Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.belcaire-pyrenees.com
  •  www.belcaire-pyrenees.com
  • : BELCAIRE capitale du Pays de Sault en Languedoc Roussillon. Au départ j'ai réalisé ce site pour partager les retrouvailles 33 ans après, de 17 copines, dans cette région authentique préservée en territoire cathare au pied des Pyrénées. Mais je me suis aperçu que l'Aude n'était pas assez mise en valeur, alors amoureux de cette région et la passion étant là, j'ai réalisé des reportages pour vous présenter ce département aux lieux chargés d'histoire. Ce site a pour but surtout de vous faire découvrir cette région authentique, plein de charme qu'il faut aller visiter.
  • Contact

ANNONCES-MESSAGES-ACTUALITÉS

Ils veulent vous informer !

Pour découvrir les annonces

  cliquez sur la photo

Photo pour les annonces 02

Faites Une Recherche Sur Ce Site

LIENS UTILES

En cliquant sur l'une des images ci-dessous :

1 - vous pouvez écouter Radio Montaillou en direct

 

logo 01cliquez sur le logo RADIO MONTAILLOU ci-dessus pour écouter la Radio en direct
(en cliquant sur leur site en haut à droite)
pendant que vous consultez les pages du site
 

 

 

Pour suivre la progession et connaître la position des ours dans les Pyrénées
téléphonez au 05.62.00.81.10
 
Vous pouvez m'écrire
CLIQUEZ SUR LE PETIT CHIEN ROMÉO POUR ME CONTACTER
 
 
LIVRE D'OR
cliquez sur la photo pour déposées vos marques de sympathie et pour les visionner

Gîtes dans une ancienne école place du village de Comus, village situé
sur le tracé de l'emblématique Sentier Cathare et à proximité des gorges de la Frau et de Montségur
 
Locations gîtes et chambres d'hôtes à Ignaux dans les montagnes des Pyrénées
en Haute-Ariège près d'Ax-les-Thermes
 
Hôtel Restaurant Bayle ** à Belcaire

 

Sites d'Ami(e)s

Les Amis du Sabarthez de Pierre Cortinas

 

Pour le développement du tourisme au Pays de Sault :

     l'Association le Grand Sault

 

on y trouve des renseignements intéressants sur ce site :

     Chambre d'Agriculture de l'Aude

 

Logo réduit office du tourisme du pays de sault

Office du Tourisme du Pays de Sault

Chemin départemental 613

11340 ROQUEFEUIL

Tél : 04.68.20.75.89

 

Retour à la page d'accueil

LES LIVRES CONSEILLÉS

Nouvelle Rubrique pour découvrir

des livres intéressants

cliquez sur la photo

livres conseillés

MESSAGE

25 juin 2013
bandeau-villages-de-l-aude-825x250.jpg

 

La cité de Carcassonne est l'un des sites les plus visités de France. Classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, la forteresse attire chaque année de plus en plus de visiteurs. Si vous êtes parmi ceux-là, n'hésitez pas à descendre un peu vers le Sud, d'autres sites superbes vous attendent ! D'ailleurs en voici un, aujourd'hui je vais vous présenter le village d'Alet-les-Bains qui se recommande à divers titres, pour son site privilégié et son lieu de mémoire qui a marqué l'histoire. Ce lieu historique intéresse les savants et le simple touriste. Dans cette région du Razès il y a de nombreux sites intéressants à découvrir. Je vous en ai déjà d'ailleurs dévoilé quelques uns comme Rennes-le-Château, le château de Couiza, etc…. il vous suffit de vous reporter au sommaire pour consulter les articles qui leur sont consacrés. Je remercie vivement tous les photographes qui participent à la mise en valeur de ce reportage et de ce fait, permettent la découverte de ce patrimoine au plus grand nombre. J'ai vraiment pris plaisir à monter ce reportage sur une des plus belles ruines de France. J'espère donc, que vous aurez plaisir à le lire. Je vous souhaite une bonne lecture ….

 

logo label Pays Cathare 02

 

carte 01b de l'aude

Alet-les-Bains se situe au Sud de Carcassonne entre Limoux et Couiza. Alet est à 9 km de Limoux, 34 km de Carcassonne, 105 km de Toulouse, 97 km de Narbonne et 74 km de Foix

Alet les bains carte 01

Alet-les-Bains se situe comme vous pouvez le voir à 9 km au Sud de Limoux.

