Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.belcaire-pyrenees.com
  •  www.belcaire-pyrenees.com
  • : BELCAIRE capitale du Pays de Sault en Languedoc Roussillon. Au départ j'ai réalisé ce site pour partager les retrouvailles 33 ans après, de 17 copines, dans cette région authentique préservée en territoire cathare au pied des Pyrénées. Mais je me suis aperçu que l'Aude n'était pas assez mise en valeur, alors amoureux de cette région et la passion étant là, j'ai réalisé des reportages pour vous présenter ce département aux lieux chargés d'histoire. Ce site a pour but surtout de vous faire découvrir cette région authentique, plein de charme qu'il faut aller visiter.
  • Contact

ANNONCES-MESSAGES-ACTUALITÉS

Ils veulent vous informer !

Pour découvrir les annonces

  cliquez sur la photo

Photo pour les annonces 02

Faites Une Recherche Sur Ce Site

LIENS UTILES

En cliquant sur l'une des images ci-dessous :

1 - vous pouvez écouter Radio Montaillou en direct

 

logo 01cliquez sur le logo RADIO MONTAILLOU ci-dessus pour écouter la Radio en direct
(en cliquant sur leur site en haut à droite)
pendant que vous consultez les pages du site
 

 

 

Pour suivre la progession et connaître la position des ours dans les Pyrénées
téléphonez au 05.62.00.81.10
 
Vous pouvez m'écrire
CLIQUEZ SUR LE PETIT CHIEN ROMÉO POUR ME CONTACTER
 
 
LIVRE D'OR
cliquez sur la photo pour déposées vos marques de sympathie et pour les visionner

Gîtes dans une ancienne école place du village de Comus, village situé
sur le tracé de l'emblématique Sentier Cathare et à proximité des gorges de la Frau et de Montségur
 
Locations gîtes et chambres d'hôtes à Ignaux dans les montagnes des Pyrénées
en Haute-Ariège près d'Ax-les-Thermes
 
Hôtel Restaurant Bayle ** à Belcaire

 

Sites d'Ami(e)s

Les Amis du Sabarthez de Pierre Cortinas

 

Pour le développement du tourisme au Pays de Sault :

     l'Association le Grand Sault

 

on y trouve des renseignements intéressants sur ce site :

     Chambre d'Agriculture de l'Aude

 

Logo réduit office du tourisme du pays de sault

Office du Tourisme du Pays de Sault

Chemin départemental 613

11340 ROQUEFEUIL

Tél : 04.68.20.75.89

 

Retour à la page d'accueil

LES LIVRES CONSEILLÉS

Nouvelle Rubrique pour découvrir

des livres intéressants

cliquez sur la photo

livres conseillés

MESSAGE

13 avril 2009

Un diable dans une église, ce n'est pas commun !

Dés que vous franchissez le porche de l'église Sainte Madeleine, sur votre gauche, Asmodée le diable boiteux, ailé et cornu monte la garde !
Il est plié sous le poids du bénitier. Asmodée était le gardien du trésor du temple de Jérusalem. C'est un démon de la bible.
Dans sa main droite, il devait tenir une fourche, instrument que tous les diables possèdent, c'est bien connu ...

Regard et expression terrifiante, bonjour l'accueil ...

L'abbé Saunière avait l'art de la mise en garde et de la mise en scène,  je ne connais pas le nom du sculpteur, mais, c'est une assez belle représentation de ce diable mythique, il fait de l'effet le bougre !
C'est la maison Giscard qui se trouvait à Toulouse, qui confectionna  le diable, et d'autres décors de l'église, elle produisait des statues religieuses.

Un plan un peu plus large sur Asmodée, au-dessus du bénitier surmonté de deux salamandres encadrant les initiales "BS" pour Bérenger Saunière, il y a des statues, représentant, les "quatre frères zélées de la Rose + croix" voir la photo suivante ...
Une remarque quand vous irez sur place, évitez de toucher le diable car il subit des dégradations, il y a quelque temps, il a fallu le mettre sous verre pour le protéger, c'est dommage et ce n'est pas l'idéal pour prendre des photos, donc respectez l'ensemble du site, touchez avec les yeux uniquement.

Les quatres anges surmontant le diable Asmodée. A leurs pieds, l'inscription : "par ce signe tu le vaincras".

