Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.belcaire-pyrenees.com
  •  www.belcaire-pyrenees.com
  • : BELCAIRE capitale du Pays de Sault en Languedoc Roussillon. Au départ j'ai réalisé ce site pour partager les retrouvailles 33 ans après, de 17 copines, dans cette région authentique préservée en territoire cathare au pied des Pyrénées. Mais je me suis aperçu que l'Aude n'était pas assez mise en valeur, alors amoureux de cette région et la passion étant là, j'ai réalisé des reportages pour vous présenter ce département aux lieux chargés d'histoire. Ce site a pour but surtout de vous faire découvrir cette région authentique, plein de charme qu'il faut aller visiter.
  • Contact

ANNONCES-MESSAGES-ACTUALITÉS

Ils veulent vous informer !

Pour découvrir les annonces

  cliquez sur la photo

Photo pour les annonces 02

Faites Une Recherche Sur Ce Site

LIENS UTILES

En cliquant sur l'une des images ci-dessous :

1 - vous pouvez écouter Radio Montaillou en direct

 

logo 01cliquez sur le logo RADIO MONTAILLOU ci-dessus pour écouter la Radio en direct
(en cliquant sur leur site en haut à droite)
pendant que vous consultez les pages du site
 

 

 

Pour suivre la progession et connaître la position des ours dans les Pyrénées
téléphonez au 05.62.00.81.10
 
Vous pouvez m'écrire
CLIQUEZ SUR LE PETIT CHIEN ROMÉO POUR ME CONTACTER
 
 
LIVRE D'OR
cliquez sur la photo pour déposées vos marques de sympathie et pour les visionner

Gîtes dans une ancienne école place du village de Comus, village situé
sur le tracé de l'emblématique Sentier Cathare et à proximité des gorges de la Frau et de Montségur
 
Locations gîtes et chambres d'hôtes à Ignaux dans les montagnes des Pyrénées
en Haute-Ariège près d'Ax-les-Thermes
 
Hôtel Restaurant Bayle ** à Belcaire

 

Sites d'Ami(e)s

Les Amis du Sabarthez de Pierre Cortinas

 

Pour le développement du tourisme au Pays de Sault :

     l'Association le Grand Sault

 

on y trouve des renseignements intéressants sur ce site :

     Chambre d'Agriculture de l'Aude

 

Logo réduit office du tourisme du pays de sault

Office du Tourisme du Pays de Sault

Chemin départemental 613

11340 ROQUEFEUIL

Tél : 04.68.20.75.89

 

Retour à la page d'accueil

LES LIVRES CONSEILLÉS

Nouvelle Rubrique pour découvrir

des livres intéressants

cliquez sur la photo

livres conseillés

MESSAGE

1 septembre 2011
bandeau sapeur-pompier 01hommage aux sapeurs pompiers 11

Je vous propose aujourd'hui un reportage spécial, qui ne peut pas vous laisser indifférent, cet hommage aux sapeurs-pompiers de l'Aude a été réalisé avec une première partie racontant l'histoire de cette corporation et une seconde partie plus proche du terrain si je puis dire, avec des témoignages. Je vous rappelle qu'il est toujours possible de compléter cette partie. Je remercie Pierre Clottes, Gérard et Henri Toustou pour leur participation à ce reportage, sans eux il n'y aurait pas la centaine de photos qui documentent ces chroniques.

J'espère que vous apprécierez cet article "généreux et vivant", n'hésitez pas à laisser des commentaires en bas du reportage… je vous souhaite une bonne découverte ….

 

Les Français aiment les Sapeurs-Pompiers. Dans toutes les villes de France on les acclame, on les fête, on a un faible pour eux.

