Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.belcaire-pyrenees.com
  •  www.belcaire-pyrenees.com
  • : BELCAIRE capitale du Pays de Sault en Languedoc Roussillon. Au départ j'ai réalisé ce site pour partager les retrouvailles 33 ans après, de 17 copines, dans cette région authentique préservée en territoire cathare au pied des Pyrénées. Mais je me suis aperçu que l'Aude n'était pas assez mise en valeur, alors amoureux de cette région et la passion étant là, j'ai réalisé des reportages pour vous présenter ce département aux lieux chargés d'histoire. Ce site a pour but surtout de vous faire découvrir cette région authentique, plein de charme qu'il faut aller visiter.
  • Contact

ANNONCES-MESSAGES-ACTUALITÉS

Ils veulent vous informer !

Pour découvrir les annonces

  cliquez sur la photo

Photo pour les annonces 02

Faites Une Recherche Sur Ce Site

LIENS UTILES

En cliquant sur l'une des images ci-dessous :

1 - vous pouvez écouter Radio Montaillou en direct

 

logo 01cliquez sur le logo RADIO MONTAILLOU ci-dessus pour écouter la Radio en direct
(en cliquant sur leur site en haut à droite)
pendant que vous consultez les pages du site
 

 

 

Pour suivre la progession et connaître la position des ours dans les Pyrénées
téléphonez au 05.62.00.81.10
 
Vous pouvez m'écrire
CLIQUEZ SUR LE PETIT CHIEN ROMÉO POUR ME CONTACTER
 
 
LIVRE D'OR
cliquez sur la photo pour déposées vos marques de sympathie et pour les visionner

Gîtes dans une ancienne école place du village de Comus, village situé
sur le tracé de l'emblématique Sentier Cathare et à proximité des gorges de la Frau et de Montségur
 
Locations gîtes et chambres d'hôtes à Ignaux dans les montagnes des Pyrénées
en Haute-Ariège près d'Ax-les-Thermes
 
Hôtel Restaurant Bayle ** à Belcaire

 

Sites d'Ami(e)s

Les Amis du Sabarthez de Pierre Cortinas

 

Pour le développement du tourisme au Pays de Sault :

     l'Association le Grand Sault

 

on y trouve des renseignements intéressants sur ce site :

     Chambre d'Agriculture de l'Aude

 

Logo réduit office du tourisme du pays de sault

Office du Tourisme du Pays de Sault

Chemin départemental 613

11340 ROQUEFEUIL

Tél : 04.68.20.75.89

 

Retour à la page d'accueil

LES LIVRES CONSEILLÉS

Nouvelle Rubrique pour découvrir

des livres intéressants

cliquez sur la photo

livres conseillés

MESSAGE

17 septembre 2013
bandeau les villages du Pays de Sault

 

Que le temps passe vite, l'été est bientôt derrière nous ! Sympa, la rentrée ! A peine rangé ce sublime tee-shirt orange fluo que vous n'avez pas osé porter de l'été, aussitôt terminé le dernier tube de crème solaire, que la routine reprend son cours avec la rentrée scolaire. Le mot est lâché ! La voilà, la rentrée, prête à déshabiller l'été de ses atours de vacances. Eh bien non ! www.belcaire-pyrenees.com, va vous permettre d'y rester en vacances ou de vous donner des idées de villégiatures et de découvrir l'Aude de façon agréable, grâce à ce site web proche de vous. Aujourd'hui, je vous propose de découvrir un petit village fort sympathique, plein de charme au Pays de Sault, Belvis et ses deux hameaux Lamalayrède et Lapeyre. Un petit coin de paradis que nous vous faisons partager avec mon ami Henri Toustou originaire de Belcaire en Pays de Sault.

Les nombreuses photos réalisées dans ce reportage par Henri Toustou, est un parfait exemple de ce que j'attends de vous, si vous désirez mettre à la Une votre village de l'Aude !!!

 

Ce reportage qui vous est proposé en deux parties, vous allez pouvoir visualiser sur l'ensemble, plus de 275 photos !!!!

Je vous mets au défi, vous ne trouverez pas d'équivalent à ce reportage consacré à Belvis sur internet !

Ce fut un gros travail de préparation, mais je suis parvenu à faire, je pense quelque chose de bien, mais on peut toujours l'améliorer, si vous avez des compléments historiques à me communiquer, n'hésitez pas.

 

Entre parenthèse avec mon ami Henri, nous avons l'idée, de réaliser un reportage photos d'époque, sur l'aventure spéléo, à laquelle ont participé les jeunes de Belcaire entre 1970 et 1985. Nous comptons sur votre collaboration et participation, fouillez vos archives, vous qui possédez des clichés spéléo de cette période, n'hésitez pas à m'envoyer vos photos et témoignages pour une diffusion prochaine. Sans vous, ce site n'existerait pas.

Sur www.belcaire-pyrenees.com comme vous le voyez c'est éclectique !

 

logo label Pays Cathare 02

 

 Belvis 018

Belvis 043

Bienvenue en Pays de Sault

Belvis 159

Belvis blotti à l'abri de son Roc del Castel

Belvis carte 01

Le village de Belvis se situe à la porte du Pays de Sault.

Toulouse n'est qu'à 137 km, Béziers 160 km, Narbonne 130 km, Cahors 247 km, Carcassonne 69 km, Foix 56 km, Quillan 17 km et Ax-les-Thermes 38 km.

Belvis carte 02

Repérez sur cette carte le village de Belvis et ses deux hameaux Lamalayrède (ou en deux mot suivant les cartes La Malayrède) et Lapeyre dont il sera question dans ce reportage en deux parties.

Belvis carte 04

Zoom sur cette carte IGN vous situant la fameuse grotte préhistorique de la Cauna

photo aerienne de Belvis 01

Vue aérienne du village de Belvis

photo aerienne de Belvis 02

Zoom sur la vue aérienne du village de Belvis

 

blason de Belvis

Le blason du village de Belvis

Belvis 038 RD613 arrivée à Belvis

Alors là, je vais me faire plaisir pour vous montrer quelques photos ; venant de Quillan, ici, nous arrivons sur le plateau du Pays de Sault par la D613 en direction de Belvis, quelle émotion ce paysage !!!

C'est bizarre cela me fait toujours le même effet.

