Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.belcaire-pyrenees.com
  •  www.belcaire-pyrenees.com
  • : BELCAIRE capitale du Pays de Sault en Languedoc Roussillon. Au départ j'ai réalisé ce site pour partager les retrouvailles 33 ans après, de 17 copines, dans cette région authentique préservée en territoire cathare au pied des Pyrénées. Mais je me suis aperçu que l'Aude n'était pas assez mise en valeur, alors amoureux de cette région et la passion étant là, j'ai réalisé des reportages pour vous présenter ce département aux lieux chargés d'histoire. Ce site a pour but surtout de vous faire découvrir cette région authentique, plein de charme qu'il faut aller visiter.
  • Contact

ANNONCES-MESSAGES-ACTUALITÉS

Ils veulent vous informer !

Pour découvrir les annonces

  cliquez sur la photo

Photo pour les annonces 02

Faites Une Recherche Sur Ce Site

LIENS UTILES

En cliquant sur l'une des images ci-dessous :

1 - vous pouvez écouter Radio Montaillou en direct

 

logo 01cliquez sur le logo RADIO MONTAILLOU ci-dessus pour écouter la Radio en direct
(en cliquant sur leur site en haut à droite)
pendant que vous consultez les pages du site
 

 

 

Pour suivre la progession et connaître la position des ours dans les Pyrénées
téléphonez au 05.62.00.81.10
 
Vous pouvez m'écrire
CLIQUEZ SUR LE PETIT CHIEN ROMÉO POUR ME CONTACTER
 
 
LIVRE D'OR
cliquez sur la photo pour déposées vos marques de sympathie et pour les visionner

Gîtes dans une ancienne école place du village de Comus, village situé
sur le tracé de l'emblématique Sentier Cathare et à proximité des gorges de la Frau et de Montségur
 
Locations gîtes et chambres d'hôtes à Ignaux dans les montagnes des Pyrénées
en Haute-Ariège près d'Ax-les-Thermes
 
Hôtel Restaurant Bayle ** à Belcaire

 

Sites d'Ami(e)s

Les Amis du Sabarthez de Pierre Cortinas

 

Pour le développement du tourisme au Pays de Sault :

     l'Association le Grand Sault

 

on y trouve des renseignements intéressants sur ce site :

     Chambre d'Agriculture de l'Aude

 

Logo réduit office du tourisme du pays de sault

Office du Tourisme du Pays de Sault

Chemin départemental 613

11340 ROQUEFEUIL

Tél : 04.68.20.75.89

 

Retour à la page d'accueil

LES LIVRES CONSEILLÉS

Nouvelle Rubrique pour découvrir

des livres intéressants

cliquez sur la photo

livres conseillés

MESSAGE

30 janvier 2017

 Si le hasard t'amène, le plaisir te ramènera ! Un petit coucou aux ami(e)s canadiens, américains et australiens qui consultent ce site régulièrement. Une petite balade dans le Minervois cela vous dit ? Le village d'Ouveillan vous savez où il se trouve ? Non ! Alors suivez-moi.
Vous aussi, si vous voulez faire découvrir votre village audois ou ariégeois, votre participation sera la bienvenue, n'hésitez pas à m'envoyer vos photos, documents, afin d'illustrer les reportages sur vos villages que vous aimez.
Je vous souhaite beaucoup de plaisir lors de la lecture de cet article et n'hésitez pas à laisser vos impressions et commentaires en bas du reportage. 

 

Le village d'Ouveillan, se situe à 151 km de Toulouse, 56 km de Carcassonne, 15 km de Narbonne, 24 km de Béziers, 80 km de Perpignan et 262 km de Cahors.

Ouveillan, dans le Minervois, pays viticole.

Ouveillan, extrait de carte IGN avec les ruines de la Grange cistercienne Foncalvy.

Une vue aérienne d'Ouveillan.

Blason du village d'Ouveillan.

Ouveillan en occitan Auvelhan, ses habitants sont appelés les Ouveillanais.
Située dans le Minervois, elle est limitrophe avec le département de l'Hérault.
En 2013, la commune comptait 2 277 habitants. Son plus fort taux de population fut atteint en 1901 avec 2845 habitants. En 1793 le village comptait 900 âmes.

Toponymie : nom patronymique romain Ovilius,-anum. Le hameau primitif s'est donc développé à partir du domaine d'Ovilius.
Le nom d'Ouveillan peut avoir deux acceptions selon que l'on considère son origine latine ou occitane :
– en bas latin Ovilianum ou Ovelianum, vient de ovile, is, signifiant "bergerie", oveillo "berger", pourrait faire référence à l'élevage de la brebis, dont la bergerie de la grange cistercienne de Fontcalvy deviendra emblématique ;
– en occitan, Auvelhan, pourrait venir de auve, " île d'alluvion", et ferait référence à sa situation géophysique de promontoire au milieu d'un étang salin, aujourd'hui asséché.

La sortie du village d'Ouveillan.

Au petit matin l'église Saint-Jean d'Ouveillan.

Selon les époques, le village a porté les noms suivants :
Ovilianum en 924 ; Ecclesia Sancti Johannis de Oviliano en 1129 ; Castrum inferius de Oviliano en 1188 ; Ovelhanum en 1319 ; Ovelhan au XIVèm siècle ; Oveilhan en1639 ; Ouveillan en 1781. On trouve aussi castrum d'Ovilhiaino dans les archives.

