Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.belcaire-pyrenees.com
  •  www.belcaire-pyrenees.com
  • : BELCAIRE capitale du Pays de Sault en Languedoc Roussillon. Au départ j'ai réalisé ce site pour partager les retrouvailles 33 ans après, de 17 copines, dans cette région authentique préservée en territoire cathare au pied des Pyrénées. Mais je me suis aperçu que l'Aude n'était pas assez mise en valeur, alors amoureux de cette région et la passion étant là, j'ai réalisé des reportages pour vous présenter ce département aux lieux chargés d'histoire. Ce site a pour but surtout de vous faire découvrir cette région authentique, plein de charme qu'il faut aller visiter.
  • Contact

ANNONCES-MESSAGES-ACTUALITÉS

Ils veulent vous informer !

Pour découvrir les annonces

  cliquez sur la photo

Photo pour les annonces 02

Faites Une Recherche Sur Ce Site

LIENS UTILES

En cliquant sur l'une des images ci-dessous :

1 - vous pouvez écouter Radio Montaillou en direct

 

logo 01cliquez sur le logo RADIO MONTAILLOU ci-dessus pour écouter la Radio en direct
(en cliquant sur leur site en haut à droite)
pendant que vous consultez les pages du site
 

 

 

Pour suivre la progession et connaître la position des ours dans les Pyrénées
téléphonez au 05.62.00.81.10
 
Vous pouvez m'écrire
CLIQUEZ SUR LE PETIT CHIEN ROMÉO POUR ME CONTACTER
 
 
LIVRE D'OR
cliquez sur la photo pour déposées vos marques de sympathie et pour les visionner

Gîtes dans une ancienne école place du village de Comus, village situé
sur le tracé de l'emblématique Sentier Cathare et à proximité des gorges de la Frau et de Montségur
 
Locations gîtes et chambres d'hôtes à Ignaux dans les montagnes des Pyrénées
en Haute-Ariège près d'Ax-les-Thermes
 
Hôtel Restaurant Bayle ** à Belcaire

 

Sites d'Ami(e)s

Les Amis du Sabarthez de Pierre Cortinas

 

Pour le développement du tourisme au Pays de Sault :

     l'Association le Grand Sault

 

on y trouve des renseignements intéressants sur ce site :

     Chambre d'Agriculture de l'Aude

 

Logo réduit office du tourisme du pays de sault

Office du Tourisme du Pays de Sault

Chemin départemental 613

11340 ROQUEFEUIL

Tél : 04.68.20.75.89

 

Retour à la page d'accueil

LES LIVRES CONSEILLÉS

Nouvelle Rubrique pour découvrir

des livres intéressants

cliquez sur la photo

livres conseillés

MESSAGE

18 août 2014
bandeau-villages-de-l-aude-825x250.jpgbandeau-cathares.jpg

Ces petits villages de l'Aude recèlent des trésors historiques intéressants, en voici encore un exemple. Aujourd'hui je vous propose une balade dans le lauragais non loin de Castelnaudary et plus exactement dans le petit village cathare de Baraigne près du grand lac de la Ganguise où se trouve une base nautique. Sur le territoire de Baraigne il y a un château ayant appartenu à une famille illustre les Buisson, que nous allons découvrir. Si vous avez des infos où des photos complémentaires concernant le village, n'hésitez pas à m'écrire et laissez vos commentaires en bas de l'article, c'est fait pour cela. Je vous souhaite une excellente découverte ...

 

logo label Pays Cathare 02

 

carte 01

Baraigne se situe à 50 km de Toulouse, Castelnaudary à 14 km, Carcassonne à 55 km, Narbonne à 112 km, Béziers à 142 km, Montpellier à 200 km, Perpignan 166 km et Paris 727 km.

carte 02

Le village cathare de Baraigne avec l'immense lac de la Ganguise de 500 hectares d'un accès facile par l'autoroute A61.

carte 03

Zoom sur la carte IGN permet de mieux vous situer Baraigne par rapport au lac et la base nautique du lac de la Ganguise.

Village de Baraigne 042 lac de la Ganguise

Une vue aérienne du lac de la Ganguise , ici le barrage qui est en réalité une digue de terre et à droite on aperçoit la base nautique.

Je vous donne toutes les explications concernant le lac à la fin du reportage.

Village de Baraigne 038 lac de la Ganguise

Le lac de la Ganguise.

Village de Baraigne 041 lac de la Ganguise

Une vue aérienne du lac de la Ganguise.

Village de Baraigne 040 lac de la Ganguise

Une vue aérienne du lac de la Ganguise.

