Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.belcaire-pyrenees.com
  •  www.belcaire-pyrenees.com
  • : BELCAIRE capitale du Pays de Sault en Languedoc Roussillon. Au départ j'ai réalisé ce site pour partager les retrouvailles 33 ans après, de 17 copines, dans cette région authentique préservée en territoire cathare au pied des Pyrénées. Mais je me suis aperçu que l'Aude n'était pas assez mise en valeur, alors amoureux de cette région et la passion étant là, j'ai réalisé des reportages pour vous présenter ce département aux lieux chargés d'histoire. Ce site a pour but surtout de vous faire découvrir cette région authentique, plein de charme qu'il faut aller visiter.
  • Contact

ANNONCES-MESSAGES-ACTUALITÉS

Ils veulent vous informer !

Pour découvrir les annonces

  cliquez sur la photo

Photo pour les annonces 02

Faites Une Recherche Sur Ce Site

LIENS UTILES

En cliquant sur l'une des images ci-dessous :

1 - vous pouvez écouter Radio Montaillou en direct

 

logo 01cliquez sur le logo RADIO MONTAILLOU ci-dessus pour écouter la Radio en direct
(en cliquant sur leur site en haut à droite)
pendant que vous consultez les pages du site
 

 

 

Pour suivre la progession et connaître la position des ours dans les Pyrénées
téléphonez au 05.62.00.81.10
 
Vous pouvez m'écrire
CLIQUEZ SUR LE PETIT CHIEN ROMÉO POUR ME CONTACTER
 
 
LIVRE D'OR
cliquez sur la photo pour déposées vos marques de sympathie et pour les visionner

Gîtes dans une ancienne école place du village de Comus, village situé
sur le tracé de l'emblématique Sentier Cathare et à proximité des gorges de la Frau et de Montségur
 
Locations gîtes et chambres d'hôtes à Ignaux dans les montagnes des Pyrénées
en Haute-Ariège près d'Ax-les-Thermes
 
Hôtel Restaurant Bayle ** à Belcaire

 

Sites d'Ami(e)s

Les Amis du Sabarthez de Pierre Cortinas

 

Pour le développement du tourisme au Pays de Sault :

     l'Association le Grand Sault

 

on y trouve des renseignements intéressants sur ce site :

     Chambre d'Agriculture de l'Aude

 

Logo réduit office du tourisme du pays de sault

Office du Tourisme du Pays de Sault

Chemin départemental 613

11340 ROQUEFEUIL

Tél : 04.68.20.75.89

 

Retour à la page d'accueil

LES LIVRES CONSEILLÉS

Nouvelle Rubrique pour découvrir

des livres intéressants

cliquez sur la photo

livres conseillés

MESSAGE

29 juin 2010
bandeau le monde rural 825x250bandeau-pass--retrouv-.jpg

Avant-propos : Mon ami, qui a pour pseudonyme "Gens de Belcaire", m'a adressé cinq articles avec des photos, qui sont étroitement liés à la vie au Pays de Sault. Je vais donc vous proposer ces cinq reportages intéressants, après avoir réalisé le montage et la mise en forme sur le site.

Voici, les sujets qui seront successivement présentés : "les maisons de bois", "l'école primaire de Belcaire - L'école d'antan - Pays de Sault", "Les cafés et épiceries de jadis à Belcaire", "l'agriculture de montagne en Aude" et "les moissons au Pays de Sault en Aude".

Si vous possédez des photos, par exemple de vos grands parents travaillant aux champs ou si vous voulez apporter des informations, témoignages, photos sur ces sujets, même après la diffusion je peux compléter l'article. C'est le moment d'ajouter votre pierre à l'édifice ... et de faire vivre votre patrimoine, contactez moi ! 

 

Voici le second reportage de la série, signé "Gens de Belcaire" L'ÉCOLE PRIMAIRE DE BELCAIRE - L'ÉCOLE D'ANTAN - PAYS DE SAULT :

 

école primaire de Belcaire 2009

L'école primaire de Belcaire en 2009

Ecole primaire Belcaire 001   Ecole primaire Belcaire 002

Faisons un bon dans le passé pour découvrir l'école autrefois, ... mais pas si loin que cela !

Ecole primaire Belcaire 003

Le tableau noir, le crissement de la craie, cela ne vous rappelle rien !  Ecole primaire Belcaire 007

L'église de Belcaire et le Casteillas en 1950.