Belvis 037 RD613 arrivée à Belvis

Il n'est pas beau ce Pays de Sault !? Vous êtes dans une région qui a su garder son authenticité, malgré elle !

Belvis 040 RD613 arrivée à Belvis

Nous approchons de Belvis

Belvis 039 RD613 arrivée à Belvis

Belvis vu de la D613

Belvis 020

Belvis village tranquille au Pays de Sault ouvert entre autre, au tourisme vert !

A cause de son exposition au midi, cela a donné lieu au dicton suivant :

"Belvis, pla en finèstrat, beiollo, bisto et paoûe d'estat"

Ce qui peut se traduire par  : "Belvis est bien situé, bien orienté, mais peu de surface"

Belvis 076

Belvis, vu de la D613 en venant d'Espezel

Belvis 075

J'adore cette photo pour son angle vue, photo prise de la D613 (que l'on voit à droite) entre Espezel et Belvis

Belvis, en latin "bella visio" signifie belle vue.

Belvis se situe sur le plateau septentrional (le grand plateau) du Pays de Sault, à une altitude de 960 mètres, il jouxte les grandes forêts de Callong et Picaussel. Ce petit village du Pays de Sault, est remarquablement exposé et domine les plateaux et les gorges du Rébenty. La commune comptait en 2010, 182 habitants.

Le village est blotti en amphithéâtre au pied du "Roc del Castel", ancien site castral d'où la vue porte sur une large partie du Plateau de Sault. Autrefois, le village était entouré de "feradjals" zone de culture intensive où se trouvent les terres les plus fertiles, souvent des jardins. On ne stocke plus le foin et la paille autour des maisons et les animaux ont quitté le village. Les troupeaux se sont agrandis et sont parqués aujourd'hui dans de grands hangars aux alentours.

Belvis 01

Belvis est le point de départ de belles balades dans les forêts de Picaussel et de Callong, le sentier GR7A passe à Belvis ainsi que le fameux sentier Cathare à proximité (voir la carte).

Et tout récemment (en 2012) un sentier des arts a été créé, parcours fléché et original à partir de Belvis, tous les ans pour la période estivale il est "rénové"

Belvis 03

Magnifique panorama du village de Belvis

Belvis 042

Le charme des forêts sauvages du Pays de Sault en automne

Le Pays de Sault va voir un certain nombre de châteaux émerger aux XI ème et XII ème siècles, avec la multiplication de petits seigneurs. La plupart de ces châteaux allaient donner naissance à des villages fortifiés comme Belvis. Vers 1234, le seigneur du lieu, Raimond de Niort, invita un jour son frère, Bernard-Othon de Niort, à un repas, où lui furent présenté Raimond Guillaume hérétique avec Alaman de Roaix, Raimond Roger de Toulouse, Guillaume de Rouvenac et Marquésia (fille de Pierre-Roger de Mirepoix) la femme de Raimond de Niort. Pendant ce repas ils écoutèrent les prédications des hérétiques. Les chevaliers cités étaient des faidits traqués, nous étions en pleine croisade Albigeoise, le tribunal de l'Inquisition était en place depuis 1233. Beaucoup de cathare vinrent se réfugier au Pays de Sault. Un grand nombre de chevaliers faidits du Razès qui représentaient l'un des points forts de la résistance occitane sont hébergeaient par les seigneurs du Pays de Sault.

On sait qu'à l'époque du siège de Montségur en 1243, le seigneur de Belvis, Raimond de Niort, envoya à plusieurs reprises deux de ses hommes, Escot de Belcaire et Avellanet, tous deux habitants Belvis, apporter des messages à Pierre-Roger de Mirepoix.

Pierre Roger qui s'entendait bien avec ce sergent Escot de Belcaire qui vivait à Belvis, lui demanda d'aller s'informer pour savoir "si le Comte de Toulouse menait à bien ses affaires". Il fut convenu que si tout allait bien en effet, Escot allumerait un feu sur le Vidorle (au Nord de Belvis "le Sarrat de Vidorles" altitude 985m), un sommet proche de Belvis. Quelques jours plus tard, le feu fut allumé, et par deux fois.

 

On sait que l'arbalétrier, Raymond de Belvis, faisait parti des assiégés de Montségur, il reçu avec vingt autres croyants et croyantes le consolament le dimanche 13 mars 1244. Ils périrent brûlés vifs le 16 mars 1244. Deux cent vingt-quatre Bons Hommes et Bonnes Femmes périrent ce jour là à Montségur, on ne connaît à ce jour, que dix-neuf femmes et quarante-quatre hommes. Les noms des autres se sont perdus avec leurs cendres.

Belvis 182

Superbe photo de Belvis sous la neige avec un ciel bien plombé

Belvis 06Belvis en hiver

Belvis 034 mars 2009

Le village de Belvis à la sortie de l'hiver

Belvis 05

Une vue aérienne de Belvis, avec en arrière plans les forêts de Picaussel et de Callong

Autrefois il y avait un modeste château à Belvis sur "le Roc del Castel" qui surveillait la région et défendait ce petit village, il n'en reste plus, il a été démantelé pierre par pierre. Confisqué pendant la croisade contre les Albigeois, il fut détruit en représailles. Il communiquait à vue avec la forteresse d'Albe (Joucou).

 

Belvis dépendait de la seigneurie de Belfort (Aude) qui était entre les mains de la famille d'Usson au XVII ème siècle, mais avant eux, cette seigneurie fut possédée par les Villemur de 1480 jusqu'en 1714. Roger de Villemur de Paillers seigneur de Belfort et autres places fortes habitait Chalabre en 1694. Ils vendirent le 26 septembre 1714, la seigneurie de Belfort à Jean Louis François d'Usson de Bonrepaux, marquis de Bonnac. Elle changea de main vers 1784, Pierre Guillaume de Sauzède acheta le titre de seigneur et baron de Belfort et autres places, dont Belvis.

Belvis 180

En prenant la petite route qui vous mène à Belvis par l'entrée Est, en venant du hameau de Lapeyre vous avez cette belle vue.

