Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.belcaire-pyrenees.com
  •  www.belcaire-pyrenees.com
  • : BELCAIRE capitale du Pays de Sault en Languedoc Roussillon. Au départ j'ai réalisé ce site pour partager les retrouvailles 33 ans après, de 17 copines, dans cette région authentique préservée en territoire cathare au pied des Pyrénées. Mais je me suis aperçu que l'Aude n'était pas assez mise en valeur, alors amoureux de cette région et la passion étant là, j'ai réalisé des reportages pour vous présenter ce département aux lieux chargés d'histoire. Ce site a pour but surtout de vous faire découvrir cette région authentique, plein de charme qu'il faut aller visiter.
  • Contact

ANNONCES-MESSAGES-ACTUALITÉS

Ils veulent vous informer !

Pour découvrir les annonces

  cliquez sur la photo

Photo pour les annonces 02

Faites Une Recherche Sur Ce Site

LIENS UTILES

En cliquant sur l'une des images ci-dessous :

1 - vous pouvez écouter Radio Montaillou en direct

 

logo 01cliquez sur le logo RADIO MONTAILLOU ci-dessus pour écouter la Radio en direct
(en cliquant sur leur site en haut à droite)
pendant que vous consultez les pages du site
 

 

 

Pour suivre la progession et connaître la position des ours dans les Pyrénées
téléphonez au 05.62.00.81.10
 
Vous pouvez m'écrire
CLIQUEZ SUR LE PETIT CHIEN ROMÉO POUR ME CONTACTER
 
 
LIVRE D'OR
cliquez sur la photo pour déposées vos marques de sympathie et pour les visionner

Gîtes dans une ancienne école place du village de Comus, village situé
sur le tracé de l'emblématique Sentier Cathare et à proximité des gorges de la Frau et de Montségur
 
Locations gîtes et chambres d'hôtes à Ignaux dans les montagnes des Pyrénées
en Haute-Ariège près d'Ax-les-Thermes
 
Hôtel Restaurant Bayle ** à Belcaire

 

Sites d'Ami(e)s

Les Amis du Sabarthez de Pierre Cortinas

 

Pour le développement du tourisme au Pays de Sault :

     l'Association le Grand Sault

 

on y trouve des renseignements intéressants sur ce site :

     Chambre d'Agriculture de l'Aude

 

Logo réduit office du tourisme du pays de sault

Office du Tourisme du Pays de Sault

Chemin départemental 613

11340 ROQUEFEUIL

Tél : 04.68.20.75.89

 

Retour à la page d'accueil

LES LIVRES CONSEILLÉS

Nouvelle Rubrique pour découvrir

des livres intéressants

cliquez sur la photo

livres conseillés

MESSAGE

17 juillet 2010
bandeau le monde rural 825x250

Avant-propos : Mon ami, qui a pour pseudonyme "Gens de Belcaire", m'a adressé cinq articles avec des photos, qui sont étroitement liés à la vie au Pays de Sault. Je vais donc vous proposer ces cinq reportages intéressants, après avoir réalisé le montage et la mise en forme sur le site.

Voici, les sujets qui seront successivement présentés : "les maisons de bois", "l'école primaire de Belcaire - L'école d'antan - Pays de Sault", "Les cafés et épiceries de jadis à Belcaire", "l'agriculture de montagne en Aude" et "les moissons au Pays de Sault en Aude".

Si vous possédez des photos, par exemple de vos grands parents travaillant aux champs ou si vous voulez apporter des informations, témoignages, photos sur ces sujets, même après la diffusion je peux compléter l'article. C'est le moment d'ajouter votre pierre à l'édifice ... et de faire vivre votre patrimoine, contactez moi ! 

 

Voici le Quatrième reportage de la série, signé "Gens de Belcaire" L'AGRICULTURE DE MONTAGNE EN AUDE 1ère partie, je suis obligé de le décomposer en 2 parties, vu le nombre de photos (plus de 350) documentant ce reportage afin d'éviter un téléchargement trop long  :

 

Une "devise" du site web qu'il est bon de rappeler :

"Connaître le passé, l'histoire locale c'est comprendre l'évolution du Pays d'où sont nés des métiers, des traditions, une culture, une façon de vivre.

