Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.belcaire-pyrenees.com
  •  www.belcaire-pyrenees.com
  • : BELCAIRE capitale du Pays de Sault en Languedoc Roussillon. Au départ j'ai réalisé ce site pour partager les retrouvailles 33 ans après, de 17 copines, dans cette région authentique préservée en territoire cathare au pied des Pyrénées. Mais je me suis aperçu que l'Aude n'était pas assez mise en valeur, alors amoureux de cette région et la passion étant là, j'ai réalisé des reportages pour vous présenter ce département aux lieux chargés d'histoire. Ce site a pour but surtout de vous faire découvrir cette région authentique, plein de charme qu'il faut aller visiter.
  • Contact

ANNONCES-MESSAGES-ACTUALITÉS

Ils veulent vous informer !

Pour découvrir les annonces

  cliquez sur la photo

Photo pour les annonces 02

Faites Une Recherche Sur Ce Site

LIENS UTILES

En cliquant sur l'une des images ci-dessous :

1 - vous pouvez écouter Radio Montaillou en direct

 

logo 01cliquez sur le logo RADIO MONTAILLOU ci-dessus pour écouter la Radio en direct
(en cliquant sur leur site en haut à droite)
pendant que vous consultez les pages du site
 

 

 

Pour suivre la progession et connaître la position des ours dans les Pyrénées
téléphonez au 05.62.00.81.10
 
Vous pouvez m'écrire
CLIQUEZ SUR LE PETIT CHIEN ROMÉO POUR ME CONTACTER
 
 
LIVRE D'OR
cliquez sur la photo pour déposées vos marques de sympathie et pour les visionner

Gîtes dans une ancienne école place du village de Comus, village situé
sur le tracé de l'emblématique Sentier Cathare et à proximité des gorges de la Frau et de Montségur
 
Locations gîtes et chambres d'hôtes à Ignaux dans les montagnes des Pyrénées
en Haute-Ariège près d'Ax-les-Thermes
 
Hôtel Restaurant Bayle ** à Belcaire

 

Sites d'Ami(e)s

Les Amis du Sabarthez de Pierre Cortinas

 

Pour le développement du tourisme au Pays de Sault :

     l'Association le Grand Sault

 

on y trouve des renseignements intéressants sur ce site :

     Chambre d'Agriculture de l'Aude

 

Logo réduit office du tourisme du pays de sault

Office du Tourisme du Pays de Sault

Chemin départemental 613

11340 ROQUEFEUIL

Tél : 04.68.20.75.89

 

Retour à la page d'accueil

LES LIVRES CONSEILLÉS

Nouvelle Rubrique pour découvrir

des livres intéressants

cliquez sur la photo

livres conseillés

MESSAGE

10 mars 2017

Si le hasard t'amène, le plaisir te ramènera !  Un petit village classé parmi les plus beaux villages de France se cache en Ariège à la limite départementale de l'Aude. Je vous propose une escapade en Ariège à la découverte de ce village au passé historique et religieux important pour la région au moyen âge.

Je constate que vous appréciez mes reportages, qu'ils ne vous laissent pas indifférents et qu'ils aiguisent votre curiosité. N'hésitez pas à laisser vos commentaires à la fin de l'article, ils sont les bienvenus, et si vous avez des idées d'articles futurs, contactez moi... Merci de faire suivre à vos relations l'adresse de mon site  www.belcaire-pyrenees.com

Je vous souhaite une bonne découverte.

 

Le village de Camon se situe à 101 km de Toulouse, 43 km de Foix, 55 km de Carcassonne, 31 km de Limoux, 124 km de Narbonne, 153 km de Béziers et 210 km de Cahors.

Camon entre Mirepoix et Puivert en passant par Chalabre (des villages dont un reportage leur a été consacré sur mon site, voir les sommaires), Montségur tout proche, vraiment un secteur où il y a de quoi éveiller en vous une passion d'historien.

Camon proche de la base de loisirs de Léran-Montbel. La voie verte en Pyrénées cathares (GR7) vous permet de rejoindre le village de Chalabre à pied. Le village de Léran le fief de la famille de Lévis.

Blason du village de Camon (Ariège).

Une vue aérienne du village de Camon.

Camon et son abbaye avec jardins en terrasse.

Camon est une commune limitrophe avec le département de l'Aude région Languedoc-Roussillon, le village s'est construit dans un méandre de l'Hers-Vif.