La fondation d'Ouveillan est estimée au Xème siècle. À cette époque on parlait de la "villa (ou villare) de Oviliano", petit hameau d'exploitation agricole. Ouveillan ne sera qualifié de "château" (castrum) qu'à partir du XIIème siècle.
Extrait du Dictionnaire topographique du département de l'Aude, comprenant les noms de lieu anciens et modernes rédigé en 1912 par l'abbé Sabarthès curé de Leucate  : 
- Ouveillan, canton de Ginestas ; église paroissiale dédiée à saint Jean l'Évangéliste ; la cure était à la collation du chapitre Saint-Just de Narbonne ; fief du domaine royal ; sénéchaussée de Carcassonne. Les documents mentionnent le Château-Bas ou Vieux, sur le bord de l'étang desséché, et le Château-Haut, dans le fort. Première citation en 993 sous le nom "d'Ovelianum", puis "Ecclesia Sancti Johannis de Ociliano" en 1139.
- Le Terral, fief de la commune d'Ouveillan ; ancien prieuré sous le vocable de saint Martin ; ancienne propriété de l'abbaye de Fontfroide. Première citation en 1176 sous le nom "Castrum de Terrallo".
- Fontcalvi, fief de la commune d'Ouveillan ancienne propriété de l'ordre de Malte, puis de l'abbaye de Fontfroide. Première citation en 1275 sous le nom " Grangia de Fonte Calvio ".

Le village d'Ouveillan.

Le village d'Ouveillan.

Le village d'Ouveillan.

Ouveillan a été le nom d'une famille qui, pendant deux siècles du XIIe au XIIIe, comptait parmi les chevaliers du Narbonnais, dont on trouve trace dans des actes notariaux : Pierre d'Ouveilhan (1121), Raymond d'Ouveilhan et son épouse Adalaïs (1152), Guiraud ou Géraud d'Ouveilhan et Bernard son frère (1153), Bérenger d'Ouveilhan (1163), Guillaume d'Ouveilhan (1188), Raymond-Bérenger d'Ouveilhan (1188), Bernard ou Bertrand l'Ouveilhan (1208), Raymond d'Ouveilhan (1208), Pierre d'Ouveilhan et sa fille Adalaîs (1217), Bernard d'Ouveilhan (1229), Raymond d'Ouveilhan et sa femme Grègue (1239), Pierre-Raymond d'Ouveilhan et son frère Bertrand (1240), Raymond-Bérenger d'Ouveilhan (1260), Bérenger d'Ouveilhan (1323).


Vers 950, les archevêques de Narbonne exhortaient les chanoines à vivre à l'avenir des revenus de cette terre de l'Aude dans une commune fraternité. Afin d'encourager cette exhortation, des droits et avantages furent accordés. L'archevêque Arnaud de Lévezon, confirma en 1129 les donations que Dalmace, son prédécesseur, avait faites aux chanoines, et toutes les dimes et autres droits dont il jouissait dans Ouveillan et autres lieux.
Le 2 août 1119, Raymond Bérenger, du consentement de Pierre Bérenger son frère, donne à Dieu, à sainte Marie, à saint Just et saint Pasteur et à Richard, archevêque de Narbonne, l'église d'Ouveillan (d'Oviliano) avec ses appartenances, excepté la forteresse du dit lieu qu'il promet tenir en fief dudit archevêque, en présence d'Aton, archevêque d'Arles.

Le village d'Ouveillan.

L'hôtel de ville d'Ouveillan.

Le 9 mars 1129, Bernard III de Luc, signe l'acte de donation de la seconde église d'Ouveillan faite par l'archevêque Arnaud de Lévezon au chapitre de Narbonne. Cette donation aux chanoines réguliers de Saint-Just de l'église d'Ouveillan, par l'avis de Bermond, évêque de Béziers, d'Adalbert, évêque d'Agde, et d'Arnaud, évêque de Carcassonne. L'église ainsi que les dîmes et prémices, droits et appartenances d'Ouveillan furent cédés pour en jouir à perpétuité "pour la restauration de la misérable captivité où cette église était réduite ". Cette église avait été donnée autrefois aux chanoines par l'archevêque Dalmace.
L'église d'Ouveillan, dit l'inventaire Ducarouge, "est du plus ancien patrimoine de Saint-Just. Aussi fut-elle donnée par un grand archevêque au vénérable chapitre qui dans le XIème siècle avait besoin d'un tel secours pour la subsistance des ministres de Saint-Just, puisqu'on voit clairement par les actes que cette même église d'Ouveillan avait des biens considérablement pour l'entretien des clercs ou chanoines qui desservaient cette église, laquelle, malgré tous ses biens, était réduite dans une misérable captivité ; ce qui obligea Arnaud, archevêque de Narbonne, d'unir cette église à la mense de son chapitre, autant pour la restauration d'icelle église que pour augmenter les rentes de Saint-Just".

Chaque chanoine recevait tous les ans, y compris la portion de son vicaire, 85 setiers de blé payables en espèces de trois mois en trois mois, outre ces revenus les chanoines jouissaient d'une grosse en blé et autres grains provenant des dîmes d'Ouveillan, Saliès, et de l'abonnement du Terral et de Fontcalvy.
Deux domaines, le Terral et Foncalvy occupent une large part du territoire ouveillanais. Deux ordres monastiques occupèrent dans la région une place importante au Moyen Âge : les hospitaliers, avec la grange de Preissan et surtout Cîteaux, avec celles du Terral et de Foncalvy.