C'est mieux connaître ses racines, c'est relier le passé au présent, aux réalités du monde rural. La vie continue ..."

image005

 

image003

Agriculteur Belcairois aux foins 

tableau 01

Depuis le milieu du XIXème siècle, la population du Pays de Sault n'a cessé de diminuer (1836 : 8 700 habitants), pour atteindre en 1999, une population de 1579 habitants. Depuis le début des années 90, on constate cependant une diminution du phénomène d'exode de ce territoire rural. On peut même parler d'une stagnation, voir d'une légère augmentation de la population. Ceci est dû à un solde migratoire positif qui s'explique par l'arrivée de jeunes couples venant s'installer à la campagne et de jeunes retraités revenant au Pays. Bien que que la population du Pays de Sault soit, comme au plan national, une population vieillissante, on constate que les effectifs scolaires ont encore augmenté cette année.

agriculture de montagne en Aude006La moissonneuse-lieuse avec ses râteau tournant à Belcaire au Pays de Sault en 1938 environ, cette machine a servi de 1926 à 1960. Elle sera remplacée par la moissonneuse-batteuse.

De 1910 à 1935 on utilisait la faucheuse, munie d'un dispositif à pédale que l'on appelait "l'appareil'.

 

La Communauté de communes du Pays de Sault :

La Communauté de Communes du Pays de Sault créée au 1er janvier 2005, est un établissement public de coopération intercommunale qui réunit 13 communes du canton de Belcaire  autour d'un projet de développement et d'aménagement de l'espace. Le territoire de la Communauté de Communes s'étale sur 131 km² pour une population de 1 120 habitants (R.G.P. 99), soit une densité très faible de 7,5 hab/km². La forêt recouvre 40% de la surface communale et l'agriculture qui est encore très présente, occupe près de 35% du territoire. La Communauté de Communes du Pays de Sault est résolument rurale et nature.

 

Le Pays de Sault en bref :

Localisé au Sud Ouest du département de l'Aude, le Pays de Sault est délimité à l'Est par la vallée de l'Aude, à l'Ouest par les contreforts du massif de Tabe (Ariège), au Nord par la plaine de Puivert et de Nébias et au Sud par la crête de Pailhères. Ce territoire de moyenne montagne situé à une altitude de 1000 mètre est constitué de trois entités géographiques distinctes :

tableau 2

La population de la France est actuellement au 1er janvier 2009, estimée à 65 073 482 habitants, toutes nationalités confondues, répartis de la façon suivante : 62 448 977 en France métropolitaine, 1 854 505 dans les départements d'outre-mer (DOM, sans Saint-Martin et Saint-Barthélemy) et 770 000 dans les collectivités d'outre-mer (COM, y compris Saint-Martin et Saint-Barthélemy). La population est donc en augmentation de 366 500 personnes par rapport à 2008. En outre, selon le ministère des Affaires étrangères et européennes, il y a deux millions de Français résidant à l'étranger.

Le Nord de la France est le plus peuplé avec environ 40 000 000 d'habitants (soit 2/3 de la population) contre approximativement 22 500 000 au Sud (soit 1/3 de la population) (France métropolitaine seulement).

image007

Nous allons aborder les sujets suivants :

     - l’agriculture,

     -  l’agriculture en montagne,

     - vêtements traditionnels du Pays de Sault,

     - l’habitat du paysan,

     - la maison du paysan,

     - la table, le buffet /vaisselier, l’horloge, la machine à coudre,

     - la lessive, le repassage,

     - la chambre,

     - l’eau, la toilette, WC,

     - l’habitat de pierre et de bois,

     - le plateau de Langrail, (estive ou alpage), Serre-Sèque, la Plaine hameaux de Belcaire

image011Le château de Belcaire XVII ème siècle (des chambres sont à louer, il y a une piscine)

image009  agriculture de montagne en Aude004

Photo de gauche, elle représente tout un symbole du monde paysan à mon sens, le Semeur Jean-Émile TOUSTOU dit Marcou à Trassoulas dans les années 1950

Photo de droite, les bêtes ont leur joug et partent aux champs pour le labour, la mise en place du joug nécessite du savoir faire car la maîtrise du boeuf est délicate si la bête est récalcitrante, c'est très différent du cheval. 

