Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.belcaire-pyrenees.com
  •  www.belcaire-pyrenees.com
  • : BELCAIRE capitale du Pays de Sault en Languedoc Roussillon. Au départ j'ai réalisé ce site pour partager les retrouvailles 33 ans après, de 17 copines, dans cette région authentique préservée en territoire cathare au pied des Pyrénées. Mais je me suis aperçu que l'Aude n'était pas assez mise en valeur, alors amoureux de cette région et la passion étant là, j'ai réalisé des reportages pour vous présenter ce département aux lieux chargés d'histoire. Ce site a pour but surtout de vous faire découvrir cette région authentique, plein de charme qu'il faut aller visiter.
  • Contact

ANNONCES-MESSAGES-ACTUALITÉS

Ils veulent vous informer !

Pour découvrir les annonces

  cliquez sur la photo

Photo pour les annonces 02

Faites Une Recherche Sur Ce Site

LIENS UTILES

En cliquant sur l'une des images ci-dessous :

1 - vous pouvez écouter Radio Montaillou en direct

 

logo 01cliquez sur le logo RADIO MONTAILLOU ci-dessus pour écouter la Radio en direct
(en cliquant sur leur site en haut à droite)
pendant que vous consultez les pages du site
 

 

 

Pour suivre la progession et connaître la position des ours dans les Pyrénées
téléphonez au 05.62.00.81.10
 
Vous pouvez m'écrire
CLIQUEZ SUR LE PETIT CHIEN ROMÉO POUR ME CONTACTER
 
 
LIVRE D'OR
cliquez sur la photo pour déposées vos marques de sympathie et pour les visionner

Gîtes dans une ancienne école place du village de Comus, village situé
sur le tracé de l'emblématique Sentier Cathare et à proximité des gorges de la Frau et de Montségur
 
Locations gîtes et chambres d'hôtes à Ignaux dans les montagnes des Pyrénées
en Haute-Ariège près d'Ax-les-Thermes
 
Hôtel Restaurant Bayle ** à Belcaire

 

Sites d'Ami(e)s

Les Amis du Sabarthez de Pierre Cortinas

 

Pour le développement du tourisme au Pays de Sault :

     l'Association le Grand Sault

 

on y trouve des renseignements intéressants sur ce site :

     Chambre d'Agriculture de l'Aude

 

Logo réduit office du tourisme du pays de sault

Office du Tourisme du Pays de Sault

Chemin départemental 613

11340 ROQUEFEUIL

Tél : 04.68.20.75.89

 

Retour à la page d'accueil

LES LIVRES CONSEILLÉS

Nouvelle Rubrique pour découvrir

des livres intéressants

cliquez sur la photo

livres conseillés

MESSAGE

22 mars 2011

Bandeau Gypaete barbu

Reportage élaboré sur une idée de l'ami "Gens de Belcaire", encore lui ! Il surveille d'un oeil attentif l'actualité de sa région natale, et sa collaboration est un exemple à suivre, je l'en remercie. Merci aussi, à tous pour votre aimable participation photographique afin de documenter ce reportage. En vous souhaitant une agréable lecture ...

 

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 011  Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 012

Le Gypaète barbu (Gypaetus barbatus) est une des quatre grandes espèces de vautours européens. C'est la seule espèce du genre Gypaetus. Il appartient à l'ordre des Accipitriformes et à la famille des Accipitridés.

Aujourd’hui considéré comme le rapace le plus menacé d’Europe, les effectifs de la population européenne sont estimés à moins de 140 couples dont les trois quarts demeurent dans les Pyrénées.  

En Espagne, près de 80 couples sont recensés. En France, le Gypaète ne subsiste de façon naturelle qu’en Corse (10 couples), dans les Alpes et dans les Pyrénées (29 couples).

