Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.belcaire-pyrenees.com
  •  www.belcaire-pyrenees.com
  • : BELCAIRE capitale du Pays de Sault en Languedoc Roussillon. Au départ j'ai réalisé ce site pour partager les retrouvailles 33 ans après, de 17 copines, dans cette région authentique préservée en territoire cathare au pied des Pyrénées. Mais je me suis aperçu que l'Aude n'était pas assez mise en valeur, alors amoureux de cette région et la passion étant là, j'ai réalisé des reportages pour vous présenter ce département aux lieux chargés d'histoire. Ce site a pour but surtout de vous faire découvrir cette région authentique, plein de charme qu'il faut aller visiter.
  • Contact

ANNONCES-MESSAGES-ACTUALITÉS

Ils veulent vous informer !

Pour découvrir les annonces

  cliquez sur la photo

Photo pour les annonces 02

Faites Une Recherche Sur Ce Site

LIENS UTILES

En cliquant sur l'une des images ci-dessous :

1 - vous pouvez écouter Radio Montaillou en direct

 

logo 01cliquez sur le logo RADIO MONTAILLOU ci-dessus pour écouter la Radio en direct
(en cliquant sur leur site en haut à droite)
pendant que vous consultez les pages du site
 

 

 

Pour suivre la progession et connaître la position des ours dans les Pyrénées
téléphonez au 05.62.00.81.10
 
Vous pouvez m'écrire
CLIQUEZ SUR LE PETIT CHIEN ROMÉO POUR ME CONTACTER
 
 
LIVRE D'OR
cliquez sur la photo pour déposées vos marques de sympathie et pour les visionner

Gîtes dans une ancienne école place du village de Comus, village situé
sur le tracé de l'emblématique Sentier Cathare et à proximité des gorges de la Frau et de Montségur
 
Locations gîtes et chambres d'hôtes à Ignaux dans les montagnes des Pyrénées
en Haute-Ariège près d'Ax-les-Thermes
 
Hôtel Restaurant Bayle ** à Belcaire

 

Sites d'Ami(e)s

Les Amis du Sabarthez de Pierre Cortinas

 

Pour le développement du tourisme au Pays de Sault :

     l'Association le Grand Sault

 

on y trouve des renseignements intéressants sur ce site :

     Chambre d'Agriculture de l'Aude

 

Logo réduit office du tourisme du pays de sault

Office du Tourisme du Pays de Sault

Chemin départemental 613

11340 ROQUEFEUIL

Tél : 04.68.20.75.89

 

Retour à la page d'accueil

LES LIVRES CONSEILLÉS

Nouvelle Rubrique pour découvrir

des livres intéressants

cliquez sur la photo

livres conseillés

MESSAGE

6 novembre 2012
bandeau-HISTOIRE-04.jpgBandeau Mirepoix 01

 

Voici la seconde partie de l'histoire de Mirepoix et ses châteaux environnants : de Terride et de Lagarde, que vous attendez tous ...

 

Mirepoix 28

Panorama de la halle de Mirepoix

Après 1289, la ville connut un essor économique sans précédent. Le 6 mai 1298, Jean Ier de Lévis et sa femme Constance de Foix posaient la première pierre de la nouvelle église.

église de mirepoix extampe de Dauzats Adrien (1804-1868)

Cathédrale de Mirepoix, estampe de Dauzats Adrien (né à Bordeaux le 16 juillet 1804 et mort à Paris le 18 février 1868)

Mirepoix devint progressivement la capitale d'un diocèse le 26 septembre 1317, sous le pontificat de Jean XXII, et un Lévis dotait sa cathédrale. Une lettre du roi Charles IV, datée du mois de mai 1322, dit que : "Jean de Lévis, seigneur de Mirepoix, majeur de vingt ans et mineur de vingt-cinq, faisant attention que le pape Jean XXII avait érigé la paroisse de Saint-Maurice de Mirepoix en cathédrale, et voulant faire hommage au seigneur de Jean de Lévis, de bonne mémoire, à son père et à sa famille, il donne à Raymond, premier évêque, et au chapitre de cette nouvelle cathédrale certains biens, en amortit quelques autres, ainsi que plusieurs maisons, pour la fondation de cette cathédrale, ainsi que milles livres tournois qu'il lui avait données."

