Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.belcaire-pyrenees.com
  •  www.belcaire-pyrenees.com
  • : BELCAIRE capitale du Pays de Sault en Languedoc Roussillon. Au départ j'ai réalisé ce site pour partager les retrouvailles 33 ans après, de 17 copines, dans cette région authentique préservée en territoire cathare au pied des Pyrénées. Mais je me suis aperçu que l'Aude n'était pas assez mise en valeur, alors amoureux de cette région et la passion étant là, j'ai réalisé des reportages pour vous présenter ce département aux lieux chargés d'histoire. Ce site a pour but surtout de vous faire découvrir cette région authentique, plein de charme qu'il faut aller visiter.
  • Contact

ANNONCES-MESSAGES-ACTUALITÉS

Ils veulent vous informer !

Pour découvrir les annonces

  cliquez sur la photo

Photo pour les annonces 02

Faites Une Recherche Sur Ce Site

LIENS UTILES

En cliquant sur l'une des images ci-dessous :

1 - vous pouvez écouter Radio Montaillou en direct

 

logo 01cliquez sur le logo RADIO MONTAILLOU ci-dessus pour écouter la Radio en direct
(en cliquant sur leur site en haut à droite)
pendant que vous consultez les pages du site
 

 

 

Pour suivre la progession et connaître la position des ours dans les Pyrénées
téléphonez au 05.62.00.81.10
 
Vous pouvez m'écrire
CLIQUEZ SUR LE PETIT CHIEN ROMÉO POUR ME CONTACTER
 
 
LIVRE D'OR
cliquez sur la photo pour déposées vos marques de sympathie et pour les visionner

Gîtes dans une ancienne école place du village de Comus, village situé
sur le tracé de l'emblématique Sentier Cathare et à proximité des gorges de la Frau et de Montségur
 
Locations gîtes et chambres d'hôtes à Ignaux dans les montagnes des Pyrénées
en Haute-Ariège près d'Ax-les-Thermes
 
Hôtel Restaurant Bayle ** à Belcaire

 

Sites d'Ami(e)s

Les Amis du Sabarthez de Pierre Cortinas

 

Pour le développement du tourisme au Pays de Sault :

     l'Association le Grand Sault

 

on y trouve des renseignements intéressants sur ce site :

     Chambre d'Agriculture de l'Aude

 

Logo réduit office du tourisme du pays de sault

Office du Tourisme du Pays de Sault

Chemin départemental 613

11340 ROQUEFEUIL

Tél : 04.68.20.75.89

 

Retour à la page d'accueil

LES LIVRES CONSEILLÉS

Nouvelle Rubrique pour découvrir

des livres intéressants

cliquez sur la photo

livres conseillés

MESSAGE

15 septembre 2016

Si le hasard t'amène, le plaisir te ramènera ! Après le reportage sur Conques-sur-Orbiel et le château des Saptes, nous restons dans le Cabardès au pied de la montagne Noire, et je vous propose de découvrir encore un superbe village : ARAGON-EN-CABARDÉS. Je ne peux que vous conseiller de visiter cette magnifique région, il y a tant de choses à voir et à découvrir. Et, c'est sans compter sur les bons vins (AOC) de pays et produits du terroir que vous offre les producteurs locaux, qui chérissent l'héritage de leurs ancêtres.

Si vous avez d'autres photos d'Aragon, je peux éventuellement compléter ce reportage, n'hésitez pas à me contacter.

J'espère que mes reportages ne vous laissent pas indifférents et qu'ils aiguisent votre curiosité, et n'hésitez pas à laisser vos commentaires à la fin de l'article, ils sont les bienvenus. Je vous souhaite une bonne lecture …

 

Le village d'Aragon en Cabardès se situe à 15 km de Carcassonne, 92 km de Toulouse, 87 km de Foix, 72 km de Narbonne, 101 km de Béziers, 160 km de Montpellier et 206 km de Cahors.

Aragon en Cabardès se situe au pied de la montagne Noire dans un magnifique secteur viticole, très belle région qu'il faut absolument visiter.

Zoom sur la carte, extrait carte IGN.

Une vue aérienne du village d'Aragon en Cabardès.

Blason du village d'Aragon en Cabardès.

Blason du village d'Aragon tel qu'il figure dans l'armorial général de France par Charles d'Hozier en 1696.

Voici trois magnifiques  panoramas d'Aragon en Cabardès.

 

 

 

Ancienne résidence d'évêques cathares, ce charmant petit village de roc et de soleil, Aragon, isolé par de profonds ravins, s'étage tel un amphithéâtre dont les maisons sont serrées en gradins au milieu d'un paysage ponctué de capitelles.

Le village d'Aragon offre aux yeux du touriste l'aspect le plus pittoresque. Orienté au Midi, toutes les fenêtres de ses maisons sont largement ouvertes comme pour sourire aux rayons d'un bienveillant soleil. Il domine les ruisseaux du Trapel et de La Valette sur les bords desquels de nombreux jardins potagers, en contrebas du village, offrent aux passants de magnifiques couleurs.

Aragon en Cabardès, au petit matin, vu de la route de Villegailhenc.

Aragon en Cabardès, au Sud, vu de la route de Pennautier D203.

Aragon en Cabardès, traversée du pont enjambant le ruisseau de La Valette et à droite la rue de la mairie.

Aragon en Cabardès, à gauche on aperçoit les deux tours carrées du château, et à droite, le clocher de l'église Sainte-Marie.

Aragon en Cabardès, vestiges du moulin de Vignore.

Aragon en Cabardès, vu de la route de Pennautier D203.

Aragon en Cabardès, coté Nord. 

Aragon (Argon en occitan). La commune est également appelée Aragon-en-Cabardès, mais cette appellation n'a qu'un simple caractère d'usage.

Ses habitants sont les Aragonais(es). En 2013, la commune comptait 421 habitants. En 1821, la commune connaissait son plus fort taux de population avec 708 habitants.

Aragon est situé à 9 km de Conques-sur-Orbiel, à 13 km de Carcassonne, à 15 km d'Alzonne et à 18 km de Saissac.

Aragon situé à 15 minutes de Carcassonne, est au cœur du vignoble du Cabardès, la nouvelle AOC du Languedoc. Sentier botanique, circuits pédestres et VTT vous mèneront à la découverte des "capitelles", cabanes en pierres sèches, sur des plateaux calcaires couverts de garrigue. Au sein du village fortifié, découvrez le prieuré, l’église gothique et ses bois peints du XIIIème siècle, la façade du château seigneurial, le musée des vieux outils vignerons, l’espace "Pierre Sèche et Architecture Rurale", ainsi que les stèles discoïdales dans le jardin du curé.

Le toponyme d'Aragon vient probablement de l'endroit qui a conservé à travers son nom le souvenir d'un certain Arago qui aurait possédé là un vaste domaine agricole au premier millénaire. Aragon pourrait être une Aragonis terra (terre d'Arago). La forme du nom s'explique par le fait que les noms propres se déclinaient aussi en latin. Pour être complets, il existe une autre théorie étymologique qui veut que le village tienne son nom de la province d'Aragon en Espagne qui, au haut Moyen-Âge, exerçait son autorité sur la région.

