Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.belcaire-pyrenees.com
  •  www.belcaire-pyrenees.com
  • : BELCAIRE capitale du Pays de Sault en Languedoc Roussillon. Au départ j'ai réalisé ce site pour partager les retrouvailles 33 ans après, de 17 copines, dans cette région authentique préservée en territoire cathare au pied des Pyrénées. Mais je me suis aperçu que l'Aude n'était pas assez mise en valeur, alors amoureux de cette région et la passion étant là, j'ai réalisé des reportages pour vous présenter ce département aux lieux chargés d'histoire. Ce site a pour but surtout de vous faire découvrir cette région authentique, plein de charme qu'il faut aller visiter.
  • Contact

ANNONCES-MESSAGES-ACTUALITÉS

Ils veulent vous informer !

Pour découvrir les annonces

  cliquez sur la photo

Photo pour les annonces 02

Faites Une Recherche Sur Ce Site

LIENS UTILES

En cliquant sur l'une des images ci-dessous :

1 - vous pouvez écouter Radio Montaillou en direct

 

logo 01cliquez sur le logo RADIO MONTAILLOU ci-dessus pour écouter la Radio en direct
(en cliquant sur leur site en haut à droite)
pendant que vous consultez les pages du site
 

 

 

Pour suivre la progession et connaître la position des ours dans les Pyrénées
téléphonez au 05.62.00.81.10
 
Vous pouvez m'écrire
CLIQUEZ SUR LE PETIT CHIEN ROMÉO POUR ME CONTACTER
 
 
LIVRE D'OR
cliquez sur la photo pour déposées vos marques de sympathie et pour les visionner

Gîtes dans une ancienne école place du village de Comus, village situé
sur le tracé de l'emblématique Sentier Cathare et à proximité des gorges de la Frau et de Montségur
 
Locations gîtes et chambres d'hôtes à Ignaux dans les montagnes des Pyrénées
en Haute-Ariège près d'Ax-les-Thermes
 
Hôtel Restaurant Bayle ** à Belcaire

 

Sites d'Ami(e)s

Les Amis du Sabarthez de Pierre Cortinas

 

Pour le développement du tourisme au Pays de Sault :

     l'Association le Grand Sault

 

on y trouve des renseignements intéressants sur ce site :

     Chambre d'Agriculture de l'Aude

 

Logo réduit office du tourisme du pays de sault

Office du Tourisme du Pays de Sault

Chemin départemental 613

11340 ROQUEFEUIL

Tél : 04.68.20.75.89

 

Retour à la page d'accueil

LES LIVRES CONSEILLÉS

Nouvelle Rubrique pour découvrir

des livres intéressants

cliquez sur la photo

livres conseillés

MESSAGE

15 février 2017

 

Si le hasard t'amène, le plaisir te ramènera ! J'avais déjà abordé le sujet du château de Durfort lors du reportage sur celui de Termes, mais je m'étais dit qu'un jour je peaufinerai l'article et lui consacrerai un reportage à part entière. Retour dans les corbières, après avoir visité Villerouge –Termenès et Termes, c'est en empruntant cette petite route que j'aperçue émergeant de la cime des arbres ces remparts sortis comme dans un conte de fées. Je me suis arrêté pour prendre quelques photos et tenter de l'approcher, mais dommage le propriétaire n'était pas là pour me donner l'autorisation de visiter les ruines et de prendre des photos plus intimes avec ces ruines pour le reportage. Cette forteresse à vraiment un côté mystérieux, elle mériterait que l'on entreprenne une sauvegarde de ses murs. Vous aussi, si vous voulez faire découvrir votre village audois ou ariègeois, votre participation sera la bienvenue, n'hésitez pas à m'envoyer vos photos, documents, afin d'illustrer les reportages sur vos villages que vous aimez.

Je vous souhaite beaucoup de plaisir lors de la lecture de cet article et n'hésitez pas à laisser vos impressions et commentaires en bas du reportage.

Le village de Vignevieille et le château de Durfort se trouve à 132 km de Toulouse, 43 km de Carcassonne, 65 km de Narbonne, 89 km de Béziers, 77 km de Perpignan et 242 km de Cahors.

