Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.belcaire-pyrenees.com
  •  www.belcaire-pyrenees.com
  • : BELCAIRE capitale du Pays de Sault en Languedoc Roussillon. Au départ j'ai réalisé ce site pour partager les retrouvailles 33 ans après, de 17 copines, dans cette région authentique préservée en territoire cathare au pied des Pyrénées. Mais je me suis aperçu que l'Aude n'était pas assez mise en valeur, alors amoureux de cette région et la passion étant là, j'ai réalisé des reportages pour vous présenter ce département aux lieux chargés d'histoire. Ce site a pour but surtout de vous faire découvrir cette région authentique, plein de charme qu'il faut aller visiter.
  • Contact

ANNONCES-MESSAGES-ACTUALITÉS

Ils veulent vous informer !

Pour découvrir les annonces

  cliquez sur la photo

Photo pour les annonces 02

Faites Une Recherche Sur Ce Site

LIENS UTILES

En cliquant sur l'une des images ci-dessous :

1 - vous pouvez écouter Radio Montaillou en direct

 

logo 01cliquez sur le logo RADIO MONTAILLOU ci-dessus pour écouter la Radio en direct
(en cliquant sur leur site en haut à droite)
pendant que vous consultez les pages du site
 

 

 

Pour suivre la progession et connaître la position des ours dans les Pyrénées
téléphonez au 05.62.00.81.10
 
Vous pouvez m'écrire
CLIQUEZ SUR LE PETIT CHIEN ROMÉO POUR ME CONTACTER
 
 
LIVRE D'OR
cliquez sur la photo pour déposées vos marques de sympathie et pour les visionner

Gîtes dans une ancienne école place du village de Comus, village situé
sur le tracé de l'emblématique Sentier Cathare et à proximité des gorges de la Frau et de Montségur
 
Locations gîtes et chambres d'hôtes à Ignaux dans les montagnes des Pyrénées
en Haute-Ariège près d'Ax-les-Thermes
 
Hôtel Restaurant Bayle ** à Belcaire

 

Sites d'Ami(e)s

Les Amis du Sabarthez de Pierre Cortinas

 

Pour le développement du tourisme au Pays de Sault :

     l'Association le Grand Sault

 

on y trouve des renseignements intéressants sur ce site :

     Chambre d'Agriculture de l'Aude

 

Logo réduit office du tourisme du pays de sault

Office du Tourisme du Pays de Sault

Chemin départemental 613

11340 ROQUEFEUIL

Tél : 04.68.20.75.89

 

Retour à la page d'accueil

LES LIVRES CONSEILLÉS

Nouvelle Rubrique pour découvrir

des livres intéressants

cliquez sur la photo

livres conseillés

MESSAGE

17 avril 2014
bandeau-villages-de-l-aude-825x250.jpgbandeau decouvrir l'histoire d'un chateau

 

Tout d'abord, permettez-moi de remercier chaleureusement Monsieur Philippe Ramon qui m'a proposé son aide afin que je puisse réaliser un reportage sur le Château de Bouisse dont il est le propriétaire. Il est tout à son honneur de vouloir faire découvrir le patrimoine historique dont il a la responsabilité. Cette demeure un peu austère qui a résisté vaillamment aux outrages du temps et à l'abandon des hommes est un endroit paisible, au charme certain où le  maître des lieux est heureux de partager son amour des vieilles pierres et du bien vivre au cœur des Corbières. Comme tant d'autres, il sait que partager l'Histoire du patrimoine français en le faisant découvrir au plus grand nombre est aussi contribuer à faire découvrir la région qui l'entoure. Bouisse et ses communes voisines, où chacun parvient toujours à trouver son bonheur quels que soient sa passion, son loisir, dispose d'un très large éventail de chemins de randonnées. Les férus d'histoire y trouveront leur compte au pied de monuments et d'églises qui ne peuvent laisser personne indifférent.

Quant à moi, vous savez que j'adore cette belle région emplie de sérénité et de mystères. Le château d'Arques, celui de Termes, le village de Rennes-le-Château, ne sont qu'à quelques lieues de Bouisse. Grâce à l'aide de Monsieur Ramon, je souhaite, par ce reportage,  compléter  les rares informations existant déjà sur le net.  Je tiens à remercier également les auteurs des photos qui illustrent ces pages.

Je vous invite donc à mettre vos pas dans ceux de ces grands seigneurs qui, en leur temps, ont franchi les grilles du Château de Bouisse. Amis curieux, je vous souhaite une excellente découverte.

 

logo label Pays Cathare 02

 

carte 01

Bouisse dans les Hautes Corbières se situe à 132 km de Toulouse, 101 km de Béziers, 64 km de Narbonne, 86 km de Pamiers, 43 km de Carcassonne, et 36 km de Quillan

carte 02

Le village de Bouisse et son château, se trouvent dans une région magnifique un peu à l'écart des routes empruntées pour se rendre dans les différents sites touristiques que vous offre cette partie des Corbières.