En 2013, la commune comptait 152 habitants. L'évolution du nombre d'habitants a connu son apogée en 1831 avec 628 habitants que l'on appelle les Camonais et Camonaises.

La commune fait partie de l'association Les plus beaux villages de France.

          

Camon, à gauche, la tour clocher fortifié de l'abbaye datant du XIVème siècle. A droite, porte d'entrée à l'abbaye du XIIème siècle, au moyen âge s'était l'entrée principale de village.

Camon, l'ancienne abbatiale.

Camon, les fortifications au Nord de l'abbaye avec sa tour carrée, rue des Remparts.

Toponymie : l'adjectif gaulois cambos,  camba,  cambon, paraît issu le substantif masculin cambo-, qui se retrouve sous cette forme ou celle de chambo, plus ou moins déclinés à la latine, dans les textes du moyen âge, et a donné généralement en France Cambo, Cambon ou Chambon, précédés ou non de l'article ; ce substantif devient au féminin Camba ou Cambe, en français Cambe ou Cambre, Chambe ou Chambre, parfois Champ, avec ou sans article ; le neutre Cambonum, qui est peut-être une contraction de Cambodunum, donne ordinairement Chambon, quelquefois Camon. (Dictionnaire archéologique de la Gaulle : Cambonum in pago Tolosano, Camon (Ariège).

Camon, le village aux mille rosiers.

Camon, une rue du village.

Le marché de Mirepoix tout proche du village de Camon.

Camon, ancienne fontaine du village.

Lors de la création des départements, Camon fut compris dans l'Aude et fut réuni à l'Ariège en 1794. Camon fait parti du canton de Mirepoix (Ariège), à 13 km au sud-est de cette ville, sur la route de Mirepoix  à Quillan, un petit monastère, dit de Notre-Dame de Camon.

Le village de Camon vu côté Sud.

Le village de Camon vu côté Nord avec la chaîne pyrénéenne au fond.

Camon a conservé avec ses vieilles maisons de style renaissance, dont l'une n'est autre que la maison du prieur, son église et son couvent, un cachet archaïque que l'on retrouve dans presque toutes les localités des environs ; les Bénédictins du couvent de Camon, si puissants au moyen âge, se partageaient avec les seigneurs de Chalabre et de Mirepoix, la suzeraineté de ces régions.

Le village de Camon, l'abbaye placée sous l'invocation de la Vierge Marie.

Camon, porte en arc du XIIème siècle, entrée de la citadelle.

Camon, rue verdoyante et ombragée du village.

Camon, porte d'accès à l'abbaye avec ses fortifications.

On pénètre dans la vieille citadelle par une porte en arc surmontée d'une petite vierge en pierre, et en remontant une petite rue, on arrive au pied d'un vieux perron.

Camon avec ses remarquables restes du passé religieux et féodal permet d'admirer du haut de la terrasse de l'abbaye, le beau panorama qui se déroule sur la vallée de l'Hers, petit cirque en cet endroit, limité par les collines boisées, arrosé par le cours méandreux de la rivière.  

Camon, le pont sur l'Hers à l'Ouest de village.

Camon, l'abbaye vue du pont sur l'Hers.

Camon, une vue sur l'abbaye et la chaîne pyrénéenne.

La tradition veut que ce soit Charlemagne qui ait, en 778, fondé un monastère sur cette petite éminence rocheuse située dans une courbe de l'Hers, placé sous l'invocation de la Vierge Marie et dénommé à l'origine : Sancta Maria monasterii Cambionis, l'abbaye fortifiée fut bâtie par la suite, donnée en 943 à l'abbaye de Lagrasse. Au XIIème siècle elle en devint un simple prieuré. La première enceinte fortifiée fut édifiée à la même époque, ainsi que le château de Montaragou. Le 18 juin 1279, l'abbaye avec ses fortifications fut détruite par la rupture du barrage de Puivert, qui emporta également Mirepoix et les autres villages de la vallée. En 1494, le village et son abbaye sont de nouveau mis à sac, cette fois par une bande de pillards.

Camon, une vue sur l'abbaye côté Ouest.

Camon, une vue sur l'abbaye côté Nord.

Camon, une vue sur l'abbaye côté Sud-Ouest.

Camon, une vue sur l'abbaye côté Sud-Ouest.

