Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.belcaire-pyrenees.com
  •  www.belcaire-pyrenees.com
  • : BELCAIRE capitale du Pays de Sault en Languedoc Roussillon. Au départ j'ai réalisé ce site pour partager les retrouvailles 33 ans après, de 17 copines, dans cette région authentique préservée en territoire cathare au pied des Pyrénées. Mais je me suis aperçu que l'Aude n'était pas assez mise en valeur, alors amoureux de cette région et la passion étant là, j'ai réalisé des reportages pour vous présenter ce département aux lieux chargés d'histoire. Ce site a pour but surtout de vous faire découvrir cette région authentique, plein de charme qu'il faut aller visiter.
  • Contact

ANNONCES-MESSAGES-ACTUALITÉS

Ils veulent vous informer !

Pour découvrir les annonces

  cliquez sur la photo

Photo pour les annonces 02

Faites Une Recherche Sur Ce Site

LIENS UTILES

En cliquant sur l'une des images ci-dessous :

1 - vous pouvez écouter Radio Montaillou en direct

 

logo 01cliquez sur le logo RADIO MONTAILLOU ci-dessus pour écouter la Radio en direct
(en cliquant sur leur site en haut à droite)
pendant que vous consultez les pages du site
 

 

 

Pour suivre la progession et connaître la position des ours dans les Pyrénées
téléphonez au 05.62.00.81.10
 
Vous pouvez m'écrire
CLIQUEZ SUR LE PETIT CHIEN ROMÉO POUR ME CONTACTER
 
 
LIVRE D'OR
cliquez sur la photo pour déposées vos marques de sympathie et pour les visionner

Gîtes dans une ancienne école place du village de Comus, village situé
sur le tracé de l'emblématique Sentier Cathare et à proximité des gorges de la Frau et de Montségur
 
Locations gîtes et chambres d'hôtes à Ignaux dans les montagnes des Pyrénées
en Haute-Ariège près d'Ax-les-Thermes
 
Hôtel Restaurant Bayle ** à Belcaire

 

Sites d'Ami(e)s

Les Amis du Sabarthez de Pierre Cortinas

 

Pour le développement du tourisme au Pays de Sault :

     l'Association le Grand Sault

 

on y trouve des renseignements intéressants sur ce site :

     Chambre d'Agriculture de l'Aude

 

Logo réduit office du tourisme du pays de sault

Office du Tourisme du Pays de Sault

Chemin départemental 613

11340 ROQUEFEUIL

Tél : 04.68.20.75.89

 

Retour à la page d'accueil

LES LIVRES CONSEILLÉS

Nouvelle Rubrique pour découvrir

des livres intéressants

cliquez sur la photo

livres conseillés

MESSAGE

30 avril 2009

Après avoir visité la villa Béthania, en sortant face à vous, vous apercevez la Tour Magdala au travers du feuillage des arbres ...



La tour Magdala, vue des jardins du domaine de l'abbé Bérenger Saunière. Le parc devait être mieux entretenu à l'époque, d'après ce que j'ai pu lire, mais il est très ombragé, c'est très agréable lors de fortes chaleurs.

Vous avez traversé le parc pour accéder au belvédère par ces escaliers, le dessous de cette terrasse avait été aménagée en cave à vin, il y avait des citernes récupérant l'eau de pluie par un ingénieux système, des réserves et une cuisine d'été. Pour créer les jardins, l'abbé fit tout remblayer avec des tonnes de terre meuble, car il n'y avait que caillasse, roches et vestiges d'une vieille citadelle à cet endroit, un travail énorme fut accompli.
Arrivé en haut de l'escalier, à gauche vous avez la tour Magdala et à droite la serre-orangerie (reportez-vous au plan de la 2ème partie).


Vous êtes sur la terrasse, l'entrée de la tour Magdala tel qu'elle se présente à vous du haut de l'escalier ...

On s'approche de l'entrée, (photo prise un autre jour, le temps est maussade),  je vous la montre car elle est symbolique en quelque sorte, c'est en effet ici, sur le pas de cette porte que Marie Dénarnaud a retrouvé l'abbé Saunière inanimé, victime d'une attaque d'apoplexie le 17 janvier 1917 ...

Photo opposée à la précédente, comme vous le voyez, la terrasse belvédère est assez impressionnante de par sa longueur, on peut apercevoir la région à plus de 270 degrés ...

Cette terrasse l'abbé l'avait faite protégée contre le vent de Nord-Ouest par des verrières à l'époque.

