Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.belcaire-pyrenees.com
  •  www.belcaire-pyrenees.com
  • : BELCAIRE capitale du Pays de Sault en Languedoc Roussillon. Au départ j'ai réalisé ce site pour partager les retrouvailles 33 ans après, de 17 copines, dans cette région authentique préservée en territoire cathare au pied des Pyrénées. Mais je me suis aperçu que l'Aude n'était pas assez mise en valeur, alors amoureux de cette région et la passion étant là, j'ai réalisé des reportages pour vous présenter ce département aux lieux chargés d'histoire. Ce site a pour but surtout de vous faire découvrir cette région authentique, plein de charme qu'il faut aller visiter.
  • Contact

ANNONCES-MESSAGES-ACTUALITÉS

Ils veulent vous informer !

Pour découvrir les annonces

  cliquez sur la photo

Photo pour les annonces 02

Faites Une Recherche Sur Ce Site

LIENS UTILES

En cliquant sur l'une des images ci-dessous :

1 - vous pouvez écouter Radio Montaillou en direct

 

logo 01cliquez sur le logo RADIO MONTAILLOU ci-dessus pour écouter la Radio en direct
(en cliquant sur leur site en haut à droite)
pendant que vous consultez les pages du site
 

 

 

Pour suivre la progession et connaître la position des ours dans les Pyrénées
téléphonez au 05.62.00.81.10
 
Vous pouvez m'écrire
CLIQUEZ SUR LE PETIT CHIEN ROMÉO POUR ME CONTACTER
 
 
LIVRE D'OR
cliquez sur la photo pour déposées vos marques de sympathie et pour les visionner

Gîtes dans une ancienne école place du village de Comus, village situé
sur le tracé de l'emblématique Sentier Cathare et à proximité des gorges de la Frau et de Montségur
 
Locations gîtes et chambres d'hôtes à Ignaux dans les montagnes des Pyrénées
en Haute-Ariège près d'Ax-les-Thermes
 
Hôtel Restaurant Bayle ** à Belcaire

 

Sites d'Ami(e)s

Les Amis du Sabarthez de Pierre Cortinas

 

Pour le développement du tourisme au Pays de Sault :

     l'Association le Grand Sault

 

on y trouve des renseignements intéressants sur ce site :

     Chambre d'Agriculture de l'Aude

 

Logo réduit office du tourisme du pays de sault

Office du Tourisme du Pays de Sault

Chemin départemental 613

11340 ROQUEFEUIL

Tél : 04.68.20.75.89

 

Retour à la page d'accueil

LES LIVRES CONSEILLÉS

Nouvelle Rubrique pour découvrir

des livres intéressants

cliquez sur la photo

livres conseillés

MESSAGE

5 novembre 2016

 

Si le hasard t'amène, le plaisir te ramènera ! Dans cette troisième et dernière partie je vous propose de découvrir l'environnement du village de Bélesta. Je vais très certainement omettre des informations, j'espère que vous ne m'en tiendrez pas rigueur. N'oubliez pas, ce reportage qui a été réalisé en trois parties du fait de la quantité de photos proposée.

Je constate que mes reportages ne vous laissent pas indifférents et qu'ils aiguisent votre curiosité, et n'hésitez pas à laisser vos commentaires à la fin de l'article, ils sont les bienvenus. Je vous souhaite une bonne lecture …

 

 

Plan des ruines du château d'Audou de Bélesta datant du XVIIIème siècle archives départementales de l'Ariège référence : 70EDT-CC2. 

 

LE CHÂTEAU D'AUDOU

 

Au sommet du roc Saint-James, une croix en bois se dresse au point le plus élevé du rocher. Elle a été plantée là par les habitants du hameau de Millet, et elle est destinée à détourner les orages. A l'endroit où se dresse actuellement la croix, s'élevait autrefois une tour ronde, dont la circonférence est encore très nettement indiquée par les restes de la muraille ; des lignes de pierres que le mortier unit encore tracent sur le sol le plan du bâtiment qui, jadis, recouvrait cet emplacement. Etait-ce un château ou un couvent ? Pour les anciens du pays, cette construction en ruines date de l'époque des Romains.

Bélesta, le sentier permettant l'accès aux ruines du château d'Audou.

Bélesta, l'entrée de la forteresse du XVIème siècle, située au Nord-Est de l'enceinte.

Bélesta, vestiges du mur d'enceinte, angle Nord-Est.

Bélesta, une autre entrée de la forteresse du XVIème siècle située au Nord-Ouest celle-ci n'existait pas primitivement, elle a été faite par les habitants venus piller la pierre. Prise de vue réalisée de l'intérieur de l'enceinte qui a été défrichée.

Bélesta, une vue aérienne des ruines du château d'Audou. Le château d'Audou est une forteresse du XVIème siècle, bâtie à l'occasion des guerres de Religion par Jean-Claude de Lévis Léran, plus connu sous le nom de sire d'Audou, fervent protestant et homme de confiance d'Henri IV. Cet édifice domine le village depuis plus de quatre siècles. Délaissé dès le début du XVIIème siècle, il fut progressivement abandonné, saccagé par les hommes et envahi par la végétation, au point d'être aujourd'hui menacé de ruine complète et de n'être bientôt plus qu'un malheureux tas de pierres.

