Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.belcaire-pyrenees.com
  •  www.belcaire-pyrenees.com
  • : BELCAIRE capitale du Pays de Sault en Languedoc Roussillon. Au départ j'ai réalisé ce site pour partager les retrouvailles 33 ans après, de 17 copines, dans cette région authentique préservée en territoire cathare au pied des Pyrénées. Mais je me suis aperçu que l'Aude n'était pas assez mise en valeur, alors amoureux de cette région et la passion étant là, j'ai réalisé des reportages pour vous présenter ce département aux lieux chargés d'histoire. Ce site a pour but surtout de vous faire découvrir cette région authentique, plein de charme qu'il faut aller visiter.
  • Contact

ANNONCES-MESSAGES-ACTUALITÉS

Ils veulent vous informer !

Pour découvrir les annonces

  cliquez sur la photo

Photo pour les annonces 02

Faites Une Recherche Sur Ce Site

LIENS UTILES

En cliquant sur l'une des images ci-dessous :

1 - vous pouvez écouter Radio Montaillou en direct

 

logo 01cliquez sur le logo RADIO MONTAILLOU ci-dessus pour écouter la Radio en direct
(en cliquant sur leur site en haut à droite)
pendant que vous consultez les pages du site
 

 

 

Pour suivre la progession et connaître la position des ours dans les Pyrénées
téléphonez au 05.62.00.81.10
 
Vous pouvez m'écrire
CLIQUEZ SUR LE PETIT CHIEN ROMÉO POUR ME CONTACTER
 
 
LIVRE D'OR
cliquez sur la photo pour déposées vos marques de sympathie et pour les visionner

Gîtes dans une ancienne école place du village de Comus, village situé
sur le tracé de l'emblématique Sentier Cathare et à proximité des gorges de la Frau et de Montségur
 
Locations gîtes et chambres d'hôtes à Ignaux dans les montagnes des Pyrénées
en Haute-Ariège près d'Ax-les-Thermes
 
Hôtel Restaurant Bayle ** à Belcaire

 

Sites d'Ami(e)s

Les Amis du Sabarthez de Pierre Cortinas

 

Pour le développement du tourisme au Pays de Sault :

     l'Association le Grand Sault

 

on y trouve des renseignements intéressants sur ce site :

     Chambre d'Agriculture de l'Aude

 

Logo réduit office du tourisme du pays de sault

Office du Tourisme du Pays de Sault

Chemin départemental 613

11340 ROQUEFEUIL

Tél : 04.68.20.75.89

 

Retour à la page d'accueil

LES LIVRES CONSEILLÉS

Nouvelle Rubrique pour découvrir

des livres intéressants

cliquez sur la photo

livres conseillés

MESSAGE

18 juillet 2011
Histoire des chateaux de Belcaire et de la famille de Nègr

 

Aujourd'hui je vous propose de découvrir l'histoire de deux châteaux situés à Belcaire, la capitale du Pays de Sault. Deux châteaux, l'un datant du moyen-âge et qui n'existe plus, seul quelques vestiges de murailles subsistes aujourd'hui. Et le second, que l'on appelle communément dans le village "le château", disons que c'est belle maison bourgeoise, un beau manoir du XVIème siècle, qui est aujourd'hui habité et le propriétaire loue des chambres.

Ce reportage est aussi l'occasion de s'intéresser sur un pan de l'histoire du Pays de Sault et de remonter le temps en suivant les traces d'une famille noble de Belcaire avec la généalogie de la famille de Nègre. Mes remerciements à Pierre Clottes et à Dominique Caussou pour les renseignements complémentaires qu'ils m'ont apporté. Cela faisait un moment que je voulais faire ce reportage, il me tient à coeur, j'espère qu'il vous plaira et n'hésitez pas à me contacter si vous désirez apporter des compléments ou des rectifications :

Aujourd'hui 2 octobre 2011, j'ai rajouté en fin de reportage un complément d'informations très intéresssant sur le manoir de Belcaire que les habitants ont pour habitude d'appeler "le château".

 

plan de Belcaire 02

Belcaire, la capitale du Pays de Sault se situe entre Quillan et Ax-les-Thermes plan de Belcaire 01Plan de repérage du village de Belcaire, avec la situation des deux châteaux

Chateau de Belcaire 17

Voici le village de Belcaire capitale du Pays de Sault, dans son écrin de verdure

Chateau de Belcaire 18

Zoom sur la capitale du Pays de Sault : BELCAIRE

Au début du XIème siècle la famille d'Aniort régnait sur tout le Pays de Sault, elle possédait dans le Pays, les châteaux d'Aniort, Belfort, Castelport, Dournes et la Bastide de Rochan. Le château de Belcaire n'est cité nul part dans les textes anciens, il n'existait pas encore.

Sur le plateau du Pays de Sault il n'y avait qu'un château-fort sous les vicomtes de Carcassonne et de Razès, c'était celui de la bastide de Rochan situé à Roquefeuil. Il paru insuffisant aux seigneurs royaux de Sault et bientôt, par ordre du roi, on vit s'élever le Castellum de Belcaire, sur un immense rocher dominant le village récemment construit par les habitants du bourg de Salt (rasé par les seigneurs de Bélesta) et ceux du hameau de Coumareilla (détruit par une inondation). Du château de Belcaire on ne trouve guère de trace écrite avant la soumission du pays au roi de France en 1243 (traité de Guillaume de Lorris 30 octobre 1243).

Après la croisade des Albieois, la guerre finit, le Pays de Sault fut soumis à la Couronne et l'organisation royale succéda au régime féodal. En 1252, Saint-Louis envoya ses commissaires pour faire les recherches afin de mettre en place une nouvelle organisation. Le Baillage de Sault venait d'être créé et il fallait pourvoir à son bon fonctionnement. Celui-ci portait d'abord le nom de Baillage de Sault et du Razès supérieur ; on le trouve ainsi nommé de 1281 à 1317, on y comptait 49 communautés.

Belcaire devint ainsi la "capitale du Pays de Sault "

Une place forte occupée déjà semble t'il par un château à cette période, il est dit, dominant un bourg assez important, situé à peu près au centre du Pays de Sault, Belcaire sera choisi pour être le chef-lieu du nouveau Baillage. Belcaire deviendra le siège de l'administration civile, militaire, judiciaire et forestière du Pays de Sault.

extrait carte de cassini 02

Pays de Sault , extrait de la carte de Cassini le relevé date de 1770 et la publication de 1778

 On pense que le château de Belcaire fut érigé dés que le Pays de Sault eut été en bailliage, il est donc une création royale entre 1240 et 1252 et plus précisément en 1247. Le nom de Belcaire viendrait de "Bellicadum", "Belli Castrum", ou "Bellum-quadrum", en langue romane : Bel-Caïré* (voir à la fin de ce reportage une analyse intéressante sur l'origine du nom). Le château de Belcaire était d'architecture tout à fait militaire, il avait la forme d'un carré irrégulier, flanqué de tours massives. Dans son enceinte se trouvaient des jardins cultivés et les constructions nécessaires au logement des hommes. Une citerne se remplissant avec les eaux des pluies fournissaient aux besoins de la garnison en cas de siège. Au sommet d'un rocher central élevé à plus de quarante mètres au-dessus du sol, se trouvait une tour de gué. Le guetteur avait ainsi une vue lointaine sur les environs. la porte d'entrée de la forteresse se trouvait au Sud. Le château-fort de Belcaire était la plus belle forteresse du pays de Sault. Le château de Belcaire, fut toujours considéré depuis sa fondation comme une place importante, et les rois de France attachaient un grand prix à sa conservation. En 1272, la solde des sergents en garnison dans cette forteresse fut augmentée. Un acte datant de 1311, rapporte que les populations disséminées sur les deux rives du Rébenty, se plaignaient amèrement des violences, des extorsions commises par les baillis de Belcaire, et elles demandaient avec instance, au Sénéchal de Carcassonne, de vouloir y mettre un terme. En 1463, le roi Louis XI réorganisa le service et y nomma un nouveau gouverneur.

En 1496 sous Charles VIII, les armées espagnoles envahirent encore une fois le Pays de Sault qu'ils ravagèrent. Le château de Belcaire résista.

Plan cadastral zone chateau de BelcaireVoici un extrait de plan cadastral fourni par Pierre Clottes, où figure un relevé qu'il a effectué des fortifications encore visibles aujourd'hui et qui confirme le schéma que je possédais ci-dessous

plan de la forteresse royale de Belcaire

voici un plan qui montre approximativement la configuration de l'enceinte de la forteresse de Belcaire, aujourd'hui il ne reste que des pans de murailles discontinus, il est donc très difficile de s'imaginer comment était la configuration intérieur de l'édifice

Chateau de Belcaire 22

Une prise du Nord / Ouest de Belcaire, la flèche rouge indique le promontoire rocheux dominant le village où était implanté la forteresse de Belcaire au moyen-âge entre 1240 et 1252 environ. La date exacte de sa construction n'a pas encore été révélée dans la masse de documents anciens restants à décrypter dans les archives.

Chateau de Belcaire 02

Un cliché pris côté Sud du village, la flèche rouge indique l'emplacement de l'ancienne forteresse de Belcaire et le pointillé situe la limite des remparts Sud.

Quelques portions de murailles sont encore visibles aujourd'hui.