Belvis 080

Belvis par l'entrée Est, en venant du hameau de Lapeyre

Belvis 110

Entrée Est du village de Belvis, en venant du hameau de Lapeyre

Belvis 177

Entrée Est du village de Belvis, endroit que l'on appelle "la balance" ou "poids public"

Petit local ancien rénové que l'on voit en partie à gauche du véhicule, qui abritait autrefois le système de balance publique.
Un poids public, ou bascule publique, est un ouvrage architectural.
Il est situé généralement au centre d'une ville, un village, à proximité d'une gare, d'un bureau de poste ou d'un lieu de marché, et permet de déterminer le poids de tout véhicule.
Le poids public est utilisé dans le commerce ou le transport pour évaluer le poids de marchandises ou la tare d'un véhicule.
Le "poids public communal" était un bâtiment utilisé lors des transactions entre paysans lors des foires ou marchés.
Ces bâtiments existent officiellement depuis une ordonnance de Louis XII en 1498, mais c'est surtout le XIX ème siècle qui les verra s'installer en nombre dans les communes,  et ils font partie aujourd'hui du patrimoine national. .
Il s'agissait alors de vérifier le poids des matières vendues ou des animaux, sous responsabilité de la commune.
Les anciennes mesures étaient en effet sources de conflits. La commune mettait alors à disposition les instruments de mesure communs à tous, et ainsi le système de pesage était considéré comme officiel.
Généralement le bâtiment est devancé d'une sorte de "benne" qui permettait le pesage des animaux, sur cette photo on distingue encore son emplacement, le véhicule est garé dessus.

Belvis 179

Entrée Est du village de Belvis, en regardant vers le hameau de Lapeyre

Belvis 111

Entrée Est du village de Belvis, en venant du hameau de Lapeyre

Belvis 178Le début de la Grande Rue à Belvis, côté Est

Belvis 181Belvis, vers la place Jean Grauby

Belvis 174Belvis, l'ancienne école

Belvis 021 grande rue

Belvis, la Grande Rue à proximité de l'église Saint-Étienne

Belvis 131

Belvis, la Grande Rue en direction du "Buc"

Belvis 166

Belvis, sa mairie

Belvis 175

Belvis, réservoir d'eau potable construit en 1900, c'est en quelque sorte le château d'eau, permettant l'alimentation en eau par gravitation du village

Belvis 176Belvis, plaque commémorative avec les noms des différents acteurs ayant participés à la réalisation du réservoir d'eau potable construit en 1900

Belvis 022 grande rue

Belvis, la Grande Rue

Belvis 023 grande rue

Belvis, la place Jean Grauby en 1999 avant sa rénovation comme on peut le voir ci-dessous

Belvis 057

Belvis, la place Jean Grauby rénovée en 2013, et le bassin "du milieu"

Belvis 124

Belvis, la Grande Rue prés de la place Jean Grauby

Belvis 125

Belvis, la Grande Rue prés de la place Jean Grauby

Belvis 031 grande rueBelvis, prés du bassin d'en haut en 1999

Belvis 046

Belvis, le bassin d'en haut.

Belvis 081Belvis, vu depuis le bassin d'en haut vers Lapeyre

Dans le village de Belvis, il y a quatre fontaines-lavoirs réparties le long de la Grande Rue, afin de permettre aux habitants, quand il n'y avait pas encore l'eau courante au XIX ème siècle, de subvenir aux besoins ménagers.

D'Est en Ouest, vous avez : le bassin du haut, le bassin du Milieu, le bassin d'en bas et le bassin du Buc qui se trouve à la sortie Ouest du village.

Belvis 045Belvis, le bassin d'en haut.

A la fin du XVII ème siècle, la monarchie, pour couvrir ses besoins d'argent, met en vente l'office de maire perpétuel, qui est en quelque sorte un emprunt d'État. Le roi paye annuellement quelques petites sommes, des gages. Le titulaire de l'office peut le céder en récupérant son argent. En 1700, à Belvis le sieur Quiraud en bénéficiera. Le maire préside le Conseil politique du village avec le premier consul, parfois juge.

Le 21 novembre 1706, lors d'une assemblée du Pays de Sault débattant des privilèges de la terre, des usages du bois et du sel, on trouve parmi les dignitaires : noble Urbain d'Arses, conseiller du roi, maire d'Espezel et de Belvis et Bernard Sénier, consul de Belvis. Urbain d'Arses sera désigné pour se rendre à Montpellier transmettre une requête au Magistrat Intendant. Requête qui portera sur l'impossibilité au Pays de Sault de supporter les charges supplémentaires, pour huit corps de garde.

 

Donc en 1706 noble Urbain d'Arses, conseiller du roi, était maire d'Espezel et de Belvis.

Un mot sur la famille Darses, elle était originaire du lieu de Cassaignes paroisse de Jean sous Monjau du diocèse de Saint-Flour en Auvergne. On connaît l'existence de trois frères en 1682, il y avait Jean sieur de Murat qui habitait l'Auvergne, Antoine prêtre nommé curé de Belvis vers 1665 et Urbain (cité plus haut) qui suivit son frère à Belvis. Ce dernier acheta des propriétés et hérita, par son mariage avec Anne de Nègre veuve de Maffre de Salva, de la seigneurie de Lapeyre ou de Quirhaut avec la coseigneurie d'Espezel.

Urbain Darses et Anne de Nègre eurent pour fils, Pierre Joseph Darses sieur de Cassaignes mousquetaire du Roi qui alla habiter à Espezel. Le second fils d'Urbain, Antoine Darses sieur de Lapeyre marié à Marguerite de Mounès eut de ce mariage un fils Jean-Louis seigneur de Quirhaut chevalier Darses qui deviendra lieutenant de cavalerie.