Bélesta, une vue aérienne des ruines du château d'Audou, la superficie à l'intérieur de l'enceinte est de 2500 m² environs. Si vous possédez un relevé sur plan de ces ruines merci de m'envoyer celui-ci par mail pour compléter ce reportage.

Bélesta, une vue aérienne des ruines du château d'Audou. La configuration des bastions restent très marquées aux angles de la forteresse.

Le castel d'Amont, ce château, également appelé "château d'Audou" ou encore "château neuf", a été construit par le sire d'Audou, vraisemblablement après 1567. En 1604, celui-ci fait l'objet d'un procès-verbal de visite avec estimation des réparations à y faire à la demande de Louise de Lévis-Mirepoix. Cet acte décrit l'organisation du château, il était flanqué de quatre bastions carrés, avec un donjon à quatre étages et un corps de logis à trois étages. Il comptait de nombreuses pièces dont quatre caves, deux grandes salles, une cuisine et plusieurs chambres. On sait également qu'un colombier se situait entre le château et la village et que des écuries se trouvaient à l'extérieur du château, près de la porte d'accès.

Louise de Mirepoix a finalement préféré le "château vieux", dans Bélesta à côté de l'église, afin d'y établir ses nouveaux quartiers. Des aménagements de plaisance ont été réalisés au XIXème siècle. Le site est inscrit au titre des Monuments Naturels et Sites.

Bélesta, le mur d'enceinte Sud du château d'Audou.

Bélesta, angle Sud-Est du château d'Audou, on aperçoit, émergeant derrière le mur, le bastion au fond.

Bélesta, depuis peu une association s'est créée pour la sauvegarde de ce patrimoine historique du XVIème siècle. Les travaux les plus urgents de sauvegarde sont les maçonneries, le confortement et restauration des remparts et des vestiges des corps de logis, la remise en place des pans de maçonnerie effondrés et, à plus long terme, le dégagement des bâtiments aujourd'hui comblés par les gravats et la terre apportés par quatre siècles d'abandon, ainsi que la restauration et leur consolidation des quatre bastions d'angle.

Bélesta, angle Sud-Est de l'enceinte. Cela fait une importante superficie ceinturée par ces murailles dont une bonne partie est encore debout. Le terrain ainsi aménagé servira aux manifestations médiévales futures.

Bélesta, angle Sud-Est de l'enceinte avec les vestiges du bastion.

Depuis plus de quatre siècles après la mort de son propriétaire, Jean-Claude de Lévis-Léran, sire d'Audou, la forteresse, à l'abandon, victime des intempéries, des démolitions successives, de la végétation excessive (arbres, ronces, lierre…) était, avant son acquisition par l'association, menacée de disparition.

Bélesta, le mur d'enceinte Sud de la forteresse.

Bélesta, les ruines du château d'Audou vues de l'église Notre-Dame du Val d'Amour.

 

Bélesta, le calvaire de Bicharole. 

 

Bélesta, le calvaire Notre-Dame du Val d'Amour.

Bélesta, place du monument aux morts.

Bélesta, place du général de Gaulle.

Bélesta, l'Hers et la rue du Pont.

Bélesta, l'Hers vue de la rue Delalaygue.

Bélesta, route La Borie à l'Est du village, direction Quillan.

 

LA FORÊT DE BÉLESTA

 

 

Dès le Moyen-âge, les hommes ont détourné les eaux de l'Hers pour faire fonctionner les scieries et moulins. Il y avait vingt scieries entre 1856 et 1890 à Bélesta, c'était la prospérité avec le commerce du bois. Il y avait une scierie de marbre entre 1865 et 1868 en amont du hameau la Forge, elle fut construite sans autorisation. Diverses usines se regroupent au hameau de la Forge, entre le XVIIIème et XXème siècles. Une forge à la catalane, un martinet et une scierie sont bâtis avant la Révolution et appartiennent aux seigneurs de la Rochefoucault. Le site est ensuite en partie vendu à la famille Avignon qui y construit un second moulin à scier, un moulin à farine et une filature. Vers 1870, Adolphe Avignon installe une autre scierie à proximité. Au début du XXème siècle, le quartier compte trois ateliers de peignes en corne, deux usines textile, construites vers 1950, s'arrête dans les années 1990.

Forêt de Bélesta, une coupe des sapins.

Forêt de Bélesta, une coupe des sapins.

Dans le centre du village, il y a un ancien moulin à farine, qui semble être le premier moulin connu à Bélesta, datant de 1298. Il appartenait à la famille de Lévis. Au XVIIIème siècle, la famille de La Rochefoucault ajoutera une scierie et un moulin à jais. Transformé en scierie après la Révolution, ce dernier sera associé à sa voisine en 1845. De l'autre côté du pont, une scierie à bois et à marbre seront construites en 1837 par Jacques Courrent. Une usine d'effilochage s'installera à proximité dans les années 1950 pour s'arrêter en 1968.

Entre Bélesta et les Peyrots (au Nord-Ouest) le site de la Garenette a abrité un moulin à farine et à huile, une scierie à marbre et à bois, une filature ainsi qu'une usine hydro-électrique. En aval, une scierie à bois et un moulin à plâtre sont construit vers 1827 par Belot de la Digne. Au XXème siècle il ne reste plus qu'une usine d'effilochage et une usine de teinture.

Forêt de Bélesta, maison du garde forestier.