L'ancienne abbaye de Saint-Polycarpe, le château des ducs de Joyeuse, Rennes-le-Château et le château d'Arques, se trouvent dans un périmètre très réduit autour d'Alet, vous avez de belles visites à faire en perspective.

Alet les bains carte 02

Zoom sur la carte IGN du secteur

Alet les bains carte 03

Vous remarquerez que le pont ruiné romain "le pont du Diable", l'usine d'embouteillage et la source thermale d'eau chaude, se trouvent au Nord d'Alet

Alet-les-Bains 084 panorama

Panorama d'Alet-les-Bains vu de l'Est

Alet-les-Bains 083 panorama

Panorama d'Alet-les-Bains dans son écrin de verdure

Alet-les-Bains 082 panoramaAlet-les-Bains, l'église paroissiale Saint-André et juste à côté, les ruines de l'abbaye avec les vestiges du clocher Notre-Dame datant du XI ème siècle

Blason Alet-les-Bains tel que décrit en 1696

Blason de la commune d'Alet-les-Bains tel que décrit en 1696 par Charles d'Hozier

Blason ville Alet-les-Bains

Blason actuel de la commune d'Alet-les-Bains

 

Village de l'Aude, ALET-LES-BAINS

Les habitants d'Alet-les-Bains se nomment les Alétois, au recensement 2010 il y avait 431 habitants dans la commune.

La petite cité d'Alet se situe au sud de Carcassonne, au pied des premiers contreforts des Pyrénées, à 9 km de la ville de Limoux.

La rivière d'Aude borde la ville. Un petit cours d'eau, le Théron, qui traverse la vallée, arrose au moyen d'un aqueduc toutes les parties de la ville.

Alet remonte à la plus haute antiquité, ce nom d'Alet dont l'étymologie première (Electus) veut dire "lieu choisi, endroit privilégié", lui vient de sa situation exceptionnelle dans la vallée de l'Aude. Le charmant vallon d'Alet, que l'on nomme "le jardin du département de l'Aude" est abrité de toutes parts par des montagnes élevées.

Alet-les-Bains 097

Une vue aérienne d'Alet-les-Bains, photo prise du Sud-Ouest

Avant l'occupation romaine, cet oppidum Gallo-celtique était occupé par une tribu de gaulois Atacins qui fondèrent le bourg d'Alektha.

Sous l'occupation romaine, Alet était un chef-lieu de district avec une source thermale tant appréciée par les Romains, ils nommèrent le lieu: Pagus Electensis qui veut dire bourg choisi ou endroit de prédilection.

Alet-les-Bains 090

Voici à titre d'exemple, la source thermale d'eau chaude de Rennes-les-Bains tout proche d'Alet.

Cette source d'eau chaude à 37° ici à Rennes-les-Bains, ce sont les "bains doux", situés route de Couiza, rive gauche de la Sals, cette source est accessible par le jardin de la Reine à Rennes-les-Bains.

Alet, ou Aleth, en latin Electensis, est une ville épiscopale du Bas-Languedoc. Ce n'était autrefois qu'une abbaye de l'Ordre de Saint-Benoît qui était déjà célèbre vers le milieu du XI ème siècle, et dont le Pape Jean XVIII fait mention dans une de ses lettres datée de la sixième indiction au mois de juin, ce qui revient à l'an 1008.

L'église d'Alet appartint à une abbaye de bénédictins jusqu'au XIV ème siècle, un siège épiscopal y fut établi. Située dans l'ancien comté du Razès, contrôlant l'accès de la Haute Vallée de l'Aude, l'abbaye d'Alet a été très sollicitée au cours de son histoire pour son rôle stratégique. Cependant, elle n'apparaît souvent qu'au second ordre dans l'échiquier politique entre grandes familles méridionales.

Alet-les-Bains 07  Alet-les-Bains 099

A gauche, les toits d'Alet-les-Bains. A droite, les ruines de l'abbaye d'Alet (cliquez sur la photo pour agrandir)

L'abbaye est d'origine carolingienne. L'érection de l'abbaye en évêché se fit en 1318.

