Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.belcaire-pyrenees.com
  •  www.belcaire-pyrenees.com
  • : BELCAIRE capitale du Pays de Sault en Languedoc Roussillon. Au départ j'ai réalisé ce site pour partager les retrouvailles 33 ans après, de 17 copines, dans cette région authentique préservée en territoire cathare au pied des Pyrénées. Mais je me suis aperçu que l'Aude n'était pas assez mise en valeur, alors amoureux de cette région et la passion étant là, j'ai réalisé des reportages pour vous présenter ce département aux lieux chargés d'histoire. Ce site a pour but surtout de vous faire découvrir cette région authentique, plein de charme qu'il faut aller visiter.
  • Contact

ANNONCES-MESSAGES-ACTUALITÉS

Ils veulent vous informer !

Pour découvrir les annonces

  cliquez sur la photo

Photo pour les annonces 02

Faites Une Recherche Sur Ce Site

LIENS UTILES

En cliquant sur l'une des images ci-dessous :

1 - vous pouvez écouter Radio Montaillou en direct

 

logo 01cliquez sur le logo RADIO MONTAILLOU ci-dessus pour écouter la Radio en direct
(en cliquant sur leur site en haut à droite)
pendant que vous consultez les pages du site
 

 

 

Pour suivre la progession et connaître la position des ours dans les Pyrénées
téléphonez au 05.62.00.81.10
 
Vous pouvez m'écrire
CLIQUEZ SUR LE PETIT CHIEN ROMÉO POUR ME CONTACTER
 
 
LIVRE D'OR
cliquez sur la photo pour déposées vos marques de sympathie et pour les visionner

Gîtes dans une ancienne école place du village de Comus, village situé
sur le tracé de l'emblématique Sentier Cathare et à proximité des gorges de la Frau et de Montségur
 
Locations gîtes et chambres d'hôtes à Ignaux dans les montagnes des Pyrénées
en Haute-Ariège près d'Ax-les-Thermes
 
Hôtel Restaurant Bayle ** à Belcaire

 

Sites d'Ami(e)s

Les Amis du Sabarthez de Pierre Cortinas

 

Pour le développement du tourisme au Pays de Sault :

     l'Association le Grand Sault

 

on y trouve des renseignements intéressants sur ce site :

     Chambre d'Agriculture de l'Aude

 

Logo réduit office du tourisme du pays de sault

Office du Tourisme du Pays de Sault

Chemin départemental 613

11340 ROQUEFEUIL

Tél : 04.68.20.75.89

 

Retour à la page d'accueil

LES LIVRES CONSEILLÉS

Nouvelle Rubrique pour découvrir

des livres intéressants

cliquez sur la photo

livres conseillés

MESSAGE

13 octobre 2010
Bandeau découvrir 

Tout d'abord, avant de commencer cette deuxième partie du reportage "DÉCOUVREZ QUILLAN CAPITALE DE LA HAUTE VALLÉE DE L'AUDE", je tenais à remercier tous les Quillanais et Quillanaises ainsi que tous les internautes de la Haute Vallée de l'Aude qui m'ont témoigné leur sympathie après la diffusion de la  première partie, Merci à vous tous.

L'histoire de la chapellerie qui a marqué la ville de Quillan passe inévitablement par une autre ville proche, celle d'Espéraza, par où tout a commencé ! Cela sera l'occasion de vous montrer des photos de la grande époque, 1900-1920 où l'industrie du chapeau tournait à plein régime.