Cela s'explique aisément. Les sapeurs-Pompiers sont d'une utilité incontestable, le feu étant comme l'eau une chose nécessaire mais parfois bien dangereuse. Quoi de plus terrible qu'un incendie ou qu'une inondation ? L'un et l'autre sont la source de calamités épouvantables, des désastres inoubliables. Sans les Pompiers, que deviendrions-nous bien souvent ! L'histoire est là pour nous montrer les désastres important occasionnés par les incendies. Sans les braves Pompiers, il est certains que ces désastres auraient été bien plus grands encore. Songeons qu'un petit incendie, qu'on aurait pu facilement éteindre à son début, peut devenir la cause d'une grande ruine. Combien de malheurs ont été évités par le dévouement des Sapeurs-Pompiers ? On ne le saura jamais, et la gratitude envers eux ne pourra jamais être assez grande.

pompier 01

HISTOIRE, VOICI COMMENT EST NÉ LE CORPS DES SAPEURS-POMPIERS

L'histoire, ce fut dès les rois de la première race, que des vigiles ou gardes de nuit furent chargés de veiller aux incendies. Un décret du roi Clotaire II, daté de 595 ordonne de surveiller les maisons la nuit, moment propice aux incendies, à l'époque toutes les constructions étaient en bois et serrées les unes contre les autres. En 803, Charlemagne donna l'ordre, sous peine d'amende, à un certain nombre d'habitants de chaque ville, de veiller à la sécurité de tous à propos des incendies. Les premiers Sapeurs-Pompiers sont ainsi nés !

Jusqu'au règne du roi Louis XIV, il n'exista dans les grandes villes que des moyens absolument dérisoires, complètement inefficaces, pour combattre le feu et arrêter les incendies. Il faut savoir que l'on utilisait les membres des communautés religieuses et principalement les Capucins comme pompiers, et le matériel consistait en un certain nombre de seaux en bois ou en fer, qu'on réunissait dans un hangar de la communauté, afin de pouvoir porter secours dans les cas urgents.

Par une ordonnance du mois de décembre 1254, le roi Saint-Louis autorisa la création de guets pour assurer la sécurité des villes notamment à Paris. Tout cela était bien dérisoire, et il fallut attendre le commencement du XVIIIème siècle pour voir un commencement de sérieuse protection.

Les premiers tuyaux d'incendie furent mis au point par l'inventeur néerlandais Jan Van der Heiden en 1672. Ils étaient fabriqués en cuir souple et assemblés tous les 15 mètres à l'aide de raccords en laiton. La longueur et les raccords ont donné naissance aux normes actuelles.

À la même époque, aux États-Unis, la ville de Jamestown, Virginie a été complètement détruite par un incendie au mois de Janvier 1608. Un système de " surveillants " des incendies fut mis en place dans la ville de New York en 1648. Les surveillants avaient pour mission de patrouiller à travers la ville en inspectant les cheminées des bâtiments. Les tours de garde étaient réalisés par huit personnes, qui réveillaient les habitants pour combattre l'incendie, si nécessaire avec de simples seaux d'eau. À Boston, les importants incendies qui eurent lieu en 1653 et 1676 ont incité la ville à prendre d'importantes mesures pour lutter contre les incendies.

Belcaire pompe à bras

Voici une magnifique pompe à bras d'époque exposée dans une vitrine du centre de secours de Belcaire

IMGP1657  IMGP1658

Cette pompe à bras est visible aussi de la rue longeant le Centre de Secours de Belcaire

Les premières pompes à incendie vont faire leur apparition, octobre 1699, le roi Louis XIV accorde le privilège au sieur François Dumouriez Dupérier de construire et de vendre dans toute la France des pompes portatives, analogues à celles qu'on voyait en Allemagne, en Angleterre et en Hollande, pays précurseurs. En 1716, Dupérier fut nommé directeur des pompes, ce fut le premier noyau du corps des Sapeurs-Pompiers. L'uniforme consistait alors uniquement en un chapeau de feutre couvert d'un tissu en fil de fer, auquel était jointe une visière relevée. En 1720, le chapeau fut remplacé par une calotte de fer, portant sur le devant une plaque de même métal. Au début de 1801, leur uniforme se composait d'un casque en cuivre, d'un habit de drap bleu roi et d'une culotte bleue avec des guêtres rouges (la couleur du feu) !

En 1810, pendant un bal, un violent incendie éclata à l'ambassade d'Autriche, rue Mont-Blanc à Paris. Cet incendie, où l'on s'aperçut de l'insuffisance des moyens de secours, fut la cause indirecte de la création du régiment des Sapeurs-Pompiers.