Au centre de Corbières vous avez des forteresses et abbayes splendides à visiter. C'est un secteur où il faut prendre son temps en empruntant les petites routes dans un magnifique cadre verdoyant au son des cigales. A voir aussi, les châteaux de Termes, de Villerouge-Termenès, Bouisse, Arques, Couiza, les abbayes de Saint-Polycarpe, d'Alet-les-Bains et de Lagrasse. Retrouvez tout ce patrimoine sur mon site en consultant les 3 sommaires.

Dans le secteur du village de Vignevieille et du château de Durfort, deux autres sites intéressants sont à visiter, il s'agit des châteaux de Termes et de Villerouge-Termenès.

Une vue aérienne du village de Vignevieille.

Blason du village de Vignevieille tel qu'il est dessiné dans l'armorial général de France par Charles d'Hozier en 1696.

Blason du village de Vignevieille.

VIGNEVIEILLE

Commune située dans les Corbières au sud-est de Carcassonne, elle compte 99 habitants (2013), en 1831 il y avait 372 habitants c'est l'apogée en nombre d'habitants que l'on appelle les Vignevieillais.

Toponymie concernant le village de Vignevieille : Attestée dans un texte en 1215 sous la forme villa Vinea Vetula. Le nom du village indique qu'elle était l'activité de ses premiers habitants. Dans la France du Moyen Âge ce type de village était souvent situé à proximité d'un établissement religieux afin de produire le vin de messe. Le développement de la vigne dans notre pays doit en effet beaucoup au christianisme car monastères et abbayes s'entourèrent de vastes vignobles.

Le village de Vignevieille.

Le village de Vignevieille, les ruines du château de DURFORT.

Toponymie concernant Durfort : une hypothèse est privilégiée, dans un manuscrit daté de 1093, il est fait mention du castrum quod vocator Durfort, traduction "château qu'on appelle Durfort". Certains l'interprète comme une juxtaposition des adjectifs dur et fort, au sens château fort qui constitueraient une allusion à un ouvrage militaire défensif réputé imprenable.

Le village de Vignevieille, la mairie.

Au XIIème siècle, les seigneurs de Gléon possédaient des biens sis au bourg de Vignevieille. Après la guerre des Albigeois, Alain de Roucy fut seigneur de Vignevieille. Du XIIIème aux XVIème siècles, les de Mage seigneurs de Salsa possède la seigneurie de Vignevieille. Les sieurs de Mage étaient, à la même époque, seigneurs de Nouvelles.

Le village de Vignevieille, fut toujours la propriété de l'abbaye de Lagrasse, elle se consacrait à l'élevage et la culture de céréales. Au XIVème siècle, les habitants n'échappèrent pas aux horreurs de la guerre de Cent Ans (1337-1453) et à l'épidémie de peste Noire (1347-1349). Par contre, ils furent protégés des condamnations abusives prononcées par les tribunaux de l'Inquisition. Même remarque lors des Guerres de Religions (1562-1598) qui virent s'affronter le gouverneur du Languedoc François de Joyeuse qui était aussi abbé de Lagrasse.

La "fontaine de la place" construite en 1897. Elle est constituée d'un bassin rond  en marbre rose de la carrière du Pic de Berlès située sur les Communes de Vignevieille et Salza. Cette Fontaine  monumentale, a en son centre une colonne où est inscrit : République Française 1897, Jouve. Elle coulait en permanence même pendant les années de grande sécheresse mais depuis 2014, le circuit d'eau a été automatisé, l'eau venant à manquer aux habitants.

Le village de Vignevieille, la place de la Fontaine.

Le village de Vignevieille, la place de la Fontaine.

Le village de Vignevieille, la place de la Fontaine.

Le marbre rouge du Pic de Berlès a servi aussi à la réalisation du bénitier de la petite et modeste église romane et l'autel style Louis XV de la chapelle de la Vierge. Cet autel avait appartenu à l'église du château de Durfort. Le pupitre, à ornements gothiques, à pied triangulaire, que l'on remarque dans le sanctuaire, est l'oeuvre d'un des derniers desservants de la paroisse.

Le village de Vignevieille, l'église Sainte Eulalie.