Le 21 décembre 1321, Jean II de Lévis cédait à l'évêque et au chapitre de son église tous les terrains nécessaires pour construire la maison de l'évêque et celle des chanoines, le cloître, l'officialité et le "précentou". L'archevêque Pierre de Lapérarède allait transformer l'église en cathédrale à partir de 1343.

Mazères Château des évêques de Mirepoix (côté nord)

Le château des évêques de Mirepoix à Mazères (côté nord) en 1905

En 1388, Roger Bernard de Lévis, eut de grands démêlés avec son fils, Jean de Lévis, qui porta l'oubli des devoirs jusqu'à l'arrêter et fait prisonnier dans Mirepoix. Le père, outragé, le déshérita, et les biens de cette puissance famille allaient devenir le partage d'une branche cadette, mais par la suite, le testament de Roger Bernard fut annulé, et cette seigneurie demeura aux aînés.

En 1399, le baron de Mirepoix, Roger Bernard de Lévis, et le roi de France Charles VI, partagèrent les droits de haute et basse justice sur la ville, le château et la seigneurie. Roger Bernard eut trois milles livres d'or avec la possession viagère de Pennautiers et de Ville-Sicle.

Mirepoix 07

La place des Couverts entourée de galeries couvertes en bois est un lieu d'échanges, de rencontres et de détente.

Cette place sert d'écrin à de nombreuses manifestations, notamment celle de la fête médiévale.

Mirepoix 08

La mairie de Mirepoix, initialement installé sous le grand couvert, l'hôtel de ville a été déplacé en 1806, dans cette maison appartenant autrefois à monsieur François Rabinel de Calzan, receveur des tailles.

Mirepoix 15

L'enseigne originale de la mairie de Mirepoix.

Mirepoix 12

Sur cette place des Couverts reçoit chaque lundi et jeudi un marché de qualité très prisé.

Mirepoix 13

Quand vous vous promènerez sous ces couverts, admirez ces splendides galeries à pans de bois du moyen âge.

Mirepoix 27

Autre photo de ses galeries couvertes à pans de bois.

A l'Ouest du Grand Couvert, un écusson porte la date de 1573.

Une carte de l'Ariège, œuvre des frères Poulain, est peinte au plafond du Couvert (côté Est de la place).

Mirepoix 38L'ancienne maison des consuls avec ses belles sculptures taillées sur des solives et des abouts de poutres.

En l'année 1500, les consuls se voient octroyer le droit de bâtir leur maison sur le solier de la maison de Justice.

Le 14 août 1655, ils achètent une maison pour en faire l'Hôtel de Ville. Elle faisait office de tribunal, de salle de conseil et de prison.

La poutre de façade, est un cœur de chêne d'un seul tenant de près de 12 mètres de long et de plus de 60 cm d'épaisseur.

En tout il y a 104 sculptures ornant les extrémités des sommiers (poutres perpendiculaires à la façade) et les piliers de soutènement.

Mirepoix 49   Mirepoix 50

On ne se lasse pas d'admirer ces sculptures taillées dans le chêne datant du moyen âge

Mirepoix 51La fin du moyen âge fut moins heureuse pour Mirepoix, qui fut mis à sac en 1362 par les routiers de Jean Petit qui mirent le feu détruisant toute la partie méridionale de la ville jusqu'à la cathédrale. La place centrale fut épargnée. La cité se replia autour de la place du marché dans les neuf îlots du centre et se protégea derrière des remparts dont il subsiste encore les quatre portes sur les axes principaux : la porte d'Aval vers Pamiers, la porte d'amont vers Limoux, la porte de Bragot vers le gué et la porte de la Roque vers le pays d'Olmes. Le reste de cette enceinte sera démoli par ordre des consuls en 1680.

