Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.belcaire-pyrenees.com
  •  www.belcaire-pyrenees.com
  • : BELCAIRE capitale du Pays de Sault en Languedoc Roussillon. Au départ j'ai réalisé ce site pour partager les retrouvailles 33 ans après, de 17 copines, dans cette région authentique préservée en territoire cathare au pied des Pyrénées. Mais je me suis aperçu que l'Aude n'était pas assez mise en valeur, alors amoureux de cette région et la passion étant là, j'ai réalisé des reportages pour vous présenter ce département aux lieux chargés d'histoire. Ce site a pour but surtout de vous faire découvrir cette région authentique, plein de charme qu'il faut aller visiter.
  • Contact

ANNONCES-MESSAGES-ACTUALITÉS

Ils veulent vous informer !

Pour découvrir les annonces

  cliquez sur la photo

Photo pour les annonces 02

Faites Une Recherche Sur Ce Site

LIENS UTILES

En cliquant sur l'une des images ci-dessous :

1 - vous pouvez écouter Radio Montaillou en direct

 

logo 01cliquez sur le logo RADIO MONTAILLOU ci-dessus pour écouter la Radio en direct
(en cliquant sur leur site en haut à droite)
pendant que vous consultez les pages du site
 

 

 

Pour suivre la progession et connaître la position des ours dans les Pyrénées
téléphonez au 05.62.00.81.10
 
Vous pouvez m'écrire
CLIQUEZ SUR LE PETIT CHIEN ROMÉO POUR ME CONTACTER
 
 
LIVRE D'OR
cliquez sur la photo pour déposées vos marques de sympathie et pour les visionner

Gîtes dans une ancienne école place du village de Comus, village situé
sur le tracé de l'emblématique Sentier Cathare et à proximité des gorges de la Frau et de Montségur
 
Locations gîtes et chambres d'hôtes à Ignaux dans les montagnes des Pyrénées
en Haute-Ariège près d'Ax-les-Thermes
 
Hôtel Restaurant Bayle ** à Belcaire

 

Sites d'Ami(e)s

Les Amis du Sabarthez de Pierre Cortinas

 

Pour le développement du tourisme au Pays de Sault :

     l'Association le Grand Sault

 

on y trouve des renseignements intéressants sur ce site :

     Chambre d'Agriculture de l'Aude

 

Logo réduit office du tourisme du pays de sault

Office du Tourisme du Pays de Sault

Chemin départemental 613

11340 ROQUEFEUIL

Tél : 04.68.20.75.89

 

Retour à la page d'accueil

LES LIVRES CONSEILLÉS

Nouvelle Rubrique pour découvrir

des livres intéressants

cliquez sur la photo

livres conseillés

MESSAGE

29 mars 2014
bandeau-HISTOIRE.jpg bandeau decouvrir l'histoire d'un chateau

 

On se rapproche de la Méditerranée et cela fait le plus grand bien !

Aujourd'hui je vous propose de découvrir une région des Corbières peu fréquentée et pourtant elle vaut le détour. Le fabuleux sentier cathare passe par Durban dans les Corbières !

Quittez votre lieu de villégiature du bord de mer pour pénétrer à l'intérieur des terres et visiter, en empruntant les petites routes qui serpentent à travers les vignobles, les vestiges du moyen-âge et les villages qui les entourent. Dans ce reportage vous trouverez une généalogie très importante, qui je pense intéressera tous les passionnés d'histoire de l'Aude. La généalogie des seigneurs qui occupèrent ce château est tellement dense que je suis obligé de scinder ce reportage en deux parties. Suivez-moi pour un voyage dans le temps ...

logo label Pays Cathare 02

 

chateau de Durban Corbieres 052

Le village de Durban-Corbières émergeant de la brume matinale, dominé par les ruines de son château médiéval

carte 01

Durban-Corbières se situe à 153km de Toulouse, 128km de Castres, 63km de Béziers, 62km de Carcassonne, 47km de Perpignan et 32km de Narbonne,  Leucate au bord de la Méditerranée n'est qu'à 38mn

carte 02

Zoom sur un extrait de carte IGN, pour vous situer Gléon 9km au nord, par rapport au château de Durban-Corbières, il faut compter 10 mn pour s'y rendre en voiture.