Belvis 033 paysage entrée Est

Un aperçu du paysage vu en arrivant à Belvis par l'Est

Belvis 026 sortie ouest

En partant de Belvis côté Ouest en direction de Belcaire

Belvis 073

Belvis, vu d'Espezel

Belvis 077

Belvis, vu en venant d'Espezel

Belvis 079

Belvis, D222 sortie Ouest, vu du "Prat Planié"

Belvis 044

Le tracteur d'un agriculteur monsieur DELES de Belvis

Belvis 078

Belvis dominé par le Roc del Castel, vu du "Lavadou"

Belvis 04

Belvis, tôt le matin, le Pays de sault et la chaîne pyrénéenne vous accueille

Belvis 041

Belvis, l'automne arrive

Belvis 08Belvis vu du sommet du Roc del Castel en direction de l'Ouest

Belvis 074Belvis dans son écrin de verdure

Belvis 071Belvis, l'Ouest du village le "Buc"

Belvis 072Belvis, vu du chemin rural longeant "les Prés de la ville"

Belvis 153

Belvis, le quartier sud "les Prés de la ville"

Belvis 066Belvis, le cimetière vu des "Prés de la ville"

Belvis 083Belvis, le quartier les "Prés de la ville" vu du cimetière

Belvis 084

Belvis, le quartier Ouest le "Buc" vu du cimetière

Belvis 085Belvis, zoom sur le quartier Ouest le "Buc" vu du cimetière

Belvis 089Belvis, le cimetière

Belvis 087Belvis, vers l'Ouest, panorama sur le plateau de Sault

Belvis 093

Belvis, le quartier du bas vu du Sud

Les incidents de la période révolutionnaire furent limités et moins sanglants qu'ailleurs. Il y eut néanmoins des insultes et tracasseries, confiscations de biens, incendies, arrestations et emprisonnements et même une condamnation à mort concernant l'abbé Henri Beille qui fut arrêté à Roquefeuil.

Les nouvelles lois de séparation des Églises et de l'État bousculent les comportements traditionnels et mordent sur l'autorité religieuse. On demande à l'Église de faire des Inventaires, les enterrements échappent à l'Église locale, le presbytère est loué au curé, les sonneries des cloches sont réglementées par le pouvoir municipal.

Lors des désordres de la Révolution et de la désorganisation religieuse qui marqua cette période de notre histoire, les nouvelles lois exigeaient des fonctionnaires publics et par conséquent de tous les curés, le serment de fidélité à cette loi. Les prêtres ne voulurent pas les observer et la résistance fut générale. Les réfractaires furent condamnés à émigrer, ce fut ce que l'on appela le régime de la Terreur.

La lutte contre les réfractaires en possession des églises et soutenus par les fidèles fut surtout vive à Belvis et à son annexe Belfort. Le 21 janvier 1792 un arrêté fut pris pour faire marcher les troupes vers Belvis afin de rétablir et de maintenir l'ordre.

Belvis 017Voici un exemple de serment signé par le curé de Belvis, Joseph Bonet, datant du 6 octobre 1792, pour y prêter serment porté par la loi du 14 août 1792.

Dans cet écrit, il jure d'être fidèle à la nation, et de maintenir de tout son pouvoir la liberté et l'égalité, ou de mourir à son poste.

Pendant cette période troublée, la loi exigeait la confiscation des biens des émigrés, on vendit ceux de Dominique de Caumeille curé de Belvis en octobre 1794.

La chasse au curé était donc bien ouverte dans toute la région comme partout en France en ce 19 germinal de l'An II (29 mars 1794).

Plus tard, un fait marquant se déroula à Belvis, l'abbé Antoine Médus né à Belcaire, vicaire de Roquefeuil en 1780, émigra comme beaucoup en Espagne, il rentra en France en 1797 en se cachant, il fut trouvé dans le presbytère de Belvis. Arrêté par trois gendarmes sur mandat d'arrêt daté du 1er novembre an VI (21 octobre 1797) au moment où il tentait de s'enfuir par une fenêtre du presbytère. Mais un attroupement d'une vingtaine de villageois assaillirent les gendarmes, se qui permit à l'abbé de s'enfuir. Il y eut des représailles de la gendarmerie vis à vis des agents communaux.

 

Au XVII ème siècle, dans toutes les communautés du Pays de Sault; il y avait des instituteurs, des régents ou régentes comme on les appelait alors, et qu'on payait sur le budget communal, c'était presque toujours des clercs. On trouve des traces de l'existence de ces instituteurs à Belvis dés 1677. A ce sujet, à Belvis, M. Catays, ancien curé, légua deux mille livres à la communauté d'Alet-les-Bains, pour l'établissement d'une régente fixe dans sa paroisse, pour assumer l'éducation des filles.

La mairie de Belvis dispose d'archives communales intéressantes, comme par exemple, le règlement forestier imprimé en 1754, indiquant la marque et l'exploitation des coupes, les droits et les devoirs de l'adjudicataire et aussi ceux des usages. C'était la naissance du premier code forestier !

Belvis 148

Belvis, le quartier de "l'Échartou"

Belvis 149

Belvis, le quartier de "l'Échartou"

Belvis 150

Belvis, le quartier de "l'Échartou", cette porte visiblement très ancienne, a résisté au temps, c'est peut-être elle, qui soutien le mur !

Belvis 151

Belvis, le quartier "les Faijes", rue qui mène à la grotte de la Cauna

Belvis 152

Belvis, le quartier "les Faijes", le chemin qui mène à la grotte de la Cauna

Belvis n'échappa pas au terrible choléra de 1854 et de 1856 qui sévissait dans toute l'Europe.

La propagation est foudroyante, il suffit d'un colporteur pour infester tout un village. A Belvis en une seule journée le médecin verra 283 malades, plus de 90% de la population fut atteinte. Il y avait plus personne pour porter les morts et creuser les fosses. Durant cette période il y eut au total 117 morts à Belvis. Au total, il y eut 1239 morts du choléra au Pays de Sault soit 10% de la population. Le Pays de Sault restera longtemps traumatisé et ne retrouvera jamais sa démographie de 1851. Après la grande guerre de 14-18, et la mécanisation du monde rural, l'exode pris un rythme accéléré, c'était la fin d'une époque.

La démographie au Pays de Sault est fragile: en 1836 il y avait 840 habitants à Belvis, quarante ans plus tard, en 1876 : 649 ; en 1906 : 550 ; en 1954 : 334.

Au hameau de Lapeyre en 1846 il y avait 127 habitants contre 49 en 1954.

Voici encore quelques chiffres qui montrent la dégringolade de cette démographie au Pays de Sault qui compte 24 communes, 3796 habitants en 1946, 2069 en 1975 et 1587 en 1990.

De cela, chacun en est conscient et plus encore les élus locaux, soucieux de la survie et du développement de leur communauté. Le Pays de Sault ayant gardé toute son authenticité, c'est pour cela qu'il faut entre autre développer de nouvelles activités tournées vers le tourisme. Le Pays de Sault c'est plus de vingt mille hectares de forêt.