Mais avant cela je vous propose de découvrir en photos quelques rues de Quillan :

Quillan les bains

Quillan les anciens bains douches transformés en Maison du Tourisme avec la statue l'abbé Félix Armand (voir la première partie)

quillan les bains douches en 1950

Quillan les bains douches dans les années 1950

Quillan les anciens bains aujourd'hui la maison du tourisme

Quillan les anciens bains douches transformés en Maison du Tourisme

Quillan place de la republique 04Quillan la place de la République en 2009

Quillan place de la république 02 en 1900

j'adore ces allers-retours dans le temps, Quillan la place de la République en 1900

Quillan place de la république en 1900En voici une autre, Quillan la place de la République en 1900

Quillan place de la republique 02Photo superbe HDR pour les connaisseurs, la place de la République

Quillan place de la republique 03La place de la République de nuit, prise du pont Vieux

Quillan place de la republique entrée du pont vieuxLe même lieu mais de jour

L'Aude à Quillan 02  L'Aude à Quillan 03

L'Aude traversant Quillan

QUILLAN en 2010 009

Une des rues principales du vieux Quillan

QUILLAN en 2010 010

Quillan la place de la République

Quillan statue 01  Quillan l'église sous la neige

Quillan sous la neige

QUILLAN en 2010 013

Rue de Quillan

QUILLAN en 2010 014

La poste centrale de Quillan

QUILLAN en 2010 015Une des artères principales de Quillan non loin des anciens bains-douches

Je vous proposerai d'autres photos des rues de Quillan et ses environs, elles seront à l'affiche dans la troisième partie de ce reportage ...

bandeau chapeau

 HISTOIRE DE CHAPEAUX

Quillan est le point culminant d'un bassin d'activités vouées à l'industrie dès le XVII ème siècle (forges, scieries, moulins à farine, manufacture de drap et chapelleries très renommées).

Comment est arrivée la chapellerie dans l'Aude ?

Combattant sous les ordres de Louis XV, des habitants de Bugarach (Corbières) furent faits prisonniers en Haute-Silésie (Pologne). De retour en 1804 seulement, ils s'établirent au bord de l'Aude, à Espéraza, pour y développer le savoir-faire qu'ils avaient appris là-bas. Ce fut le début de florissantes fabriques de couvre-chefs. A début, les ressources locales en laine et en poil de lapin suffirent, mais bientôt les centres chapeliers importèrent leurs matières premières et exportèrent des chapeaux finis et des "cloches" (chapeaux semi-finis).

La chapellerie a eu une activité industrielle florissante à Espéraza dans les années 1820, la fabrication de chapeaux feutre resta artisanale jusque vers 1855, l'amélioration des techniques, l'afflux de la main d'œuvre désoccupée par l'industrie textile du drap en déclin, le développement des possibilités d'exportation grâce à l'arrivée du chemin de fer permirent une évolution sensible. La chapellerie de la haute vallée prit une importance considérable, occupant l'essentiel de la population active à Espéraza, Couiza, Chalabre et Quillan et dans les villages voisins.

Quillan les usines en 1950Les usines de Quillan dans les années 1950 

Un homme marqua l'histoire industrielle de la région de la haute vallée, Jean Bourrel :

Bien qu’il ait consacré la majeure partie de son existence à la ville de Quillan, Jean Bourrel n’en demeure pas moins un pur Espérazanais puisqu’il naquit à Espéraza le 11 novembre 1886, fils de l’industriel Jean Baptiste Bourrel et de Mathilde Barbaste son épouse.

A l’issue de solides études, il fera tout naturellement son apprentissage dans l’entreprise familiale à Espéraza (actuels établissements Monblason) où l’usine Bourrel frères occupe une place importante parmi les manufactures de chapeaux qui font alors le renom de la haute vallée de l’Aude. Après son mariage à Gincla, en 1912, et la tourmente de la Grande Guerre, Jean Bourrel est appelé par le directeur propriétaire de l’usine Huillet et Lasserre à Quillan (créée en 1908) afin de relancer la production chapelière de cet établissement récemment ravagé par une crue dévastatrice de l’Aude. Homme dynamique et remarquablement organisé, gestionnaire rigoureux, doté d’un physique de géant, Jean Bourrel qui est devenu propriétaire de l’usine à la mort de M. Lasserre en 1922, va impulser un élan novateur à son entreprise qui, avec la célèbre marque de chapeau le "Thibet", conquiert très vite un marché national et international.