Village de Baraigne 052

Une vue générale du village cathare de Baraigne

Village de Baraigne 06Une vue aérienne du village cathare de Baraigne, l'église Sainte-Marie au centre, avec son cimetière à gauche très proche du village.

 

Blason ville de Baraigne

Le blason du village de Baraigne

Situé à la limite des départements de l’Aude et de la Haute-Garonne, c'est un beau village typique du Lauragais, niché dans la vallée où le Fresquel prend sa source. A l'origine, les premières habitations du bourg étaient groupées sous une forme circulade autour de son église, c'est pour cela que l'on nomme ce type de village "ecclésial". Bien plus tard, Baraigne s'est développé au nord et à l'ouest de ce point central qu'est l'église. De nos jours, il n'y aucun vestige qui puisse révèler si le village était doté d'un rempart défensif avec des portes. Seule subsiste au nord, la sortie d'un souterrain qui permettait, au moyen-âge, de s'enfuir du village.

Les habitants de Baraigne se nomment les Baraignois. En 2011, il y avait 161 habitants à Baraigne.

Les premières traces du bourg remontent au IX ème siècle, après l'occupation romaine dans la région, le long de la voie Aquitaine qui reliait Narbonne à Toulouse.

Le hameau primitif s'est donc développé à partir du domaine de l'époque romaine de Varanius.

La localité de Baraigne apparaît sous le vocable de Varanano dans deux manuscrits datant de 1155 lors de la construction de l'église et en 1207 lorsque Vidal de Caumont vendit à l'abbé Auger ses droits sur l'église Sainte-Marie de Baraigne.

La lettre B ne s'est substitué au V à l'initial qu'au XVIII ème siècle. Le village s'appelait en Varagne en 1774, puis on le trouve dans un document de 1781 nommé Baragne.

Village de Baraigne 034

Le village de Baraigne, avec son château émergeant des arbres à droite.

Village de Baraigne 035

Le village cathare de Baraigne, son église Sainte-Marie avec son clocher mur.

carte 04

Détails de la carte IGN, le village de Baraigne avec à proximité le lac de la Ganguise, et le château à l'Ouest du village.

Le moulin que vous verrez en photo plus loin, se trouve un peu à l'écart au Nord/Ouest comme on peut le voir sur la carte.

Entre 1210 et 1225, la religion cathare s’installe dans le Lauragais. L'hospitalité hérétique était offerte par Garsende et sa fille Gaillarde, mère des seigneurs du Mas-Saintes-Puelles et "parfaite" du catharisme. Garsende fit l’éducation religieuse de son petit-fils Bertrand de Quiders et de sa nièce Géraude, qui épousa Estieu de Roqueville seigneur de Baraigne, car Garsende et sa fille se rendaient fréquemment à Baraigne vers 1215.

Vers 1225, Estieu de Roqueville conduisit les deux femmes à Caillabel, près de Baraigne. Elles y restèrent quinze jours, puis de là partirent pour Montségur où elles périrent sur le bûcher. A la même date, Bernard de Mayreville chevalier diacre s'installa au Mas-Saintes-Puelles. Il y déploya une inlassable activité prédicante sur les villages de Laurac, Fanjeaux et Gaja la Selve vers le sud et de Baraigne à Saint-Michel-de-Lanès vers l'ouest.

C'est le 28 mai 1242 que c'est produit le massacre d’Avignonet Lauragais, des troupes venues de la région de Montségur massacrèrent pendant leur sommeil des Inquisiteurs et leur suite à coups de haches. Avant de perpétrer ce massacre, c’est à Baraigne complètement acquis aux hérétiques cathares, que ces troupes ce regroupèrent à l'abri du vallon. Le forfait accompli, les représailles furent terribles, le village n'y échappa pas. Les troupes de l'Inquisition le visitèrent, tous les cadavres présumés cathares furent exhumés du cimetière et brûlés sur un bûcher dressé sur le terre-plein derrière l'église devant le cimetière. Tous les "suspects" portèrent la croix d'infamie.

Village de Baraigne 023

Derrière les arbres, émerge le château de Baraigne magnifiquement restauré pendant de nombreuses années.

Village de Baraigne 024

Zoom sur le château de Baraigne façade Est et sa tour intérieure

Village de Baraigne 028

Le château de Baraigne l'angle Sud-Ouest.

En 1271, le chevalier Gautier de Varagne était présent lors du serment au roi par les consuls de Carcassonne.