Autrefois l'église possédait un clocher de style Roman qui fut remplacé par un clocher tour en 1884. Le restant des façades de l'église a été remanié en 1936.

Ecole primaire Belcaire 006

Une vue aérienne de Belcaire dans les années 1950-55

Ecole primaire Belcaire 008  Ecole primaire Belcaire 009

Une vue générale de Belcaire en 1910 et photo de droite, l'entrée du château en 1905, une fromagerie a occupé les lieux après 1945

Ecole primaire Belcaire 010  Ecole primaire Belcaire 011

L'ancienne école de Belcaire en 1900 et 1910 qui sera utilisée plus tard en Perception

Ecole primaire Belcaire 012

Voici l'ancienne école en 2010 réhabilité en habitation, l'aspect extérieur n'a pas changé

Que de souvenirs Belcairoises & Belcairois !

Ecole primaire Belcaire 013  Ecole primaire Belcaire 014

Photo de gauche, une ancienne école primaire aussi de Belcaire située à proximité de la précédente, qui sera successivement transformée en caserne de pompiers puis réhabilitée en habitation. Photo de droite, l’école du hameau de Trassoulas dépendant de la commune de Belcaire

Ecole primaire Belcaire 015L'école primaire de Belcaire en 2010

Les documents de la fin du XVII ème siècle en Pays de Sault font état d'un analphabétisation largement répandu : l'école est donc devenu nécessaire. Pourtant l'instruction ne viendra que progressivement à travers les "régents" du XVIII ème siècle, l'école du Directoire, l'école du milieu du XIX ème siècle (source de conflits entre l'instituteur laïc et les religieux(ses), et enfin l'école de la République.

école des garçons à Belcaire en 1898 instituteurs Bézia

L'école des garçons de Belcaire en 1898, les 31 élèves sont regroupés autour des instituteurs Bézia et Combes

Aucun n'est plus aujourd'hui, mais grâce à la mémoire de Joseph Verdier, 2ème à partir de la gauche au 2ème rang, décédé à l'âge de 103 ans, il a pu mettre un nom sur ces visages, comme Bayle, Camurac, Graule, Medus, Pélofy, Toustou, Verdier, Vergé, ... etc. Celui qui refuse de croiser les bras au premier rang c'est Alphonse Graule.

Ecole primaire Belcaire 016

Belcaire l'école publique en 1914

Il y avait également une "école des Soeurs" qui comptait à peu près le même effectif.

L'école des filles à Belcaire : Les Soeurs de la Sainte-Famille créé en 1844

Dans les gros villages du XIX ème siècle, les religieuses étaient régentes. On notera qu'à l'époque, il y a plus de filles scolarisées que de garçons. Ce n'est pas que les garçons ne voulaient pas s'instruire, mais leurs parents avaient pour eux d'autres destinées, les fils de cultivateurs sont utiles aux champs et peuvent être bergers dans les landes. En ce temps là, il fallait énormément de mains d'oeuvre dans les exploitations forestières et dans les fermes.

Un texte datant de 1845 dit ceci : "Depuis que nous possédons, dans la commune, les Soeurs institutrices de la Sainte-Famille, douées d'excellentes qualités, jouissant à juste titre d'une très grande considération des habitants de Belcaire ...". L'éducation des filles mérite donc quelque petit sacrifice de la part du Conseil Municipal. On fera demande à l'autorité compétente afin que Madame Saint-Jacques, supérieure de l'établissement, soit nommée institutrice communale. On lui alouera 50 francs de traitement annuel sur le budget communal de 1845.

Ecole primaire Belcaire 017

Photo de classe de Belcaire datant de 1953-1954

Ecole primaire Belcaire 018

École primaire Année scolaire 1971-1972, l'institutrice Madame Irène Pacareau qui a éduqué à Belcaire pendant 27 ans, malheureusement elle a quitté notre monde en 2002, elle était accompagnée ici par l'instituteur Pierre Clottes qui a pris sa retraite

Nota : si vous désirez connaître les noms des élèves figurant sur ces photos rendez-vous ICI

 

Ecole primaire Belcaire 019  Ecole primaire Belcaire 021

Hommage particulier aux maîtres des lieux de 1965 à 1985,  l'institutrice feu Madame Irène Pacareau et l'instituteur Monsieur Pierre Clottes

 

La loi du 16 juin 1881 instituant la gratuité de l'école publique fut bien accueillie dans les villages où le financement était assuré par les familles (l'écolage), les centimes additionnels, les impositions extraordinaires et les ressources forestières de la région.