Aragon en Cabardès, la tour aux colombes, impasse près de la place Hiero Dal Col.

 

Aragon en Cabardès, à gauche, la tour aux colombes. A droite, la côte de pech Marie (cliquez sur les photos pour les agrandir).

  

Aragon en Cabardès, à gauche, rue de la mairie et rue du Rocher. A droite, passage voûté rénové, (cliquez sur les photos pour les agrandir).

Aragon en Cabardès, rue du Paro où se trouve le château au fond.

Aragon en Cabardès, la côte de pech Marie.

Aragon en Cabardès, la rue du Rocher, qui monte vers l'église.

Le village d'Aragon a la partie Nord en bordure du ruisseau du Trapel, bâtie sur un mur rocheux datant de la période lutétien supérieur, d'une hauteur de 15 à 30 mètres. Ce mur naturel servit de défense au château du moyen-âge qui s'élève sur le point le plus culminant.

La commune d'Aragon appartient au canton d'Alzonne. 

Le village est cité dans les documents dès 1126 et 1203 et le château dès 1287. Aragon comme beaucoup d'autres villages de la région, a eu à souffrir des guerres de Religion. 

La forteresse qui protégeait jadis Aragon, construite vers 1126, sur un mamelon isolé, était fort bien placée et sa situation en faisait un point inexpugnable

Ses antiques remparts qui ont pendant de longs siècles subis d'incessantes transformations, ne conservent plus aujourd'hui, que quelques traces de l'architecture militaire des XVIème et XVIIème siècles.

Aragon en Cabardès, vu du Sud route de Pennautier D203.

Aragon en Cabardès, zoom de la photo précédente.

Au Xème siècle, Aragon appartenait à l'abbaye de Montolieu elle-même sous la dépendance de l’abbaye de Caunes-Minervois. C'est à partir du début du XIIème siècle, que l'on trouve trace des seigneurs d'Aragon. Au début du XIIe siècle, les premières chartes des seigneurs d’Aragon apparaissent : Guilhem Roger est le premier membre connu de ce lignage. Dans les années 1126-1127, et en récompense de ses loyaux services, il reçoit du vicomte Bernard Aton Trencavel comte de Carcassonne, la garde de l’une des tours de la Cité de Carcassonne.

En 1255, lettres du roi Saint-Louis, par lesquelles il mande au Sénéchal de s'enquérir de la terre qui avait appartenu à Peteuin de Aragon (trésor des chartes du roi, cité de Carcassonne).

Plus tard, en 1269, Pierre d'Aragon, restant fidèle au Saint-Siège, se joignit à Simon de Montfort pour s'emparer des châteaux de Montréal et de Fanjeaux.

Les seigneurs d’Aragon sont largement possessionnés, ils possèdent alors de vastes domaines. Leurs biens s’étendent depuis la vallée du Fresquel jusqu’aux contreforts de la Montagne Noire. Leurs revenus sont multiples, liés à l’exploitation forestière, aux mines, aux droits de pacage. Ils ont tissé des liens privilégiés avec l’abbaye voisine de Montolieu et, plus généralement, avec le clergé. Mais, ils sont également acquis à la cause cathare comme en témoignent les dépositions faites devant les Inquisiteurs. La famille d’Aragon parait résider dans le village et assister aux prêches cathares. Cette dernière est souvent évoquée à propos du catharisme languedocien et de la croisade contre les hérétiques. 

La famille d’Aragon, suspectée d’hérésie, fut dépossédée de ses biens par l'Inquisition, mais en recevant toutefois un dédommagement financier. Son fief fut alors partagé entre le domaine royal et l'évêché de Carcassonne mais, même sans la protection des seigneurs, le catharisme perdurera à Aragon, y compris de façon clandestine.

Ces seigneurs pâtissent aussi de leur homonymie avec le royaume d’Aragon, qui entraîne parfois une certaine confusion ou des erreurs d’identification. On évoque la venue dans cette localité de l’évêque cathare, Bernard de Simorre (2ème évêque cathare au début du XIIIème siècle, il participe à une conférence contradictoire avec les légats du pape en 1204, puis avec l’abbé de Citeaux en 1207 ; il est attesté jusqu’en 1224). Le fief d’Aragon entrera pour partie dans le domaine royal et dans le domaine de l’évêque de Carcassonne.

En 1201, transaction passée entre Pierre d'Aragon et Raymond, comte de Toulouse.

Plusieurs traités furent signés en 1229 entre le comte de Toulouse et le comte de Foix. 

  

Aragon en Cabardès, à gauche vu de la route de Pennautier D203. A droite, vu de la route de Villegailhenc D935, (cliquez sur les photos pour les agrandir).

Aragon en Cabardès, vestiges du moulin de Vignore.

En 1209, lors de la Croisade des Albigeois, Simon de Montfort bataillant et assiégeant tous les châteaux du Cabardès les uns après les autres, les seigneurs Albigeois voyant leurs forces diminuer tous les jours résolurent de demander secours au roi d'Aragon qui se trouvait alors à Montpellier, et de lui prêter foi et hommage s'il les délivrait de Simon de Montfort. Le roi d'Aragon exigea d'abord qu'on lui livrât les forteresses du Cabardès, ce qui fut refusé et mit fin aux négociations. La demande du roi d'Aragon montre quelle importance on attachait alors aux tours du Cabardès. 

Jeanne de Foix épousa avant 1331 Pierre Joseph d'Aragon.

Le XIVème siècle sera marqué par le procès dit des "Devois", désaccord opposant la communauté d’Aragon à celle de Fraisse-Cabardès quant à la propriété de terrains servant de pâturage aux troupeaux. Le litige durera, par épisodes, de 1373 à 1840, date à laquelle le tribunal de Montpellier ordonnera le partage de ces terrains entre les deux localités.

Au XVIème les luttes religieuses se déchaînèrent, le village d'Aragon fut pris en 1575 par les huguenots qui l'occupèrent, le vicomte de Paulin étant à la tête des Religionnaires. Entre temps le duc de Turenne l'avait repris en 1580, il fut encore au pouvoir des protestants le 6 octobre 1588, le seigneur se sauva par la fenêtre.

Le village connut une période de prospérité à la fin du XVIIIème siècle lorsque des métiers à tisser destinés à fournir les drapiers carcassonnais apportèrent des revenus supplémentaires à la communauté agricole. Il y avait plus de soixante métiers à tisser à Aragon à cette époque.

Aragon en Cabardès, l'église Sainte-Marie. 

 

L'ÉGLISE SAINTE-MARIE D'ARAGON-EN CABARDÈS

 

L'église paroissiale d'Aragon est dédiée à la Vierge ; la cure, autrefois, avant la révolution de 1789, était à la collation de l'évêque de Carcassonne sous le vocable de Notre-Dame de Lavoye.

L'église ogivale, basse, allongée, de style gothique primitif  languedocien repose sur les anciens remparts. 