Gléon dont il sera question dans le reportage.

Durban Corbières vue aérienne 01

Vue aérienne du village de Durban-Corbières

 

Blason du village de Durban Corbieres et de la famille Gleo

Blason du village de Durban-Corbières

Durban-Corbières (occitan : Durban de las Corbièras).

Cette région des Corbières était déjà occupée à l'âge de bronze (-2200, -1400), d'ailleurs un atelier de perles en cardium (fabrication de perles en coquillages marins) a été mis au jour lors de fouilles sur le territoire de Durban. Le site du Moulin à l'Ouest de Durban, a révélé la présence de nombreux fragments de coquilles de cardium edule, d'ébauches de perles, de quelques fragments de céramique et de quelques silex. Se sont les wisigoths qui ont succédé à l'occupation romaine. Ce sont les wisigoths qui ont laissé de nombreuses traces architecturales dans la région ainsi que des trésors archéologiques. Nombreuses sont les sépultures datant de cette époque mises à jour lors de travaux agricoles.

Durban-Corbières est traversé par la Berre, un torrent qui semble insignifiant en été, dont les terribles colères sont redoutées. La crue meurtrière de novembre 1999 est restée dans toutes les mémoires.

Durban Corbières photo ancienne 0108 en 1999Les 12 et 13 novembre 1999, la Berre en furie est en crue, détruisant les ponts et faisant de nombreux dégâts comme on peut le voir ici

chateau de Durban Corbieres 034

La Berre vous paraît paisible, mais ne vous fiez pas aux apparences, vous avez vu ce qu'il s'est passé en 1999.

En arrière-plan, le pont qu'emprunte la route d'Albas D40

Les Corbières vous offrent un voyage à travers l'histoire, avec Peyrepertuse, Quéribus, Aguilar ou encore Termes et Puylaurens (forteresses qui ont fait l'objet d'un reportage sur ce site, voir les sommaires). Voyage culturel et sportif puisque ces sites se visitent après avoir suivi les sentiers escarpés qui grimpent à l'assaut de ces "Citadelles du vertige". Aujourd'hui je vous propose de partir à la découverte d'un château en ruine qui a marqué l'histoire de cette région de Corbières, même s'il a très peu compté dans l'histoire cathare puisque en 1229, Guillaume de Durban jure fidélité au roi de France.

La construction des premiers châteaux se généralise à partir de la première moitié du XI ème siècle jusqu'au XII ème siècle. Rares avant l'an mil, les mentions de châteaux se font plus nombreuses dans les textes, passée cette date.

C'est aussi à cette époque que l'art roman apparaît dans l'architecture. Parmi les plus anciens ouvrages fortifiés de l'Aude, on peut entre-autres, citer celui de Durban-Corbières. C'est alors l'instauration de la seigneurie banale. Les premières tours liées à la mise en place des seigneuries banales sont de modestes constructions à plan rectangulaire, dont le rez-de-chaussée aveugle était pourvu d'une porte accessible par une installation amovible. Cette pièce était souvent surmontée d'un ou deux étages. Ces ouvrages ont pu être édifiés sur des mottes, éminences naturelles aux pentes plus ou moins retaillées. Dans des zones à relief plus accidenté, des pitons rocheux ont pu servir de socle aux premiers donjons. De tels édifices ont rarement conservé leur élévation à cause des remaniements postérieurs.

chateau de Durban Corbieres 015

Le village de Durban-Corbières est à une altitude de 100m environ, il est entouré de petites montagnes dont la plus haute, "Estrons de la Vieille" culmine à 416 m d'altitude.

Le village se trouve ainsi protégé des vents d'Est venant de la Méditerranée toute proche.

L'histoire de Durban se confond avec celle de ses nombreux seigneurs, ce qui la rend assez compliquée, mais néanmoins très intéressante, car ils ont laissé derrière eux de nombreuses traces écrites.