En 1272 et 1282, Gaufrid de Varagne, frère du précédent, fut élu membre de l'assemblée de la noblesse de la sénéchaussée et en 1287 il fut élu gouverneur de Carcassonne.

On trouve, un Bernard de Varagne qui était l'envoyé du sénéchal de Toulouse en1433.

En 1473, 1480 et 1481 furent des années terribles pour la région à cause de la peste bubonique qui fit de nombreuses victimes surtout à Baraigne et les villages proches.

En 1485, c'est à partir cette période qu'apparaît le nom Buisson, en effet, Jean de Buisson fils de Bernard de Varagne cité ci-avant, devint seigneur de Baragne (le nom évolue, il s'écrivait indifféremment Baragne ou Varagne) et capitoul de Toulouse.

A cette époque on dénombre deux moulins à pastel dans cette région devenue prospère, et la première construction du château de Baraigne voit aussi le jour sur des terres appartenant aux seigneurs des lieux : la famille Buisson.

Chacun des villages de ces régions de Lauraguais est dominé par un château de style Renaissance qui donne l'impression non de vieilles forteresses, mais de riches et opulentes habitations seigneuriales.

Le château de Baraigne, est le berceau de cette vieille famille féodale Varagne-Buisson. Ce château, du début du XVI ème siècle, devait avoir des soubassements plus anciens. Il passa au XVII ème siècle entre les mains de la famille de Roquette.

Village de Baraigne 025

Le très beau château de Baraigne le côté Sud

Les protestants qui s'étaient établis à Mas-Saintes-Puelles en 1561 commirent des pillages et des destructions aux villages alentours. En 1572, ils brûlèrent toutes les églises du pays, celle de Baraigne eut une partie de la nef et son clocher détruit.

A la Révolution en 1789, le château et l'église furent pillés et les précieuses archives détruites.

En 1812, le village de Baraigne qui était à vocation agricole, comptait 241 habitants, c'est à cette période qu'un nouveau moulin à vent fut construit sur la colline Nord, il tourna sans interruption jusqu'en 1955.

 

blason de la famille Roquette                                  blason de Bernard Roquette-Buisson

A gauche, le blason de la famille Roquette. Et à droite, le blason de Bernard Roquette-Buisson (1773).

LES SEIGNEURS DE BARAIGNE

Les du Buisson de La Bastide-Beauvoir ou de Varagnes et les du Buisson d'Aussonne appartiennent à la même maison. Les deux branches se sont séparées de la branche aînée, Buisson Beauteville, la première au début, la seconde au milieu du XVI ème siècle. La croix de Toulouse, chargée de trois tourteaux d'azur que portaient les de Buisson de Beauvoir provenait d'une concession faite par François Ier en 1518 pour cause de proche parenté avec les comtes de Toulouse. Cette branche subsiste encore par substitution. Son dernier représentant imposa, en effet, en 1623, lors du mariage de sa fille unique Jeanne de Buisson avec François de Roquette l'obligation de substituer aux nom et armes de Roquette les noms et armes de la maison de Buisson pour le premier enfant mâle qui naîtrait de cette union(voir plus loin).

C'est cette branche des Buissons, barons de Beauvoir qui nous intéresse ici à Baraigne. La famille Roquette-Buisson posséda la seigneurie de Baraigne du XIV ème siècle jusqu'en 1789.

 

Rien ne permet de certifier à qui appartenait les terres de Baraigne avant le XIV ème siècle.

● Tout commence avec Pierre de Buisson, seigneur de Vaureilles, co-seigneur d'Auben qui épouse, le 2 nones de février 1399, Claire Mancip, fille de Bernard, seigneur de Beauteville, Cailhavel, de Vassalède, de Lauzière, etc.

Ils eurent un fils, Jean qui vécut entre les années 1456 et 1470, il n'est pas signalé comme seigneur de Baraigne. Mais il faut arriver au descendant de ce dernier, pour trouver nettement indiqué la possession de Baraigne par la famille de Buisson.