Quillan l'usine Jean Bourrel en 1900

L'usine de chapeaux de Jean Bourrel en 1900 

chapeau ThibetLe fameux chapeau "Thibet" des années 30 

En quelques années, Jean Bourrel va organiser et agrandir ses bâtiments de production qu’il relie par un pont de fer au centre de Quillan, le fameux "pont Suzanne", portant le prénom de sa fille, inauguré en 1928, lors du passage du président de la République Gaston Doumergue qui inaugura aussi ce jour-là le premier grand barrage sur le cours de l’Aude, à Puyvalador.

Quillan le pont suzanne 01

Quillan le pont "Suzanne" enjambant l'Aude, construit par Jean Bourrel en 1928 pour faciliter l'accès à ses usines 

Quillan industrie du chapeau 01 en 1900

Quillan l'atelier d'appropriage de l'usine Delmas et Pont en 1900

Quillan industrie du chapeau 02 en 1900

Quillan l'atelier d'appropriage de l'usine Huillet et Lasserre en 1900

Quillan industrie du chapeau 03 en 1900

Quillan l'usine Huillet et Lasserre repris par Jean Bourrel ici à droite, photo datant de 1923

Il y a eu jusqu'à 14 usines employant une main d’œuvre de près de 3000 ouvriers, Espéraza fut le principal centre de production avec Quillan et Couiza. C'est la décennie 1921-1931 qui vit l'apogée de l'industrie chapelière, avec une production de qualité largement tournée vers l'exportation et des salaires très élevés. A cette époque, Espéraza était le 2ème centre mondial de la chapellerie. La  fermeture des marchés extérieurs dès le milieu des années 1930, le poids des charges salariales, la taille insuffisante des entreprises aboutirent à la ruine de la chapellerie avant la Seconde Guerre mondiale. La fabrication du chapeau en feutre de laine de mouton comporte deux phases essentielles que sont, la réalisation de la cloche et celle du chapeau fini. Partant de la laine brute, 26 opérations sont nécessaires à la confection du chapeau. Sachez qu'il existe un Musée de la chapellerie à Espéraza très intéressant où l'on vous explique de A à Z la fabrication du chapeau et que l'entrée de ce Musée est gratuite. Le Musée est situé dans le même bâtiment que celui du musée Dinosauria.

Pour ceux que cela intéressent, voici les noms spécifiques des différentes opérations pour la confection d'un chapeau. Tout d'abord en ce qui concerne la réalisation de la cloche que l'on appelle "la foule" voici les 14 phases :

Opération de carbonnisage, de dégroudonnage, le mélange, le cardage, l'enroulage, le semoussage, le multirouleau, le foulon, la teinture, le foulon multirouleau, la dégageuse de tête, le clochage, le ponçage et le dressage.

Ensuite vous avez les 12 opérations de finition du chapeau que l'on nomme "l'appropriage" :

Opération d'apprétage, le dégageage des bords, le dressage, le rasage, le formage, le rognage, le piquage, le garnissage, le matricage, le bichon, l'écussonnage et l'emballage.

L'abandon du port du chapeau par les jeunes générations, a provoqué une régression du marché. Une seule usine reste aujourd'hui en activité sur le site Couiza-Montazels ; la plupart des autres ont été converties en fabriques de chaussures, de meubles, de mousse plastique (Espéraza) ou de panneau décoratif lamifiés (revêtement Formica à Quillan).

Espéraza vue d'ensemble 01Espéraza en 2010

Espéraza vue d'ensemble 02Espéraza en automne

Je vais vous présenter maintenant toute une série de photos intéressantes datant des années 1900, concernant la confection des chapeaux à Espéraza montrant les différentes étapes de fabrication d'un couvre-chef.