IMGP1660Le Centre de secours de Belcaire (Aude) 

IMGP1659b

Voici la plaque commémorant le nouveau Centre de secours de Belcaire (Aude) le 7 juin 2004

IMGP1664   IMGP1654

Différentes vues du Centre de secours de Belcaire (Aude)  

camion de Belcaire VSAV 2 BELCAIRE

Véhicule VSAV 2, ambulance du Centre de Secours de Belcaire

Ce véhicule permet le transport de victimes, entre le lieu de l'intervention et un centre hospitalier.
Il nécessite un entretien tout particulier, c'est à dire qu'il doit être parfaitement sain, une désinfection simplifiée (sols, mains courantes, ect ...) est effectuée après chaque retour d'intervention

IMGP1655   IMGP1897 premier local qui servait a entreposer le matérie

A gauche, la porte automatisée du Centre de Secours actuel de Belcaire. La photo de droite, montre le premier local (un simple garage) qui servait à entreposer le matériel incendie prés du Casteillas à Belcaire.

La caserne de Belcaire a changé 3 fois de lieu, au départ elle se situait au "Casteillas" au réservoir d'eau (photo ci-dessus), on y entreposait le matériel, motopompe, lances et tuyaux, seaux de toiles. Le second lieu lançait la modernisation de la structure et pris le nom de caserne au quartier Gardouch, prés de l'ancienne perception et des anciennes écoles. Les WE et jours de fêtes, il y avait foule devant les locaux quand la sirène venait de retentir, l'angoisse des parents était très palpable, on attendait les premières informations sur l'intervention, la peur qu'un proche, un ami ne soit touché par le sinistre ou l'accident. Dans ces années là, les codes de la sirène se décomposaient ainsi : 1 sonnerie, feu au village - 2 sonneries feu à l'extérieur - 3 sonneries accident routier ou médicalisé - 4 sonneries interventions spéléo ou montagne - 5 sonneries PLAN ORSEC. Maintenant les interventions sont plus discrètes les sapeurs possèdent des "bips", qui les informe d'un sinistre.

IMGP1656b

On n'oublie pas le blason des sapeurs-pompiers de Belcaire en bonne place dans la caserne

Caserne de Belcaire 01

L'intérieur du garage actuel de la caserne de Belcaire

caserne de Belcaire 2A l'intérieur du garage de la caserne de Belcaire, les véhicules sont toujours prêts pour des interventions d'urgence

camiva-1

Le CCF 4000 de chez Camiva, véhicule tout terrain d'intervention rapide ...

camiva-2  camiva-3

 ... fait parti du parc automobiles du Centre de Secours de Belcaire ...

camiva-4... voici une photo de l'arrière du CCF 400 Camiva, il est équipé d'une pompe et d'une citerne pour des interventions entres autres, sur des feux de forêt 

Un mot sur ce qu'il faut bien appelé : le premier pompier de France

On peut dire que le premier pompier de France, fut François Dumouriez Dupérier qui était à l'origine un obscur comédien qui fut admis à la Comédie Française le 6 novembre 1686, il resta à la Comédie jusqu'en juillet 1705 et obtint sa retraite définitive le 19 octobre suivant, avec une pension de mille livres. Son nom serait tout à fait oublié aujourd'hui, si son seul talent de comédien avait dû le faire survivre. Dupérier a monté par la suite de nombreuses autres affaires de tous genres, mais la plus importante de toutes est son entreprise de pompes à incendie (brevet avec privilège datant du 12 octobre 1699), dont il eut l'absolue et première initiative. Il faut préciser qu'avant lui on ignorait en France l'usage de la pompe portative. Il organisa aussi le corps des gardes-pompes, ce comédien né en 1650, fut le premier pompier de France, plus d'un siècle avant la création du corps des sapeurs-pompiers par le décret impérial du 18 septembre 1811. Dupérier décédera le 21 juin 1723 à l'âge de 73 ans, son fils François Nicolas lui succéda.