La meilleure partie des biens de l'église sont les diverses acquisitions de dîmes et prémices faites par le clergé soit par achats, donations ou fondations, elles y sont en très grand nombre dans le Chapitre Saint-Just. Exemples : La dîme du vin, le 26 septembre 1741, il afferme la dîme du vin d'Ouveillan à Jean Calas, Jean-Pierre Rivière et Paul Pellety, habitants du lieu, moyennant la rente annuelle de 30 muids 5 pagelles de vin. Où encore, Le 15 septembre 1774, il afferme la dîme de la vendange d'Ouveillan à Guillaume Pailhès, Paul Pezetis, Jean Barthas et Baptiste Calcat, ménagers, du dit lieu, moyennant la rente de 96 muids de vin rouge. Il en est de même pour le grain, les olives etc …

Le village fut le théâtre de la guerre entre Roger, vicomte de Carcassonne, et Pierre Raynard de Béziers, qui le donna à sa fille, veuve de Pierre Armengard et épouse de Pierre de Minerve.
Fortifié dès le XIIème siècle, ses défenses consistaient dès le siècle suivant en deux châteaux, tous deux couverts par des remparts percés de trois portes, le portail d'amont, le portail d'aval et le portail salinier. Le château bas, ou vieux château, était situé près de l'étang. Le château haut, ou château fort, était situé sur la colline.
Ruinées en 1355 par le Prince noir, Édouard de Woodstock, ces fortifications furent relevées en 1365, réparées en 1565, 1571 et 1574. La muraille du fort fut refaite en 1627, les portes et les murs restaurés en 1628.

Le village d'Ouveillan, passage couvert.

Le village d'Ouveillan, trompe l'oeil.

Les seigneurs, surtout ceux dont les terres touchaient à la frontière, faisaient surveiller les routes et les passages pour empêcher l'exportation des laines. En 1294, suite à des plaintes de marchands de laine, on apprend qu'Étienne Auriol, juge de la terre d'Amauri de Pérignan dans le château d'Ouveillan, siégeant sur la place du château, procéda au jugement de contrebandiers.
Le 4 décembre 1294, à Ouveillan, sentence d'acquittement prononcée par Étienne Auriol, juge de la terre d'Amauri de Pérignan, au château d'Ouveillan, en faveur des gardes des laines de Fitou qui avaient tué un contrebandier, dans une rixe où le dit contrebandier et ses compagnons s'étaient défendus à main armée.

Amalric de Narbonne, seigneur de Talairan, second fils d'Aymery V vicomte de Narbonne, eut un différent avec Aymery vicomte de Narbonne son frère aîné, au sujet de son partage et ils s'en remirent à Guy de Lévis, seigneur de Mirepoix, lequel par sentence arbitrale donnée le 7 des calendes de septembre 1281, adjugea à Amalric pour sa part les châteaux, s'en suit une liste impressionnante de châteaux dont celui d'Oveilhan. Amalric mourut en 1311.

Le 9 octobre 1305, Amauri de Pérignan seigneur d'Ouveillan et de Pérignan, autorisa l'abbaye de Fontfroide à dessécher l'étang d'Ouveillan.
Amauri de Pérignan décédera entre mai 1309 et avril 1313. Il a comme héritier deux fils, Amauri et Aimeri. Son second fils Aimeri de Pérignan né en décembre 1295, porte le titre de seigneur d'Ouveillan et de Pérignan.
Le 7 avril 1322, Aimeri promet de vendre Ouveillan à l'archevêque, mais les consuls et la communauté d'Ouveillan obtiennent de se racheter du pouvoir d'Aimeri et de revenir sous la domination royale.
Constance de Lévis née vers1345 épousa le 17 juin  1371 Amalric IV de Narbonne né vers1335/45 + après 24/04/1381, baron de Talairan, seigneur de Pérignan, Malagas, Ouveillan et Cruzy, il est le fils d’Amalric de Narbonne, baron de Talairan, et de Sibylle d’Arpajon ; veuf de Jeanne de Boussa(r)gues, dame de Montbazens.


La seigneurie d'Ouveillan appartint d'abord au roi ; elle passa ensuite aux de Conti et à plusieurs autres engagistes, de Gléon, d'Olive, de Nigri. L'archevêque avait perdu sur l'église d'Ouveillan une pension annuelle de 18 setiers une quartière de blé, 28 setiers une quartière de froment et 28 sous d'argent. A Saint-Paul-de-Preissan (chapelle de la commanderie de Preisse), autrefois rectorie du taillable d'Ouveillan, l'archevêque percevait primitivement deux tiers de la dime, le commandeur prenant l'autre tiers. L'archevêque percevait seulement une pension annuelle de 14 setiers de blé et autant d'orge, mesure de Narbonne.

Aux archives de l'Aude j'ai glané des informations sur ces différents seigneurs qui se sont succédés au château d'Ouveillan.
En 1596, le village d'Ouveillan était géré par trente et un régents.
En 1723-1777, procuration de Louis-Antoine Nigri de La Redorte, seigneur d'Ouveillan, à Me Pierre Bétirac pour foi et hommage pour la seigneurie directe du lieu d'Ouveillan et un fief noble à Cuzac.
En 1760-1763, aliénation par le roi des domaines de Coursan, Cuxac et Ouveillan, échangés ensuite avec Louis-François, prince de Conti, contre ceux de Pézenas et Cessenon.
En 1760-1786, un procès intenté devant le Conseil du roi par la communauté de Coursan à l’encontre de Jean-Baptiste, marquis de Gléon, déclaré seigneur engagiste de Coursan, de Cuxac et d’Ouveillan par l’arrêt du Conseil du 17 avril 1760.

Le chevet roman de l'église Saint-Jean d'Ouveillan.

L'ÉGLISE SAINT-JEAN D'OUVEILLAN

Au IXème siècle, une modeste chapelle carolingienne se dresse sur le site de l'église actuelle, l'existence de cette chapelle située sous l'église actuelle est attestée par un document de 895 qui mentionne une donation "d'une pièce de vigne" faite à l'église d'Ouveillan.