 

L’agriculture est née avec la mise en terre de semence ou graine par l’homme. Au début, Moyen-Orient, ainsi qu'en Nouvelle-Guinée.

Aujourd’hui, avec la démographie galopante, l'augmentation du niveau de vie des pays les plus développés et la mondialisation des marchés, l'agriculture est l'Homme et son Environnement, dans le domaine de l'agriculture mais également dans le cadre de toutes les activités humaines.

image013  image015

L'activité agricole assure principalement l'alimentation des humains. En outre, l’agriculture produit un nombre important de produits tels que des peaux d’animaux, des engrais, des produits destinés à l’industrie (éthanol, fécule, chanvre), des plantes vertes et fleurs, du bois. Elle représente un maillon indispensable dans la chaîne agroalimentaire, en lui assurant l’approvisionnement en matières premières (fécule, oignon, céréale, fruit, etc ...).

image017  image019

 

Je commence en avoir ras le bol des "patanes" (patates), vive les pâtes.

Note : Je vous mettrai un petit article sur la culture de la patate au Pays de Sault en 2ème partie

La délimitation précise de ce qui entre ou non dans le champ de l’agriculture conduit à de nombreuses conventions qui ne font pas toutes l’objet d’un consensus. Certaines production peuvent être considérées comme ne faisant pas partie de l'agriculture : la mise en valeur de la forêt (sylviculture), l’élevage d’animaux aquatiques (aquaculture), l’élevage hors-sol de certains animaux (volailles et porcs principalement), la culture sur substrat artificiel (cultures hydroponiques)... Mis à part ces cas particuliers, on distingue principalement la culture pour l'activité concernant le végétal et l'élevage pour l'activité concernant l'animal.

  

image021  image023 image025

 

La culture, ou production végétale, est divisée en grandes cultures (blé, maïs, des légumes), arboriculture fruitière, viticulture (production du raisin), sylviculture et horticulture.

L'élevage, ou production animale, vise à faire naître et élever des animaux pour la consommation directe (viande) ou pour leurs produits (lait, œuf, laine, miel, etc). Les exploitations agricoles peuvent par exemple orienter leur production vers les bovins, les porcins, les ovins / caprins ou les granivores.

Exemples de produit primaire pour l’alimentation humaine ou animale : bœuf, veau, cochon, poulet, lapin, cheval, agneau, canard, dinde, oie, escargot, ...

Exemples de produit secondaire : miel, lait et autres produits laitiers, foie gras, soie, laine, ...

image027  Pains

De nombreux facteurs interviennent dans l'agriculture en favorisant ou perturbant la production :  

- l’eau en terme de disponibilité au moment opportun mais aussi en terme de qualité

- le climat et ses variations inattendues (chaleur, sécheresse, pluie, grêle, gel et autres calamités climatiques)  
- le sol  
- les espèces végétales  
- les espèces animales  
- les prédateurs (parasites, maladies, et consommateurs de toute sortes :
  végétaux, insectes, animaux sauvages...)  
- la mécanisation agricole  
- l'agronomie (fertilisation, biologie, génétique, etc) et globalement tout  l'environnement socio-économique (prix du pétrole, législation, consommateur,  gouvernement, etc ...).

De ce fait, l'agriculture est le domaine le plus ancien et le plus complexe du monde civilisé, mais aussi le plus impacté par les techniques modernes et les aspirations de l'Homme.

image031  image033

 

image035  image037

Les trois dernières photos : le hameau l’Écho du village Bonneval sur Arc à 2050 m d’altitude (en haute Maurienne à une dizaine de kilomètres du col de l’IZERAN 2770 m), plus haut village habité toute l’année jusqu’en 1965. Au printemps dès que la neige commençait à fondre, les habitants du hameau répandaient les cendres de la cheminée pour accélérer la fonte afin de pouvoir commencer les cultures. La bouse de vache séchée servait de combustible pour la cheminée.