 

Famille : Accipitridae
Nom scientifique : Gypaetus barbatus - Du grec « Gyps »: Vautour et « aetos » : Aigle et du latin « barbatus »: qui a de la barbe

Signe distinctif : Sa "barbe" de poils noirs sous le bec, mais aussi son œil cerclé de rouge et ses pieds bleuâtres !
Poids moyen : 5-7 kg
Envergure : 2,60 à 3,00 m
Longévité : estimée à 30 ans

Nourriture : Le gypaète barbu est un charognard original qui se nourrit exclusivement d'ossements. Pour les briser, il les lâche au-dessus des rochers.

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 006

Son envergure varie de 260 à 300 cm pour un poids de 5 à 7 kg et sa longueur varie de 105 à 130 cm.

En Suisse, il vit dans le massif des Alpes bernoises. En France, il est présent en Corse et dans les Pyrénées. Il a été réintroduit dans les Alpes françaises d'où il avait disparu au début du XXème siècle, faussement accusé des pires maux : les derniers spécimens ont été notés dans les Hautes-Alpes et le Mercantour en 1935.

C'est aujourd'hui une espèce protégée dans toute l'Europe.

Ce vautour se nourrit principalement d'os, qu'il laisse tomber sur les rochers, afin qu'ils se brisent, mais aussi de pattes, de tendons et de ligaments d'ongulés sauvages ou domestiques qu'il ingère grâce à un gosier élastique. Doté de puissants sucs digestifs, il est capable d'utiliser les protéines, graisses et sels minéraux contenus dans cette nourriture très spéciale.

Le gypaète est surnommé :  

   - le « casseur d'os », car il a l'habitude de laisser tomber les os les plus gros (de préférence les os "longs") d'une hauteur de 50 à 100 mètres sur les flancs de falaise ou sur les pierriers (champ de pierres), il en mange alors les débris et les ligaments ;  

  - ou le « nettoyeur des alpages », car il joue un rôle sanitaire essentiel en se nourrissant de cadavres d'animaux de la faune sauvage (chamois, bouquetins) et d'animaux d'élevage (moutons, chèvres).

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 002

Ici le Gypaète Barbu dans les Alpes au Mont Blanc

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 001

Zoom sur ce Gypaète Barbu dans les Alpes au Mont Blanc

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 004  Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 008

Le gypaète est un oiseau des montagnes d'Europe, d'Afrique de l'Est et d'Asie. En général, il niche dans les zones de montagnes situées aux limites supérieures de la forêt, de préférence dans une grotte ou vire surplombée sur falaise escarpée, à proximité ou non de pierriers.

Le gypaète barbu adulte arbore un plumage ventral d'un beau rouille orangé. Cette coloration provient d'une teinture due à des bains répétés d'eau et de boue ferrugineuse.

Jusqu'à l'âge de 4 à 5 ans, le gypaète effectue une sorte de long voyage initiatique au cours duquel il va affronter de nombreux dangers dus à des phénomènes naturels, mais dont une autre partie est de la responsabilité des hommes (câbles électriques, remontées mécaniques, tirs de fusils, empoisonnements).

Au terme de son voyage (6-7 ans, âge de sa maturité sexuelle), il va commencer à se sédentariser, à former un couple et à construire une aire inaccessible pouvant mesurer plus de deux mètres de diamètre. Les parades nuptiales, incluant de spectaculaires piqués à deux, débutent entre octobre et février. La femelle pond 1 à 2 œufs entre décembre et mars, après une incubation de 53 à 58 jours, mais un seul oisillon est conservé, les parents ne pouvant en nourrir deux. L'envol du jeune s'effectue entre juillet à août.

En captivité, un gypaète a vécu jusqu'à l'âge de 44 ans. Dans son milieu naturel la longévité est estimée à 30 ans.

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 005  Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 003

Depuis les années 1970 il fait l'objet de divers programmes internationaux de réintroduction dans les alpes autrichiennes, françaises, italiennes et suisses.