 Alet étant érigée en ville, le Pape Jean XXII y établit en 1329 un siège épiscopal dans l'église de Notre-Dame, dont il ordonna le premier évêque un prêtre nommé Barthélémy. Il sépara du diocèse de Narbonne toute la partie méridionale du comté de Razès jusqu'aux confins des pays de Roussillon et de Conflans. Ce pape avait d'abord désigné comme ville épiscopale Limoux on Limouth ; mais il trouva trop d'opposition à ce dessein. Quelques auteurs disent cependant qu'il mit d'abord cet évêché à Limoux, à une lieue d'Alet, mais qu'il l'y transféra trois ans après, d'autres disent l'année suivante. La Cathédrale qui était cette ancienne abbaye dont je viens de parler, fondée dans le IX ème siècle par Béra comte de Roussillon, et consacrée à notre bienheureux Père Saint Benoît, était parfaitement belle ; mais, ayant été détruite par les hérétiques, les chanoines firent leur cathédrale dans l'ancien réfectoire des moines. Le cimetière est assez proche de là, et Messeigneurs Nicolas Pavillon et Tassoureau tous deux évêques d'Alet, ont voulu y être enterrés simplement. L'église cathédrale est dédiée à la Vierge, et son Chapitre est composé d'un doyen, de trois autres dignitaires et de douze chanoines.

Le diocèse d'Alet comprenait autrefois quatre-vingts paroisses.

carte du diocèse d'Alet 02

Voici une carte du diocèse d'Alet-les-Bains, je possède cette carte en fichier pdf, ici elle n'est pas très lisible, c'est pour cela qu'elle a été synthétisée ci-dessous

carte du diocèse d'Alet 01

Carte du diocèse d'Alet-les-Bains, qui comprenait : le Pays de Sault, le Capcir, le Donezan, le Fenouillèdes et le Razès

Il faut savoir qu'Alet-les-bains n'a jamais appartenu à aucune famille seigneuriale.

Alet-les-Bains 015

L'Aude à Alet-les-Bains

Alet-les-Bains 016

Le pont d'Alet datant du XVII ème siècle

Le pont permettant de desservir le village d’Alet-les-Bains, est un pont en arc fait de pierres de taille datant de 1627 et 1640.

Il est constitué de 4 travées de longueurs variables : 11,20 m - 20,50 m - 20,70 m - 20,80 m.

Alet-les-Bains 0101

Le pont d'Alet datant du XVII ème siècle

Alet-les-Bains 0103

Les vestiges des fondations de part et d'autre de l'Aude, du pont romain que l'on a surnommé "le pont du Diable"

Il est situé en bordure de l' Aude, à 500 mètres au Nord-Ouest d' Alet.

Afin de faire traverser leurs troupes et leurs chars, les Romains durent trouver un pont suffisamment solide pour franchir le fleuve Atax (l'Aude), et remplacèrent un pont en bois existant, par un magnifique pont en maçonnerie, détruit en partie depuis un temps immémorial, et dont on admire encore les piles qui paraissent indestructibles. Il y a deux légendes concernant ce pont, l’une reposant sur une donnée historique, l’autre engendrée par les idées superstitieuses du Moyen-Âge. Des écrits antiques relatant des Commentaires de César dans lequel il est fait mention d’un pont sur le fleuve Atax (l'Aude) qui fut bâti en un jour. Or des esprits simples et crédules, qui admettaient cette version, ne purent croire que seul la main de l’homme put venir à bout de cette œuvre gigantesque en l’espace de vingt-quatre heures, et trouvèrent plus commode de faire intervenir l’esprit malin pour expliquer ce fait miraculeux. Voilà comment le pont romain d’Alektha fut appelé le "Pont du Diable". Il est classé aux Monuments Historiques depuis 1948.

 

OCCUPATION ROMAINE DE LA VILLE D'ALET-LES-BAINS

Le témoignage le plus apparent de l'occupation romaine est l'ancien columbarium, ou sépulcrum, dont nous voyons les restes sur le flanc de la montagne entre la vieille porte de la Cadène et la source orientale. Ce columbarium présente sa face au sud et occupe sur le rocher formé d'un conglomérat de calcaire sableux et blanc, incrusté de nombreuses petites pierres roulées, une superficie verticale, d'environ 15 mètres de long, sur 3 mètres de hauteur (voir la photo ci-après).

Les niches destinées à recevoir les urnes, se composent de deux séries : les plus grandes, à gauche, pouvant contenir deux ollae séparées d'un mètre de roche nue de la deuxième composée de cases plus restreintes. Dans chacune, on pouvait déposer une couple d'urnes cinéraires (ollae). En tout quarante cinq compartiments se voient encore. Les 45 niches creusées dans le roc, et dont les unes ont 0,40m X0,40m et les autres 0,25m X 0,30m sont les seuls témoins qui restent aujourd'hui de ce lointain passé. Un chemin partant de la porte de la Cadène passe au dessus du Columbarium. C'était donc un cimetière commun, pour les sépultures à incinérations, telles que le pratiquaient les romains. On a retrouvé aussi des médailles romaines dans Alet et les environs. Des restes de constructions ont été découverts à l'orient d'Alet et dans les potagers contigus aux thermes. A 500 mètres en aval d'Alet, on voit encore les ruines  importantes du Pont-du-Diable construit par les romains.