 

ÊTRE AGRICULTEUR EN FRANCE

Qui est agriculteur en France ?

Par définition, une structure sur laquelle un candidat a le projet de s'installer, doit lui permettre de développer une ou des activités agricoles.
L'agriculteur est la personne physique ou morale qui pratique des activités définies comme agricoles et qui est affiliée à la Mutualité Sociale Agricole.

L'agriculteur à titre principal doit :

     - Consacrer à son activité agricole plus de 50 % de son temps de travail
    - Retirer au moins 50 % de son revenu global des activités de production agricole et forestière ainsi que des activités touristiques ou autres qui sont dans le prolongement de l'acte de production agricole ou forestière, et qui ont pour support l'exploitation.

La part de revenu provenant directement de l'activité de production ne peut être inférieure à 25 % du revenu global de l'exploitation.
(Décret n°96.462, 29/05/1996 - J.O. du 30/05/1996).

agriculture de montagne en Aude003 image047

Le labour avec le Brabant datant de 1920 et pesant 130 kg tiré ici par des vaches. Le tracteur sera l'ouverture vers un autre monde paysan.

image049

L’agriculture en montagne :

Le zonage agricole de la montagne française couvre plus de 122 000 km2, soit près de 23% du territoire national, mais 7,7% seulement de la population. Le nombre d’exploitations ne cessent d’y décliner – comme c’est le cas sur le reste du territoire – pour atteindre aujourd’hui environ 100 000. Elles sont pour la plupart orientées vers l’élevage de bovins, ovins et caprins. Si globalement, les activités et les hommes parviennent à se maintenir dans les zones de montagne, de très nettes disparités existent entre les différents massifs (les alpes du Nord et le Jura étant les plus dynamiques), et la situation reste dans l’ensemble fragile, tant économiquement que démographiquement. Ainsi, l’agriculture de montagne nécessite des soutiens spécifiques, cependant les revenus agricoles restent, en montagne, inférieurs à la moyenne nationale. Par ailleurs, notons que le tourisme en montagne représente 10% du tourisme national, générant environ 120 000 emplois, liés aux sports d’hiver.

La politique de la montagne :

Les sept massifs français (Alpes, Pyrénées, Jura, Vosges, Massif Central, Hauts de la Réunion, Corse) couvrent 30% du territoire et concernent 7,7 millions d’habitants. La prise en compte de ce milieu par les pouvoirs publics est intervenu dès le début du 19è siècle, avec la politique de restauration des terrains en montagne. Elle s’est vue largement renforcée à partir des années 60, sous le pilotage de la DATAR, développant des soutiens spécifiques à l’agriculture de montagne (Indemnité Spéciale Montagne, notamment). La loi montagne de 1985 pour le développement et la protection de ce milieu a permis notamment d’instaurer le Conseil national de la Montagne et les comités de massif.

Des atouts et des relances :

La montagne est apte à répondre à une demande sociale forte en matière d’environnement et d’espace. Riche de 6 parcs nationaux et de 16 parcs régionaux, sa richesse patrimoniale bénéficie de nombreux outils de protection. Selon plusieurs rapports, valoriser ce milieu et freiner la déprise agricole passe par la multifonctionnalité des agriculteurs, le développement du secteur touristique, la valorisation de produits de qualité et du pastoralisme, la mise en oeuvre du développement durable. Bref, par une politique globale marquant la singularité de la montagne par rapport aux autres espaces ruraux, qui dépasse la seule compensation des handicaps naturels.

image051

 

image053b

image056

image057

image060

image061

Le poids de la montagne dans l’agriculture nationale

Démographie et emplois :

D’après le Recensement agricole, les zones de montagne regroupaient, en 2000, 101 930 exploitations agricoles, dont 42% correspondaient à des unités dites non professionnelles (Chatellier et al, 2004). En montagne, la diminution du nombre d’exploitations a été de 32% entre 1988 et 2000, soit un recul un peu moins intense que celui observé dans les territoires non montagneux (35%). Cette évolution varie cependant assez fortement en fonction des

orientations technico-économiques (OTEX) : -53% en polyculture, -47% en bovins-lait, -22% en ovins-caprins, -17% en fruits et autres cultures permanentes, -9% en bovins-viande.