Camon, une vue sur l'abbaye côté Sud-Ouest.

    

Camon, à gauche, la rose est omniprésente dans les ruelles du village. A droite, rue Charlemagne.

Camon, l'abbaye et ses remparts côté Nord.

Camon, la porte de l'horloge autrefois entrée principale du village fortifié.

Camon, la porte de l'horloge autrefois entrée principale du village fortifié.

    

Camon, autres vues de la porte de l'horloge avec sa tour clocher.

C'est Philippe de Lévis-Mirepoix, évêque de Mirepoix et prieur de Camon, qui va reconstruire au début du XVIème siècle l'ensemble des bâtiments que l'on voit aujourd'hui, dont le rempart du village. Entre 1560 et 1570, le cardinal Georges d'Armagnac, alors prieur de Camon, termine l'enceinte en y accolant une tour ronde.

Camon, l'ancienne abbatiale.

Camon, la tour clocher de l'abbaye avec ses contreforts côté Nord.

 

L'ANCIEN PRIEURÉ, ANCIENNE ABBATIALE DE LA NATIVITÉ DE LA VIERGE ET LES REMPARTS 

Lorsqu'on arrive à Camon, que l'on appelle aussi la "petite Carcassonne", on ne peut rater cette imposante bâtisse à l'architecture sévère. La légende veut que cette abbaye bénédictine fondée au VIIIème siècle ait été construite sur ordre de Charlemagne en 778. Quoi qu'il en soit, le premier acte mentionnant ce palais fortifié date de 943 comme simple couvent dépendant de la puissante abbaye de Lagrasse, dont au XIIème siècle elle est devenue un prieuré simple. Le pape Jean XXII (1316-1334), après avoir créé l'évêché de Mirepoix le 27 septembre 1317, décréta, par une bulle du 17 juillet 1318, que douze moines de Lagrasse viendraient mener la vie régulière au prieuré de Camon. Le prieur était seigneur féodal des habitants de la localité, ainsi que l'établit un acte d'hommage des gens de Camon au prieur Jordan de Roquefort, daté du 9 juin 1311, existant dans les archives de M. le duc de Lévis-Mirepoix. Des documents du 8 avril 1326, 16 mars 1331, le janvier 1356, montrent ce dignitaire de l'Eglise accomplissant ses fonctions de seigneur féodal, pour autoriser des paysans à faire moudre du grain ailleurs qu'à Camon, pour transformer des redevances en rentes annuelles, pour consentir et régulariser des baux de location.

   

Camon, à gauche la tour clocher. A droite, l'entrée de l'abbaye avec le chevet de l'église au fond.

Camon, l'abbaye et ses remparts côté Nord-Ouest.

Camon, la cour intérieur de l'ancien couvent.

L'ensemble conventuel fut abandonné et détruit en 1420 à la suite des troubles qui marquèrent cette période, le pape Alexandre VI donna ce prieuré de Camon à Philippe de Lévis, devenu évêque de Mirepoix (1497-1537) aux termes d'une bulle du 3 novembre 1498, confirmée par une seconde du 21 juin 1501, il entreprit, vers 1504, une reconstruction et une extension du prieuré et de l'église qui s'achevèrent en 1535. Il y fit installer un mobilier et des stalles, en 1515. Les bâtiments du prieuré, protégés par la rivière, furent défendus par une enceinte irrégulière dont on voit une grande partie le long du mur nord. Philippe de Lévis évêque de Mirepoix et prieur de Camon fit dresser les tours, mais les murs furent surélevés au moment des guerres de Religion. Les tours sont bâties à la fin du XVème siècle. À la fin du XVIème siècle, au moment des guerres de Religion, on surélève les murs. Il subsiste de l'enceinte principalement le mur nord. La forteresse du méandre, en référence au cours de l'Hers-Vif, fut fortifiée à trois reprises. Les vestiges de l'église et des remparts sont inscrits Monuments historiques.

La façade à 3 étages est percée de fenêtres de style Renaissance.

Camon, l'ancien couvent.

    

Camon, la cour intérieur de l'ancien couvent.

La porte d'entrée imposante, à deux battants, est surmontée d'une imposte ornée d'une grille en fer forgé et précédée d'un palier dans le mur duquel on peut admirer une croix romane sculptée en pierre avec encorbellement. Ce palier est précédé de sept marches.