En venant de Carcassonne, je vous en ai entouré quelques hauts lieux historiques qui ont déjà fait l'objet d'un reportage sur mon site, comme :

L'abbaye de Saint-Hilaire, l'abbaye de Saint-Polycarpe, l'abbaye d'Alet-les-Bains, le château des ducs de Joyeuse à Couiza, Rennes-le-Château, le château d'Arques, le château de Termes, le château de Peyrepertuse, Quillan, etc.

J'ai déjà réalisé tout cela ! Je m'en étonne moi-même, l'idéal est de visionner les Sommaires du menu pour faire votre choix afin de vous convaincre de venir visiter la région.

carte 03

Bouisse comme vous pouvez le voir se situe au carrefour  de nombreux lieux propices à la découverte.

Pour info, à l'entrée Sud Ouest du village de Bouisse il y a un étang avec une aire de pique-nique ombragée.

Ressourcez-vous dans un cadre naturel exceptionnel, la région est une mine d'or pour tous les passionnés d'art et d'histoire.

vue aérienne de BouisseUne vue aérienne du village de Bouisse

chateau de Bouisse 043 Canigou vu de Bouisse

Vu du village de Bouisse, au loin le massif du Canigou (en catalan : Canigó) qui culmine à 2784 mètres d'altitude.

chateau de Bouisse 023 au nord Ouest Port de l'homme MortPaysage au col de "l'homme mort"  D129 au Nord-Ouest de Bouisse

chateau de Bouisse 017

Le village de Bouisse dans les Hautes-Corbières

Blason de Bouisse

Le blason du village de Bouisse

 

Bouisse petit village de 93 habitants (2011) calme et tranquille dans les Hautes-Corbières, et dont l'histoire remonte au IX ème siècle. Les habitations sont inspirées du château, dont les parties ruinées ont d'ailleurs servi un temps de carrières. On peut voir encore dans les murs des maisons du village de nombreuses pierres d'angle taillées, et des linteaux  contournés au-dessus des fenêtres étroites.

En 1793, le village comptait 548 habitants, il y eut une apogée démographique en 1836 avec 764 âmes, puis ce fut une lente régression, en 1896 il y avait encore 490 habitants mais seulement 115 en 1962.

Années après années, ce fut l'abandon des villages, les paysans français ont quitté les lieux qui les virent naître, pour aller vers des agglomérations industrielles ou grandes villes pour trouver un travail dans les fabriques et les usines avec un salaire mieux payé ou tout simplement pour solliciter une place de fonctionnaire : employé communal, facteur, etc.

chateau de Bouisse 051

D70 l'entrée Sud-Ouest du village de Bouisse.

Je remercie Bernard Schacre qui a joué au reporter et qui m'a envoyé ses photos.

chateau de Bouisse 021

Les tours du château de Bouisse émergeant de la végétation

chateau de Bouisse 041Le village de Bouisse

On reconnaît dans le toponyme du nom du village de Bouisse, la racine du latin classique buxus ou du latin vulgaire buxea  qui dans les deux cas désigne le buis (bois en occitan). Cet arbuste est particulièrement abondant sur les versants des serres calcaires qui le cernent. Les paysages qui entourent Bouisse sont sauvages, avec des prairies et forêts de chênes et de hêtres, les gorges de l'Orbieu serpentent non loin de là. Bouisse se situe pratiquement à mi distance entre le village d'Arques (13km) et celui de Termes (17km).

C'est à l'époque carolingienne qu'apparaît le nom de Bouisse sur les chartes.

En occitan Bouisse se dit Boisas, le nom du village a évolué dans le temps, comme beaucoup de noms de lieux.

En 870, le lieu est mentionné et nommé sous le vocable de "Buxa", puis en 908 on le trouve sous le nom "Villa Boxa".

En 1260, des écrits parlent du castrum "Buxa" ou encore "Buxia" en 1366, puis "Buxanum" en 1377.

Le nom du village devient ensuite proche de celui que l'on connaît aujourd'hui, en 1538 "Boyssa", en 1639 "Boysse" et enfin en 1781 "Bouisse".

Le village de Bouisse fait partie du diocèse de Narbonne.

Par ses différents propriétaires, Bouisse est relié à des événements historiques de cette région des Corbières que nous verrons plus loin.

chateau de Bouisse 047 place du village

Bouisse, la place de la Fontaine avec son ancien lavoir au centre

chateau de Bouisse 050 place du village

Bouisse, la place de la Fontaine sous un autre angle de vue, avec son ancien lavoir au centre

chateau de Bouisse 048 église du village

L'église Saint-Saturnin du village de Bouisse

chateau de Bouisse 059  chateau de Bouisse 052

Le clocher de l'église Saint-Saturnin de Bouisse (cliquez sur la photo pour agrandir)

chateau de Bouisse 049 église du villageL'église Saint-Saturnin du village de Bouisse

chateau de Bouisse 061

Vieille maison du village de Bouisse.

