Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.belcaire-pyrenees.com
  •  www.belcaire-pyrenees.com
  • : BELCAIRE capitale du Pays de Sault en Languedoc Roussillon. Au départ j'ai réalisé ce site pour partager les retrouvailles 33 ans après, de 17 copines, dans cette région authentique préservée en territoire cathare au pied des Pyrénées. Mais je me suis aperçu que l'Aude n'était pas assez mise en valeur, alors amoureux de cette région et la passion étant là, j'ai réalisé des reportages pour vous présenter ce département aux lieux chargés d'histoire. Ce site a pour but surtout de vous faire découvrir cette région authentique, plein de charme qu'il faut aller visiter.
  • Contact

ANNONCES-MESSAGES-ACTUALITÉS

Ils veulent vous informer !

Pour découvrir les annonces

  cliquez sur la photo

Photo pour les annonces 02

Faites Une Recherche Sur Ce Site

LIENS UTILES

En cliquant sur l'une des images ci-dessous :

1 - vous pouvez écouter Radio Montaillou en direct

 

logo 01cliquez sur le logo RADIO MONTAILLOU ci-dessus pour écouter la Radio en direct
(en cliquant sur leur site en haut à droite)
pendant que vous consultez les pages du site
 

 

 

Pour suivre la progession et connaître la position des ours dans les Pyrénées
téléphonez au 05.62.00.81.10
 
Vous pouvez m'écrire
CLIQUEZ SUR LE PETIT CHIEN ROMÉO POUR ME CONTACTER
 
 
LIVRE D'OR
cliquez sur la photo pour déposées vos marques de sympathie et pour les visionner

Gîtes dans une ancienne école place du village de Comus, village situé
sur le tracé de l'emblématique Sentier Cathare et à proximité des gorges de la Frau et de Montségur
 
Locations gîtes et chambres d'hôtes à Ignaux dans les montagnes des Pyrénées
en Haute-Ariège près d'Ax-les-Thermes
 
Hôtel Restaurant Bayle ** à Belcaire

 

Sites d'Ami(e)s

Les Amis du Sabarthez de Pierre Cortinas

 

Pour le développement du tourisme au Pays de Sault :

     l'Association le Grand Sault

 

on y trouve des renseignements intéressants sur ce site :

     Chambre d'Agriculture de l'Aude

 

Logo réduit office du tourisme du pays de sault

Office du Tourisme du Pays de Sault

Chemin départemental 613

11340 ROQUEFEUIL

Tél : 04.68.20.75.89

 

Retour à la page d'accueil

LES LIVRES CONSEILLÉS

Nouvelle Rubrique pour découvrir

des livres intéressants

cliquez sur la photo

livres conseillés

MESSAGE

17 novembre 2010
bandeau le monde rural 825x250

Hommage aux marchands ambulants. Dans un passé pas si lointain, les commerçants ambulants étaient très nombreux, ils parcouraient inlassablement les campagnes, s'arrêtant dans le moindre hameau. Vendant à crédit, ils acceptaient de n'être payés qu'après la rentrée des récoltes. Les produits proposés ne semblaient pas très nombreux, mais ils sont bien adaptés à la clientèle rurale. L'épicier ambulant acceptait aussi le troc et repartait avec des œufs, des poulets et des lapins. Il sait s'adapter à la clientèle tout en ne perdant pas au change.

L'épicier ambulant tisse du lien social au volant de son camion magasin. C'est encore un métier d'avenir. Les personnes isolées, âgées guettent le camion magasin de l'épicier comme un gardien de phare attend la relève. Bien souvent dans les campagnes françaises il faut faire des kilomètres pour acheter du pain ou le moindre produit d'alimentation, car tous les petits commerces ont fermés. Les épiciers ambulants, heureusement qu'il en reste encore quelques uns pour palier à cet éloignement, sans cela, les personnes qui ne peuvent pas conduire quitteraient la région. C'est une activité bien développée dans nos campagnes qu'il faut maintenir à tout prix, pour la sauvegarde d'un monde rural en péril où déjà de nombreux services publics ont fermé.

marchand ambulant 1915

Marchand ambulant en 1915

marchand ambulant 1925

Marchand ambulant en 1925

marchand ambulant 1960Marchand ambulant en 1960 

Voici un article très intéressant de Céline Samperez-Bedos publié récemment dans le journal La Dépêche du 10 novembre 2010 

Pour une fois ce n'est pas moi qui fait le constat, lisez un peu ce qui est écrit, méditez !

Des articles comme on aime, proche des gens !