Au XI ème siècle, le vicomte de Narbonne déclare tenir du Roi de France, la vicomté, le bourg et la cité de Narbonne, sauf ce qu'il tient en fief de l'archevêque, plus la majeure partie des châteaux de la Corbière, parmi lesquels le château de Durban. En 1018 et 1020, Béranger, après avoir succédé à la vicomté de Narbonne, reçut avec sa femme Garsinde, l'hommage ou serment de fidélité de ses vassaux, entre autres de Guillaume Hibrini de Durban, fils d'Aledaïde pour le château de Saint-Martin de Toques et pour le château de Durban.

Hibrinus de Durban est présent en 1023 à un plaid tenu à Narbonne.

chateau de Durban Corbieres 016Les Corbières entre Durban et Villeneuve, paysage de la région viticole en automne près de Durban-Corbières

chateau de Durban Corbieres 01Le village de Durban-Corbières est dominé par les ruines de son château

chateau de Durban Corbieres 023  chateau de Durban Corbieres 021

Durban-Corbières, photo de droite La Passerelle enjambant La Berre  (cliquez sur la photo pour agrandir)

chateau de Durban Corbieres 029

Entrepôts viticoles côté Sud-Est, au pied des ruines du château de Durban-Corbières, d'où on aperçoit les vestiges de la tour ronde

chateau de Durban Corbieres 027

Ancienne fontaine du château rénovée

chateau de Durban Corbieres 033  chateau de Durban Corbieres 022

La tour carrée de Durban-Corbières (cliquez sur la photo pour agrandir)

chateau de Durban Corbieres 03    chateau de Durban Corbieres 010

Ce clocher étonnant, car séparé de la chapelle, a été édifié dans une tour de la porte Nord de l’enceinte qui protégeait le château.

chateau de Durban Corbieres 05  chateau de Durban Corbieres 018

A gauche, une vue du clocher édifié dans la tour carrée et à droite, les vestiges de la tour ronde du château de Durban-Corbières

Jusqu'au commencement du XI ème siècle, époque à laquelle Guillaume Hibrini, fils d'Adalazis (Aledaïde), était possesseur des châteaux de Donos (situé à 3,5 km au sud-est Thézan-des-Corbières le long de la D611), de Durban et de Saint-Martin, les noms de famille ne furent pas en usage, et les seigneurs de Donos ne se distinguaient que par des noms propres ou de baptême, dont les plus usités étaient ceux de Guillaume, Gausbert, Bernard, etc. Mais comme ils devinrent possesseurs de plusieurs châteaux ou fiefs dont l'hommage était dû au vicomte de Narbonne, ils furent le plus souvent désignés par les noms des châteaux dont ils devaient rendre hommage. De là vint que les seigneurs de Donos furent appelés de Durban, à cause du château de Durban, dont ils rendaient hommage au vicomte de Narbonne, et de leurs relations fréquentes avec ces mêmes vicomtes.

Ils ne devaient hommage, pour le château de Donos, qu'au Roi, mais vers 1200, par suite des empiétements des droits par les vicomtes de Narbonne, les seigneurs de Donos leur prêtèrent hommage et serment de fidélité pour le château de Donos, et dès cette époque le fils aîné de cette famille continua de porter le nom de Donos qu'il transmit à ses descendants, tandis que les enfants du second fils portèrent celui de Durban jusqu'en 1333, époque à laquelle Guillemette, fille de Guillaume de Durban, apporta la terre et le château de Durban à Guillaume de Treilles , seigneur de Gléon son mari, et dont la postérité prit, en 1371, le nom de Gléon-Durban.

C'est généralement vers la fin du X ème siècle que des traces des armoiries des diverses familles sont décrites dans divers actes et documents de l'époque.

Donc le château de Durban appartenait aussi loin que l'on puisse remonter dans le temps et dont nous ayons trace, à la famille de Donos. Ils étaient seigneurs : de Donos, du Catourze, de Durban, de Saint-Martin, de Portel, de Mathes, d'Ornezons, d'Olonzac, de Leucate et autres lieux dans les comtés de Roussillon, d'Empurias, de Minervois et dans la vicomté de Narbonne.