 

         - Jean de Buisson, est désigné comme seigneur de Beauteville, Miramont, Beaumont, Baraigne, Ausonne, le Plégat, Ichaussas, Baziège et Montmaur. Il est capitoul de Toulouse en 1483 et 1484 et de 1492 à 1496. Il épousera en 1480, Catherine de Restes, il testa, le 28 septembre 1515 et fut enterré dans l'église des Cordeliers de Toulouse. La pierre tombale qui recouvrait son monument est au musée de Toulouse. Il eut deux fils et une fille. Son fils Hugues, est l'auteur de la branche Baragne-Beauvoir qui a été substituée dans la famille Roquette-Buisson

 

● Hugues de Buisson, écuyer, seigneur de Montmaur, Baragne, Cailhavel, Boussenac, Peyre de Naurouze et Airoux. Il épousera le 9 février 1508, Anne de Lauret, fille du premier président Bernard de Lauret et d'Isabeau de Saint-Félix. Il dénombra ses fiefs en 1517, il fut capitoul en 1523, acheta une terre à Cailhavel à la reine Marguerite de Valois, le 2 mars 1524. Il testa le 29 juillet 1528, laissant l'héritage à son fils Jean ci-après.

 Il eut trois enfants :

         - Jean de Buisson, qui suit ;

         - Jacques de Buisson ;

         - et Étienne de Buisson.

 

● Jean de Buisson, est désigné comme seigneur de Baragne, Cailhavel et Boussenac, capitaine des armées du roi, rendit hommage pour la justice haute, moyenne et basse de ses trois seigneuries, à Catherine de Médicis, en 1550 et 1551. Il épousa le 13 septembre 1551 Peyronne de Plaigne, fille de noble Michel, seigneur de Ferriol et de noble Françoise de Narbonne. Il passa acte de partage avec ses frères Jacques et Étienne, le 2 avril 1547 et testa le 29 juillet 1568, laissant l'héritage à son fils Barthélemy ci-après.

 

● Barthélemy de Buisson, seigneur de Varaigne dont il reçu les reconnaissances le 14 avril 1613, de Cailhavel et de Boussenac, il épouse le 1er juin 1613, Jeanne de Noé, fille de Roger de Noé, chevalier de l'Ordre du roi et de Françoise d'Odet, baronne de Benque. Il testa le 17 juillet 1622, laissant la seigneurie de Baraigne à son fils Pierre, il eut aussi une fille Jeanne qui épousera François de Roquette (voir plus loin).

 

● Pierre de Buisson, seigneur de Cailhavel, de Varaigne, épousera en 1617, Jeanne d'Antiquamérata. Il testa le 15 septembre 1617 et à sa mort laissa deux enfants qui moururent en bas âge. Suite à son décès, Jeanne de Buisson, sa sœur, mariée à François de Roquette, seigneur de Magrens, recueillit l'héritage, voir ci-après.

 

● François de Roquette, né le 18 janvier 1601, seigneur de Magrins ou Magrens, reçu chevalier de Malte en 1618, servit aux armées. Il prit part au siège de Saint-Jean d'Angély, y fut blessé, et se retira du service. Il épousa le 22 octobre 1623, Jeanne de Buisson (sœur de Pierre ci-dessus), dame de Varaigne, de Cailhavel et de Boussenac, fille de messire Barthélemy de Buisson et de dame Jeanne de Noé, à la charge de faire relever le nom et porter les armes de Buisson par le premier mâle qui naîtrait de ce mariage. Il dénombra devant les trésoriers généraux de France à Toulouse le 22 mars 1625. Il testa le 4 novembre 1636. Sa veuve, Jeanne de Buisson, fit le dénombrement de ses fiefs nobles devant maître de Caulet, juge-mage de Toulouse, le 17 juin 1639. Jeanne de Buisson décédera le 12 mars 1662. Il eut de ce mariage 5 enfants :

         - Antoine, qui suit, héritera des terres de Baraigne;

         - Jean, mort jeune ;

         - Louis, mousquetaire du roi, puis capitaine dans le régiment du Piémont ;

         - Louise ;

         - Jeanne, religieuse.

 

● Antoine de Roquette-Buisson,  né le 4 décembre 1632 et décédé en 1694, seigneur de Magrins, Varaigne, de Cailhavel et de Boussenac. Ayant produit ses preuves écrites depuis 1466, il fut maintenu dans sa noblesse par jugement souverain par M. Bazin de Besons, intendant de Languedoc, le 28 janvier 1669. Il fut obligé par le testament de Bathélemy de Buisson, son grand-père maternel, de faire à l'avenir l'addition de ses nom et armes. Il rendit hommage au roi pour les terres seigneuriales de Varagne, de Magrins, de cailhavel et autres lieux, le 6 avril 1666, et dénombra ses biens, le 21 décembre 1667 devant les trésoriers de France à Toulouse. Il testa le 26 juin 1694. Il épousera le 29 janvier 1663 Marie de Lézat de Brugnac décédée en 1701, dont il eut 9 enfants, il laissera ses biens à Bernard et la succession à Louis :

         - Louis, héritera des terres de Baraigne, qui suit ;

         - Guillaume, seigneur de la Bruguière ;

         - Bernard, reçu chevalier de Malte le 10 juin 1686, commandeur de Douzens en 1732, commissaire de la fondation de Nibia en 1733, commissaire des néophytes et des novices en 1735, commandeur de la cavalerie en 1740, grand croix de grâce et bailli de Manosque en 1748, commandeur d'Argentins en 1749.  Il mourut à Auterive le 27 octobre 1759 ;

         - Pierre, seigneur d'Arse ;

         - Gillette ;

         - Marianne ;

         - Thérèse ;

         - Louise ;

         - Isabeau.