Les exploitations agricoles individuelles, dont le nombre a fortement diminué, valorisaient toujours, en 2000, près de 70% de la superficie agricole utile (SAU) de montagne, soit un taux supérieur à la moyenne nationale (57%). Néanmoins, les structures sociétaires jouent un rôle croissant dans l’occupation de la SAU, leur part relative ayant progressé de 13% en 1988 à 29% en 2000.

En 2000, les zones de montagne rassemblaient 15% des exploitations agricoles et 14% des Unités de travail agricole (UTA). Entre 1988 et 2000, elles ont perdu 63 240 UTA (soit l’équivalent d’environ 15 UTA par jour), ce recul provenant exclusivement de la population familiale (Tableau 2). Près des deux tiers des UTA correspondaient aux chefs d’exploitation et aux co-exploitants, le salariat ne représentant que 9% de la main d’oeuvre totale. Seulement 4% des exploitations agricoles avaient, en 2000, recours au salariat permanent et 23% au salariat saisonnier. La part des chefs d’exploitation à temps complet a augmenté (de 51% en 1988 à 56% en 2000) pour atteindre un niveau supérieur à la plaine. De même, un rajeunissement de la population doit être soulignée, la proportion d’exploitants âgés de plus de 55 ans diminuant de 42% à 29% au cours de la période étudiée.

Surfaces et cultures :

En 2000, les zones de montagne couvraient près du quart de la surface totale du territoire national et 14% de la SAU. La SAU moyenne par exploitation agricole est passée de 26 hectares en 1988 à 39 hectares en 2000 (contre 42 hectares en moyenne nationale), soit une hausse de l’ordre de 50%. Les exploitations de montagne de plus de 100 hectares représentaient, en 2000, 8% des effectifs pour 35% de la SAU (contre respectivement 3% et 20% en 1988).

Cet agrandissement rapide des structures ne doit pas masquer le fait que 46% des exploitations (Notes et études économiques – n°25, août 2006) agricoles de montagne avaient, toujours en 2000, une superficie inférieure à 20 hectares (pour seulement 8% de la SAU). La part de la SAU des zones de montagne qui relève du faire-valoir direct (propriété) est passée de 54% en 1988 à 42% en 2000, ceci traduisant un développement du fermage, phénomène également constaté en plaine.

Parmi les 3,9 millions d’hectares de SAU relevant des zones de montagne, 71% correspondent à des Surfaces toujours en herbe (STH), 27% à des terres labourables et 2% à des cultures permanentes. La Surface fourragère principale (SFP) couvrait, lors du dernier recensement agricole, 90% de la SAU (Agreste, 2005). Si les zones de montagne représentaient le tiers de la STH nationale, elles couvraient moins de 4% des superficies de céréales, d’oléagineux, de protéagineux, de jachères, de cultures industrielles, de pommes de terre, de légumes et de vignes. Entre 1988 et 20004, la STH a faiblement reculé dans les zones de montagne (-2%) contrairement aux superficies de prairies artificielles (qui ont été transformées en prairies temporaires dont la hausse est de 54%) et aux céréales (Tableau 3).

Cheptel :

Compte tenu des conditions du milieu naturel, les zones de montagne sont principalement orientées vers les activités d’herbivores. En 2000, elles regroupaient ainsi 87% des brebis laitières françaises, 32% des brebis nourrices, 23% des chèvres, 22% des vaches allaitantes, 17% des vaches laitières et 11% des bovins mâles âgés entre un et deux ans (Tableau 4). Elles jouaient, en revanche, un rôle nettement plus modeste dans les productions de porcs (5% du cheptel de truies) et de volailles (3% des poulets de chair).