En effet, l'église est construite sur la plateforme qui couronne le sommet de la colline où est bâti le village. Par suite de l'étroitesse et de la disposition de cet emplacement, il a été impossible de l'orienter d'une façon exacte, et son chevet se trouve à l'Est-Sud-Est. L'édifice paraît être en grande partie du 1er quart  du XIVème siècle, certaines parties des murs semblent cependant plus anciennes.

Le 17 août 1511, Pierre d'Auxillon, évêque de Carcassonne visite l'église d'Aragon.

Les dimensions principales de l'église sont : longueur de la nef 21,50 m ; largeur sans les chapelles 7,60 m ; longueur du sanctuaire 7,60 m ; largeur du sanctuaire 7,60 m ; largeur des chapelles 4,75 m ; profondeur des chapelles 2,30 m ; hauteur de la voûte de la nef  7,30 m ; hauteur du clocher 15,60 m.

  

Aragon en Cabardès, à gauche, l'entrée sud de l'église. A droite, l'église Sainte-Marie (cliquez sur les photos pour les agrandir).

Elle se compose d'une abside à cinq pans, éclairée par cinq belles fenêtres à meneaux dont les remplages forment des arcs tréflés accusant nettement le milieu de l'époque gothique. Les vitraux sont modernes. La voûte, supportée par des ogives toriques en amande et dont l'arête se termine par un méplat, donne bien la date de construction de l'édifice.

La nef est formée de quatre travées barlongues, séparées par de puissants et massifs doubleaux à profil carré. La voûte est soutenue par des ogives en pierre de forme très simple retombant sur des cul-de-lampe pyramidaux, au vu de la forme de ces culs-de-lampe, il semble que la voûte postérieure à la construction de la nef fut construite au XVème siècle.

Aragon en Cabardès, l'église Sainte-Marie, l'accès au parvis Nord.

Aragon en Cabardès, l'église Sainte-Marie, le parvis Nord.

En septembre 1890, fut démolie une ancienne sacristie voûtée. On prétend qu'elle n'avait aucun caractère architectural. Une nouvelle sacristie fut construite entre deux contreforts de l'abside, côté méridional. Le plan des travaux signale sur cet emplacement un ancien mur de l'enceinte fortifiée qui se soudait au premier contrefort d'angle de l'abside et s'éloignait vers le Sud (Arch. de l'Aude, Fonds communaux V2).

Une importante restauration a fait découvrir une charpente peinte au début du XIVème siècle (voir photos ci-après).

 

Aragon en Cabardès, l'église Sainte-Marie, porte la plus ancienne avec sa croix de pierre (cliquez sur les photos pour les agrandir).

En1899, une porte fut percée au Midi de la première travée ; une deuxième porte en plein cintre et ancienne, s'ouvre sous un porche au Nord de la deuxième travée.

Quatre chapelles, voûtées d'ogives en pierre renforcées de formerets, s'ouvrent au Midi de la deuxième et de la quatrième travée, et au Nord de la troisième et de la quatrième. Bien que de date ancienne, elles sont postérieures à la nef.

Le clocher, placé au Sud, de la deuxième travée et surmontant une sacristie, est une tour massive à base carrée contemporaine de l'église.

Dans la quatrième chapelle, côté épître, se trouve une belle statue en bois du XVème siècle, représentant la Vierge et l'Enfant Jésus, d'un mètre vingt sept de hauteur, cette statue classée a figuré à l'exposition d'art religieux audois de Carcassonne en 1935.

Lors d'une restauration importante, une charpente peinte fut mise à jour, datant du XIVème siècle. Les corbeaux peints soutenant cette charpente furent rénovés.

 

Les corbeaux peints furent enlevés et nettoyés pour être remis en place ensuite.

Détails de ces corbeaux peints du XIVème siècle.

Détails de ces corbeaux peints du XIVème siècle.

Détails de ces corbeaux peints du XIVème siècle.

Détails de ces corbeaux peints du XIVème siècle, ici une noble dame.

Aragon en Cabardès, le prieuré et ses terrasses.

Aragon en Cabardès, l'entrée du prieuré.

Aragon en Cabardès, le prieuré et ses terrasses.

Aragon en Cabardès, nous entrons dans le jardin du curé, je vous invite sur un site reposant.

Aragon en Cabardès, les stèles discoïdales situées dans le jardin du curé. 11 stèles discoïdes ont été trouvées dans l'ancien cimetière. Elles étaient intégrées dans le mur de clôture. Un espace engazonné a été aménagé devant l'église, "l'Hort del Riton", (jardin du curé) et présente des moulages des stèles. L'une d'elles présente sur une face de son disque une forme triangulaire, pointe dirigée vers le bas. Cette représentation pourrait suggérer le soc d'une araire, appelé "relho". Sur son autre face une croix latine. La majorité des stèles porte une croix grecque évasée ou pattée.

Aragon en Cabardès, le jardin du curé.

Aragon en Cabardès, à l'ombre du jardin du curé.

Aragon en Cabardès, détails, stèle discoïdale.

Aragon en Cabardès, détails, stèle discoïdale.

Aragon en Cabardès, le jardin fleuri du curé.

Aragon en Cabardès, détails, stèle discoïdale. Cet ensemble de stèles discoïdales, paraît dater d’une période comprise entre le XIIème et le XIVème siècle.

Aragon en Cabardès, détails, stèle discoïdale.

Aragon en Cabardès, détails, stèle discoïdale.

Aragon en Cabardès, détails, stèle discoïdale.

  

Aragon en Cabardès, à gauche, photo prise du Sud-Ouest, avec le pont sur le ruisseau de La Valette. A droite, le clocher de l'église Sainte-Marie, celui-ci est éclairé par des baies en arc brisé, est caractéristique de cette architecture. Il renferme une très belle cloche du XVIIème siècle.

Aragon en Cabardès, le château au centre du village.

 

LE CHÂTEAU D'ARAGON-EN-CABARDÈS

 

Le château se trouve sur le sommet de la colline dans le prolongement et à l'Ouest de l'église. Il ne reste rien des constructions du Moyen-Âge. Cet ancien château disparut probablement à l'époque des guerres de religion. Seul, à l'Ouest, un fragment de mur d'une épaisseur d'un mètre soixante subsiste et une partie attenante du fossé, nous montrent que l'ancienne forteresse féodale couronnait tout le sommet de la colline.

Le château actuel est une construction en grande partie des XVIème et XVIIème siècles. Dans la cour intérieure, on voit encore un vieux puits du XVIIème siècle, dont la poulie est soutenue par une sorte de corbeau en forme de gargouille représentant une tête de lion. Des arcades renaissance bordent cette cour ; on y remarque aussi des traces de grandes fenêtres de la même époque. Dans l'intérieur de la maison, on voit de vieux plafonds à la française et une vaste cheminée ornée de cordelières et rubans sculptés, dénonçant l'époque Louis XVI.

Celle vieille demeure, bien que fort délabrée, conserve encore un certain cachet de noblesse. Il semble qu'elle ait été aménagée dans l'état actuel après les guerres de religion, peut-être par la maison de Maurel  qui la posséda du XVIème au XVIIIème siècle.