En 1090, l'archevêque Dalmace rattache l'église et son patrimoine devenu important au Chapitre Saint-Just de Narbonne et y crée une communauté de chanoines.
Plus tard, le patrimoine de l'église ayant encore augmenté, on détruit l'ancien édifice carolingien au début du XIIème siècle pour le remplacer par une église de style roman plus majestueuse dont il subsiste principalement le chevet et la façade occidentale et son porche.

     

A gauche, le chevet roman de l'église Saint-Jean. En architecture religieuse, le chevet désigne généralement l'extrémité du chœur d'une église derrière le maître-autel et le sanctuaire de l'église, parce que, dans les édifices au plan en croix latine, le chevet correspond à la partie de la croix sur laquelle le Christ crucifié posa sa tête. A droite, l'entrée du sanctuaire avec en surplomb une croix pattée en basalte noir, inscrite dans un cercle. Elle signifie entre autre que vous êtes sur un site chrétien.

L'église romane d'Ouveillan subira ensuite de nombreuses modifications au cours des siècles.
Au XIVème siècle, construction d'une chapelle aujourd'hui disparue sur le flanc Sud, à hauteur de la travée de chœur. En 1368, fut le premier épisode de fortification de l'église, à l'époque des chevauchées du Prince Noir en Languedoc. En 1565 le clocher, endommagé par la foudre, est entièrement refait. En 1570, le deuxième épisode de fortification de l'église durant les guerres de religion fut entrepris, les murs des nefs latérales et du chœur sont rehaussés en forme de courtine, les toitures des collatéraux servants de chemin de ronde. En 1597, la paix revenue, destruction des fortifications construites sur le toit des collatéraux.
En 1676, le percement de fenêtres ovales dans la partie haute des murs de la nef centrale provoque l'effondrement des toitures et de quatre des six piliers.
Fin XVIIème siècle, reconstruction de l'intérieur de l'église, les toitures de la nef centrale et des nefs latérales ne sont pas reconstruites et sont remplacées par une toiture unique.
En 1981, suppression des bâtiments qui s'étaient accumulés au cours des siècles le long du mur Sud et destruction, à l'intérieur, d'une tribune disgracieuse qui cachait une niche datant probablement de la première église.

Le décor voûté d'une des chapelles latérales de l'église Saint-Jean d'Ouveillan.

Ouveillan, le côté Nord de l'abside de l'église Saint-Jean.

Différentes chapelles latérales de l'église Saint-Jean.

Le 24 novembre 1613 M. Raphanel, chanoine et syndic de Saint-Just, répondant à M. Guillaume Fabre, second consul d'Ouveillan, lui indique, à propos d'une réparation à faire à l'église de cette paroisse, de prendre le bois à Sallèles, et les briques à Truillas.

Facture datant du 22 janvier 1619 pour la réalisation de la peinture sur le retable de l'église d'Ouveillan par Antoine Rodière. Ce retable fut doré seulement en octobre 1638 par le même artiste. Les prix payés pour ces travaux indiquent bien que le prix de l'or y entrait pour une part considérable. Tandis qu'Antoine recevait seulement 90 livres pour les peintures, il recevait 500 livres pour la dorure.
Le 4 février 1619 Barthélémy de Raynoard, aussi chanoine et vicaire perpétuel d'Ouveillan, baillent à prix conclu à Jean Solignac, maître-menuisier, de Béziers, pour la réalisation d'un retable avec deux colonnes sur le devant, et ses pilastres par derrière, et suivant l'ordre Corinthe, avec son fronton dessus et même ordre, avec son piédestal par le bas, jusques à terre, avec ses socles, ses molures et ses pilastres cannelés, de même que les colonnes  avec son chapiteau et sa base ; et au milieu un tabernacle en dehors avec deux colonnes sur le devant, ses chapiteaux et sa base ionique ; le tout décemment et à proportion du cadre, qui sera de douze pans d'hauteur et de huit de largeur, de bon bois de chêne, bien façonné et recevable, suivant le dessin signé "desd. sieurs et dud. Solignac, demeuré au pouvoir dud. Solignac".
Ce retable devait lui être payé 150 livres. La livraison fut effectuée le 20 juin 1619.
François Laucel, sculpteur et architecte de Narbonne, est cité comme ayant restauré, en 1688, le retable d'Ouveillan moyennant 550 livres.

Le 3 novembre 1662, au sujet d'une réparation à faire par le chapitre Saint-Just à l'église d'Ouveillan, Jean Gabriel Malbert, consul et député d'OuveilIan, déclare au chapitre que la communauté est prête à faire le charroi des matériaux pour la réparation de l'église de la paroisse, à la condition qu'ils seront sur le territoire de la communauté, qui n'est pas obligée d'aller les chercher plus loin.
Le 10 septembre 1662, Pierre Casalbou sculpteur de Narbonne réalise une chaire à prêcher dans l'église.

Le choeur de l'église Saint-Jean.

Le choeur et la nef de l'église Saint-Jean.

Décor des voûtes de différentes chapelles latérales de l'église Saint-Jean.

Une des chapelles latérales de l'église Saint-Jean.

Le choeur et la nef de l'église Saint-Jean.


