Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.belcaire-pyrenees.com
  •  www.belcaire-pyrenees.com
  • : BELCAIRE capitale du Pays de Sault en Languedoc Roussillon. Au départ j'ai réalisé ce site pour partager les retrouvailles 33 ans après, de 17 copines, dans cette région authentique préservée en territoire cathare au pied des Pyrénées. Mais je me suis aperçu que l'Aude n'était pas assez mise en valeur, alors amoureux de cette région et la passion étant là, j'ai réalisé des reportages pour vous présenter ce département aux lieux chargés d'histoire. Ce site a pour but surtout de vous faire découvrir cette région authentique, plein de charme qu'il faut aller visiter.
  • Contact

ANNONCES-MESSAGES-ACTUALITÉS

Ils veulent vous informer !

Pour découvrir les annonces

  cliquez sur la photo

Photo pour les annonces 02

Faites Une Recherche Sur Ce Site

LIENS UTILES

En cliquant sur l'une des images ci-dessous :

1 - vous pouvez écouter Radio Montaillou en direct

 

logo 01cliquez sur le logo RADIO MONTAILLOU ci-dessus pour écouter la Radio en direct
(en cliquant sur leur site en haut à droite)
pendant que vous consultez les pages du site
 

 

 

Pour suivre la progession et connaître la position des ours dans les Pyrénées
téléphonez au 05.62.00.81.10
 
Vous pouvez m'écrire
CLIQUEZ SUR LE PETIT CHIEN ROMÉO POUR ME CONTACTER
 
 
LIVRE D'OR
cliquez sur la photo pour déposées vos marques de sympathie et pour les visionner

Gîtes dans une ancienne école place du village de Comus, village situé
sur le tracé de l'emblématique Sentier Cathare et à proximité des gorges de la Frau et de Montségur
 
Locations gîtes et chambres d'hôtes à Ignaux dans les montagnes des Pyrénées
en Haute-Ariège près d'Ax-les-Thermes
 
Hôtel Restaurant Bayle ** à Belcaire

 

Sites d'Ami(e)s

Les Amis du Sabarthez de Pierre Cortinas

 

Pour le développement du tourisme au Pays de Sault :

     l'Association le Grand Sault

 

on y trouve des renseignements intéressants sur ce site :

     Chambre d'Agriculture de l'Aude

 

Logo réduit office du tourisme du pays de sault

Office du Tourisme du Pays de Sault

Chemin départemental 613

11340 ROQUEFEUIL

Tél : 04.68.20.75.89

 

Retour à la page d'accueil

LES LIVRES CONSEILLÉS

Nouvelle Rubrique pour découvrir

des livres intéressants

cliquez sur la photo

livres conseillés

MESSAGE

19 juillet 2014
bandeau-villages-de-l-aude-825x250.jpgbandeau livre 01

Voici cette seconde partie que vous attendez toutes et tous. La proximité du canal du Midi a rendu à une certaine époque pas si lointaine, un grand service au village de Mirepeisset et à sa région, je vais vous en dire deux mots. Et, suivra l'interview de Kathy Falguera notre romancière, ainsi que des photos d'articles de presses, la présentation de ses romans, des photos de ses conférences et de ses dédicaces.

Si vous désirez adresser un message à Kathy Falguera, n'hésitez pas à laisser vos impressions et commentaires en bas du reportage.

logo label Pays Cathare 02

 

Mirepeisset 011 port la RobineLe port de la Robine sur le canal du Midi proche de Mirepeisset, se situe après avoir passé le pont-canal de la Cesse sur la gauche.

Mirepeisset carte 03b

Voici une carte pour mieux comprendre la navigation aux environs de Mirepeisset.

Au-dessus de Saint-Nazaire-d'Aude vous avez le canal du Midi qui suit sa route après le pont-canal vers Béziers pour rejoindre la mer à Sète.

Juste après le pont-canal vous avez le canal de Jonction qui vous offre une autre possibilité de rejoindre la mer via le canal de La Robine, en passant par Narbonne puis à travers les étangs de Bages et de Sigean tout en longeant la réserve naturelle de l'île Sainte-Lucie pour enfin atteindre la mer Méditerranée à Port-la-Nouvelle.

 

Kathy Falguera vous fait profiter de sa balade le long de la Rigole et nous propose de nombreuses photos que voici :

LES PONTS ET PASSERELLES QUI ENJAMBENT LA RIGOLE A MIREPEISSET

 

Mirepeisset 027 Pont 1

Mirepeisset, ici la prise d'eau de la Roupille, elle permet par la Rigole d'alimenter le canal du Midi depuis la retenue d'eau de la Cesse. On voit, à droite, la Cesse s'écouler en contre bas.

Mirepeisset 028 Pont 2

Mirepeisset, pont qui enjambe la Rigole et qui mène au parc la Garenne (passage en voiture possible).

Mirepeisset 029 Pont 3a

Mirepeisset, passerelle qui amène au village par la descente des Carrassiers.