Aragon en Cabardès, le château au centre du village. Le château d'Aragon est inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques. Il ne reste qu'un fragment de mur de l'édifice médiéval, l'édifice actuel date de la fin du XVIème et début du XVIIème siècle.

Aragon en Cabardès, une des fenêtres du château.

Aragon en Cabardès, façade du château.

  

Aragon en Cabardès, le château. (cliquez sur les photos pour les agrandir)

 

CROIX ANCIENNE D'ARAGON-EN-CABARDÈS

Une vieille croix de chemin en pierre datant du XVIème siècle, classée par arrêté du 21 septembre 1932, se trouve au bas du village sur la place publique. Cette croix en pierre d'une facture très simple, porte d'un coté le Christ et de l'autre la Vierge. Les bras de la croix sont de section octogonale. La hauteur totale au-dessus du socle est de 2,30 m ; le bras horizontal mesure 0,70 m.

 

A VOIR AUSSI :

- L'Espace Pierre Sèche. Situé à proximité de l'église, l'Espace Pierre Sèche et Architecture Rurale (EPSAR) est un petit musée et centre d'interprétation de la pierre sèche. Des panneaux, vitrines, maquettes et film présentent l'utilisation de la pierre sèche dans l'architecture rurale.

- Le Musée des vieux outils vignerons.

- Jardin médiéval, celui-ci évoque les jardins du Moyen-Âge (XIIIème-XIVème siècle) il est situé en contrebas de la rue du Paro. Il permet de redonner un décor approprié à l’entrée de la zone haute du village, formant autrefois le castrum.

Aragon en Cabardès, vu côté Sud-Ouest.

Aragon en Cabardès, vu côté Sud-Est, en venant de la route de Villegailhenc D935.

Aragon en Cabardès, vu du côté Sud-Est.

 

LES CAPITELLES D'ARAGON EN CABARDÈS

 

Aragon en Cabardès, berger et son troupeau dans la garrigue avoisinante.

Aragon en Cabardès, capitelle au Nord-Est du village.

Aragon en Cabardès, capitelle au Nord-Est du village.

Aragon en Cabardès, capitelle au Nord-Est du village.

Aragon en Cabardès, capitelle au Nord du village.

Aragon en Cabardès, capitelle à l'Est du village.

Aragon en Cabardès, une Garenne aux environs du village.

Espace pierre sèche et architecture rurale, nous avons ici ce que l'on appelle "La Garenne", c'est une petite construction jouxtant le plus souvent une cabane, c'est un gîte aménagé pour inciter les lapins de Garenne à s'y installer. De petites galeries ont été prévues à l'intérieur lors de la construction. Elles ont une ouverture sur l'extérieur en partie basse et débouchent à l'intérieur sur un ou plusieurs puits de diamètre plus conséquent. Après avoir laissé les lapins prendre possession des lieux et y nicher on peut aisément prélever de quoi agrémenter l'ordinaire familial par un civet ou lapin rôti. Le ou les puits, habituellement fermés par une pierre plate, permettent au propriétaire, après avoir occulté les entrées de se saisir des animaux. Cette manière de procéder, respectant l'équilibre entre l'offre et la demande, a permis autrefois à une population trop souvent en manque de nourriture carnée de disposer, gratuitement, d'une ressource contrôlée et d'accès aisé.

Aragon en Cabardès, vu du Sud à partir de la route de Pennautier D203.

Aragon en Cabardès, vu du Nord.

Aragon en Cabardès, vu de la route de Villegailhenc D935.

Aragon en Cabardès, vu du Sud à partir de la route de Pennautier D203.

Aragon en Cabardès, vestiges du moulin de Vignore.

 

ARCHÉOLOGIE

- Des vestiges datant de l'Âge du Bronze (2000 av. J.-C.) auraient été trouvés dans une grotte  sépulcrale à l'aplomb du mur naturel Nord cité ci-avant. Quatre crânes et des ossements humains disséminés dans toute l'étendue de la grotte, furent découverts. La partie Est a livré un squelette presque complet couché sur le côté droit, les jambes un peu repliées sur elles-mêmes. Une mince dalle fruste de micaschiste avait été placée sur la partie supérieure du corps et recouvrait la tête jusqu'aux épaules. Le criblage des terres a donné une palette de schiste gris de 0m12 de côté, un double bouton provenant d'un galet en phyllade dont la partie médiane a été usée par polissage, 17 perles en test de cardium, six pointes de flèche en silex de formes variées, un lampania percé dé deux trous, une petite hache votive polie sur toutes ses faces longueur 40 mm et un fragment de poterie décorée par des picots rectangulaires formant des triangles sans base. Cette poterie permet au prospecteur A. Fages, de dater la sépulture de l'époque du Bronze, opinion confirmée par la présence d'un minuscule fragment très oxydé et indéterminable.

Vestiges retrouvés dans la grotte d'Aragon en Cabardès ©Ch. Boyer.

- On a découvert aussi près d'Aragon en 1820, en défonçant un champ appartenant à M. le baron Peyrusse (section D, n°427), une plaque de marbre ainsi décrite dans le Cartulaire (Mahul tome 1 page 46) : V(ivens), L(ucius), Cornel(ius). Sibi et Rutiliae Exorat(ae). Il s'agirait un fragment d'inscription funéraire gallo-romaine. Ce morceau de marbre était au fond d'une tombe formée des briques à crochet.

- Vers 1898, petites amphores furent trouvées sur le territoire de la commune d'Aragon, au terrain Bouscasse, provenant sans doute de sépultures gallo-romaines. L'une d'entre elles contenait des pièces de monnaie malheureusement égarées.

Aragon en Cabardès, vestiges de l'enceinte médiévale et fossé sec, avec une porte d'accès au castrum. Sur ce lieu il y a aussi un jardin médiéval. 

Aragon en Cabardès, vestiges de l'enceinte médiévale et fossé sec.

Aragon en Cabardès, vu côté Est.

La campagne et vignobles entourant Aragon en Cabardès.

Panorama vu d'Aragon en Cabardès.

Aragon en Cabardès, et la chaîne pyrénéenne au fond.

Aragon en Cabardès, vu côté Ouest, du chemin de la Moulinasse.

Aragon en Cabardès, vu côté Sud-Ouest.

D'Aragon en Cabardès, on aperçoit le pech de Bugarach sur la droite.

Aragon en Cabardès, côté Sud.

Aragon en Cabardès, vu côté Sud, de la route de Pennautier D203. Photo prise en HDR (high dynamic range).

Le château d'Aragon en Cabardès.

 

LES SEIGNEURS D'ARAGON-EN-CABARDÈS

 

- En avril 1126, Guillaume Roger d'Aragon est au nombre des châtelains de Carcassonne, qui jurent fidélité à Bernard Aton, vicomte, à Cécile, vicomtesse, et à ses enfants (archives du château de Foix). Ce Guillaume Roger d'Aragon on le retrouve dans plusieurs actes : en février 1136, en novembre 1136, en avril 1144 où il rend hommage à Roger de Béziers, en 1153 où Guillaume d'Aragon et Roger son frère, signent à un Plaid sur les différents entre les seigneurs de Cabardès et Raimond de Trencavel, comte de Carcassonne, lequel se retient la suzeraineté du château d'Aragon, jusqu'en 1184 Guillaume Roger d'Aragon figure sur des actes.