Comme il a été dit plus haut, l'église d'Ouveillan est du plus ancien patrimoine de Saint-Just aussi fut-elle donnée par un grand archevêque au Chapitre qui, dans le XIème siècle, avait besoin d'un tel secours pour la subsistance des ministres de Saint-Just, puisqu'on voit clairement par les actes que cette même église d'Ouveillan avait des biens considérable pour l'entretien des clercs ou chanoines qui desservaient cette église, laquelle, malgré tous ces biens, était réduite dans une misérable captivité ; ce qui obligea Arnaud, archevêque de Narbonne, d'unir cette église à la mense de son Chapitre, autant pour la restauration d'icelle que pour augmenter les rentes de Saint-Just.

LE CHEVET ROMAN
L'église possède un impressionnant chevet roman à triple abside orné d'une très belle polychromie. Le chevet, édifié en pierre de taille, a été surélevé en moellon lors de la fortification de l'église. Le soubassement d'origine de l'abside et de ses absidioles est maintenant caché par un empâtement de maçonnerie à l'esthétique très discutable rendu nécessaire par l'abaissement du sol de la rue. Ce chevet est de style roman lombard, l'abside et les absidioles sont rythmées de pilastres au relief marqué supportant des arcades au nombre de quatre pour l'abside centrale et de trois pour chacune des absidioles.
L'abside est percée de deux fenêtres à double ébrasement tandis que chacune des absidioles est percée d'une fenêtre à simple ébrasement. Les arcs des fenêtres et les arcades du chevet sont mis en valeur par un cordon de lave noire qui en borde l'extrados.
L'encadrement de la fenêtre de l'absidiole gauche présente encore les traces d'une décoration en forme de frise d'oves.
LA FAÇADE OUEST
La façade ouest est percée d'un beau portail s'articulant sur une simple porte de bois surmontée d'un linteau monolithe, d'un tympan non décoré, et d'un arc en plein cintre à l'intrados partiellement souligné de basalte noir. Cette porte est protégée par un massif saillant porté par deux hauts pilastres aux impostes sculptées. Le portail présente une remarquable composition ornementale constituée de plusieurs éléments ; une croix pattée en basalte noir, inscrite dans un cercle ; une corniche moulurée ; deux baies aveugles géminées surmontées par un cordon de basalte et séparées par une colonne de marbre blanc au chapiteau orné de feuilles d'acanthe et d'entrelacs ; un grand arc de décharge mis en valeur par un cordon de basalte.

Le clocher de l'église Saint-Jean d'Ouveillan.


LE CLOCHER
Au sud, dominant la rue du Capitoul et l'impasse du Calvaire, l'église présente un beau clocher. Ce clocher compte trois niveaux, séparés l'un de l'autre par un cordon de pierre. Le premier niveau est aveugle tandis que le deuxième niveau, percé d'une minuscule baie sur sa face orientale, porte les horloges sur les autres faces. Le dernier niveau, percé sur chaque face d'une baie campanaire à abat-sons, est orné à chaque angle d'une gargouille en forme d'animal et surmonté d'une flèche octogonale en pierre.

L'église Saint-Jean l'évangéliste d'Ouveillan. Surplombant l'entrée du sanctuaire une croix pattée en basalte noir, inscrite dans un cercle.

             

Ouveillan, clocher de l'église Saint-Jean.

Le 2 mai 1562, Bertrand Barral ou Barrau maçon de Narbonne, remporta le marché pour réparer le clocher.
Le 19 mai 1582, André Solier maçon de Narbonne fit des travaux de réparation de l'église et des greniers de la maison presbytérale.
Le 5 mai 1597, François Solier charpentier de Peyriac intervient sur la charpente de l'église.
Le 11 août 1638, réparation du clocher.

 

LES CHÂTEAUX D'OUVEILLAN

Les deux châteaux médiévaux d'Ouveillan : le château bas, ou château vieux d'Ouveillan, placé au bord de l'étang et le château haut, ou "le fort", placé sur la colline.
Tous deux étaient couverts par des remparts percés de trois portes, dites le Portail d'Amont, le Portail d'Aval et le portail-Salinier ou Portail-Salé. Des fossés communaux en défendaient les approches.

Reconstitution de ce qu'était le castrum d'Ouveillan en 1498.

Extrait de carte IGN vous situant les châteaux privés de Preissan et du Terral par rapport au village d'Ouveillan.

LE CHÂTEAU DE PREISSAN

Les Frégoze, illustre famille génoise inféodée à Ouveillan en 1594 par un parent alors abbé commendataire de l'Abbaye de Fontfroide.
Le territoire de Preissan, dont l’histoire se perd dans la nuit des temps, devient un bien Hospitalier (une commanderie) en 1193. Mais bien avant, les romains s’y installèrent (Prexanus), puis les wisigoths (présence encore aujourd’hui de tombes trapézoïdales).

Une vue aérienne du château de Preissan.

Le château de Preissan en 1905.

L'intérieur du château de Preissan en 1935.

Son histoire prend un tournant lorsqu'au XIIème siècle, sous la pression de l’archevêque de Narbonne, Adémar de Murviel, sympathisant des cathares, cède ses droits sur les terres de Preissan au profit des Hospitaliers, qui donneront plus tard l’ordre de Malte, créant une commanderie stratégique par son emplacement sur la minervoise, route reliant Carcassonne à Béziers, deux fiefs cathares, quelques années seulement avant la croisade des albigeois en 1209. Passé sous le giron de l’abbaye de Fontfroide, au XVIème siècle, l’abbé commendataire de Frégose, issu d’une illustre famille génoise, donna ce domaine à son neveu (ou fils ?) Alexandre, natif de Padouen, qui le transmis en sa descendance, jusqu’au comte de Frégose, qui épousa en 1774 la nièce de Mgr de Bausset, évêque de Béziers, provençal aimé.
Débuta alors une dévolution largement féminine avec leur fille et héritière mariée en pleine révolution à Pascal Dubreuil, né à Montauban en 1765 devenu général et titré en 1810 baron de Frégose, avec majorat. Il décéda à Béziers en 1844, laissant ce vaste ensemble à leur fille, qui épousa en Provence en 1815, J.P.A., vicomte de Villeneuve-Bargemont, leur postérité s’étant alliée en 1837 avec la famille du fameux Bailli de Suffren de Saint Tropez, et avec la famille de Boigne qui ajoutèrent à l’histoire de Preissan.