Remarquez la plaque écrite en occitan, celle-ci "Carriera de Caucanha" si je ne me trompe pas se traduit par : carriera qui veut dire rue et caucanha qui veut dire cocagne, la cocagne était la boule de feuilles écrasées et compactées à la main par les cultivateurs de pastel

chateau de Bouisse 078

La mairie du village de Bouisse

En 870, il apparaît que la seigneurie de "Buxa" (Bouisse)  appartenait au comte Oliba Carcassonne, par une charte de Charles II dit le Chauve (823-877). Oliba serait donc le premier seigneur de Bouisse connu.

Dans un document datant de 908, "Villa Boxa" est une donation à l'abbaye de Lagrasse attestée par une charte rédigée par Charles III dit le Simple (879-929).

En l'an 1062, Raimond Ier comte de Termes avait usurpé plusieurs places à l'abbé de Lagrasse afin de bâtir des forteresses, cela lui valut d'être excommunié par l'archevêque de Narbonne. En 1070, ce fut au tour de Pierre Ier  de Termes pour les mêmes raisons.

Puis en 1128 "Villa Buxa" est une possession des puissants seigneurs de Termes, Guilhem Raimon, fils d'Olivier de Termes, en possède les droits ainsi que des villages de Palairac, Buzenac, Lairière, Treviac, Quintillan, Fourques, Bouisse et Taxo. Les seigneurs de Termes se déclarent vassaux de l'abbaye de Lagrasse, pendant une très longue période ils se disputèrent ces possessions avec les abbés successifs de Lagrasse, ce qui leur valut de perpétuelles excommunions de la part de l'archevêque de Narbonne comme on le verra par la suite.

En 1208, Bouisse redeviendra une propriété à part entière des seigneurs de Termes après avoir été excommunié pour hérésie par Pons d'Arsac archevêque de Narbonne et de son successeur Bérenger de Narbonne sur ordre du pape.

Pendant une courte période  Bouisse et autres places furent restituées à l'abbé Guillaume de Serviès de l'abbaye de Lagrasse, par Rixovende, dame de Termes afin d'expier les péchés de son père Pierre et de Raimond Ier son aïeul.

L'an 1209, début de la croisade contre les Albigeois, Bouisse est toujours aux mains des seigneurs de Termes, mais plus pour très longtemps. En 1211, Simon de Montfort afin d'abattre la résistance cathare, va s'emparer des plus redoutables châteaux : Minerve, Termes, Cabaret et la ville de Lavaur en mai 1211. Les possessions de la maison de Termes seront confisquées et Bouisse sera donné à Alain Roucy, un fidèle compagnon chevalier de Simon de Montfort. Un acte qui est une sentence arbitrale sera signé en 1215, où il est stipulé qu'Alain Roucy aura l'usufruit de Bouisse, mais le village et le château resteront comme fief de Guillaume de Serviès abbé de l'abbaye de Lagrasse. Alain Roucy entreprendra des travaux en 1220 afin de renforcer le castrum Buxa (Bouisse). En février 1222, Raymond le Jeune comte de Toulouse et Roger Bernard de Foix assiégèrent le château de Montréal que leur avait pris Simon de Montfort, le castrum était défendu par Alain Roucy celui-ci fut grièvement blessé lors d'une attaque et mourut peu de temps après.

chateau de Bouisse 014  chateau de Bouisse 013 lavoir au sud sur la D70

A gauche, le clocher de l'église de Bouisse dans son écrin de verdure. A droite, l'ancien lavoir situé à l'entrée du village de Bouisse (cliquez sur la photo pour agrandir)

chateau de Bouisse 015Au détour d'une ruelle du village de Bouisse

chateau de Bouisse 060Le village de Bouisse et son château dans un paradis de verdure

chateau de Bouisse 01

Le château de Bouisse à gauche, on aperçoit la tour Nord-Ouest

Une bulle papale en 1228, met en évidence que Bouisse était toujours la possession de l'abbaye de Lagrasse, ainsi que deux actes datant de 1242.

En septembre 1240, Olivier de Termes avec Raimond Trencavel soulèvent les Corbières contre le roi Saint-Louis et mènent le siège de Carcassonne. Olivier de Termes sera excommunié par le pape et se soumettra au roi en 1241, et partira en croisade en Terre Sainte en août 1248. Il va se distinguer en 1250, en défendant Damiette en Égypte et en sauvant Joinville à Baniyas en Israël en 1253. Reconnaissant, le roi Saint-Louis rend à Olivier de Termes sa seigneurie du Termenès, d'Aguilar et d'autres places dont le château de Bouisse. Il reviendra en France en 1255.

Donc  Olivier de Termes le plus actif des opposants à la croisade des Albigeois et protecteur des Cathares sera à nouveau en possession de Bouisse à partir de 1250.

La croisade des Albigeois aura duré cinquante années (1208-1258), toute cette région hérétique était passée sous la coupe d'un roi catholique, mais il faudra encore trois quarts de siècle pour éradiquer définitivement l'hérésie cathare, le temps de l'Inquisition allait suivre.