Mirepeisset 030 Pont 3b

Mirepeisset, passerelle qui amène au village par la descente des Carrassiers.

Mirepeisset 031 Pont 3c

Mirepeisset, passerelle qui amène au village par la descente des Carrassiers.

Mirepeisset 032 Pont 4a

Mirepeisset, la vanne au bas des remparts (amont et aval). Elle permet de réguler le débit de la Rigole dans les deux sens (canal du Midi / Cesse ou Cesse / canal du Midi).

Mirepeisset 033 Pont 4b

Mirepeisset, la vanne au bas des remparts (amont et aval). Elle permet de réguler le débit de la Rigole dans les deux sens (canal du Midi / Cesse ou Cesse / canal du Midi).

Mirepeisset 034 Pont 5a

Mirepeisset, ce petit pont très ancien amène au village par la rue de la Rigole (passage en voiture possible).

Mirepeisset 035 Pont 5b

Mirepeisset, ce petit pont très ancien amène au village par la rue de la Rigole (passage en voiture possible).

Mirepeisset 036 Pont 5c

Mirepeisset, ce petit pont très ancien amène au village par la rue de la Rigole (passage en voiture possible).

Mirepeisset 037 Pont 6a

Mirepeisset, pont de l'Herbe Sainte, il enjambe la Rigole mais aussi la Cesse.

 Il traverse le village par la D 326 entre les villages de Ginestas et Argeliers. Construit entre 1892 et 1895, c'est le seul pont à quatre grandes arches sur la Cesse.

A cet endroit, un carrefour qui permet d’accéder à la porte minervoise ainsi qu'au pont-canal en voiture.

Mirepeisset 038 Pont 6b

Mirepeisset, pont de l'Herbe Sainte, il enjambe la Rigole mais aussi la Cesse.

C'est celui que l'on voit dans la première partie du reportage sur les photos anciennes datant de 1905.

Mirepeisset 039 Pont 6c

Mirepeisset, pont de l'Herbe Sainte, il enjambe la Rigole mais aussi la Cesse, construit entre 1892 et 1895.

Mirepeisset 041 Pont 7b

Mirepeisset, au fond, la passerelle amène au village par la rue du Pont.

Mirepeisset 042 Pont 8

Mirepeisset, vanne de la porte minervoise. Ici le débouché de la Rigole qui apporte son eau au canal du Midi.

Mirepeisset 016 canal du MidiCanal du Midi toujours aussi enchanteur.

Mirepeisset carte 04

 

MIREPEISSET ET LE CANAL DU MIDI

Un petit rappel : c'est sous le règne de François Ier, en 1539, que fut dressé le premier plan pour la construction d'un Canal qui devait réunir l'Aude à la Garonne. Ce projet fut repris ensuite sous le règne du roi Charles IX vers 1560. Mais pour s'affranchir des grandes difficultés pour la réalisation de ce projet gigantesque à cette époque, c'est le baron Pierre-Paul Riquet Bonrepos qui eut un trait de lumière.

Les travaux du Canal du Midi, ont duré quatorze années de 1667 à mai 1681, Riquet étant décédé le 1er octobre 1680, six mois avant l'inauguration officielle. Le projet améliora des terres incultes, décupla la valeur de celles qui étaient déjà cultivées et permit de porter vers les deux mers les richesses de l'intérieur.

Dans ce chapitre consacré à Mirepeisset, j'aborderai uniquement les éléments du projet proche du village.

Si vous désirez connaître tout l'historique du Canal du Midi, j'ai réalisé un reportage en quatre parties, où vous y trouverez tous les détails concernant ce chantier pharaonique, c'est ICI.

Mirepeisset 022 pont canal de la CesseUne vue aérienne du pont-canal de la Cesse.

Mirepeisset 07 pont canal du Midi

Le pont-canal de la Cesse.

Mirepeisset 06 canal du Midi

Le Canal du Midi, à droite juste après la buvette, le débouché de la Rigole, prise d'eau de la Cesse à Mirepeisset.

Mirepeisset 019 pont canal de la Cesse

Le pont-canal de la Cesse, bateau venant de Toulouse.

Mirepeisset 09 pont canal du Midi

Le pont-canal de la Cesse comme si vous y étiez direction Toulouse.

Mirepeisset 0101 acqueduc de la Cesse

Le pont-canal de la Cesse.

Mirepeisset 08 pont canal du MidiLe pont-canal de la Cesse.

Mirepeisset 05 canal du Midi

Le Canal du Midi, à gauche le débouché de la Rigole, prise d'eau de la Cesse à Mirepeisset.

Mirepeisset 0104 Le Canal du Midi la prise d'eau en directiLe Canal du Midi, à gauche le débouché de la Rigole avec sa passerelle, prise d'eau de la Cesse à Mirepeisset.