Le château de Preissan en 1905.

L'intérieur du château de Preissan en 1935.

Aujourd’hui s’est ajouté le domaine voisin du Bousquet, et s’y poursuit une activité viticole à l’ombre de ce château de briques et de pierre, l’un des fleurons de ce qui fut l’eldorado viticole, agrémenté d’un lac qu’alimente l’eau du proche canal du midi.

L'état actuel du château néo-Louis XIII date de 1860, bâti, rénové par l'un des derniers descendants du Bailli de Suffren faisait parti de l'Ordre de Malte, dont il devint commandeur et bailli. 
 

LE CHÂTEAU DU TERRAL  

La métairie du Terral, située dans la commune d'Ouveillan, appartenait à l'abbaye de Fontfroide depuis l'année 1188, classé aux monuments historiques en 2005.
Le château du Terral est un château situé sur le territoire de la commune d'Ouveillan dans le département de l'Aude, à environ 2 km au nord-est du chef-lieu. Il a été édifié entre 1889 et 1909, suivant les plans des architectes Louis Garros et son fils Alexandre. L'architecture s'inspire du XVIIème siècle pour les extérieurs, et du XVIIIème siècle en ce qui concerne les intérieurs.

Une vue aérienne du château du Terral.

Le château du Terral dans les années 1950.

L'intérieur du château du Terral en 1905.

L'intérieur du château du Terral en 1905.

L'ensemble se compose d'un corps central jouxté de deux pavillons. Sur les façades se trouvent des chaînages à refends, de larmiers sur consoles, ainsi que des balcons à balustres de pierre.
À l'intérieur, l'agencement d'origine a été maintenu. Au sud, donnant sur la route de Capestang, se trouvent une terrasse et des escaliers qui descendent vers un plan d'eau par devant le château.
Achevée en 1909, la chapelle possède un plan rectangulaire dont la nef est couverte par une coupole ajourée. Pour compléter l'ensemble figurent les anciennes écuries, le pavillon de la conciergerie, la clôture et la grille d'entrée.
Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 29 mars 2005. Cela concerne les façades et toitures du château, de la chapelle, de la loge du gardien et des anciennes écuries, ainsi que, à l'intérieur, les trois salons, la salle à manger, la galerie du rez-de-chaussée et le hall avec la cage d'escalier. À l'extérieur, le parc est concerné à l'exception des parties dites de la métairie et du vieux parc.

Le château du Terral en 1905.

Georges Le Breton, né le 10 août 1862 à Orléans et mort le 28 juin 1913 à Orléans, est un architecte-paysagiste du XIXème siècle. L'une de ses principales réalisations est le parc du Château du Terral à Ouveillan dans l'Aude chez Monsieur le comte d'Andoque.


Le château du Terral appartenait au Comte André d'Andoque.
Le comte André d'ANDOQUE de SÉRIÈGE né le 22 août 1870 à Béziers (34) Décédé le 15 octobre 1954, à l’âge de 84 ans. Fils d'Alban d'ANDOQUE de SÉRIÈGE 1842-1875 et de Marie-Isaure de CASSAGNE 1844-1906.
Il obtient du Tribunal civil de Béziers en 1896 de s'appeler d'Andoque de Sériège et rachète le domaine de Sériège en 1910, son cousin Alexandre d'Andoque de Sériège, chef de la branche aînée de Sériège l'ayant vendu et n'ayant pas de postérité mâle.
Acheva la construction de l'imposant château au Terral à Ouveillan, légué par la suite à son fils cadet Pierre.
André d'ANDOQUE de SÉRIÈGE se maria le 10 juin 1896 avec Germaine de LAMBERT des GRANGES, née le 3 août 1877 - Béziers (34), décédée le 27 avril 1915 - Montpellier (34) à l’âge de 37 ans dont il eut :
- Alban d'ANDOQUE de SÉRIÈGE 1898-1980  marié avec Yseult FAYET 1895-1972 
- Pierre d'ANDOQUE de SÉRIÈGE 1907-1980  marié le 3 janvier 1931, Béziers (34), avec Charlotte VIENNET 1909-1996
- Françoise d'ANDOQUE de SÉRIÈGE 1911-2000  mariée en 1933 avec Pierre-Marie de THÉLIN 1896-1957 

André d'ANDOQUE de SÉRIÈGE épousa en secondes noces : Edith NIXON

 

Extrait de carte IGN vous situant la grange cistercienne Foncalvy au Sud-Est d'Ouveillan.

 

LA GRANGE CISTERCIENNE DE FONCALVY - OUVEILLAN

 

Fontcalvy est la mieux conservée des 24 granges cisterciennes rattachées à l'abbaye de Fontfroide au XIIIème siècle. Elle est située sur la commune d'Ouveillan, sur la départementale D13.
En 1097, Guillaume Pierre de Comson, seigneur d'Ouveillan, s'apprête à partir en croisade en terre Sainte. Il fait don des terres d'Ouveillan à l'abbaye Bénédictine de Sainte Marie de Fontfroide.

 Une vue aérienne des ruines de la grange cistercienne de Foncalvy.