Esperaza fabrique de chapeau les usines en 1900

Les usines à chapeaux d'Espéraza 1900

Esperaza fabrique de chapeau la carderie 01 en 1900

Fabrication du chapeau Mérinos à Espéraza l'atelier la garderie

Esperaza fabrique de chapeau la carderie 02 en 1900

Une autre photo de l'atelier la garderie à Espéraza en 1900

Esperaza fabrique de chapeau l'apprêtage en 1900

L'atelier d'apprêtage à Espéraza en 1900

Esperaza fabrique de chapeau les fours en 1900

L'atelier des fours à Espéraza en 1900

Esperaza fabrique de chapeau le bichonnage en 1900

L'atelier du bichonnage pour le chapeau Mérinos à Espéraza en 1900

Esperaza fabrique de chapeau le dressage en 1900

L'atelier du dressage à Espéraza en 1900

Esperaza fabrique de chapeau l'appropriage en 1900

L'atelier de l'appropriage à Espéraza en 1900

Esperaza fabrique de chapeau le foulage en 1900 manufacture

L'atelier du foulage à Espéraza en 1900

Esperaza fabrique de chapeau le garnissage en 1900

L'atelier de garnissage à Espéraza en 1900

Esperaza fabrique de chapeau le mécanique en 1900

L'atelier du mécanique à Espéraza en 1900

Esperaza fabrique de chapeau le pannage en 1900

L'atelier du pannage à Espéraza en 1900

Esperaza fabrique de chapeau le piquage en 1900

L'atelier du piquage à Espéraza en 1900

Esperaza fabrique de chapeau le sableur 02 en 1900

L'atelier du sablage à Espéraza en 1900

Esperaza fabrique de chapeau le semoussage02 en 1900

L'atelier du semoussage à Espéraza en 1900 (erreur sur la légende de la photo)

Esperaza fabrique de chapeau les magasins des cloches en 19

Le magasin des cloches à Espéraza en 1900

Esperaza fabrique de chapeau le veloutage et le brossage e

L'atelier du veloutage et du brossage à Espéraza en 1900

Esperaza fabrique de chapeau merinos le ponçage en 1900

L'atelier du ponçage à Espéraza en 1900

Esperaza fabrique de chapeau le semoussage01 en 1900

L'atelier du semoussage à Espéraza en 1900

Esperaza tout le monde porte un couvre chef en 1900

A Espéraza en 1910 tout le monde porte un couvre-chef

Esperaza défilé des grévistes grèves du midi en 1900Les grèves du Midi en 1910 ici les grévistes des usines à Espéraza

En 1910 le Midi est en grève, les délaineurs, les mégissiers, les chapeliers, les mineurs et les charretiers, les viticulteurs manifestent avec des sommets de lutte dans les villes de : Mazamet, Graulhet, Espéraza, Salsigne, Porté, l’Hospitalet, Ginesta, Moussan. La misère sociale grondant partout, faisant naître des soulèvements. Une longue grève due aussi aux perturbations qui entraîna la mécanisation de l'industrie locale.

comite de grève espéraza 1910

Comité de grévistes des usines d'Espéraza en 1910 

Esperaza course du boeuf en 1900

Il me semblait insolite de vous montrer aussi le côté festif de la course du boeuf qui se pratiquait à Espéraza en 1900

Esperaza course du boeuf 02 en 1900 La course du boeuf une fête locale d'Espéraza en 1900

Espéraza manufacture de chapeau 1900

 

Esperaza fabrique de chapeau musée du chapeau 01  Esperaza fabrique de chapeau musée du chapeau 02

Sachez qu'il y a un musée du chapeau à Espéraza avec de nombreuses machines d'époque et toutes les explications sur la fabrication de chapeau.

Et sur place il vous est possible d'acheter des chapeaux d'Espéraza

Toujours lié à l'histoire de Quillan et qui a fait sa richesse : les carrassiers ou les radeliers, les maîtres du flottage du bois !

Un reportage d'ailleurs sur le bois a déjà été réalisé sur ce site, voir ICI

 

radeliers

Les radeliers sur l'Aude en 1910

LES RADELIERS

On ne peut pas parler de Quillan sans parler de la rivière l'Aude qui la traverse.

La force motrice de ce torrent fut très vite mise au service des habitants et l’industrialisation de Quillan s’affirma, depuis la simple création de roues d’arrosage pour les jardins, aux moulins à farine, aux tanneries, tissages de draps, et autres, sans oublier les Forges.