Avant la grande vogue des constructions scolaires, "la maison d'école" était loué à un particulier. Souvent impropre à l'usage d'enseignement, car elle était succinctement aménagée. Comme pour mieux souligner le rapport entre l'éducation et la démocratie, de nombreuses communes intègrent école et mairie dans le même bâtiment. Les municipalités firent de la surenchère, chacune voulant rivaliser avec les autres dans la beauté de la construction. Les écoles fleurirent dans toutes les communes du Pays de Sault comme vous pouvez le voir sur ces photos témoignages ci-après.

Ce gigantesque effort des communes du Pays de Sault en faveur de l'éducation se traduisit dans le pourcentage de conscrits alphabétisés dés 1899. Sur le canton d'Axat 94 % savaient lire et écrire et sur le canton de Belcaire 93 %.

école de comus 1905 En 1879, la municipalité de Comus acheta à Jean-Pierre Vergé dit "La Terreur", une maison spacieuse la seule à pouvoir contenir la futur école et mairie. Les écoliers fréquentaires ce lieu une vingtaine d'années environs, jusqu'à la construction de la nouvelle école voir la photo ci-aprèsCOMUS Aude 09

Comus en 2008, l'école d'autrefois sert de "gîtes d'étape" aujourd'hui

Camurac l'école mairie en 1905

L'école-mairie de Camurac en 1905

école des garçons à camurac en 1900La classe des garçons de Camurac en 1900, les deux fillettes se trouvant au milieu des 24 garçons sont probablement les filles de l'instituteur Monsieur Taffine

Tous sont revêtus d'un tablier identique, noir pour les plus grands et gris pour les petits, achetés à la foire de Belcaire;

Parmi ces écoliers portant des noms typiques du Pays de Sault (Sarda, Graule, Arcens, Toustou, Pélofy, ... etc.), il y a, à la gauche du maître Alfred Graule qui sera le futur consul de France en Turquie et au premier rang en bas rayés et tricotés se sont les deux fils des meuniers du Moulin du Pas.

Plus du tiers de ces enfants seront emportés par la Grande Guerre 14/18.

 

école d'Aunat en 1907

L'école-mairie du village d'Aunat en 1907, les garçons d'un côté, la mairie au centre et l'école des filles de l'autre côté

école de Roquefeuil en 1910

A Roquefeuil en 1910, comme partout ailleurs les filles étaient séparées des garçons, car à cette époque, du point de vue moral il n'est pas possible de laisser subsister une école mixte (dixit le conseil municipal de Béssède-de-Sault en 1883)

Ecole primaire roquefeuilEncore de l'authenticité, comparez avec la photo ci-dessus 98 années plus tard, voici l'école de Roquefeuil en 2008

 

Une école est un établissement permettant d'accueillir des individus appelés écoliers afin de leur dispenser un enseignement de façon collective. Le mot école vient du latin schola, signifiant loisir consacré à l'étude, lui-même provenant du grec scholè, lequel constituait un idéal souvent exprimé par les philosophes et une catégorie socialement valorisée opposée à la sphère des tâches productives.

A l'école les garçons et les filles sont séparés (sauf en maternelle). Le retour à la mixité s'opère dans les années 1970.

La classe fonctionne du lundi au samedi, le jeudi étant le jour de repos. Une récréation a lieu le matin, et une l'après midi. L'entrée en classe se fait au coup de cloche. Les élèves se mettent alors en rang dans la cour en attendant l'autorisation de l'instituteur (trice) pour entrer. Une fois en classe les élèves attendent l'autorisation de l'instituteur (trice) pour s'asseoir, commence alors l'appel. Les absents sont consignés sur un registre.

Ecole primaire Belcaire 020

Le fameux bonnet d'âne

Le mobilier de classe

Ecole primaire Belcaire 022

Le mobilier de la classe se compose de tables à deux places avec banc. Le pupitre comporte une rainure pour le porte plume, le crayon, la gomme et le double décimètre, ainsi qu'un emplacement individuel pour l'encrier en porcelaine. Le papier buvard est utilisé afin d'éviter les tâches sur les cahiers. Dans la case l'élève range son ardoise, son éponge, ses livres et cahiers.