Chateau de Belcaire 16

Sur cette photo on voit très bien la superficie qu'occupait la forteresse et on aperçoit aussi les pans de murailles encore debout de nos jours.

Chateau de Belcaire 30Sur cette photo pratiquement identique à celle ci-dessus je vous ai indiqué la position des murailles de l'époque. Ce rocher que l'on nomme "la croix" car une croix métallique qui sert de para-tonnerre est implanté au sommet, le lieu s'appelle "le Casteillas". Sur la gauche la belle église de Belcaire avec son clocher crénelé très particulier

Chateau de Belcaire 03- 1950

J'ai trouvé intéressant aussi de vous délimiter la forteresse sur ces vieilles photos que j'adore, datant des années 1950, une vue prise du Sud / Ouest pour celle-ci et de l'Est pour celle ci-dessous ...

Chateau de Belcaire 05-1950

C'est vers l'an 1310, que la famille de Nègre, originaire d'Espagne, et se disant issue des comtes d'Urgel, vint s'établir en France, après avoir fait longtemps la guerre aux Maures ; deux siècles après, cette famille vendait, à l'archevêque de Narbonne, les forêts qu'elles possédaient à Lafajolle et à Mérial, (voir les photos ICI) pour en verser le produit au trésor royal, afin de coopérer à la rançon du roi François 1er, fait prisonnier à la bataille de Pavie en 1525.

Belcaire vu de l'OuestSur cette photo prise de l'Ouest, on voit très bien les vestiges de pans de murailles se fondant avec la roche, à l'intérieur même de l'enceinte de la forteresse

Chateau de Belcaire 04Une belle photo de l'église de Belcaire avec sa tour clocher, qui est parallèle à l'entrée de la forteresse de l'époque

Lors des guerres de religion, un membre de la famille de Nègre se vit attaqué dans le château de Belcaire au Pays de Sault dont il avait le commandement, par Jean Claude de Lévis, qui s'était jeté dans le parti des Réformés. Leurs terres furent ravagées, pillées et leur château de Belcaire brûlé entre 1572 et 1573. Pendant huit années une bande de Calviniste pela le Pays de Sault. La famine et la peste vinrent s'adjoindre aux horreurs de la guerre. Pour éviter les attaques des loups, on dut entourer les villages d'une enceinte de palissades. Les ours descendirent des sommets du Saint-Barthélemy et des crêtes de Pailhères. En 1580, le calme revint. Ce fut l'époque où leurs vieux titres de famille devinrent en grande partie la proie des flammes. Afin de mettre un terme à la haine qui, par suite des événements, divisait les deux familles de Lévis et de Nègre depuis une longue période, un mariage fut conclu en 1598 entre Antoine 1er de Nègre seigneur de Bleau et Jeanne de Lévis. Leur fils unique, Pierre de Nègre qui sera bailli de Sault se maria avec Marguerite de Verniolles ; de ce mariage naquit Jean de Nègre. Pierre de Nègre fit une seconde noce avec Angéline Gayraud fille de Pierre Gayraud seigneur de Clat, de cette nouvelle union naquit Pierre de Nègre ; cela donna généalogiquement parlant, deux branches. La première branche fut celle des de Nègre d'Able avec Jean de Nègre ; et la seconde fut celle des de Nègre du Clat avec Pierre de Nègre, fils d'Angéline (les détails généalogiques vous sont présentés ci-après).

Chateau de Belcaire 24

Un pan de muraille restant, qui est l'angle Sud / Ouest marquant la limite de la forteresse du moyen-âge

Chateau de Belcaire 23

A gauche, le pan de muraille Sud, qui marque l'entrée de la forteresse qui était probablement en chicane, à droite, l'église de Belcaire.

Chateau de Belcaire 27

En descendant la rue de l'Église, sur la gauche, cette muraille, faisait aussi partie de la forteresse royale, cet endroit marque l'angle Sud / Est de l'enceinte du fort.

Chateau de Belcaire 11  Chateau de Belcaire 28

Photo de gauche, le clocher de l'église de Belcaire par une journée d'hiver. Photo de droite, l'étroit passage entre le mur de l'église, et la muraille Sud de la forteresse à droite.

Ces différents événements furent une cause gênante pour la famille de Nègre, qui, à différentes époques n'a pu fournir les preuves pour établir sa généalogie, les dates ne sont certaines que depuis le contrat de mariage de Jeanne de Lévis, relaté plus haut en 1598 ; mais cette alliance prouve par elle-même, que dés cette époque la famille de Nègre était tenue pour ancienne et distinguée pour preuve un extrait de ce document d'une date antérieure à celle du contrat de mariage de Jeanne de Lévis :

" A Madame de Nègre, première dame d'honneur de Madame Marguerite d'Autriche, la somme de trois cents livres tournois, à elle comptée et ordonnée par lesdits maîtres d'hôtel de icelle Dame, en réserve d'avance du mois de septembre 1493, pour ses gages et entre tènement du service de ladite Dame, pour les mois d'avril, mai et juin, ans dits, à la hauteur de douze cents livres tournois par an ; et laquelle somme de trois cents livres tournois lui a été payée tant par vertu dudit état ci-devant rendu, que de ladite réserve dudit mois de septembre, comme il appert par sa quittance ci-devant rendue pour ce, et la dite somme de …."

Chateau de Belcaire 32Le clocher tour de l'église de Belcaire, c'est un symbole du village du fait de sa particularité. C'est en 1884 que Saulnier qui était architecte construisit ce clocher si caractéristique. Je pense en réalisant ce reportage, qu'il a voulu rappeler par cette architecture non conventionnelle pour une église, la forteresse royale disparue qui était toute proche. Et je trouve qu'il a eu une belle idée. Pour info, l'église possédait avant 1884 un clocher de type roman avec deux cloches.

Pendant les guerres de religion le Pays de Sault subira d'incessantes agressions. Quillan avait été pris en 1573 par les Calvinistes, qui vinrent attaqués le château d'Able, le prirent et le détruisirent. L'année suivante, Niort eu le même sort. Tout ce qui avait l'apparence d'un château fut attaqué et détruit. Belcaire la forteresse royale qui était la résidence de la famille de Nègre, des baillis de Sault, et Roquefort, résidence des de Niort, furent incendiés. Toutes les forteresses du Pays de Sault furent détruites, en 1640 il n'en restait aucune. Postérieurement à cette époque, le roi Henri IV, à peine sur le trône vers 1590, reconnut les bons services de messieurs de Nègre, et ordonna la reconstruction du château de Belcaire à ses frais. Moins d'un siècle après cette forteresse était abandonnée et désarmée. Le château de Belcaire livré à l'abandon tomba en ruines, et aujourd'hui, il ne reste que quelques lambeaux de murailles encore visibles sur la partie sommitale du village près de l'église, un lieu que l'on nomme "Casteillas", qui témoignent de sa grandeur passée.

Chateau de Belcaire 31

L'intérieur de l'enceinte de la forteresse a été aménagé et sécurisé par des barrières en bois, soyez prudent si vous y montez, ne vous aventurez pas au-delà.Chateau de Belcaire 34

Dans l'enceinte même, subsistent des pans de murailles qui suivent et épousent la configuration des rochers

Chateau de Belcaire 33

Quand vous êtes au sommet du "Casteillas" vous avez une très belle vue, vous dominez l'ensemble du village de Belcaire, ici vous regardez en direction Ouest vers Ax-les-Thermes

Chateau de Belcaire 26

La fameuse croix, marquant le point le plus haut du village de Belcaire

Chateau de Belcaire 35

Autre photo de  la "croix", à proximité de cet endroit s'élevait la tour d'observation de la forteresse qui permettait d'avoir un vision plus lointaine de la route reliant Quillan à Ax-les-Thermes

Chateau de Belcaire 36

On aperçoit sur cette photo prise par Marion, sur la gauche les vestiges d'une muraille intérieure de la forteresse comme vous avez pu l'observer sur le plan ci-avant

Chateau de Belcaire 25Toujours du point le plus haut de la forteresse, la vue côté Est vers Quillan avec le pic des Sarrasis au fond.

En 1594, on trouve un titulaire du baillage, Jean de Nègre dont la famille conserva ce titre jusqu'en 1770.

Entre 1610 et 1789, la lutte avec l'Espagne avait valu au Pays de Sault plusieurs incursions et pillages de la part des Espagnols. Les armées bien organisées ne faisaient que traverser le Pays en commettant leurs méfaits. Sous Louis XIV une armée se trouvait en Catalogne. En 1654, le 1er août le prince de Conti, accompagné par Gaston de Nogaret, duc de Candale, colonel général de l'infanterie de France sont arrivés à Belcaire rejoindre les troupes d'infanterie. Sur les ordres du bailli les soldats cantonnés à Belcaire participèrent au passage de l'artillerie dans les Pyrénées et conduisirent le canon au pays de Cerdagne ; pour ces faits, Pierre II de Nègre sera remercié pour les services rendus par neuf missives ou certificats de Monseigneur Prince de Conti, gouverneur du Languedoc  et commandant des armées du roi, des droits de chasses lui sont accordés sur toute l'étendue du pays de Sault et du comté de Foix (le 8 janvier 1664 documents du notaire de Prades comté de Foix Maître Celeri).