Fete medievale de Mirepoix 1La fête médiévale de Mirepoix bat son plein tous les ans en juillet à ne pas rater

Mirepoix 16  Mirepoix 35

A gauche, photo de la mairie. A droite, la porte d'Aval située à l'ouest de la place des Couverts.

Mirepoix ancien 16 en 1910

La porte d'Aval en 1910

Mirepoix 37

La porte d'Aval de nos jours

Mirepoix ancien 04 en 1950

J'en profite pour vous glisser une photo de la porte d'Aval datant de 1950, vous pourrez comparer avec la photo ci-dessus

Mirepoix 26  Mirepoix 36

A gauche, la porte d'Aval de nuit. A droite, la porte d'Aval vu du cours du Maréchal de Mirepoix.

La porte d'Aval est le dernier vestige visible des fortifications du XIVème siècle, qui protégeaient Mirepoix des attaques extérieures. Les remparts datant de 1374 ont été démolis en 1680.

Au-dessus de la porte, on aperçoit trois pierres portant les traces de la Révolution qui a fait disparaître en 1790 les armoiries de la famille de Lévis, de la ville et du chapitre.

Depuis, l'histoire n'a rien recueilli de son obscure existence. Pauvre de monuments, sa cathédrale est son édifice unique. Le clocher de cette église est un souvenir de la piété de Philippe de Lévis, son évêque. Le clocher d'une élévation d'environ 61 mètres, de style ogival, et d'assez belle proportion, a une grande renommée dans la contrée. Cette cathédrale n'a pas de voûte ; agrandie de 1370 à 1406, entourée de chapelles par la munificence de ce même Philippe de Lévis, elle est dénuée d'ensemble e d'harmonie. Elle possédait autrefois une magnifique collection de manuscrits religieux, ornés de merveilleuses peintures. Le chapitre de Toulouse possède quelques miniatures provenant d'un antiphonaire de cette collection. Ce fut un moine de l'ordre des cordeliers, privé par un malheur de l'usage d'une main, qui exécuta la plus grande partie de monuments des arts du XVIème siècle. Philippe de Lévis, qui lui avait confié la direction des travaux de cette collection, avait appelé de Florence les artistes qui devaient l'aider ; on prétend qu'ils ne furent chargés que du travail secondaire, d'écritures, d'annotations et de dorures. L'exécution de ce grand ouvrage dura sept années, il fut commencé en 1528 et terminé en 1535. Ces manuscrits étaient au nombre de neuf, en peau de vélin, cinq notés, quatre écrits en caractères gothiques. Les cinq volumes notés étaient ornés de miniatures, de vignettes et d'arabesques d'une exécution remarquable. Huit existe encore à la bibliothèque du collège de Foix, mais mutilés, souillés et déchirés. Lors de la Révolution de 1789, à l'époque de la spoliation des biens de l'Église, on arracha et on découpa les plus belles peintures de ces livres, recueillies plus tard par M. l'abbé Vidalat-Tornier et M. le marquis de Castellane, l'un membre et l'autre président de la Société Archéologique du Midi. Le neuvième volume qui manque a été probablement volé à la même époque.

Les descendants de Gui de Lévis conserveront la seigneurie de Mirepoix jusqu'à la Révolution ; ils résideront successivement au château de Lagarde, puis à celui de Léran.

Mirepoix ancien 14

Portrait d´Adélaïde Marie Charles Sigismond , Comte de Lévis de Mirepoix, dessiné par Siévre en 1886. L'un des derniers comte de Mirepoix - Léran, il faisait parti de la 22ème génération.

Né le 24 août 1821 à Paris, il décédera en 1886, il épousa en 1843 Juliette de Crillon (1822-1900) fille de Marie Gérard Louis Félix Berton de Balbes, duc de Crillon et de Zoé, duchesse de Rochechouart-Mortemard

Mirepoix ancien 55 chateau de terride vu des bords de l'her

Photo datant de 1905, représentant le pont enjambant l'Hers au Nord de Mirepoix, on aperçoit en haut sur la droite, les vestiges du château de Mirepoix appelé aujourd'hui château de Terride.