Ecole primaire Belcaire 023

Un pupitre avec un encrier intégré. Les bancs étaient soudés aux tables.

Nous étions à tour de rôle responsable de l’entretien de la classe pour laver le sol et cirer les pupitres. Il fallait aussi aller chercher du charbon pour le chauffage, remplir les encriers le matin …

Ecole primaire Belcaire 024  Ecole primaire Belcaire 025

Le bureau de l'instituteur (trice) est posé sur une estrade et domine ainsi toute la classe. Derrière se trouve un grand tableau noir, sur lequel on écrit à la craie.

Ecole primaire Belcaire 026  Ecole primaire Belcaire 027

 

Ecole primaire Belcaire 028Le tableau noir

Les écoles peuvent être obligatoires ou facultatives, selon les pays, durant un temps plus ou moins long. Dans presque tous les pays (la France ou les États-Unis par exemple), ce n'est pas l'école qui est obligatoire, mais l'instruction des enfants. Dès lors, des parents peuvent décider d'instruire eux-mêmes leurs enfants à la maison ou de les confier à des écoles de leur choix. En France, on impose qu'en fin de cursus, les enfants aient un niveau comparable à celui des enfants scolarisés.

L'âge de début d'instruction obligatoire se situe généralement aux alentours de 6 ans (6 ans au Québec, au Canada et en France, 7 ans en Finlande).

L'âge de fin d'obligation d'instruction est nettement plus disparate, variant de 9 ans en Chine populaire à 16 ans dans beaucoup de pays occidentaux ; il dépend essentiellement des moyens financiers que le pays peut, ou veut consacrer à l'éducation de sa jeunesse.

Ecole primaire Belcaire 029 Ecole primaire Belcaire 030

Banc et pupitre, la partie supérieure se soulevait permettant ainsi de ranger ardoise et cahier

Ecole primaire Belcaire 031  Ecole primaire Belcaire 032

A la veille des grandes vacances, les élèves nettoient et cire leur table

école d'antan 01

 

Ecole primaire Belcaire 034

Un ordre parfait régnait dans la classe

 

Système scolaire primaire et secondaire en France

Âge 3 ans 4 ans 5 ans 6 ans 7 ans 8 ans 9 ans 10 ans 11 ans 12 ans 13 ans 14 ans 15 ans 16 ans 17 ans 18 ans
Classe Maternelle école élémentaire de cp à cm2 collège de 6 ème à 3 ème lycée de la seconde à la terminale

 

L’apprentissage de l’écriture

En France, l'école maternelle accueille les enfants de 3 à 6 ans et même parfois, dès l'âge de 2 ans. Bien que l'instruction obligatoire ne débute qu'à six ans, la très grande majorité des enfants fréquentent l'école maternelle dès trois ans. L'instruction obligatoire commence généralement avec l'entrée à l'école primaire vers l'âge de six ans (un peu plus tôt aux Pays-Bas, plus tard en Finlande).

 

C'est durant cette période que s'acquièrent les bases de l'apprentissage de la lecture, de l'écriture et des mathématiques.

Ecole primaire Belcaire 044

Une méthode syllabique pour apprendre la lecture

Ecole primaire Belcaire 045    Ecole primaire Belcaire 047    Ecole primaire Belcaire 046

L'enseignement secondaire couvre les degrés scolaires qui se situent entre la fin de l'école primaire et l'université. L'école secondaire est souvent scindée en deux ordres d'enseignement qui correspondent l'un aux dernières années de l'enseignement obligatoire et l'autre au début de l'enseignement post obligatoire. Les systèmes retenus par les différents pays peuvent être très différents.

La fin de l'enseignement secondaire est fréquemment sanctionnée par un diplôme.

En France, il s'agit du baccalauréat ; à ne pas confondre avec le titre homonyme sanctionnant la fin des études supérieures de type court dans la nouvelle législation européenne.

Ecole primaire Belcaire 048

Obtenir à l'époque le certificat d'étude, était signe de grande capacité.