En 1635, Monseigneur le cardinal de Bonzy ayant inféodé ses terres aux de Nègre d'Able, ceux-ci possédèrent, au nom de l'archevêque et en leur propre nom, plusieurs de ces scieries. Avant 1670, ils en avaient trois dans la vallée de Font-d'Argent, et à Lafajole, toutes furent emportées par une inondation.

En 1673, on trouve dans les archives Fondi de Niort, un dénommé Thimoléon de Nègre qui reconnaissait posséder un moulin ressec à Mérial, entre le rec de Laval et le chemin des Gardeilles. Ce même Thimoléon de Nègre bailli de Sault acheta en 1688 un moulin à restaurer pour la somme de 1300 livres dans les gorges du Rébenty, (celui-ci ne fut jamais restauré). D'autre part, François de Montesquieu, baron de Coustaussa, héritier de François de Roquelaure, vendit, le 11 mai 1667, noble J. Thimoléon de Nègre, bailli de Sault, la seconde part de cette seigneurie de Niort. Ainsi, en 1673, cette seigneurie fut dénombrée par indivis entre Jean-Jacques de Couderc et Thimoléon de Nègre.

extrait carte de cassini

Voici la position du château d'Able au Sud de Belvis, extrait de la carte de Cassini le relevé date de 1770 et la publication de 1778

plan de Belcaire 04

Sur cet extrait de carte récente du Pays de Sault, je vous ai situé les ruines du château d'Able dont il est question dans ce reportage, où une des branches de la famille de Nègre résidait.

Le moulin dit du Bosc ou de Montaillou, ainsi que le moulin dit du Pas, appartenaient tous deux à la famille de Nègre de Belcaire et en 1752, à la branche du Clat.

Dans un acte notarié du notaire Bernard de Belcaire, Jean de Nègre, lieutenant du bailli, habitant Belcaire, possédait une scierie à Lafajole, au lieu dit Fount de Touillou

Entre 1690 et 1710, dans les grandes familles du Pays de Sault, on s'honorait d'avoir fait campagne et de guerroyer pour le roi de France, et d'en revenir avec un grade d'officier. Comme par exemple, Joseph de Nègre, sieur de l'Estrade, était major de Nîmes, chevalier de l'ordre militaire de Saint-Louis, ce qui était la Légion d'honneur à cette époque. A cette période le Pays de Sault avait quatre compagnies de milice. Elles avaient pour but de défendre le sol et de contribuer à la police. Un Jean-Pierre de Nègre, sieur de La Plane, en 1706, était commandant d'une de ces compagnies. Un autre, Arnaud de Nègre en 1707, était lieutenant dans une autre compagnie.

Nous arrivons ainsi jusqu'en 1756, Thimoléon de Nègre avait, comme héritier, à ce moment une femme, Marie de Nègre d'Able, veuve alors de messire François d'Hautpoul de Blanchefort seigneur et baron de Rennes le Château. Le 15 septembre 1756, elle vendit sa seigneurie au sieur François Dominique Fonds, coseigneur direct de Limoux. Messire François Dominique Fonds fit d'autres acquisitions, ci-bien, qu'il se retrouva à la fin de l'année 1757 l'unique seigneur de Niort.

Chateau de Belcaire 21

Le village de Belcaire vu côté Sud, du Bouychet

A la Révolution de 1789, la famille de Nègre jouissait encore de deux terres en toute justice, situées dans le Pays de Sault, celle du Clat et celle d'Anthugnac, toutes deux titrées de baronnie, outre diverses propriétés détachées, soit à Belcaire, soit dans le comté de Foix, avec divers droits féodaux et rentes foncières. Mais l'émigration de l'aîné de la maison donna lieu à la confiscation de la meilleure partie des biens de la famille, qui furent vendus par les administrateurs du district de Quillan. La terre seigneuriale de Villetritouls dans le canton de Lagrasse dans les Corbières, advenue par mariage dans la famille de Nègre durant le XVIIIème siècle, fut à son tour aliénée, pour faire face aux charges de la maison. L'un des messieurs de Nègre s'est établi par la suite à Issoudun, en Berry et un second, sur son domaine de Rivière, près de Caunes, canton de Peyriac-Minervois dans le département de l'Aude.

Chateau de Belcaire 14

Un panorama de Belcaire, juste au-dessus de l'église, le promontoire rocheux de l'ancienne forteresse royale

Chateau de Léran en Ariège Blason des familles de LévisChâteau de Léran en Ariège, blason de la famille de Lévis

Chateau de Léran AriègeLe château de Léran en Ariège ayant appartenu à l'importante famille de Lévis

 

LA GÉNÉALOGIE DE LA FAMILLE DE NÈGRE QUI A MARQUÉ LE PAYS DE SAULT

Il est important de démarrer cette généalogie par celle des Lévis de Léran, car c'est à partir de Jeanne de Lévis issue d'une famille noble dont les titres de noblesses ont été sauvegardés par rapport à ceux des de Nègre qui ont été détruit dans un incendie, que l'on peut certifier en quelque sorte cette descendance.

Tout commence par Germain de Lévis seigneur de Léran (Ariège) qui fit première noce avec Françoise de Bruyères, puis fit une seconde noce avec, Marie d'Astrac-Fontrailles fille de Jean II comte d'Astrac (+ 1564) ; de cette seconde noce naîtra deux fils : Jean Claude de Lévis baron d'Audou et de Bélesta  (+ 11 février 1598) et Antoine de Lévis de Ventaillole 1er (+1609) ; ce second fils Antoine de Lévis de Ventaillole 1er épousera Angélique, ils eurent cinq enfants :

1- François de Lévis marié à Claire de Pompadour ;

2- Germain de Lévis, abbé du Mas-d'Azil en 1595 ;

3- Jeanne de Lévis qui épousera en avril 1598 Antoine 1er de Nègre ;

4- Marie de Lévis mariée au seigneur d'Arques ;

5- Gabrielle de Lévis mariée au seigneur de Niort.

Cette généalogie des Lévis de Léran a permis d'identifier Antoine de Nègre 1er et de remonter les branches dont il est issu :

On trouve un Thones de Nègre qui vit à Niort qui a deux enfants :

          1- Pierre de Nègre, bailli de Sault en 1590 document l'attestant datant du 3 septembre 1590 ;

          2- Jacquette de Nègre, décédée sans postérité.

 

Ce Pierre de Nègre baptisé à Belcaire, sera bailli de Sault et le 12 janvier 1555, épousera  à Prades (Ariège) en première noce Marguerite de Verniolles du comté de Foix, de ce mariage naquirent Jean de Nègre qui a fait la branche dite d'Able et Antoine 1er de Nègre comme on a pu le voir ci-dessus celui-ci se maria à Jeanne de Lévis en avril 1598, seigneur de Bleau, capitaine de 200 arquebusiers, bailli de tout le Pays de Sault. Ils eurent une fille unique : Louise de Nègre mariée à Jean Bonel de Claverie de la ville d'Ax-les-Thermes ; Antoine 1er de Nègre fit une seconde noce avec ...? de Fournier dont ils eut quatre enfants : Jean-François, François, Pierre et Marie.

Puis Pierre de Nègre se remaria le 1er février 1558 après la mort de Marguerite, avec Angéline de Gayraud fille de Pierre de Gayraud seigneur de Clat et de La Prade et d'Isabeau de Niort ; de ce second mariage naquirent trois enfants : en 1575 Pierre de Nègre qui a fait la branche dite de Niort, puis Jean de Nègre décédé célibataire, et Marie de Nègre qui épousa Arnaud Thuillier de la ville d'Ax-les-Thermes.

 

Suivez bien, c'est à cause de ce remariage indiquez ci-dessus qu'il y a deux généalogies distinctes que l'on va appeler les de Nègre d'Able et les de Nègre du Clat.

Jusqu'à présent la famille de Nègre résidait à Belcaire ensuite la branche des de Nègre d'Able allaient habiter Niort, tandis que la branche des de Nègre du Clat restèrent à Belcaire, où après les guerres de religion, ils rebâtirent leur château incendié et ruiné.

  le défilé d'Able 03  le défilé d'Able 04

Vous êtes ici dans le défilé d'Able non loin des ruines du château d'Able, qui est implanté, vous vous en doutez bien, sur les hauteurs de ces pitons rocheux

ruines du chateau d'Able 01

Les vestiges de murailles du château d'Able, si vous avez des photos de ces ruines envoyez les moi, je complèterai ainsi ce documentaire

 

LA GÉNÉALOGIE DES DE NÈGRE D'ABLE qui résident à Niort (Aude)

 

La branche Jean de Nègre qui sera investi en 1594 et 1608 de la charge de bailli de Sault. En 1600, Jean de Nègre acheta aux commissaires du roi, délégués à l'aliénation des petits domaines, le château ruiné d'ABLE situé au Sud de Belvis et ses dépendances, situé dans le consulat de Belvis, ainsi que la montagne de Lacam au consulat de Niort. Les titres de sieur d'Able et de Lacam passèrent dans sa famille. Il se maria le 15 janvier 1589 avec Jeanne d'Angeli fille de Barthélemy (Testament du 4 août 1622 Maître Bernard de Belcaire) et ils eurent deux enfants :

 

1- Pierre de Nègre (1590-1675), seigneur d'Able, bailli, fit une première noce le 22 février 1626 avec Antoinette d'Ixar descendante des rois d'Aragon et une seconde noce avec Marguerite Bosquet ; de cette première noce naquit en 1629 Jean Thimoléon de Nègre d'Able

2- Françoise de Nègre, mariée le 5 août 1614 à Jean Jacques de Couderc, seigneur de Cazelles.