Forêt de Bélesta, engin de manutention, travail dans des conditions difficiles parfois.

Forêt de Bélesta, engin de manutention, permettant des sortir les arbres coupés de la forêt et de les amener sur une zone accessible aux camions de transport.

La forêt de Bélesta, grand massif forestier, aux sapins géants, est l'un des plus beaux des Pyrénées. A une altitude moyenne de 1000 mètres, la forêt occupe une superficie de 2000 hectares environs qui s'étendent sur un massif karstique situé entre le pic de Saint-Barthélemy, la montagne de la Frau et le plateau de Sault. Essentiellement privée, la forêt comporte 200 hectares de propriété communale, sa production très élevée est de 12 mètres cubes de bois par hectare chaque année. Elle est constituée d'épicéas, de mélèzes et de pin douglas. Les sapins géants de Bélesta ont longtemps servi à la flotte du roi, pour la fabrication des mâts et des ponts. Le bois était acheminé à la mer méditerranée en suivant le cours de l'Aude, transport par flottage (Voir le reportage consacré en partie au flottage ICI).

Il y a deux principaux groupements forestiers, propriété de la même famille Delaballe depuis 1913, celui des Bois Ariègeois, et celui du Bois de Ferrières ont changé de propriétaire en 2005.

Forêt de Bélesta, engin de manutention.

Forêt de Bélesta, autre engin de manutention équipé de chaînes.

Forêt de Bélesta, chargement des troncs.

Forêt de Bélesta, chargement des troncs.

Historiquement, ces biens fonciers ont connu plusieurs dynasties, et en premier lieu, la famille de Lévis-Mirepoix, dont Gaston est mentionné comme propriétaire en 1386, puis par le jeu des alliances matrimoniales, la forêt passa entre les mains de la marquise de Toiras jusqu'en mai 1670, puis la famille La Rochefoucauld prendra la relève jusqu'à la Révolution qui la confisqua au profit de la Nation. La forêt fut mise en vente mais aucun acquéreur ne voulut prendre en gestion une forêt de cette taille. En 1815, les La Rochefoucauld récupérèrent leur bien, mais le vendirent en 1829 et ce fut la fin du rôle des grandes dynasties aristocratiques.

La société Mouïse composée d'associés messieurs Barthe-Delcassé, Mouisse, Anduze et Gabarrou, acheta la forêt le 12 mai 1829, qui passa dix ans plus tard entre les mains du citoyen Devillaine. Ce dernier fit faillite et le massif se transforma en société civile en 1848 au moment de la guerre des Demoiselles. Ce conflit obligea la société à donner à la commune de Bélesta des parcelles pour répondre aux violentes réclamations d'usage, la forêt communale fut ainsi créée. La forêt changea encore de mains en 1883 avec l'achat par la veuve de Nathaniel de Rothschild qui en resta propriétaire jusqu'à la vente en 1913, à Charles Delaballe.

 

LA FONTAINE DE FONTESTORBES

La fontaine intermittente de Fontestorbes, déjà connue à l'époque romaine. Une des dix plus importantes exsurgences de type vauclusien en France, elle se singularise par la régularité de ses intermittences et l'ampleur de leurs variations ; la limonaderie de Fontestorbes, plus ancienne limonaderie artisanale de France encore en activité sans interruption depuis 1885.

La fontaine de Fontestorbes à plein débit.

Bélesta, l'entrée de la grotte de Fontestorbes.

La fontaine intermitente de Fontestorbes. 

La fontaine intermittente de Fontestorbes. 

La fontaine intermittente de Fontestorbes.

A deux kilomètres environ de Bélesta, on y arrive par une belle route qui mène de Bélesta au village de Fougax et aux gorges sauvages de la Frau, à gauche de la route, se trouve la fameuse fontaine intermittente de Fontestorbes. Pendant les mois d'été, de juillet à septembre, on peut pénétrer jusqu'au fond de la vaste excavation d'où elle sort, en passant sur les pierres laissées à sec et attendre le retour de l'eau qui s'annonce par un bruit assez fort. L'écoulement dure de 25 à 3o minutes et cesse ensuite pendant une durée à peu près égale.

La fontaine intermittente de Fontestorbes, l'intérieur de la grotte est accessible quand le trop plein du siphon cesse après 30 minutes environs.

Ce phénomène est en activité de juillet à octobre avec un débit variant entre 20 à 50 litres/seconde à 1800 litres/seconde après 30 mn. Cette fontaine est si abondante que ses eaux, jointes à celles de l'Hers, jusqu'alors simple ruisseau, suffisaient pour alimenter de nombreuses usines et des scieries qui transformaient en poutres, planches et chevrons les magnifiques sapins de la forêt de Bélesta.

Les auteurs ne sont pas tous d'accord sur l'étymologie du mot Fontestorbes. Pour les uns, il viendrait de fons lurbatus, fontaine troublée, dont le cours est bouleversé, interrompu, intermittent ; pour les autres, il serait constitué par la réunion des deux mots latins fontes orbi, sources qui manquent d'eau.

Cette source est située à l'entrée d'une grotte pittoresque, cette grotte est constituée par le calcaire urgonien, calcaire à dicérates de Dufrénoy, dans le crétacé inférieur.