Bien avant la création du corps des sapeurs pompiers, de nombreuses réflexions furent menées, au fil du temps, l'importance d'un service de pompiers bien organisé était incontestable, il fallait des hommes de métier disponibles ayant une parfaite connaissance du feu et du matériel pour le combattre.

camiva-5

Le CCF 4000 de chez Camiva équipant le Centre de Secours, on le voit ici près du Foirail de Belcaire, rejoignant sa base

A la suite de l'incendie de l'ambassade d'Autriche le 1er juillet 1810, Napoléon créa le premier corps professionnel de sapeurs-pompiers. Il organisa les pompiers de Paris sous la forme d'un corps militaire du génie par le décret du 18 septembre 1811. C'est depuis ce décret que le terme sapeur-pompier est utilisé officiellement. Le terme sapeur vient de l'appartenance du corps au génie.

D'où vient exactement le nom de Sapeur-pompier :

Au Moyen Âge, les Sapeurs Pompiers "sapaient" le feu. C'est-à-dire qu'ils isolaient le foyer. À l'époque, il n'y avait pas de réseau de distribution de l'eau et la majorité des maisons étaient en bois et lorsqu'un feu se déclarait, les secours abattaient tous ce qui se trouvait autour afin de limiter la propagation du feu. D'où l'expression saper ou faire la part du feu. Ce qui donna le nom de sapeur au service d'incendie.

En 1811, Paris sera la seule ville de France ayant des Pompiers militaires.

En  1815, le ministre de l'intérieur demande aux préfets de constituer, sous l'autorité des maires, un service de lutte contre le feu.
En 1831, une partie du corps des pompiers est affectée à la garde nationale, dont les missions étaient le service d'ordre et d'honneur et la lutte contre le feu.
Le premier camion à vapeur hippomobile pour le combat contre le feu a été inventé en 1829, mais il ne fut pas accepté dans la lutte contre les incendies avant l'année 1860, puis il fut encore oublié pendant deux autres années. Les pompes à incendie à moteur à combustion interne arrivèrent en 1907. Construites aux États-Unis, elles menèrent au déclin et à la disparition les moteurs à vapeur dans les années 1925.

La création de bouches d'incendie remonte à l'année 1872.

La sirène officielle des véhicules des pompiers ou "corne à feu" correspond aux notes de musique si et la. On l'appelle le "deux tons".

Le fameux liseré rouge cousu sur le pantalon des pompiers s'appelle : le passepoil. L'origine de se passepoil à paraît-il été cousu là, pour éviter que les pompiers ne puissent pas porter leurs vêtements dans le civil en dehors de leurs missions à une époque où ils ne disposaient que de faibles revenus

En 1875, le 29 décembre, un décret fixe les bases des corps départementaux qui prévoit l'Inspection départemental, le recrutement, les missions, le matériel, l'habillement.
Paris a été doté en 1883 et1886 d'avertisseurs publics d'incendie, dits boîtes d'alarme de rue. Ces boîtes, système G.Petit, étaient construites par Bréguet.

camion de Belcaire CCF RENAULT M180 4000 L équipé par CAM  IMGP0506

A gauche, le camion de Belcaire CCF 4000 RENAULT M180 4000 L équipé par CAMIVA. A droite, un camion citerne Berliet sur le circuit de Nogaro dans le Gers, ce type de véhicule équipe très souvent les petits  Centre de Secours.

année 75-80 transport d'eau à Galinagues GMC MAGIRUS BERL

Transport d'eau à Galinagues (Aude) avec un GMC MAGIRUS BERLIET années 1975-80

année 75-80 transport d'eau à Galinagues GMC MAG-copie-1  année 75-80 transport d'eau à Galinagues GMC MAG-copie-2

Transport d'eau à Galinagues (Aude) avec un GMC MAGIRUS BERLIET années 1975-80

année 75-80 4x4 en difficulté photo n6

Un 4x4 en difficulté en forêt ! (photo années 75-80)

sapeurs pompiers009

Mobilisation de Centres de Secours sur le feu de forêt d'Alairac (Photo du SDIS 11)

année 75-80 transport d'eau à Galinagues GMC MAG-copie-3Les véhicules de secours sont soumis à rude épreuve

sapeurs pompiers006

Sapeurs-Pompiers en intervention sur le feu à la scierie de Belfort (Aude) (Photo du SDIS 11)

La question des sauvetages dans les incendies où tout autre accident, occupe une des premières et des plus importantes places, sauver son semblable dans un sinistre est la première préoccupation des sapeurs-pompiers. Celui qui est appelé à faire un sauvetage de personnes doit être capable de juger rapidement la situation et prendre une détermination soudaine. Le rôle du sauveteur est aventureux, mais le sapeur est un professionnel qui est familiarisé avec le danger.