- Ensuite en décembre 1191, ses frères gèrent la seigneurie, Eléazar d'Aragon aîné, Arnaud d'Aragon, Pierre d'Aragon, sont du nombre des chevaliers de la vicomté de Carcassonne, réunis à Sausens et jurent fidélité à Raymond Roger fils de Roger, vicomte de Béziers

- En 1209, un seigneur du pays, nommé Pierre d'Aragon rejoint la suite du Légat du Saint-Siège et contribue à la reddition de Montréal et de Fanjeaux à Simon de Montfort.

- En 1236, Guillaume d'Aragon, fils de noble Pierre d'Aragon, acquiert, de l'abbé de Montolieu, un fief à Villardonnel.

- En 1243, Bernard d'Aragon concourt à une sentence arbitrale entre l'abbé et les habitants de Montolieu, touchant la ruine de cette ville par Trencavel.

- En 1247, vente par le Sénéchal de Carcassonne à l'abbé de Montolieu, des biens autrefois possédés, à Ventenac, Villardonnel, Bordes, Ressabitz et Serieys, par Pierre d'Aragon et ses fils, Guillaume et Elzéar d'Aragon, confisqués pour cause d'hérésie.

- Décembre 1249, Roger d'Aragon, fils de feu Roger d'Aragon, est nommé parmi les barons et les chevaliers de la province du Languedoc, dans l'acte de serment de fidélité prêté à Alfonse, comte de Toulouse, et à Jeanne, sa femme ; acte qui amena la réunion du comté de Toulouse à la couronne de France.

- En 1273, procédure concernant les biens confisqués à Roger et Arnaud d'Aragon, faydits.

- En 1378, on trouve un Bernard Textoris, coseigneur d'Aragon.

- En juillet 1414 et septembre 1421, sont cités Bernard Boërij, chevalier, fils et héritier de Pierre Boërij, coseigneur d'Aragone et de Montéclaro.

- En 1453, Arnaud Dax, acheta la seigneurie d'Aragon à noble Guillaume Mathieu seigneur de Villegly et d'Aragon.

- En 1467, échange fait en Mathieu de Grave, seigneur d'Aragon et de Félines, d'une part, et Bernard de Corsier, seigneur de Cesseras, pour la place d'Aragon et ses dépendances.

- En 1477, noble Mathieu de Grave, seigneur de Malves, d'Aragon et de Félines, épouse Perrette de la Jugie.

- En 1582, Jacques de Grave est seigneur de Villegly et d'Aragon.

- En 1647, Jean Antoine Capriol est seigneur d'Aragon.

- En 1663, David de Chateauverdun est seigneur d'Aragon.

 

LA FAMILLE DE MAUREL SEIGNEURS D'ARAGON-EN-CABARDÈS :

Blason de la famille de Maurel.

Blason, armes d'Aragon : "Porte d'azur a un chevron d'or, accompagné de trois molettes de même, 2 et 1", ces armes sont identiques à celle de Bernard de Beaumont originaire de Flandre (Armorial général de France - Charles d'Hozier 1696).

- Le 5 juin 1540, des jugements sur la noblesse du Languedoc, François Maurel est cité comme coseigneur d'Aragon.

- Jean Maurel, seigneur d'Aragon, acquéreur de trois seigneuries, testa le 15 juin 1562. Il avait épousé en 1560, Géraude de Saint-Martin, fille de Pierre. Ils eurent pour enfants :

         - Pierre Ier de Maurel, qui suit ;

         - Jean Maurel, seigneur de Villarlong qui ne fut point marié.

- Pierre Ier de Maurel, seigneur d'Aragon, Raissac, Roquefère, Villarlong et autres lieux, anobli par lettres royales enregistrées en la cour, testa le 19 septembre 1622. Il avait épousé, le 3 septembre 1580, Catherine de Franc, fille de Jean, seigneur de Cahuzac. Ils eurent pour enfants :

         - Bertrand de Maurel, qui suit ;

         - Éléonore de Maurel, mariée le 1er avril 1607 à Jean de Voisins, seigneurs d'Alzau et de Pezens ;

         - Marquise de Maurel, mariée avec le seigneur de Cuq, en Albigeois, près de Castres.

- Bertrand de Maurel, testa le 10 février 1654. Il avait épousé Françoise de Roquefort de Marquein, fille de Jean-Sébastien et d'Antoinette de Vézins. Ils eurent pour enfants :

         - Sébastien de Maurel, qui suit ;

         - Jean-Scipion de Maurel, chevalier de Malte en 1650 ;

         - Jacques de Maurel, seigneur de Montpeiroux, jugé noble le 4 janvier 1669.

- Sébastien de Maurel, seigneur d'Aragon et de Raissac. Il épousa le 16 juin 1665, Diane de Beaux-Hostes, fille des seigneurs d'Aiguesvives, en Minervois. Ils eurent pour fils :

- Pierre II de Maurel, vicomte d'Aragon, reçu page du roi en janvier 1672, puis aide de camp de M. de Schomberg, vivait encore en 1703.

La descendance masculine de la famille de Maurel s'étant éteinte, la terre d'Aragon passa par mariage, avec son nom et ses armes, dans la famille de Bancalis de Pruines

 

LA FAMILLE DE BANCALIS DE MAUREL SEIGNEURS D'ARAGON-EN-CABARDÈS :

Blason de la famille de Bancalis de Maurel.

Blason, armes d'Aragon : "Écartelé aux 1 et 4 d'azur à l'aigle d'or, qui est de Bancalis ; aux 2 et 3 d'azur au chevron d'or, accompagné de 3 étoiles d'argent, qui est de Maurel".

Blason de la famille de Bancalis de Maurel, visible sur la façade du château d'Aragon.

- Jean-Louis-Henri Bancalis de Maurel, marquis d'Aragon, né à Aragon (Aude).

Cette famille de Bancalis de Maurel d'Aragon est une famille de la noblesse française actuellement subsistante. Originaire du Rouergue, on la retrouve aussi en Languedoc et en Albigeois.

De cette famille sont issus des officiers supérieurs, un officier général, des membres de la maison militaire du roi, un pair de France, des royalistes qui se mêlent à des actions de chouannerie en Aveyron, des hommes politiques, des hauts fonctionnaires dont des diplomates, des hommes de lettres, des notables, etc. Plusieurs d'entre eux sont décorés de différents ordres.

 

Au XIXème siècle, une fille de cette famille est mariée avec le frère du ministre Decazes et elle tient un rang important dans le département du Tarn.

Cette famille porte un titre régulier de baron depuis 1819. Ses autres titres de noblesse sont de courtoisie.