Cette immense demeure, a conservé son dallage de forme spéciale qui pave le vestibule. C'est un assemblage de briques rouges placées de champ, et les dessins du carrelage sont coupés de briques de couleur noire.

A gauche par des baies ouvertes sur une cour, on aperçoit l'église, avec des fenêtres trilobées du meilleur style et des murs bâtis en pierre taillée, le tout du XIVème et du XVème siècle.

A droite sont établis les appartements de l'abbaye que l'on traite aujourd'hui de château : un cabinet de travail, où l'on remarque sur les murs, et au plafond des sculptures Louis XV (attributs de musique, école espagnole), un salon dont les murs sont recouverts de tapisseries, œuvre des religieux de Camon, et représentant les quatre saisons ; ces toiles sont remarquablement bien conservées, d'un bleu camaïeu et brun sépia, elles font un ensemble très gai ; une salle à manger meublée dans le style Louis XVI, dont les murs sont ornés de peintures naïves ; deux salles voûtées en ogive avec arcs doubleaux font suite à la vaste cuisine ornée d'un fourneau en pierre datant des moines et d'une belle collection d'ustensiles de cuisine en cuivre.

    

Camon, les fortifications de l'abbaye au Nord, rue des Remparts.

Camon, accès Nord à l'abbaye.

    

Camon, à gauche, accès à la cour intérieur à l'abbaye côté Nord. A droite, le clocher avec ses contreforts et une première ligne de muraille défensive.

    

Camon, les fortifications de l'abbaye au Nord, rue des Remparts.

Un escalier à dalles très larges et à cage très spacieuse amène au premier étage dont les ouvertures sont en pierre de taille à arc surbaissé ; les appartements sont spacieux avec des plafonds à caisson. On y trouve une salle voûtée en berceau, dont les murs récemment dépouillés de la couche de plâtre qui les cachait, montrent des peintures à fresque du génie italien. A côté, grande salle dite du Prieur avec un plafond à caissons reliés par des poutres merveilleusement sculptées, touillées et peintes de fleurs de l'époque Louis XV. Au milieu, superbe cheminée en pierre. Cette salle est pavée de petits carreaux XVIIème siècle. Une terrasse ouverte vers le midi permet d'admirer un splendide panorama sur la vallée de l'Hers et les collines boisées qui en limitent le cours.

    

Camon, à gauche, le clocher avec ses contreforts. A droite, la tour Nord-Ouest à l'angle de la rue de la poste.

    

Camon, à gauche, la rue des Remparts situé au Nord. A droite, le clocher et le chevet de l'église avec ses contreforts. 

Camon, porte de l'église autrefois abbatiale.

Cette vieille demeure est entourée de fortifications ou plutôt de murs d'enceinte. Le Prieuré de Camon était un monastère de l'ordre de Saint-Benoît situé sur les bords de la rivière de l'Hers, dédié à Saint-Sauveur et à la Vierge. On lit dans l'histoire des Ariégeois de Duclos que "d'après d'anciens manuscrits, l'Eglise et le monastère furent bâtis par Charlemagne à son retour d'Espagne". Le Prieuré de Camon existait en réalité depuis le commencement du Xème siècle. La première année du règne du roi Raoul, en 929, le Prieuré reçut une donation de Tendad et de Béliarde, sa femme.

Avant la grande réforme de la deuxième moitié du XIème siècle, plusieurs monastères lui avaient été déjà soumis. Ainsi, dès l'année 943, un archidiacre de Toulouse du nom de Sulpice avait rattaché à Lagrasse le monastère de Sainte-Marie de Camon, en Toulousain.

    

Camon, le clocher de l'église et son chevet, entrée Ouest. 

    

Camon, ancien couvent de l'abbaye et le château.

A cette époque donc, il était gouverné par l'abbé Sulpice auquel appartenait le fond sur lequel il était construit. Comme dit ci-avant, ce même Sulpice le soumit en 943 à l'abbaye de Lagrasse au moment où Sunarius était abbé de Lagrasse à condition de jouir, sa vie durant, du couvent, sous l'autorité de l'abbé de ce monastère.

Après sa mort, son neveu Bernard devait le régir de même, et après lui un autre Sulpice. Ils devaient professer la règle de Saint-Benoît. Après la mort de ces trois abbés, le pouvoir de l'abbé de Lagrasse fut absolu.