Le service des sapeurs-pompiers dans les départements a été organisé par décret en date du 9 janvier 1879.

Il est évident que le chiffre des officiers et des hommes est proportionné à l'importance de la population et à la richesse du budget.

En 1889, 24000 communes en France n'étaient  pas équipées de matériel incendie, en effet cela à un coût. Les frais d'entretien des compagnies de sapeurs et de leur matériel, incombent aux communes.

En 1925, nomination auprès du préfet des premiers inspecteurs départementaux des Services d'Incendies et de Secours qui devinrent plus tard les premiers.
 A la fin de la seconde guerre mondiale, les missions se sont diversifiées, les sapeurs pompiers volontaires et professionnels se sont organisés.  La loi du 23 février 1944 rattache les sapeurs pompiers au ministre de l'intérieur. Les matériels roulants et de communication ont augmenté en qualité et en nombre.
Le 23 juillet 1973, création de la direction de la sécurité civile, puis la direction de la défense et de la sécurité civile, avec une sous-direction des services de secours et des sapeurs pompiers.
 Jusqu'à la fin du 20ème siècle, les maires ont assumés la responsabilité de la sécurité sur leur territoire communal. Il a fallu attendre 1996 pour qu'une organisation départementale se substitue entièrement au cadre communal et intercommunal.

La sécurité des habitations est primordiale, quelle que soit la rapidité avec laquelle accourent les sapeurs-pompiers avec leur matériel, ils ne peuvent être là avant le commencement de l'incendie, ni même au moment où le feu éclate. L'évacuation rapide en cas d'incendie par des issues de secours est un progrès. C'est pourquoi les normes de sécurité en matière de construction ont beaucoup évoluées, il reste encore des choses à faire pour éviter des drames et des dégâts irréversibles. D'ailleurs à ce sujet, le 8 mars 2015 au plus tard, tous les logements devront être équipés d'au moins un détecteur de fumée. Équipez-vous dés maintenant, acheté cet appareil aux normes NF pour une quinzaine d'euros, qui fonctionne avec une pile, simple à poser, il peut sauver des vies.

sapeurs pompiers011

Il n'y a pas que des interventions sur des incendies, les sapeurs-pompiers sont présents aussi sur les lieux d'accidents de la route comme ici à Lapeyre (Aude) (Photo du SDIS 11)

Les sapeurs-pompiers font aussi des interventions diverses et spécialisées :

Parmi les opérations réalisées par les sapeurs-pompiers, il y a également ce que l'on appelle les interventions diverses : destruction de nids d'insectes, déblocage d'ascenseurs, inondations, risques d'effondrements, sauvetage d'animaux, fuite de gaz….

casque 1

Henri Toustou, ancien sapeur-pompier volontaire a conservé précieusement son casque qu'il porta lors de son engagement en 1977 jusqu'en 1989

carte de sapeur pompier d'HenriMerci à Henri pour son témoignage dans un engagement qui lui tenait à coeur, et il est toujours fier de l'avoir bien accompli

basile au lac 1983

Le voici Henri Toustou en tenu de pompier près du lac de Belcaire en 1983, six années ont passées depuis son engagement en 1977

STATUT DES SAPEURS-POMPIERS

Il y a en France trois statuts de sapeurs pompiers relevant du service public : les sapeurs pompiers volontaires, les sapeurs pompiers professionnels et les pompiers militaires. A l'exception des membres de la brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP), du bataillon de marins pompiers de Marseille (BMPM) et des unités d'instruction et d'intervention de la Sécurité civile (l' UIISC 1 à Nogent le Rotrou, la 7 à Brignolles et la 5 à Corté), tous les autres sapeurs-pompiers sont civils (professionnels ou volontaires), et dépendent administrativement du Service départemental d'incendie et de secours (SDIS) de chaque département.