L'occupation romaine à Alet commença en 118 avant Jésus-Christ et s'acheva en l'an 440 de notre l'ère.

Alet-les-Bains 0107Voici une photo du columbarium d'Alet-les-Bains

Alet-les-Bains 06

L'abbaye d'Alet, la chapelle conservée du choeur gothique

Alet-les-Bains 087

L'abbaye d'Alet, autre photo de la chapelle conservée du choeur gothique

Alet-les-Bains 089

L'abbaye d'Alet, l'abside romane, l'ensemble du chevet

Alet-les-Bains 067  Alet-les-Bains 093

L'abbaye d'Alet, photo de gauche nous pénétrons dans l'abside romane, photo de droite, l'intérieur du choeur de l'abside de l'ancienne église abbatiale d'Alet

Alet-les-Bains 094

L'abbaye d'Alet, détail d'une absidiole à l'intérieur du choeur de l'abside de l'ancienne église abbatiale d'Alet

Alet-les-Bains 092

L'abbaye d'Alet, façade Nord Ouest de l'église abbatiale avec ses grandes baies à arcs en plein cintre

Alet-les-Bains 01L'abbaye d'Alet, les vestiges de la chapelle, le choeur gothique

Alet-les-Bains 013L'abbaye d'Alet, la travée Sud

 

TEMPLE PAÏEN D'ALET DÉDIÉ A DIANE LA DÉESSE DES FORÊTS

Était-ce un édifice complet, le Sacellum de la Déesse, ou bien une stèle massive ou carrée au faite pyramidal ayant au milieu une cavité destinée à abriter l'Idole ? Toujours est-il, qu'il existe un monument conservé au musée des Grands-Augustins de Toulouse, un Cippe ou Autel votif en marbre provenant de la ville d'Alet, haut de 0,53 mètres et de 0,38 mètres de longueur avec un décor et des inscriptions sur la face de devant :

MATRI DEUM

CN. POMP. PROBUS

CVRATOR TEM.

PLI. V. S. L. M.

Traduction : "A la Mère des Dieux, Cnéius Pompéius Probus, Curateur du Temple. Juste accomplissement d'un vœu spontané. Les quatre lettres V. S. L. M. séparées par des points sont le commencement des mots : votum, solvit, libens, merito."

Le cimetière a toujours existé autour de l'Église d'Alet, il a remplacé le temple de Diane, car le christianisme a transformé les Temples païens, ainsi que les lieux sacrés, en lieux consacrés aux sépultures des fidèles.

Certains archéologues pensent que le chœur semi-circulaire de l'Église de Notre-Dame d'Alet pouvait bien être en totalité ou du moins en partie, l'antique Fanum de Diana-Augusta.

Alet plan de l'abbaye

Voici le plan de l'abbaye d'Alet pour vous reprérez

 

FONDATION DE L'ABBAYE D'ALET

La fondation de l'Abbaye d'Alet daterait de ces périodes troublées par les guerres et les invasions (VI ème - VII ème siècles). L'abbé responsable du monastère était considéré comme le Seigneur d'Alet au VIII ème siècle. Un document daté de 796, indique que les moines d'Alet reconstruiront les murs d'enceinte du bourg pour se défendre contre les invasions des Maures (Sarrasins). Les Sarrasins après la conquête de l'Espagne, pénétrèrent dans l'Empire Franc, en suivant la vallée de l'Aude.

Charlemagne qui avait chassé l'envahisseur, vers l'année 780, nomma le comte de Barcelone Béra Ier, comte du Razès et de Conflent. Puis, c'est sous le règne de Louis-le Débonnaire, en 813, que le comte Béra 1er et la comtesse Romille son épouse transformèrent le monastère d'Alet, qui depuis près d'un demi-siècle avait été érigé en abbaye. Béra, qui était comte du Razès et marquis de Gothie, fut secondé dans cette oeuvre pieuse par de riches espagnols réfugiés de ce côté des Pyrénées, pour échapper à la tyrannie des Sarrasins maîtres de leur patrie. Une charte de 813, dit que Béra Ier, comte du Razès, avait fait don au Pape Léon III de l'abbaye d'Alet, suppliant le Saint-Siège de le prendre sous sa protection. Dans cette charte, il demandait aussi au Pape de lui envoyer au monastère une parcelle de la vraie croix et des reliques authentiques pour la dédicace de l'église de cette abbaye. Le Pape obtempéra, il envoya un fragment de la vraie croix, il donna aussi les autres reliques demandées. L'ancienne église en partie détruite par les Sarrasins, fut reconstruite à trois nefs, vers l'an 800. Les premiers prêtres conservèrent le Fanum de Diane, en l'appropriant au culte catholique, les Bénédictins du IX ème siècle, comme plus tard ceux du XI ème siècle conservèrent religieusement le petit sanctuaire tel que nous le voyons encore aujourd'hui.