CONCLUSION

Le devenir de l’agriculture de montagne, qui exploite des milieux remarquables et intervient dans l’entretien des espaces montagnards, ne dépendra pas uniquement de la dynamique propre aux exploitations (gains de productivité, recherche d’efficacité, diversification des activités, etc.). Il dépendra aussi de plusieurs autres facteurs tels que : l’évolution du consentement à payer des consommateurs pour des produits alimentaires démarqués issus des zones de montagne ; le degré de protection du marché communautaire face aux importations de produits agricoles et agroalimentaires à bas prix en provenance de pays plus compétitifs .

 

VÊTEMENTS TRADITIONNELS DES PAYSANS ET / OU AGRICULTEURS DU PAYS DE SAULT

image063image065

image067  image069  image071

Les différents habits portés aux XVIII ème et XIX ème siècles au Pays de Sault

image073

image077  image081  image079

Godillots à clous et les sabots que l'on portait encore en 1920

image075  image083  image085

Liquettes

image087  image089

Les tenues vestimentaires que portaient les femmes au Pays de Sault avant 1950

image091  image093  image095

 

image101  image105

Un petit tour sur la lingerie féminine que portaient nos ancêtres au Pays de Sault

image099  image121  image109

 

image103

 

image111  image107  image115  image113  image119

Vous avez la possibilité d'agrandir la photo en cliquant dessus

image123

image125

 

L'HABITAT PAYSAN

 

image127  image129

Certainement la plus vieille ferme inactive de Belcaire debout et dans l’état de 1950 : La Borde de PUEL à la Plaine

image131

MERLIN et son troupeau dans les années 1950

image133  image135

image137

Certainement la dernière ferme en activité et les dernières vaches au milieu du village de Belcaire.

Jean de PÉTÉTI prend sa retraite en 2010. Une page d’histoire de la vieille paysannerie Belcairoise se termine avec cet agriculteur formé par son père jusqu'au début 1970.

image139  image141

image143

A l'écart du village, étables en activités d’agriculteurs Belcairois

image145  image147

Bergeries des pastous (berger) en activités à Trassoulas

Les nouvelles exploitations agricoles ont quitté le coeur des villages, une seule est encore en activité au coeur de Belcaire, mais pas pour très longtemps.

Le logement familial, bien que proche des bâtiments d'élevage, n'est plus intégré à l'étable comme cela se faisait au siècle dernier.

image149  image151

Bergerie en activité 2009, au fond le Pic Saint Bartélemy / Maisons et dépendances d’agriculteurs retraités

image153

Habitation de Romain de Belcaire regroupée autour d’une cours avec l’étable (vaches), le paillé (herbe et paille), hangar (machines et outils agricoles)

L’étable qui se trouvait sous les habitations à cette époque, lieu de vie des vaches et autres animaux

image155  image157

 Avant : Étable en activité en 2009   Après : Étable d’un agriculteur retraité 

image159  image161 
image163   image164 

 

image168  image166

Abreuvoirs d’étable

image172

Cordage, jougs et nécessaire à l’attelage des vaches

image174

Une collection de cloches à vaches

image178  image170  image182

Nécessaire aux vaches, cordages divers, sur la photo de droite, se sont des "mouralh" sorte de panier que l'on met au museau des bêtes pour les empêcher de manger l'herbe lors des labours, se qui gênerait la progression de l'araire

image180  image184  image186  
Objets divers, permettant atteler les bêtes et de les entretenir -- Crochets divers pour atteler la charrette -- Pots à lait. 
La maison du paysan et actuellement de l’agriculteur ou éleveur
 
image190 image192 image194
Moulin à café et pots à saler
image196    image198    image200    image204
Les poêlons -- le moulin à café -- le réchaud -- la balance
image202    image206
Photo de gauche : Le frigo d’époque
 image208  image214
A l'époque il y avait beaucoup de vaisselle en terre cuite
image218  image212
Photo de gauche : gourde d’un poilu 1914/1918 et pot à eau. Photo de droite : remarquez l’épaisseur des assiettes
image220  image222
  cruches et moulins à café et ustensiles de cuisine
image224  image226
Photo de droite, la cruche servant à mes grands parents lors des travaux des champs en été de 1920 à 1940
image228  image236
Photo de gauche : la bombonne ayant servi à mes grands parents lors des travaux des champs  en été de 1950 à 1980
image230  image232  image234