L'ÉPICIER AMBULANT AU SALUT DU PAYS DE SAULT

 

marchand ambulant au pays de sault guy toustou 01

Guy Toustou et ses premières clientes de la tournée du mardi, à Mazuby : Rose Fontvieille (à droite) et Marie-Rose Bareilla / Photos DDM, Léa Donnat

 

Depuis 14 ans, Guy Toustou ravitaille les communes et les hameaux isolés du pays de Sault à bord de son épicerie ambulante. Nous l'avons suivi une journée. Premier volet de cette épopée montagnarde.

On ne s'aventure pas en pays de Sault sans un minimum de précautions. Guy Toustou en sait quelque chose. L'hiver, l'épicier ne se déplace jamais sans sa paire de bottes en caoutchouc, une pelle, une veste supplémentaire, des pantalons de rechange et ses chaînes « achetées sur internet ». Rien à voir avec les anciens modèles « qui te mettaient comme une pelhe » parce qu'il fallait se coucher sous le camion pour les fixer. Ces chaînes-là sont quasiment révolutionnaires : « Elles se mettent presque toutes seules ! ». En ce début du mois de novembre, la neige a déjà fait une brève apparition sur le plateau. Du grésil aussitôt fondu. Pas de quoi fouetter un chat. Les gros flocons immaculés, le paysage plongé dans la ouate : « Moi j'aime ça ! C'est si beau », dit notre hôte. Même au cœur de l'hiver lorsque le verglas s'en mêle sur les petites routes qui jouent au yo-yo dans la montagne, d'Espezel à Counozouls ? Même. « Et de toutes façons, là-haut, elles m'attendent les mamies ! », rigole-t-il.

À l'assaut de la montagne, Guy Toustou ne craint ni les coups de froid, ni les coups du sort. « Je n'ai jamais manqué une seule fois ! », claironne-t-il. Salarié de la SARL Petit Louis basée à Espezel, il ravitaille, depuis 14 ans, les villages et les hameaux perchés du piémont pyrénéen, quatre fois par semaine. D'un naturel accort, il met dans sa mission toute sa bonhomie et sa générosité. À 8 heures, la journée démarre par un immuable rituel : l'approvisionnement du camion. Avant de nous embarquer à ses côtés et de partir en tournée, on l'a rejoint à ce moment plus crucial qu'il n'y parait. Car outre les fruits et légumes, le fromage à la coupe, la charcutaille, les bonbons, et autres détergents, Guy Toustou fait parfois office de pharmacien et de banquier pour rendre service à l'un ou l'autre de ses clients. L'épicerie ambulante est née voici vingt ans. Olivier Pech, patron de la SARL Petit Louis a souhaité poursuivre l'activité créée par son frère, à sa mort. « Il y avait une demande sur le plateau. L'idée, aussi, c'était de développer l'affaire, de trouver un autre débouché commercial. Mais aujourd'hui, vous savez, à part l'été, il n'y a plus grand monde là-haut. L'épicerie ambulante, c'est du lien social et on n'est pas aidé par les pouvoirs publics pour le maintenir », raconte le père Pech, alias le restaurateur Petit Louis, incontournable figure du pays de Sault. « Pendant un moment, on vendait aussi des sandalettes et des blouses. On a arrêté. Maintenant, on ne fait plus que de l'alimentaire », souligne Guy Toustou. L'été, le pays revit : les résidences secondaires familiales retrouvent leurs occupants. À l'automne, les chasseurs affluent les weeks-ends. L'hiver, les derniers habitants (les plus jeunes ont la soixantaine) font figure de résistants.

Le quadra, papa poule de deux gamins de 11 et 13 ans, avale 400 kilomètres par semaine, au volant de son épicerie ambulante. « Et 400 km en montagne, c'est 2 000 km en plaine ». Les freins du camion sont mis à rude épreuve sur l'étroit ruban de bitume où les éboulis rocheux, les chutes de pierre et les nids de poule sont d'une banalité confondante. Le commerçant a trouvé la parade : un dispositif de freinage électrique, soit « deux gros aimants posés sur le cardan » reliés via un câble à une commande manuelle qu'il actionne depuis le tableau de bord. Et c'est diablement efficace ! Nous y reviendrons, demain…

Le chiffre : 4

tournées > sur le plateau. Guy Toustou part ravitailler les petites communes isolées les mardis, jeudis, vendredis et samedis. La tournée du mardi est la plus longue, celle du samedi, la plus dense en termes de fréquentation de clientèle.