Dans le Manuscrit de de Baville datant de 1697, l’on peut lire "on y a placé d’espace en espace de grosses pierres pour y pouvoir entrer et sortir, quand la fontaine est dans son plein". L'aménagement de l’accès intérieur de la grotte de Fontestorbes où jaillit la fontaine date de 1864.

Astruc est le premier qui ait donné une explication scientifique du phénomène de la fontaine de Fontestorbes dans son mémoire "Mémoire sur l’Histoire naturelle des Pyrénées" datant de 1731.

En face de la fontaine de Fontestorbes, vous empruntez une passerelle métallique qui enjambe l'Hers, pour accéder à la guinguette de Fontestorbes.

Extrait de carte pour vous situer Fougax et Montségur en empruntant la route D9 qui part de Bélesta. Après vous êtes arrêté à la fontaine de Fontestorbes, ensuite vous avez le village de Fougax.

LE VILLAGE DE FOUGAX

La fertile vallée de Fougax, que là-bas, tout au fond, l'orgueilleux pic de Montségur domine et surveille. Au Barrineuf, deux routes s'offrent à nous : celle de droite mène à Montségur, celle de gauche à Espine, au Pélail et aux gorges de la Frau. Entre parenthèses, de Montségur, vous pouvez vous lancer à l'assaut du pic Saint-Barthélemy, qui se dresse à une hauteur de 2354 mètres. Vous pouvez redescendre par le versant opposé par lequel vous avez effectué l'ascension pour rejoindre la vallée du Basqui, puis les gorges de la Frau et le Barrineuf. 

 

GOUFFRES A BÉLESTA

Le plateau forestier cache un vaste réseau de galeries souterraines que les spéléologues explorent régulièrement. Plusieurs atteignent des profondeurs dépassant les 200 mètres, comme le gouffre des Corbeaux ou "Caugno des courbasses", celui des Œillets ou celui du Roc des Agréous. A 850 mètres d'altitude, le gouffre des Corbeaux s'ouvre, en plein bois, dans des roches crétacées urgoniennes très fissurées, son orifice mesure environ 60 mètres sur 30 mètres de diamètre. C'est un abîme d'absorption et d'effondrement, la profondeur totale atteint environ 200 mètres. Cette caverne, qui s'élargit jusqu'à près de 30 mètres, est obstruée à 200 mètres sous terre par les blocs d'effondrement, à ses deux extrémités, deux petits réduits, au sol d'argile s'enfoncent sous terre. Le gouffre des Corbeaux et tous les gouffres bien connus de tout le monde a continué, malgré une loi du 15 février 1902, à servir de charnier pour les bêtes mortes des hameaux environnants, ce qui a eu pour effet de polluer les eaux de ruissellement, eaux qui alimentent les sources du secteur. Or, une partie de l'eau de cette source de Fontestorbes est captée pour l'alimentation de la commune de Bélesta.

 

Le petit hameau du Gélat proche du gouffre des Corbeaux.

Bélesta, l'entrée du gouffre des Corbeaux très connu des spéléologues.

 

GORGES DE LA FRAU

Les gorges de la Frau, son nom signifierait selon J.L. Salvaire "Fracture" et non "gorges de la peur" comme cela est généralement écrit. Il était question dans les années 1900 de réaliser une route passant par les gorges de la Frau pour relier Fougax à Comus et le plateau de Sault. Mais la raison à fait, que ce projet n'a jamais été réalisé et que ces gorges ont gardé leur beauté sauvage et farouche qui en fait tout le charme.

 

PRÉHISTOIRE A BÉLESTA L'ÂGE DE BRONZE

- Une série d'objets antiques provenant de l'oppidum fortifié gaulois du Mayne, mur à double parement. L'oppidum du Mayne se situe dans la partie orientale du département de l'Ariège, à moins de deux kilomètres de sa limite avec le département de l'Aude. Au Sud du village de Bélesta, il occupe une partie de l'éperon rocheux surplombant directement la fontaine intermittente de Fontestorbes et la vallée de l'Hers. Le travail de fouille réalisé sur le site juste après la seconde guerre mondiale a donné lieu à une publication parue en 1948 dans le bulletin de la Société Préhistorique de l'Ariège. Des armes, pointes de flèches, fers de javelot à douille, clous en grand nombre ainsi que des chevilles, objets de parure, des monnaies romaines datant de la première moitié du 1er siècle avant J.C., des céramiques, tout ceci fut retrouvé lors des fouilles. Une occupation du lieu, axée surtout sur les deux ou trois derniers siècles avant notre ère, dates apportées par l'étude du mobilier et des monnaies retrouvées.

Monnaie de bronze retrouvée sur l'oppidum du Mayne.

- Bélesta, la grotte de Rieufourcand-Espalisses : grotte occupée de la fin du Néolithique jusqu'au Deuxième Age du Fer, puis sporadiquement à l'époque romaine (antonianus d'Herennia Etruscilla, épouse de Trajan Dèce).

 

VOICI QUEQUES VUES AÉRIENNES DE BÉLESTA 

 

Bélesta, le centre ville.

Bélesta, une vue en direction de l'Est.

Bélesta, une vue en direction du Sud-Est.

Bélesta, comme vous pouvez le constater sur ces photos, les forêts occupent une superficie importante.

Bélesta, une vue en direction de l'Est.

Bélesta, une vue en direction du Sud-Ouest.

Bélesta, une vue en venant de Lavelanet.

Bélesta, une vue du centre ville.