Vous êtes entré dans la tour Magdala par la porte à gauche sur cette photo, tout l'ameublement a été réalisé sur mesure avec des bois précieux, admirez le carrelage d'époque ...

Dans cette salle, l'abbé avait installé son cabinet de travail, il y avait son bureau et un magnifique fauteuil en cuir. Il était entouré de milliers d'ouvrages qui composaient sa bibliothèque. Il avait aménagé un petit nid très confortable avec une cheminée pour chauffer l'ensemble.

Dans la bibliothèque, il y avait la collection que l'abbé avait fait relié du "Petit Journal" ainsi que son recueil de sermons, il collectionnait les cartes postales il en possédait plus d'un millier ainsi que les photographies. Il acheta aussi une collection de 100 000 timbres. Nous ne connaissons pas , malheureusement en détail les ouvrages que contenait cette bibliothèque. Tous les livres ont été vendus après la mort de l'abbé.

C'est un menuisier d'Alet nommé Vila qui a réalisé toute la menuiserie de la tour Magdala, il lui a fallu toute une demi-journée pour décharger la bibliothèque à la gare de Couiza ...

Voici une anecdote concernant cette bibliothèque : Mr. Vila avait chargé ce meuble volumineux sur un chariot tiré par deux boeufs, mais le poids était trop lourd. Il décida d'atteler un cheval devant les boeufs. Ne perdez pas de vu, qu'à cette époque la route qui montait à Rennes le Château était très mauvaise. Mais on ne sait pourquoi, les bovins effrayés par les mouvements du cheval, lui administraire un coup de corne, qui blessa gravement le cheval. On dut l'abattre. L'abbé dédommagea Mr. Vila de ce triste accident.

L'escalier à vis qui vous mène en haut de la tour Magdala munie de créneaux, débouche dans cette échauguette. La vue y est superbe !

Autre photo de l'échauguette ...

Gaby et Jean-Pierre contemplant de la terrasse de la tour Magdala, point le plus haut du domaine, l'ampleur du travail accompli et le panorama sur l'ensemble de la région qui est magnifique ...

Voici le panorama vu du belvédère, sur cette photo le temps est brumeux sur la chaîne Pyrénéenne, mais sur la suivante, le spectacle est superbe ...

Droit devant, en direction de la forteresse de Puilaurens, la chaîne Pyrénéenne ...

Un vaste horizon s'offre à vous, prenez le temps de contempler, vous avez devant vous tout le charme du Razès ! Pensez à vous munir de jumelles, s'il fait beau le spectacle en vaut la peine.

Un ciel bleu et une terre d'ocre rouge, les gorges où coule le "ruiseau de Couleurs", toutes ces photos sont prises du belvédère, je vous disais, vous avez une vue à 270 degrés !

Que dire de plus, sinon : admirez !

On ne se lasse pas de la vue ...

Cette terre ocre rouge qui apparaît par endroit, c'est une terre argileuse ferrugineuse chargée en oxyde de fer qui présente des contrastes surprenant comme sur une toile de maître ...

Panorama sur la vallée de l'Aude, on aperçoit Quillan et Campagne -sur-Aude, ce jour là, la visibilité est mauvaise sur la chaîne Pyrénéenne ...

Angle de vue direction "le Bézu", c'est  non loin de ces gorges que passe le fameux sentier Cathare que j'aimerai faire un jour sur toute sa longueur ... beau projet à mettre en oeuvre, les amis préparez-vous !

A l'autre bout de la terrasse belvédère, à l'Ouest se trouve la serre-orangerie et sa tour de verre ...

Vous entrez dans la serre, et par un escalier à vis, vous accédez dans une salle située sous la terrasse et qui débouche dans les jardins ...

La serre - orangerie et sa tour de verre vue du pied des remparts du domaine ...

La serre - orangerie et sa tour de verre, vue côté jardins, non loin de là se trouve la tombe de l'abbé Saunière ...


Entre la serre - orangerie et le mur d'enceinte du cimetière, adossé au mur Ouest du domaine se trouve la tombe de l'abbé Bérenger Saunière décédé le 22 janvier 1917, il avait 65 ans ...

Le corps de l'abbé Saunière a été transféré à cet endroit le 14 septembre 2004, auparavant, il reposait dans le cimetière près de Marie Dénarnaud décédée le 29 janvier 1953, elle avait 85 ans.

Le cimetière est fermé au public pour cause de vols et dégradations.