La chapelle Sainte Eulalie de Vignevieille est bâtie en dehors du village, sur une place ombragée par huit magnifiques platanes plantés en 1708. L'église est un édifice roman, vraisemblablement du XIIème siècle qui n'est apparu dans les textes qu'en 1351.

 

LA MAISON DE DURFORT

La communauté du hameau de Durfort était déjà unie à celle de Vignevieille dés le début du XVIIIème siècle. L'ordonnance du roi Charles V, du mois de mai 1366, attribue à Durfort 14 feu d'imposition.

Le château de Durfort est compris dans l'énumération des terres et seigneuries adjugées à Alain de Roucy seigneur de Termes, à titre de fief de l'abbaye de Lagrasse.

Ce château fut entrainé dans le parti des Espagnoles en même temps que celui de Termes, par le capitaine Saint-Aunès qui y commandait.

Une charte du XIème siècle, découverte depuis la publication du P. Anselme, fait mention de Foulques, seigneur de Durfort, au diocèse de Narbonne, vivant en 1050, premier auteur connu de cette maison Durfort Duras.

Donation de Bertrand de Durfort à Saint-Martin-des-Puits en 1093. Bertrand de Durfort reconnaît qu'il a retenu contre le droit l'abbaye de Saint-Martin-des-Puits qu'il avait reçue en héritage de son père Foulque, et décide, en accord avec ses frères et ses cousins, de la donner au monastère de Lagrasse.

Le château de Durfort, émergeant de la végétation abondante du lieu.

Le château de Durfort, les remparts Est de l'extrémité Sud où se trouve la tour.

Le nom de Durfort fut adopté par une branche de la maison de Foix. Lorsque les Anglais furent contraints d'abandonner la Guyenne, ils transportèrent en Angleterre la plupart des chartes de cette province, ainsi que celles des autres provinces du Midi, ce qui rend difficile de rechercher cette première origine, et la filiation qui remonte à la maison de Foix.

Les Durfort avaient le rang le plus distingué parmi les grands seigneurs du comté de Toulouse. Cette famille était tellement considérable que ses branches étaient établies dans les provinces du comté de Foix, dans le Quercy, le Languedoc et la Guyenne. Un grand nombre de localités portent encore aujourd'hui le nom de Durfort, dans les départements du midi de la France, l'Aude, le Gard, l'Ariège, le Lot, et la Lozère.

En 1138, Bertrand de Durfort épousa Melicente, cousine de Gaudefroy de Bouillon, roi de Jérusalem.

En 1163, le seigneur de Terme rend hommage au Vicomte Raymond de Trencavel, pour le château de Durfort.

Bernard de Durfort s'allia à Bernarde de Treilles en 1163.

Guillauniette de Durfort fut mariée en 1270 à Jourdain V, seigneur de l'Ile Jourdain ; en 1032 noble Pierre d'Auriac, seigneur de Durfort, épousa Louise de Couzina.

Le château de Durfort, la façade Ouest. 

Pendant les croisades, les Durfort se distinguèrent à la suite des rois de France. Philippe-Auguste s'embarqua en même temps que Richard Cœur-de-Lion, roi d'Angleterre, pour la croisade qui fut entreprise, en 1190, contre Saint-Jean d'Acre. Le roi de France et le roi d'Angleterre avaient imposé tous ceux de leurs sujets qui ne prendraient pas les armes, de la dîme appelée dîme saladine. Bernard de Durfort se mit à la tête de quelques chevaliers français.

En 1209, début de la croisade des Albigeois. Le seigneur de Durfort se range du coté des cathares par son alliance avec Olivier de Termes son voisin. Il va donc subir une attaque des Barons du Nord.

La guerre des albigeois fournit à la famille de Durfort l'occasion de signaler sa valeur. Cette famille suscita en 1212 une opposition formidable à Simon de Montfort dans les provinces de l'Agenais.

Le château de Durfort, l'éperon Nord.

Olivier de Termes (1200-1274), seigneur de Termes était aussi celui de Vignevieille.