 

● Louis Joseph de Roquette-Buisson, né le 25 octobre 1668, seigneur de Varagne, de Cailhavel, de Boussenac, de Magrins et d'autres lieux. Lieutenant au régiment de Normandie, puis blessé à Phalsbourg en 1668, sera ensuite capitaine au régiment de Royal-Vaisseaux, suivit le roi dans ses guerres d'Allemagne. Étant en résidence à la Roche (Luxembourg), il épousera le 28 octobre 1689, Pétronille d'Odeignie, fille du seigneur de Waillimont et de Gérardisle. Blessé dangereusement au siège de Chivas en 1705, il rentra en France et passa les actes postnuptiaux de son contrat de mariage, le 27 mai 1707. Il partagea avec ses frères, le 3 octobre 1701. Il vivait encore en 1725. Pétronille d'Odeignies décédéra en 1773. Son fils aîné lui succéda.

 

● Bernard, dit le comte de Roquette-Buisson, seigneur de Baraigne, Cailhavel, Boussenac, Magrens, Labruguière. Il épousa le 23 avril 1725, Bernarde de Roquette, née le 14 juin 1705, dame de Labruguière et d'Arse. Il rendit hommage au roi le 1er juin 1758. Il eut de nombreux procès et ne quitta pas la France. Il eut pour successeur son fils Jean-Louis-Joseph qui suit ;

 

● Jean-Louis-Joseph, dit le marquis de Roquette-Buisson, seigneur de Baraigne, Cailhavel, Boussenac, Labruguière, Arse et après son mariage de : Rogles, Angravier et Sainte-Croix. Il prit part aux assemblées de la noblesse du diocèse de Mirepoix tenue en 1789. Il mourut le 28 octobre 1794. Il avait épousé le 21 juillet 1760, Anne Josèphe de Montfaucon de Rogles, fille de Jean-Baptiste, seigneur de Rogles, chevalier de Saint-Louis, et d'Antoinette de Raymond-Lasbordes. Sa femme qui ne mourut que le 15 janvier 1815, resta, durant toute la période révolutionnaire, à Rogles où son mari fut enterré, mais, durant ce temps, les révolutionnaires pillèrent Baraigne et brûlèrent une grande partie des archives.

 

● Anne-Antoine de Roquette-Buisson, naquit le 24 janvier 1771 à Varagne, reçu chevalier de Malte en octobre 1789. Il fut colonel du régiment des chasseurs de Malte jusqu'au 23 juin 1796. Il fut député de la Haute-Garonne de 1826 à 1830. Décédé à Toulouse le 27 février 1847. C'était le père et le grand-père de MM. de Roquette-Buisson de Toulouse.

 

● Antoine de Roquette-Buisson, frère du précédent, seigneurs de Magrins, Varagnes, Caillavel, Boussenac, etc., capitaine dans le régiment de Piémont, il fut reçu chevalier de Malte en 1792.

 

La généalogie de cette famille illustre s'est perpétuée jusqu'au milieu du XVIII ème siècle.

Village de Baraigne 02 le chateau du pastel

Le château de Baraigne, l'angle Sud-Sud-Est.

LE CHÂTEAU DE BARAIGNE

Le château domine le village à 300 mètres à l'Ouest. Il est classé monument historique depuis 1948. C'est entre 1568 et 1622 que sa construction se fit grâce à Barthélemy de Buisson seigneur de Baraigne. Les parties les plus anciennes du château sont du XV ème siècle. A l'origine le château était ceinturé de douves. De style Renaissance, c'est un vaste quadrilatère, flanqué de trois tours d'angle et nanti d'une cour intérieure.