Belvis 102

Au loin, Belvis, voici une succession de photos prisent du village de Mazuby

Belvis 098

Belvis, vu de Mazuby

Belvis 101

Zoom sur Belvis, toujours vu de Mazuby

Belvis 099

Zoom sur Belvis, toujours vu de Mazuby

Belvis 100

Zoom sur Belvis, toujours vu de Mazuby

Belvis 063Belvis au fond, photo prise du "Bac du Pinet" 1196 mètres d'altitude, massif situé sur la commune de Belcaire, à vol d'oiseaux cela fait une dizaine de kilomètres

 

LA CAUNA DE BELVIS

A ce jour, les plus anciens témoignages de la présence humaine sur le plateau de Sault ont été identifiés dans la Cauna de Belvis. La grotte de Belvis, dite la "Cauna", présente, à n'en pas douter, les plus anciennes traces du peuplement humain du Pays de Sault.

Prés du village de Belvis, il y a la grotte préhistorique de la Cauna, classée aux monuments historique en 1989. Cette grotte est creusée dans une étroite faille calcaire, à 250 mètres à l'Ouest des premières maisons du village. Les fouilles réalisées à l'intérieur de la grotte de 1968 à 1986, ont révélées un gisement stratigraphique intéressant, avec pratiquement toutes les séquences du paléolithique supérieur et en particulier un bel horizon de la culture châtelperronienne. Ce gisement est le plus élevé de toute la chaîne pyrénéenne.

Cette grotte bien exposée, face au sud, domine les plateaux du Pays de Sault et les gorges du Rébenty serpentant non loin de là. Il y a environ 35 500 ans avant Jésus Christ, un groupe de chasseurs fut le premier occupant de cette grotte. Ces chasseurs occupèrent la grotte d'après les constatations que pour une courte durée. Et puis, près de 23 000 ans s'écoulèrent avant que d'autres hommes vinrent occuper la place. Les datations effectuées dans cet habitat par la méthode du radiocarbone font remonter cette occupation à un peu plus de 12 000 ans, c'est à dire vers la fin du paléolithique supérieur, grotte du châtelperronien et du magdalénien supérieur. L'aire d'habitation de la grotte s'étend sur une superficie de 62 m². Lors des fouilles entreprises, les principaux objets recueillis (pierres taillées, os sculptés, tête de harpon, armatures de sagaies, outillages et armes de chasse en pierre et en os, œuvres d'art, faune, etc.) sont exposés dans le musée de la préhistoire de Belvis qui se situe dans l'ancien presbytère. Petites précisions : des objets intéressants découverts dans la grotte de Gardouch située à Belcaire sont aussi exposés dans ce musée. 

Le musée se visite sur rendez-vous préalable 48 heures à l'avance.

Horaires d'ouverture :

Du 01 janvier au 31 décembre  - De 08:00 à 12:00 et de 15:00 à 18:00

 

MUSEE DE LA PREHISTOIRE LA CAUNA

11340 BELVIS

Tél : 33 (0)4 68 20 35 66  - 33 (0)4 68 20 75 85 

Email :  mairie.belvis@wanadoo.fr


Si l'archéologie du Pays de Sault vous intéresse, sachez aussi, que j'ai réalisé un reportage en février 2010, qui a pour titre "Grotte préhistorique à BELCAIRE ! Datant de l'âge de Bronze ancien" que vous pouvez visualiser ICI

Belvis 082

Belvis vu du chemin menant à la grotte de la Cauna

Belvis 129

La grotte de la Cauna, vue depuis le cimetière de Belvis

Belvis 130

Zoom sur l'entrée de la grotte de la Cauna, photo prise depuis le cimetière de Belvis

Belvis 163

L'entrée de la grotte est interdite, le sol est protégé par des tôles afin de préserver le site pour les fouilles à venir et pour les archéologues des générations futures

Belvis 02

Voici un exemple des objets archéologiques trouvés et visibles dans le musée de Belvis

A noter aussi, que dans la forêt domaniale de Picaussel (commune de Belvis) on trouve un vaste gouffre connu des spéléologues, appelé "gouffre de Bareng". Il a une profondeur de 80 mètres, avec tout un réseau de galeries exploré sur 300 mètres à ce jour.

Belvis 183

Une magnifique vue d'ensemble vers l'Ouest du plateau de Sault prise du Roc del Castel à Belvis

Jusqu'au début du XXème siècle, un vieux grand chemin empierré joignait Quillan à Ax-les-Thermes par Coudons et Belcaire, c'était la D613 que vous connaissez aujourd'hui.

A quelle date la D613 fut-elle goudronnée ? Si vous en avez le souvenir contactez moi, je ne connais pas la date exacte, mais les travaux furent très certainement réalisés après la guerre 38-40 entre 1946 et 1955.

Belvis 058

L'église Saint-Étienne de Belvis et son lavoir rénové en contre bas

Belvis 059

Place Jean Grauby à Belvis, le lavoir restauré récemment en contre bas de l'église Saint-Étienne, que l'on nomme : le bassin du milieu.

L'attachement aux petits patrimoines des villages est important comme la rénovation des fontaines, des lavoirs, des calvaires, des places, ... etc, ceci est encore un bel exemple.

Ce fut long pour cette prise de conscience, mais c'est en bonne voie au Pays de Sault, admettez quand même, que c'est plus beau qu'avant !!??

Un cadre de vie agréable n'est pas négligeable, certes cela a un coût, mais le résultat est là !

Belvis 060

Plaque commémorative de la place Jean Grauby

Belvis 061La nouvelle place Jean Grauby à Belvis refaite entièrement, avec son bassin du "Milieu"

 

L'ÉGLISE DE BELVIS

Dédiée à Saint-Étienne, premier martyr chrétien, l'église relevant du baillage de Sault, était unie à la collégiale de Saint-Paul-de -Fenouillet, laquelle avait pris la relève de l'abbaye de Saint-Jacques de Joucou dès 1459.

Ce lieu de culte aurait pour origine, un sanctuaire dédié à Notre-Dame, qui était probablement situé au lieu-dit "Vidorles", sur le chemin du hameau Lamalayrède, nommé "Sarrat de la Maire de Dious" qui se traduit par "Colline de la mère de Dieu", à 3km au Nord de Belvis. Ce sanctuaire ou prieuré, aurait existé depuis le VIII ème siècle.