Durant les XIIème et XIIIème siècles, les seigneurs de Durfort furent les témoins constants de tous les actes officiels de leurs suzerains, des restitutions faites par les seigneurs les plus puissants du midi au Chapitre de Carcassonne, à l'Abbaye de Lagrasse, à l'Abbaye de Villelongue ; ils assistèrent aux plaids donnés par le comte Alphonse Jourdain, à Toulouse, et plus tard par Raymond Trencavel, vicomte de Béziers. Ils furent témoins des hommages rendus par les seigneurs vassaux à leurs suzerains, ainsi que des traités signés entre le comte de Toulouse et le comte de Foix (1229), de la transaction passée entre Pierre d'Aragon et Raymond, comte de Toulouse (1201). Très puissants eux-mêmes et alliés à d'illustres familles, les Durfort étaient vassaux des seigneurs de Termes, qui prêtent serment à Raymond Trencavel non seulement pour Termes mais aussi pour le château de Durfort.

Le château de Durfort, sa façade Nord-Est.

Le château de Durfort, l'éperon Nord.

Le château de Durfort, sa façade Nord-Est.

Le château de Durfort, l'éperon Nord avec l'échauguette.

Un seigneur redoutable, Robert de Mauvoisin, qui commandait sous les ordres de Simon de Montfort, s'étant emparé de la ville de Marmande, en fut récompensé par un don que lui fit Simon de Montfort, de toutes les propriétés que possédait à Fanjeaux Guillaume Durfort  en 1212.

Le 24 août 1215, à Alain de Roucy lieutenant du chef des Croisés sont adjugés les châteaux de Durfort, Laroque-de-Fa et Tuchan, les villages de Paziols, Maisons, Fauste, Bouisse, sept casals de Cazapié, les villages de Vignevieille, Villaret, Massac, les hameaux de Massaguel, Fourques, Cedeilhan, Couisse, les vallées de Caulière et Caudelière, Aureria et Lauriol, les châteaux de Triviac et Montrouch, la moitié des mines de Palairac et de son terroir, une albergue de deux chevaliers sur chaque casal "acasalé" de Palairac, Quintillan, Lairière et autres lieux du Termenès sauf le bourg de Lagrasse. Simon de Montfort confirme la sentence.

Irrités par cette spoliation les seigneurs du Termenès s'allièrent avec Ollivier de Termes et le fils de Trencavel, et se révoltèrent contre les agissements de Simon de Montfort. Mais ils furent obligés de se rendre et Hugues de Durfort est cité parmi les seigneurs et barons du Termenès qui prêtèrent serment de fidélité au roi.

Le château de Durfort, l'éperon Nord.

Le château de Durfort, l'éperon Nord.

Le château de Durfort, l'éperon Nord.

Le château de Durfort, l'éperon Nord.

Le château de Durfort, le côté Nord-Ouest.

19 novembre 1234, un acte de vente où Guilhem de Durfort, et sa femme Maceldis, sont cités.

 

En juillet 1241, délibération pour un contentieux entre l'abbé de Lagrasse, et son monastère, à Simon de Montfort et à Alain de Roucy, seigneur de Termes. L'abbé et le monastère de Lagrasse assurent que les villages et châteaux de Palairac, Lairière, Quintillan, Triviac, du Taichou, de Boussac et de Maisons et le terroir de Fourques sont de leur propriété et que les villages de Bouisse, Aureria et Lauriol, de Castillou, Fauste, Paziols, le Villaret, Massac, Massaguel, Cedeilhan, la Roque-de-Fa, Caulière et Caudelière, Tuchan, la moitié de Vignevieille et le château de Durfort sont tenus d'eux en fief Simon de Montfort et Alain de Roucy assurent que tout cela relève de la seigneurie de Termes, tombée entre les mains de Simon pour cause de l'hérésie des précédents seigneurs de Termes.

 

Les seigneurs de Durfort avaient adopté les idées religieuses de leurs suzerains ; car, en 1244, Bernard, Pierre-Raymond, Hugues et Guillaume, tous seigneurs de la Maison de Durfort, furent cités devant l'Inquisition de Carcassonne comme ayant assisté à une assemblée d'hérétiques albigeois.

En 1256 le roi se saisit du château de Durfort mais le restitua peu de temps après à Gaucelin de Durfort.

En 1263, on trouve Hugues de Durfort servant au siège de Montségur contre les hérétiques enfermés dans la forteresse.

