premier tunnel des gorges de Joucou en direction du château d'Able.

Quatre tunnels se succèdent dans les gorges de Joucou, route étroite longeant le Rébenty.

Les tunnels des gorges de Joucou.

La famille de Nègre l'acheta aux commissaires du roi dont la descendance conserva le titre de sieurs d'Able (Archives du château de Niort).

Jean de Nègre est investi de la charge de bailli de Sault en 1594 et en 1608. Cet office, exercé par son aïeul Antoine de Nègre et son fils Pierre, était héréditaire dans la famille et se conserva dans la branche aîné de Jean, sieur d'Able.

En 1600, Jean de Nègre acheta aux commissaires du roi délégués à l'aliénation des petits domaines, le château ruiné d'Able et ses dépendances, dans le consulat de Belvis, ainsi que la montagne de Lacam ou Pénicas au consulat de Niort. C'est comme cela, par suite de cet achat, que les titres de sieur d'Able et de Lacam passèrent dans sa famille.

 

Jean de Nègre épousa Marie Serda de Chalabre ils eurent 4 enfants :

                - Pierre de Nègre, sieur d'Able, bailli lui aussi de 1590 à 1675, qui suit ;

                - Antoine de Nègre, prêtre, précenteur à la collégiale de Saint-Paul-de-Fenouillèdes ;

                - Jean François, prêtre, curé de Belcaire de 1639 à 1671 ;

                - Françoise, épousa Jean Jacques de Couderc, sieur de Cazelles.

On pense, que Paule de Nègre mariée à Philippe de Niort, ainsi que Charles et Louis de Nègre habitant Caudiès, sont des enfants de Jean.

Pierre de Nègre, bailli, fut marié deux fois. De son premier mariage il eut cinq enfants, dont César de Nègre, chevalier d'Able. De son second mariage avec Marguerite du Bousquet, il eut cinq autres enfants.

La seigneurie d'Able tomba dans l'escarcelle de Jean Thimoléon de Nègre premier fils du premier mariage de Pierre de Nègre.

Jean Thimoléon de Nègre né en 1629 mourut en 1703. Il avait épousé en 1665 Marie Anne de Corneille ou Cornille fille du notaire Jean Corneille d'Aunat. Elle décèdera en 1692. De ce mariage naquît douze enfants, dont François de Nègre qui épousa en 1704 Toinette Gaichier de Roquefeuil, il mourut en 1721. Elle décèdera en 1724. De ce mariage naquît seulement une fille en 1713 : Marie de Nègre d'Able.

Les biens de cette famille de Nègre d'Able seront par la suite transmis par testaments à diverses nièces et ce fut l'extinction de cette branche de Nègre.

Il ne reste de ses ruines aucun élément architectural caractéristique. Le château d'Able protégeait une communauté blottie sous ses murs près de la rivière et dont les ruines sont encore visibles. Les murs de deux maisons qui la composaient ont encore 2 à 3 mètres de haut. La dernière famille qui l'occupa disparut en 1914. Il est probable que le village fut reconstruit au pied du rocher près de l'eau après avoir subi le même sort que celui du château au XVI ème siècle.

Sur la rive opposée, subsistent encore les ruines d'un moulin farinier mentionné dès le X ème siècle transformé en "moulin à scie" au XVIII ème siècle et celles d'une église placée sous le vocable de Saint-Thomas en 873.

Certaines forteresses furent rasées pendant les guerres dé religion, et d'autres lors des incursions espagnoles des XV ème et XVII ème siècles. Si le plus souvent, les communautés rurales ont subsisté à proximité de l'ancienne forteresse, certaines ont été complètement abandonnées comme Able, Gesse (voir le reportage sur Bessède de sault), Dournes, et Castelpor.

 

 

Une vue aérienne des ruines du château de Castelpor

Extrait de carte IGN vous situant les ruines du château de Castelpor par rapport au village de Joucou.

 

LE CHÂTEAU DE CASTELPOR

La forteresse de Castelpor ou Castelpore, Castelport est, elle aussi située sur le territoire de la commune de Joucou.

Castelpor (Castrum Porti, château de passage), ce château d'origine wisigothe, fut inféodé aux comtes du Razès, vers 845. Castrum-por ou Castrum porrum est cité du IX ème au XVII ème siècle dans les archives communales de Belvis.

Situé sur la rive droite du Rébenty en face du village de Marsa il gardait le défilé, comme son nom l'indique.

 

Ce riche fief comprenait alors : Marsa, Quirbajou, le village d'Altozoul aujourd'hui simple métairie et une grande partie de la forêt de Fanges. En 994 Bernard Odon de Niort donne ce château à sa femme (Inventaire Roques), ainsi que celui d'Aniort et de Belfort.

Castelpor était bâti à mi chemin entre les villages de Joucou et de Marsa, sur un rocher se détachant de la vallée, lui aussi défendait un passage traversant la vallée pour aller de la plaine de Sault au Donnezan par Aunat.