La Cesse, cette rivière naît dans la Montagne Noire, à Cassagnoles, à côté de Ferrals-les-Montagnes dans le département de l'Hérault, au niveau du versant sud du col de Serrières, la longueur de son cours d'eau est de 53,6 km. La Cesse a 35 affluents contributeurs dont 33 ruisseaux et trois rivières : la Cessière (17,9 km) ; le Brian (15,1 km) et le Rieussec. La rivière traverse tout le village de Mirepeisset d'Est en Ouest. Elle borde le village sur son côté gauche, et elle est suivie sur son côté droit par la Rigole. Il y a un dénivelé d'environ 20 mètres sur 2,5 km, ce qui explique le courant important, surtout en période de crue. C'est à Mirepeisset que le débit de la Cesse a été observé durant une période de 29 ans (1980-2008) son débit peut varier de 1 à 10 entre le mois d'août et le mois de février. La Cesse connaît régulièrement des crues. Mirepeisset se située à moins de six kilomètres du confluent de la Cesse avec l'Aude à Sallèles-d'Aude.

En amont du le village de Mirepeisset la quantité d'eau qu'elle débite est si considérable qu'une grande partie en a été captée, pour l'alimentation du canal du Midi, ce que l'on appelle la "Rigole le Mirepeisset", elle fut inaugurée en juin 1794. La Cesse est la plus riche et la plus précieuse source parmi celles qui alimentent le canal du Midi.

La rigole de Mirepeisset a environ 3312 mètres de longueur ; elle conduit les eaux de la rivière de la Cesse, depuis la chaussée de la Roupille qui est le point de dérivation, jusqu'à la grande retenue. L'excédent des eaux retombe dans le lit naturel de la rivière, et va se jeter dans l'Aude, après avoir traversé le canal sous un pont aqueduc qui est un des plus considérables du canal du Midi. Cet aqueduc est composé de trois grandes arches, dont les deux extrêmes sont à plein cintre, et celle du milieu en anse de panier à trois centres, chaque arc étant d'environ 60 degrés. La rigole de Mirepeisset est soutenue dans une grande partie de sa longueur, par des murs ou caladas très inclinés et arrêtés par de bons chausserons de pilots garnis de tirants, chapeaux et palplanches.

Mirepeisset 010 pont canal du Midi

Le pont-canal de la Cesse.

Mirepeisset 055 O le pont canal

Le pont-canal de la Cesse.

Mirepeisset 056 P le pont canal

Le pont-canal de la Cesse.

Mirepeisset 057 Q le pont canal

Le pont-canal de la Cesse.

Mirepeisset 020 pont canal de la Cesse

La plaque commémorative fixée au-dessus de l'arche centrale du pont-canal de la Cesse, avec cette précision : "Hauteur au dessus de la mer 31,35 mètres".

Mirepeisset 096 acqueduc de la Cesse aval

Le pont-canal de la Cesse en aval.

Mirepeisset 097 acqueduc de la Cesse amon

Le pont-canal de la Cesse en amont.

Mirepeisset 095 Aqueduc de La Cesse

Photo prise au niveau du pont-canal de la Cesse qui se trouve devant vous.

Mirepeisset 054 N le pont-canal

La rivière la Cesse et le pont-canal. 

Le pont-canal de la Cesse est l'un des nombreux ponts de ce type construits pour le canal du Midi, celui-ci fut réalisé par Vauban et Niquet, c'est l'un des plus ouvrages du Canal. À l'origine, le canal traversait la Cesse à niveau. Pierre-Paul Riquet, le premier architecte du canal, avait placé un barrage incurvé de 205 mètres de long et 9,10 mètres de haut au travers de la Cesse afin d'en collecter l'eau pour rendre la traversée possible. C'est ce barrage qui a été remplacé par le pont-canal.

L'ouvrage a été dessiné en 1686 par Vauban et achevé par Antoine Niquet en 1690. Le maître maçon en était John Gaudot. Le pont comporte trois arches, celle du milieu faisant 18,3 mètres et les deux arches de côté 14,6 mètres chacune.

Sur la rive gauche de La Cesse, en amont d'Herbe Sainte, près d'un moulin et d'une source "Font de Saincte Lucye", il existait dès la fin du XIV ème siècle, une chapelle qui s'appelait "ecclesia ou capella Sancta Lucye". On ne retrouve aucune trace de cet édifice après le XVII ème siècle, probablement détruit lors de la création du barrage du canal du Midi. Lors de travaux on a retrouvé des tombes dans ce secteur, ce qui prouve l'existence de ce lieu de culte.

Mirepeisset 0103 Le Canal du Midi en limite de MirrepeissetLe Canal du Midi en limite de Mirepeisset.

Mirepeisset 091 Bief 56 embranchement Canal de Jonction

Canal du Midi, bief 56 embranchement du canal de Jonction. A droite, le canal de Jonction et en face le canal du Midi qui continue sa route vers Béziers.

Mirepeisset 013 a gauche vers Capestang et Beziers adroiteCanal du Midi, à gauche direction Capestang et Béziers et à droite vers Narbonne par le canal de Jonction.