« A la base, je suis menusier' mais j'ai travaillé à la scierie avant l'épicerie. Je ne pourrais pas tenir dans la boutique. Il me faut bouger !» Guy Toustou

 

«Un nouveau laboratoire en germe»

Maisons closes, rares habitants : ce qui frappe sur le plateau, c'est l'abandon. Même s'il constate la décrue de la démographie et les effets d'une désertification cruelle, l'ethnologue et photographe Jean-Pierre Piniès reste optimiste sur le devenir de cet étonnant pays. En 1975, il fit partie de la cohorte de chercheurs, historiens, médecins, préhistoriens et autres linguistes venus participer à une enquête globale initiée par Jacques Ruffié et Jean Guilaine. Pourquoi Sault ? « Parce que la civilisation traditionnelle était en train de finir, sauf là. Ce pays était un extraordinaire laboratoire », se souvient le vice-président du GARAE (groupe audois de recherche et d'animation ethnographique). Inchangées depuis le Moyen-Âge, certaines techniques agricoles subsistaient. Itou pour la tradition orale solidement implantée et incarnée par le grand conteur Pierre Pous. « Et puis, il y avait une forme de sociabilité dans l'entraide, dans l'organisation quotidienne ». Cette société brille aujourd'hui de ses derniers feux. Mais n'a pas dit son dernier mot : « Quelque chose de nouveau va se faire, que nous ne verrons sans doute pas. Il a fallu quatre à cinq siècles pour que se bâtisse ce qui s'achève, alors… », sourit-il. Son regard se porte sur les « nouveaux néo-ruraux, moins portés par l'idéologie de la vie en communauté que la première vague issue de mai 68 ». Ces « nouveaux » pensent leur rapport à l'agriculture à l'aune de l'écologie et de ses enjeux. « Et cela redeviendra un laboratoire formidable. Pour le moment, tout ceci est en germe », analyse-t-il. Il voit dans la forêt qui a regagné du terrain des potentialités agricoles : de nouveaux paysages comme de nouveaux horizons à conquérir. « Très peu de fils ont repris les exploitations et c'est vrai qu'aujourd'hui, ce sont les derniers autochtones qui vivent dans ce pays. Une génération a manqué mais je crois que ce sont les petits-fils et les arrières petits-fils, très attachés à leurs racines qui reviendront dessiner le nouveau visage du pays de Sault ».

C. S.-B.

« Entre gestes et mémoire »

« Chez eux tout, au-delà de la monotonie et de la trivialité du quotidien, tout est harmonieux, car tous les gestes, y compris les plus simples, même au moment des plus grands efforts, s'éloignent de la brutalité ou de la force exhibée pour elle-même et composent les figures d'un ballet, à la limite du perceptible, qui ordonne les formes et donne sa saveur au bon déroulement des heures et des jours », peut-on lire dans l'ouvrage de Jean-Pierre Piniès qu'il aussi abondamment et soigneusement documenté. Les images déroulent un rythme hors du temps, agricole et pastoral.

 

marchand ambulant au pays de sault guy toustou 02

« Je ne peux pas les laisser seuls là-haut »

Un autre jour : Toujours en compagnie de Guy Toustou, l'épicier itinérant que nous avons suivi aujourd'hui, lors de sa tournée du mardi au Pays de Sault.

Tut ! Tuuuuut! ça, c'est le coup de klaxon intempestif et répété de Guy Toustou qui signale son arrivée. La pluie a laissé la place au soleil. Sur la petite route qui serpente dans la forêt, le bitume détrempé prend feu : les frondaisons rougeoyantes d'automne se mirent sur la chaussée. Lentement mais sûrement, la camionnette de l'épicier prend de la hauteur. La roche prédomine maintenant. « On est dans une zone où il y a des chutes de pierre en permanence ! », prévient-il. Premières maisons groupées comme une nichée. Nous voici à Mazuby. Savante manœuvre pour garer l'épicerie sur roues, puis l'ouvrir sur le flanc pour déplier le rayon des fruits et légumes. Il n'y a pas long à attendre. Du fond d'une ruelle, bonnet vissé sur la tête et panier de ménagère au bras, surgit Rose. « Ah ! C'est ma chérie ! Si elle avait quarante ans de moins, je l'épouserais ! », taquine Guy, malice au coin de l'œil. Rose Fontvieille, 82 ans, rigole de bon cœur. « Moi, je prends tout ici. Tant qu'il viendra, ça nous ira bien. Il maintient le rural. De toute façon, je n'ai pas de voiture », confie cette fidèle cliente. Il y eut bien un restaurant qui faisait office d'épicerie dans le village. Fermé après la guerre. Et 200 habitants dans les années 30, la moitié dans les années 50, 22 aujourd'hui. Partout dans les villages du pays, la plupart des bâtisses sont des résidences secondaires familiales repeuplées aux beaux jours.

« Il faut même que je lui remplisse le chèque ! », s'exclame l'épicier sous le regard complice de Rose. « C'est comme une grande famille ! », poursuit le commerçant. Ici, une vieille dame qui lui tend son porte-monnaie ou sa liste de provisions. Là, il raccompagne une autre habituée sur le pas de sa porte en lui trimballant son panier bien garni. Et toujours un mot gentil, un sourire. La fois d'avant, il a même livré des chrysanthèmes. Son métier ? Une mission. « Je ne peux pas les laisser seuls là-haut ». L'inverse est vrai aussi. « Ses petites mamies » lui offrent des gâteaux faits maison. À Mazuby, avant de filer vers Aunat, on a sacrifié au rite de la pause chez Antoine et Marie-Rose Bareilla. Sur la table, un pot de café fumant et des madeleines en rond sur une assiette.