 

Cartables et vêtements d’écoliers d'antan

Un cartable est un type de bagage de forme rectangulaire destiné à transporter du matériel scolaire. Le cartable est muni d'une poignée. Il peut aussi être équipé de bretelles de portage ou d'une bandoulière. La tendance, depuis la fin du  XX ème siècle, est de le remplacer par un sac à dos inspiré des sacs de sport ou de randonnée. Il porte, d'ailleurs, souvent la marque d'un fabricant de matériel sportif, ce qui en fait un objet identitaire. Les cartables sont souvent colorés et parfois garnis de réflecteurs, pour une plus grande sécurité sur la route.

Ecole primaire Belcaire 054  Ecole primaire Belcaire 055

Les cartables de jadis d'écoliers

Ecole primaire Belcaire 052  Ecole primaire Belcaire 053

 

Ecole primaire Belcaire 057  Ecole primaire Belcaire 058

Les modèles de cartables évoluent à travers des époques différentes

Ecole primaire Belcaire 059  Ecole primaire Belcaire 060

La littérature du XIX ème siècle montre souvent des enfants portant leur cartable en bandoulière, comme une besace. L'usage des deux bretelles permettant un port sur le dos ne date que du début du XX ème siècle.

Ecole primaire Belcaire 056  Ecole primaire Belcaire 061

Pour aller à l’école, nous portions aussi à une certaine époque, des blouses noires. Les filles étaient en jupe. Le pantalon était interdit. Les garçons portaient des culottes courtes, même l’hiver. Pour protéger du froid, nous mettions des gabardines à capuche. Nous portions des galoches aux pieds.

En ce temps là, régnaient l'ordre et la discipline !

Ecole primaire Belcaire 062  Ecole primaire Belcaire 063

Les élèves sont revêtus d'un tablier généralement de couleur grise.

 

L’apprentissage de l’écriture avec le porte-plume

 

école d'antan 02

Ecole primaire Belcaire 036

L'encrier qui a fait son temps

Ecole primaire Belcaire 037  Ecole primaire Belcaire 038

  D'autres photos d'encriers

Ecole primaire Belcaire 039  Ecole primaire Belcaire 040

L'encrier en porcelaine, encastré dans la table de l'écolier. Une collection de plume de différentes marques

Ecole primaire Belcaire 041  Ecole primaire Belcaire 043

Les plumiers pour ranger crayons et porte-plumes. L'ardoise, outil essentiel dans les écoles au XIX ème siècle

Ecole primaire Belcaire 042  Ecole primaire Belcaire 074
 Les plumes Gauloises et Sergent Major ! toute une époque

La plume est un morceau de métal ou d'autre matière, taillé en bec, dont la forme permet de retenir une petite réserve d'encre par capillarité et qui, adapté à un porte-plume, sert à écrire ou à dessiner.

L'utilisation de la plume pour écrire est liée à l'utilisation de l'encre, contrairement aux instruments permettant de graver : style, ou de déposer leur propre matière : craie, graphite. La plume est en concurrence avec d'autres instruments pour déposer de l'encre : le pinceau en Extrême-Orient et le calame au Moyen-Orient et en Afrique. Par sa forme, sa fente et sa souplesse, la plume permet de calligraphier les pleins et les déliés dont l'apprentissage a marqué des générations d'écoliers.

Ecole primaire Belcaire 075  Ecole primaire Belcaire 078

Chaque élève consigne dans le cahier du jour les faits marquants de sa journée. Celui-ci est entretenu avec grand soin, les titres sont soulignés à la règle. Les élèves qui ont réussi un exercice reçoivent de l'instituteur (trice) un bon point ou une image.

Ecole primaire Belcaire 076  Ecole primaire Belcaire 077

 

Les différentes sortes de plumes sont :

  • les plumes d'oie ou d'autres oiseaux ;
  • les plumes métalliques ;
  • les plumes en autres matières (verre, celluloïd, etc.).

Les plumes sont faites à partir de plumes d'oiseaux. Si aujourd'hui on ne parle plus que de plume d'oie, les plumes de corbeau, de coq de bruyère et de canard étaient utilisées pour l'écriture fine et les plumes de vautour et d'aigle pour l'écriture à traits larges. La plume d'oie (d'oiseau) est connue des romains mais ils lui préfèrent le calame et elle ne s'impose qu'à partir du V ème siècle après J.-C. Elle dominera tout le Moyen Âge et la période classique. Elle disparaît pratiquement à la fin du XIX ème siècle.