Poure et pilon                               Soupière                                       Pot à eau

image238  image240  image242

Pots à lait – cruche

image246  image248  image250

Carafes - bouteilles - nécessaire huile & vinaigre

image268  image270

Diverses vaisselles

image252  image254  image256
image260  image278

cliquez sur les photos si vous voulez les agrandir

image276  image280  image282
image274  image284  
image290   image272   image288

 

image292

Une des rares cheminées Belcairoises restée comme il y a soixante dix ans.

La cuisinière blanche réchauffait mes petits os lors des hivers froids et rigoureux de 1950.

image294  image302

Banc que l’on trouvait à côté du feu. Photo de droite, un pétrin où les Belcairoises pétrissaient et faisaient cuire le pain jusqu’en 1955

image296  image300  image298

La cuisine, lieu de vie de la maison avec la grande cheminée et les fours à pain de Trassoulas

image304

Chaudrons en cuivre pour la confiture et la cochonnaille

image306  image308  image310

Autres chaudrons et marmites en fonte d'époque

image314  image312 

image316

Cocotte en fonte, le coin du feu où les repas étaient mis à chauffer, poêles

image328   image322   image324   image320   image330
Le trépied que l'on glisse au-dessus des braises dans la cheminée, les crémaillères, les soufflets et mourdaches. Cafetière avec filtre chaussette
image326  image332

Les chopes en étain  et l'éclairage de l'époque, bougeoirs et la fameuse lampe "pigeon" que les ménagères ont tant astiqué

image334  image336  image338

 

image342  image344  image340

Voilà différents modèles de barattes à beurre

image346  image348
Pressoir et forme à fromage sert aussi de moule à beurre
image350  image372
Placards et buffet à vaisselle que l’on trouvait dans les cuisines
image352  image356

Tables de ferme

image358  image360

image364

Table vue à l’Ourza par mon ami Francis dans les années 1950. Les assiettes sont creusées dans la table

Nous prolongerons cet inventaire de meubles d'époque réalisé par "Gens de Belcaire" dans la seconde partie, car rien ne lui a échappé.
J'aimerai vous montrer maintenant quelques photos prisent entre 1900 et 1950 de ces hommes et femmes qui vivaient de la terre au Pays de Sault, c'est ma façon de leur rendre hommage, je vous en présenterai d'autres aussi dans la seconde partie de ce reportage ...

agriculture de montagne en Aude005

Le couple au labeur, ensemble il faisait vivre "l'oustal" (maison). La femme s'occupait de multiple tâches, tenue de la maison, de la basse-cour, du jardin, de l'éducation des enfants et elle trouvait le temps de travailler aux champs et à la forêt, surtout au moment des récoltes où il fallait beaucoup de main-d'oeuvre.

La photo a été prise le long de la D613 au pied du pic des Sarrasis dans les années 1940

agriculture de montagne en Aude002  agriculture de montagne en Aude024

Photo de gauche, Jean-Baptiste Vergé, le grand-père, amène son fils et ses petits fils sur le char à boeufs. Photo de droite, récolte de la patate au pied du Pech à Belcaire

agriculture de montagne en Aude001

Trois attelages pour le labour à Montaillou dans les années 20. L'araire est en fer façonnée par le maréchal ferrant, cela coûtait de 100 à 140 francs en 1910. Le bouvier tient une longue "agulhada" aiguillon solide muni d'un "ferralhat" (pointe métallique).