Plusieurs ponts de bois furent construit pour enjamber l'Hers à cet endroit, mais tous ont été emportés par les crues de la rivière.

Entre 1766 et 1791, un pont de pierre long de 206 mètres à sept arches en anse de panier sera construit selon une technique mise au point par l'architecte Jean Rodolphe Perronet.

Jean Rodolphe Perronet né à Suresnes le 27 octobre 1708 et mort à Paris le 27 février 1794, ingénieur et architecte français, il fut le fondateur et premier directeur de l’École nationale des ponts et chaussées.

Portrait de Jean-Rodolphe Perronet 1764

Portrait de Jean Rodolphe Perronet 1764

Mirepoix ancien 51 chateau de terride vu des bords de l'herAutre photo datant de la même époque, 1905, au sommet du pech, le château de Terride

Mirepoix chateau de Terride 21

Le pont sur l'Hers de nos jours, émergeant de la végétation : la tour carrée du château de Terride (flèche).

A côté de ce pont, il y a un chêne vert qui est un arbre remarquable classé Monument Historique. Il serait le seul rescapé de la forêt de Plene Fages ; dix ans après la terrible inondation de 1289, les chênes de cette forêt ont servi à la construction de la nouvelle ville de Mirepoix et plus tard celle des couverts. Cet arbre vénérable aurait donc plus de 800 ans.

gravure de MirepoixGravure sur acier représentant Mirepoix datant de 1838 réalisée par Raynie Ainé del Ransonnette éditeur Firmin Didot frères

 

LE CHÂTEAU DE TERRIDE

Château de Terride qui a été jadis le château de Mirepoix. La première mention de ce château remonte à 960. Le château primitif était constitué d'une tour de défense qui a été restauré longtemps plus tard en lieu d'habitation.

Ce modeste château, patrimoine à la croisée des directions du Lauragais et du Languedoc, ce lieu de mémoire fut assiégé quatre fois par les croisés. Il devint propriété de Simon de Montfort, le château fut pris en même temps que la cité, le 22 septembre 1209, jour de la Saint-Maurice. Guy de Lévis en prit possession le 1er décembre 1212. Le château reviendra enfin en 1218 à Raymond Roger comte de Foix.

Situé à peu de distance du pont de Mirepoix, sur le sommet d'une colline (altitude 354m) apparaissent les ruines de l'ancien château de Mirepoix, nommé aussi, et plus vulgairement, le château de Terride. Ce nom de Terride a commencé à être connu dans la première moitié du XVIème siècle. Jean de Lévis de Lomagne seigneur de Roquefort appelé aussi Jean de Terride, XIIIème seigneur de Mirepoix, épousa le 8 février 1503, Catherine Ursule de Lomagne, fille d'Antoine de Lomagne, baron de Terride en Gimois (Lot-et-Garonne) ; elle porta en dot à son époux cette baronnie, à condition que leur postérité associe ce nom et celui de Lomagne au nom de Lévis. A cette époque, Jean de Lévis de Lomagne fit construire une chapelle, qui aujourd'hui se trouve en piteux état. L'un d'eux, le comte de Terride, se rendit célèbre dans la contrée par sa valeur, son esprit railleur, et des bouffonneries qui n'étaient pas toujours de bon goût.

Mirepoix ancien 53 chateau de terride vu des bords de l'her

Voici encore deux photos datant de 1905 avec le château de Terride dominant la vallée de l'Hers et la bastide de Mirepoix

Mirepoix ancien 54 chateau de terride en 1905

 

Vue aérienne chateau de Terride

Une vue aérienne du site du château de Terride. On distingue le cheminement des anciens fossés de défense.