Avec le concours de l'Organisation mondiale de protection de la nature, de l'UICN et de la Société zoologique de Francfort, des oiseaux sont élevés dans le cadre d'un projet international d'élevage dirigé par des chercheurs de plusieurs pays. La première réintroduction a lieu en 1986 dans la vallée du Rauris en Autriche, d'autres lâchers se succèdent en Autriche, en France, en Italie, en Suisse.

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 014

 

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 015

 

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 016

Depuis la fin des années 1980, il est l'objet d'un programme réussi de réintroduction dans les Alpes françaises (Haute-Savoie, Savoie, Isère et Mercantour). Dès 1972, Gilbert Amigues, ingénieur à la DDAF et Paul Géroudet, ornithologue, lancent l'idée d'une réintroduction dans les Alpes françaises et vont fédérer autour d'eux de nombreux autres chercheurs, ornithologues et amoureux de la nature. La première réintroduction a eu lieu dès 1987 dans la vallée du Reposoir en Haute-Savoie et la première naissance dans la nature a eu lieu en 1997. On a le plus de chance d'apercevoir un gypaète barbu dans le massif des Aravis, dans le massif du Bargy, dans la chaîne des Fiz, dans la Moyenne Tinée, dans le massif de la Vanoise et dans le massif des Écrins.

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 013

 

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 010

Au total, depuis 1986, 137 gypaètes barbus ont été réintroduits, formant en 2006, une vingtaine de couples dans tout l'arc alpin. Lors de la seule année 2005, huit gypaètes barbus ont été réintroduits dans l'arc alpin et sept poussins sont nés dans la nature. Au total depuis le début 27 jeunes sont nés ainsi et se sont envolés. En Suisse, un petit gypaète barbu est sorti de son œuf fin mars 2007 au col de l'Ofen, aux Grisons, au-dessus du Parc national suisse. Cela n'était plus arrivé en Suisse depuis 122 ans, un autre est né près de Derborence en Valais à la fin avril 2007.

Depuis 1998, un nouveau programme Life nature, intitulé « Conservation du gypaète barbu dans les Alpes françaises » et piloté par l'association Asters, réunit sept pays dans le but d'établir une population autonome et naturelle de gypaètes barbus dans l'ensemble des Alpes. Dans le cadre de ce programme, ont été prises des actions de sensibilisation auprès du grand public, de création d'observatoires, de protection des sites de nidification et de vie, de mise en place de balises rouges sur les câbles aériens et de suivi des oiseaux par satellite.

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 039  Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 007

Publié dans le journal La Dépêche du 26 décembre 2010

Le gypaète est-il menacé ?

 

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 045

Trop souvent victime d'intoxication / Photo DDM

Martine Razin tire la sonnette d'alarme sur l'avenir du gypaète, menacé, selon elle, de disparition en raison des produits nocifs que l'on trouve dans les zones de montagne.

Martine Razin, coordinatrice du réseau « Casseur d'os » (LPO Pyrénées Vivantes) a présenté lors d'un colloque sur la protection des oiseaux, l'évolution de la situation du gypaète barbu dans les Pyrénées : malgré un certain dynamisme apparent, la situation du gypaète barbu pourrait évoluer négativement à moyen terme.

Actuellement, 141 couples de gypaètes sont recensées sur l'ensemble du massif dont 74 % en Espagne, 1 % en Andorre et 25 % en France. Depuis dix ans, l'espèce gagne en moyenne trois couples par an côté espagnol et 1 couple côté français. La productivité moyenne durant la dernière décennie est identique sur les deux versants pyrénéens : chaque année, 40 % des couples réussissent à élever un jeune.