Bélesta, une vue du centre ville.

Bélesta, vue aérienne de La Borie (sortie Bélesta route de Quillan).

Bélesta, vue aérienne de l'Espinas, petit hameau situé à l'Est de Bélesta.

 

DES OVNIS VUS A BÉLESTA

Il fallait que j'en touche un mot. La région a été touchée par un phénomène qui a défrayé la chronique en son temps. Dans la nuit du 16 au 17 octobre 1954, une série impressionnante d'observations d'ovnis a été relevé en plusieurs points de la commune. Tous les témoignages concordants, collectés par la gendarmerie faisaient état d'objets évoluant dans le ciel nocturne selon un étrange ballet qui dura plusieurs minutes. 

Voici les cinq jeunes du canular 55 ans après leur subterfuge. Photo datant de 2009.

Révélé en 2009, pendant 55 ans ils ont gardé le secret, en réalité, en 1954, des copains font valser des lumières au dessus de la colline de Millet et défraient la chronique pendant 55 ans.

"Cette affaire, c'est un amusement de jeunes. Avec tous mes copains de Bélesta, nous étions une demi-douzaine, on s'ennuyait ferme ce samedi soir-là. Dans les journaux, à la radio, on ne parlait que d'Ovni. Alors on s'est dit : ils en veulent, on va leur en offrir !" Cinquante-cinq ans après, ils sont là les principaux protagonistes de ce canular, tous entrés dans leur soixante-dixième année, encore amusés au souvenir de ces étranges apparitions lumineuses. : Jean et André Sibra, René Lagarde, Gérard Pibouleau, Gérard Coléra. Le ciel ce soir là en a rajouté une couche, comme pour rendre plus crédible leur canular "alors que l'on partait, il est passé dans le ciel une énorme étoile filante en direction de Belvis! ", raconte René.

Ils avaient réalisé un vélo spécial avec des ampoules fixées sur les roues et guidon, avec ce vélo il montait et on descendait autour de la croix, il n'y avait pas d'arbres à cette époque, dans la nuit les gens voyaient mal et ils avaient l'impression que ces lumières montaient et descendaient dans le ciel". Une voiture monta jusqu'à la colline de Millet, c'étaient les gendarmes, les jeunes ont vite décampé, de peur de se faire enguirlander ils ont gardé le secret de leur blague.

L'affaire depuis était devenue un classique de l'Ufologie.

 

Le pog de la forteresse cathare de Montségur, je vous invite à consulter les 6 reportages consacrés à l'histoire de Montségur la première partie ICI.

Sinon passez par les 3 sommaires à votre disposition dans le menu de gauche.

 
 

A VOIR :

À proximité :

- Le château cathare de Montségur.

- Le château de Puivert.

- Le manoir de la famille Bataller.

- La croix de Millet.

- Les gorges de la Frau.

- Le dolmen du Moli del Vent.

 

Personnalité célèbre de Bélesta :

- J.B. Mercadier (1750-1618), ingénieur de la province du Languedoc, il supervisa les travaux du pont de Mirepoix ; puis, chargé de missions à l’étranger. Il a écrit divers ouvrages.

- Marcel Sableau, né à Bélesta le 4 juillet 1906, radical socialiste, poète, romancier, auteur de théâtre, ingénieur ; candidat malheureux aux législatives de 1932 et 1936 (arrondissement de Foix).

 - Robert Naudi, né le 17 avril 1927 à Bélesta ; il était le fils de Noël Naudi maire de Bélesta et conseiller général de Lavelanet de 1945 à 1961. Robert fut maire du Pla de 1971 à 1985 et de Tarascon de 1985 à 2001. Conseiller général du Quérigut de 1975 à 1985 ; président du conseil général de 1985 à mars 2001, il décéda le 19 janvier 2003.

- Henri Martre, né le 6 février 1928 à Bélesta, hautes fonctions dans l’aéronautique ; président du GIFAS, groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales ; Grand Croix de la Légion d’honneur le 1er janvier 2003.

- Jean Claude Lévis-Léran, dit le Sire d’Audou, mort au château d’Amont, à Bélesta, le 11 février 1598 ; chef des Réformés, gouverneur du château de Foix.

- Léon Alexandre Périer, né à Bélesta le 17 décembre 1858, mort en 1926. Il fut préfet du Puy de Dôme, de la Nièvre et d’Alger ; il publia de nombreuses publications juridiques et administratives.

- André Lagarde, signait ses chroniques sous le nom de Jordi Plantaurel dans la Dépêche du Midi. Il est l'auteur d’un dictionnaire français-occitan et de divers ouvrages sur le même thème.

- André Lannes, joueur de rugby.

-----------------------------------------------------

NE PAS CONFONDRE Bélesta et Bélesta en Lauragais, comme j'ai réalisé de la généalogie d'un des seigneurs du lieu je vous en fait profiter.

Blason de Charles de Varaigne seigneur de Bélesta de Gardouch extrait de l'armorial général de France par Charles d'Hozier 1696.

Voici donc la généalogie de la famille de Varagnes seigneur de Bélesta en Lauragais village situé au Nord-Ouest de Castelnaudary.

Maison, une des plus anciennes de la province du Languedoc, dont l'origine se perd dans l'antiquité la plus reculée.

C'est avec Gaillard de Varagnes que commence la lignée des seigneurs de Bélesta en Lauragais.