Mirepoix chateau de Terride 23

Le château de Terride, le seul vestige encore debout c'est la tour carrée à gauche

Mirepoix chateau de Terride 20

Autre vue du château de Terride et la tour carrée à gauche avec ses fenêtres à meneaux et l'habitation des propriétaires

Mirepoix chateau de Terride 19

Complètement à gauche on aperçoit le pont de pierre qui permet l'accès au château de Terride

Pour la petite histoire, quand mourut en 1616 Catherine Ursule de Lomagne, sa demoiselle de compagnie se laissa séduire par le baron et lui donna deux filles Agnès et Hippolyte qui se firent kidnapper en novembre 1642 par François de Béon de Masses seigneur de Cazeaux, qui déroba par la même occasion de l'or, de l'argent et des bijoux appartenant au baron. François de Béon épousera clandestinement la fille aînée Agnès qu'il a enlevée, le père, le baron Jean de Lévis de Lomagne lui fit un procès et il s'ensuivit des histoires familiales.

En 1658, il autorisa ses filles à revenir au château de Terride, mal lui en prit, le gendre François de Béon, le séquestra et le maltraitera pendant  deux ans. En 1660, il s'enfuit pour se réfugier au château de Lagarde, chez son petit neveu Gaston Jean-Baptiste de Lévis. Grâce à ce neveu et aux habitants de Mirepoix il put regagner son château.

Ce terrible seigneur, que tous ses voisins aimaient et redoutaient, né en 1568, mourut en 1664, dans ce château. Ce manoir fut délaissé quelque temps après, et les seigneurs de Lévis transférèrent leur séjour dans le beau château de Lagarde, situé au sud-ouest de Mirepoix.

gravure chateau de TerrideGravure sur acier représentant le pont de Mirepoix et le château de Terride datant de 1838 réalisée par Raynie Ainé del Ransonnette éditeur Firmin Didot frères 

Jean de Lévis Lomagne léguera par testament le château à son neveu Gaston Pierre Charles de Lévis Lomagne. Celui-ci ruiné, submergé par les dettes, doit céder le château de Terride à la famille Bernard de Rieux afin de rembourser la dot de sa première épouse Anne-Gabrielle Antoinette de Bernard de Rieux décédée en 1736. Le château cesse d'appartenir à la maison de Lévis de Mirepoix le 29 avril 1740 date de l'acte de vente. Gabriel Henri Bernard de Rieux, marquis de Boulainvilliers (1724-1798) en est le nouveau propriétaire. Celui-ci résidant à Paris se désintéresse complètement du château qui se délabre peu à peu.

Après la Révolution, le maréchal Clauzel fera l'acquisition de ce château et commencera des travaux. Mais lui aussi, connaîtra des problèmes financiers et laissera à sa mort des dettes importantes pour ses héritiers, ils vendront le château.

Le procureur Moras, qui faisait parti du tribunal ayant prononcé en 1905 l'acquittement du capitaine Dreyfus, en deviendra propriétaire.

Les photos qui vont suivre du château de Terride sont de mauvaises qualités, si l'actuel propriétaire, Raymond Roger est l'un de mes lecteurs, je le remercie de me retourner des photos mettant en valeur sa restauration afin de les insérer dans mon reportage s'il me l'autorise.

Mirepoix chateau de Terride 12

L'accès au château de Terride s'effectue par ce pont de pierre, datant du XVIIème siècle, enjambant les anciens fossés de défense ceinturant le châteauMirepoix chateau de Terride 14

La tour-porte à l'entrée de plan carré garde les traces de la herse et de l'assommoir

Mirepoix chateau de Terride 09

Les fossés de défense ceinturant les murs d'enceinte du château. Les murs avec les glacis font plus de dix mètres de hauteur.

Mirepoix chateau de Terride 15

Le mur d'enceinte Ouest avec ses meurtrières et la tour carrée du château de Terride

Mirepoix chateau de Terride 17

Une plaque a été scellée en l'honneur du restaurateur et propriétaire actuel du château de Terride, Raymond Roger, qui s'efforce de mettre en valeur notre patrimoine en perdition.

Guidé par la passion, il réussit se projet ambitieux et il est en passe de réaliser un véritable sauvetage en redonnant son lustre à ce château.

Mirepoix chateau de Terride 11

L'angle Sud / Ouest de la tour carrée avec quelques fenêtres à meneaux ayant traversées les siècles sans trop de dommages.