La famille de Bancalis de Maurel d'Aragon a pour patronyme d'origine Bancal. Ce patronyme est mentionné en Rouergue dès le XIIIème siècle, où elle possédait la terre de Pruines, près de Rhodez, depuis plus de deux cent ans. Celle d'Aragon, qu'elle a eue par alliance avec la famille Maurel qui la possédait sous le titre de vicomté.

Il y a deux interprétations sur l'origine de la noblesse de cette famille :

Celle de Régis Valette (la même que celle de Gustave Chaix d'Est-Ange qui est à son tour la même que celle d'Hippolyte de Barrau) qui mentionne cette famille comme étant d'extraction noble sur preuves remontant à 1544.

Celle de Charles-Henri de Bancalis de Maurel d'Aragon, publiée en 2002, qui dit qu'en 1631, François (de) Bancalis, docteur en droit et juge de Muret, achète la seigneurie de Pruines et qu'à partir de cette époque ses descendants prendront des qualifications de noblesse.

Durant les grandes recherches de noblesse entreprises sous le règne du roi Louis XIV les Bancalis de Pruines sont maintenus en leur noblesse sur preuves de 1544.

 

- Au XVIIème siècle, la seigneurie d'Aragon appartient à Sébastien de Maurel seigneur d'Aragon dans l'Aude, et de Marquèze de Landès, dont la petite fille Anne de Maurel d'Aragon s'est mariée en 1726 à Aragon avec Pierre de Bancalis qui est seigneur de Pruines, en Rouergue. Leurs enfants hériteront de cette seigneurie et la branche cadette prendra le nom de Bancalis de Maurel d'Aragon.

Cette famille a compté plusieurs branches dont deux se sont séparées au XVIIIème siècle :

- La branche aînée de Bancalis de Pruynes, qui s'est éteinte au début du XIXème siècle.

- La branche cadette de Bancalis de Maurel d'Aragon, qui est subsistante et qui s'implanta dans le département du Tarn.

 

VOICI  LES PRINCIPALES PERSONNALITÉS DE LA FAMILLE BANCALIS :

AU XVIème SIÈCLE : 

- Jean de Bancalis, épousa Jeanne de Solier, ils eurent pour enfants :

         - Pierre Bancal(is), notaire d'Auzits, établi à Millau pour cause de religion. Il est, en 1566, fermier du greffe de cette ville. Il épouse en 1571 Guillemette Fugin, il décède en 1573.

         - Astorg Bancal(is), frère du précédent. Marchand et bourgeois de Lavaur, en Albigeois. Marié à Jeanne de Voisins puis à Jeanne Tersson, il meurt en 1580.

         - Jean Bancal(is), frère des précédents. Notaire de Muret, en Rouergue, où il épouse le 14 août 1544 Jeanne de Peyre (ou de Petra) ou Lapeyre, fille de Jean et d'Antoinette Goudal. Décédé en 1593. À partir de ce couple, la filiation est continue.

 

AU XVIIème SIÈCLE :

- Jean II Bancal(is), seigneur de Labro et de Pruines, habitant Muret, achète le 6 octobre 1621 pour 55300 livres, à Antoine Marcenac, chevalier de Saint-Michel, le château et domaine de Pruines. Notaire royal à Muret. Il avait épousé le 15 janvier 1577 Marguerite Roaldès, fille d'Hugues Roaldès et d'Hélène de Boyer. Elle est aussi la nièce du fameux jurisconsulte François Roaldès (1519-1589). Ils eurent trois fils :

         - François de Bancalis, qui suit ;

         - Henri Bancalis, conseiller du roi, marié le 28 mars 1639 à Guillemette Colit ;

         - Jean de Bancalis, seigneur de Selves, marié en 1613 à Louise de Vernhes, dame de Selvès.

 

- François (de) Bancalis, docteur en droit et juge de Muret. Il épouse le 26 juin 1611 Marie de Benoît, fille de Guillaume Benoît et de Marie Fontanier, il achète la seigneurie de Pruines en 1631 qui lui donne l'entrée aux États de Rouergue où il siégea en 1638. Il meurt l'année suivante à la suite d'une rixe.

 

- Jean III de Bancalis, dit baron de Pruines, fils du précédent, baptisé en 1616 à Muret. Il participe aux guerres de Catalogne, dans l'armée de Condé, et notamment au siège de Salses en 1639. Il est maintenu dans sa noblesse par arrêt du Conseil d'État en date du 6 août 1668 avec règlement d'armoiries : "un aigle aux ailes éployées d'or, sur champ d'azur, entouré de panaches et timbré au-dessus". Marié le 26 août1654 avec Marguerite de Coustin de Bourzolles, fille de François de Bourzolles de Caumont et de Gabrielle d'Orléans de Rère, famille du Berry, distincte de la Maison princière d'Orléans. Elle est de religion protestante. Il meurt assassiné en 1651.

Blason de Jean Louis de Bancalis de Pruines, extrait de l'armorial général de France par Charles d'Hozier en 1696.

- Pierre de Bancalis de Pruines, frère des précédents. Prêtre, bachelier en théologie de l'université de Cahors. Prieur de Rodelle et de Bezonnes (diocède de Rodez) et de Marmanhac (diocèse de Saint Flour). Curé de Calmont-d'Olt, il fut syndic du clergé de Rodez entre 1673 et 1704.

 

- Henry de Bancalis de Pruines, frère des précédents, baptisé le 10 mai 1621 à Muret. Il fit les guerres de Catalogne et prit part au siège de Salses en 1639. En 1645, il était lieutenant au régiment de cavalerie de Saint-Simon. Selon l'arrêt de maintenue du 6 août 1668, il a été gentilhomme servant en 1649, conseiller et maître d'hôtel ordinaire du roi en 1650, exempt des gardes du corps, major de Senlis en 1651 et lieutenant des chasses de la forêt d'Halatte en 1659. Décédé en 1681 à Senlis, il avait épousé en 1651 Marie Boulard.

 

- Charles de Bancalis de Pruines, fils du précédent. Baptisé à Senlis en 1655. Il fut reçu page à la Grande écurie du roi en janvier 1672 (mais problème au niveau des preuves de noblesse relevé par d'Hozier car il fallait prouver une noblesse remontant au moins à l'année 1550), puis exempt des gardes du corps du roi, major de Senlis et lieutenant des chasses d'Halatte. Sans alliance, tué à la bataille de Leuze en 1691.

 

AU XVIIIème SIÈCLE :

- Michel de Bancalis de Pruines, frère du précédent, vicaire général du diocèse de Senlis. Baptisé à Senlis le 26 février 1660. Prêtre et bachelier en théologie de l'université de Paris, abbé commendataire de l'abbaye de Bois Aubry au diocèse de Tours en janvier 1678, prieur commendataire du prieuré royal de Saint Maurice de Senlis en 1693, prieur de Marmanhac en janvier 1700, doyen du chapitre de la cathédrale de Senlis.