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 043

Une mortalité inquiétante entre 2000 et 2010

Depuis l'an 2000 et en particulier durant les 5 dernières années, le nombre de cas de mortalité recensés est en augmentation, une mortalité que les efforts de détection ne peuvent expliquer. Nombreux sont les

oiseaux qui meurent dans des lieux où il est impossible de les retrouver. Sur les 52 cas connus, fait très inquiétant, la moitié concerne des gypaètes équipés d'émetteurs, de bagues ou de bandes alaires (afin d'augmenter les chances de les retrouver) et moins de 15 % des gypaètes sont équipés. L'inquiétude est d'autant plus forte pour la Ligue de protection des oiseaux que plus des deux tiers des oiseaux retrouvés morts sont des adultes ; or chez les espèces longévives comme le gypaète barbu, la mortalité des adultes devrait être plus faible que celle des jeunes, ce qui n'est pas le cas dans les Pyrénées.

Comme les autres rapaces nécrophages situés en fin de la chaîne alimentaire, il est particulièrement exposé au risque

d'intoxication lié à l'ingestion de produits toxiques répandus dans la nature : produits toxiques utilisés légalement tels que le plomb et les pesticides, appâts empoisonnés utilisés illégalement pour détruire d'autres espèces animales. Ces données sont révélatrices de la santé des écosystèmes montagnards… et de l'urgence à mobiliser des moyens pour lutter efficacement contre ce risque d'intoxication qui pourrait provoquer le déclin du gypaète barbu à moyen terme dans les Pyrénées ! La présence de câbles aériens en montagne notamment les lignes à haute tension, tue encore trop de gypaètes des deux côtés des Pyrénées. Une seule note encourageante : les cas de tirs, qui étaient la cause majeure de mortalité de 1980 à 2000, sont en nette diminution.

Je vous laisse admirer ce festival de belles photos de ce beau rapace libre comme l'air, elles se passent de commentaire :

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 018  Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 019

 

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 021

 

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 020  Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 022

 

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 031

 

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 009

 

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 017

 

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 026   Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 025

 

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 028

 

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 029

 

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 023  Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 024

 

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 034

 

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 032

 

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 033

 

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 041

 

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 042

 

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 030

 

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 035

 

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 036

 

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 037

 

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 038

Il est bien barbu notre Gypaète !

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 040

 

Vautour Pyreneen Le Gypaete Barbu 044

Si vous désirez participer et me proposer des articles avec vos photos, écrivez moi.

 

Ainsi se termine ce reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

julie 320 x 213 newsletter

 

Partager cet article

Réalisé par Gens de Belcaire / Jean-Pierre LAGACHE - dans DÉCOUVERTE
commenter cet article

commentaires

genevieve ferrie pelofy 12/04/2011 22:00



Bonsoir,


l'été dernier debut septembre nous avons eu la chance d'observer une trentaine de vautours fauves. Nous etions au col du boum (au dessus de Comus). en contre bas de la route nous avons vu plonger
environs 30 rapaces ils ont sous nos yeux nettoyé une carcasse (de mouton semble t il) ce nettoyage a duré environ 20 min.


le spectacle nous a fascinés nous etions Jyves Gautier et moi "scotchés".


Cordialement


Genevieve et J Yves Pelofy


nota nous avons des photos mais comment les joindre à votre message



Jean-Pierre 13/04/2011 07:52



Bonjour Geneviève, merci pour votre commentaire intéressant.


Pour l'envoi de photos, voici une adresse mail (attention pyrenees sans accent) :     jp@belcaire-pyrenees.com mais je prends contact directement avec vous


Jean-Pierre



chourreau josyane 24/03/2011 23:24



inscrite depuis peu j'ai bien aimé l'article sur les rapaces .je conte lire tout les articles depuis le debut .cela va prendre du temps.quand on est éloigné cela fait plaisir de se tenir au
courrant de ce qui se passe.



Jean-Pierre 25/03/2011 08:39



Bonjour Josyane


Merci à vous pour votre commentaire, votre inscription à la Newsletter et de l'intérêt que vous portez aux reportages publiés sur mon site. Si vous lisez les articles depuis le début vous
découvrirez des tas de choses intéressantes et l'histoire de la naissance du site.


je vous souhaite une bonne découverte et j'espère que vous resterez une fidèle lectrice participative. Au plaisir de vous lire.


Jean-Pierre