Dans les textes anciens Varagne s'écrit sans S à la fin où avec un S.

 

- Gaillard de VARAGNES, seigneur de Bélesta, et de Varagnes, Damoiseau en 1420, né vers 1350, il décéda dans une extrême vieillesse en 1420. Il était le fils d'Izarn de Varagnes qui prêta serment de fidélité au roi Charles VI à Toulouse en décembre 1389, il épousa Elips de Castilhon. Gaillard a épousé, demoiselle de Peytes, héritière de la maison de Peites qui lui porta en dote les terres de Lampaud et de Serviès, ils eurent pour enfants :

- Gaillard II de Varagnes, seigneur de Bélesta, qui suit ;

- Bernard de Varagnes, il fut l'un de ceux qui délivrèrent en 1438 le Château et la ville de Saint-Gabelle des Routiers qui en avaient fait leur place d'armes ;

- Andrée de Varagnes, mariée en janvier 1407 avec Jacques de Dumont de Rouaix ;

- Philiberte de Varagnes, mariée avec Arnaud de Plagnolle, Damoiseau, seigneur de Saint-Germier.

- Gaillard II de VARAGNES, seigneur de Bélesta, et de Varagnes, Damoiseau en 1463, né vers 1400, il décéda le 2 janvier 1442 à Bélesta il avait environ 42 ans. Il se maria avec Brune de Roqueville, dame de Bélesta, fille unique d'Alzias de Roqueville, seigneur de Bélesta. Il rendit hommage de ses terres à Louis XI, roi de France, un lundi 7 juin 1743 dans la salle de la Trésorerie de Toulouse, où ce prince était logé. Ils eurent trois enfants :

- Gaillard IV de Varagnes, qui suit ;

- Bertrand de Varagnes,  marié en 1471 avec Jeanne d'Arnave ;

- Imberte de Varagnes, née en 1443, mariée en 1463 avec Antoine de Montesquieu- Coustaussa, seigneur de Montesquieu ;

- Jean de Varagnes, prieur commendataire du prieuré Sainte-Marie de Pierrepertuse et de Lavelanet en 1494.

- Gaillard IV de VARAGNES, seigneur de Bélesta, et de Gardouch, Damoiseau en 1509, il décède avant 1497. Il fut un des principaux seigneurs que le Roi commit par ses Lettres datées du 11 Octobre 1465, pour mettre sous sa main le temporel de l'Archevêché de Toulouse durant le Schisme qui agita cette ville après la mort de Pierre de Saint-Martial son Archevêque. Il épousa en première noce, le 5 février 1448 Marguerite de Plagnolle, fille d'Arnaude Planholle et d'Esclarmonde de Gavarret. Elle décède en 1470. En secondes noces il épousa, vers 1470 Jeanne de La Tour de La Roche. Du premier mariage est né Gaillard V de Varagnes qui suit ; du second mariage ils eurent pour enfants : Flore de Varagnes et Marie de Varagnes ; Jeanne de Varagnes elle épousa en 1555 Antoine de Toulouse-Lautrec ; Armand de Varagnes né en 1512, religieux de Saint-François.

- Gaillard V de VARAGNES, Chevalier de l'Ordre du Roi, seigneur de Bélesta, et de Gardouch, baron de Rieux, Mourvilles, Saint-Félix, Saint-Paulet et de Vieillevigne. Il décède en 1530. Il épousa le 20 février 1494 Hélène de Vivier, fille du haut et puissant seigneur Guillaume du Vivier, ils eurent pour enfants :

- Pierre de Varagnes, prieur de Pierrepertuse, chanoine de Saint-Sernier de Toulouse, mort vers 1570 ;

- Raymond de Varagnes, né en 1530, se maria avec Mangète de Thuri, il décède le 2 novembre 1565 ;

- Françoise de Varagnes, épousa Barthélemi de Lavergne, seigneur de Montbazin, gouverneur de Salulce ;

- Antoine de Varagnes, né en 1527.

- Gaillard VI de VARAGNES, coseigneur de Gardouch en 1541 et seigneur de Bélesta, en 1551, il rend hommage pour Gardouch et Bélesta, seigneur de Mourvilles, de Saint-Félix, de Saint-Paulet et de Vieillevigne. Chevalier en 1566, dit le Capitaine Gardouch. Il décède vers 1500. Il épousa le 21 mars 1528 Jeanne Rigaud de Vaudreuil, fille de Vital, baron d'Auriac et de Catherine Lauzières-Thémines. Elle décède en 1566. Ils eurent pour enfants :

- Jean de Varagnes, seigneur de Bélesta, qui suit ;

- Isabeau née en 1562 ;

- Jeanne de Varagnes, née en1562, décède en 1571, mariée le 15 juillet 1555 avec Antoine de Toulouse-Lautrec, seigneur de Saint-Germier ;

- Catherine de Varagnes, épousa le 20 mars 1562 Antoine de La Tour, elle mourut sans enfant l'année de son mariage ;

-Françoise de Varagnes, religieuse au monastère des  Nonenques, elle quitta cet état pour se marier le 18 juin 1566, à François de La Tour ;

- Jeanne de Varagnes mariée avec Damien de Veyre ;

- Constance de Varagnes de Bélesta de Varagnes épousa en première noce, Guillaume Raymond des Bordes, puis en seconde noce, Antoine de La Tour de La Roche seigneur de Juzes.