Le 10 octobre 1260, Olivier de Termes, dans le but de payer ses dettes et de rembourser ses biens mal acquis, vend les châteaux de Montcournié et de Bouisse, ainsi que le village voisin de Lanet à Pierre II de Voisins seigneur d'Arques. C'est ainsi que le château de Bouisse passera aux mains de l'illustre famille de Voisins les barons d'Arques, jusqu'à la fin du XVI ème siècle.

 

Pierre II de Voisins le nouveau seigneur de Bouisse meurt vers 1265, et c'est son fils Guillaume Ier qui va hériter du castrum, Guillaume Ier de Voisins devenu baron d'Arques et seigneur de Bouisse.

Sur un acte rédigé en 1329, Pierre de Voisins probablement un descendant de Pierre III de Voisins, seigneur de Rennes-le-Château, et Guillaume II de Voisins, seigneur de Moussoulens, prêtent serment devant l'Inquisition de Carcassonne, où ils promettent solennellement de poursuivre les hérétiques. Guillaume II de Voisins était à ce moment là aussi seigneur de Bouisse.

chateau de Bouisse 040 Philippe Ramon et Jacques CharpentieDevant le château de Bouisse, Jacques Charpentier à gauche qui a créé l'opéra en langue d'oc, et à droite, Philippe Ramon le propriétaire des lieux

vue aérienne du chateau de BouisseZoom sur la vue aérienne montrant l'implantation du château qui se trouve juste derrière la place de la Fontaine avec son ancien lavoir

chateau de Bouisse 067Superbe vue aérienne du château de Bouisse qui est parfaitement intégré dans le village

 

LE CHÂTEAU DE BOUISSE

Le château de Bouisse est implanté au Nord du village sur une petite colline communément appelée le Caïrat, altitude 650 mètres.

Sa silhouette massive domine le village du côté Sud, tandis que sa façade Nord est tournée vers le Milobre, petite montagne de 878 mètres d'altitude.

Au commencement de son histoire, ce château était un simple castrum médiéval qui fut amélioré à la Renaissance où un corps de logis vint s'ajouter, puis des transformations architecturales lui donnèrent un aspect plus défensif vers le XVII ème siècle pour faire face au danger des incursions espagnoles ou catalano-aragonaises.

Le Roussillon a été catalan, aragonais puis castillan, les tensions extrêmes entre les deux pays se soldaient régulièrement par l’intrusion de régiments espagnols qui se retrouvaient en quelques heures ou quelques jours aux portes de Narbonne ou de Carcassonne.

Pendant les guerres de religion, en 1572 le château subira des dégâts importants ainsi que lors des incursions des Espagnols en 1495 et 1503, Bouisse compte parmi les châteaux, bourgs et villages de la vicomté de Narbonne qui furent pris et rançonnés par le duc d’Albe, Frédéric de Tolède qui, sur l’ordre de Ferdinand, roi d’Espagne, envahit les Corbières et arriva à Narbonne.

chateau de Bouisse 012

La façade Sud, l'entrée principale du château de Bouisse

chateau de Bouisse 010La tour Sud-Est du château de Bouisse, à gauche, l'entrée de la cour d'honneur, à droite la façade Est

chateau de Bouisse 02   chateau de Bouisse 026

A gauche la tour Nord-Ouest du château de Bouisse. A droite, la tour Sud-Ouest, une archère à fente est encore visible, et il subsiste des fenêtres à meneaux sur certaines tours (cliquez sur la photo pour agrandir).

chateau de Bouisse 072

Les vestiges du mur d'enceinte du château de Bouisse et la tour Sud-Ouest

chateau de Bouisse 03La façade austère du côté Est du château de Bouisse
chateau de Bouisse 09Un vieil escalier de pierre mène à la cour d'honneur du château de Bouisse
perspective du chateau de Bouisse datant de 1960
 
Ce château a subi de nombreux remaniements aux cours des siècles passés, il me fait penser aujourd'hui à une "maison forte templière".
 
Les villages des Corbières ont beaucoup souffert des incursions espagnoles, puis les guerres de religion ravagèrent le pays. Entre 1572 et 1578, les Calvinistes attaquèrent, pillèrent et brûlèrent des villages et châteaux, ce furent des combats incessants dans les Corbières. Toutes ces places fortes attaquées sont à proximité de Bouisse, donc pendant cette période du XVI ème siècle, il est fort probable que le château de Bouisse ne fut pas épargné. Et la peste s'abattit  sur ces provinces ce qui laissa, vous imaginez, les Corbières dans un état de désolation.

 

Avant 1550, il n'y avait à Bouisse qu’une tour qui date du XIII ème siècle, celle qui se trouve aujourd'hui au Nord-Est de l'actuel château.

C'est très certainement Gérard de Saint-Jean de Moussoulens, baron de Bouisse qui entreprit des travaux pour renforcer les défenses et agrandir le château entre 1650 et 1660. Il fit construire les deux ailes terminées chacune par une tour carrée avec arquebusières, sa physionomie actuelle est de cette période.