Vers 1080, hommage des châteaux d'Aniort et de Castelpor, rendu par Guillaume, fils de Névié, à Ermengarde, vicomtesse femme de Raymond Bernard de Trencavel.

En 1152 le seigneur de ce fief n'était autre qu'un des membres de la famille d'Aniort qui prêta serment de fidélité à Raymond de Trencavel, comte du Razès, fils de la princesse Cécile de Provence.

Ce serment de fidélité fut renouvelé quelques années plus tard quand le fils de Raymond Trencavel eut à lutter contre le comte du Roussillon et de Barcelone qui avait envahi le pays de Fenouillèdes et qui voulait s'emparer du pays de Rhedez.

 

En décembre 1175, Roger, vicomte de Béziers reçoit l'hommage des seigneurs d'Aniort, Belfort et Castelpor.

Autre hommage rendu à Raymond de Trencavel en mars 1177, par Raymond d'Aniort, d'Othon d'Aniort son fils, de Pierre d'Aldedune et de Guillaume d'Aniort fils d'Ermecens.

En 1240, Gerault d'Aniort l'offre en gage au roi, mais il ne lui sera pas rendu. Vers 1244 le roi y fit tenir garnison : Bernard d'Erali la commandait avec trois sergents d'armes (Histoire Général du Languedoc, Tome 8, col. 1452).

En 1159, le seigneur feudataire de Castelpor prêta serment de fidélité pour le château, à Raymond de Trencavel, son suzerain. Il était de la famille d'Aniort, au moment de la croisade albigeoise, le château fut assiégé par les armées de Simon de Montfort. Le roi, après sa soumission, en reçut livraison des mains de son seigneur et la forteresse, devenue place royale, eut une garnison de trois sergents d'armes (Servientes) après 1256.

 

En 1342, Bernard de Castelpor, damoiseau et son frère, prêtèrent leur concours au roi de France pour combattre les Anglais. En 1370, Pierre de Castelpor fut fait capitaine à Narbonne par le vicomte Aymery.

Au cours du XIV ème siècle Castelpor résista aux attaques espagnoles mais pas à celles de la deuxième invasion. Lors des luttes entre Charles VIII et Ferdinand le Catholique, roi d'Aragon, il fut détruit en 1496 par les armées espagnoles qui ravagèrent le pays de Sault. Ne subsistent aujourd'hui que quelques restes de murs.

 

Si nous remontons à 1594, nous trouvons dans les recherches du diocèse d'Alet un sieur de Plaigne, seigneur de toute juridiction de Marsa et Quirbajou. Son héritière, Anne de Plaigne, en 1667 (acte notarié à Belcaire), s'intitule seigneuresse de Marsa, Quirbajou et Castelpor. Anne de Plaigne était mariée à Guy de Fau, comte de Pibrac, et la seigneurie de Castelpor passa dans cette famille ; elle dut la garder jusqu'à son extinction. En 1748 (acte notarié à Aunat), on y trouve François de Durfort, comte de Pibrac.

Voici quelques photos du village de Joucou :

Photo prise de l'église, la montée.

Le village vu depuis l'oratoire Notre Dame du Rébenty.

Le pont sur le Rébenty permettant l'accès au centre du village de Joucou.

Le pont sur le Rébenty permettant l'accès au centre du village de Joucou.

Joucou, les berges du Rébenty.

La mairie du village de Joucou.

Joucou, la rue principale, la montée vers l'église.

Joucou, la rue principale, la montée vers l'église.

Joucou, la rue principale, la montée vers l'église.

Joucou, la rue principale, la montée vers l'église.

   

A gauche, Joucou vu des ruines du château. A droite, la rue étroite du cloître.

Joucou, vu des ruines du château.

Joucou, place du cordonnier.

Joucou, porte du parc ou de l'abbatiale ?

Joucou, rue de la mairie.

Joucou, la rue du cloître, on aperçoit les ruines de l'abbatiale derrière.

L'église de Joucou.

Place devant l'église de Joucou, sur la droite de l'église, la route menant aux ruines du château.

Joucou, le long de la D107 en direction de Marsa avec au fond le Roc de Taffine (771m).

 

Comme à l'accoutumée, voici quelques photos anciennes :

Le village de Joucou en 1900

Zoom sur la photo ci-dessus, le village de Joucou en 1900

Sortie du village de Joucou en direction du défilé en 1900

Le village de Joucou en 1950

Le village de Joucou en 1900, le pont sur le Rébenty, l'école et la mairie.

Le village de Joucou en 1900

Les gorges de Joucou en 1900, en allant vers Niort de Sault.

  

Deux photos des tunnels des gorges de Joucou  en 1900, l'une d'elle est animée.

Les gorges de Joucou, le même endroit que la photo ci-dessus mais en 1965.

Les gorges de Joucou en 1900 en remontant vers Belfort sur Rébenty.