La plume métallique apparaît dans l'antiquité, plumes de cuivre en Égypte, plume de bronze à Rome, plumes d'or et d'argent au Moyen Âge, mais sa mauvaise souplesse et sa mauvaise tenue à la corrosion provoquée par l'encre ne lui permet pas de détrôner la plume d'oie et elle reste un objet d'artisanat et de curiosité.

Seule l'apparition de nouveaux aciers ayant la résistance et la souplesse nécessaire lui permettra de conquérir le monde. Ces premiers aciers sont produits à Birmingham vers 1820 et dès 1835 les plumes métalliques anglaises commencent à s'exporter dans le monde entier pour remplacer la plume d'oie et le calame.

Dès la fin du XIX ème siècle, le stylographe (ou stylo-plume ou porte-plume réservoir) a ensuite concurrencé la plume pour porte-plume avec l'avantage de posséder sa propre réserve d'encre, d'abord sous forme d'un réservoir, puis de cartouches jetables.

Dès 1960 le stylo à bille et le stylo-feutre détrôneront la plume qui n'est plus aujourd'hui utilisée que pour la calligraphie, le dessin et sur les stylographes

Aujourd'hui, la plume est devenue un objet de collection recherché par les calamophilistes (avant on utilisait le calame, un roseau taillé, d’où le nom de collectionneur de plumes).

Ecole primaire Belcaire 079  Ecole primaire Belcaire 066

Tous les accessoires équipant les classes d'antan

Ecole primaire Belcaire 072  Ecole primaire Belcaire 080

Nous avions des devoirs : des opérations, des exercices d'arithmétique, des leçons de sciences, histoire et géographie à apprendre par cœur. Nous connaissions tous les départements de France par coeur.

Ecole primaire Belcaire 065  Ecole primaire Belcaire 064

Sur les murs on trouve de grandes cartes de géographie et de science.

Ecole primaire Belcaire 067

L'histoire de France était contée avec des images figuratives sur des grands panneaux disposés au mur dans la classe

Ecole primaire Belcaire 068  Ecole primaire Belcaire 070

 

Ecole primaire Belcaire 071

Les poids et mesures permettaient l'enseignement du calcul

Ecole primaire Belcaire 051  Ecole primaire Belcaire 049

Au début du XX ème siècle, le poêle est le moyen de chauffage habituel des classes. A titre d'exemple le chauffage central ne sera installé qu'à partir de 1938 à l'école des garçons.

Ecole primaire Belcaire 050

Autre modèle de poêle, dans une autre classe ...

Enfin je terminerai cet article en rendant encore une fois hommage à mes instituteur et institutrice : feu Madame Irène Pacareau, et Monsieur Pierre Clottes qui ont énormément travaillé pour pérenniser l'histoire du Pays de Sault. Sans oublier mes anciens copains de classe.

 

Pour ne pas rater le prochain reportage de cette série, signé "Gens de Belcaire" : Les cafés et épiceries de jadis à Belcaire - Pays de Sault

c'est simple, suivez le conseil indiqué ci-dessous :

Ainsi se termine ce reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

julie 320 x 213 newsletter

Partager cet article

Réalisé par Gens de Belcaire / Jean-Pierre LAGACHE - dans DÉCOUVERTE
commenter cet article

commentaires

Nathalie Lohou 21/01/2015 11:14


J'oubliais d'ajouter que j'ai aussi connu l'humiliation d'aller au coin. Je suis née en 67... Eh oui, même fin des années 70... J'avais bavardé... Et je ne suis toujours pas convaincue que ce
n'était pas bien. Je ne peux toujours pas m'en empêcher, j'aime bien ça...

Nathalie Lohou 21/01/2015 11:05


Je trouve ce site délicieux. Je suis née en 67... et pourtant la craie, l'ardoise, le bois, les odeurs des salles de classe, tout cela me parle tellement... Merci.

damon 09/11/2014 21:07


J'ai adoré votre travail. Il décrit  parfaitement l'école publoique dans laquelle j'ai commencé ma scolarité en.... 1945, dans un petit village du centre de la France. Et c'est en cherchant
des documents pour ma petite-fille qui est en master 2 "Sciences de l'Education", , sur


une Ecole d'autrefois , sources primaires, etc, que je suis tombée sur votre site. 


Merci donc. 


 

Daniel 04/02/2014 14:56


Parfait !!!


Je viens de découvrir ce site, et : Que peut-on dire d'autre !!!!