Mirepoix chateau de Terride 10

Le fruit de la base de la tour carrée permettant une meilleur assise à l'édifice a été restauré

Mirepoix chateau de Terride 18

Les fenêtres à meneaux de la tour carrée ont résisté à l'usure du temps

Mirepoix chateau de Terride 16

Autre photo de la façade Ouest de la tour carrée

Mirepoix chateau de Terride 22

C'est l'entrée du château primitif datant de 960, remarquez l'usage de la brique, signe du mariage Lévis-Lomagne, en cet honneur il fit construire une chapelle qui est de construction plus tardive XIVème siècle.

Mirepoix chateau de Terride 03

L'entrée de la tour carrée datée du XVème siècle, au-dessus de la porte, le blason représentant les chevrons de la famille de Lévis qui continuent à défier le temps.

Cette tour carrée, a été construite sur les anciennes défenses de château primitif.

Mirepoix chateau de Terride 04

L'intérieur de la tour a été rebâti dans un style Renaissance avec de grandes cheminées comme celle-ci.

Mirepoix chateau de Terride 05

Plaque de cheminée datant de 1302

Mirepoix chateau de Terride 02

Les vestiges de l'enceinte datant  du XIIIème siècle avec les meurtrières ont été dégagées, ce rempart faisait parti de la 2ème ligne de défense. 

Mirepoix chateau de Terride 01

Magnifique clef de voûte retrouvée dans les gravats lors des restaurations de la chapelle. Il manque deux clefs de voûte, qui ont été probablement volées.

Mirepoix chateau de Terride 06

Plusieurs clefs de voûte en parfait état, servent de décoration dans les jardins du château

Mirepoix chateau de Terride 07

A côté de la tour carrée une maison de construction plus récente est la résidence de l'actuel propriétaire

Mirepoix chateau de Terride 08

Aujourd'hui le château classé monument historique dont il ne reste plus que des pans de murailles, est une propriété privée, qui appartient à Raymond Roger, ancien maire de Malegoude petite commune proche de Mirepoix. Un ancien maire devenu châtelain en 2001, date d'acquisition du château, et qui s'efforce avec ses moyens, de restaurer ce qui peut encore être sauvé. Le château a aujourd'hui fier allure grâce aux importants travaux entrepris depuis dix ans par ce passionné Raymond Roger, c'est un bel exemple de revalorisation du patrimoine.

Le château se visite tous les ans lors de la journée du Patrimoine.

 

Non loin de là, au bord de la route qui mène au château de Terride, vous pouvez admirer la fontaine des Cordeliers que voici :

Mirepoix ancien 56 fontaine des cordeliers en 1902Mirepoix, la fontaine des Cordeliers en 1902

Mirepoix ancien 52 fontaine des cordeliers et chateau de teMirepoix, la fontaine des Cordeliers et le château de Terride en 1970

Mirepoix 46Mirepoix, la fontaine des Cordeliers se trouve dans un triste état de nos jours

Ce portail date de 1659, cette construction gothique attribuée aux moines Franciscains des Cordeliers (ou frères Mineurs installés à Mirepoix en 1272), permettait d'abriter l'émergence d'une source qui alimentait en eau leur couvent aujourd’hui disparu, détruit lors de la Révolution. Cet ensemble constitue l’unique vestige de cet ancien couvent des Cordeliers, installé jadis, au pied du château de Terride, sur la rive droite de l’Hers, là où s’élevait, avant l’inondation de 1289, la première ville de Mirepoix.

Au fond de cet abri, une niche carrée taillée dans le rocher débouchant sur un puits, les eaux ainsi captées étaient renvoyées dans un bassin rectangulaire situé sous la niche. Au-dessus de cette niche il reste les traces d'un blason qui a été martelé à la Révolution, il devait probablement représenter les armes de la famille de Lévis. L'abri est voûté avec un banc de pierre de chaque côté. Ce frontispice en ogive du XVIIème siècle possède trois rangs d'archivoltes. Les cinq rangées de voussures prennent appui  sur cinq colonnettes dont les chapiteaux, ornés de motifs végétaux ont subi les outrages du temps. Les murs situés de part et d’autre du portail comportent chacun un cul-de-lampe, qui permettait de supporter une statue. Le site est  inscrit aux Monuments Historiques depuis le 28 novembre1927. Quel dommage, encore un site à l'anbandon qui mériterait d'être rénové et sauvegardé !