Les archives concernant l'église de Belvis sont rares, son architecture néo-romane existait au XVII ème siècle. Le maître autel provient de l'église Saint-Nazaire de la cité de Carcassonne dont il fut ramené, en 1677, par l'abbé Antoine Darses, curé de Belvis. Le maître autel fut restauré en 1960.

Un acte daté du 27 octobre 1845 fait état du délabrement du clocher qui nécessite des réparations urgentes. Le 18 juin 1875 autre relevé des dégradations, le toit et le clocher sont en mauvais état, en 1922 l'église est menacée de fermeture car la nef présentait des lézardes, la chapelle Sud était hors d'usage, la toiture du chœur était dans un état lamentable et toujours ce clocher qui menaçait ruine. Élection communale, le 22 avril 1923, un nouveau maire, Antoine Crestia est élu, à la suite des travaux de rénovation furent entrepris.

Belvis 086

En 1848, on vola dans l'église 97 chaises plus les agenouillers.

Vers 1860, le cimetière situé devant l'église, fut déplacé tout en conservant la croix centrale. Lors de l'épidémie de choléra de 1854, un autre cimetière aurait existé aux Calcades, dans le bas de Belvis près de D613.

Les deux cloches datent de 1632 et 1646, l'église fut saccagée à la Révolution, les cloches furent volées et restituées par la suite.

Dans l'église Saint-Etienne, à voir absolument, 2 anges adossés en bois polychrome et doré du XVII ème siècle ; Vierge à l'Enfant, dite Notre-Dame-de-Belvis, statue en bois polychrome du XIVème.

Belvis 103

Belvis, l'église Saint-Étienne

Belvis 113

Belvis, l'église Saint-Étienne

Belvis 104   Belvis 105

Les cloches et le porche de l'église Saint-Étienne de Belvis (cliquez sur la photo pour agrandir)

Belvis 108

Belvis, l'église Saint-Étienne

Belvis 106

Le porche de l'église Saint-Étienne de Belvis

Belvis 109

Belvis, derrière l'église

Belvis 107

La croix de la "Mission" implantée le long de la route menant au hameau de Lamalayrède, la photo ci-dessous du même lieu date de 1950

Belvis 19 en 1950 La croix de la Mission

La croix de la "Mission" photo prise en 1950

Au sujet de cette statue Notre-Dame de Belvis, protectrice du voyageur en Pays de Sault, elle proviendrait selon la tradition, des ruines de l'église Notre-Dame de Bidorles. Cette statue en bois peint d'un mètre de haut, qui est toujours dans l'église de Belvis, daterait du XIV ème siècle, mais plus probablement du XVI ème siècle, car on trouve trace de sa restauration en 1640.

Bidorles ou Vidorles, hameau aujourd'hui disparu sans laisser de traces, était une paroisse au XII ème siècle située proche et au Nord de Belvis. Bidorles ou Vidorles se trouvait vraisemblablement dans la partie la plus large du vallon conduisant au hameau de La Malayrède, sorte de vaste clairière enfoncée dans un coin entre la forêt de Callong et celle de Picaussel qui disparue par la suite. On trouve des traces écrites de l'église Notre-Dame de Bidorles qui est citée dans deux actes, une première fois en 1148 et une seconde fois en 1255. Hypothèse : les épidémies de peste du XIV ème siècle notamment en 1348, ont certainement contribuées à l'abandon du village et à sa destruction par la suite.

Belvis 09

Statue Notre-Dame de Belvis, protectrice du voyageur en Pays de Sault (XIV ème ou XVI ème siècle)

Un curé au caractère bien trempé, marqua son temps à Belvis, l'abbé Pierre Moulis, né à Camurac le 24 décembre 1872, fut ordonné prêtre le 19 décembre 1896, d'abord curé de La Fajolle, puis curé de Belvis pendant 44 ans. Il était l'historien du Pays de Sault !

Belvis 016 abbé Pierre Moulis 1872-1948

Voici une photo de l'abbé Pierre Moulis (1872-1948)

A signaler, croix des chemins et carrefours disparues pour des causes diverses dans les alentours de Belvis :

- Croix Verdier à 2 km au Sud-Ouest, petite croix de pierre sans piédestal.

- Croix de l'église de Quirhaut à 3 km à l'Est.

- Croix blanche, seul le socle est resté.

 

ANCIENNE MAISON DE PRESTIGE A BELVIS : L'HÔTEL ROUANET

L'hôtel Rouanet de Belvis, qui était la gloire culinaire du village. Éloi Rouanet né à Saint-Pons dans l'Hérault, le 12 mars1899 décédé en 1975, il fut un très grand cuisinier, qui gravit tous les échelons dans de grands restaurants, comme le "Chapon Fin" à Bordeaux, l'hôtel du Palais à Biarritz, le Ritz à Paris, le Taure à Toulouse, il fut pendant 12 ans chef de cuisine des palaces de la chaîne Transatlantique, etc. En 1941, il décide d'ouvrir, avec son épouse Marguerite Grauby originaire du Pays de Sault, une auberge avec un restaurant et quelques chambres. Le petit village de Belvis était perplexe. Mais l'auberge attira des touristes de tous les pays, le livre d'or de l'auberge témoigne de personnages de grand renom, comme, le général De Gaulle, Winston Churchill, Gina Lollobrigida, Pierre Daninos, Raymond Escoffier, de sénateurs, des personnalités du monde entier, etc... Il adorait le Pays de Sault, il l'a fait connaître dans le monde entier !

Belvis 028 grande rue

Belvis, la Grande Rue en remontant vers l'église, à gauche l'ancien hôtel Rouanet

Belvis 051

L'ancien hôtel ROUANET, aujourd'hui il ne reste que le nom sur le fronton de la maison

Belvis 029 grande rue

Belvis, la Grande Rue

Belvis 030 grande rue

Belvis, la Grande Rue

Belvis 146

Belvis, le presbytère

Belvis 097

Belvis, photo prise du presbytère

Belvis 117

Belvis, la Grande Rue vers la mairie

Belvis 118

Belvis, la Grande Rue

Belvis 119Belvis, la Grande Rue en direction du "Buc", le tracteur de monsieur Renaud

Belvis 120Belvis, la Grande Rue vers le bassin du Bas

Belvis 121Belvis, la Grande Rue, passage permettant l'accès aux jardins au Sud du village

Belvis 122

Belvis, certaines maisons ont la date de leur construction gravée sur le mur, comme ici 1762

Belvis 126

Belvis, la Grande Rue, en regardant vers la mairie

Belvis 127

Belvis, la Grande Rue, le seul magasin multiservices qui rend bien service aux habitants !!