A l’Est, la porte d’entrée a conservé deux longues rainures qui constituent les restes d’un pont levis, il est défendu par une puissante bretèche supportée par quatre consoles. L’ouvrage est percé d’embrasures pour le tir de l'arquebuse. Les deux tours d’angle, côté Sud, sont de forme circulaire et protégées par des canonnières réparties sur deux niveaux, de forme rectangulaire à l’extérieur et circulaires à l’intérieur. Une tour d’escalier octogonale a été aménagée à l’angle Nord-Est de la cour intérieure. Par une superbe porte, on accède aux cuisines et surtout à la salle des gardes. Flanquée d’une majestueuse cheminée, cette immense salle possède un magnifique plafond boisé, la salle est construite sur neuf crozes taillées dans le roc, ces citernes ovoïdes sont des silos dans lesquels on conservait le blé et les récoltes du seigneur. Le plan primitif a été modifié, ainsi qu'en témoigne des traces très nettes d'agrandissement vers le Nord.

Dans les années 1930, le château appartenait à Mademoiselle de Lavalette. Puis Monsieur du Lac hérita du château de Mlle de Lavalette, sa tante par alliance. Aujourd'hui il appartient à la famille Le Garsmeur qui a acheté la propriété en 1974.

L'édifice était quasiment ruiné quand l'actuel propriétaire entreprit de la restaurer en 1975, il a effectué un magnifique travail de restauration.

Le château de Baraigne est une propriété privée, mais des visites sont prévues l'été. Il faut se renseigner sur place.

Village de Baraigne 01

Le château de Baraigne, la façade Sud.

Village de Baraigne 027

Du perron Sud du parc du château, au aperçoit le mur clocher de l'église Sainte-Marie de Baraigne.

Village de Baraigne 010  Village de Baraigne 051

A gauche, le château de Baraigne la façade Sud et à droite la façade Est avec l'entrée principale du château.

Village de Baraigne 08

La façade Est avec l'entrée principale du château de Baraigne.

Village de Baraigne 07

Le château de Baraigne, la façade Sud.

Village de Baraigne 033

L'entrée du château de Baraigne, côté Est.

Village de Baraigne 09

Le château de Baraigne, l'angle Sud-Ouest.

Village de Baraigne 012

La très belle façade et entrée du château de Baraigne.

Village de Baraigne 026   Village de Baraigne 013

A gauche, le château de Baraigne. A droite, la très ancienne fontaine du village de Baraigne.

Village de Baraigne 029

L'église Sainte-Marie de Baraigne avec son mur clocher

L'ÉGLISE SAINTE-MARIE DE BARAIGNE

L'église romane du village de Baraigne, orientée de l'Est à l'Ouest, est un monument classé aux monuments historiques depuis 1908, elle s'impose comme un joyau de l'art roman. La tradition raconte que la fondation de l'église est l'œuvre d'un seigneur de la famille de Buisson. Fondée au XII ème siècle, on la trouve mentionnée dans des manuscrits en 1155 et 1207,  en 1317, Baraigne fut placé dans le nouveau diocèse de Saint-Papoul dépendant de l'archevêché de Toulouse et y resta jusqu'à la Révolution. L'église est dédiée à l'Assomption de la Sainte-Vierge. Sainte-Marie de Baraigne est un des rares spécimens d'église romane qui soit encore debout dans le département de l'Aude.

Village de Baraigne 01 l'eglise

La magnifique abside romane de l'église Sainte-Marie de Baraigne, avec sa série de petits arcs qui retombent d'un côté sur le contrefort et de l'autre sur le corbeau sculpté. Vous pouvez voir ces sculptures ci-après.

Village de Baraigne 016

La magnifique abside romane de l'église Sainte-Marie de Baraigne

Village de Baraigne 017  Village de Baraigne 018

L'église Sainte-Marie de Baraigne à gauche et à droite la porte d'entrée de l'édifice. 

Village de Baraigne 019

La porte d'entrée de l'église Sainte-Marie

Village de Baraigne 048 église sainte marie  Village de Baraigne 050 église sainte marie

Photos de l'abside romane de l'église Sainte-Marie de Baraigne

Village de Baraigne 046 église sainte marie

La porte d'entrée de l'église Sainte-Marie de Baraigne

Village de Baraigne 047 église sainte marie   Village de Baraigne 049 église sainte marie

A l'extérieur, corbeaux sculptés de l'abside, une tête à l'Est et un agneau au Nord, il y a aussi une troisième sculpture qui représente un baril.

L'église présente une nef flanquée de deux chapelles formant transept, et une abside en hémicycle éclairée par trois fenêtres en plein-cintre, évasées vers l'intérieur. Quatre colonnes engagées dans des dosserets et surmontées de chapiteaux ornés de feuillage segmentent le fond de l'abside. Les colonnes sont nettement en avant et ne supportent rien. Soutenaient-elles autrefois une charpente en bois, couverture primitive de l'abside ? Ou un projet d'agrandissement est-il prévu ?