année 99 défilé dans la grande rue d'Espezel photo n35

1999, les sapeurs-pompiers défilent pour le 14 juillet dans la "Grande Rue" d'Espezel (Aude), Gérard Toustou en tête avec la relève !

année 99 remise de la fourragère à Castelnaudar-copie-1

Année 2000, remise de la fourragère à Castelnaudary, décernée par le ministre de l'intérieur Jean-Pierre Chevènement après les inondations importantes dans l'Aude en novembre 1999 qui ont fait 19 morts et 9 disparus.

année 99 remise de la fourragère à Castelnaudary photo n

Année 2000 remise de la fourragère à Castelnaudary, on lit la fierté sur le visage de Gérard Toustou, au centre.

Cette cérémonie se déroula le 27 mai 2000 à Castelnaudary. A ce titre, tous les corps et toutes les unités seront représentés. Avec leurs engins, ils défileront dans les rues de la capitale du cassoulet. Des démonstrations d'opération seront aussi effectuées. Enfin, pour leur action pendant les inondations du 13 et 14 novembre 1999 et pendant les semaine qui ont suivi, l'ensemble des pompiers de l'Aude, recevront la fourragère.

 

STATUT ET DROIT DU SAPEUR-POMPIER VOLONTAIRE

Qu'ils soient instituteurs, chefs d'entreprise, voire étudiants... ils ont décidé de mener de front une carrière professionnelle et un engagement dans les services de secours.

Chaque département compte aujourd'hui  des sapeurs-pompiers volontaires. Des hommes et des femmes, citoyens ordinaires qui, en parallèle de leur profession ou de leurs études, tout en tenant compte de leur vie familiale, ont choisi de conserver une disponibilité suffisante pour être en capacité à répondre aux besoins du centre de secours dont ils dépendent. Ils suivent régulièrement des formations et peuvent assurer tous les types de missions incombant aux services d'incendie et de secours. 54% des volontaires ont moins de 35 ans. Ils perçoivent une indemnité sous forme de vacations horaires ainsi qu'une "prestation de retraite" lorsqu'ils ont accompli au moins vingt ans de service.

année 95 stage poids lourd à Narbonne photo n37

Gérard Toustou pompier à la retraite de Belcaire, se souvient de l'année 1995 où il effectua un stage poids lourd à Narbonne

année 95 stage poids lourd à Narbonne photo n36

   Narbonne, année 1995, stage poids lourd pour les sapeurs-pompiers conducteurs d'engins 

année 95 stage poids lourd à Narbonne photo n38

Stage poids lourd à Narbonne, année 1995

Ils suivent régulièrement des formations et peuvent assurer tous types de missions de secours.

La hiérarchie des sapeurs-pompiers volontaires comprend :

Les sapeurs-pompiers de 2ème classe et de 1ère classe ;

Les caporaux ;

Les sous-officiers : sergents et adjudants ;

Les officiers : majors, lieutenants, capitaines, commandants, lieutenants-colonels et colonels.

L'activité du sapeur-pompier volontaire donne lieu à :

- une protection sociale si accident ou maladie contractée lors d'une intervention ;

- une négociation avec l'employeur pour que ce dernier puisse dégager du temps libre à l'employé afin qu'il suive une formation ou pour le rendre disponible lorsqu'il est déclenché pour une intervention ;

- une perception de vacations horaires fixées en fonction du grade et du service rendu (6 à 10 €). Ces vacations ne sont assujetties ni à l'impôt, ni aux prélèvements sociaux. Elles sont cumulables avec tout autre revenu ou prestation sociale ;

- à une prestation de fidélisation et reconnaissance, versée à la retraite.

défilé de QuillanCette photo a été prise le 11 mai 1986, lors du défilé  du congrès des sapeurs-pompiers à Quillan (Aude).

C'est le premier défilé du Centre de Secours de Belcaire, tenue de montagne pour ceux debouts, et spéléo pour ceux accroupis.