Les noms des abbés d'Alet, sont restés inconnus jusqu'en l'année 970. A cette époque, Benoît Ier, d'abord abbé de Saint-Hilaire, fut élu abbé d'Alet. Un document datant de 993 évoque son nom, Benoît abbé de Lézat et d'Alet.

L'abbaye d'Alet dans le jeu des alliances et des querelles des familles méridionales, prit parti pour les comtes de Foix, et ce serait en guise de représailles que Pierre Raimond aurait dévasté ce sanctuaire en 1032, pour y intervenir de nouveau vers 1054, comme on le verra ci-après.

Alet-les-Bains 02

L'abbaye d'Alet, le clocher Notre-Dame vu du Sud et le toit de l'abside romane

Alet-les-Bains 03L'abbaye d'Alet, l'angle Nord Ouest de la nef, bas-côtés et tribunes Nord à gauche

Alet-les-Bains 030  Alet-les-Bains 032

L'abbaye d'Alet, photo de gauche la travée Sud. A droite, les tribunes Nord (cliquez sur la photo pour agrandir)

Alet-les-Bains 044

L'abbaye d'Alet, les vestiges du second étage situé au-dessus des tribunes Nord et le clocher Notre-Dame

Alet-les-Bains 045  Alet-les-Bains 041

L'abbaye d'Alet, les vestiges du clocher Notre-Dame (cliquez sur la photo pour agrandir)

Les religieux de l'abbaye d'Alet suivaient les règles de Saint-Benoît. Ils remplissaient avec zèle la mission complexe que s'imposaient les moines de cet ordre célèbre. A l'étude, à la prière et à la prédication,  ils ajoutaient les soins de l'hospitalité à donner aux voyageurs. Ils étendaient leur sollicitude aux malades qui venaient chercher remède à leurs maux dans les eaux bienfaisantes des piscines romaines.

En 1030, le siège abbatial était occupé par Grégoire Geraud, élection confirmée par le Pape Léon IX. Sous son administration, en 1054, Pierre Raymond vicomte de Béziers, petit fils de Roger 1er, allié de Guiffred, archevêque de Narbonne, enfreignit la Trêve de Dieu, faisant saisir dans l'église d'Alet deux chevaliers qui s'y étaient réfugiés et qui n'avaient commis aucun crime. Il fit pendre l'un de ces chevaliers comme voleur et un scélérat, il était parent de Bérenger, vicomte de Narbonne. Ce chevalier fut pendu aux fourches patibulaires scellées sur un rocher qui domine Alet, au-dessus des eaux chaudes. Ce trait de cruauté est mentionné dans une plainte que porta Bérenger, vicomte de Narbonne.

 

Le Pape Urbain II lors de son voyage pour prêcher la croisade, après avoir visité Toulouse et Carcassonne, vint à Alet le 16 juin 1096, visiter le monastère et la nouvelle église abbatiale. Il y célébra la messe. Cette visite du souverain pontife prouva combien les abbés d'Alet étaient puissants à Rome.

Raymond Ier devint abbé en 1101. Sept ans après en 1108, Roger II, comte de Foix, restitua au monastère d'Alet 80 sols monnaie de Toulouse, pour des droits injustes qu'il exigeait du village de Valislas faisant parti de son domaine qui avait été donné à l'abbaye d'Alet par Roger, comte de Carcassonne.