La nef, voûtée en berceau, est flanquée de chaque côté, d'une chapelle voûtée de la même façon. Un document datant de 1725 semble indiquer l'existence d'au moins une chapelle. En 1866, lors de la restauration de l'église en ruine, il n'y avait aucune chapelle, celles  que l'on voit aujourd'hui ont été donc rajoutées au XIX ème siècle par Dussan.

La partie de la nef correspondant aux chapelles forme une travée limitée par deux arcs doubleaux. Le premier divise la nef de l'abside, c'est l'arc triomphal. Ces arcs reposent sur des colonnes engagées avec bases circulaires. Les chapiteaux romans ne paraissent pas avoir le même âge, par contre, ceux de la nef, plus simples, semblent plus anciens. Une large ouverture percée dans le mur du fond éclaire la nef, en dessous de cette fenêtre, il y avait autrefois une petite porte aujourd'hui bouchée.

Le portail de l'église très simple s'ouvre au Sud, il est plein cintre surmonté d'un arc dont l'archivolte est ornée d'animaux, de têtes et de dessins en échiquier. Cet arc retombe sur deux colonnes surmontées de chapiteaux ornés de feuillage très simple. La base de la colonne de gauche porte deux têtes.

Un clocher du XVIII ème siècle à arcades surmonte le mur du fond. A l'origine il était de forme rectangulaire, il est devenu triangulaire par des additions sur les côtés et peut-être au couronnement. En 1995, une troisième cloche fut installée. Elle conserve une magnifique croix trilobée portant une ancre, une croix grecque et une colombe, datant du XII ème ou XIII ème siècle. Deux croix et une stèle discoïdale de l'époque gothique sont installées au chevet, décoré de sobres arcatures lombardes.

Village de Baraigne 04 interieur de l'église

Le choeur de l'église Sainte-Marie de Baraigne

Village de Baraigne 020    Village de Baraigne 021

La nef et le choeur de l'église Sainte-Marie de Baraigne

Village de Baraigne 022

Le choeur de l'église Sainte-Marie de Baraigne

Village de Baraigne 045 église sainte marie

Une des deux chapelles formant transept de l'église, ici la chapelle Saint-Antoine. Une seule chapelle existait primitivement, elle tomba en ruine vers 1700 et deux chapelles ont été rajoutées au XIX ème siècle.

Village de Baraigne 044 église sainte marie

Chapiteau de la nef orné de feuillages

Village de Baraigne 043 église sainte marie

Autre chapiteau de la nef orné de feuillages et de spirales

Village de Baraigne 03  Village de Baraigne 031

A gauche le porche de l'entrée de l'église et à droite, photo de l'abside romane. 

On constate la présence aussi dans le cimetière de stèles discoïdales anciennes (XII ème et XIII ème siècles) dont la forme se rapproche des stèles qui se trouvent parmi les collections du musée lapidaire de la cité de Carcassonne. Les croix et les pierres tombales actuellement construites affectent les formes anciennes de ces derniers monuments funéraires.

Village de Baraigne 03 stèles discoidales

Les stèles discoïdales de Baraigne.

STÈLES DISCOÏDALES

Les amateurs de mystères vont être déçus, en effet, les stèles discoïdales gothiques ne sont pas les premières croix cathares ou tout autres croix mystiques, mais se sont des monuments funéraires. Toute fois, d'après l'historien René Nelli, la seule qui serait probablement l'une des rares croix cathares qui nous soit parvenue, se trouve dans la cour du château de la Barthe situé à 1 km au Sud-Est de Belflou.

Village de Baraigne 015  Village de Baraigne 014

A gauche, l'église Sainte-Marie de Baraigne. A droite, les stèles discoïdales se trouvant proches du cimetière. 

Village de Baraigne 039 lac de la GanguiseLe lac de la Ganguise.

Village de Baraigne 032 Croix du lac de la GanguiseLa croix du lac de la Ganguise.