En 1353, Guillaume de Durfort chevalier banneret fut commis à la garde du pays albigeois.

En 1376, on trouve un seigneur de Durfort, Guillaume Raymond, à la tête d'un corps de troupes du comte d'Armagnac, vassal du rai d'Angleterre, et en 1377, Gaillard de Durfort, seigneur de Duras, fut fait prisonnier par le comte d'Anjou en même temps que plusieurs barons de Gascogne, du parti des Anglais.

Raymond de Durfort, coseigneur de Saverdun, fut un des nobles qui, en 1331, cautionnèrent pour le payement de la dot assignée par Gaston II, comte de Foix, à sa sœur, Jeanne de Foix, qui épousa Pierre-Joseph d'Aragon.

Le château de Durfort, dans son écrin de verdure qui peut lui être néfaste si la végétation envahissante n'est pas contrôlée.

Le blason de Raymond de Durfort, chevalier français, tel qu'il est représenté par l'auteur des trobes, est un château fort qu'un lion s'efforce d'abattre. Sur les murs du château est l'inscription suivante : "SI ELL DUR, YO FORT" "S'il est dur, je suis fort".

La seigneurie de Durfort passa en 1652 à noble Pierre d'Auriac.

En 1659, le traité des Pyrénées scelle une paix entre l'Espagne et la France. Dans cette période de calme, le château est remanié pour donner plus de confort.

C'est le comte de Grave qui était seigneur de Durfort en 1789 ; l'archevêque de Narbonne possédait un fief sur ce domaine.

François Saury le grand père de Maître François Saury, notaire à Vignevieille, décédé en 1828, avait été fermier à Durfort et demeurait dans la partie encore habitable du château.

A la suite de l'émigration du comte de Grave, Durfort fut confisqué et vendu comme bien national à M. Malavialle, originaire de Pézenas, lequel le transmit, par ordre de primogéniture, à ses descendants jusqu'en 1885, époque à laquelle M. Brousté-Vié en devint propriétaire suivant jugement d'adjudication du tribunal civil de Carcassonne, sur licitation du bien de feu Hippolyte Malavialle, dernier de ce nom, ayant possédé le domaine et le château.

Au XVIIIème siècle, le château semble abandonné. Le fait que le château soit éloigné d'un village important, la ruine survirera car il y eut très peu de pillage de pierres.

La forteresse aurait besoin d'une sauvegarde, de consolidations de ses murs, pour permettre de la visiter car elle vaut le détour dans un cadre naturel splendide.

 

Le château de Durfort, sa façade Est.

Un petit mot sur les Durfort-Duras :

Les Durfort possédèrent cette seigneurie fort longtemps puisque en 1609 Duras lut érigé en marquisat, en duché en 1689 et en duché paierie en 1757 en faveur de la maison de Durfort. Duras est aujourd'hui un chef-lieu de canton du département de Lot-et-Garonne. Le premier nom que l'on trouve de la famille des Durfort dans les généalogies du père Anselme, est celui de Bernard de Durfort et de Ava, son épouse, lesquels eurent une fille nommée Aiguina, dont le nom a été conservé dans un acte de donation fait en faveur de l'abbaye de Moissac en 1063 ; mais quelle que soit l'ancienneté des Durfort, la terre de Duras n'est entrée dans cette maison que depuis l'année 1306, par le mariage de Marquésie de Goth, fille d'Arnaud Garcie de Goth, vicomte de Lomagne, avec Arnaud de Durfort, seigneur de Bajaumont. Arnaud Garcie de Goth était frère du pape Clément V, et de Galhard de Goth.

Blason de la maison Durfort-Duras.