Entre ces deux ailes rajoutées, un mur très épais percé d'une porte d'entrée fut construit, celui-ci servait de chemin de ronde.

La famille de Voisins aménagea au XVI ème siècle le manoir qui avait toujours cet aspect de forteresse, afin de le rendre plus habitable.

Ce castrum médiéval est composé d'un ensemble rectangulaire. Si vous faites le tour du château en longeant le mur d'enceinte côté Ouest, à l'angle Nord-Ouest, se trouve le grand donjon du XIII ème siècle et vous pouvez voir qu'il subsiste encore les anciennes latrines accolées au donjon.

chateau de Bouisse 030 chateau de Bouisse 027

A gauche, dans l'angle de la tour Nord-Ouest, on aperçoit les anciennes latrines venant de l'étage supérieur et qui débouchaient au pied du mur.

A droite, le vieil escalier de pierre menant à la cour d'honneur du château de Bouisse. 

chateau de Bouisse 054La façade Est du château de Bouisse avec ses murs impressionnants

chateau de Bouisse 037

La cour d'honneur du château de Bouisse exposée plein Sud

plan coupe du chateau de Bouisse vers 1650De plan rectangulaire, les bâtiments occupent une place de 51 mètres du Nord au Sud, et de 40 mètres environ d'Ouest en Est, tours comprises.

La cour d'honneur mesure 25 m x 20,50 m environ.

Les petites tours au Sud mesurent environ 4,00 m x 4,50 m

Le donjon ou tour Nord/Est mesure 9,40 m x 8,70 m

La tour Nord/Ouest mesure 5,50 m x 5,70 m

 

Dans la partie Sud à proximité du château on trouve une épaisse muraille à l'alignement incurvé, il pourrait s'agir des vestiges de l'ancien rempart protégeant le village jusqu'au XVI ème siècle.

On accède à la cour du château par un grand escalier situé dans la partie Sud. De la cour, on peut voir des vestiges de remparts. Des petites fenêtres ont été ouvertes sur la façade Sud au XIX ème siècle. La partie Nord est composée d'un vaste bâtiment prolongé par deux ailes massives avec à chaque angle, des tours carrées très austères avec parfois une archère à fente. Ces tours défensives ont été recouvertes d'une toiture et au fil du temps des parties du château ont subi d'importants remaniements qui ont modifié et supprimé des éléments d'architecture médiévale.

chateau de Bouisse 055La cour d'honneur du château de Bouisse exposée plein Sud, photo récente de mars 2014

chateau de Bouisse 068La façade Sud du corps de logis principal du château de Bouisse.

Fenêtres à meneaux. Le meneau est un montant fixe qui divise une fenêtre en compartiments, notamment dans l'architecture du moyen-âge et de la Renaissance.

Le grand logis Nord a deux étages, avec au rez-de-chaussée une grande salle d'où part un grand escalier monumental à mouluration de style Louis XIII en grès rose pour accéder aux étages supérieurs. A gauche de cette grande salle se trouve une chambre avec une très belle cheminée en stuc préservé datant du XVII ème siècle. Le stuc de la cheminée offre un décor peint de vases fleuris (voir les détails ci-après). Le château a été meublé par René et Suzanne Nelli, avec un mobilier datant du XVIII et XIX ème siècles. On peut admirer sur la droite, une autre petite salle décorée avec des meubles du XVIII ème siècle, juste à côté se trouve le bureau de René Nelli, c'est ici qu'il passait la plupart de son temps pour écrire plusieurs de ses ouvrages, au mur, des peintures réalisées par son père et son grand-père. On peut voir dans ce bureau des photos souvenirs en noir et blanc, on reconnaît Déodat Roché, Nitta la Pierrefeux, Michel Roquebert et Suzanne Nelli.

 

Informations concernant les deux grandes cheminées d’apparat du château :

C'est Gérard de Saint-Jean de Moussoulens et Catherine de Goût, qui firent élever deux grandes cheminées aux alentours de 1659-1660. Gérard de Saint-Jean et ses enfants n’habitèrent pas le château dès 1650 car des travaux devaient être effectués pour les accueillir. Contrairement à la majorité des anciens propriétaires, la famille vécut néanmoins de façon régulière à Bouisse à partir de 1670. Ces cheminées monumentales en pierre au décor de stuc sculpté et peint sont destinées aux salles d’apparat, du rez-de-chaussée et de l'étage.

La cheminée du rez-de-chaussée :

Deux pilastres cannelés doriques scandent sa partie supérieure et donnent l'illusion de supporter les poutres du plafond qui délimitent, en largeur, les dimensions de la cheminée. Deux panneaux peints représentant des vases garnis de fleurs sont conservés d'époque.