 

Le village de Rennes le Château :
L'abbé lui-même s'intéressait à l'antique Rhedae et à son passé fabuleux. Le village de Rennes le Château a des origines antiques et représente un patrimoine archéologique important.
A l'époque de Charlemagne il existait trois citées d'importance dans la région : Narbonne, Carcassonne et Rhedae. Cette dernière fut détruite au XIV ème siècle et ce n'est que vers 1880 qu'un érudit local, Louis Fédié, proposa son identification avec le village de Rennes le Château. Les vestiges archéologiques de Rennes le Château méritent une investigation plus approfondie pour la connaissance de l'histoire de la région. Savez vous que proche de Rennes le Château on a découvert des œufs fossilisés de dinosaures.
L'église, le presbytère, la villa Béthania, les jardins, la tour Magdala et le petit musée où sont exposés beaucoup de documents et de pièces à conviction concernant cette affaire, se visite et c'est très intéressant.
 

Un dernier regard à la tour Magdala, en attendant une prochaine visite ...
 
Gaby, Dame de Roquefeuil et Jean-Pierre au restaurant "Amarante" de Rennes le Château.
Un bon repas, avant la visite du château d'Arques tout proche, que vous pouvez visitez ici.


Avant de conclure, j'aimerai vous conter en quelques mots, une autre histoire ayant des similitudes étranges avec celle de l'abbé Saunière . C'est celle du père Coma (1822 - 1911), prêtre jésuite qui construisit dans les années 1860 un domaine impressionnant, avec un financement mytérieux. Le domaine de Carol est situé en Ariège prés de Crampagna entre Pamiers et Foix. Du domaine, il ne reste pratiquement plus rien, car l'évêché de Pamiers ordonna en 1956 la destruction du site à la dynamite. Cette histoire serait-elle venue aux oreilles de l'abbé Saunière, et l'aurait-elle inspirée ?

L'abbé Bérenger Saunière avec une ingéniosité d'esprit a su transformer ce purgatoire en paradis !
La magie du lieu a un tel succès populaire sur l'imagination, laissons nos rêves vagabonder. Ce minuscule village de Rennes le Château entouré de panoramas magnifiques et au passé prestigieux a gardé son secret ainsi que le plus somptueux trésor qui soit, le rêve !
L'énigme demeure.
A bientôt pour de nouvelles aventures ...

Sur l'ensemble des 6 articles consacrés à Rennes le Château, je vous ai présenté plus de 140 photographies pratiquement toutes légendées. Au travers de cette histoire fabuleuse, je serai flâté que cela vous ai donné l'envie de venir visiter la région qui a un potentiel historique et touristique très important. A votre retour venez mettre un commentaire sur le site !

 


 

 

6 Août 2011, voici une réflexion que m'a envoyé Claude Marsol à ce sujet et suite à nos échanges (voir les commentaires laissés en bas à droite de l'article) :

" Jean Pierre,

Pour fabuler, il faut de l'imagination. Elle comble les vides, et en histoire c'est très ENNUYEUX. Cette imagination a permis à trop d'auteurs de fabriquer de faux trésors, à travers des ouvrages commercialisables et qui encombrent nos librairies.

On ne peut parler du trésor de Rennes le Château qu'à travers les documents. L'abbé Saunière est arrivé pauvre à Rennes le Château. Il a fini sa vie riche et opulente, donnant tous ses biens à sa servante.

Selon certains auteurs (NON HISTORIEN) il aurait trouvé un trésor. Sans preuve on a rêvé, fantasmé, fabulé, créé des mythes (mythe et histoire ne sont pas des vases communiquant). Effectivement " on " a trouvé des papiers. L'imagination des uns et des autres ont transformé ces papiers en pièces d'or (ces papiers auraient été même négociés à Paris !!!).  Pour augmenter leurs revenus, les prêtres demandaient à l'évéché des "honoraires de messes" refusé à l'abbé Saunière.

 Il décida de demander à des congrégations religieuses en France et ailleurs des honoraires de messe. Il le fit dans des REVUES SPECIALISEES. Il reçu des sommes considérables. La lecture de ses CARNETS en témoigne. Il faisait donc du trafic de Messes ! Plus tard, sa servante ne pouvant entretenir les biens dont elle hérita, trouva un mécène à qui elle promis (pour la garder) de lui donner avant de mourir l'endroit où le trésor était caché.

Elle décède sans rien dire......................

A la mort de l'abbé tout le monde connaissait l'origine de sa richesse. Pourquoi des analyses fantasques sont nées ??