 

Voici encore quelques photos d'une autre époque qui ont un certain charme pour les amateurs ...

Mirepoix ancien 28 en 1905

Mirepoix, La porte d'Aval en 1905

Mirepoix ancien 30 cours pons tande en 1935

Mirepoix, le cours Louis Pons Tande en 1935

Mirepoix ancien 31 en 1950Mirpoix place des Couverts en 1950

Mirepoix ancien 39 le Cours en 1950Mirepoix le cours du Jeu du Mail en 1950 la circulation était fluide

Mirepoix ancien 35 en 1950Mirepoix galerie place des Couverts en 1950

Mirepoix ancien 40 lrue place neuve en 1905Mirepoix la rue place Neuve en 1905

Mirepoix ancien 41 en 1905Mirepoix, quartier du Béal et la canal à droite en 1905

Le Béal, ce canal permettait d'amener l'eau de l'Hers vers les moulins de Mirepoix, vestige d'un passé artisanal.

On peut voir l'ancienne minoterie sur sa berge.

Quelques passerelles subsistent encore aujourd'hui et permettent d'agréables promenades.

Mirepoix ancien 42 en 1905Mirepoix, la porte d'Aval et le cours du Maréchal de Mirepoix en 1905

Mirepoix ancien 45 en 1905

Mirepoix, la maison des consuls en 1905

Mirepoix ancien 46 la maison du Bailli en 1950

Mirepoix, la maison des consuls en 1950

Mirepoix ancien 43 en 1950

Mirepoix, les galeries couvertes en 1950

Mirepoix ancien 44 en 1950Mirepoix, la place des Couverts en 1950

Mirepoix ancien 47 en 1970Mirepoix, la place des Couverts en 1970

Mirepoix ancien 48 place du maréchal leclerc en 1955Mirepoix, la place du maréchal Leclerc en 1955

Mirepoix ancien 50 les bords de l'hers en 1905Mirepoix, les bords de l'Hers en 1905

A bientôt pour la troisième partie de ce reportage ...

 

Ainsi se termine ce second reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

  Julie logo aout 2011 500x330

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans HISTOIRE
commenter cet article

commentaires

Morata 06/08/2015 12:49

Bonjour Jean-Pierre, bravo et merci pour cet excellent reportage :)

odile orcier 17/01/2014 15:37


tres beau reportage du chateau de Terride et Mirepoix, ravie que l'héritage de ma grand mere suzanne ROGER ait permis de restaurer une partie du chateau de Terride.

Delon 23/12/2013 13:58


tres beau chateau et mille bravos a Monsieur et madame ROGER

Pascal du 34 22/06/2013 21:46


Bravo pour cette page !  Quel magnifique région ! Felicitations !

dupuy 13/11/2012 15:05


Je rédige actuellement un dossier sur la ville de Mirepoix (j'ai cité votre site comme source!) et ce fut un plaisir de lire ces pages très bien illustrées. Bravo et bonne continuation
pour votre site.

Jean-Pierre 13/11/2012 15:51



Merci pour la pub pour mon site et l'intérêt, la considération que vous en avez. C'est bon signe puisque le nombre d'abonnés à la Newsletter est toujours en progression, qu'on se le dise !!!


Cordialement Jean-Pierre



toustou henri-basile 06/11/2012 19:36


Grâce à toi, je connais mieux l'histoire du château de Terrides. De loin je pensais que c'était une belle maison de maître. On passes souvent a coté d'un patrimoine magnifique qui mérite d'être
mieux connu, et ce site nous sert a combler les lacunes de cette ignorance. Merci.