Le premier abbé de Camon choisi par l'abbé de Lagrasse en 999 fut Etienne qui était à la tête de Camon avec douze religieux. Arnaud fut abbé au moment du partage entre Pierre Roger, évêque de Girone et comte de Carcassonne, et Roger Bernard, comte de Foix. Camon avait encore titre d'abbaye ; l'évêque se la réserva avec celle du Mas d'Azil en1034.

En 1068, Camon est considéré comme une simple prévôté dépendant de Lagrasse avec Rigaud comme prieur dans est mentionné comme comptant parmi les possessions de Lagrasse.

L'ÉGLISE

L'église faisait partie du système défensif de la ville, sa façade nord étant appuyée sur les murs d'enceinte. Étroite et longue, l'église est resserrée entre les bâtiments claustraux et le chemin de ronde. Le clocher fortifié carré du XIVème siècle, soutenu par deux contreforts d'angle. L'état actuel date des XIVème et XVIème siècle.

Camon, le chevet de l'église avec ses contreforts, côté Ouest.

Le prieuré devint, à dater de 1580 l'apanage des cadets de la Maison Villemeur-Pailhès, le baron de Pailhès était gouverneur du comté de Foix et ami du roi Henri de Navarre (1572-1610), futur roi de France (1589-1610) ce qui évita la destruction.

Détruite en 1420 à la suite des troubles qui marquèrent cette période, elle fut reconstruite par Philippe de Lévis, évêque de Mirepoix (1497-1537). En 1566, l'église fut incendiée accidentellement par les gardes du prieur Georges d'Armagnac. En 1660, elle est réparée ; mais ce n'est que vers 1699 que les bénédictins de Saint-Maur se réinstallent et entreprennent de refaire le mobilier. À la Révolution, elle est en partie détruite. Elle ne sera restaurée qu'au début du XXème siècle.

L'église de Camon, porte les armes de Philippe de Lévis et que l'on rencontre reproduites dans un certain nombre d'endroits : clef de voûte de l'abside, vitraux, etc.

L'église n'a rien conservé de l'ancienne abbatiale et de la reconstruction réalisée sous Philippe de Lévis. La reconstruction de 1699 n'a rien modifié à ses dispositions. L'édifice étroit et long est resserré entre les bâtiments claustraux au midi et le chemin de ronde au nord. Pour y pénétrer il faut suivre un étroit passage qui fait communiquer la porte nord avec les maisons du village. Les moines, quant à eux, entraient par un petit couloir, au sud, situé entre la chapelle et la sacristie.

L'église a une abside ronde sans transept ; elle a été complétée de deux chapelles latérales construites en 1661 et en 1664, ainsi que deux sacristies : celle du nord n'étant que le rez-de-chaussée du clocher carré.

Cette église possède un retable en bois doré avec colonnes en bois à torsades, des stalles gothiques en chêne sculpté. Seul, le chœur est voûté. Il est de style gothique élégant, il est ajouré par des vitraux de l'époque de Philippe de Lévis. La clé de voûte et ses vitraux portent les armes des Lévis et la légende SPES MEA DEVS.

Camon, la clé de voûte de l'église la nativité de la Vierge, porte les armes des Lévis.

L'église possède un bénitier en granit de forme polygonale sur le pourtour brisé duquel sont sculptés : JESVSMARIE-JOSEPH.

On y trouve encore une petite croix pastorale en argent et fleurdelisée qui a dû renfermer des reliques, données par Monseigneur et Prieur, Philippe de Lévis. Dans la grande chasse de Saint-Félicien, relique obtenue de Rome par Monseigneur de Lévis "une boîte en argent carrée avec le mot PAX et la couronne d'épines".

L'abbé Duclos dans son ouvrage "l'Histoire des Ariégeois" reproduit cette couronne qu'il considère comme le sceau des Bénédictins en 1620 ; "c'est une couronne d'épines et dans l'intérieur une croix grecque dont la branche horizontale est formée par le mot PAX, les extrémités de la branche verticale par une fleur de lys en haut, trois clous en bas".

Une grande croix en fer forgé est appendue très-haut dans la nef à droite. À gauche, sculptés dans le mur, on voit les quatre évangélistes avec leurs attributs.

Il existe aussi dans une chapelle la tombe des derniers abbés.

Il existe aux archives du château de Léran 47 pièces authentiques ou parchemins intéressant l'abbaye et l'église de Camon.