Béraud de Goth, père de Bertrand de Goth, qui fut Clément V, d'Arnaud Garcie de Goth, et de Galhard de Goth, était seigneur de Villandraut, d'Uzeste, de Rouillac et d'Auvillars. La famille de Goth fonda un grand nombre de châtellenies dans l'Agenais et le Périgord. Un anniversaire était célébré dans l'église de Saint-Caprais d'Agen pour le repos de l'âme des principaux membres de cette famille. Ces souvenirs pieux ayant été abandonnés, Marquésie de Goth les renouvela par un obit. Galhard de Goth, frère de Clément V, avait fait testament le seize janvier 1305, en faveur de sa nièce ; et parmi les biens considérables qu'il léguait se trouvait la terre de Duras que Marquésie de Goth apporta en mariage en 1306. Galhard de Goth est qualifié de damoiseau dans les vieilles chroniques : Il portait le titre de seigneur de Duras. Telle fut l'origine de la maison de Durfort Duras. Ces deux mots Durfort et Duras ayant quelque similitude, les chroniqueurs ont écrit tantôt Durfort, Durefort et Duras-fort.

Extrait de carte IGN, le château de Durfort en partie ceinturé par une boucle de l'Orbieu, le chemin de grande randonnée GR36A passe à proximité.

Une vue aérienne du château de Durfort. 

LE CHÂTEAU DE DURFORT

Voici une photo datant de 1910, le château de Durfort majestueux entouré d'olivier et d'une végétation maîtrisée par nos anciens. Comparez la, avec celle ci-dessous, où tout l'environnement est laissé à l'abandon, la nature a repris ses droits, c'est dommage qu'un site comme celui-ci soit laissé dans cette état, il est temps de sauver ce patrimoine.

Le château de Durfort envahit par la végétation.

Le château de Durfort, sa façade Nord-Est.

Le château de Durfort, sa façade Nord-Est.

Le château de Durfort, sa façade Nord-Est.

Le château de Durfort, zoom sur sa façade Nord-Est.

Le chemin d'accès au château de Durfort.

Sur un éperon à pic, les ruines de Durfort s'allonge et s'étirent, façade de grés jaune aux puissants contreforts, beau navire soutenu par des cales robustes, vaisseau de guerre démâté ; ce château était la première sentinelle avancée. La forteresse médiévale est posée sur une masse rocheuse, ses murailles massives venant se fondre dans la roche, entourée sur trois cotés par une boucle de la rivière Orbieu, rendant sa prise par l'ennemi difficile. Au XIXème siècle les collines autour du château  étaient couvertes de chênes verts, de champs cultivés et d'olivettes jusqu'au bord de l'Orbieu. Côté Est les vieilles murailles du château sont soutenues par de puissants contreforts.

Une vue aérienne du château de Durfort.

Une autre vue aérienne du château de Durfort.

Une échauguette désignait, du XIVème au XVIème siècle, la sentinelle. Le terme désigne une petite loge carrée ou cylindrique contenant une petite pièce, le plus souvent construite en encorbellement, munie de mâchicoulis et de meurtrières, destinée à abriter, dans un château fort ou une fortification, le veilleur surveillant le territoire environnant sur un large horizon, et à jeter des projectiles sur les assaillants.

L'éperon Nord du château de Durfort avec son échauguette encore debout.

Au rez-de-chaussée du château côté Est se trouvait une grande salle voûtée qui fut le corps de garde. Vers le Nord des baies en plein cintre sont encore là éclairaient l'intérieur d'un couloir et votre regard porte jusqu'au fond du ravin et au lit de l'Orbieu. A l'Ouest existe encore un passage couvert qui devait être un chemin de ronde, où se trouve une échauguette encore en état de bonne conservation. Au-dessus de la salle de garde on peut reconnaître les vestiges de la chapelle à l'architecture romane. Côté Sud les murailles épousent le rocher à pic de 50 à 60 mètres de hauteur. Le château comportaient d'anciennes oubliettes, et à partir de l'une d'elle un souterrain permettait aux gens du château d'arriver en cas de siège jusqu'au bord de l'Orbieu pour renouveler leurs vivres et leur eau.

Le château de Durfort, sur cette photo datant de 1910 on aperçoit très bien la tour ronde située à l'extrémité Sud-Est.

Le château de Durfort, la partie Sud-Est avec les contreforts.

Le château de Durfort, la partie Nord-Est, avec l'échauguette.

    

Le château de Durfort, à gauche, salle voûtée en partie effondrée. A droite, la tour de l'extrémité Sud vu de l'intérieur de l'enceinte.

Le château de Durfort, la tour de l'extrémité Sud.

Le château de Durfort, la muraille Sud-Est, au fond la tour.