Parmi les travaux entrepris, il fait déplacer l'ancien maître-autel qui reposait sur deux piliers wisigothiques sculptés. L'abbé utilisera un pilier par la suite pour en faire le socle d'une vierge de Lourdes visible aujourd'hui près du seuil de l'église, à gauche. L'un d'eux s'avère qu'il était creux, mais l'espace ne peut contenir quatre parchemins cachés dans des cylindres en bois. Il y a des divergences sur ce point. Je pense que les parchemins étaient dissimulés dans un balustre en bois de l'ancienne chaire, plus facilement manipulable par un homme seul (voir photo, dans la partie n°2). Il va de soi que notre abbé a des connaissances latinistes, il est fortement intrigué par la présentation très particulière des textes. Deux seulement nous sont parvenus, aujourd'hui encore, ils étonnent les chercheurs.

Retranscription de l'un des manuscrits réalisée sur calque par l'abbé Saunière sur les conseils de Monseigneur Billard qui seront remis au maire du village ...
Sur celui-ci, l'écriture est principalement en style ancien dit oncial. On pense que les techniques de codage utilisées ici sont d'origine médiévale.
L'auteur avait des connaissances en latin et en grec, c'était donc un érudit ou un membre du clergé. Le déchiffrement de ce texte n'a jamais été convainquant.

Seuls, deux des quatres manuscrits retrouvés à Rennes le Château ont été publiés. Que sont devenus les deux autres ? Contenaient-ils des précisions sur la localisation du trésor ? Il nous manque des pièces au puzzle, ces pièces, l'abbé Saunière les avaient surement trouvées. Il a voulu garder le trésor pour lui seul, après tout, si vous l'aviez trouvé, iriez-vous le crier sur les toits, au risque de ne pas toucher un sou ?

Un deuxième manuscrit sur calque, les originaux que sont-ils devenus, personne ne les a  jamais vus ?
La transcription a t'elle été parfaite ?
Les originaux ont soi-disant, été présentés en 1893 aux experts de Saint Sulpice sur les recommandations de Monseigneur Billard, mais ce voyage à Paris de l'abbé Saunière comporte beaucoup de zones d'ombres. Donc, prudence sur les diverses suppositions qui sont évoquées dans divers ouvrages.
Jusqu'à présent ces documents sont toujours une enigme !


Le texte est en latin et, a été extrait des évangiles de Saint-Luc 6 Vs 1 à 4, mais il comporte plein d'erreurs par rapport à celui de la bible, des mots sont manquants ou ont été rajoutés. Certains pensent qu'il contient plusieurs messages codés. Si vous trouvez la solution, écrivez moi.
 
Saunière est un homme curieux, érudit, il va étudier ces parchemins, il est persuadé qu'ils sont cryptés et qu'ils recèlent un code secret. Ayant des connaissances en cryptographie (c'est prouvé, dans ses papiers personnels on a retrouvé un étrange manuscrit écrit de sa propre main qu'il a intitulé "sot pêcheur") mais malgré ses efforts, des nuits entières à essayer de dénouer cette énigme, en vain. Le maire du village informé de cette découverte lui réclame les parchemins, qu'il tarde à lui remettre. Sur les conseils de son évêque bienfaiteur Bérenger Saunière proposera des calques de ces parchemins, car il se propose de vendre les originaux à des collectionneurs parisiens afin de soi-disant financer la poursuite de ses travaux dans l'église.
En réalité, il montera à Paris en 1893 pour présenter les documents à des experts de Saint-Sulpice sur les recommandations de son évêque Monseigneur Billard qui lui aussi était intrigué par cette découverte. Pendant que les experts examinent les parchemins, notre abbé visite Paris, rencontre quelques grands noms de cette époque, il visite le Louvre et achète trois copies de tableaux, dont celle des "bergers d'Arcadie" de Poussin.

Le tableau de Nicolas Poussin "les bergers d'Arcadie"
 
 Il s'écoula trois bonnes semaines, les documents confiés, ne sont pas restitués, y a-t-il eu tractation avec des contreparties, cela n'a jamais été élucidé, nul ne le sait. Toujours est-il, que notre curé rentre à Rennes le Château, et c'est à ce moment qu'il a un comportement étrange. Il reprend les travaux dans son église, il fait soulever une large dalle située à même le sol au pied de l'ancien autel. Cette dalle appelée "dalle des Chevaliers" avait sur sa face cachée des motifs anciens gravés, authentifiée par les services historiques comme étant du VIII ème siècle, de l'époque carolingienne. Mais cette dalle recouvrait une tombe car deux squelettes sont mis au jour, ils avaient des entailles rituelles aux crânes, un gros pot rond en terre typiquement méridional fut aussi découvert, il était rempli de pièces brillantes. Les ouvriers qui l'interrogent, il leur dit que c'est des médailles religieuses sans valeur et il les congédie sans autre explication. L'abbé Saunière avait probablement trouvé un magot !