Le clocher carré, de style roman, un petit escalier à vis de 118 marches permet d'accéder à la porte d'entrée du clocher qui renferme quatre cloches. La plus ancienne date de 1513 et a été offerte par Philippe de Lévis, deux autres cloches datent du XVIIème siècle et la plus récente du XIXème siècle.

Il fut découvert en 1908, chez Maître d'Esperonnat, notaire à Tuchan (Aude), au milieu de ses minutes, un sceau en bronze ayant appartenu au prieuré de Camon. En voici sa description :

Le sceau en question porte l'inscription circulaire suivante : + S : CVRIE : BEATE : MAIE : DE : CAMONE = + Sceau de la Cure de la bienheureuse Marie de Camon.

Il y a sur l'autre face un renflement central, terminé par un trèfle ajouré dans le style du XIVème siècle et destiné à faciliter l'apposition sur la cire.

Un autel, un tabernacle à ailes et un petit retable en bois doré, accompagnés de plusieurs toiles-peintes présentent aux visiteurs un décor de qualité. Aménagements intérieurs et décors datent du XVIIIème siècle. La voûte du chœur, le bénitier, le maître-autel sont classés.

 

Camon, secteur rue Charlemagne et la Terrasse.

    

Camon, ancienne porte médiévale avec son clocher, accès à la zone fortifiée.

    

Camon, et ses ruelles pleines de charmes.

Camon, la rue des Remparts.

Camon, ruelles étroites et ombragées.

    

Camon, ruelles étroites et ombragées, belles rénovations de maisons à colombages, caractéristiques au Moyen-âge.

    

Camon, ruelles étroites et ombragées, ancien couvent.

LE CHÂTEAU DE CAMON

Les appartements de l'abbaye que l'on nomme "château" possèdent de riches aménagements intérieurs du XVIIIème siècle qui témoignent de la puissance de ce lieu religieux. Actuellement la bâtisse est un hôtel.

Camon, salon du XVIIIème siècle, une des pièces de château, aujourd'hui aménagé en hôtel.

LE JARDIN D'AGRÉMENT DE L'ABBAYE DE CAMON

Le jardin d'agrément de l'abbaye de Camon, propriété privée, est repris à l'Inventaire général du patrimoine culturel (documentation préalable).

Camon, les jardins de l'abbaye.

Camon, les jardins de l'abbaye.

LA MAISON DES PÉNITENTS BLANCS

Une façade ornée de symboles théologaux : l'ancienne chapelle des pénitents blancs du XVIème siècle ; elle est aujourd'hui privée et habitée.

LA MAISON HAUTE

Ancienne tour des remparts, intégrée au système défensif du bourg fortifié, la maison haute fut transformée au XVIIème siècle en demeure seigneuriale. Aujourd'hui privée et habitée, elle est inscrite au Monuments historiques.

Camon, la maison Haute.

COMBAT DE CASTELNAUDARY – Le duc de Montmorency est fait prisonnier le mercredi 1er septembre 1632 suite à de nombreuses blessures. Le maréchal de Schomberg ne voulant pas laisser le duc de Montmorency à Castelnaudary. Il transporter le duc le 05 septembre pour le mettre en lieu sûr au château de Lectoure dont le maréchal de Roquelaure était gouverneur. Il posta aux environs huit cornettes de cavalerie pour la sûreté du prisonnier. Henri de Montmorency fut envoyé devant le Parlement de Toulouse présidé par le garde des sceaux. Sur ordre de Richelieu le parlement le condamna à mort. Le duc fut décapité dans la cour de l'hôtel de ville le samedi 30 octobre 1632.

Selon une légende, dans la maison "haute" à Camon on prétend qu'en 1632 après sa défaite de Castelnaudary par les troupes royales, le duc Henri de Montmorency aurait trouvé refuge jusqu'au jour où il aurait été livré à Richelieu qui lui fit trancher la tête à Toulouse.

Camon, autre prise de vue de la maison Haute.

La Maison Haute du XVIIème siècle, intégrée au système défensif du bourg fortifié présente, sur un puissant soubassement maçonné, un remarquable exemple de mise en oeuvre des techniques du pan de bois et du torchis attribuable au XVIIème siècle. La Maison est un ensemble résidentiel conséquent, réunissant au moins trois propriétés distinctes, installé sur un soubassement à vocation défensive. Il s'agit peut-être d'un programme mixte, à la fois civil et militaire.