Le dernier moulin des bords de l’Aude, délaissé depuis longtemps, disparut à son tour pour agrandir le quai du Pouzadou, comme allait disparaître aussi l’abattoir, pour des raisons moins évidentes.

Au XVIII ème siècle, l’exploitation des forêts prit une ampleur exceptionnelle. Les créations de scieries se multiplièrent comme en témoignent les nombreuses demandes de créations de barrages. La radellerie fit de l’Aude une voie de transport du bois incontournable.

Il y avait un port à Quillan, il était situé en face du cimetière actuel.

flottage du bois 01Le flottage du bois mené par les radeliers

Les bois destinés au flottage devaient être rassemblés sur le port de Quillan pour y être contrôlés par les officiers de la Maîtrise. Ces bois provenaient des forêts domaniales (entendez par là royales) et particulières situées dans le Donnezan, le Roquefortez, le Pays de Lez, le plateau de Sault, le haut Fenouillèdes et, parfois, le Capcir. Les forêts les plus abondantes et les plus facilement exploitables étaient celles des Fanges, de Callong Picaussel, de Sainte Colombe et de la Bénague. Compte tenu du caractère torrentueux de la rivière et de l'étroitesse de son lit, le flottage s'avérait pratiquement impossible en amont de Belvianes.

Quillan scierie de la forge en 1900La scierie de la Forge à Quillan en 1910 

Il y avait le bois destiné aux moulins à scie locaux (on en comptait de nombreux dans la haute vallée de l'Aude et dans celles du Rébenty et de la Boulzane) et celui acquis par des acheteurs plus lointains, notamment la subdélégation maritime de Narbonne qui devait alimenter les chantiers de l'escadre du Levant. Dans leur grande majorité, les troncs parvenaient au port de Quillan par voie de terre. De lourds attelages, traînés par plusieurs chevaux que l'on doublait dans les côtes, allaient les chercher dans les vastes forêts du Donnezan ou du Pays de Sault, empruntant souvent des chemins que les intempéries, le charroyage incessant et le manque d'entretien rendaient extrêmement pénibles et difficiles; ces voies se transformaient en véritables cloaques lors de fortes pluies ou à la fonte des neiges. Suivant la saison, la descente sur Quillan durait plusieurs jours et il n'était pas rare de voir des attelages embourbés jusqu'aux essieux dans le Portel, dans les vallées du Saint Bertrand, du Rébenty ou de la Bruyante. Convoyer ces pesants chargements sur 20, 30 ou parfois 40 kilomètres relevait quasiment d'une épopée digne du Far West américain, les Peaux Rouges en moins. Les voituriers ou camionneurs ayant la responsabilité de ce transport étaient assurément des hommes solidement trempés, connaissant parfaitement le pays et doués d'une force peu commune.

Ensuite les équipages de radeliers ou plus exactement de carrassiers, pour employer le terme languedocien couramment usité pour les désigner acheminaient tous ses de troncs de mélèzes ou de sapins grossièrement émondés, pesant souvent plus de 100 kg chacun, et qui vont avoir à parcourir près d'une centaine de kilomètres sur un fleuve pas toujours très sage, au lit encombré de pièges divers par voie d'eau en confectionnant des radeaux, c'est ce que l'on appelle le flottage du bois. Sachez qu'à l'époque, le débit de l'Aude était nettement supérieur à celui d'aujourd'hui, les berges plus touffues et moins domestiquées, le lit plus encaissé, conditions qui rendaient encore plus périlleuse la navigation, son débit oscillait entre 3000 et 5000 mètres cubes secondes. Certains radeliers ralliaient Carcassonne en une journée puis continuaient à voguer avec leur chargement jusqu'à Narbonne et revenaient à Quillan par la route.

quillan forêt de callong en 1900

Chargement de bois dans la forêt de Callong à l'ouest de Quillan vers Coudons en 1900

Quillan forêt de carach en 1900

Descente du bois de la forêt de Carach (située au sud-Ouest de Quillan) vers Quillan en 1900. Le chargement était tiré par des boeufs empruntant des chemins très difficiles.