Alexis 02/10/2012 15:33


Je retrouve les souvenirs d'enfance d'une petite école de village où mes parents étaient tous les deux instituteurs. Tout y est semblable. Ce site représente vraiment les écoles
primaires des petits villages. Je revois même l'écriture sur le tableau noir comme celle de mes parents. Incroyable comment tous les instituteurs écrivaient majestueusement. En 1962 avoir le
certificat d'études était important. Il y avait une fête de fin d'année où Monsieur le Maire était présent. Il y a encore beaucoup à dire.

Sarda 10/04/2012 23:08


C'est pas gentil Jean Pierre ,vous venez d'intérrompre mes grandes vacances ,car en découvrant ce reportage je viens de retrouver ma classe de l'école primaire de Belcaire ,ses bureaux en bois
,ses encriers et les porteplumes ,la cour de l'école avec son grand préau ,les toilettes ,le tableau noir  ... bref il ne me reste plus qu'a remettre ma blouse grise et à reprendre ,60
ans après ,le chemin de l'école pour y retrouver mon maître et mes camarades . Ceci dit encore bravo et merci Jean Pierre pour ce retour dans le passé

francisbernard 09/04/2012 13:46


C'est par hasard que j'ai découvert votre site.


Je tiens à vous relmercier car vous me permettez de me souvenir de ce temps de plus en plus ancien où j'étais un écolier d'une école primaire qui, bien que située en ville, ressemblait dans
l'intérieur à la vôtre.

jeanne 08/12/2011 12:51


  nous feson des recherches pour le journal de notre ecole un grand merci a votre site !!! :)

marie 19/10/2010 13:34



C'est un pur régal que de retrouver les odeurs, les couleurs, les bruits, les rires des cours de récréation, le maître qui frappait dans ses mains pour nous faire rentrer en classe après que nous
ayons fait silence, et nous être mis en rangs.


Nostalgie de si belles années, même si nous avions froid aux pieds et aux mains parfois en hiver.


 



Jean-Pierre 19/10/2010 17:45



Comme c'est bizarre, beaucoup ont cette impression en voyant ce reportage, je dirai même, ces sensations qui reviennent, ... et qui ne sont pas si éloignées de nous, que des bons souvenirs en fin
de compte.


Merci Marie pour le commentaire



durand 03/08/2010 18:04



bonjour jp , je vous ai deja ecrit mais je renouvelle mon contact car c est vraiment bien ce que vous faites . ( le bonnet d ane j 'ai connu pourtant j ai 47 ans c 'etait l 'humuliation
totale).Je suis l arriere petite fille de pelofy eulalie nee a Belcaire et je trouve passionant de pouvoir voir la ou elle a vecu



Jean-Pierre 15/08/2010 12:01



Merci pour votre commentaire, en effet nous avons déjà eu un échange d'email et cela me fait toujours plaisir quand les intrenautes se manisfestent, soit en laissant des commentaires ou en
m'envoyant un mèl auquel je répond toujours.


Au plaisir, de vous lire


Jean-Pierre



AMAROUCHE 01/07/2010 10:14



Bonjour !


C'est trés trés impréssionnant ! J'aime ça du fond de mon coeur. Oui, pourquoi le cacher à mes détracteurs surtout puisqu'ils le savent déjà ? J'aime me cultiver, m'instruire, aider à
construire mais pas à détruire. Le français ? Oui. Je l'aime pourquoi me renier ? Tout ce-ci me rappelle ma jeunesse même si c'est du temps de la guerre ces années 1950-1960 à El-Maïn. J'aime
lire, écrire, compter, réfléchir, regarder les anciennes photos, les scènes de vie d'autrefois, j'aime les bouquins, analyser pour tirer une leçon qui permet de corriger les afutes et de faire
perféctionner le bien. J'aime la connaissance des lois au minimum pour pouvoir se défendre en cas.....Je vous prie de me laisser faire photocopier et coller sur mon blog http://alas.blog.mongenie.com ce texte et ses images mais je ne sais pas raccourcir le texte. Over-blog ne dispose pas de la technique de collage des textes et
des photos. Si non, c'est moi qui ne sais pas le faire. Bravo et bonne continuation !



Liliane 29/06/2010 10:01



Encore et toujours BRAVO pour ces photos et C. P. à "remonter le Temps".


Liliane