Mirepeisset 012 après le port la RobineLe canal du Midi vers Béziers, après le port de la Robine et le canal de Jonction. 

Mirepeisset 059 S canal du midi

Canal du Midi non loin du pont-canal de la Cesse, on trouve le dos à Béziers.

Mirepeisset 092 le Canal de Jonction au départ du Canal du

Canal de Jonction au départ du canal du Midi.

Mirepeisset 0102 Le Canal du Midi ancien tracé en provenanLe Canal du Midi ancien tracé en provenance de Mirepeisset.

Mirepeisset 094 épanchoirdes PatiassesL'épanchoir des Patiasses.

Mirepeisset 093 épanchoir des PatiassesL'épanchoir des Patiasses.

L'épanchoir est un ouvrage spectaculaire situé à environ 300 m de l'embouchure de la Rigole de Mirepeisset dans la direction du Somail sur la rive gauche.

Il a été construit en 1694, pour permettre de vider le trop plein d'eau du canal. Il est constitué d'un grand mur de pierres percé d'une demi-douzaine d'ouvertures équipées de vannes.
Ces vannes sont ouvertes essentiellement lors de crues ou de pluies abondantes, permettant ainsi à l'eau de s'écouler dans une rigole et rejoindre la Cesse.

Mirepeisset 0100 épanchoir des PatiassesÉpanchoir des Patiasses.

Mirepeisset 099 épanchoir des PatiassesIci le passage permettant de franchir l'épanchoir des Patiasses, à gauche le canal du Midi.

Mirepeisset 058 R épanchoir des Patiasses  Mirepeisset 090 K port-la robine

A gauche, l'épanchoir des Patiasses que l'on aperçoit au fond, et à droite, le port de la Robine à proximité de Mirepeisset.

Le port de plaisance de la Robine est situé à une centaine de mètres du pont-canal dans la direction de Béziers, il sert surtout au stockage de bateaux.

Il a été réalisé dans un bras mort du canal abandonné après la construction des ouvrages d'art du secteur de Mirepeisset.

Mirepeisset 017 canal du Midi à ArgeliersCanal du Midi, le pont de la Province, situé proche du village d'Argeliers. A cet endroit le canal forme une boucle que l'on appelle le "Grand Bief".

A peu de distance du pont-canal de la Cesse, sur la droite, on rencontre une demi-écluse qui forme l'entrée du canal de Jonction autrefois aussi appelé canal dit de Narbonne. Si vous continuez tout droit vers l'Est, vous suivez le cour du canal du Midi qui passe par Béziers pour ensuite vous amener à Agde, l'étang de Thau et destination finale le port de Sète.

Revenons au pont-canal de la Cesse qui est un carrefour stratégique, vers le Sud, donc ce canal de Jonction permet de joindre le canal du Midi à l'Aude (confluent au lieu-dit Galhousty), puis via le canal de la Robine à Narbonne, vous permet de rejoindre la Méditerranée et d'arriver au port de la Nouvelle. Sur ce canal de Jonction long de 8 km avec un tracé totalement rectiligne, il y a 7 écluses du Nord au Sud afin de rattraper une dénivellation de plus de 22 mètres. Les écluses sont : celui de Cesse, de Truillas, d'Empare, d'Argelliers, de Saint-Cyr, de Sallèles-d'Aude et de Gaillousty point de rencontre avec l'Aude.

La construction du canal de Jonction est une affaire politique, en effet, la ville de Narbonne, privée du passage du canal du Midi dans ses murs, obtint toutefois une promesse de construction d'une écluse dans la chaussée de la rivière de la Cesse, pour entrer dans celle de l'Aude, et au-delà passer à Narbonne par la Robine, promesse qui figurait dans l'article 20 du devis présenté en 1668 par le chevalier de Clerville aux États de Languedoc et au diocèse de Narbonne. En 1684, Vauban s'intéressa à ce projet de canal de Jonction et reconnu celui-ci comme d'un grand intérêt, un arrêt du roi du 19 février 1685 en ordonna l'examen, et un autre arrêté daté du 2 juillet 1686 en décida l'exécution. Sa construction débuta en 1690 mais de multiples obstacles arrêtèrent les travaux à plusieurs reprises si bien qu'en 1775 le canal n'était toujours pas terminé. Sous la direction de l'architecte Bertrand Garipuy les travaux reprirent en 1775 et le canal fut achevé 5 années plus tard en 1780, soit presque 100 ans après la décision de sa construction.

Mirepeisset 098 aquarelle Canal de Jonction de la RobineAquarelle canal de Jonction de la Robine.