Debout de gauche à droite : ? , MORA Jean-Luc, JUSTO Didier, LAPORTE, CLOTTES Pierre, TOUSTOU Georges (l'actuel chef de corps) et TOUSTOU Gérard

Accroupis de gauche à droite : SANSA Gabriel, TOUTOU Henri, AINIÉ Jean-Pierre, GUE Gilles, GRAUBY Jean, et CAMURAC Jean-Baptiste

défilé QUILLAN 3

11 mai 1986, lors du défilé  du congrès des sapeurs-pompiers à Quillan (Aude), Henri TOUSTOU et Gilles GUE assis sur le Land Rover.

défilé QUILLAN 2

11 mai 1986, lors du défilé  du congrès des sapeurs-pompiers à Quillan (Aude), Henri TOUSTOU et Gilles GUE assis sur le Land Rover. A droite, un véhicule Renault " Goélette "

LA RÉMUNÉRATION DES SAPEURS-POMPIERS VOLONTAIRES

Pour l’exercice de leurs missions et les actions de formation auxquelles ils participent, les sapeurs-pompiers volontaires ont droit à des vacations horaires dont le taux de base est fixé en fonction de leur grade. Ces vacations horaires sont versées aux intéressés par le SDIS, la commune ou l’établissement public dont ils relèvent. La loi du 3 mai 1996 précitée précise qu’elles sont cumulables avec tout revenu ou prestation sociale et ne sont assujetties à aucun impôt, ni soumises aux prélèvements prévus par la législation sociale. De surcroît, elles sont incessibles et insaisissables. Aux termes d’un arrêté ministériel du 7 janvier 2000, le taux de la vacation horaire de base est aujourd’hui fixé de la manière suivante :

- Officiers : 10,08 €

- Sous-officiers : 8,11 €

- Caporaux : 7,21 €

- Sapeurs-pompiers : 6,71 €

Le montant de la vacation allouée au sapeur-pompier volontaire pour l’exercice d’une mission à caractère opérationnel est ensuite calculé en fonction du temps passé en service. Celui-ci est décompté à partir de l’alerte du sapeur-pompier volontaire jusqu’au moment où il quitte le centre d’incendie et de secours après remise en état du matériel utilisé. Le cas échéant, l’autorité territoriale compétente peut, dans la limite d’une demi-heure, augmenter le temps passé en service afin de tenir compte du délai nécessaire au sapeur-pompier volontaire pour son retour sur son lieu de travail.

Pompiers de Belcaire effectif sous le commandement de Guy B

Les Sapeurs-Pompiers de Belcaire, effectif ici sous le commandement de Guy Bayle promu chef de corps le 1er janvier 1983.

Voici quelques noms des Sapeurs-Pompiers figurant sur cette photo, de gauche à droite, mis à part ceux qui sont cachés :  LAFON René, JEAN Pierre, GRAUBY Jean, ADROIT Joseph, BOULBES Jean Pierre, CAUX Joseph (en partie caché), FOURIE Paul, ADROIT Jean-Pierre, CAVAILLES Daniel, BAYLE Guy, BEDOS Pierre (capitaine médecin), CAMURAC Jean-Baptiste, JASSIN Jean-François; TOUSTOU Gérard.

Les chefs de corps qui ce sont succédés depuis la création du Centre de Secours de Belcaire en 1968 il y a eu : MEDUS Justin (maçon), CLOTTES Pierre (instituteur), BAYLE Guy (restaurateur), ADROIT Marius (électricien), CAVAILLES Daniel (employé de prefecture-conseiller technique départemental), TOUSTOU Gérard (menuisier), TOUSTOU Georges (employé municipal et actuel chef de corps).

Pour info, les médecins-pompiers se reconnaissent grâce à leur képi de couleur bordeaux. Le docteur BEDOS a servi dans le Corps des Sapeurs Pompiers de Belcaire sous pratiquement tous les Chefs qui l'ont commandé.

année 86 chasse neige sortie de route dans Laperg-copie-1

Le chasse-neige a fait une sortie de route près de Trassoulas (Aude), c'est ballot ! Il faut dire que la route est étroite dans ce secteur (photo datant de 1986) ...

année 86 chasse neige sortie de route dans Laperge photo n

... dégagement à la pelle du chasse-neige ayant chassé ...

année 86 chasse neige sortie de route dans Laperg-copie-2

... intervention des sapeurs-pompiers, avec leur véhicule Dodge 4x4, le chasse-neige a pu être redressé (photo datant de 1986) ...

année 86 chasse neige sortie de route dans Laperg-copie-3

... sorti d'affaire, il a repris son travail de déneigement grâce à l'intervention des hommes du feu (photo datant de 1986).