 

Jean Thimoléon de Nègre d'Able (1629-1703), seigneur de Gébetx **, Montpied, Lacam, etc …il achètera en 1667 la seigneurie de Rodome, il fut émancipé par son père en 1657 ; il lui succéda dans sa charge de bailli de 1664 à 1703. Le 1er août 1654, il accueille à Belcaire le prince de Conti qui rejoignait une armée en Catalogne. Jean Thimoléon de Nègre d'Able était commandant en chef de quatre compagnies des huit régiments de milice du Languedoc. Il fut marié le 14 octobre 1664 avec Marie-Anne de Corneille ou Cornille, décédée en 1692, et originaire d'Aunat, où un Jean Corneille était notaire en 1699. De ce mariage naquirent 12 enfants :

 

1-  Antoine de Nègre (+1703), seigneur de Coumesourde, prêtre, successivement desservant d'Espezel en 1696, chanoine de Saint-Étienne de Capestang et curé de Saint-Paul de Montcalm, au diocèse de Montpellier en 1697, recteur ou curé de Niort en 1699 et enfin chanoine du chapitre de Saint-Paul de Fenouillet ;

2- François de Nègre (né le 22 mai 1674 +1721), successeur du bailli son père en 1703 jusqu'en 1721, il se maria à Roquefeuil le 30 janvier 1704 à Toinette Gaichier de Roquefeuil, fille de Philippe de Gaychier de Roquefeuil marié le 10 février 1681à Marie de Dardre ; Toinette décèdera en 1724, de ce mariage naquit seulement une fille en 1713, Marie de Nègre d'Able qui épousera le 5 novembre 1732 le noble François de Hautpoul de Blanchefort seigneur de Rennes le Château né avant 1689, décédé le 15 mai 1753 à Limoux. Marie de Nègre d'Able et François de Hautpoul eurent trois filles : Marie d'Hautpoul en 1733, Anne-Élisabeth d'Hautpoul en 1735 et Gabrielle d'Hautpoul en 1739. Marie de Nègre avait hérité par sa mère la seigneurie de Roquefeuil près de Belcaire, acheté au roi en 1720 par les Gaichier ; Marie de Nègre décèdera le 17 janvier 1781 à Rennes le Château ; (j'ouvre une parenthèse pour vous signaler que j'ai réalisé un reportage sur ce site concernant "L'histoire du trésor de l'abbé Saunière de Rennes le Château" où Marie de Nègre est impliquée, voir  ICI ) ;

Chateau de Belcaire 13 acte de décès de Marie de Nègre d

L'acte de décès de marie de Nègre d'Able datant du 17 janvier 1781 à Rennes le Château

stèle de la tombe de Marie de Nègre

Cette stèle qui sucite bien des interrogations dans les investigations menées pour retrouver le trésor de l'abbé Saunière à Rennes-le-Château.

Voir aussi le reportage que j'ai réalisé sur le sujet sur ce site

 

3- César de Nègre né en 1679 à Niort, seigneur de Montpied, bénédictin et grammairien distingué ;
 

4- Benoît de Nègre, bénédictin lui aussi ;

 

5- Jean-François (né vers 1687 +1769), sieur de Montroux, cornette au régiment de dragons Languedoc, succéda à son frère François dans la charge de bailli en 1721. Le 17 mai 1732 le curé de Niort mourut assassiné de nuit au milieu de la rue, la rumeur veut que Jean-François fut accusé de ce meurtre et qu'il partit en exil, en réalité tout cela est faux car des actes qu'il a signé après 1732, prouvent qu'il n'était pas en exil et il mourut à Niort le 16 septembre 1769 ;

 

6- Jean Anne de Nègre, sieur de Niort, qui suivit la carrière ecclésiastique et fut docteur en théologie ;

 

7- Marguerite de Nègre, l'aînée de la famille de Thimoléon, mariée en mars 1694 à Pierre de Casemajou, coseigneur de Niort ; Ils eurent deux enfants : Marianne et Marie qui épousera le 26 novembre 1711 François Folquier ;

 

8- Anne-Marguerite de Nègre, mariée en 1710 à noble Philippe de Traversier de Montauriol originaire de Montaillou ; ils eurent deux filles : la première, Antoinette de Traversier de Montauriol habitant Montaillou épousera à Belcaire le 10 janvier 1736 Célestin de Thomel seigneur de Vaïchis d'Ax fils de Joseph de Thomel ; la seconde, Anne de Traversier de Montauriol épousera Pierre Joseph Darsses, elle décèdera le 25 mai 1784 ;

 

9- Marie Anne de Nègre, épousa Jacques Vouber seigneur de Rieunègre, d'Alaigne ;

 

10- Marie de Nègre, épouse Serda ;

 

11 et 12- Toinette et Rose de Nègre.

 

Avec tous ces enfants la famille Thimoléon de Nègre était à son apogée, Son nom était respecté et il fit de belles alliances ce qui lui permettra d'agrandir son riche domaine. En 1667, il acheta au baron de Coustaussa la seigneurie de Rodome et la coseigneurie de Niort.

A sa mort en 1703, Thimoléon de Nègre possédait cinq fiefs nobles. Ses fils hériteront de la charge de bailli, qu'ils se transmettront jusqu'en 1770, date à laquelle la famille s'en sépare définitivement.

 

Chateau de Belcaire 01

Voici le second château de Belcaire, plus récent, de la famille de Nègre qui date de 1695, il a été classé aux Monuments Historiques en 1992, alors que le portail d'entrée sur le jardin qui comporte une inscription a quand à lui été classé le 10 avril 1948

Chateau de Belcaire 12 blason de la porte d'entrée

 

LA GÉNÉALOGIE DES DE NÈGRE DU CLAT qui résident à Belcaire (Aude)

 

La branche Pierre de Nègre, baptisé à Niort le 21 janvier 1575, seigneur de Ferrières, bailli de tout le Pays de Sault, le 4 juillet 1645 il est conseiller du roi et lieutenant de baillage, il rendit de grands services aux armées du roi, le prince de Conti atteste que le 24 septembre 1654, Pierre de Nègre aida à conduire les canons pour franchir les Pyrénées pour combattre les espagnoles en Catalogne. Il mourut en 1664. Pierre de Nègre se maria deux fois, le premier mariage, il épousera Raymonde de Germa (+11/08/1623) fille de Pierre de Germa et de Marie de Monteix , de celui-ci naquirent cinq enfants :

 

1- Jean de Nègre, qui épousa en juillet1635 Madeleine de Couderc, dont il eut plusieurs enfants, tous décédèrent sans postérité ;

 

2- Pierre de Nègre, qui épousa Françoise de Traversier de Montauriol dont il eut trois fils et une fille ;

 

3- Jean Georges de Nègre, prêtre, docteur en théologie,  recteur de Comus et de Camurac (1640-1672) ;

 

4- Marc Antoine de Nègre, épouse Marguerite de Soulia habitant Caudiès-de-Fenouillèdes ;

 

5- Jean Jérôme de Nègre, baptisé à Belcaire  le 18 janvier 1615 sera le premier seigneur et baron du Clat et Nantillas, il épousera  Jeanne Somptiech ou Sompchiex, ariégeoise de Pamiers qui lui apporta des biens à Montaillou, ils eurent deux fils et trois filles :

 

             - Arnaud de Nègre, baptisé à Belcaire en 1695, seigneur et baron de Touzels, du Clat, du Bosc, et autres places ; il épousera en 1720 à Roquefeuil Marie Claire de Marsol fille de Pierre de Marsol procureur du roi, naquirent deux fils et deux filles :

                           - Jean Jérôme de Nègre, né à Belcaire le 30 mai 1721, seigneur du Clat, épousera le 12 octobre 1747 Marguerite Darech de La Barthe d'Antugnac fille de Pierre de La Barthe trésorier de France à Mont- Louis seigneur et baron d'Antugnac, elle mourut en 1784. Elle habitait Montlouis et lui apporta le grand domaine d'Antugnac. Ils eurent dix-sept enfants, huit garçons et neuf filles, neuf sont morts en bas âge ; certains furent dispersés par la Révolution. Jean Jérôme mourut à Quillan en 1793. Une de ses filles se conduisit mal pendant la Révolution une partie des biens sont saisis le 11 juin 1792. Ceux parvenus à l'âge de majorité sont les suivants :

                             - Jean Georges Michel, né à Belcaire le 23 juin 1748, mousquetaire garde du corps du roi, émigra en 1791 en Espagne et fut tué dans les rangs de l'armée espagnole  en 1793, décédé sans postérité, ses biens furent  confisqués ;

                                - Louis Pierre Martial,  né à Belcaire le 26 août 1751, mousquetaire avant la Révolution , en 1794 en tant que fils aîné, il réussit malgré ses antécédents à séparer les biens de la mère pour  éviter la vente en payant 42033 livres. Mais ceux de Belcaire furent vendus. Le château de Belcaire et les terres confisquées par l'État, furent  achetés par Jean Baptiste Pugens, pour la somme de 14 000 livres, il mourut avant 1826 ;