La cheminée du premier étage :

La cheminée de l'étage noble est plus élancée et élégante que celle du rez-de-chaussée. Dans le prolongement des piédroits ornés d’une feuille, sur la frise du manteau, se trouvent des cercles et demi-cercles entremêlés tels un chiffre. Il pourrait s’agir d’un jeu entre le "G", le "C" et le "D" de Gérard et Catherine Dupont de Gout. La perte du panneau central empêche de comprendre pleinement le programme iconographique de cette cheminée, la présence de Mars au côté de Bellone, considérée comme sa sœur ou sa femme, de part et d’autre du panneau central invite à supposer, à l’instar de Gustave-Joseph Mot et Suzanne Nelli, qu’un portrait de Gérard de Saint-Jean pouvait être au centre de la composition. La position du couple guerrier, de part et d'autre du panneau central, est inspirée des nombreuses gravures d’arcs de triomphe des XVI ème et XVII ème siècles.

Un petit mot concernant les deux plaques de cheminées datant du XVII ème siècle :

Le château de Bouisse conserve également deux plaques de cheminée dont la similitude des encadrements et celle du style des personnages trahissent une même origine. Deux plaques conservées au musée Ingres de Montauban, dont l’une porte la date de "1661", possèdent effectivement des encadrements identiques, constitués de dauphins disposés dos à dos et surmontés d’une coquille. Si la différence de style empêche un rapprochement stylistique, les encadrements de ces deux ensembles de plaques témoignent d'une proximité typologique qui invite à penser que les plaques du château de Bouisse dateraient du XVII ème siècle et auraient été réalisées en Hollande d'après une étude faite sur celles-ci.

La première plaque, qui représente Jésus et la Samaritaine, la seconde plaque, quant à elle, à l’iconographie plus complexe, pourrait représenter Amphitrite, femme de Neptune. Elle fait partie des nombreuses Néréides de la mythologie grecque, filles de Nérée et Doris.

Ces deux cheminées et leurs plaques constituent des éléments de valeur du patrimoine audois du XVII ème siècle qui appartiennent à la lignée des anciens châteaux en Pays cathare modernisés à l'époque moderne et qu’il est nécessaire de protéger.

chateau de Bouisse 079 bureau de Suzanne Nelli  chateau de Bouisse 038 cheminée du 2ème étage

A gauche, la table de travail de Suzanne Nelli, qui se trouve au 2ème étage du château, où l'on peut voir la superbe cheminée décrite dans le texte (photo de gauche) (cliquez sur la photo pour agrandir)

chateau de Bouisse 070 cheminée 1er

Château de Bouisse, avec sa superbe cheminée du 2 ème étage

chateau de Bouisse 039 cheminée du 2ème étage

Château de Bouisse, avec sa superbe cheminée du 2 ème étage, aux décors peints datant de 1660, représentant les dieux de la guerre Mars et Bellone, figures de la mythologie romaine.

Il est dommage que le décor central soit effacé, on suppose qu'il y avait le portrait de Gérard de Saint-Jean.

chateau de Bouisse 082 cheminée 1er Mars  chateau de Bouisse 081 cheminée 1er Bellone

Détails des décors peints, représentant les dieux de la guerre Mars et Bellone, figures de la mythologie romaine (cliquez sur la photo pour agrandir)

chateau de Bouisse 087

L'escalier Louis XIII en grès rose. Photo prise du 2 ème étage, en bas le palier du 1er niveau distribuant deux chambres de part et d'autre.

chateau de Bouisse 074

Château de Bouisse, restauration de voûtes d’arête bien contre-buttées par les contreforts intérieurs et reposants sur chapiteau central.

A gauche, le dessous de l'escalier Louis XIII en grès rose avec de belles moulures. 

chateau de Bouisse 086

Chambre du 1er étage, contiguë au donjon du XIII ème siècle. La porte à droite, donne accès au donjon où un bureau a été aménagé à cet étage.

chateau de Bouisse 085

Pièce restaurée de l'aile Ouest donnant sur la cuisine

chateau de Bouisse 071Cheminée salonChâteau de Bouisse, rez-de-chaussée, la cheminée de la salle d'apparat datant de 1660, avec un décor peint représentant des vases fleuris.

Sur celle-ci aussi le décor central a été effacé, comme sur la cheminée du 2 ème étage, on suppose qu'il y avait le portrait de Gérard de Saint-Jean.

chateau de Bouisse 080 voûte

Salle du rez-de-chaussée du donjon du XIII ème siècle ou tour Nord/Est 

chateau de Bouisse 084 donjon 1er étageDonjon du XIII ème siècle, salle du 1er étage 

chateau de Bouisse 083 cave voutée

Salle voûtée de l'aile Sud-Ouest qui doit être restaurée

 

A l'arrière de ce bureau on entre dans la partie la plus médiévale du château qui doit être restauré, il y a une chambre avec le plafond voûté bien conservé et ses murs en pierre avec les vestiges d'une cheminée.

Au rez-de-chaussée il y a aussi la cuisine, et derrière cette cuisine un petit escalier permet d'accéder à l'ancien donjon médiéval du XIII ème siècle.