Claude Marsol "

 


Albert Fagioli a lu ce reportage, il m'a contacté et transmis deux articles le concernant, publiés dans les journaux LE MIDI LIBRE du 2 août 2013 et LA DEPÊCHE du 4 août 2013 que voici :

article du journal le Midi Libre du 2 août 2013 :

Rennes-le-Château :

Albert Fagioli se présente comme un chercheur extra-sensoriel. Il confirme que trois cryptes, six galeries et un depôt monétaire sont situés sous l'église de Rennes-le-Château. 

"Je confirme, il y a bien trois cryptes : deux sous la nef et une autre sous l’autel. J’ai également détecté six petits tronçons de souterrain convergeant vers l’église et j’ajoute que dans l’une des cryptes, il doit y avoir un dépôt monétaire. Ça peut être n’importe quoi : de l’or, des pièces d’argent, des objets sacerdotaux, etc. Bien sûr il n’est pas question de trésor".

Albert Fagioli tient dans ses mains un "dowser". Sans entrer dans les détails techniques, il s’agit d’un détecteur de métaux et de cavités. Selon les spécialistes, seules les personnes dotées de qualités extrasensorielles peuvent l’utiliser. L’appareil s’apparente un peu au pendule ou à la baguette des sourciers. Quand on lui demande sa fonction exacte, Albert Fagioli se présente donc comme étant "un chercheur extrasensoriel".

Le trésor de l'abbé Saunière

Jeudi après-midi, il maniait son "dowser" dans l’allée centrale de l’église de Rennes-le-Château, lieu de tant de fantasmes ! Elle est devenue célèbre à cause d’un trésor aussi excitant qu’introuvable qu’aurait soi-disant découvert l’abbé Béranger Saunière, le desservant du village à la fin du XIXe  siècle.

En fait, le fameux trésor repose surtout dans les cavités neuronales des amateurs de mystères. Des imaginatifs que rien n’arrête. Ou plutôt que rien n’arrêtait, jusqu’à cet arrêté municipal pris en 1965 interdisant qu’on creuse des trous dans le sol de ce bourg dominant la Salz, la rivière qui coule en contrebas.

Des explorateurs pas vraiment patentés, mais armés de pioche, n’hésitaient pas à "creuser" le sujet pour mettre au jour l’hypothétique butin. A force, ils auraient fini par mettre en péril les fondations des maisons.

Passionné mais pas rêveur

Jeudi, Alexandre Painco, le maire de Rennes-le-Château, et Philippe Hui, son premier adjoint, sont venus accueillir Albert Fagioli tout droit débarqué de Charly-Oradour, en Moselle, près de Metz, là où il réside.

L’affaire de Rennes-le-Château le passionne depuis des lustres. Mais l’homme n’est pas un rêveur. Il reste dans les limites du rationnel. André Galaup, notre ex confrère de Midi Libre, spécialiste et démyhtificateur du trésor, confirme : "M. Fagioli est sérieux et s’intéresse à Rennes sous l’angle historique. Et c’est vrai qu’il a découvert d’autres sites, notamment un site templier, en Moselle".

En lisant le registre paroissial de Rennes, on peut lire que des gens sont bel et bien enterrés sous l’église, et rien d’autre. Mais le chercheur venu de Lorraine, lui, a découvert trois cryptes, des souterrains et ce qu’il nomme un "dépôt monétaire".

"Si la DRAC (NDLR : direction régionale des affaires culturelles) ne veut pas creuser, ce n’est pas un problème", confie Philippe Hui : "Il suffit d’insérer une fibre optique dans le sol et on verra ce qui se trouve là-dessous".

Albert Fagioli ajoute : "L’abbé Saunière ne savait pas qu’il y avait sous ses pieds un dépôt monétaire. Certes, il a sans doute lu le registre paroissial. Mais ce registre parle uniquement d’un tombeau des seigneurs, et non pas des deux cryptes". Rennes étant une ancienne place forte, la présence de ces cavités n’a rien d’étonnant : "Il n’y a pas de trésor mais dans l’Aude, un village avec autant de souterrains, c’est rare".
photo de l'article du journal Le Midi Libre du 2 aout 2013
Albert Fagioli avec, dans ses mains, un "dowser". (Photo Guillaume)

article du journal la Dépêche du 4 août 2013 :

Rennes-le-Château :

Le mystère de l’abbé Saunière reste à ce jour intact. Albert Fagioli, a sa technique et tente lui aussi de décrypter la vérité… Nous l’avons suivi dans sa quête.