                                - Antoine Suzanne, né à Belcaire le 7 juin 1752, garde du corps de son altesse royale comte de Provence Louis XVIII, en 1771 il servit dans les gardes du corps du roi d'Espagne puis il rentra en France où il mourut sans postérité ;

                                - Marie Joseph, né à Belcaire le 10 avril 1755, seigneur de Dilhac, il se maria en première noce à Gayraud baronne de Villetritouls qui lui laissa tous ses biens, sans enfant. Il épousa ensuite Rose Henriette d'Hélie de Saint-André qui lui donna quatre fils et deux filles. Il décédera à Villetritouls le 26 novembre 1826 ;

                               - Françoise Élisabeth Xavier, née à Belcaire le 19 novembre 1753, épouse Antoine Lassale négociant à Chalabre ;

                                - Marie Josèphe François Régis, dite Mademoiselle d'Anthugnac, née à Belcaire le 10 avril 1755, épouse Hyacinthe Thiers professeur de langue à Chalabre, ils eurent un fils et une fille ;

                                 - Thérèse Élisabeth, née à Belcaire le 11 octobre 1764, elle épousera Joseph Gabriel Boudier receveur principal des douanes à Belcaire ;

                                - Anne Victoire, dite Mademoiselle de Lasserre, née à  Belcaire le 21 septembre 1768, épousera Jean Jérôme Benjamin Molinier de Montplanqua originaire de Saissac ;

 

                                 - Martial de Nègre, sieur du Pech, dit chevalier du Clat il fit une carrière militaire et termina officier. Les deux frères vendirent en 1781 leur bien de Montaillou. Martial était maire de Belcaire à la Révolution, il quitta très vite sa particule, il épousera le 21 novembre 1795 Marie Françoise Serda originaire de Belcaire, il décédera à Belcaire sans postérité en 1800 ;

                                 - Leurs soeurs furent : Jeanne et Marie Élisabeth de Nègre, mortes en minorité.

                   - Jean Georges, sieur de Touzet qui fit carrière militaire, brigadier dans les mousquetaires et se retira pensionnaire du roi, il mourut en 1714 avant ses frères et soeurs, sans postérité ;

                   - Madeleine de Nègre ;

                   - Marie Brigite de Nègre ;

                   - Jeanne de Nègre.

 

Entre 1720 et 1730, Belcaire est prospère, il possède un maréchal-ferrant, un charron, cinq artisants du bâtiment, surtout des charpentiers, trois artisants travaillent le textile, trois autres le bois et trois autres dans le vêtement et la chaussure. Il y a aussi deux hôtels, des voituriers, des marchands négoces, deux chirurgiens résident dans le bourg ainsi qu'un notaire sans omettre Arnaud de Nègre, seigneur du Clat. Le lieutenant bailli à cette époque est toujours un DE NÈGRE.

 

Je vais vous présenter maintenant toute une série de photos de ce second château manoir de Belcaire, qui a appartenu à la branche de la famille de Nègre qui vivait encore à Belcaire après la destruction et l'abandon définitif de la forteresse royale située comme vous l'avez vu sur le promontoire rocheux dominant le village. Ce manoir changea plusieurs fois de propriétaires après la Révolution ( si vous avez des infos contactez moi ), je crois savoir qu'un notaire en fut propriétaire dans les années 1900 ; après la guerre 39-40, le manoir fut transformé en porcherie, puis dans les années 50 une fromagerie occupa le château qui subira tous les outrages. On était loin d'une demeure de la noblesse des siècles passés. C'est monsieur Camurac qui installa la fromagerie au château, sa principal production était la Tome des Pyrénées, traditionnelle ou à croûte noire, on y fabriquait aussi le camembert du Pays de Sault. Parmi les différentes fabrications fromagères on trouvait : "le St-Paulin", un petit camembert ainsi que" le Petit Montagnard", "le Prince des Neiges" et le "camembert du Pays de Sault". Les fromages étaient commercialisés jusqu'à Montpellier et sur les marchés régionaux.

 

Chateau de Belcaire 38- 1910C'est une des plus ancienne photo du château de Belcaire que je possède, elle date de 1910. Château construit par la famille de Nègre en 1695.

Chateau de Belcaire 06-1950

Le château de Belcaire cette photo date du tout début des années 1950

Chateau de Belcaire 15

Une photo actuelle du château de Belcaire, mes amis les deux arbres sont toujours là, à droite !

Chateau de Belcaire 45

L'angle Sud / Ouest du château de Belcaire, visiblement il y avait deux tours d'angle identiques, une tour a perdu sa toiture en pointe

Chateau de Belcaire 29

En descendant la rue du Château à Belcaire vous découvrez le portail d'entrée

Chateau de Belcaire 5024  Chateau de Belcaire 43

Le voici le portail d'entrée du château de Belcaire avant et après rénovation (cliquez sur la photo pour agrandir) à comparer aussi avec la photo ci-dessous

Chateau de Belcaire 49- 1905

Cette photo date de 1905, le portail d'entrée du château de Belcaire

Chateau de Belcaire 40

Aujourd'hui ce château est une propriété privée où sont louées des chambres, le parc possède aussi une piscine

Chateau de Belcaire 09  Chateau de Belcaire 41

A gauche, le château vu en venant du Foirail par la rue de la Promenade. Photo de droite, on aperçoit le château de la place de la mairie ici à gauche.

Chateau de Belcaire 08-2008

Le château de Belcaire côté Est au mois de mai

Chateau de Belcaire 07-2007

La façade Est du château de Belcaire vu du Foirail

Chateau de Belcaire 10

Le château de Belcaire par une belle journée ensoleillée en hiver

Chateau de Belcaire 5023C'est l'été, une prise de vue côté Est du château, la piscine n'est pas très loin !

 Le printemps est là, la nature explose !

Chateau de Belcaire 47La porte d'entrée du château de Belcaire

Chateau de Belcaire 42  Chateau de Belcaire 46

A gauche, la façade Sud du château en automne. Photo de droite, le hall d'entrée du château, on s'arrêtera là, nous ne sommes pas invité à aller plus loin ... Ah si ! Mike le propriétaire, doit me transmettre des photos supplémentaires que je rajouterais à la fin du reportage.

Chateau de Belcaire 48 l'hiver

Une photo hivernale prise du porche du château de Belcaire avec une vue sur le pech de Bouychet

Chateau de Belcaire 19

Belcaire sous un soleil de plomb, le village fait la sieste ...

Chateau de Belcaire 44

Le village de Belcaire que vous ne pouvez pas voir si vous vous contentez de le traverser par la Départementale 613 passant de l'autre côté du promontoire rocheux de l'ancienne forteresse, arrêtez vous près du Foirail ou sur le parking de l'Office du Tourisme et allez flâner dans le village, en pensant à ce reportage ;-) ...


*Voici une très intéressante analyse que Mr Pierre CLOTTES m'a fait parvenir et prend à contre-pied une idée préconçue sur l'origine du nom "Belcaire" :


BELCAIRE origine du nom (Toponymie) :


L'abbé Moulis, dans son livre "Le Pays de Sault", parle à tort de "belli cadrum" ou "château de guerre". Le mot "belli" signifiant "la guerre", interprétation due à la présence d'une forteresse.

Mais il faut considérer que le nom de la communauté existant en ce lieu est certainement antérieur à la construction du château, et que le préfixe "bel" peut aussi venir de "bellus" signifiant "beau" ou "bel"  (exemple : BELVIS "belle vue" et non "vue de guerre" !!). Les racines celtes "quer - quier - quiz - cair …" (de gar / kar = pierre, un "cairn" est un tas de pierre) se retrouvent aussi bien à BELCAIRE qu'à BEAUCAIRE (appellation retrouvée dans un texte du XIVème siècle) ou qu'à QUIRBAJOU (le rocher du bas) ou à QUIRHAUT (le rocher du haut) … etc.

L'interprétation la plus vraisemblable est donc, tout simplement : BELCAIRE "le beau rocher" ou "la belle roche".

**Sous la dénomination de Gébetx se cache une paroisse créée en 1674, elle comprenait au XVIIème siècle, deux hameaux des gorges du Rébenty :  Mérial et Lafajole, qui ont survécu à l'ancien Gébetx qui n'existe plus.


NOTES IMPORTANTES ET REMERCIEMENTS :


Il est utile de préciser que des ouvrages comme le Cartulaire de Jacques Alphonses MAHUL ou Le comté du Razès de Louis Fédié ainsi que L'histoire du Pays de Sault par l'abbé Pierre Moulis et d'autres ouvrages qui s'en inspirent, contiennent des erreurs généalogiques qui ont été rectifiées ici dans ce reportage. Des vérifications et des recoupements ont été effectués en archives par Dominique CAUSSOU, il m'a transmis ses informations, je l'en remercie. Il doit me fournir des documents pour compléter les informations publiées ici, je les rajouterai quand il me les fera parvenir.

- A la bibliothèque Mazarine à Paris vous pouvez consulter un ouvrage intéressant sur le généalogie de la famille de Lèvis de Léran qui s'intitule ; "Archives du château de Léran"  5 tomes écrit entre 1903 et 1927 par Siméon Olive (1903-1927) celui qui nous intéresse ici est le Tome 1 (référence bibliothèque : A17310).