- Jean de VARAGNES (Jean de BARAIGNES), seigneur de Bélesta, il épousa le 23 novembre 1574 Anne de Bazillac, fille de Jean de Bazillac, baron de Bazillac et d'Anne de Rochechouart. Il fut tué dans son château de Bélesta le 2 février 1575 par les Religionnaires. Il fut Gentilhomme ordinaire de la chambre (brevet du 23 Juillet 1569). Ils eurent entre autre pour fils :

- Louis Girard de VARAGNES, seigneur de Gardouch, baron de Bélesta, né vers 1575 au château haut de Gardouch, il décède le 15 mai 1634, il avait 59 ans. En 1612, il possède un château renaissance à quatre tours bâti en haut du Pech de Gardouch. Il épousa le 7 novembre 1596 Marie de Cheverry de la Réole (Bayonne 64) fille de Pierre, baron de la Réole et de Bourguine de Dufort de Saint-Jorry. Ils eurent pour enfants :

- Anne de Varagnes, née en 1601, mariée le 5 novembre 1624 avec Jean Blaise Garaud-Castillon. Elle décéda le 22 août 1693.

- Paule de Varagnes, mariée le 21 août 1639 avec Jean Honoré de Castanet de Tauriac, baron de Tauriac ;

- Paul de Varagnes, seigneur de Gardouch, il est tué en duel par le baron d'Arnave le 2 juillet 1634. Il épouse le 17 août 1627 Marie de Lordat, fille de Jean baron de la Bastide Casseneuve et de Dame Jeanne de Génibroufe. Ils eurent pour enfants :

- Louis de Varagnes, baron de Bélesta, qui suit ;

- Michel de Varagnes, qui fut tué en Flandre à l'âge de 19 ans ;

-Anne de Varagnes, religieuse à l'Annonciade d'Albi ;

- Gabrielle de Varagnes de Bélesta, mariée le 29 septembre 1795 avec Pierre Marie Gabriel Hyancinthe d'Hautpoul, marquis d'Hautpoul, baron de Ganac, de Montolieu, de Prajols et de Saint-Just, seigneur de Seyres et de Roquefort, né le 31 août 1767, décédé le 7 novembre 1807 à l’âge de 40 ans .

- Louis de VARAGNES, baron de Bélesta, conseiller et maître d'hôtel du roi (brevet du 21 Mars 1651), capitaine d'infanterie (le 1er décembre 1652). Il épousa le 6 novembre 1651, Jeanne d'Arjac de Savensa-Morlhon, fille de Charles II de Morlhon, baron de Sanvensa et de Marie de La Valette-Cornusson. Ils eurent pour enfants :

- Charles de Varagnes, seigneur de Bélesta qui suit ;

- Catherine de Varagnes.

- Marguerite de Varagnes, religieuse de l'Annonciade d'Albi ;

- Françoise de Varagnes, religieuse à l'abbaye de Villemeur ;

- Anne de Varagnes, qui épousa Jean Sébastien de Roquefort-Marquein de Salles ;

- Marie-Anne de Varagnes, qui épousa N …de Prohenques ;

- Jean de Varagnes, docteur en théologie, prieur de Saint-Michel de Castelnau d'Elébezoit.

- Charles de VARAGNES, seigneur de Gardouch-Bélesta, Massanés. Il fut Page du Roi à la Grande-Ecurie, puis cornette au Régiment Royal, Roussillon, capitaine de Cavalerie dans celui de Dauphiné Etranger, et Maître de Camp en 1703. Il épousa le 20 novembre 1686 Marie de Roquefort de la Palue de Marquein, sœur de Charles de Roquefort, mort en 1748, Grand-Prieur de Saint-Jean de Jérusalem de Toulouse, et fille d'Antoine de Roquefort et de Marie Darnauc d Ornolac. Ils moururent tous les deux en 1726.Ils eurent pour enfants :

- Jean Charles de Varagnes, qui suit ; 

- Jean Sébastien de Varagnes, né à Bélesta en mars 1696, il fut reçu Chevalier de Malte en 1713, enseigne de Régiment de la Marche, infanterie en janvier 1712. Il devient Aide-Major du même Régiment en juillet 1714, capitaine au même Régiment en décembre 1714. Il participa à des batailles en Pologne, et au siège de Barcelone. Il a eu la Commanderie de Poucharramet en 1749, et celle de Douzens en 1759. Il a été nommé Bailli Grande Croix de l'Ordre de Malte de 18 décembre 1759 ;

- Louis Hippolyte de Varagnes de Gardouch, né le 18 juillet 1700, il fut reçu Chevalier de Malte de Minorité le 19 mars 1701, à la Commanderie de la Tronquière ;

- Jean de Varagnes de Gardouch, né en 1704, appelé Chevalier de Roqueville ; Chevalier de Malte ;

- Claire de Varagnes de Gardouch, religieuse aux Cassés ;

- Anne de Varagnes de Gardouch, elle épousa Étienne de Cabriol, sénéchal de Castres, décédée sans enfant.