Mais que fait cet homme avec sa baguette de sourcier ? Dans la pénombre de l’église de Rennes-le-Château, sous l’œil inquisiteur du célèbre diable… il cherche ! Dehors il fait chaud. Très chaud. Les nombreux touristes, venus se réfugier dans ce havre de fraîcheur, auront d’abord cru que le soleil leur était tombé sur la tête. Une hallucination ? Les yeux grands ouverts, un demi-sourire accroché aux lèvres, certains se prendront ensuite au jeu de cette recherche un peu folle. Tout au moins inhabituelle.

Albert Fagioli, ainsi se nomme-t-il, est un passionné. Ça, c’est certain. Tout droit débarqué de Metz, son lieu de résidence, il est venu percer divers mystères. Cherche-t-il de l’eau ? Certes non. De l’or ? Pourquoi pas. «Il y a quelque chose de caché dans le village. Dans une crypte, en contrebas. On y arrive par le cimetière». Mais quoi donc ? Albert Fagioli parle d’un dépôt monétaire. Le visage réfléchi, il pose «la» question qui hante bien des esprits tourmentés : «L’abbé Saunière y a-t-il eu accès ?» Pour le moment, l’homme est concentré sur l’église. Il répertorie les souterrains : «A, B, C, D, E, F. Il y en a six». Auquel on ajoute deux cryptes. Abandonnée la baguette de sourcier, muni de son «dowser», il déambule, sûr de lui, dans la travée principale, jusqu’à l’autel. Tel un professeur, fort d’une argumentation étayée, Albert Fagioli explique sa technique : «C’est de la radiesthésie. Vous avez l’outil entre les mains, vous êtes le récepteur. Je demande, y a-t-il un trou sous mes pieds ? Regardez. Je ne bouge pas le poignet. Le dowser tourne !» Et, en effet, le doser a tourné ! Tour de passe-passe ou vérité vraie… à chacun sa croyance. André Gallaup étudie le mystère Rennes-le-Chateau depuis bien des années. Sans trop se dévoiler, il semble approuver la méthode de son camarade. «Avant dans la région, des tas de gens trouvaient de l’or, de l’eau, simplement avec un V de figuier».

André Gallaup est formel : «Une chose est certaine, près de l’autel, il y a un tombeau où les seigneurs sont enterrés. C’est historique !». Il reste cependant une question : «Qui dit tombeau dit crypte. Un passage qui irait plus loin…» Le mystère reste entier.

photo de l'article du journal La Depeche du 4 aout 2013

Voir aussi l'article du journal L'INDÉPENDANT qui parlent de son intervention à ALET-LES-BAINS le 20 août 2013, c'est ICI  à la fin du reportage


 

Ainsi se termine ce sixième reportage, dernier volet de la série, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

  Julie logo juillet 2014 495x350

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans HISTOIRE
commenter cet article

commentaires

Lucien MATHIEU 17/08/2016 15:40

Monsieur , je réalise à titre personnel (donc sans aucune prétention d'édition, ni vente), un dossier papier sur Rennes-le-Chateau , l'histoire de l'abbé Saunières , le Domaine, et les énigmes. j'aimerais vous demander votre accord pour que je muisses utiliser des photos de votre site. pghotos supêrbes et bien documentées. merci d'avance . L. Mathieu

L. Mathieu 17/08/2016 21:08

Je vous remercie de votre accord. beinentendu et sans aucun soucis, j'indiquerai la provenance sous chaque photo empruntée.
merci encore
L. Mathieu

Jean-Pierre 17/08/2016 16:14

Ok à condition que vous indiquiez l'adresse web de mon site : www.belcaire-pyrenees.com