J'ai contacté Mr Pierre CLOTTES qui est un érudit très connu dans le département de l'Aude et notamment au Pays de Sault, je le remercie pour m'avoir fourni quelques renseignements utiles pour la réalisation de ce reportage, c'est une collaboration que j'apprécie.

 

2 octobre 2011, suite de l'histoire du château (manoir) de Belcaire :


La famille de Nègre est contrainte après la Révolution de vendre le manoir de Belcaire à la famille PUGENS. Voici des informations complémentaires et intéressantes que Philippe Lafage descendant des Pugens nous divulgue pour servir l'histoire de ce monument historique et ainsi laisser une trace du passé souvent galvaudé  :

" Le château a été effectivement acquis par Jean Baptiste Pugens dont je suis un lointain descendant. Ma famille a toujours souhaité que l’on sache qu’en dépit de la concomitance de la vente des biens par les nobles à l’occasion des événements engendrés par la révolution française, qu’ elle avait acheté le château à la famille De Nègre en or et non en assignat. Ceci rendant d’autant plus méritoire son acquisition.
La famille a non seulement possédé ce château mais également de nombreuses terres aux quatre coins du village.
Des travaux d’archéologie, à approfondir sans doute, laissent penser, semble-t-il, que les premières fondations remonteraient aux alentours de l’an mille (Des traces de construction seraient visibles dans la cour intérieure). D’autres évoquent de nouvelles constructions dans les années 1 200.
La construction définitive remonterait au 16èmesiècle quand le « Casteillas » a été définitivement détruit comme vous le mentionnez. Concernant le deuxième château « à vertu non défensive » accordé au Bailly de la région du pays de Sault, je ne dispose pas ici de documents précis. Il s’agit ainsi d’un « manoir » flanqué de 2 tours. J’ai pu d’ailleurs constater que le toit avait été refait en 1875.
Jean Baptiste a eu un successeur dont je ne me souviens pas actuellement.
J’ai toujours entendu parler de 2 frères l’un étant juge (sans doute Henri) l’autre étant médecin.
Une anecdote, maintes fois racontées, rapporte que le médecin payé en jambons par un paysan qu’il était allé soigner, tandis qu’il rentrait à cheval par un jour froid et hivernal, n’avait dû son salut qu’en jetant ces derniers en pâture aux loups qui le poursuivaient.
Ces deux fils ont décidé de garder le château en indivision. Un acte notarié a pourtant été déposé vers 1906 (à vérifier) déterminant le contenu des deux parcelles avec les terrains attenants. Mais les familles ont continué à vivre ensemble, occupant en même temps les lieux.

Vers 1875, Il y a eu 3 enfants. Rose Pugens, Jeanne Pugens et un garçon.
Ce dernier aurait été dédommagé pour vivre et s’installer en tant qu’exploitant agricole dans la plaine. Il n’a donc jamais eu de titre de possession sur le château. Il a reçu cependant la moitié des terres que la famille possédait autour de Belcaire. Par la suite, il est finalement revenu s’installer à Belcaire. Il a eu un fils Louis Pugens qui s’est marié et s’est installé à Ferrières avec une certaine Elise. Ils ont eu 2 filles (qui sont donc des cousines pour moi). Jeanne, l’ainée, s’est mariée à un certain Jacques Belabre (décédé il y a près de 10 ans). La cadette Marguerite s’est mariée à Hubert Lemai et réside essentiellement à Nantes.

Jeanne Pugens s’est mariée avec un garçon de la famille Graulle. Cette famille s’est illustrée par un certain Jean Baptiste Graulle qui est devenu un des pionniers à s’installer au Sénégal. Il me semble qu’il est d’ailleurs enterré dans ce pays qui lui a rendu hommage à son décès. Jeanne Pugens est partie s’installer à Bordeaux. Elle a eu une fille (Suzanne) qui s’est mariée à un docteur (Roger Esbelin) exerçant à Bordeaux. J’ai rencontré ces personnes qui sont à présent décédées. Ils ont eu une fille qui se prénomme Evelyne qui vit toujours dans cette région et n’a jamais remis les pieds à Belcaire.

Ma bisaïeule, Rose, s’est mariée avec un homme venu de la plaine, s’appelant Jérôme Begu, avec lequel ils ont eu une fille, Henriette Bégu. Jérôme Bégu, receveur des postes, s’est installé dans une maison située sur la route nationale à côté d’un relais qui est devenu par la suite, l’hôtel Bayle.

Henriette Bégu a vécu essentiellement au château. Elle s’est mariée avec Laurent Lafage, responsable des eaux et forêts en charge de la région, se trouvant en poste à Quillan. Ensemble, ils ont donné naissance à mon père, Louis Lafage (1927-1997). Celui-ci ayant entrepris des études de médecine avait un temps proposé à sa mère de transformer le château en sanatorium avec un concept relativement moderne utilisant toutes les dépendances comme lieu d’habitation des curistes. Laurent est décédé vers 1946. C’est vers ce moment là que les relations entre les deux sœurs se sont détériorées.

Jeanne a décidé de rompre l’indivision et de mettre en application le partage et de vendre sa part en dehors de la famille. Elle a fini par proposer sa part à Georges Camurac qui était marchand et transporteur de fourrage. Ce dernier a mis longtemps à payer le prix d’acquisition (sans doute 1952).  Quelques années après, les deux sœurs sont décédées.

Henriette n’a pas su faire valoir les droits de préemption qu’autorisaient les liens de famille et le séjour dans le château. Elle n’a pas imaginé non plus la transformation des lieux qui surviendrait à la suite de l’occupation des Camurac et de son commerce. Ce dernier, après avoir endommagé le portail d’entrée, classé par les monuments historiques, par le passage de son gros camion de fourrage, a également établi une porcherie dans ses propres dépendances. Puis, après avoir réorganisé le contenu de la tour Nord, éliminant la bibliothèque en bois de loupe de noyer, a transformé la salle à manger d’apparat, en laiterie.

Après sa retraite, il a cédé son activité à son fils, Jean Baptiste. Ce dernier a laissé péricliter ce commerce, bien que la mairie lui ait proposé de continuer dans une construction moderne, afin de pouvoir enfin respecter des normes sanitaires, impossibles à réaliser dans un château…

Ma grand-mère s’est éteinte au château en 1982.
La partie adverse n’envisageant pas de travaux d’entretiens du château, j’ai poussé mon père à vendre notre moitié de château à un prix très modéré, à la mairie, qui pouvait entretenir ce bâtiment, qui a longtemps fait la fierté de Belcaire en attendant des jours meilleurs.

La mairie a donc séparé les granges, le bâtiment principal et le verger pour établir au fond de la parcelle le service des impôts. Ceci a été réalisé dans le cadre d’un plan d’urbanisme visant à réunir le plus grand nombre de service à l’entrée du village.

Notre moitié Sud-Ouest a été vendue à un inspecteur des impôts. Ce dernier a rapidement cédé sa part quand il a vu l’importance des travaux à entreprendre et notamment la toiture.

Entretemps Mr Georges Camurac étant décédé (dans les années 90 ?), l’héritage a dû être partagé entre les 5 enfants. Ceci a permis alors de réunir les deux parcelles.

Un garagiste de Nice (dont j’ai oublié le nom), amoureux des vieilles pierres, a décidé alors de racheter l’ensemble et de rénover la bâtisse.

Une fois les principaux travaux réalisés, ce dernier a décidé de se retirer pour s’établir dans un autre château dans le Périgord et a revendu le château à des Anglais, propriétaires actuels. Vous trouverez les dates successives d’achat et de vente à la mairie de Belcaire.

Puisse à présent ce monument vivre en toute sérénité et rester ce qu’il aurait dû toujours rester, une résidence de caractère avec ses peintures naïves, décorant le haut des portes des principales pièces.

Vous ayant livré la mémoire de la famille concernant l’histoire du château de Belcaire, je souhaite que son histoire soit respectée.  Philippe LAFAGE "
Je remercie Philippe Lafage pour ces éléments historiques importants, il me recontactera s'il désire ajouter des détails.