Belvis 128Belvis, la Grande Rue, le seul magasin multiservices qui rend bien service aux habitants !!

Pour que ces boutiques survivent, la logique veut, qu'il faut que les habitants y fassent leurs achats, sinon ils fermeront.

Belvis 123Belvis, la Grande Rue

Belvis 047

Belvis, la Grande Rue, nous arrivons au bassin d'en bas

Belvis 052Belvis, le bassin d'en bas

Belvis 053Belvis, le quartier du bassin d'en bas

Belvis 048

Belvis, le quartier du bassin d'en bas

Belvis 054Belvis, le bassin d'en bas et la route menant au hameau de La Malayrède (ici en deux mots)

Belvis 049

Belvis, le quartier "le bassin d'en bas"

Belvis 055Belvis, le bassin d'en bas, la Grande Rue en direction du Buc sortie Ouest

Belvis 154

Belvis, le quartier "les Roches"

Belvis 155

Belvis, le quartier "les Roches"

Belvis 156Belvis, le quartier "les Roches"

Belvis 168Belvis, le quartier "d'en Bas"

Belvis 169Belvis, le quartier "d'en Bas" 

Belvis 170

Belvis, le quartier "d'en Bas",  monsieur Marin assis sur le banc à l'ombre de sa maison

Belvis 171

Belvis, le quartier "d'en Bas"

Belvis 172

Belvis, le quartier "d'en Bas"

Belvis 173

Belvis, le quartier "d'en Bas" 

Belvis 064

Belvis, le chemin du Rigal

 

SENTIER DES ARTS A BELVIS

Tout récemment (en 2012) un sentier des arts a été créé, parcours fléché et original à partir de Belvis ouvert à tous, et tous les ans pour la période estivale ce sentier particulier est "rénové". J'ai d'ailleurs réalisé un reportage sur l' inauguration de sa première édition, que vous pouvez voir  ICI si cela vous interpelle ....

 

LE MAQUIS DE PICAUSSEL

Dans la forêt de Picaussel, se sont déroulés des événements tragiques pendant la seconde guerre mondiale sous l'occupation allemande. Je ne vous donnerai pas plus de détails car j'ai réalisé en août 2009 un reportage sur ces faits de la résistance audoise, vous pouvez le consulter ICI , c'est intéressant car dans ce reportage, un sentier de randonnée est associé à la découverte de notre histoire parfois tragique.

Belvis 07

Belvis en hiver, route D222 côté Ouest en venant d'Espezel, le quartier "le Buc"

Belvis 115

Belvis, mur de soutènement à l'entrée Ouest du village

Belvis 114

Belvis, une niche dans le mur de soutènement à l'entrée Ouest du village, stèle commémorative en souvenir de Pierre Pibouleau, fusillé le 6 juillet 1943

Belvis 025 Le bucBelvis, route D222 côté Ouest en venant d'Espezel, le quartier "le Buc"

Belvis 134

Belvis, la fontaine-lavoir rénovée du "Buc"

Belvis 135

Belvis, la fontaine-lavoir rénovée du "Buc"

Belvis 136

Belvis, la fontaine-lavoir rénovée du "Buc"

Belvis 143

Belvis, la fontaine-lavoir rénovée du "Buc"

Belvis 142

Belvis, la fontaine-lavoir rénovée du "Buc"

Belvis 144

Belvis, route D222 côté Ouest en venant d'Espezel, le quartier "le Buc"

Belvis 137Belvis, l'entrée Ouest du village

Belvis 112

Belvis, l'entrée Ouest du village "le Buc"

Belvis 133Belvis, de plus en plus de constructions de ce type, émergent au Pays de Sault

Belvis 145

Belvis, à l'Ouest "le conte" paysage prés du carrefour de la D222 et D613

Belvis 139

Belvis, "le Buc" et le chemin du "Rigal"  à gauche

Belvis 140

Belvis, entrée du village Ouest "le Buc"

Belvis 141

Belvis, entrée du village Ouest "le Buc"

Belvis 065

Belvis, le cimetière vu du "Buc"

Belvis 067

Belvis, vu du chemin rural au Sud

Belvis 068

Belvis, vu du chemin rural au Sud

Belvis 069

Belvis, source "Font du Saule" le long du chemin rural au Sud

Belvis 070

Belvis, vu depuis le chemin rural au Sud  

Belvis 071

Belvis, vu depuis le chemin rural au Sud

Belvis 138

Belvis Ouest, une vue prise du quartier "le Buc"

Belvis 116Belvis, "font blanche" à l'Ouest de du village le long du chemin de randonnée

Belvis 132

Le hameau de Lapeyre au loin vu de Belvis, notre prochaine destination (2ème partie de ce reportage)

Belvis 010 la foret de Callong  Belvis 011 la foret de Callong

La magnifique forêt de Callong avec ces arbres immenses  (cliquez sur la photo pour agrandir)

Belvis 019Belvis Est

Belvis 035 paysage vers LapeyreUn panorama vu de Belvis en direction du hameau Lapeyre

Belvis 036 plateau de sault vu de BelvisLes montagnes bordant le plateau de Sault, vu de Belvis

Belvis chemins de randonnées alentours

Un panneau d'information implanté prés de l'église vous indique les chemins de randonnées aux alentours de Belvis.

Un conseil : des cartes topo-guides gratuites sont aussi disponibles à l'Office du Tourisme de Belcaire

 

Et voici, les habitués du site le savent, dans chaque reportage je vous propose quelques photos anciennes de ce que fut Belvis au début du XX ème siècle ...