     

Le château de Durfort, à gauche, l'extrémité Sud-est en contre bas que des contreforts, on remarque les salles voûtées en partie écroulées et des arbres poussent dans l'enceinte même du château, ce qui est très néfaste pour ses ruines. A droite, une vue Nord-Est très courante du château.

Le château de Durfort, salles voûtées en partie écroulées, à cause de la végétation envahissante.

Le château de Durfort, la façade Est.

Le château de Durfort, la partie Nord-Est.

Le château de Durfort, une des rares photos de la partie Nord-Ouest.

Le château de Durfort, une des rares photos de la partie Ouest comme celle ci-dessous.

Le château de Durfort, une des rares photos de la partie Ouest

Les ruines actuelles de la forteresse, comprenant une chapelle, des logis à fenêtres rectangulaires et une tour. De hauts murs épais, des caves et puits, des salles voûtées de bâtiments carrés, des tourelles d'angle, des échauguettes et une tour maîtresse sont encore visibles de nos jours.

Le château de Durfort, l'éperon Nord.

Le château de Durfort, une vue d'ensemble de la face Est.

Le château de Durfort, la façade Est.

Le château de Durfort, vestiges de la tour carrée et de l'échauguette.

Le château de Durfort, une vue aérienne de l'extrémité Sud avec son cloisonnement de murs intérieurs.

ARCHÉOLOGIE 

 

Lors de travaux agricoles (année non précisée) ont mis au jour une fosse de 1,80 m de diamètre et de 0,70 m de profondeur, paraissant isolée : elle contenait une dizaine d'amphores écrasées (type IA et IC de Dressel). Ce type d'amphore trouve son origine sur la côte tyrrhénienne de l’Italie, la Dressel 1A est utilisée pour le transport du vin. L’époque de circulation constatée commence au 3ème tiers de IIème siècle avant JC jusqu’au 1er tiers du Ier siècle avant JC.

 

Voici quelques photos anciennes que les amateurs apprécieront :

Le village de Vignevieille, pont sur l'Orbieu en 1960. 

Le village de Vignevieille, et le pic Berlès (692 m) en 1960.

Entrée du village de Vignevieille, en 1975.

Le village de Vignevieille, place de la Fontaine en 1905.

Le village de Vignevieille, l'église en 1925.

Le village de Vignevieille, l'église en 1975.

Le village de Vignevieille, en 1980.

Le village de Vignevieille, le pont sur l'Orbieu en 1905.

Le village de Vignevieille, une vue aérienne en 1955.

Le village de Vignevieille, place de la Fontaine en 1975.

Le village de Vignevieille, en 1955.

     

Le village de Vignevieille, à gauche, l'ancien château en 1955. A droite, place de la Fontaine en 1975

Le village de Vignevieille, place de la Fontaine en 1905.

Le village de Vignevieille, en 1955.

Le village de Vignevieille, en 1970.

Le village de Vignevieille, la place de la Fontaine en 1905.

Le village de Vignevieille, en 1955.

Le village de Vignevieille, l'ancien château transformé en café hôtel "Hôtel Sourgnies" en 1905.

Le village de Vignevieille, carte postale double en 1925.

Le village de Vignevieille, le château de Durfort en 1980.

Le village de Vignevieille, le château de Durfort en 1955.

A voir sur ce site d'autres reportages sur les châteaux proches de celui de Durfort :

- Le château de Termes 1ère partie ICI.

- Le château de Termes 2ème partie ICI.

- Le château de Villerouge-Termenès ICI.

 

Bibliographie,  je citerai simplement les documents les plus pertinents :

- Cartulaire de Jacques Alphonses MAHUL.

- Précis historique sur la famille de Durfort-Duras.

- Recueil des chartes de l'Abbaye de Lagrasse. T. II, 1117-1279.

- Histoire générale du Languedoc.

- Bulletin de la société d'études scientifiques de l'Aude SESA.

- Chartes de l'abbaye de Lagrasse.

Ainsi se termine ce reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires en bas de l'article ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! 
Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact : 

 jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez-moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.  

Julie logo juillet 2014 495x350

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre - dans DÉCOUVERTE
commenter cet article

commentaires