La dalle dite "des chevaliers" exposée dans le musée. Elle recouvrait une tombe sous le pavement de l'église. Ce bas relief est une plaque de chancel, elles apparaissent à l'époque de Charlemagne, c'est un élément de clôture qui séparait le coeur de la nef. Celle-ci date de fin du VIII ème siècle.
 
Les travaux reprennent, mais dans le cimetière, sous prétexte d'un réaménagement faute de place l'abbé se met à fouiller le cimetière de fond en comble, il fait exécuter des excavations de plusieurs mètres de profondeur.
Dans la nuit, clandestinement il effectue des travaux étonnants, aidé par sa nouvelle bonne, Marie Dénarnaud, il déplace des tombes, efface des inscriptions gravées par l'abbé Bigou sur la pierre tombale de Marie de Nègre d'Ablès, dont je vous ai parlé dans la 2ème partie. Ce message codé l'abbé Saunière serait-il parvenu à le déchiffrer ?
L'abbé Saunière avait pris pension dans une nouvelle famille du village, les Dénarnaud. Et c'est la fille de cette famille qui deviendra la bonne du curé, jeune, jolie, bonne cuisinière, les ragots vont bon train, mais elle restera avec dévouement au service du prêtre toute sa vie. Pendant 10 ans l'abbé Saunière restera un pauvre curé, et un changement radical se produisit, il semble disposer d'une fortune inépuisable et on s'en rend rapidement compte dans le village. L'église est entièrement refaite ainsi que le presbytère qui étaient en ruine depuis un siècle. Tout est refait, du sol au plafond, toiture neuve, décoration intérieure étrange, on se sent intrigué dans cette église, je vous épargnerai la liste des étrangetés relevées dans cette décoration peu commune, renfermerait-elle un message occulte ?

Un calvaire est édifié par l'abbé Saunière en l'honneur de la visite de son protecteur, Monseigneur Billard le 6 juin 1897.
Vous l'apercevez à votre droite avant de pénétrer dans l'église, prés de la grotte dédiée à Sainte Madeleine.
En 1897 Monseigneur Billard lors d'une visite pastorale pour voir l'incroyable restauration, est pris d'un vertige lorsqu'il pénètre dans l'église, après un prompt discours il repartit pour ne plus jamais revenir. L'abbé avait fait graver en haut du porche de l'église cette phrase comme un avertissement, "Terribilis est locus iste", ce lieu est véritablement terrible. Asmodée n'a pas arrangé l'effet sur Monseigneur ...
Je vais vous présenter quelques photos intéressantes de l'intérieur de l'église Sainte Madeleine, la décoration a été  pensé entiérement dans le moindre détail, par l'abbé Saunière, vous me direz c'est normal, c'est lui qui a payé.

Le fond de l'église avec le confessionnal, la grande fresque au-dessus et le chemin de croix commandé par l'abbé Saunière le 20 novembre 1896 aux ateliers Giscard à Toulouse. Moulages (1,26 m x 0,60 m) le chemin de croix est représenté, par 14 tableaux. Elles sont fantaisistes dans la représentation et bon nombre d'églises possèdent le chemin de croix inversé. Les "stations" du chemin de croix sont les étapes du chemin parcourue par jésus lors de sa montée au calvaire. Se sont les franciscains au XIV ème et  XV ème siècle qui sont à l'origine de cette représentation. Sur cette photo de gauche à droite vous avez les stations IX - VIII - VII et VI.

Au-dessus du confessionnal de l'église l'abbé a fait sculpter sur le fronton, que l'on aperçoit ici, un berger et sa brebis évoluant dans une grotte, a t'il voulu remémorer l'épisode du berger Paris survenu en 1645 ?
 
Un jour de printemps 1645, Ignace Paris vieux berger de Rennes rentrant son troupeau s'aperçut qu'il lui manquait une brebis. Il retourna où les bêtes avaient passées la journée. Il entendit bêler, l'appel venait de la terre. S'approchant, il vit que l'animal était tombé au fond d'un trou. Il descendit dans l'excavation, mais l'animal apeuré s'engouffra plus profondément dans un étroit boyau sous terre. Le berger s'y glissa tant bien que mal, c'est à ce moment là dans le noir, qu'il heurta des objets, en tâtonnant il saisit des pièces de monnaie, continuant sa progression, il toucha des ossements humains, effrayé il prit peur et rebroussa chemin. De retour à Rennes le Château la chose se sut dans le village et le seigneur Henry de Hautpoul fit saisir le bergé et le soumit à la question pour lui faire avouer l'origine des pièces d'or qu'il avait trouvées. Le vieux bergé succomba sous les coups de ses bourreaux sans avoir indiqué le lieux de sa découverte. Le seigneur furieux fit exécuter les bourreaux malhabiles.
Le berger était-il tombé dans l'une des galeries de l'ancienne citadelle de Rhedae ? Une légende est née.