LE LAC DE LA GANGUISE

La Ganguise, cette rivière joua un grand rôle dans l'histoire lauragaise, lorsqu'elle devint en 1317 la limite entre les diocèses de Mirepoix et de Saint-Papoul. L'édification du barrage en 1979 a créé le lac de la Ganguise avec ses plages et sa base nautique. Le lac de la Ganguise ou Retenue de l'Estrade est un lac de barrage de 500 hectares. C'était un projet qui datait déjà de 1951 et qui fut réalisé sur la rivière Ganguise en 1979. Le plan d'eau recueille principalement les eaux de la Ganguise au Sud-Est, affluent de l'Hers-Mort, lui-même affluent de la Garonne.
Le barrage est constitué d'une digue en terre qui barre toute la vallée de la Ganguise, celle-ci a été relevée de 3 mètres en 2007. Ce lac était conçu à l'origine pour l'irrigation agricole.
Il y a une base nautique de loisirs départementale essentiellement utilisée pour la voile et la planche à voile par les écoles, séjours scolaires, associations sportives ou non sportives et colonies de vacances. Il est apprécié des véliplanchistes pour ses vents continus et réguliers. Les rives sont aménagées pour les randonnées, des aires de pique-nique sont présentes autour du lac. La pratique de sports comme le canoë, le VTT, le stand up paddle (planche à rame) et le pédalo y sont aussi possible.

Village de Baraigne 037 le moulin

Le moulin à vent de Baraigne en ruine

Village de Baraigne 05 le moulin

Le moulin à vent de Baraigne

Village de Baraigne 036

Le moulin à vent de Baraigne en ruine, c'est dommage il mériterait bien une restauration cela serait du plus bel effet dans la région.

Baraigne 501 en 1905

Le château de Baraigne en 1905

Baraigne 502 en 1905

La porte de l'église de Baraigne en 1905

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Suite à la parution de ce reportage, Noëlle Marti-Gerbaud m'a envoyé cette petite étude héraldique, qu'elle a réalisée sur la famille de Buisson, de noblesse ancienne, avec titre de baron ou de marquis selon les générations. Elle a repris,  les couleurs et le descriptif, du blason,  depuis l'expression la plus simple (initial), jusqu'à la plus complexe (plus contemporain).

BARAIGNE

Etude blason Baraigne 01

La commune de Baraigne a gardé le blason du Seigneur de Buisson Roquette en inversant les figurations.

Si certaines communes ont opté pour un logo contemporain (création moderne),  plusieurs ont choisi de garder le blason ancien comme emblème de la ville ou du village.

Etude blason Baraigne 02

Buisson de Beauteville : d’or au buisson de sinople.

Etude blason Baraigne 03

Buisson de Bournazel (de): D'or, au buisson de sinople, le chef cousu d'argent chargé d'un lion de sable, lampassé de gueules, issant du buisson. Devise : Semper virens.

Etude blason Baraigne 04

Buisson d'Aussonne : Écartelé : au premier et quatrième, coupé  d'argent au lion issant de sable et d'or, au buisson de sinople terrassé de même, qui est du Buisson ; aux deuxième et troisième, d'azur à trois coquilles d'or posées deux et une.

Etude blason Baraigne 05Voici une reconstitution du gisant du seigneur de Buisson de Beauvoir (blason : croix de Toulouse chargée de 3 tourteaux d’azur)

Etude blason Baraigne 06

Reprise des couleurs selon le descriptif :

En chef : de la religion (ordre de Malte) de gueule à croix d’argent.

En 1 et 4 : d’azur à un roc d’échiquier d’or.

En 2 et 3 : écartelé au 1 et 4  aux armes de Buisson d’Aussonne.

 

Ainsi se termine ce reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

 Julie logo janvier 2013 495x350

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans HISTOIRE
commenter cet article

commentaires

Couthion Laurence 22/08/2014 17:45


Remerciments
Simplement vous dire merci du travail que vous faites, nous faire découvrir ses lieux riches en histoires par ces reportages complets et de très belles photos, tout simplement je voyage Merci
bonne continuation. Laurence

PRIGENT 20/08/2014 00:00


Une des rare Croix Cathares


Selon René Delli


Château de Bar


rthe


1 km au sud


Belfou.


Bravo et merci encore. Comment va notre petite Julie ?

Jean-Pierre 20/08/2014 13:23



Bonjour, merci pour l'info et votre fidélité au site. Julie va bien, elle est un peu triste que les vacances soient terminées, mais on y retournera bientôt. Bien cordialement JP



Mamminic 18/08/2014 07:04


Un  article vraiment très bien fait et complet. Merci de nous faire découvrir ce joli petit coin de France qui est pour moi inconnu et pourtant pas bien
loin de chez moi.... Vous devriez publier un livre avec tous les articles que vous avez publié sur votre blog. On a besoin de l'histoire pour comprendre d'où nous venons et mieux apprécier nos
racines. Bonne journée à vous.