Axat la forêt des Fanges transport du bois en 1900

Le bois venait aussi d'Axat forêt des Fanges en 1905

transport du bois par des mules en 1900

Les mules étaient misent aussi à contribution pour le transport du bois

axat la scierie en 1905

La scierie d'Axat sur les rives de l'Aude en 1900  Quillan scierie pons en 1910

La scierie Pons à Quillan en 1910

usine électrique dans les gorges st georges près-copie-1

A l'entrée des gorges de Saint-Georges près d'Axat se trouvait l'usine électrique photo de 1910

En 1889-90, la ville de Quillan est alors éclairée par quarante et une lanternes au pétrole ; la ville s'est agrandie et le besoin d'un nouvel éclairage est de plus un plus nécessaire. Le maire désigne une commission dont la mission sera de rechercher un nouveau système d'éclairage. La ville optera pour l'éclairage à l'électricité.

 

Quillan, utilisant la force hydraulique de l’Aude, fut la première ville du département  éclairée à l’électricité le 28 juin 1891. L'installation d'éclairage public comprendra 67 lampes dont le pouvoir éclairant total sera deux fois et demie plus intense que l'éclairage actuel. Elle conserve à ce jour son usine électrique et sa régie municipale d’électricité.

Joachim Estrade

Joachim Estrade 

Pour la petite histoire, Joachim Estrade né le 9 janvier 1857 à Beyrède-Jumet (Hautes Pyrénées), fils de Jean Estrade, instituteur communal à Camous et de Jeanne Marie Mont, son épouse. Mis en pension au collège à Carcassonne où il prépare les Arts et Métiers et y est admis en 1873. Il en sort en 1876 major de sa promotion.

Il entre aux Ponts et Chaussées où il travaille aux chemins de fer. C'est ainsi qu'il est amené à connaître la haute vallée de l'Aude et ses habitants. Or dans les années 1880-90, on parlait beaucoup de l'éclairage par l'électricité, il fait un projet pour l'éclairage public de la ville de Quillan et le soumet aux édiles municipaux. Adjudicataire, l'éclairage public de Quillan avec 67 lampes remplaçant trois douzaines de lampes à pétrole, va lui servir de banc d'essai.

Joachim Estrade conçut le projet de transporter sur une centaine de communes de l'Aude plusieurs milliers de KW sous une tension alternative de 20000volts. Cette décision, pour l'époque, était très audacieuse et les soutiens étaient rares. Pour ce faire, il créa une filiale, la "Société méridionale de Transport de Force" qui mit en service fin 1900 une première grosse centrale hydroélectrique dans les gorges de Saint Georges. Un canal d'amenée permettait de disposer d'une chute de 100m alimentant des turbines Pelton pour une puissance totale de 4000 à 6000cv suivant les saisons. Le transport du courant se faisait par une ligne en courant alternatif à 20000 volts. On imagine facilement les problèmes posés par l'installation d'une ligne dans un relief aussi accidenté (crêtes à 1000 m) et les problèmes ensuite de l'exploitation d'une ligne à haute tension (orages, vent, neige, tenue des isolateurs, oiseaux de proie provoquant des court-circuits, animaux nuisibles dans l'usine, etc.) Après l'incendie de cette première usine, une deuxième est construite en 1914 à Gesse avec une chute de 200m, une puissance de 6000kw et une ligne de transport à 35000 volts.

Dépassant le problème de la seule production d'électricité, un barrage est construit ensuite à Puyvalador pour régulariser le cours de la rivière, très demandé par les agriculteurs pour l'irrigation, et permettant aussi d'exploiter par d'autres usines toute la haute vallée de l'Aude. Ce barrage poids, le seul à cette date barrant une vallée des Pyrénées, permet une retenue de 10 millions de m3 et est inauguré en 1928 par le Président de la République Gaston Doumergue, le premier discours étant celui de Joachim Estrade, accueillant les invités.

Joachim Estrade est décédé le 13 février 1936 et est inhumé à Caunes Minervois.