Alet-les-Bains 05

L'abbaye d'Alet, la façade Sud donnant sur le cimetière et son portail roman

Alet-les-Bains 051L'abbaye d'Alet, l'abside de l'ancienne église abbatiale d'Alet

Alet-les-Bains 049L'abbaye d'Alet, détail du chapiteau sur le chevet roman de l'église abbatiale

En 1116, il y eut un conflit entre l'abbaye de Lagrasse et Alet, le pape Pascal II confirme à Alet la possession du monastère de Saint-Polycarpe, précisant que cette abbaye avait été enlevée à Alet par la violence des pouvoirs séculiers. Cette usurpation par l'abbaye de Lagrasse va perdurer encore jusqu'en 1082, lorsque Bernard-Aton, vicomte de Carcassonne fait des donations à Lagrasse et à Saint-Polycarpe conjointement. Ce n'est donc probablement qu'à la faveur de la réconciliation des comtes de Foix avec les Trencavel en 1095 qu'Alet peut enfin récupérer le monastère de Saint-Polycarpe.

Le monastère d'Alet a d'importantes possessions qui s'étendaient en 1119 jusqu'à Saint-Paul de Fenouillet et Saint Papoul.

Alet-les-Bains 036

L'église abbatiale d'Alet possédait de magnifiques baies romanes que l'on peut admirer ici sur la façade Nord

Alet-les-Bains 037

Les vestiges d'une fenêtre circulaire sur le transept Nord magnifiquement décorée

Alet-les-Bains 038

On peut encore voir des sculptures comme ici un félin sur la façade Sud de l'église

Alet-les-Bains 039

Autre détail sur la façade Sud de l'église, d'une sculpture représentant un lion chevauché par un homme dont il ne reste que la jambe

Alet-les-Bains 040   Alet-les-Bains 042

Fenêtres hautes riches de décors de motifs géométriques sur la façade extérieure Sud (cliquez sur la photo pour agrandir)

Alet-les-Bains 043

Façade Sud, porche voûté en berceau, précède la porte qui s'ouvre sous une archivolte à trois voussures s'appuyant sur des colonnes à chapiteaux sculptés

Alet-les-Bains 0102   Alet-les-Bains 064

Photo de gauche, chapiteaux à l'entrée de la salle capitulaire, remarquez le pilier carré, il est gravé dans sa partie basse, sur la photo de droite vous avez cette gravure en gros plan.

Si vous avez décodé le texte, écrivez moi, je l'indiquerai ici.

 

La salle capitulaire se divise en deux travées voûtées chacune d'ogives sur lesquelles donnent deux absidioles à cinq pans voûtées d'ogives à six nervures.

La façade romane est composée par une porte centrale encadrée de deux larges baies dont la sculpture révèle une exceptionnelle qualité.

Des scènes sont sculptées sur les piliers telles que : La fuite en Égypte,  l'Annonciation, une chasse à l'ours, un centaure surmonté d'un personnage, un affrontement de bouquetins.

Les deux baies latérales supportent des sculptures variées : oiseaux, pommes de pin, feuillages.

L'intérieur de la salle fut restauré au XIV ème siècle. On remplaça les voûtes romanes par des voûtes gothiques.

 

Bernard Ier était abbé en 1162 et Pons Amelius ou Amiel vers 1167 à 1197.

En 1197 après la mort de Pond Amiel, les moines élisent pour succéder à Pons, l'abbé de Saint-Polycarpe, Bernard II de Saint-Ferréol. Cette élection déplut à Bertrand de Saissac qui était alors tuteur du jeune Raymond Roger vicomte de Béziers, de Carcassonne et du Razès, et qui, en cette qualité avait une grande autorité sur le pays. Il se rendit en armes à Alet et arracha le nouvel abbé de son siège et ordonna une nouvelle élection, après avoir mis en fuite quelques moines. Il ordonna même de déterrer le corps de Pons Amiel pour le placer sur la chaire abbatiale pour qu'il préside ainsi à l'élection du nouvel abbé. C'est Bozon qui fut élu à la tête de 300 moines vivant à Alet.

Lors de la croisade des albigeois, Bozon livra la ville d'Alet au comte de Foix Raimond Roger, devenu tuteur du jeune Trencavel, fils du vicomte Roger. A la suite de cela, le concile du Puy-en-Velay, décida de dégrader Bozon et les moines factieux par décret du 16 septembre 1222. En mai 1223 l'abbaye d'Alet fut unie à la cathédrale de Narbonne, tous les moines furent chassés et remplacés par douze chanoines séculiers de Narbonne pour desservir l'église d'Alet. En 1233, l'abbaye fut restituée aux moines qui s'étaient exilés après un procès contre l'archevêque de Narbonne et le Pape nomma Udalger d'Ajort abbé d'Alet qui mourut vers 1279.

Ses successeurs seront : Raymond II vers 1265 à 1279 il sera excommunié par l'archevêque de Narbonne, puis Bertrand en 1284, puis Pierre en 1303.