 

- Michel de Bancalis de Lormet, né le 14 octobre 1729 à Albi. Fils de Jean-Louis de Bancalis de Lormet et d'Antoinette de Fonvielle et petit-fils d'Antoinette de Salvan de Saliès qui par ses œuvres littéraires acquit une certaine notoriété. Page de la Duchesse douairière d'Orléans en 1742, cornette au régiment de cavalerie de Beauvilliers, mousquetaire dans la 1ère compagnie des Gris en 1747, capitaine au régiment Commissaire Général Cavalerie en 1757, major du régiment Mestre de Camp général de cavalerie, commandé par le futur maréchal de Castries. Chevalier de Saint Louis en 1770, lieutenant colonel en 1777 et enfin brigadier des armées du roi en 1780. Il achète la même année au marquis de Castelpers la vicomté d'Ambialet en Albigeois qui donnait à son possesseur la deuxième place dans la noblesse aux États de l'Albigeois.

 

- Pierre de Bancalis, baron de Pruines, né en 1691 à Pruines, fils de Jean Antoine de Bancalis baron de Pruines et d'Anne de Génibrouse de Saint-Amans, fille de Jacques de Génibrouse, vicomte de Saint Amans et seigneur de Boissezon, et d'Isabeau de La Tour de Gouvernet. Il est maintenu noble en 1698. Page en la Grande écurie du roi en 1706, époux d'Anne de Maurel d'Aragon en 1726 décédée  en 1761, fille de Pierre de Maurel, marquis d'Aragon, et de Marquise de Landes de Saint Palais.

 

- Marie Narcisse Toinette de Bancalis de Pruines, fille du précédent, née à Pruines le 5 septembre 1729, elle épouse en 1750 Eugène Lacombe, fils de Jean Lacombe, seigneur de Saint Michel de Vax et de Marianne de Bancalis de Lormet. Entre autres enfants :

         - Jean Pierre Lacombe Saint Michel, conventionnel, régicide, membre du Comité de Salut public après Thermidor, général, ambassadeur, président du Conseil des Anciens, inspecteur général de l'artillerie, gouverneur de Barcelone, grand Officier de la Légion d'honneur ; 

            -Jean Marie Lacombe, contre-révolutionnaire, fusillé pour actes de chouannerie en 1799.

 

- Jean Marie de Bancalis de Maurel, marquis d'Aragon, frère de la précédente. Né en 1732, hérite en 1758 de son oncle maternel, Jean-Marie de Maurel, de la terre et seigneurie d'Aragon, à condition de relever son nom et ses armes. Il en sera dépossédé à la Révolution. Il meurt à Carcassonne en 1795 peu après être sorti de la prison de la Visitation à Toulouse. Il était veuf de Jeanne Gabrielle Henriette de Portes de Pardaillan, épousée en 1761, fille de François Joseph de Portes, marquis de Portes et d'Henriette Honorée d'Aignan d'Orbessan.

 

- Marie Hyacinthe Guillaume de Bancalis, baron de Pruines, fils de Louis-Arnaud-Roch de Bancalis et de Marie-Jeanne Delagnes, né en 1764 à Pruines. Un temps "attaché à la personne du Prétendant" pendant l'Émigration. Mentionné comme "complice de brigands, chef d'une bande de chouans, voleur de diligence". Il fera soumission à la République en 1797 et épousera la même année Elisabeth Passelac. Chevalier de Saint Louis en 1815, il meurt en 1842 à Villecomtal.

 

- Jean Antoine Louis de Bancalis de Pruines, dit "le chevalier de Pruines". Frère du précédent, né en 1765. Tonsuré à Carcassonne en 1778. Il remplit des missions au service des Princes durant l'émigration. Engagé dans la chouannerie avec son cousin Jean-Marie Lacombe, il est mentionné comme "chef de bande, royaliste dangereux ayant déjà tué". Il participe à la "conspiration de La Goudalie" en Rouergue (affaire Fualdès). Emprisonné à Montpellier durant les Cent-Jours. Décédé en 1844 à Montbazens.

 

- Jean Louis Arnaud de Bancalis de Pruines, né en 1773 à Strasbourg, fils de Jean louis de Bancalis et de Marie-claude Vaudin. Emigré, il sert dans l'artillerie noble du prince de Condé. Il épouse en 1798 Françoise de Sanlèque et s'installe au manoir de Gerstheim (Bas-Rhin). En 1804, il met sa fortune à la disposition des partisans du duc d'Enghien, capturé de l'autre côté du Rhin. Il meurt en 1809.

 

AU XIXème SIÈCLE :

- Jean Louis Henry de Bancalis de Maurel, marquis d'Aragon, pair de France, né le 5 août 1763 à Salières près de Privas, fils de Jean-Marie de Bancalis de Maurel, marquis d'Aragon et de Jeanne Gabrielle Henriette de Portes. Premier page du comte d'Artois, capitaine de cavalerie au régiment du Roi en 1789, il est corédacteur du Cahier des doléances de la noblesse de la sénéchaussée de Carcassonne en 1789. Émigré en 1791, et fit les campagnes de l'armée des Princes, au corps de Condé, ce qui lui fit perdre par confiscation, la terre d'Aragon. Pendant son émigration, il épouse à Anspach (Allemagne), le 4 juin 1794, Sophie de Nassau-Siegen, fille naturelle du prince Charles de Nassau-Siegen, amiral au service de Catherine II, et de Thérèse Eymer-Fleury de la Comédie française. À l'occasion de ce mariage, il reçoit un brevet de lieutenant-colonel au service de la Russie ; Baron-pair de France héréditaire en 1819, président du Collège électoral du Tarn, membre et président du Conseil général de ce département, chevalier de Saint-Louis le 5 novembre 1814, et de la Légion d'Honneur. Il meurt à Saliès près d'Albi le 6 janvier 1848 à 84 ans.

Découvert dans les archives communales d'Aragon, un document concernant le seigneur d'Aragon relate : "au moment de la Révolution en 1789, Jean Louis de Bancalis de Maurel, marquis d'Aragon, protesta énergiquement de son loyalisme aux institutions nouvelles, ce qui ne l'empêcha pas de d'émigrer. Aussi ses biens furent confisqués, comme d'ailleurs ceux du curé réfractaire Sompayrac".

 

- Ida de Bancalis de Maurel d'Aragon, fille du précédent, née en Ukraine le 4 décembre 1799. Elle épouse le 8 février 1816 à Saliès (82) Joseph Léonard Decazes, 1er vicomte Decazes, né le 4 juin 1783 à Libourne (33), député de l'Aveyron (1831-1834) et député du Tarn (1837-1846), et frère du futur duc Decazes qui sera ministre du roi Louis XVIII. Morte à Albi en 1880 à 81 ans.

 

- Charles de Bancalis de Maurel, marquis d'Aragon, frère de la précédente, né à Toulouse le 23 avril 1812, licencié en Droit, auditeur au Conseil d'État en 1834, détaché au cabinet du ministre de l'Intérieur, conseiller général, élu député du Tarn en 1847 contre son beau-frère Decazes. Commissaire du gouvernement provisoire puis représentant du Peuple pour ce département en 1848, il mourut la même année le 15 septembre à Paris. Il avait épousé Thérèsa Visconti d'Aragona, demi-sœur de la princesse Belgiojoso, héroïne du mouvement nationaliste italien.

Portrait de Charles de Bancalis de Maurel (1812-1848) ©BNF.