Belvis ancien 05 1900

Belvis en 1900

Belvis ancien 06 en 1900

Belvis en 1900, remarquez sur cette photo que la route au premier plan, c'est la D613 qui n'était à cette époque qu'une voie empierrée

Belvis ancien 010 en 1935Belvis la Grande Rue et quelques habitants du village en 1935

Belvis ancien 01 en 1900Belvis le rocher de la Caoune avec l'entrée de la grotte préhistorique la Cauna en 1900

Belvis ancien 08 en 1900

L'église de Belvis en 1900

Belvis ancien 011 en 1908  Belvis ancien 011b zoomé en 1908

L'église de Belvis en 1908

Belvis ancien 07 en 1900

Belvis en 1905, la Grande Rue, photo prise prés du "bassin d'en bas" que vous pouvez voir ci-dessous sur cette photo prise en 2013

Belvis 050

Belvis, le bassin d'en bas en 2013

Belvis 024 grande rue

Belvis, le bassin d'en bas en 1999 et la Grande Rue

Belvis ancien 17 en 1910

Belvis en 1910 route Ouest passant par "le Buc" (la fontaine lavoir en bas à gauche)

Belvis ancien 15 fontaine et réservoir en 1900Belvis, la fontaine et le réservoir en 1900, nommé aujourd'hui "le bassin du milieu"

Belvis ancien 16 la colonie en 1955Belvis, bâtiment de la colonie en 1955 et qui sera ensuite un presbytère

Belvis ancien 09 en 1950Belvis, en 1950

Belvis ancien 13 en 1950Belvis, en 1950

Belvis ancien 02 1950Belvis, en 1950

Belvis ancien 04 1950Belvis, en 1950

Belvis ancien 03 1955Belvis, en 1955

Belvis ancien 14 en 1970Belvis, dans les années 1970

Belvis ancien 012 café tabac en 1975

Belvis, le café tabac en 1975, et les photos ci-dessous en 2000 et 2013

Belvis 027 grande rueBelvis, le café tabac en 2000

Belvis 056Belvis, le café tabac en 2013

Belvis ancien 18 en 2012 carte postale de BasileBelvis, en 2012

 

Ainsi prend fin la première partie, la seconde partie de ce reportage, à suivre bientôt ...

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...

Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article, à bientôt, l'aventure continue ... pour la promotion de l'Aude !

Vous connaissez mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact :

  jp@belcaire-pyrenees.com 

 

Ainsi se termine ce reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

  Julie logo janvier 2013 495x350

Partager cet article

Réalisé par Henri TOUSTOU / Jean-Pierre LAGACHE - dans DÉCOUVERTE
commenter cet article

commentaires

VIDAL René 17/11/2016 18:46

Super reportage, ma fille est installé à Belvis depuis 2014, et j'ai la chance de m'y rendre souvent, habitant à Marseille et originaire de Counozouls. Encore bravo.

OLIVIER 83 12/10/2016 13:45

Bonjour, tres beau documentaire qui donne envie d'habiter cette belle région
Félicitations
julie est tres jolie, nous avons le meme en male il s'appelle LOCTITE

Mistigris34 10/02/2014 14:25


trop bien le début de ce reportage, et le reste aussi !


Magnifique en tout, recherches, documentation, BRAVO !


MIAOU !!!!

paul 26/11/2013 17:31


félicitation pour votre site j'ai de la famille à
belvis étend plus jeunes on eller pour les vacances d'été à l'époque où il y avait encore des vaches
qui sorter le matin de leurs étables celle d'Aime et puis emile et aussi gislaine et aussi les moutons des seaur lacroix j'ai aussi connu Victorine et son epicerie  magui à
l'encrouté enfin toute une époque et encore merci bonne continuation salut paul

Jean-Pierre 26/11/2013 18:13



Merci Paul pour votre témoignage, je rappelle pour tous, que si vous avez des photos souvenirs de cette époque n'hésitez pas à me contacter et à me les envoyer, je peux toujours rajouter des
photos aux reportages. Bien cordialement JP



ferrie bernadette petite fille de rené crestia 20/10/2013 21:14


Bonjour JP,


Concernant le reportage de Belvis ou est originaire mon grand pére René Crestia, petite précision sur la traduction.


Belvis es pla finestrat : Belvis est bien situé, bien orienté (rien à voir avec vos fenêtres...)


Le portail de l'aglise à été refait grace au don généreux de la mére de mon grand pére : Marie Mouton ancienne épicière bien avant Victorine.


Bien amicalement


a bientôt pour de nouvelles aventures sur votre site.


Benadette Ferrié

Jean-Pierre 21/10/2013 11:12



Merci Bernadette pour ces précisions, j'ai modifié la traduction pourtant faite par un petit gars du pays. Si vous avez des vieilles photos  de Belvis contactez moi. A bientôt, cordialement
JP



henri-basile toustou 08/10/2013 19:34


Pour beaucoup d'enfants du Pays de Sault, le presbytaire de BELVIS fut le lieu ou nous préparions notre communion solennelle, "la retraite", cà se terminait souvent par une gigantesque bataille
de "pelochons", que de bons souvenirs...

Anne 23/09/2013 14:03


Je n'y manquerais pas, je vais chercher dans les albums et je vous enverrais çà. 

Anne 18/09/2013 16:43


Que dire, merci cher Jean-Pierre


Moi qui attendais avec impatience un article sur le village de mon arrière grand-mère et de ma famille. (commentaire sur un éventuel article sur le Village de Belvis) .Un grand merci à vous
Jean-Pierre de faire partager toutes ces photos et l'histoire de notre plateau de sault.  Je me régale de lire vos articles.


Ps: Je ne vois pas le nom de la famille Serret (près de 10enfants) en lien avec les familles Toustou, et Maugard.


 


Cordialement Anne 

Jean-Pierre 18/09/2013 18:49



Merci Anne pour votre commentaire cela me touche.
Anne si vous avez des photos de la famille Serret qui vivait à Belvis je me ferai un plaisir de la citer dans le reportage, sinon je ne vois pas comment je pourrai,… comment dire, "amener le
sujet".
N'hésitez pas, si vous possédez des documents concernant le Pays de sault je suis preneur pour les diffuser. Merci encore pour votre soutien. Bien cordialement JP



Jocelyne FERRER 17/09/2013 07:59


Superbe ! Une multitude d'articles sur divers sujets très intéressants. Surtout, continuez !


NB : Ma maman s'appelait Toustou et mon grand père maternel qui était douanier et habitait Arles, avait une maison à Tréziers dans l'Aude.  Inutile de vous dire que j'ai lu votre article sur
ce nom de famille.