Un petit clin d'œil en passant à un ami internaute, Nicolas Dürr qui m'a envoyé quelques unes de ses photos, et c'est un passionné du canal du Midi qu'il parcourt en vélo plusieurs fois par an et croque des aquarelles en flânant sur ces berges. Je vous propose deux liens qui le concerne et que je vous invite à consulter :

Le premier lien concerne la rubrique intitulée : "La randonnée de Nicolas sur le Canal" : http://www.canaldumidi.com/Publications/Rubrique/randonnee-nicolas/

 

Le second lien concerne la rubrique "arrêt sur images", montrant les séjours qu'il a fait à différents endroits du Canal, rubrique qui évolue en permanence puisqu'il parcourt le canal très souvent : http://www.canaldumidi.com/Publications/Rubrique/arret-sur-images/

 

A VOIR AUSSI :

A proximité de Mirepeisset, à Sallèles-d'Aude, vous avez le musée Amphoralis qui domine ce qui fut autrefois, une véritable cité industrielle où l'on fabriqua, trois siècles durant, des amphores, tuiles, briques, tuyaux, vaisselle, etc. Ce musée des potiers gallo-romains, intègre le village des potiers, qui est un chantier permanent, à la fois zone d'expérimentation archéologique et lieu d'interprétation, d'animations. Les visiteurs assistent aux travaux et peuvent participer.

Et toujours à Sallèles-d'Aude, vous pouvez découvrir le centre européen du Patchwork, qui se trouve dans un ancien chai, au milieu des vignes, c'est une passionnée du patchwork qui vous entraîne dans son monde tout en couleur. Au rez-de-chaussée il y a une expo permanente des techniques et de l'histoire du patchwork. A l'étage, expo temporaire d'artistes internationaux, il y a aussi des stages d'initiation et de perfectionnement, et bien sûr, une boutique de patchwork et kits.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Vous avez pu découvrir dans la première partie de ce reportage un portrait de Kathy Falguera romancière qui a passé toute son enfance dans la région et en particulier à Mirepeisset, voici donc la suite de cette présentation :

Kathy Falguera romanciere 323 B cultura 16 juin 2012

Dédicaces à Cultura de Narbonne  le 16 juin 2012 pour la sortie du roman « Les Mésaventures de Colin Brunel » et du livre régional « Sur les Traces de Colin Brunel »

Kathy Falguera romanciere 328 F 12 juillet 2013 Gruissan (2Manifestation « Des Lecteurs et des Livres » à la médiathèque de Gruissan le 12 juillet 2013. Présentation des livres et lecture d'extraits.

Kathy Falguera, a bien voulu répondre à mes questions ; questions que vous auriez certainement aimées lui poser, voici l'interview :

 

Qu'est-ce qui vous a amené à l'écriture ?

Je crois que j'ai toujours eu envie d'écrire. Lorsque j'étais au primaire, j'avais de bonnes notes en rédaction. Mon imagination venait du fait, je pense, que je lisais beaucoup. D'abord la comtesse de Ségur puis Enid Blyton et son fameux « Club des Cinq ».

Pour le Noël de mes 9 ans mes parents m'ont offert une petite machine à écrire et je m'amusais à inventer des histoires policières avec de jeunes héros. J'écrivais aussi des poèmes pour mes parents.

 

Comment vous est apparue l'envie d'écrire ?

J'ai repris l'écriture par hasard lorsque je jouais de la basse dans un groupe. Comme nous faisions de petites compositions, j'écrivais les paroles des chansons et cela m'a poussé à me lancer dans le roman auquel je pensais depuis très longtemps.

J'avais envie d'écrire une histoire qui me permettrait de ne pas oublier l'ambiance de l'adolescence au milieu des années 1970. Cela m'a pris deux ans. Je n'ai pas cherché de maison d'édition car j'étais persuadée qu'il ne serait même pas lu par le comité de lecture. Proposer un roman de presque 500 pages sans CV littéraire était pour moi peine perdue. Je l'ai donc fait éditer à compte d'auteur chez Publibook.

Il a eu un succès relatif et de bonnes critiques pour le peu de promotion à sa sortie en 2004. J'ai pensé alors que je n'étais pas si « mauvaise » que cela.

Kathy Falguera romanciere 322 A 2005 gruissan

Interview à Gruissan en 2005 pour la parution en 2004 du roman « la Rencontre »

Comment s'est passé le parcours de l'écriture à l'édition ?

J'ai attendu quatre ans pour avoir l'idée d'écrire « Sur la Route des Figuiers » (livre régional qui propose la visite de 24 villages).

J'aime me promener et découvrir des endroits sauvages, j'ai eu envie de faire partager mes découvertes. Le figuier dont j'adore les fruits serait mon fil conducteur.

 

Cette fois j'ai décidé de le proposer à une maison d'édition. Sans suivre le protocole habituel : envoi du manuscrit, d'un CV littéraire... j'ai envoyé un mail présentant sommairement l'ouvrage. La maison d'édition NPL de Sète m'a immédiatement contactée. J'ai signé un contrat. Malheureusement j'ai décidé de ne pas continuer avec eux car la sortie du livre était sans cesse repoussée.