Au premier étage, à gauche de l'escalier monumental se trouve une autre grande salle avec une cheminée imposante en stuc avec des peintures uniques bien conservées datant de 1664, montrant des scènes allégoriques de l'antiquité classique. Sur la cheminée, il y a, de part et d'autre, les dieux de la guerre Mars et Bellone qui symbolisaient les vertus militaires de ce seigneur Gérard de Saint-Jean. Les travaux de reconstruction et de restauration furent sans doute terminés en 1660, date figurant sur la grande cheminée du premier étage. Des spécialistes se sont penchés sur ces peintures et en ont fait l'objet d'une publication dans une revue prestigieuse sur l'art. Le sol est recouvert de tommettes d'origine fabriquées à la main et datant du XVII ème siècle. A droite de l'escalier, se trouve la chambre de René Nelli dont le mobilier a été entièrement conservé. Cette chambre est décorée de tableaux et d'aquarelles peintes par René Nelli. A la suite de cette chambre, s'ouvre une autre pièce où l'on peut admirer une petite collection que René Nelli avait amassée, des pièces de monnaie, dont semble -t-il, certains sols melgoriens du XIII ème siècle, mais aussi de vieux couteaux et des pointes de flêches.

Au deuxième étage du logis principal, il y a deux grandes chambres mansardées sous le toit.

On le doit le château actuel à la famille de Moussoulens, baron de Bouisse, la seigneurie restera dans cette famille jusqu'à  la Révolution.

L'ancienne église et son cimetière se trouvaient à l'emplacement de l'aile Est du bâtiment.

 

On relève dans l'inventaire série B des Archives Départementales de l'Aude ceci :

● Hommages à Catherine de Médicis (1550-1551)

Hommages faits à Catherine de Médicis par ses vassaux et emphytéotes du comté du Lauragais, par-devant René de La Bretonnière, son maître des requêtes ordinaire, Pierre de Rivière, maître des eaux et forêts du comté, Arnaud Du Vernier, juge, et Jean Martin, lieutenant particulier en la judicature dudit comté, en conséquence des lettres patentes du mois de novembre 1550. Parmi ces vassaux et emphytéotes il y avait :

                - noble Pierre de Voisins, écuyer, seigneur de Bouisse, pour la douzième partie de la baronnie de Lanta et du Lantarois, qu’il tenait en pariage avec la comtesse du Lauragais, etc.

 

● En 1659, une ordonnance et sentence rendue sur procès civils, poursuivis :

                - par noble Jean-Antoine de Hautpoul, seigneur de Caumon, en liquidation des intérêts d’une somme de 3000 livres, à lui subrogée par noble Gaspard de Saint-Jean de Moussoulens, sieur de Lagarde, baron de Bouisse, en tant moins du décret de 47000 livres obtenu du Parlement de Toulouse sur la baronnie de Bouisse ;

 

● En 1673, une ordonnance et sentence rendue sur procès civils, poursuivis :

                - par noble Girard de Saint-Jean de Lagarde de Moussoulens, résidant à Bouisse, aux fins d’obtenir, contre messire Jean de Saint-Jean, abbé de Montolieu, "restitution des fruicts de la pension de la cure de Rennes et de Brugairolles, etc."

 

● En 1726, une procédure et sentence poursuivie au criminel :

                - entre Jeanne d’Azais, femme de noble Jean-Pierre d’Aragon, seigneur de Fitou, héritière de noble Pierre de Pompadour, sieur de Laval, et noble Louis de Saint-Jean de Bouisse, à raison de leur accusation mutuelle d’enlèvement de bestiaux, avec attroupement et port d’armes ;

 

● Le 5 novembre 1726, par acte signé à Portel par devant maître Ferrier, notaire royal à Sigean, dame d'Astruc Françoise, veuve de feu noble Pierre de Pompadour, seigneur de Laval, résidante à Portel , "concède à noble baron de Bouisse, seigneur de Fraissé et à ses héritiers et successeurs la faculté de faire paître tous ses troupeaux et bestiaux, de couper bois gros et même pour son usage, de Fraissé dans le territoire qu'elle possède à Montpezat  sous l'albergue annuelle et perpétuelle de vingt sols monnayés de cours".

 

● En 1731, une procédure en matière criminelle, poursuivies à la requête :

                - des héritiers de M. le baron de Bouisse contre des habitants de Bouisse, qui allaient journellement couper des arbres dans le bois de Lauza, dont ils jouissaient en leur qualité au terroir de Lairière.

 

● Le 19 avril 1736, par acte retenu par maître Mas, notaire royal à Tuchan, le sieur Joseph de Volontat, descendant de Louis de Pompadour, habitant comme ce dernier du lieu de Castelmaure, fils et donataire contractuel d'Izabeau Martrou, veuve et héritière de feu Joseph de Volontat, sieur de Ferrus de Castelmaure, fait donation dite entre vifs au seigneur et baron de Bouisse et à ses successeurs et descendants, de toutes les terres qu'il possède à Montpezat, au lieu dit "las Pompadounes et Ferrus" et toutes les facultés qu'il a dans les dites terres conformément à l'acte de donation faite à Louis de Pompadour et à ses descendants par feu noble Jean de Pompadour Vieux et autre Jean de Pompadour père et fils, seigneurs de Montpezat, du 4 octobre retenu par Gâches, notaire à Sigean.