La grange cistercienne de Foncalvy parmi les vignes.


En 1146, l'abbaye de Fondfroide est rattachée aux Cisterciens de Clervaux.
En 1203, la partie Sud de l'immense plaine est acheté par les Cisterciens aux Hospitalers.
En 1287, la petite grange d'origine ne suffit plus. Fondfroide fait construire à Fontcalvy une grange fortifiée. En 1315, la grange est terminée.

Ouveillan, ruines de la grange Foncalvy en 1905.

Ouveillan, ruines de la grange Foncalvy en 1980.

Ouveillan, ruines de la grange Foncalvy en 1910.

La construction se fit entre 1297 et 1320 par des frères convers, la grange servait de bergerie au rez-de-chaussée, et de lieu de stockage des denrées sensibles à l'humidité dans sa partie haute. Fontcalvy est une grange forteresse de 20 sur 70 mètres. Sa cour est entourée de murs percés de meurtrières. Les frères convers parcouraient tous les dimanches les 20 km qui les séparent de l'abbaye de Fontfroide pour assister à la messe.
Durant le XIVème et XVème siècle, Foncalvy prospère malgré les attaques des troupes de l'Archevêque et des Vicomtes de Narbonne.
En 1595, Fonfroide inféode Fontcalvy à Alexandre de Frégoze.
Vers 1792, la grange est réquisitionnée comme bien national par les révolutionnaires. Elle est vendue à plusieurs familles.
Au XIXème siècle, la grange tombe et ruine et sert de carrière de pierres.
En 1943, la grange a échappé à la destruction au cours de la Seconde Guerre mondiale, grâce à l'abbé Sigal et l'architecte Nodet. La zone libre était occupée et les troupes allemandes chargées de mettre en défense le littoral audois contre un éventuel débarquement des Alliés en Méditerranée, avaient décidé de récupérer les pierres de la grange pour construire leurs défenses avec des blockhaus.
 En 1977, la commune décide de sauver la ruine. Elle récupère les parts des héritiers et commence une campagne de consolidation. En 1983, la grange est inscrite aux Monuments Historiques. A la fin du XXème siècle, en été, le festival de Fontcalvy redonne vie à ces vieilles pierres. Au début du XXIème siècle, la découverte de l'extérieur de la grange est libre et gratuite. 

Ouveillan, la grange cistercienne de Foncalvy, la façade Est.

Ouveillan, la grange cistercienne de Foncalvy, la façade Sud.

Ouveillan, la grange cistercienne de Foncalvy, la façade Est.

Ouveillan, la grange cistercienne de Foncalvy, la façade Est.


ARCHITECTURE :
L'édifice est de plan carré, à un étage sur rez-de-chaussée. Ce dernier était constitué, à l'origine, d'une seule et vaste salle, divisée plus tard en salles plus petites par des murs séparatifs dont l'un d'eux subsiste encore. Cette salle est couverte de quatre voûtes sur croisées d'ogives séparées entre elles par des arcs doubleaux. Arcs doubleaux et diagonaux prennent appui au centre sur un imposant pilier fasciculé dont le profil est engendré par la rencontre des différents arcs. L'entrée est placée à l'est, à la base d'une tour de section carrée, volontairement désaxée par rapport à la façade en raison de la retombée d'un arc doubleau et de deux arcs diagonaux dans l'axe médian. L'entrée constitue une sorte de sas entre deux portes en plein cintre, au-dessus duquel un plancher ajouré pouvait faire office d'assommoir. Un plancher divisait, dès l'origine, la vaste salle du rez-de-chaussée en deux niveaux. L'accès à l'étage est assuré par une rampe extérieure adossée à la façade est. Cette disposition, qui ne tient pas compte du système défensif, n'est pas d'origine. Une trappe munie de marches et ménagée dans la voûte au revers de la façade est, semble avoir été l'accès primitif, probablement assuré par une échelle légère. Il y a tout lieu de penser qu'un second système à échelles mobiles devait exister dans la tour est. L'édifice était couvert d'un toit à deux versants dont l'arête supérieure était portée par deux arcs diaphragmes brisés. A l'extérieur, le contrefort médian de la façade sud est évidé à partir d'une certaine hauteur jusqu'à l'étage supérieur, formant ainsi une sorte de gaine dont l'usage est encore mal défini. Au devant de la façade est et dans sa partie supérieure, deux arcs appareillés prennent appui sur les contreforts d'angles et sur la tour centrale. Il est probable que ces arcs supportaient à l'origine une courtine qui ceinturait l'édifice comme paraissent l'indiquer les corbeaux en saillie. Faisant partie du système défensif, les quatre contreforts d'angle étaient aménagés en guettes. Leur partie supérieure correspond à une logette, protégés par un garde-fou, et à laquelle on accède depuis l'étage par un étroit passage.

 

La grange de Foncalvy organisation de dîner spectacle en été.

La grange de Foncalvy organisation de dîner spectacle en été.

A découvrir, tous les ans, pendant la période estivale, un festival pluridisciplinaire ce déroule sur le site de la grange cistercienne de Foncalvy au milieu des vignobles. Festival proposant des repas conviviaux de spécialités régionales et médiévales suivis de spectacles et concerts.

La ferme de Bonne Terre, magnifique bâtiment du début du XIX ème siècle, située au Nord-Ouest du village, sur la route D13 à mi distance entre Ouveillan "La Croisade" sur le canal du Midi .

La ferme de Bonne Terre, façade Sud-Est.

La ferme de Bonne Terre, façade Nord-Ouest.