Les gorges de Joucou en 1900

Les deux tunnels des gorges de Joucou en 1900

Les tunnels des gorges de Joucou en 1900

   

Le premier tunnel des gorges de Joucou en 1900

   

A gauche, une vue générale des gorges de Joucou en 1900. A droite, le bâtiment de la colonie de vacances "Le Soula" se trouvant à l'entrée du village de Joucou, ici en 1950.

   

Le premier tunnel des gorges de Joucou, la photo de gauche en noir et blanc date de 1950 et celle en couleur de 1960.

   

Les gorges de Joucou, la photo de gauche date de 1960 et celle de droite de 1970.

 

Références bibliographiques : Recherches dans des archives diverses, bibliothèques en ligne, ouvrage de l'abbé Moulis et divers ouvrages publiés aux éditions ACCES, voir leurs publications  ICI.

 

Ainsi se termine ce reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact :  jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

  

Julie logo juillet 2014 495x350

 

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre - dans DÉCOUVERTE
commenter cet article

commentaires

wang 29/11/2016 14:29

très jolis photos, merci pour ces renseignements.

Jean Chevalier 05/01/2016 11:24

Je ne connaissais pas le Pays de Sault, ...je me l'imaginais...comme vous le racontez si bien. Merci pour ce beau blog ; c'est un régal pour les yeux et le cœur.

HEREDIA ANDRE 05/01/2016 11:23

Merci pour ce beau reportage sur la vallée du Rébenty, j'ai passé 12 ans au centre de vacances du Soula à Joucou sans compter les séjours à Belcaire pour découvrir ce beau Pays de Sault.
André HEREDIA / LACANAU 33680

puig marie carmen 04/09/2015 20:40

bonsoir, nous devons passer quelques jours à Joucou, et je suis heureuse de découvrir ce site grâce a votre reportage photos magnifique, il me tarde d'y aller, merci.

MPaz Latorre 05/07/2015 23:49

Bonjour,
J'ai découvert ce site à travers de Pinterest et je suis frappée de la similitude du défilé de Joucou avec le canyon d'Añisclo qui est près du village où j'habite, Laspuña (Huesca. Esapagne). Le canyon d'Añisclo fait partie du Parc national des Pyrénées espagnoles. Il y a un défilé qui ressemble extraordinairement à celui de Joucou. Ce défilé fait 7km et il ya aussi des tunnels. Il a été percé après la guerre civil espagnole et fait en général par les prisonniers de guerre, c.a.d, les républicains.

Eric Masy 23/05/2015 16:29

Il était impossible, une fois tombé sur ton blog, de ne pas être impressionné par l'immense et formidable travail que tu as déjà effectué !! Je suis aussi perfectionniste que toi, aussi ai-je fortement apprécié ton oeuvre !!
Je voulais te laisser ce message pour te remercier de partager ta passion, d'en faire profiter tes semblables. Personnellement, je suis en train de créer un "book" à titre privé sur tout ce qu'il y a à visiter dans l'Aude, afin de le mettre à disposition de futurs locataires d'une maison que ma compagne (et bientôt épouse) avons acheté près de Carcassonne. Je crée des cartes thématiques (abbayes et châteaux, villes et villages, enfants et distractions, curiosités, dates et événements...) et y place des logos reliés par une ligne à une légende reprenant un numéro et le nom du site. Les feuilles suivantes reprennent, par numéro, un descriptif complet du site à visiter accompagné de quelques photos, de la distance à parcourir et du temps de voyage à partir du gîte, ainsi que les horaires d'ouverture Cependant, lorsque c'est possible (j'entends lorsque tu en as fait un reportage), j'indiquerai maintenant également un lien vers la page de ton blog...
Tu es un type formidable. Sans doute le sais-tu et l'ignores-tu par modestie, mais il fallait que je te le dise ;°))
Bien cordialement,
Eric Masy - Nivelles - Belgique

henri-basile 16/05/2015 12:04

Je suis toujours émerveillé de ce que fut notre petit Pays de Sault dans les années 1900, avec tous champs cultivés ses pâtures splendides, on y devine l'activité et la population qui y résidait.....à nostalgie.......
et bravo aux courageux qui sont montés au château d'Able pour nous faire partager ces photos du lieu.

J L 15/05/2015 20:38

Merci pour ce Reportage Photo superbe

Mamminic 15/05/2015 16:12

Un très joli reportage. Merci de transmettre ainsi l'amour de votre région. J'ai mis sur ma page facebook votre article en lien.

JEAN-PIERRE GEORGES 15/05/2015 14:51

photos et reportage magfnifiques.

Michèle BONNAURE 15/05/2015 13:58

Merci de ce reportage sur JOUCOU; ma famille y est en partie enracinée: un cousin , Julien FRATERLI, y fut facteur.
Je me souviens, il y a une trentaine d'année, avoir vu, sur letrajet du défilé de Joucou, une pancarte manuscrite ainsi libellée : "Défense de doubler. Les survivants seront poursuivis !" . Un homme averti ...
Cordialement,