 

Entre temps j'avais eu le temps d'écrire le roman « Les Mésaventures de Colin Brunel » et « Sur les traces de Colin Brunel » que j'ai proposé de la même manière aux éditions Lacour de Nîmes. Monsieur Lacour m'a lui aussi immédiatement contactée pour les éditer. Par la suite, il a aussi édité « Sur la Route des Figuiers ».

L'an dernier, j'ai été contactée par la maison d'édition TDO de Pollestres (66) qui désirait m'avoir avec eux. Leur contrat était très intéressant : diffusion des livres et présentation dans une multitude d'endroits du sud de la France.

J'ai expliqué cela à Monsieur Lacour (j'avais quand même mauvaise conscience). Il m'a rassurée et s'est réjoui de cette situation. Nous avons gardé d'excellents rapports.

 

TDO a donc édité « Le Temps d'un été » que j'étais entrain d'écrire lorsque les éditeurs m'ont contactée. Ils vont rééditer le mois prochain « Les Mésaventures de Colin Brunel » qui est épuisé chez Lacour. Réédition aussi en juin pour « Le Temps d'un été » paru en décembre et déjà épuisé.

Il est prévu de rééditer aussi « Sur les Traces de Colin Brunel » et « La Rencontre ».

J'ai deux romans à présenter : un thriller psychologique fini mais que je dois peaufiner avant de le proposer et un roman historique sur les seigneurs de Bouisse et de Villesèque au XVIIe siècle qui est sur le point d'être achevé.

J'ai d'ailleurs rendez-vous cet été avec M. Philippe Ramon afin qu'il me fasse visiter le château de Bouisse.

Kathy Falguera romanciere 331 H oct 2013 carcassonne RCF (3  Kathy Falguera romanciere 330 H oct 2013 carcassonne RCF (2

Interview pour la station de radio RCF de Carcassonne en octobre 2013. Présentation de tous mes ouvrages.

Votre livre "Le temps d'un été" est-il autobiographique ?

Comme pour « la Rencontre », « Le Temps d'un Été » n'est pas autobiographique dans le sens où les deux histoires sont entièrement sorties de mon imagination. Par contre, j'ai puisé dans mes souvenirs d'enfant et d'adolescente des situations réelles ou des personnages particuliers qui ont vraiment existé et que j'ai à peine masqué. J'ai aussi posé tous ces personnages et la trame des histoires sur des lieux bien réels.

Kathy Falguera romanciere 326 E 8 juillet 2013 tuchan  Kathy Falguera romanciere 333 J 22 février 2014

A  gauche, présentation à Tuchan (Corbières) le 8 juillet 2013 de mes romans et en particulier du livre « Sur la Route des Figuiers » dont Tuchan fait partie.

A droite, présentation du roman « Le Temps d'un Été »  le 22 février 2014 à la médiathèque de Gruissan.

Que ressentez-vous après avoir terminé un livre ?

Lorsque j'écris une histoire, c'est pour donner du plaisir et faire rêver la personne qui va me lire.

Qu'elle referme le roman en se disant qu'elle a passé un très bon moment ; qu'elle a oublié pour un temps ses soucis, c'est ma plus belle récompense.

 

Comment trouvez-vous l'inspiration pour écrire vos romans ?

Je ne sais pas vraiment où je trouve mon inspiration. C'est très divers. Mon attention peut être attirée par une musique, une personne croisée dans la rue, un lieu, une situation inhabituelle et je vais tout de suite me questionner et imaginer la trame d'une aventure, d'une histoire sans même le vouloir.

Mais c'est la nuit, au calme lorsque j'y repense que la vraie histoire prend forme. C'est comme si un film se déroulait dans ma tête. Par la suite, je n'ai plus qu'à écrire ce que je vois.

Kathy Falguera romanciere 332 I 20 janvier 2014  Kathy Falguera romanciere 329 G 3 aout quintillan 2013

A gauche, présentation du roman « Le Temps d'un Été »  le 20 janvier 2014 à la soirée poétique de Narbonne-Plage.

A droite, présentation à Quintillan (Corbières) le 3 août 2013 de mes romans et en particulier du livre « Sur la Route des Figuiers » dont Quintillan fait partie.

Les idées d'écritures vous viennent comment ?

Lorsque je débute un roman, même si j'ai l'histoire bien en tête, je commence toujours par faire des recherches. Pour un roman qui va se passer au XVIIe siècle cela se comprend aisément : personnages, lieux, culture... (J'ai mis deux ans pour écrire « Les Mésaventures de Colin Brunel pourtant ce roman ne fait que 190 pages).

Pour un roman contemporain, je vais d'abord mettre au monde mes personnages en leur donnant une date de naissance, des parents (même si il n'en n'est jamais question dans le roman), un physique et un caractère. Je me rends sur place pour m’imprégner des lieux, de l'ambiance. Je fais beaucoup de photos pour retrouver le soir sur mon ordinateur les détails que j'aurais pu oublier. Je questionne les personnes que je rencontre.

 

Comment s'organise la rédaction d'un roman ? 