Gigantesque fresque recouvrant tout le mur du fond de l'église, avec ces inscriptions "Laissez venir à moi ceux qui souffrent". Noter la bourse crevée en bas à gauche, est-ce un signe ? ...

Voici trois plans larges de l'intérieur de l'église Sainte Madeleine

A gauche la statue de Saint Antoine Ermite, la chaire , on y accède par un escalier caché qui juxte le mur de l'église.


Le chemin de croix, les stations IX  ( jésus tombe pour la 3ème fois) et VIII ( jésus console les filles de Jérusalem).
 
A gauche Saint Marie Madeleine et à droite Saint Roch

Statue de Sainte Madeleine, entourée des "stations" (de droite à gauche) XII et XIII. 


Statue de Sainte Germaine, originaire de Pibrac, près de Toulouse, elle était une bergère très pieuse et priait dans la boue devant un buisson. Un jour un ruisseau se divisa devant elle pour lui laisser le passage.

Au centre l'autel, à gauche la chaire, à droite Saint Antoine de Padoue porté en triomphe par quatre anges. Saint Antoine devint le "Marteau des Hérétiques" en combattant les Cathares, puis enseigna à Montpellier, où il composa les "Homélies sur les Psaumes". On invoque Saint Antoine de Padoue pour retrouver les choses perdues.
Au fond, vous apercevez le vitrail de Marie Madeleine et la voûte étoilée.

Gros plan sur la chaire, d'où l'abbé faisait ses sermonts et apostrophait ses fidèles paroissiens pour les remettre dans le droit chemin ...
 
  La statue de Saint Roch, il était issu d'une grande famille de Montpellier, il possèdait de naissance un signe distinctif qui était une croix rouge sur la poitrine. Mort dans la misère et l'ignorance, c'est ainsi que l'on identifia son cadavre.  De part et d'autre, de droite à gauche les "stations" X (jésus dépouillé de ses vêtements) et XI (jésus cloué sur la croix).

Le maître autel, au pied de celui-ci sous le tableau, il y avait autrefois un pannonceau avec des inscriptions voulues par l'abbé "JESU. MEDELA. VULNERUM + SPES. UNA. PENITENTIUM. PER MAGDALAN AE. LACRYMAS + PECCATA. NOSTRA. DILUAS." la graphie est curieuse, cette légende latine ne devrait pas comporter de points ...

Sous le maître autel, tableau représentant Marie Madeleine agenouillée. Cette fresque a été peinte par l'abbé lui-même.
Le maître autel se trouve exactement à l'emplacement où l'abbé découvrit  le tombeau sous la dalle dite "des chevaliers" ...


Les quatre anges surmontant le bénitier et le diable Asmodée, remarquez en bas, les initiales BS pour Bérenger Saunière. Soyez attentif ! Que font ces anges ? Ils se signent de la main droite, "par ce signe tu le vaincras".

A gauche la statue de Saint Joseph et derrière l'autel un magnifique vitrail réalisé par Henri Feur peintre vitrier de Bordeaux, dont vous pouvez voir un agrandissement ci-après ...

Vitrail représentant Marie Madeleine au pied de  jésus.

Retour vers la porte d'entrée pour admirer encore une fois cette magnifique composition.

nota : tous ces articles seront certainement complétés par la suite ...



 

Ainsi se termine ce troisième reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

  Julie logo juillet 2014 495x350

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans HISTOIRE
commenter cet article

commentaires

sahli 21/11/2013 14:26


bonjour,


je pense connaitre le secret , tous cherche un trésort mais cela et bien plus ce n'est pas matériel je sais ce que sais, grâce à ce qu'il a trouvé  

Jean-Pierre 21/11/2013 15:05



Sahli a peut être résolu le mystère de l'abbé Saunière, mais s'il nous en disait un peu plus ...



K. Delatorre 04/08/2013 10:50


http://www.midilibre.fr/2013/08/02/trois-cryptes-et-six-souterrains-detectes,741561.php


Merci pour votre site qui est présenté d'une façon formidable et qui vous a demandé, je n'en doute pas beaucoup de recherche.


Je suis moi-même passionnée de tout ce qui converge vers ce lieu unique.


Bonne continuation et merci encore.