 

Il n’est pas vain de rappeler que la vie près de l’Aude n’est pas toujours sans dangers. Trois ou quatre fois par siècle, l’Aude, paisible fleuve côtier, se transforme en un torrent dévastateur.

Les vieux Quillanais le savent bien, eux qui ont été victimes de la trop fameuse crue de 1917. Plus près de nous qui se souvient des inondations du 13 septembre 1963. Le 21 mars 1974, une nouvelle fois l’Aude se mit en colère. Les riverains avaient de quoi être inquiets : l’eau charriant arbres et détritus de toute sorte avait envahi leurs caves et leurs rez-de-chaussée. L’usine "FORMICA" était évacuée. Tout danger n’est jamais écarté aux bords d’un torrent.

usine électrique dans les gorges st georges près d'axat eL'usine électrique près d'Axat en 1910 à l'entrée des gorges de Saint-Georges

raffting a axat

Le rafting est pratiqué dans le défilé de Pierre Lys près d'Axat

Et pour conclure cette deuxième partie, Marie-Claude P. a voulu participer à sa manière à ce reportage et elle m'a proposé ce joli texte :

COUP DE CHAPEAU

Texte écrit par Marie-Claude P. en hommage à tous ces ouvriers et ouvrières qui ont œuvré pour le succès de la chapellerie de la Haute Vallée de l'Aude

 

(Sur l’air de la chanson composée par Serge GAINSBOURG, interprétée par  Régine : LES P’TITS PAPIERS)

 

Souvenez-vous de ces chapeaux,

Qu’ils soient pointus, ronds, ou lustrés,

De haute forme, plat ou melon,

A bords étroits ou retroussés,

A larges ailes, à deux bonjours(1),

Chapeaux de roses ou bien de plumes,

Ornés de fleurs ou bien d’oiseaux.

 

Découvrez-vous ou coiffez-vous,

Enlevez-le ou mettez-le,

Enfoncez-le ou tirez-le,

Portez-le ou tortillez-le,

Donnez en un ou quelques coups,

Ne  travaillez pas du chapeau,

Attention de n’pas l’avaler.

 

Souvenez-vous de ces chapeaux,

Chapeau de plage ou de magie,

Chapeau chinois,

Chapeau d’gendarme,

Chapeau d’cow boy.

 

Laissez parler les vieux chapeaux,

Chapeau de jardin,

Chapeau de ville,

Chapeau de pluie,

Chapeau  de soleil,

Souvenez-vous.

 

N’oubliez pas les chapeliers,

Tous les fouleurs et les ponceurs,

Les emballeurs et les piqueurs,

Les  bichonneurs, les garnisseurs,

Les  sémousseurs et les cardeurs,

Les panneurs et les apprêteurs (2),

En ont bavé des ronds d’chapeaux.

 

Ne brûlez(3) pas les vieux chapeaux,

De cuir, de feutre, de paille, de soie,

De toile, de v’lours ou de papier,

Souvenez-vous.

 

(1)    Dans le folklore bourbonnais, la femme porte un chapeau de paille (dit à 2 bonjours)  relevé à l’avant et à l’arrière ; ce qui lui permet de saluer deux fois.

(2)    Pour n’oublier personne le texte cite toutes les actions nécessaires à la fabrication d’un chapeau que l'on peut lire dans le reportage de Jean-Pierre.

(3)    Une coutume ancienne  veut qu’un père, après avoir marié sa dernière fille, brûle son chapeau le lendemain. S’en suit une danse autour du feu.

 

Il se passe toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour  ne pas rater le prochain reportage sur Quillan 3ème partie, c'est simple, suivez le conseil indiqué ci-dessous :

 

Ainsi se termine ce second reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

julie 320 x 213 newsletter

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans HISTOIRE
commenter cet article

commentaires

chedomir Vasic 13/10/2017 20:36

Encore une fois, merci bien, Jean-Pierre.
Si je parviens à trouver quelque chose, je vais vous avertir.
Cordialement
Cedomir

Chedomir VASIC 11/10/2017 22:01

Bonsoir.