Table gargantuesque

Et ce mardi, comme tous les mardis de tournée, quand l'estomac gargouille sur le coup d'une heure, Françoise Petit, maîtresse femme qui cache sa tendresse sous un caractère bien trempé ouvre grand sa porte et sa table gargantuesque à Escouloubre. Pâté de sanglier, soupe gratinée, bœuf en sauce, pâtes de coings parfumées… Dans le temps, cette Quillannaise qui a suivi son éleveur de mari, aujourd'hui retraité, tenait un restaurant dans le village. Elle mitonnait des plats, tout ce qu'il faut de bon et roboratif, pour les ouvriers, les artisans et autres gars de l'EDF qui bossaient dans le coin. Le restau a fermé. Les artisans ont suivi le mouvement et quitté le plateau. Pas Françoise, 60 ans, ni Roger, 67 ans, son époux, pompier bénévole rangé du camion rouge. « Dans le temps, il y avait quinze pompiers ici », se souvient l'ancien éleveur d'une quarantaine de gasconnes. Les paysans se comptent aujourd'hui sur les doigts de la main : trois sur la commune.

À Escouloubre-les-Bains, la route serpente au fin fond de la vallée, près de la Bruyante et de l'Aude qui partagent le même lit. Une odeur de soufre. L'eau chaude surgit de la roche. Les anciens hôtels thermaux ont fermé leurs portes depuis belle lurette. La camionnette fait halte deux fois. Dont une à la sortie, devant la maison de poupée de Josette Drevon, 65 ans, emmitouflée dans une robe en laine qui n'en finit pas et d'une longue écharpe turquoise. Elle n'a qu'une bicyclette pour ses déplacements. Et des doigts de fée qu'elle emploie à broder, peindre et tricoter. « Je suis sans voiture, sans rien, sans mari. S'il ne venait pas, je serais marron ! C'est mon épicier, mon kiné ! », s'amuse-t-elle, rapport à cette fois où il lui a massé ses épaules endolories par un torticolis tenace. « Josette, la prochaine fois, j'aurai un de ces pâtés de tête… Tu m'en diras des nouvelles ! »

Le chiffre : 100

km > de tournée. C'est, à quelque chose près, le nombre de kilomètres parcourus par Guy Toustou, lors de sa tournée du mardi, d'Espezel à Counozouls avec arrêts à Mazuby, Aunat, la Bessède-de-Sault, Escouloubre-les-Bains, Escouloubre, Le Bousquet, Buillac et Counozouls.

« Je me suis lancé dans cette activité complémentaire de ma boucherie à Axat. ça diminue un peu chaque année. C'est la fidélité qui nous maintient » Yves Tissandier, boucher itinérant croisé à Escouloubre.


 

Merci au Journal La Dépêche de me permettre d'effectuer ce relais d'information.

 

Ainsi se termine ce reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

julie 320 x 213 newsletter

 

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans LA PORTE DE L'ACTUALITÉ
commenter cet article

commentaires

Séguéla Maryse 22/03/2011 20:23



Merci pour votre site qui donne envie de venir découvrir cette belle région dont vous parlez avec passion.Et celà d'autant plus que mon grand'père,branche maternelle-que je n'ai pas connu puisque
mort en 1914-était natif d'Espezel.Je m'interesse à la généalogie,et je n'ai pas beaucoup d'éléments concernant la branche Izard Authier.Je viendrai dnc faire un tour "chez vous"...et pourquoi
pas y rester!à bientôt .maryse



Bernard Schacre 26/12/2010 23:15



Je trouve très émouvant ce reportage sur l'épicerie ambulante. Bravo et merci. Bernard ( département 36)



Mamminic 20/11/2010 08:44



Bonjour,


Je voulais vous signaler la publication aujourd'hui sur mon blog d'un petit article concernant quelques blogs qui font partie de la communauté que j'administre : Découverte des régions. Un petit
coup de pouce pour faire découvrir votre belle région. Bonne journée. Amicalement. Mamminic



vergé valerie 17/11/2010 09:39



Encore un grand merci pour votre cite. Et peu etre un autre reportage sur les bouchers de Belcaire  jean-Francois ARTIGUES la releve de Gras et de Poux



Jean-Pierre 17/11/2010 12:52



Bonjour Valérie


Pas de problème, puis je compter sur votre collaboration pour le réaliser ?


Jean-Pierre