AU FIL DES SIÈCLES


- La création du canal du Midi fut certainement l'un des plus importants travaux, sinon le plus important de la fin du XVIIème siècle, tous les habitants proches du canal sont impliqués dans la réalisation de ce projet comme on peut le lire ici "Le 28 du mois de mars 1688, Jean Matton architecte de Lyon traite avec les frères Coste d'Ouveillan pour faire tout l'ouvrage qui conviendra pour l'approfondissement et élargissement de la Robine depuis Narbonne jusqu'à la rivière d'Aude, et les fondements de trois écluses, à raison de 19 sols la toise cube". Voir mes 4 reportages sur l'histoire du canal du Midi avec de très nombreuses photos ICI.

- Révolte des vignerons du Languedoc en 1907 voir reportage ICI.


ARCHÉOLOGIE


Lors de mes recherches j'ai trouvé parmi une liste de dons pour le musée de Narbonne que deux fragments de poterie de Milhau dont un orné et l'autre portant une marque de potier, OF-RVTHEN. Trouvés à Ouveillan.

Voici quelques photos anciennes que les amateurs apprécieront :

Ouveillan en 1950.

La cave coopérative d'Ouveillan en 1970.

 

Monument aux morts de 1914-1918 réalisé par le sculpteur René Iché (1897-1954) en 1927. Inauguré le 11 novembre de la même année, en présence de Léon Blum, futur député de l'Aude et d'Albert Sarraut, ami de son père.

Ouveillan, les écoles en 1910.

Ouveillan, l'intérieur de l'église en 1905.

Ouveillan, avenue de la gare en 1905.

Ouveillan, une vue générale au Nord en 1955.

Ouveillan, boulevard Jean Jaurès et l'hôtel restaurant Jalabert en 1955.

Ouveillan, la place Carnot et le marché couvert en 1905.

Ouveillan, l'église Saint Jean du XIIème siècle en 1980.

Ouveillan, parc et château d'Andoque appartenant au comte d'Andoque en 1950 (château du Terral).

Ouveillan, parc et château d'Andoque appartenant au comte d'Andoque en 1955 (château du Terral).

Ouveillan, la place Carnot et le marché couvert en 1905.

Ouveillan, l'intérieur de l'église en 1905.

    

Ouveillan, à gauche, le clocher et la croix. A droite, place de la Lauze. Deux photos prises le 19 décembre 1920 où l'hiver fut très rigoureux moins 13°. un cyclone de verglas c'est abattu sur la région, Narbonne fut paralysée.

Ouveillan, l'école maternelle en 1905.

Ouveillan, l'église, croix du calvaire et la pharmacie Cabanes en 1930.

Ouveillan, groupe scolaire en1905.

Ouveillan, une vue générale en 1905.

Ouveillan, avenue Saint-Chinian en 1905.

Ouveillan, place de la Lauze avec le coiffeur "salon Louis XV" en 1905.

Ouveillan, boulevard Gambetta.

Ouveillan, avenue de la Poste en 1905. 

Ouveillan, avenue de Saint-Chinian en 1945. 

Ouveillan, place de la Lauze et les cafés, en 1905.

Ouveillan, place de la Lauze et Fontaine, en 1905.

Ouveillan, boulevard Carnot, en 1905.

Ouveillan, la place Carnot et la halle, en 1905.

Ouveillan, place de la Lauze et Fontaine, en 1905.

Ouveillan, ancienne chapelle des Pénitents, en 1905.

Ouveillan, l'intérieur de l'église Saint-Jean, en 1965.

Ouveillan, l'église Saint-Jean, en 1980.

Ouveillan, avenue de la gare, télégraphe et téléphone à gauche, en 1905.

Ouveillan, avenue de la gare, en 1905.

Ouveillan, place de la Lauze et Fontaine, en 1905.

Ouveillan, rue Victor Hugo et rue Danton en 1955.

Ouveillan, une vue générale en 1905. 

Ouveillan, boulevard Jean Jaurès en 1955. On aperçoit le maréchal Ferrant au fond à droite.

Ouveillan, boulevard Jean Jaurès et l'hôtel restaurant Jalabert en 1955.

Ouveillan, le calvaire oratoire en 1980.

Ouveillan, la place de la Lauze avec sa fontaine en 1950.


Bibliographie,  je citerai simplement les documents les plus pertinents :
 

- Notice no PA00102844, base Mérimée, ministère français de la Culture.
- Dictionnaire topographique du département de l'Aude, rédigé en 1912 par l'abbé Sabarthès.
- Le dernier Livre vert de l'archevêque de Narbonne  par l'abbé Sabarthès.

Ainsi se termine ce reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires en bas de l'article ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! 
Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact : 

 jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez-moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.  

Julie logo juillet 2014 495x350

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre - dans DÉCOUVERTE
commenter cet article

commentaires

Henri-Basile Toustou 30/01/2017 19:20

Très beau village bien mis en valeur, quel régal.

michel 30/01/2017 11:41

Toujours richement documenté, je me régale a chaque parution.
Merci pour ce partage.

Jean-Pierre 30/01/2017 12:10

Bonjour Michel, Bonne année à Toutes et Tous, je n'ai pas eu l'occasion de le faire ayant des ennuis de santé actuellement.
J'essaye de rassembler le maximum d'infos pour chaque reportage et le plus concis possible. Merci aux photographes, c'est quand même plus agréable d'allier photos et texte. J'espère pouvoir continuer à vous offrir des pages d'histoires intéressantes.
Merci pour tous vos commentaires positifs et votre fidélité. Bien cordialement Jean-Pierre

Redon Jeannine 30/01/2017 11:18

Bravo pour ce travail considérable et passionnant de documentation!