- Jean Charles de VARAGNES, Marquis de Gardouch, seigneur de Bélesta, Beaupui, Brignamont, Stramiac, Cépet, La Bastide de Saint Sernin, Villarès, Fignan, Bar, Saint-Clément, Cazillac, coseigneur de la ville de Brives en Limousin, il est maintenu noble le 3 juin 1669, sur titres de 1528, par Bezons, intendant de Languedoc. Il est né le 28 octobre 1695 à Bélesta. Il est Page de la Grande Écurie (preuves d'avril 1713), Cornette au régiment d'Anjou, Cavalerie en 1715. Il épousa en juillet 1724, Marie-Thomasse de Juillard, fille de messire François de Juillard et de Marie de Thésan, née le 14 juillet 1700. Ils eurent pour enfants :

- François de Varagnes, marquis de Bélesta, qui suit ;

- Antoine Joseph de Varagnes, né à Toulouse le 5 décembre 1732, reçu Chevalier de Malte. Il mourut à Paris en 1741;

- Marie Charlotte de Varagnes- Gardouch, née le 15 août 1741. Mariée  le 10 novembre 1762 avec Charles-Madeleine de Pressac, vicomte d'Esclignac, maréchal des camps et armées du Roi ; Capitaine de gendarmerie.

- François de VARAGNES, Marquis de Bélesta, seigneur de Bar, de Saint-Clément en Limousin, de Cazillac, coseigneur de la ville de Brives, il est aussi seigneur de Château-Renault, la Poissonnière, Artois, Crozon, Poulmic. Il est né à Toulouse le 10 juin 1725, il décéda en 1807 à 82 ans. Mousquetaire du Roi  le 13 juillet 1745, second Cornette des Chevau-légers, sous le titre d'Orléans le 20 janvier 1747, Mestre de camp de cavalerie en 1757.  Il épousa en première noce, contrat signé par le roi et la famille royale, le 8 juin 1752, Marie Charlotte de Rousselet, de Château-Regnault, née le 20 septembre 1728, fille d'Emmanuel Rousselet, marquis  du Château-Regnault, lieutenant général de la province de Bretagne et d'Anne Julie de Montmorency-Fosseux. La marquise de Bélesta a été nommée en juin 1752 une des Dames de mesdames Victoire, Sophie et Louise, et elle est sœur de la comtesse d'Estaing.

Puis il épousa en secondes noces, le 11 octobre 1768, Marie Gabrielle de Lordat, née en 1742, fille de Paul Jacques de Lordat et de Jeanne marie de Masnau. 

 

NOTES :

Le village de Gardouch se situe près de Villefranche de Lauragais (31) au Sud-Est de Toulouse. Gardouch était une juridiction épiscopale carolingienne comportant deux châteaux : le Pech de Gardog (devenu Gardouch), situé sur une hauteur, et en bas le fort d'Ornolhac appelé aussi donjon de Gardouch Soubra.

Pendant la guerre de Cent Ans (1337-1453), le Prince noir détruisit les deux forts qui furent rétablis par Raymond VII, comte de Toulouse.

Les Varagnes étaient seigneurs du fort haut, et les Arnave-Ornolhac du fort bas.

 

Voici quelques photos anciennes que les amateurs apprécieront :

Fougax, route de Montségur, la place et l'abreuvoir en 1905.

Fougax, la place et château de Montségur sur son pog au fond à gauche en 1905.

Fougax, une vue générale en 1905.

La vallée de Fougax, et le pic Saint-Barthélemy en 1905. Transport du bois vers Quillan.

Montségur en 1950. 

Fougax, hôtel Delpech en 1905.

Fougax, une vue aérienne en 1950.

Monségur en 1970.

Route de Monségur à Montferrier en 1905, et en arrière plan, la forteresse de Montségur en haut de son pog.

 

Bibliographie :

- Dictionnaire de la noblesse française 1867.

- Bulletins de la Société Ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts (BSA). 

- Dictionnaire de l'Ariège.

- L’Oppidum du Mayne, commune de Bélesta dans le Bulletin de la Société Préhistorique de l’Ariège, 1948, J. Tricoire.

- Pièces fugitives pour servir à l'histoire de France, avec des notes, 1759.

 

 Le prochain reportage sera consacré à un nouveau numéro de la série "Belcaire, passé retrouvé ... acte 11", j'aurai dû peut être changé le titre et intituler cette série de reportages "Le passé retrouvé ... acte 11" en effet, le passé retrouvé ne concerne pas que le village de Belcaire, si vous avez des documents, des photos anciennes d'autres villages du Pays de Sault, je vous invite à me contacter par mail à cette adresse :

 jp@belcaire-pyrenees.com

Ainsi se termine ce reportage réalisé en 3 parties, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires en bas de l'article ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! 
Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact : 

 jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez-moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.  

 

 
 
 
 
 

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre - dans DÉCOUVERTE
commenter cet article

commentaires

CARDAMOME 12/11/2016 22:34

Vous aurez vu que je me suis désabonnée, c'est que j'étais abonnée à deux adresses..donc, doublon...j'apprécie toujours de vous lire bien sur et j'ai hâte d'avoir ma maison construite pas loin de chez vous...fin 17!

Faure 05/11/2016 13:34

Bonjour,
Un site très bien fait qui représente un travail suivi depuis des années, bien fouillé, avec les documents en compléments ce qui procure un intérêt pour nous qui aimons cette belle régions mais ne la connaissons pas suffisamment.
Encore merci, Bravo pour la qualité de votre travail.

henri-basile 05/11/2016 09:50

Quelle richesse historique...