LE MÉTIER À FERRER LES BŒUFS

Jadis dans les villages ruraux, il était de tradition de ferrer les bœufs pour éviter l'usure de la corne de leurs sabots. Le ferrage s'effectuait pour les animaux les moins dociles avec un métier à ferrer. Celui de Camon a été utilisé jusque dans les années 1970. Restauré en 1993, il est l'un des rares en état de fonctionner dans la région Midi-Pyrénées.

Vieux métier à ferrer les boeufs en 1905.

Les environs de Camon.

LES CABANES DE CAMON

Une des 120 cabanes en pierres sèches de Camon "La Gaita".

Autre nom donné à ces cabanes : capitelle, l'orthographe capitèle est des plus rares, cette forme francisée de l'occitan capitèl, employé en Ardèche, employé dans les garrigues du Gard, est attestée dès 1620 (sous la forme "cappitelle") en français notarial à Nîmes, où il désigne une cabane de vigne ; propagé par les érudits gardois et ardéchois du XXème siècle, "capitelle" a connu un franc succès et une grande diffusion, supplantant totalement ou partiellement les vocables vernaculaires dans d'autres régions ainsi dans les Pyrénées-Orientales, dans l'Hérault et dans l'Aude et même tendant à prendre le sens générique de "cabane de pierre sèche" dans l'ensemble du Languedoc-Roussillon; le terme capité, employé dans la région du Monastier, en Haute-Loire, est une forme locale de capitèl.

Témoins du passé viticole de Camon, les constructions en pierres sèches ont défié les lois du temps. Au Xème siècle alors que l'abbaye devient possession de Lagrasse, les paysans vont commencer à cultiver les terres autour du village. Pour faciliter la culture de la vigne et des céréales, ils construiront aidés du savoir-faire des moines, terrasses, cabanes, puits, aqueducs en pierres sèches. Ces cabanes et la culture en terrasse seront utilisées jusqu'à l'épidémie du phylloxera à la fin du XIXème siècle. Ces constructions en pierres sèches ont bénéficié d'une attention particulière au travers d'un inventaire et de restauration. On peut les découvrir aujourd'hui lors d'une très agréable balade guidée.

Cabane en pierre sèche de Camon.

A SAVOIR : Un inventaire de titres et de documents historiques de Camon a été réalisé par l'abbé Edmond Baichère le 31 janvier 1790 et 12 août 1791. L'inventaire détaillé fait la liste des meubles et effets du monastère de Camon à cette période (Mémoires de la société des arts et des sciences de Carcassonne 1910).

LISTE DES PRIEURS DE CAMON

Le premier abbé de Camon choisi par l'abbé de Lagrasse en 999 fut Etienne qui était à la tête de Camon avec douze religieux.

- Arnaud fut abbé au moment du partage entre Pierre Roger, évêque de Girone et comte de Carcassonne, et Roger Bernard, comte de Foix. Camon avait encore titre d'abbaye ;

En 1068, Camon est considéré comme une simple prévôté dépendant de Lagrasse avec Rigaud comme prieur.

- Bertrand de Villemur en 1172 plus tard évêque de Toulouse.

- Pierre de Clermonl de 1180 à 1190.

- Palassin de 1221 à 1227.

- Guilhem de la Crouzille qui en 1237 avait des différends avec les seigneurs de Lordat et de Mirepoix ; il vivait encore en 1247.

- Peitavin 1247-1251.

- Pons de Vilar, appelé par l'abbé Duclos : Pons de Villiers en1272 qui en 1273 transigea avec Jean Ier de Bruyères, seigneur de Puivert et de Chalabre, au sujet de certaines rentes.

- Bertrand de Caslelnau, religieux de l'abbaye de Lagrasse 1296-1298.

- Jourdain de Roquefort, 1316-1328.

- Baynaud Foucault 1328-1366 qui devint chapelain du roi Jean le Bon en 1351, succéda à Jourdain de Rochefort. Il eut une querelle avec François et Pierre de Lévis qui avaient tué des vassaux du monastère. Puis vinrent :

- Guilhaume de Folcrand 1336.

- Olivier de Pompilin 1396-1401.

- Bernard de Laroque 1420.

- Bernard de Queysses 1470-1481.

- Ondouin d'Abzac 1482.