Le baron de Bouisse, seigneur de Fraissé en fief et directe en toute juridiction, était donc propriétaire du domaine de Montpezat exclusion faite des portions vendues en 1733 et 1736 à Baltazar de Monteil et se trouvait le chef de la famille noble la plus puissante de la contrée. Allié aux Pompadour par son mariage avec Françoise de Pompadour  fille de Baltazar seigneur de Villesèque, il était baron de Bouisse, Seigneur de Montjoi et de Moussoulens.

C'est cette alliance des barons de Bouisse avec les Moussoulens qui les autorise à ajouter à leur blason les armes des Voisins-Moussoulens.

 

● En 1745, une procédure en matière civile soutenue :

              - par noble Louis de Saint-Jean de Bouisse, aux fins d’obtenir payement du droit de lods d’une maison acquise au prix de 48 livres par feu Jean Vié, vivant habitant de Bouisse ;

              - par messire Louis de Saint-Jean, baron de Bouisse, messire Joseph de Saint-Jean, chevalier de Bouisse et dame Françoise de Saint-Jean, épouse de messire Hyacinthe de Mage, seigneur de Salza, poursuivant, contre dame Marianne Tardieu, veuve de Jean-Baptiste de Saint-Jean de Vignevieille, fils naturel de noble Jean-Louis de Saint-Jean, coseigneur de Vignevieille, cassation et annulation de la donation à elle faite par ledit noble Jean-Louis de Saint-Jean, le 28 mars 1745, "comme n’étant elle, Marianne Tardieu, qu’une personne interposée pour faire passer les fruits de la donation à Jean-Baptiste de Saint-Jean, avec lequel elle contractait mariage cinq semaines après", le 5 mai 1745, etc.

 

● Arrêt pris le 23 juillet 1746 est renouvelé le 23 juillet 1756, en faveur de Louis, seigneur de Bouisse, Montjoi et Fraissé, fils de Louis-Claude de Bouisse : "Défense est faite aux habitants de Bouisse, Montjoi et 1Fraissé de faire paître leurs bestiaux de nuit ou de jour dans les possessions propres du seigneur, et n'est autorisé aux habitants qu'un nombre d'animaux en rapport avec leur tènement ; de ramasser verjus, raisins ou autres fruits dans les vignes du sieur de Bouisse, glaner dans ses champs avant l'enlèvement des gerbes. Il est ordonné au moment des vendanges de tenir les chiens attachés le jour et la nuit, d'enfermer les volailles, sinon volailles et chiens seront tués dans les vignes. Défense est faite de pénétrer à pied ou à cheval avec charrettes dans les possessions du dit seigneur même pour se rendre à ses possessions, sans permission par écrit. Il est ordonné de publier le ban des vendanges après examen de la maturité. Nul ne doit vendanger avant la fin des vendanges du dit seigneur".

 

● Entre 1763 et 1784, inventaire des effets délaissés par feu François Pla, donataire de Jean Villefranque, habitant de Laroque de Fa, dressé par Jean Bernard de Barre, seigneur de Termenez ;

             - nomination de Louis de Saint-Jean de Moussoulens, baron de Bouisse, de messire Paulin de Catalan, seigneur de Roquefère, et de messire Joseph de Saint-Jean de Moussoulens, chevalier de Bouisse, comme curateurs à conseil des demoiselles Françoise, Rose et Gabrielle de Bosc, filles et héritières de noble Claude de Bosc, seigneur de Dernecueille.

 

LA GÉNÉALOGIE DES SEIGNEURS DE BOUISSE 

comporte tellement d'informations intéressantes qu'elle sera publiée dans la seconde partie de ce reportage ..... et le château de Bouisse vous livrera ainsi la suite de son histoire. A découvrir aussi à la fin de l'article : un hommage à René Nelli et bien sûr, les photos anciennes que vous retrouvez à la fin de chacun de mes articles.

 

ATTENTION ! Cet article est en deux parties !

Ainsi se termine ce premier reportage d'une série de deux, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

 Julie logo janvier 2013 495x350

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans HISTOIRE
commenter cet article

commentaires

cati 09/05/2014 00:20


bravo et merci

Buisson 17/04/2014 11:07


Buisse, Buisson
Un but de ballade ,cet été ,j'adore les corbières .Merci pour ce reportage et ces belles photos.

Mistigris34 17/04/2014 10:05


MERCI à toi et au propriétaire de ce château, c'est vraiment passionnant de lire tout cela, et quel travail de recherche, merci aussi aux auteurs des photos, voilà
un magnifique travail d'équipe !


Félicitations à tous ! 


MIAOU !!!!

Michel 17/04/2014 07:49


Magnifique chateau et une salle qui manque à restaurer, que de travail de passionnés !