Même si j'ai la totalité de l'histoire en tête, je ne commence pas l'écriture d'un roman par le début mais par la partie qui m'inspire le plus et qui va rayonner ensuite sur les autres. Cela peut même être par la fin. Par la suite, l'histoire qui va prendre vie va modifier (ou pas) les premiers écrits. Lorsque je suis bien « rentrée » dans le roman, que les personnages deviennent « vivants », ce sont eux qui décident de la manière dont ils vont agir car ils ont une vraie nature. Leur caractère s'est développé.

J'écris l'histoire qu'ils me dictent. Bien souvent, je modifie l'histoire que j'avais imaginée car tel ou tel personnage n'aurait pu agir ainsi.

C'est pour cette raison que lorsque j'ai fini un roman, il me faut un peu temps pour en sortir. C'est une séparation assez brutale d'avec mes personnages. L'impression qu'ils sont bien réels est si forte que c'est comme un abandon mutuel. Il me semble que je n'aurai plus jamais d'idée... mais il me suffit de voir voleter un papillon pour plonger dans une idée qui va donner une histoire !

Tout cela est assez compliqué à expliquer, j'espère que je ne suis pas trop confuse.

Kathy Falguera romanciere 311 F mirepeisset octobre 2013  Kathy Falguera romanciere 312 G mirepeisset mai 2014

A gauche, présentation du livre régional « Sur la route des figuiers » à la Porte Minervoise près du pont-canal (commune de Sallèles d'Aude) le 12 octobre 2013. Dans ce livre, les villages de Mirepeisset et Sallèles d'Aude sont entre autre présentés.

Photo de droite, présentation du roman « Le temps d'un été » dans la salle des fêtes de Mirepeisset le 16 mai 2014. L'histoire de ce roman se déroule principalement à Mirepeisset en 1969.

Quelle méthode de travail utilisez-vous ? Comme Aznavour vous écrivez et notez toujours des bribes d'idées ?

J'essaie d'être méthodique dans mon travail : un cahier pour les lieux, un cahier pour les personnages mais cela ne dure pas bien longtemps ! Je me retrouve avec des bouts de papier griffonnés d'idées, de renseignements, des post'it collés sur la tapisserie autour de mon bureau, des dessins, des adresses pour des rendez-vous...

Au bout d'un moment je ne retrouve plus rien alors papier par papier, je recopie tout sur les cahiers et puis tout recommence !

 

Pourquoi aimez-vous écrire ?

J'aime écrire car cela me plonge dans une aventure qui me permet d'occulter la « vraie » vie pour un temps. Parce que je suis libre de faire ce que je veux : Lorsque la situation paraît désespérée, je peux toujours trouver une solution pour que mes personnages s'en sortent bien (ou pas !).

Parce que j'aime rêver et pour moi c'est la manière la plus concrète de le faire.

Parce que je désire aussi procurer à mes lecteurs le plaisir de découvrir l'histoire que j'ai imaginée.

Mais... et il ne faut pas se voiler la face, c'est certainement aussi une thérapie : Ce que l'on ne veut ou que l'on ne peut pas dire, on le fait dire à ses personnages. On crée des situations qui permettent de gérer un problème que l'on n'a pu résoudre à un certain moment de sa vie. C'est souvent à la relecture que je m'en rends compte car lorsque j'écris je ne pense pas à ça.

Kathy Falguera romanciere 324 C 20 octobre 2012  Kathy Falguera romanciere 335 L 8 mai 2014

A gauche, manifestation littéraire « Rue du Livre »  le 20 octobre 2012 à Gruissan avec le chanteur Pascal Bizern (qui avait aussi écrit un livre).

A droite, foire de Printemps de Narbonne le 8 mai 2014 avec ma maison d'édition TDO.

Quelles sont vos passions à part l’écriture ?

En dehors de l'écriture j'ai besoin de me dépenser et de canaliser mon énergie : randonnées en montagne,  surf lorsque les stations de ski sont ouvertes, balades dans l'arrière pays audois (cela me change du bord de mer surtout l'été), marche aquatique, natation...

J'aime toujours beaucoup lire, je recherche la découverte avec des auteurs inconnus.

Mais j'ai de moins en moins de temps de libre, surtout en cette saison car ma maison d'édition  m'envoie dans beaucoup d'endroits pour présenter mes ouvrages : foires, salons, hypermarchés... et de mon côté j'accepte toujours avec plaisir les invitations des associations, des municipalités …

Voilà, vous en savez un petit peu plus sur mon « travail » d'auteur et sur moi-même.

Kathy Falguera romanciere 325 D 29 juin 2013 marraine  Kathy Falguera romanciere 327 F 12 juillet 2013 Gruissan (1

A gauche, marraine de l'exposition de peinture à Phare Sud de Gruissan le 29 juin 2013 où j'ai présenté le livre régional « Sur la Route des Figuiers ».

A droite, manifestation « Des Lecteurs et des Livres » à la médiathèque de Gruissan le 12 juillet 2013. Présentation des livres et lecture d'extraits.