Dans les temps les plus anciens de la féodalité, au XIII ème siècle en particulier, des seigneurs indépendants, puissants et redoutables s'y sont âprement défendus ; après l'annexion du Languedoc à la couronne de France, ces forteresses, sous le commandement  de châtelains royaux, ont lutté fréquemment contre les invasions espagnoles.

Les armées de Simon de Montfort n'ont pas pénétré dans cette région. Plutôt qu'un fort de guerre, Durban était une simple demeure seigneuriale. Durban a néanmoins pris une part assez active aux événements du XV ème et du XVI ème siècle durant lesquels les armées royales de France ont combattu les troupes aragonaises.

chateau de Durban Corbieres 013

La façade Nord-Ouest des ruines du château de Durban-Corbières

chateau de Durban Corbieres 017

La façade Nord-Ouest des ruines du château de Durban-Corbières

chateau de Durban Corbieres 02

La façade Nord-Ouest des ruines du château de Durban-Corbières

chateau de Durban Corbieres 011

La seigneurie de Gléon (en roman Glèou) portait au Moyen-Âge le nom de Glevum, on peut admettre sans peine que ad clivum était le nom de cette station à l'époque romaine. Gléon formait au moyen âge une petite seigneurie qui passa dès le XIII ème siècle, peut-être même avant, dans la famille de Treilles. S'il faut en croire les vieux actes, l'un de ces hobereaux, Olivier de Treilles, plus connu sous le nom d'Olivier de Gléon, homme d'un caractère peu endurant, aurait été redouté de ses voisins aussi bien que de ses vassaux.

La petite communauté de Gléon se réunissait dans une église wisigothique fort ancienne dont les fondations ont été retrouvées vers 1889, cette église est désignée, dans un acte de visite de l'an 1404. La petite chapelle de Gléon présente un très grand intérêt au point de vue archéologique. Des pierres tombales de marbre, gravées furent découvertes, elles sont datées de l'an 472, elles sont exposées au musée de Narbonne. Une partie des inscriptions chrétiennes fut interprétée.

chateau de Durban Corbieres 050

Une vue d'ensemble, côté Sud-Est des ruines du château de Durban-Corbières

 

LE CHÂTEAU DE DURBAN

Située en haut du village de Durban, une enceinte fortifiée avec une tour-porte protégeait autrefois le village. Avant d'arriver aux ruines, il faut traverser la tour isolée de l'horloge, ancien poste avancé, dans laquelle on accède par deux portes de plein cintre. Au Sud, une calade (revêtement de galets) donne accès aux mines de la forteresse. La construction la plus importante du château forme un grand rectangle, dont les énormes murs du Nord et de l'Ouest sont encore intacts. Le château se compose donc d'un bâtiment rectangulaire à deux étages, les murs sont percés de trois fenêtres géminées du XIII ème siècle ou à meneaux avec une élégante colonnette de marbre blanc datant du XVI ème siècle. Deux autres ouvertures sont des fenêtres renaissance à croisillons percées dans un mur repris au XVI ème ou au XVII ème siècle. Au-dessus des fenêtres en plein cintre sont ouverts deux fenestrons carrés immédiatement au-dessous de trous carrés où s'engageaient les poutres de la toiture. Sur la façade Nord, remaniée elle aussi, on constate une superbe fenêtre renaissance.

chateau de Durban Corbieres 014

La façade Nord-Ouest des ruines du château de Durban-Corbières, pan de mur qui a conservé sa partie crénelée

chateau de Durban Corbieres 019

Ici se côtoient, sur la façade Nord-Ouest, les vestiges des fenêtres géminées du XIII ème siècle et les fenêtres à meneaux de la Renaissance 

chateau de Durban Corbieres 041

Une vue intérieure des ruines de la forteresse

chateau de Durban Corbieres 032   chateau de Durban Corbieres 04

Angle Nord-Est du château de Durban-Corbières avec ses fenêtres à meneaux (cliquez sur la photo pour agrandir)

chateau de Durban Corbieres 043Fenêtre géminée du XIII ème siècle du château de Durban-Corbières