Voici un petit topo sur l'organisation administrative des Centres de Secours actuels

Les sapeurs-pompiers dépendent de la Direction de la sécurité civile (DSC) du ministère de l'Intérieur. Au niveau départemental, ils sont sous la responsabilité du préfet de département (du préfet de police pour Paris et la petite couronne). Ils sont employés et sont gérés par le Service départemental d'incendie et de secours (SDIS) qui est un établissement public autonome, géré par un conseil d'administration (CASDIS) composé d'élus. Les SDIS sont commandés par des colonels des sapeurs-pompiers.

La lutte contre les calamités sur une commune est du ressort du maire ; initialement, les sapeurs-pompiers étaient communaux. La loi de finances de 1898 prévoyait, pour la première fois, une subvention de l'État aux communes pour organiser cette lutte contre l'incendie, et celle-ci devient un poste de dépense obligatoire en 1913. Un changement de fond a eu lieu à la fin des années 1990 – début des années 2000 avec la départementalisation : les sapeurs-pompiers sont désormais rattachés au département via le SDIS, et les municipalités financent le SDIS de manière obligatoire. Cette départementalisation s'est accompagnée d'une "rationalisation" des moyens, c'est-à-dire du regroupement des petits centres de première intervention (CPI) et donc de la disparition de certains de ces centres, ce qui a provoqué un grand mécontentement tant du côté des sapeurs-pompiers, qui perdaient le contact avec la commune, que des élus et des citoyens, qui voyaient disparaître le CPI de proximité.

ASSET Louis 87 ans photo sépia

   Document exceptionnel et exclusif, cette photo extraite d'un journal datant de 1954, elle a été publiée dans une édition de "Nord Matin", de qui s'agit-il ?

Ce monsieur, c'est Louis ASSET, à cette époque en 1954, il avait 87 ans, il était  le plus vieux Sapeur-Pompier de France.
Il comptait pas moins de 61 années de présence effective à la compagnie de la ville d'Avion (Nord). Mr ASSET ne fut pas un pompier d'opérette, ancien mineur, il descendit à la fosse à 13 ans.
 
à suivre ... ne ratez pas la seconde partie qui est en cours de montage ... il y aura encore plein de photos souvenirs ...

--------------------------------------

 

Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, peut être pour des enfants d'effectuer un travail de groupe dans une classe d'école primaire. Par exemple, vous voulez "parler" et faire découvrir votre village audois, comment faire ? C'est simple, ce n'est pas compliqué, il suffit de taper votre article au format word ou avec tout autre logiciel de traitement de texte, d'y incorporer vos dessins, photos ou de me les envoyer à part, je me charge du montage sur le site ... Et, s'il vous vient tout simplement une idée de sujet que vous voudriez voir diffuser sur ce site, pourquoi pas, sautez le pas, contactez moi.

Ainsi se termine ce reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

Julie logo aout 2011 500x330 

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans ARTICLES DIVERS
commenter cet article

commentaires

Chauvin Ludovic 21/03/2012 22:41


Bravo et félicitation pour cet hommage, ce reportage riche en documents et photos...  


C'est du travail de pro !


Ludo.


Un collègue du littoral !

bonafous 08/09/2011 21:57



superbe bravo un collegue sapeurs pompiers a caunes. c du bon travail !!!!!!!!!!!!!!!



Jean-Pierre 09/09/2011 08:12



Merci, c'est une récompense d'être lu et surtout de voir son travail apprécié, par la corporation des sapeurs-pompiers, merci de l'avoir écrit ! Vos témoignages iront aussi droit au coeur des
participants à ce reportage qui vont être eux aussi satisfaits. Cordialement, Jean-Pierre



mouneluna 01/09/2011 11:38



bravo a tous les sapeurs pompiers qui sont au service de la population et qui sont parfois cruellment touché dans leur corps et dan sleur chair