- En 1494, l'Église et le monastère étaient ruinés et détruits ; les religieux, manquant de ressources, abandonnèrent le monastère. Seul resta le Sacristain.

- En 1501, Philippe de Lévis, évêque de Mirepoix depuis l'an 1497, plus tard nommé par François Ier abbé de Lagrasse, fut élu Prieur de Camon.

- En 1538, Charles Bernard d'Enonville, cardinal évêque de Macôn remplaça Philippe de Lévis.

Puis vinrent successivement :

- Georges d'Armagnac 1531-1560, cardinal archevêque de Toulouse.

- Jacques de Villemur, 1580.

- Jacques.de Villemur 1600-1603, son neveu.

- Jacques Philibert de Villemur 1650-1712, par suite de la résignation du précédent.

- Georges de Villemur, 1712-1718.

- Thomas Lavaur, 1720.

Les religieux restèrent au couvent de Camon jusqu'en 1608, à cette époque le monastère fut abandonné, la régularité n'y fut rétablie qu'en 1699 longtemps après l'union de Lagrasse à la Congrégation de Saint-Maur.

Pour les amateurs de photos anciennes en voici quelques unes du village de Camon :

L'abbaye de Camon vu du pont sur l'Hers situé à l'Ouest du village, en 1905.

Camon, entrée de la citadelle porte de l'horloge en 1905.

    Camon, entrée de la citadelle porte de l'horloge en 1905.

        

Camon, à gauche, résidence seigneuriale du XIème siècle, en 1905. A droite, entrée principale de l'abbaye habitée par les Bénédictins dés le VIIIème siècle, en 1905. L'abbaye selon la légende, servit de cachette au duc de Montmorency.

Camon, l'église de l'ancienne abbaye des Bénédictins datant du VIIIème siècle, photo datant de 1905.

Camon, une vue générale du village en 1955.

  

Camon, à gauche, "la maison haute" résidence seigneuriale du XIème siècle, en 1905. A droite, le clocher de l'abbaye datant du XVème siècle, en 1950.

 

Bibliographie :

- Mahul, Carlulaire et archives de l'ancien diocèse de Carcassonne T. 11, p221 et 305.

- Chartrier de M. le duc de Lévis-Mirepoix.

- L'histoire des Ariégeois, par M. l'abbé Duclos.

- Bulletins de la société d'études scientifiques de l'Aude SESA T31.

- Histoire du Languedoc.

- Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale T75.

- Revue d'histoire de l'Église de France.

- Mémoires de la société des arts et des sciences de Carcassonne tome 1.

 

 Si vous désirez participer et créer un reportage sur votre village, n'hésitez pas à collationner vos documents, photos et rédiger votre texte, je me charge de le mettre en forme sur ce site web. Je vous invite à me contacter par mail à cette adresse :

 jp@belcaire-pyrenees.com

Ainsi se termine ce reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires en bas de l'article ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! 
Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact : 

 jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez-moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.  

 

 
 
 
 
 

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre - dans DÉCOUVERTE
commenter cet article

commentaires

TREPS I 13/03/2017 07:22

superbe reportage ! merci.....je viens une grosse semaine en vacances cet été, et compte bien venir visiter, flaner à CAMON.... bravo pour ce blog!

raphael 10/03/2017 10:43

Certaines photos ne s'ouvrent pas. Est-ce uniqument mon problème?

Jean-Pierre 10/03/2017 11:05

Bonjour en général dans la légende j'indique s'il est possible d'agrandir ou pas la photo. Avec la nouvelle version kiwi d'overbog ce n'est plus possible pour les derniers reportages réalisés. Le format est figé. Cordialement JP

autissier 10/03/2017 10:04

Merci JP pour ce très bel article qui m'a fait revoir un lieu magnifique en détail
et revivre avec plaisir des moments chaleureux de rencontre avec le Maire de
Camon, certains membres de la mairie lors d'un concert de chants sacrés dans
l'Eglise. J'attends toujours le prochain article avec plaisir. MERCI

Mémé M 10/03/2017 06:15

Commencer la journée avec une si belle et intéressante visite... c'est garder du soleil dans les yeux tout le jour ! Un grand merci.

Jean-Pierre 10/03/2017 09:06

Merci mémé M ce fut un plaisir pour moi aussi de réaliser ce reportage. Cordialement JP