Le labour avec araire divise une pièce en "selhous" de la largeur d'une perche. La "rabattue" forme le bombement, la "curade" donne le creux du sillon.

agriculture de montagne en Aude008

Le "râteau" pour ratisser le fourrage avant 1914, une femme conduit l'attelage de boeufs

agriculture de montagne en Aude009

La retraite dans le monde paysan, il n'y en avait pas à cette époque. La grand-mère se rendait utile ici en maniant le râteau, jusqu'au jour où elle ne quitterait plus le coin de l'âtre, puis le lit. Et alors la mort viendrait vite.

agriculture de montagne en Aude010

Le charroi des gerbes en août 1935 après la moisson pour les stocker sous le "couvert" ou le hangar. On commence toujours par l'avoine qui craint l'intempérie.

agriculture de montagne en Aude011

Fouchac Jules menant l'attelage en 1911 à Quirbajou près de Saint-Martin-Lys au sud de Quillan. On aperçoit le village de Quirbajou qui est en impasse au loin à gauche.

agriculture de montagne en Aude029

Les "montagnards" du "Pays-Haut" descendaient au "Pays-Bas" pour vendanger en septembre dans le Minervois et vers Rivesaltes

agriculture de montagne en Aude020

Au Pays de Sault la vache devait être utilisée aux labours voire aux charrois. Ici en 1935 pâturages le long de la forêt de Callong entre Belvis et Coudons.

Les trois richesses du Pays de Sault à cette époque, les champs et pâturages, le bétail et la forêt  qui a pris le"pas" aujourd'hui.

agriculture de montagne en Aude021

Jean Vacquié, dit "Pététi" et ses moutons à Camurac où il y avait les meilleurs ovins du Pays. La photo date probablement des années 50.

Dans le passé, deux ou trois cents troupeaux de 220 ovins pâturaient en Pays de Sault.

agriculture de montagne en Aude018

Le grand-père aidé de ses chiens conduit son troupeau au pâturage à proximité du village.

En général, c'était "l'affaire" des personnes âgées, surtout ne prenoncez jamais le mot : retraité !

agriculture de montagne en Aude028

La pomme de terre est devenue le légume primordial de l'alimentation. C'est la culture par excellence de la montagne grâce à sa prédilection pour la fraîcheur. Avec les patanes (patates) on engraissera les cochons, et on aura du lard et du jambon.

Le 15 octobre, date fatidique, toutes les pommes de terre, d'en haut et d'en bas doivent être rentrées.
Dans la seconde partie du reportage nous reparlerons de la "patane"

  agriculture de montagne en Aude030

Le paysan Belcairois près de l'âtre, après une dure journée de labeur passé aux champs.
Cette photo marque toute une époque passée, à suivre ...
 

Pour ne pas rater le prochain reportage de cette série, signé "Gens de Belcaire" :  L'AGRICULTURE DE MONTAGNE EN AUDE, 2 ème partie 
c'est simple, suivez le conseil indiqué ci-dessous :

 

Ainsi se termine ce reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

julie 320 x 213 newsletter

Partager cet article

Réalisé par Gens de Belcaire / Jean-Pierre LAGACHE - dans DÉCOUVERTE
commenter cet article

commentaires

TAULEIGNE 08/12/2016 16:30

Grâce à votre site, je viens de faire une super balade dans les activités et les paysages liés au monde paysans de ma jeunesse. De fin 1940 à début 50, je fus, pendant quelques estives, pastou à la Croix de Bauzon, puis à La Palisse en Ardèche. L'Ardèche des montagne, du plateau du Tanargue, de Loubaresse, pays de mon Père. J'ai vécu de belles aventures dans ce milieu. De celles qui vous apprennent à grandir en regarder la nature, en écoutant la sagesse des anciens.
Merci pour ce retour aux sources. À ce qui fait l'essentiel de la vie pour celles et ceux qui en ont compris le sens.
Marcel Tauleigne

Jean-Pierre 08/12/2016 17:34

Merci beaucoup pour ce beau témoignage

Daniel 27/04/2011 22:17



Bravo pour ces belles images qui témoignent d'un regard passionné.
De très belles images, un talent certain, qui rend humble... les photographies se suffisent à elles-mêmes. Merci et bravo !
Félicitations et bonne continuation....
Je vois que, comme moi, tu aimes la nature et que ton oeil exercé sait repérer les détails interessants qui méritent la photo.