En complément du reportage et pour prolonger ce qui a été dit ci-dessus, j'ai relevé tous les mariages des PUGENS qui ont été célébrés à Belcaire après 1700 environ, pour établir la généalogie des nouveaux propriétaires du manoir après la famille De Nègre :

 

- Cosme PUGENS o1680 x Moulis Marie ils auront 7 enfants :
 
- Magdeleine PUGENS x 26.05.1722 à Caussou Jean
 
- Vincent Caussou x 4.02.1766 à Toulza Ursule
 
- Françoise PUGENS + vers 1746 x le 25.10.1740 à Toustou Antoine, il se remariera le 25.01.1747 avec Baille Marie
 
- Étienne PUGENS o1708 x le 29.01.1727 à Cazals Elisabeth
 
- Marie Jeanne PUGENS x 25.06.1759 à Salvat Jean (de Roquefeuil)
 
- 1er mariage Jean Baptiste PUGENS o1734 + 1805  x  CLERGUE Anne Magdeleine o1743 + 1805, ils auront 5 enfants connus :
- * Henry PUGENS (Juge) x LACUBE Paule (ce Henri a-t-il fait un second mariage voir ci-après)
- ont une fille Ursule PUGENS  x  le 17.08.1773 à  Montagné Étienne
ils auront 3 enfants connus : 
 
     - Jeanne Marie Montagné  x le 10.04.1820 à Mauri François
     - Marie Rose Montagné x le 13.06.1810 à Toustou Jean-Pierre
     - Jean dit Henri Montagné x le 6.07.1810
 
- Louis PUGENS (médecin) x MÉDUS Rose ont une fille : Françoise Pugens mariée le 11.07.1843 à Andouy Raymond (de Pieuse)
 
- Jeanne Elisabeth ou Marie Elisabeth PUGENS x le 11 prairial an 4 (30 mai 1795) à Ferran Jean-Baptiste ils auront une fille connue :
   - Marie Magdeleine Ferrand x le 10.04.1839 à Terrisse Jacques
 
- Marie PUGENS x le 29.05.1792 à Bezia Jean (d'Aunat)
 
- François PUGENS o1783  x le 10.11.1806 à Médus Marguerite Reine, ils auront 6 enfants connus :
      - Rose PUGENS x le 13.10.1843 à Cartier Auguste Basile (de Quillan)
      - Marie PUGENS x le 8.05.1837 à Maury Jean
      - (1er mariage) Henry PUGENS x Terrisse Jeanne Marie + vers 1855
      - (2ème mariage) Henry PUGENS x le 25.04.1855 à Fourié Marie Louise Rosalie (de Mérial) + vers 1859
      - (3ème mariage) Henry PUGENS x le 28.06.1859 à Caussou Rose
      - Claire Victoire PUGENS x 29.06.1845 à Pelofy Jean Simon, ils auront 2 enfants connus :
     - Guilherme Eulalie Pelofy x le 21.06.1869 à Caussou Alfred Eugène
     - Marguerite Elisabeth x le 29.01.1866 à Caussou Philippe
 
 
- Jacques Jean Baptiste PUGENS x 8.05.1837 à Pons François Caroline (de Mattat, Ariège)
 
- Ursule Magdeleine PUGENS x le 23.11.1831 à Rives Julien Ambroise (de Quillan)
 
- Ursule PUGENS x le 2.02.1796 à Martre Paul
 
- Jean-Baptiste Martre x 4.06.1833 à Médus Marie Guilhemme
 
- Joseph Martre x le 20.11.1836 à Pelofy Marie Jeanne
 
- Marie Louise Martre x le 16.01.1836 à Médus Jean Jacques
 
- ??? Est-ce un 2ème mariage de  Jean Baptiste PUGENS  x  ROLAND Marie, ils auront 2 enfants connus :
    - Marie Anne PUGENS x le 21.02.1816 à Verniolle Jean Mathieu (de Prades)
     - Thérèse Elisabeth PUGENS x le 21.11.1800 à Mauri Jean-Pierre


-----------------------------------------

* Henry PUGENS x le 5.11.1812 à MÉDUS Rose (de Camurac) (ce Henry a les mêmes parents que celui ci-dessus serait-ce un second mariage ?)

 

- Marc Henry Anne PUGENS x le 22.06.1862 à Médus Eléonore

- Pierre PUGENS x le 28.10.1863 à Maury Jeanne Rose Justine

- Clec PUGENS x le 27.11.1856 à Toustou Marie Anne

- Henry PUGENS x le 15.06.1852 à Faure Euphrasie

- Étienne PUGENS x le 9.02.1848 à Navarre Adèle Victoire

------

- Guillaume PUGENS  certainement un frère à Cosme (à vérifier) x Alazet Marie

- Antoine PUGENS x le 7.02.1684 à Cazal Elisabeth (de Quillan)

- Vincent PUGENS x le 15.01.1676 à Baille Pétronille

Il y a une Cazal Elisabeth mariée à Étienne PUGENS le 29.01.1727 (voir ci-dessus) (est-ce la même qui se remarie après le décès d'Antoine ? à vérifier)

Il y a aussi un Vincent PUGENS x Verniolle Jeanne (est-ce le même que ci-dessus qui se remarie après le décès de Pétronille ?)

- Étienne PUGENS x le 12.1716 à Ferrier Anne

------

- Antoine PUGENS  certainement un frère à Cosme (à vérifier) x le 30.04.1709 à Barthélémy Françoise

- Elisabeth PUGENS x 16.05.1752 à Maugard Raymond

- Françoise Maugard x le 20.09.1785 à Mauri Antoine

- Étienne PUGENS x le 20.05.1738 à Fourié Marie

-----------------------------------------

Voici d'autres PUGENS trouvés sur les dépouillements d'actes de mariage à Belcaire.
Je n'ai pas les filiations entre eux, car il y en a très certainement. Si vous avez effectué des recherches plus approfondies qui pourraient faire la lumière sur celles-ci, adressez moi vos infos pour compléter les branches proposées ici.

------

- Jean Antoine PUGENS x Rigail Marie Anne

        - Marie Rose PUGENS x le 25.06.1816 à Françon Claude (de Roquefeuil)

        - Marie Dorothée PUGENS x le 30 floréal an 8 (20 mai 1800) à Gleize François

------

- Marie PUGENS x Verniolle Pierre

        - Jeanne Verniolle x le 5.05.1733 à Mateille Guillaume

------

- Marie Anne PUGENS x Graulle François

        - Claire Graulle (de Camurac) x le 3.05.1846 Maury Cosme Damien

------

- Jean Jacques PUGENS x Poux Caroline

        - Alphonsine François PUGENS x le 6.02.1865 à Rougé Marguerite

------

- Jean Baptiste PUGENS x Terrisse Rose

        - Rose Henry PUGENS x le 14.11.1860 Ferrand Jeanne Elisabeth

------

- Marie Françoise PUGENS x Maury Étienne Benoît

         - Pauline Louise Maury (de Sète) x le 23.06.1867 à Toulza Joseph

------

- Ursule PUGENS x Jean dit Pradal Galy

        - Raimonde Galy (de Masset, Ariège) x le 15.09.1829 à Verdier Julien (d'Espezel)

------

- Jean Pierre PUGENS x Clergue Magdeleine

        - Henriette PUGENS x le 10.12.1798 à Senié Louis (de Roquefeuil)

------

- Jean Baptiste PUGENS x Magistrot Annette

        - Jean Baptiste PUGENS x le 5.02.1834 à Terrisse Rose

------

- Elisabeth PUGENS x Mauri Pierre

        - Marie Mauri x le 8.08.1826 à Camurac Jean François

        - Joseph Mauri x le 11.07.1855 à Médus Marie Angélique

        - Jacques Mauri x le 21.01.1856 à Folquier Ursule

        - François Maury x le 12.05.1846 à Toulza Rose

------

- Marie Rose PUGENS x Graulle François

        - Marguerite Graulle x le 20.05.1831 à Bez Joseph

------

 

CONCERNANT L'HISTOIRE DU CHÂTEAU MANOIR DE BELCAIRE


Après la révolution la famille PUGENS a fait l'acquisition du manoir à la famille de Négre.

Est-ce un des Jean-Baptiste PUGENS recensé ci-dessus ?

Jean Baptiste PUGENS  x  CLERGUE Anne Magdeleine    ou    Jean Baptiste PUGENS  x  ROLAND Marie


Je pencherai pour le premier puisque d'après Philippe Lafage, dans la descendance il y a eu un fils Henry qui deviendra juge et un autre fils Louis qui deviendra médecin, d'après mes recherches, le premier couple a ces deux prénoms dans leur progéniture. Difficile ensuite de faire le lien avec ce qui suit car il me manque des informations. Mais je pense qu'à Belcaire des personnes ont déjà effectué ces recherches et qu'il sera possible de compléter les éléments ci-après, contactez-moi.

D'après Philippe Lafage vers 1875 on a les informations suivantes pour le moment :

- Rose PUGENS x Bégu Jérôme

        - Henriette Bégu + 1982 vécu au château de Belcaire x Lafage Laurent + 1946 (responsable des Eaux et Forêts du Pays de Sault en poste à Quillan)
            - Louis Lafage né en 1927 + 1997 (médecin)
                - Philippe Lafage

- Jeanne PUGENS x Graulle ?   fils de Jean Baptiste Graulle   ils s'installeront à Bordeaux
            - Suzanne Graulle x Esbelin Roger tous 2 + avant 2011
                    - Evelyne Graulle

    - 1 garçon ? PUGENS x ? Élise
            - Louis PUGENS x Lucie Graulle (résident à Ferrières) ils auront 2 filles :
                    - Jeanne PUGENS x Belabre Jacques + vers 2001
                    - Marguerite PUGENS x Lemai Hubert (résident à Nantes)

            - Henri PUGENS (prêtre)

--------------------------------------------------------------------------


16 octobre 2011 : Complément au reportage, les propriétaires actuels qui ont fait de gros travaux de rénovation du manoir, Mike et Suzy m'ont confié quelques clichés à partager avec vous (pour info les propriétaires propose la location à la semaine du manoir tout au long de l'année) :

 

Chateau de Belcaire 5034   Chateau de Belcaire 5015

A gauche, Mike et Suzy les propriétaires actuels du manoir de Belcaire. A droite la façade Sud du manoir et la tour Sud / Est

Chateau de Belcaire 5001

La façade Sud du manoir de Belcaire

Chateau de Belcaire 5002

L'angle Sud / Ouest du manoir et la tour Sud / Est

Chateau de Belcaire 5003

Une autre photo de la façade Sud du manoir

Chateau de Belcaire 5004  Chateau de Belcaire 5009

A droite, le manoir vu de "la croix" point culminant situé juste au-dessus de l'église de Belcaire.