 Les murs descendent verticalement bien au-dessous du plateau, jusqu'au roc, de sorte que leur hauteur est très considérable, leur épaisseur également. La salle, qui était éclairée par les fenêtres géminées, était divisée en trois travées par deux arceaux dont les naissances sont encore visibles. Elle n'était donc pas voûtée. Les murs s'élevaient au-dessus de la toiture, de sorte que les eaux s'écoulaient par des chéneaux dans une citerne, qui est manifestement de construction romaine. Les fenêtres sont amorties à l'intérieur en arc surbaissé. Ces éléments laissent à penser que cette salle est de construction antérieure à l'époque romane.

Sur la partie supérieure de l'enceinte subsistent des créneaux. Le donjon circulaire transformé en pigeonnier, des pans de courtine, des tours, les restes d'une salle voûtée et une citerne sont encore visibles.

Vers l'Est, le château était défendu par deux tours auxquelles venaient s'appuyer des courtines dont on aperçoit encore des restes.

chateau de Durban Corbieres 025

La partie intérieure Nord-Est du site 

chateau de Durban Corbieres 024La partie intérieure Nord-Est du site 

chateau de Durban Corbieres 09

La partie Nord-Est du château laisse encore voir des traces sur les murs d'aménagements intérieurs

chateau de Durban Corbieres 044

Fenêtre à meneaux de la partie intérieure Nord-Est du site 

chateau de Durban Corbieres 037   chateau de Durban Corbieres 039

A gauche, le puits du château de Durban-Corbières (cliquez sur la photo pour agrandir)

chateau de Durban Corbieres 045

De la plate-forme intérieure du site, on a une vue magnifique sur les Corbières, ici le côté Sud

chateau de Durban Corbieres 047

Paysage des Corbières vu du château de Durban-Corbières

chateau de Durban Corbieres 038

Paysage des Corbières vu du château de Durban-Corbières côté Sud-Ouest

chateau de Durban Corbieres 049Ici l'angle Sud-Ouest du château de Durban-Corbière
 La tour ronde située plus au Sud se relie aux grands murs de l'ouest. Une porte cintrée, percée dans un mur qui a plus de deux mètre d'épaisseur permet de pénétrer dans une enceinte circulaire qui n'a pas plus de 2 m. 50 de diamètre ; elle est couverte par un dôme voûté, et les parois à l'intérieur tout comme à l'extérieur sont recouvertes d'un système d'appareillage dont chaque pierre n'a pas plus de 15 sur 7 à 8 centimètres. Ces parois intérieures portent la trace d'un escalier hélicoïdal qui permettait d'atteindre le haut de la tour. On considère cette tour comme une construction à signaux, comme on peut le voir, à Cabaret ou à Fenouillet.

chateau de Durban Corbieres 048

Vestiges de la tour ronde du château de Durban-Corbières

chateau de Durban Corbieres 026

Vestiges de la tour ronde du château de Durban-Corbières

chateau de Durban Corbieres 028   chateau de Durban Corbieres 035

La tour ronde du château de Durban-Corbières (cliquez sur la photo pour agrandir)

chateau de Durban Corbieres 036

Vestiges de la tour ronde du château de Durban-Corbières

chateau de Durban Corbieres 040L'intérieur de la tour ronde

chateau de Durban Corbieres 030   chateau de Durban Corbieres 06

A gauche, pan de mur Nord-est du château de Durban-Corbières et à droite, les vestiges de la tour ronde (cliquez sur la photo pour agrandir)

La tour carrée située vers le Nord-Est possède des murs moins épais, construits en pierres plates de dimensions variées, liées avec une matière d'agrégation qui se délite. Beaucoup plus ruinée que la première, elle est éventrée et montre deux étages séparés par une voûte en berceau. La couverture est constituée par une voûte semblable. Il est difficile de connaître son époque de construction, mais il ne semble pas téméraire de faire remonter la construction de cette tour à la période féodale, tandis que les constructions appareillées semblent plus anciennes. Autrefois il existait un arceau jeté entre le château et l'église, c'était un passage qui permettait aux habitants du manoir d'assister aux offices dans une tribune haute ; il était construit en encorbellement ; les joints des voussoirs ne se réunissaient point en un centre commun et l'on se demandait comment un pareil édifice pouvait se maintenir en équilibre. Comme il y avait un danger d'effondrement cette tour a été en partie arasée en 1905.