 

Voici la bibliographie de Kathy Falguera. Les couvertures des ouvrages à gauche et le résumé de l'histoire à droite :

Kathy Falguera romanciere 301 A la rencontre 1ère Kathy Falguera romanciere 302 A la rencontre 4ème

 

Kathy Falguera romanciere 303 C les mésaventures de colin    Kathy Falguera romanciere 304 C les mésaventures de colin

 

Kathy Falguera romanciere 305 C sur les traces de colin bru    Kathy Falguera romanciere 306 C sur les traces de colin bru

 

Kathy Falguera romanciere 307 D sur la route des figuiers 1    Kathy Falguera romanciere 308 D sur la route des figuiers 4

 

Kathy Falguera romanciere 309 E le temps d'un été 1ère    Kathy Falguera romanciere 310 E le temps d'un été 4ème

Voici quelques articles de presse où Kathy Falguera a la faveur de la Une en 2013 et 2014 :

Kathy Falguera romanciere 317 D a 22 février 2014

22 février 2014

Kathy Falguera romanciere 316 C b 20 janvier 2014

20 janvier 2014

Kathy Falguera romanciere 315 C a 20 janvier 2014  Kathy Falguera romanciere 318 D b 22 février 2014

A gauche, 20 janvier 2014. A droite, 22 février 2014. 

Kathy Falguera romanciere 319 D c 22 février 2014

22 février 2014

Kathy Falguera romanciere 313 A 8 juillet 2013  Kathy Falguera romanciere 314 B 12 octobre 2013  

A gauche, 8 juillet 2013. A droite, 12 octobre 2013

Kathy Falguera romanciere 320 E 16 mai 2014  Kathy Falguera romanciere 321 F 29 janvier 2014

A gauche, 16 mai 2014. A droite, 29 janvier 2014.

Vous pouvez retrouver toute l'actualité de Kathy Falguera sur son site internet :   http://www.kathyfalguera.wix.com/index

 

Je n'ai pas pour habitude de vous dévoiler le sujet suivant, mais celui-ci est en partie liée à celui que vous venez de lire. En effet, en réalisant le reportage sur Mirepeisset, j'ai retrouvé des documents relatant la crise viticole qui ébranla l'Aude en 1907 et dont le point de départ de la révolte se situe dans un village tout proche de Mirepeisset à 4 km, qui se nomme Argeliers. Profitant de cette proximité, j'ai réalisé un article où vous découvrirez l'histoire de ce conflit du début du XX ème siècle, dont peut-être vous n'avez jamais entendu parler. Des photos d'époque illustreront cet évènement. Je ne saurai que trop vous conseiller, pour ne pas le rater, de vous inscrire sur la newsletter.

 

Ainsi se termine ce reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

  Julie logo juillet 2014 495x350

Partager cet article

Réalisé par Kathy Falguera / Jean-Pierre LAGACHE - dans DÉCOUVERTE
commenter cet article

commentaires

Gilles Grégoire 22/08/2014 18:31


Salut J-P,
toujours aussi intéressant ce site, je n'en reviens jamais. Le dernier de Kathy Falguera est à couper le souffle. Moi qui suis un lointain cousin du Québec qui adore le Canal du Midi pour l'avoir
parcouru qqs fois, j'ai été charmé de cet article.
Merci de poursuivre cette oeuvre de découvertes et d'enseignement de votre région.
Gilles Grégoire
Sainte-Martine
Québec

Schmutz Jean-Claude 19/07/2014 13:11


Merci Jean-Pierre,


Encore une fois tu nous transportes dans des endroits magnifiques, et de mon lit
d'hospitalisation je me mets à rêver de jolies vacances qui cette année seront retardées, mais septembre devrait être un mois bien agréable pour une convalescence. Cette balade sur le
canal me fait penser au poème :



Les ponts
d’Arthur Rimbaud 



Des ciels gris de cristal. Un bizarre dessin de ponts, ceux-ci droits, ceux-là bombés, d'autres descendant ou obliquant en angles sur les premiers, et ces figures se renouvelant dans les autres
circuits éclairés du canal, mais tous tellement longs et légers que les rives, chargées de dômes, s'abaissent et s'amoindrissent. Quelques-uns de ces ponts sont encore chargés de masures.
D'autres soutiennent des mâts, des signaux, de frêles parapets. Des accords mineurs se croisent et filent, des cordes montent des berges. On distingue une veste rouge, peut-être d'autres costumes
et des instruments de musique. Sont-ce des airs populaires, des bouts de concerts seigneuriaux, des restants d'hymnes publics ? L'eau est grise et bleue, large comme un bras de mer. - Un rayon
blanc, tombant du haut du ciel, anéantit cette comédie.



Le poète nous invite à une succession de beautés, où finalement le monde réel se trouve magnifié, comme dans un rève un peu embrumé par l'anesthésie.
     "Cela s'est passé ; je sais aujourd'hui saluer la beauté"



Bien amicalement



Jean Claude