Au Moyen-Âge Alet se trouvait dans le diocèse de Narbonne et, à partir du XIII ème siècle, dans l'une de ses subdivisions : l'archiprêtré du Haut-Razès, correspondant en gros à la Haute Vallée de l'Aude. A partir de 1318, cet archiprêtré fut inclus dans le nouveau diocèse d'Alet.

Alet-les-Bains 066

Dans les murs très épais des cinq pans de l'abside romane sont aménagées cinq niches dont voici une des voûtes.

Alet-les-Bains 063

Détail d'une sculpture d'un des chapiteaux à l'entrée de la salle capitulaire représentant l'Annonciation.

Sur un fond de végétation, la vierge assise encadrée par l'ange Gabriel et par l'apôtre Luc.

Alet-les-Bains 062

Autre angle de vue, montrant un détail d'un des chapiteaux à l'entrée de la salle capitulaire représentant l'Annonciation.

Alet-les-Bains 065   Alet-les-Bains 095

A gauche, détail des sculptures sous une archivolte à décor de palmettes, couronnant un chapiteau historié. A droite, les chapiteaux historiés se faisant face d'une des baies de la salle capitulaire.

 

Après 1234, l'abbaye d'Alet se trouve durablement affaiblie, à cause de ces affaires et de la croisade des Albigeois où de nombreux biens furent confisqués. Mais si l'abbatiale romane avait évité les dévastations de la croisade des Albigeois, elle ne put cependant échapper plus tard au pillage des protestants, c'est ce que nous verrons plus loin.

A partir de mars 1318, il y eut à Alet trente cinq évêques.

Alet-les-Bains 052

Voici une vue dans son ensemble de l'accés à la salle capitulaire

Alet-les-Bains 04

 Grandes baies à arcs en plein cintre d'une tribune de l'église sur le côté Nord-Ouest de la nef de l'église abbatiale d'Alet-les-Bains

Alet-les-Bains 050   Alet-les-Bains 054

A gauche, une des absidioles de la salle capitulaire, elles sont à cinq pans voûtées d'ogives à six nervures. A droite, on aperçoit l'entrée de la salle capitulaire et au fond le bras Nord du transept

Le pape français d'Avignon Jean XXII (1316-1334) transfère le trône épiscopal à Alet le 18 février 1318. L'église abbatiale deviendra alors église cathédrale en 1318 sous le vocable de Saint-Benoît. Vers 1310, Barthélemy sera le dernier élu abbé bénédictin d'Alet car il sera nommé par le pape Jean XXII, premier évêque d'Alet. L'évêque Barthélemy mourut en 1333.

Les évêques vont agrandir la vieille cathédrale romane afin de la transformer en une cathédrale gothique. Alet va connaître une vie nouvelle avec, notamment, la construction de l'église paroissiale Saint-André.

On trouve gravé sur un des piliers de l'ancienne cathédrale d'Alet le blason de la famille de Rochefort et l'écusson de Guillaume IV de Rochefort qui fut évêque d'Alet de 1489 à 1508.

 

En 1531, c'est l'évêque Guillaume de Joyeuse qui obtint du pape Clément VII l'agrément du roi François 1er, la sécularisation de son chapitre.

 

Comme de coutume, à la fin de chaque article, voici quelques photos anciennes qui raviront certains lecteurs, d'autres photos seront aussi diffusées en fin de seconde partie :

Cathédrale d'Alet extérieur de la nef côté cimetière p

Cathédrale d'Alet extérieur de la nef côté cimetière photo réalisée par Trutat Eugène 1840-1910

Cathédrale d'Alet extérieur de la nef côté cimetière 0

Cathédrale d'Alet extérieur de la nef côté cimetière photo réalisée par Trutat Eugène 1840-1910 

Alet les Bains 0201en 1905

Alet-les Bains en 1905, les ruines du monastère

Alet les Bains 0206 en 1905

Alet-les Bains en 1905, les ruines du monastère

Alet les Bains 0215 en 1905Alet-les Bains en 1905, l'Aude, on aperçoit les ruines des culées du pont romain et la route nationale à droite n'était pas très fréquentée à l'époque

Alet les Bains 0240 en 1905

Alet-les Bains, l'Aude au Pont du Diable en 1905

Alet les Bains 0217 en 1905Alet-les Bains, une vue générale prise de l'Ouest en 1905

Alet les Bains 0226 en 1905Alet-les Bains, mine de Dolomite en 1905, qui se trouvait à l'Ouest d'Alet sur la petite route de Coussergues, aujourd'hui elle est abandonnée

Alet les Bains 0236 en 1905Alet-les Bains, la source communale, l'établissement thermal en 1905

Alet les Bains 0237 en 1905Alet-les Bains, l'hôtel Terminus proche de l'établissement Thermal  en 1905

Alet les Bains 0229 en 1905

Alet-les Bains, le lavoir communal alimenté par la source d'eau chaude en 1905 à comparer avec la photo ci-dessous

Alet-les-Bains 098

Alet-les Bains, le lavoir communal alimenté par la source d'eau chaude en 2012, on voit ici, les gens viennent toujours chercher l'eau bienfaisante d'Alet.