chateau de Durban Corbieres 046

Vestiges de l'intérieur du château de Durban-Corbières

chateau de Durban Corbieres 042

Vestiges de l'intérieur du château de Durban-Corbières

Le château fut vendu en 1873 et servit de carrière, ce qui explique sont état actuel.

Il est aujourd'hui la propriété de la commune et l'association "Comité de Sauvegarde du Vieux Durban" œuvre pour  sauvegarder son patrimoine avec les vestiges de ce château.

En 1996 on découvrit le sceau de Véziade de Durban épouse de Guillaume de Durban (datant de la fin XIII ème - début du XIV ème siècle) celui-ci fut trouvé dans les vignes situées au pied du château de Durban. Grâce aux documents sur la généalogie de la famille de Durban et aux ouvrages traitant d'héraldique il a été possible d'identifier ce sceau matrice. C'est une matrice en cuivre possédant un anneau de suspension. L'état de conservation de cet objet est remarquable. Sa surface a pris, avec le temps, une belle patine verte. L'empreinte est gravée sur une surface plate et de forme ronde. Son poids est de 7,4 gr. Dimensions : diamètre : 17,5 mm, hauteur : 18 mm.

De la plate-forme du château, on domine tout le village qui dévale sur les pentes de la colline en bordure de la Berre.

chateau de Durban Corbieres 020

Le château de Durban-Corbières est éclairé à la nuit tombée

L'ÉGLISE

L'église paroissiale actuelle est l'ancienne chapelle du château. Elle a été reprise et il ne reste du vieil édifice datant du XI ème siècle que le soubassement bien appareillé dans lequel on aperçoit une vieille fenêtre romane qui présente un aspect archaïque. La nef de cet édifice est recouverte d'un berceau à arc brisé relativement récent ; l'abside possède une voûte en plein cintre ; elle est terminée par un mur plat, construit à la place du mur circulaire primitif. Elle est séparée de l'abside par un arceau de forme romane réalisé en 1898. Au moment où cet édifice a été affecté au service du culte comme église paroissiale, on l'a agrandi en construisant au Sud, deux chapelles en croisée d'ogive, communiquant avec la nef par des arcs en plein cintre ouverts dans les murs fort épais du monument primitif. A l'Ouest se trouve une troisième chapelle récente. L'église de Durban était sous l'invocation de Notre-Dame de Pitié.

Dans la nef de l'église Saint-Just, vous pouvez voir, le Christ "espagnol" du XVI ème siècle, éternelle douleur.

Près du cimetière se trouve la chapelle gothique Saint-Hippolyte, petit oratoire du XIV ème siècle. L'intérieur comme l'extérieur les murs sont construits en appareils très réguliers ; les corbeaux qui supportent les arcs doubleaux à nervures ne présentent pas trace de sculpture. L'autel est surmonté d'une niche qui devait contenir la statue du Saint. La porte d'entrée est en arc brisé. L'édicule mesure  4 mètres de long sur 3 mètres de large et la hauteur au niveau de la clé de voûte fait 4 mètres. Des contreforts extérieurs sont bâtis aux coins de la chapelle pour résister à la poussée des arcs.

chateau de Durban Corbieres 08

La façade Nord-Ouest, les vestiges des fenêtres géminées du XIII ème siècle et les fenêtres à meneaux de la Renaissance 

chateau de Durban Corbieres 07

Vestiges des murailles, côté Sud-Ouest du château de Durban-Corbières 

 

LA GÉNÉALOGIE DES SEIGNEURS DE DURBAN comporte tellement d'informations intéressantes qu'elle sera publiée dans la seconde partie de ce reportage ..... 

 

ATTENTION ! Cet article est en deux parties !