Beatrice Guillaume Friedmann 07/06/2016 22:32

Bonsoir,
Je prévois de m'installer en Aude fin 17, à ma retraite. Mon âme est dans le Languedoc (au sens large) depuis de nombreuses années, pour plusieurs raisons: j'ai habité et travaillé, Clermont l'Hérault, St Jean de Fos, Lodève.
Ma cousine habite Prades, certes plus bas, mais bon...
Je m'intéresse depuis toujours, enfin, mon âge post ado, à l'histoire de l'abbé Saunière, et tout ce qui concerne le "secret" le Graal, Montségur, les Catarrhes, l'histoire des templiers etc...
Je me sens bien dans cette région chaque fois que j'y suis venue et c'est pour cela qu'e j'y ai recherché un terrain pour abriter ma future maison. Imaginez vous...j'en ai trouvé un un tout près et mon voisin n'est autre que le Maire de Rennes le Château.
(Il s'agit de Nébias).
Je suis tombée par hasard sur votre site (je me renseignais sur l'intervention d'un sourcier) et j'y reviendrai lire vos pages avec plaisir.
J'ai vraiment hâte de venir trouver mon havre de paix dans cette région riche en énergies et en authenticité.
J'ai déjà prévu de faire ma cure l'an prochain à rennes les Bains.
Pour le moment, je suis encore en ville (pour mon travail, Marseille mais je suis aixoise), que j'ai hâte de laisser à ceux qui ne peuvent pas se passer du tumulte et du trop plein de superficialité

Merci pour ce site merveilleux

Jacques Roudière 17/01/2016 11:54

Bonjour Jean Pierre,
Je découvre votre site riche en articles divers et variés. Bon boulot de recherche et présentation c'est étonnant. Un article en particulier me branche depuis plus de 30 ans, l'énigme R L C et son mentor Bérenger SAUNIERE Curé hors du commun. J'ai lu avec attention votre article qui donne une version classique et bien écrite.

Vous y allez timidement mais correctement sans engager d' utopiques hypothèses. Fort de mes connaissances sur le sujet vous avez à mon sens fait abstraction de la bande de religieux qui gravitaient autour de Bérenger à savoir son patron Monseigneur BILLARD et son principal collègue BOUDET qui en savait pas mal sur le ou les fameux dépôts monétaires.
Je dis les car le trésor concerné à Rennes n'as pas divulgué son origine : Wisigoth templier cathare .....Révélation Religieuse ?
Ne disait on pas et même ne dit on pas encore en occitan "entre Alaric et Alaricou es la fortuna des très reys". De l'or il y en a toujours eu à RHEDAE et tout le monde espère qu'il y en ai encore. L'avenir nous le dira au grès des découvertes et croyez moi beaucoup de personnes n'ont pas renoncé.
Etant de Bélesta 09 village voisin j'y vais de temps en temps m'imprégner de ce parfum de mystère. Un détail dans l'église le chemin de croix mystique propose à la station 1 un détail qu'a volontairement ajouté notre curé un griffon en bas à droite aux pieds du jeune homme, a savoir l' animal symbole des gardiens de trésor....
AU plaisir pour en discuter et encore bon boulot pour le site riche en reportages.
Amicalement
Jacques Roudiere

microneedle skin dermal roller 29/01/2014 08:42


This blog post really grabbed my attention. Magdala tower is something we can never afford to give
a miss at.It has a lineage which it is preserving and will definitely go on preserving.It is a traveller’s den.With that said I am going to go there.

Rosy 17/06/2011 09:43



Merci beaucoup Jean-Pierre pour votre magnifique site internet : très belles photos, reportages intéressants, excellent travail.


Rosy



Vincent Massaut 04/01/2010 02:39


Bonjour. J'ai été dirigé sur votre site par Wikipedia, en lisant un article sur Rennes-le Chateau et la villa Béthanie... Comme quoi !
Magnifique vos 6 articles, que j'ai finalement lus en une seule fois.
Ca donne effectivement envie de venir visiter ce site plein de mystère. J'y étais arrivé en lisant le roman de Steve Berry "l'héritage des Templiers" dont une grande partie se passe à
rennes-le-château.
Merci encore pour votre site, très bien fait, et surtout toutes les photos commentées, "comme si vous y étiez".

Bonne continuation avec tout le reste de votre site.
Vincent Massaut
Mol, Belgique


Roussel jean Marie 01/05/2009 23:46

De lire et de regarder attentivement les photos des six parties demande pas mal de temps, mais de réaliser un tel reportage j'ose à peine imaginer ,c'est un plaisir à plein temps !!!
Je connais le site ,mais j'ai déjà prévu d'y retourner il me reste quelques trésors à découvir que j'ai pas su voir .

Merci ,Jean Pierre de nous avoir donné les clés .

Jean-Pierre LAGACHE 02/05/2009 10:46


Merci, à Jean-Marie un de mes plus fidèle lecteur Belcairois.
L'audience sur le Pays de Sault ne fait que croître de jour en jour.
J'en profite, pour remercier tous ceux qui m'aide à faire découvrir le site ! Parlez-en autour de vous.
Mes amitiés
Jean-Pierre