Mon nom est Cedomir Vasic (Tchedomir Vassitch), et je suis professeur à l'Université des Arts de Belgrade. Pendant plusieurs années je m'occupe de l'oeuvre photographique des frères de Jongh de Neuilly. J'ai organisé une exposition et publié un livre concernant leur travail à Belgrade en 1888. Actuellement je suis en train de constituer un catalogue général de leur oeuvre.
Je viens de découvrir votre très intéressant site sur Quillqn et ses environs. Parmi les photos accrochées j'ai trouvé une: "Manufacture de chapeaux de Mr. Esperezel, Espéraza 1900" que ressemble beaucoup au travail des frères de Jongh. Pourriez-vous me dire qui est l'auteur de cette photo et y-a-t-il un numéro inscrit sur la photo (ou sous passe-partout)?
Merci pour votre bienveillance et patience.

Avec mes salutations les meilleures
Cedomir Vasic

Jean-Pierre 13/10/2017 10:32

Malheureusement les éditeurs de l'époque comme A. MAS n'existe plus.
Vous pouvez consulter comme moi les pages jaunes pour trouver les éditeurs qui pourront peut être vous renseigner comme :
Graphic Service du Limouxin au 06.70.04.97.52 ou Cano et Franck au 04.68.31.03.57 ou encore Vivo Sébastin au 04.68.69.47.11
voilà c'est tout ce que je peux faire pour vous aider. Cordialement Jean-Pierre

Chedomir VASIC 12/10/2017 21:47

Merci beaucoup, Jean-Pierre.
A qui je pourrais m'adresser à Limoux?
Cordialement
Cedomir

Jean-Pierre 12/10/2017 17:23

Bonjour Tchedomir
Toutes les anciennes photos montrant la manufacture de chapeaux datent des années 1900-1910 elles ont été imprimées par les éditions à Espéraza et photographiées par J. Gorgues comme indiqué sur certaines photos. D'autres ont été éditées à Limoux. Cordialement Jean-Pierre

Franck PLOTON 30/12/2014 08:23


Toujours aussi belle cette région empreint d'histoire et de culture,je regarde avec nostalgie ces paysages car ayant habité à Carcassonne j'ai souvent parcouru ces valons .Merci pour votre site.

Prévost 09/09/2014 18:02


Bonjour, à Quillan et dans la haute vallée de l'Aude, nous avons eu deux bienfaiteurs, Félix Armand, et Joachim Estrade le premier à sa statue à Quillan le deuxième au barrage de
Puyvalador (que personne ne voit, car trop éloignée de la route) il eut été judicieux d'en avoir une dans le secteur de Quillan ou au rond point d'Axat ; à méditer .

teyssier d'usclades 02/09/2014 20:44


Bonjour et merci pour cette superbe et pasionnante visite. Je suis à la recherche d'informations concernant les grands batments qui sont à l'abandon, sur la route entre Quillan et Axat. A quoi
servaint-ils? Pouvez-vous m'aider? Merci

Jean-Pierre 03/09/2014 17:57



Siuté sur la rive droite de l'Aude peu après le confluent du Rébenty, c'est me semble t'il une usine qui exploite un gisement de dolomie. Les dolomies, sont constituées de carbonate de calcium et
de magnésium, et sont utilisées en tant que charge minérale dans de nombreuses applications: peintures et enduits, élastomères, papiers et revêtements de sol. Cordialement JP



JP 19/12/2012 17:20


bonjour et bravo pour votre site qui ne ma lasse jamais


quel courage d'entretenir notre mémoire patrimonial !! merci


j'ai découvert les carrassiers en faisant des recherches sur mon village de Montazels. J'ai été stupéfait d'apprendre qu'ils avaient évolué sur toute l'Aude...!!


avez vous plus d'infos sur ces "voltigeurs du bois" ? je ne trouve aucune littérature sur la question.


en vous remerciant 


et si des fois vous faite un article sur Montazels, contactez moi !


cordialement


 

Jean-Pierre 19/12/2012 17:55



Merci JP pour votre commentaire, concernant les carrassiers je prends contact avec vous. Cordialement JP