 

Ainsi se termine ce premier reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

 Julie logo janvier 2013 495x350

 

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans HISTOIRE
commenter cet article

commentaires

David Durban 26/05/2016 21:35

Votre site Monsieur est formidable et riche d'informations historiques , un véritable plaisir à découvrir et à parcourir dans ses moindres détails , je vous en remercie vivement .

Fabre Christian 10/01/2016 12:56

Suite à la lecture que je viens de finir sur le château de Durban, avec de très belles photos, cela me rappelle des souvenirs. J' ai 66 ans et je demeure dans la nièvre. La première fois que j'ai vu ce château j'avais 17 ans. La deuxième et dernière fois pour l'instant, à l'âge de 31 ans soit en 1980. Mon arrière grand-père, Fabre Théophile, y est né en 1850 et y a demeuré. Mon grand-père, Fabre Omer, y est né également en 1887. Mon oncle, Adrien Fabre, a été maire de Durban dans les années 60 je crois, je voyais de sa cour de maison le château. Mon père, Raoul Fabre, est né à nevers (nièvre) en 1926. Vers l' âge de 6 ans il est reparti avec mon grand-père là-bas, mon père me racontait qu'ils habitaient à cette époque dans une petite maison en haut de la route qui mène au château. Voîlà pourquoi cela m' a fait plaisir de lire et voir ces photos. Bravo et merci pour vos recherches.

marie lise 11/04/2014 16:04


je découvre votre site,   c'est super !   je me balade  et j'adore ça, à défaut de partir, je pars grâce à vous...........à bientôt   marie lise

MARTI-GERBAUD Noëlle 30/03/2014 12:20


Bonsoir Jean-Pierre,
"Assez prie qui se complainte" ( devise des seigneurs de Gléon de Durban)

Encore un bel article sur votre blog toujours aussi passionnant à lire !!! Je me suis rendue à Durban l'été dernier. C'est un village magnifique, et j'ai eu plaisir à en prendre quelques
souvenirs photographiques. J'ai apprécié les vues illustratives du texte car on ne peut guère pénétrer à l'intérieur du château en ruines (pour cause de sécurité). J'ai un peu travaillé (je suis
incorrigible !) sur les blasons. Bien évidemment j'ai trouvé appui sur les remarquables références de l'association d'histoire locale.  Et j'ai colorisé l'ancien blason, selon la description
de l'armorial,  afin que  l'on se rende compte de l'évolution entre cette version (qui serait celle du XIVe s.) et le blason actuel (qui serait une version postérieure à l'alliance de
Guillemette Gléon de Durban avec Guillaume de La Treilhe). Ceci évidemment à la lumière des documents que vous avez en main (la généalogie) pour la 2e partie de l'article que l'on attend avec
impatience.
L'héraldique est une science prenante et passionnante mais... difficile car on en a perdu l'usage et surtout les codes. Il faut donc chaque fois faire oeuvre de patience, d'étude, de référence,
et de logique, mais quel plaisir.
Amicalement.
Bon courage, et encore félicitations pour cet indispensable et irremplaçable travail de collecte, de témoignage et d'amour du beau patrimoine audois que nous partageons.
Noëlle-L.

CHAUBET Guy 29/03/2014 16:43


MERCI   JEAN.PIERRE vous nous offrez des photos magnifiques, votre revue est trés intéréssante...j'habite  MIREPOIX 09500 et je viens de perdre un copain de ROQUEFEUIL qui m'avait
fait connaitre toute cette région qui est magnifique, avec de trés bons restaurants,de bons champignons et pas mal de petits villages  si agréables à visiter....Trés,trés belle région,


MERCI de me renouveler ces beaux souvenirs  ....Chaubet..

Nicolas 29/03/2014 08:17


Voila ici un château qui serait interessant à restaurer, comme cela se fait pour le château de Chinon, en Touraine.

rémy 28/02/2016 13:35

@Nicolas
En effet, il serait intéressant de lui redonner sa majesté d'antan surtout lorsqu'on a affaire à un château d'une telle beauté.