Cette eau d'Alet, je vous en parlerai dans la seconde partie du reportage.

Alet les Bains 0225 en 1925Alet-les Bains, la gare en 1925

Alet les Bains 0214 en 1905Alet-les Bains, l'avenue de l'établissement thermal et la villa du Parc en 1905

Alet les Bains 0209 en 1905Alet-les Bains, l'établissement thermal de la source communale en 1905

Alet les Bains 0219 le pont en 1950Alet-les Bains, le pont du XVII ème siècle en 1950

Alet les Bains 0220 en 1950Alet-les Bains, les ruines d'évêché en 1950

Alet les Bains 0223 en 1950Alet-les Bains, une photo prise côté Nord avec la porte Cadène et les remparts en 1950

Alet les Bains 0227 porte de Cadène en 1905  Alet les Bains 0238 en 1905

Alet-les Bains, à gauche la porte Cadène et à doite la rue Malbec en 1905

Alet les Bains 0239 en 1905

Alet-les Bains, la grand'rue, celle qui longe les ruines de l'abbaye en 1905

 

Sachez aussi, qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article, à bientôt, l'aventure continue ...

 

Ainsi se termine ce premier reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

  Julie logo janvier 2013 495x350

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans DÉCOUVERTE
commenter cet article

commentaires

Patrick Divaret 10/12/2013 11:03


Monsieur Lagache.


Merci de votre prompte réponse. J'avais effectivement cette référence de St Lazare d'Autun ainsi que d'autres concernant Constantin.


je passerai prochainement vous montrer ma documentation à ce sujet. J'avais trouvé la référence d'Alet dans le livre d'Emile Mâle "L'Art religieux au XIIe en France". J'en ai trouvé d'autres
depuis, sur le même Constantin, conforté par la présence de peintures de la même époque, notamment à St Genis de Cressac


Malheureusement pour les sculptures, la Révolution est passée par là, et tout ce qui portait couronne a perdu, sinon la tête; au moins la couronne et parfois davantage...


Merci de votre aide et à un de ces jours.


Patrick Divaret

Patrick Divaret 09/12/2013 11:27


Très bonne documentation imagée.


Je cherche des informations sur la sculpture se trouvant à gauche du portail roman figurant, semble t-il un "Constantin" à cheval très abimé.


Avez vous des renseignements à ce sujet ?


Bien à vous. 


Divaret

Jean-Pierre 09/12/2013 14:20



Bonjour Patrick,


L'éléments dont vous parlez si c'est bien celui là, n'est pas un cheval mais un lion chevauché par un personnage dont on aperçoit plus que la jambe, on le trouve à la fois sur la façade sud sur
la grand portail et sur la porte du clocher Saint-Michel, mais le mauvais état des sculptures ne permet pas de formuler une quelconque interprétation. Est-ce Constantin, je ne saurait vous le
dire. Il y aurait peut-être une sculpture figurative à peu près similaire à Atun dans la cathédrale Saint-Lazare en meilleur état, personnage chevauchant un lion. cordialement JP



bigernani 08/07/2013 06:59


j'ai etait tres surpris et enthousiamer de decouvrir un site parlant d'une region !


on ressent tout l'amour que vous avez pour ce coin et en lisant et regardant votre magnifique reportage ca donne vraiment envie de venir le decouvrir de c'est propre yeux !


MERCI du travaille que vous avez fait !


pour la partie passion berger aussi j'ai beaucoup aimée etant moi meme berger corse (chevres )!


bonne continuation , je repasserais un de ces jours !


SALUTA !

Yan Leroy 26/06/2013 10:47


Bonsoir Jean Pierre,
Tout d'abord merci pour vos articles et vos reportages qui me ravissent au plus haut point, étant "tombé" amoureux de votre belle région l'été dernier.
Encore merci,
Je vous souhaite une bonne soirée!