 

- Albert Charles de Bancalis de Maurel, marquis d'Aragon, fils du précédent. Né en 1844, attaché d'ambassade à Londres et au cabinet du 2ème duc Decazes ministre des Affaires étrangères. Marié à Louise de Lordat, née en 1852. Président du Comité royaliste du Tarn, mainteneur de l'académie des Jeux Floraux de Toulouse, décoré des Ordres de Sainte-Anne, de Pie IX, du Christ du Portugal, de Léopold de Belgique. Il meurt en 1898. Ils eurent deux fils :

           - Robert de Bancalis de Maurel d'Aragon, qui suit ;

           - Henri Jean Marie Victor de Bancalis de Maurel d'Aragon, né le 22 mai 1883 à Toulouse, marié avec Madeleine Schaeffer. Élève de Saint-Cyr (1903-1905), capitaine pilote au 22ème régiment de dragons, décédé le 13 mars 1916 à Verdun (55), qui suit ;

 

- Christine de Bancalis de Maurel d'Aragon, sœur du précédent. Née à Saliès en 1841. Fille de la Charité. Compagne de Catherine Labouré, supérieure du couvent des Blancs-Manteaux (1876). Décédée à Paris en 1905.

 

- Henri de Bancalis de Pruynes, né en 1803 à Gerstheim, fils de Jean Louis Arnaud et de Françoise de Sanlèque. Garde du corps du roi Charles X, officier dans les lanciers de Nemours, il épouse en 1833 Wilhelmine de Reinach-Werth. Conseiller général du Bas-Rhin, maire de Gerstheim, il meurt en 1878.

 

- Raphaël de Bancalis de Pruynes, né en 1844, fils de Joseph de Bancalis, Officier de hussards, et de Berthe de Schönau-Wehr. Officier des haras, il épouse en 1872 Louise Weinum. "Bürgmeister" de Gerstheim occupé de 1880 à 1890, il publiera en 1914 "Souvenirs d'un annexé".

 

- Robert Charles Maurice François de Bancalis de Maurel d'Aragon, né le 1er juin1882, fils d'Albert Charles de Bancalis de Maurel et de Louise de Lordat. Élève de Saint-Cyr (1903-1905), puis capitaine d'infanterie, décédé le 21 décembre 1914 à Wacques (51), à l’âge de 32 ans.

 

AU XXème SIÈCLE ET XXIème SIÈCLE :

- Henri de Bancalis de Maurel, marquis d'Aragon, fils d'Albert Charles, marquis d'Aragon et de Louise de Lordat. Né à Toulouse le 22 mai 1883. Officier de dragons, Capitaine aviateur affecté aux escadrilles d'Alsace en 1915. Mortellement blessé à Verdun le 13 mars 1916. Marié en 1909 à Madeleine Schaeffer. Croix de Guerre, chevalier de la légion d'Honneur.

Photo d'Henri de Bancalis de Maurel, à l'époque lieutenant au 20ème régiment de dragons.

- Charles Louis Marie Pierre de Bancalis de Maurel, marquis d'Aragon né le 10 novembre 1911 à Bourges, décédé le 6 août 1986 à Saliès, fils du précédent, dit le Marquis rouge, diplômé de l'École libre des sciences politiques et gaulliste de gauche, il fut l'un des principaux chefs de la Résistance dans le département du Tarn durant la seconde guerre mondiale, un temps adjoint au commissaire général à l'information pendant la guerre, vice-président du Comité de libération du Tarn, député des Hautes Pyrénées, maire de Saliès, membre du Comité directeur de l'Union démocratique du travail (UDT), mainteneur de l'académie des Jeux Floraux de Toulouse, croix du combattant volontaire de la Résistance, chevalier de la Légion d'honneur et rosette de la Résistance. Auteur de l'ouvrage : La résistance sans héroïsme. Il avait épousé en 1942 Diane d'Albon (dont la mère était née de Bourbon-Busset).

  

Photos de Charles Louis Marie Pierre de Bancalis de Maurel ©Assemblé Nationale.

 

- Charles-Henri de Bancalis de Maurel d'Aragon (1945), fils du précédent. Ministre plénipotentiaire. Officier de la Légion d'honneur et de l'Ordre national du Mérite. Chevalier de Malte et ambassadeur de l'Ordre Souverain Militaire de Malte en Liban. Marié en 1979 à Catherine Bézy.

 

- Antoine de Bancalis de Maurel d'Aragon, né le 3 juillet 1954, fils de Charles de Bancalis de Maurel d'Aragon et de Diane d'Albon, marié le 15 juillet 1978 à Marie-Aurélia Rambaud (fille de Régis Rambaud et de Marie-Josèphe de Boismenu). Après un séjour en Algérie où il enseigna à l'Université d'Annaba, il poursuivit une carrière commerciale chez Airbus. Il apporta par ailleurs sa contribution à diverses associations : hippiques, cynégétiques ou forestières. Il est le père de cinq enfants : Julie (1978), Charles-Antoine (1981), Rodolphe (1984, marié à Ségolène Nicolas), Aliénor (1989) et Zita (1990).

Aragon en Cabardès, la lune éclairant le clocher de l'église Sainte-Marie.

 

Voici quelques photos anciennes que les amateurs apprécieront :

Aragon en Cabardès, l'avenue de Carcassonne en 1905.

Aragon en Cabardès, une vue générale en 1905.

Aragon en Cabardès, les vielles enceintes fortifiées en 1905.

Aragon en Cabardès, le château rue du Paro en 1905.

Aragon en Cabardès, en 1980.

 

Bibliographie, je citerai simplement les documents les plus pertinents :

- Divers bulletins de la Société d'études scientifiques de l'Aude.

Cartulaire et archives des communes de l'ancien diocèse et de l'arrondissement administratif de Carcassonne par Mahul, tome 1- 1857.

- Dictionnaire de la noblesse.

- Histoire générale de Languedoc.

 

 J'ai l'intention de réaliser un reportage sur le village de Bélesta (Ariège), et sur le fameux sentier cathare, si vous avez des documents, des photos, je vous invite à me contacter par mail à cette adresse :

 jp@belcaire-pyrenees.com

 

Ainsi se termine ce reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires en bas de l'article ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! 
Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact : 

 jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez-moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.  

Julie logo juillet 2014 495x350

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre - dans DÉCOUVERTE
commenter cet article

commentaires

Henri-Basile Toustou 16/09/2016 18:59

Tu nous fait prolonger l'été, avec ce superbe reportage et ses très belles photos. Basile.

Guy Viard. 16/09/2016 14:36

Bonjour,
Très belles recherches, surtout ne perdez pas les données de vos travaux, car vous travaillez pour les générations à venir.
Bon courage.
Guy.

colette autissier 16/09/2016 14:30

merci - très intéressant reportage comme d'habitude - bravo -

Bernard 16/09/2016 08:44

...comme toujours exceptionnel merci +bravo.

Noiseau 15/09/2016 08:01

Bravo, très bon travail et très complet.
Cela donne envie d'y aller
merci, Dany