Chateau de Belcaire 5005

Au premier plan, l'angle Nord / Est et la tour Sud / Est du manoir et son jardin paysager

Chateau de Belcaire 5006

La façade Ouest du manoir et la tour tronquée Nord / Ouest

Chateau de Belcaire 5008

Le porche classé du manoir de Belcaire, le blason a été martelé à la Révolution

Chateau de Belcaire 5010

L'élévation Sud du manoir tel que vous pouvez l'admirer en passant dans la rue du château longeant celui-ci

Chateau de Belcaire 5012

Arrivé dans la rue de la Promenade, vous apercevez la tour Sud / Est qui a gardé sa toiture en chapeau chinois contrairement à celle qui est à l'opposée

Chateau de Belcaire 5011

Le manoir vu de la Coume de l'Arène

Chateau de Belcaire 5013

Le manoir pris de "la croix" vers l'Est, le champ Ribayrol, cette verrue rocheuse qui a une forme circulaire que vous apercevez au fond est à l'altitude de 1033m, sur le versant opposé vous avez le village de Roquefeuil.

Chateau de Belcaire 5016

Photo hivernale de la cour et des bâtiments qui sont d'anciennes écuries et étables, entourant le manoir côté Ouest et Nord

Chateau de Belcaire 5039

Le même endroit que ci-dessus mais en été !

Chateau de Belcaire 5035  Chateau de Belcaire 5017

La rue du Château à Belcaire descendant vers la rue de la Promenade

Chateau de Belcaire 5019

Le vestibule du manoir, une vue en direction du hall d'entrée

Chateau de Belcaire 5020

Toujours le vestibule, avec son escalier d'époque

Chateau de Belcaire 5037

Une vue d'ensemble du salon très confortable du manoir

Chateau de Belcaire 5029

Le salon très lumineux du manoir

Chateau de Belcaire 5028

Imaginez un moment,... sentez l'odeur du feu de bois et entendez le crépitement des flammes, vous y êtes au manoir de Belcaire !

Chateau de Belcaire 5033   Chateau de Belcaire 5007

La photo de gauche, palier déservant les chambres, remarquez, au-dessus du linteau des portes, des peintures ont été mis au jour lors de la restauration du manoir (voir les photos ci-après le détail de ces gravures).

Photo de droite, une des fenêtres de l'étagecôté Sud,  avec une vue sur le pech du Bouychet.

Chateau de Belcaire gravure linteau 01

Voici quatre photos représentant les dessins retrouvés au-dessus des linteaux des portes des étages supérieurs du manoir. J'ai interrogé Philippe Lafage au sujet des ces peintures, voici ce qu'il m'a dit :

" Non je ne connais pas l’origine de celles-ci. Nous les avions montré à l’ami de mes parents l’architecte des monuments historiques de Carcassonne qui s’appelle Mr Charles Bourely. Il me semble qu’il a trouvé qu’ils étaient sans doute du XIX ième siècle (mais j’étais petit quand il est venu au château et donc mon souvenir n’est pas garanti. En tout cas, c’est un des éléments caractéristiques de cette demeure. " Donc visiblement ces peintures n'ont jamais été expertisées !

Chateau de Belcaire gravure linteau 02

Ces peintures ou dessins  représentent  des scènes de la vie quotidienne

Chateau de Belcaire gravure linteau 03

De quelle époque datent-ils ?

Chateau de Belcaire gravure linteau 04

 

Chateau de Belcaire 5042

Les combles du manoir ont été entièrement réaménagés. La charpente datant de la fin du XIXème a été refaite en 2000 pour récupérer de l'espace.

Les combles du manoir sont en cour d'aménagement, en salle de détente

La vue que vous apercevez d'une des fenêtres du manoir, côté Sud, le pech Bouychet 1282m à droite et au fond, Montsugra 1337m

Du manoir, une vue vers l'Est en direction du Pic des Sarrasis 1182m

Une autre vue sur le village de Belcaire que vous offre les chambres du manoir vers l'Ouest

Le manoir de Belcaire avec le pech du Bouychet derrière, le printemps n'est pas loin !

Le manoir dispose aussi d'une piscine côté Est pour les vacanciers louant le manoir

J'adore cette photo de Belcaire sous la neige !

Belcaire tel que vous pouvez l'apercevoir en venant d'Ax-les-Thermes. Vue d'ici la forteresse devait avoir une fière allure !

Sur cette photo que j'aime aussi, vous pouvez voir aussi le second château à l'extrême droite avec sa tour.

Si des Belcairois ou Belcairoises veulent me faire parvenir des photos ou des infos pour compléter ce reportage, vous avez mon adresse mail ci-dessous ...
 

Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité.  Par exemple, vous voulez "parler" et faire découvrir votre village audois, comment faire ? C'est simple, ce n'est pas compliqué, il suffit de taper votre article au format word ou avec tout autre logiciel de traitement de texte, d'y incorporer vos dessins, photos ou de me les envoyer à part, je me charge du montage sur le site ... Et, s'il vous vient tout simplement une idée de sujet que vous voudriez voir diffuser sur ce site, pourquoi pas, sautez le pas, contactez moi.

 

Ainsi se termine ce reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans HISTOIRE
commenter cet article

commentaires

catherine robin 09/11/2014 17:26


juste un mot /MERCIIIIIIIIII

Denègre Alain 23/01/2014 07:12


Reportage magnifique photos splendides félicitation d'un  Denègre mais sans la particule 

Rouzaud 29/08/2013 14:22


Monsieur LAGACHE  BONJOUR.dANS VOTRECOMMENTAIRE ET au début,vous signalez que au 12eme siècle le château de Belcaire était la seule forteresse du Pays de Sault.Cependant et sauf erreur de ma
part la fortersse de Niort de Sault fut construite par les wisigoths entre le 4eme et le 6eme siècle.Avec mes bons sentiments

Jean-Pierre 29/08/2013 15:27



Bonjour Christian, il y a peut-être une erreur de compréhension, au début du reportage je parle du plateau du Pays de Sault et non pas pour l'ensemble de la région du Pays de
Sault dans le texte : "Sur le plateau du Pays de Sault il n'y avait qu'un
château-fort sous les vicomtes de Carcassonne et de Razès, c'était celui de la bastide de Rochan situé à Roquefeuil." et je dis ensuite ... "Le château-fort de Belcaire était la plus belle forteresse du pays de Sault.".


En ce qui oncerne la forteresse de Niort vous avez raison quand aux dates, mais elle défendait la région du Rébenty ainsi que la route de Belcaire à Mazuby et au Donnezan. Bien cordialement JP


 



laget 25/10/2012 12:13


bonjours j aietrouvé charles pugens née a montjaux 12490 maitre chirugien epouse francoise combettes une fille cecile  aux archives de millau

nicolas huguet 27/08/2012 21:45


Bonjour,votre site est très bien fait.Avez vous plus d'informations sur les ascendants d'Antoinette d'Ixar,citée dans cet article,comme épouse du Seigneur Pierre d'Ables Lacam.


Merci beaucoup pour le plaisir de consulter votre site.

Jean-Pierre 30/08/2012 09:02



Bonjour , désolé mais j n'ai pas d'autres infos, merci pour votre commentaire et votre fidélité.


JP



AZAIS Jean Louis 12/08/2012 21:11


Félicitations pour tout ce travail , et toutes ces infos à notre disposition 


Site très ergonomique et agréablement présenté 


Je dois venir prochainement à Belcaire , en mairie , pour recherches généalogiques ...une autre passion !!

Simon Toustou 25/10/2011 07:29



Monsieur Jean pierre,
Je viens encore passer un bon moment en regardant le reportage et les magnifiques photos des châteaux de Belcaire .Je tiens encore à vous féliciter, votre travail est sensationnel.
Au sujet de la généalogie des Pugens je puis vous aider surtout sur Louis et ses filles Jeanne et Marguerite qui étaient mes voisins.
1. l'épouse de Louis était Lucie
2. Elise était la mère de Louis
3. Louis avait un frère Henri qui était prêtre
Espérant que ceci vous aidera,
Un fidèle lecteur de vos passionnants reportages,
Recevez mes sincères salutations,
Simon Toustou.



Jean-Pierre 25/10/2011 07:53



Merci Simon pour votre fidèlité et pour ces compléments d'informations, c'est gentil à vous.


Cordialement, Jean-Pierre



Liliane MALET 20/07/2011 15:17



Après ces intéressantes recherches, vous avez l'autorisation de prendre des vacances.  Vos infos vont me permettre de continuer mes recherches sur  la famille de mon A.G.M.M. Bon
séjour à vous deux.  Liliane



henri-basile 18/07/2011 10:00



Instructif et passionnant, et puis "le casteillas" fut aussi un fabuleux terrain de jeux, ou notre imagination et nos rêvesse sont épanouis. Le souvenir en reste très émouvant......