Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.belcaire-pyrenees.com
  •  www.belcaire-pyrenees.com
  • : BELCAIRE capitale du Pays de Sault en Languedoc Roussillon. Au départ j'ai réalisé ce site pour partager les retrouvailles 33 ans après, de 17 copines, dans cette région authentique préservée en territoire cathare au pied des Pyrénées. Mais je me suis aperçu que l'Aude n'était pas assez mise en valeur, alors amoureux de cette région et la passion étant là, j'ai réalisé des reportages pour vous présenter ce département aux lieux chargés d'histoire. Ce site a pour but surtout de vous faire découvrir cette région authentique, plein de charme qu'il faut aller visiter.
  • Contact

ANNONCES-MESSAGES-ACTUALITÉS

Ils veulent vous informer !

Pour découvrir les annonces

  cliquez sur la photo

Photo pour les annonces 02

Faites Une Recherche Sur Ce Site

LIENS UTILES

En cliquant sur l'une des images ci-dessous :

1 - vous pouvez écouter Radio Montaillou en direct

 

logo 01cliquez sur le logo RADIO MONTAILLOU ci-dessus pour écouter la Radio en direct
(en cliquant sur leur site en haut à droite)
pendant que vous consultez les pages du site
 

 

 

Pour suivre la progession et connaître la position des ours dans les Pyrénées
téléphonez au 05.62.00.81.10
 
Vous pouvez m'écrire
CLIQUEZ SUR LE PETIT CHIEN ROMÉO POUR ME CONTACTER
 
 
LIVRE D'OR
cliquez sur la photo pour déposées vos marques de sympathie et pour les visionner

Gîtes dans une ancienne école place du village de Comus, village situé
sur le tracé de l'emblématique Sentier Cathare et à proximité des gorges de la Frau et de Montségur
 
Locations gîtes et chambres d'hôtes à Ignaux dans les montagnes des Pyrénées
en Haute-Ariège près d'Ax-les-Thermes
 
Hôtel Restaurant Bayle ** à Belcaire

 

Sites d'Ami(e)s

Les Amis du Sabarthez de Pierre Cortinas

 

Pour le développement du tourisme au Pays de Sault :

     l'Association le Grand Sault

 

on y trouve des renseignements intéressants sur ce site :

     Chambre d'Agriculture de l'Aude

 

Logo réduit office du tourisme du pays de sault

Office du Tourisme du Pays de Sault

Chemin départemental 613

11340 ROQUEFEUIL

Tél : 04.68.20.75.89

 

Retour à la page d'accueil

LES LIVRES CONSEILLÉS

Nouvelle Rubrique pour découvrir

des livres intéressants

cliquez sur la photo

livres conseillés

MESSAGE

27 août 2010
bandeau texte vous avez la parole

Quelle idée !! Marie-Claude fidèle lectrice du site, qui adore jouer avec les mots, a rédigé ce texte surprenant couché sur le papier, ce que le regard a perçu lors de la retransmission à la télé de la 14 ème étape du Tour de France. Revivez le 18 juillet 2010, l'étape qu'il ne fallait pas manquer : la traversée de l'Aude, le franchissement du col de Pailhères et l'arrivée à Ax-les-3-Domaines. Je vous laisse apprécier, merci à Marie-Claude pour sa collaboration.

 

18 JUILLET 2010 : FANTAISIES EN  DILETTANTE SUR UNE RETRANSMISSION TÉLÉVISÉE DU TOUR DE FRANCE

 

« Tempête de ciel bleu ! » sur le Tour de France lança un commentateur de la télévision dans la traversée de l’Ariège et de l’Aude. Certes ! C’est sous un soleil resplendissant et un ciel bleu lumineux qu’on a pu enfin voir ce pays.

 

« Ah ! J’ai vu, j’ai vu… Compère qu’as-tu vu ? » disait la chanson.

J’ai vu des ruines de château, des châteaux sans ruine, cathares ou non cathares, à volonté. De Lagarde, qui, à la fin des travaux fut surnommé le « Versailles du Languedoc », à Puivert, il y eut aussi Léran… Sibra… ou Queille, transformé en chambre d’hôtes. Puivert, capitale des Troubadours, ayant fait l’objet d’une prestation précédente,  autrefois  rendez-vous de cours d’amour. En 1170, eut lieu un congrès de troubadours en présence d’Aliénor d’Aquitaine. Plus près de nous, il a servi de cadre cinématographique à des films comme   La 9ème porte…Les peuples migrateurs…La passion Béatrice.

Sans voir les coureurs, Camon a montré ses rues aux maisons ornées de nombreux rosiers, dont certains sont les plus beaux de France. Elle a fait visiter son abbaye-château aménagée au XVIIIème siècle. Appelée La petite Carcassonne, Camon, qui a fait partie de l’Aude avant de rejoindre le département de l’Ariège,  est construite dans les méandres de l’Hers. Cette situation est à la base de l’étymologie de son nom : forteresse du méandre.

A Chalabre, pas plus qu’à Quillan, je n’ai vu l’ombre  d’un chapeau. Pourtant, naguère, ces couvre-chefs ont rendu l’industrie florissante dans ces deux localités. Puis, on traversa une localité bien connue des cruciverbistes : Fa.

Pyrénées trompeuses…Les coureurs faisaient croire qu’ils se promenaient sur de longues lignes droites bordées d’arbres, tandis que se profilait au loin, la barrière qu’il allait falloir franchir. Peu de temps avant, les commentateurs ayant déploré l’absence de banderoles, Esperanza leur en proposa une « VIVE JAJA ». Il faudra leur dire à ces habitants du bout du monde, là et dans la montée du port de Pailhères où l’on put lire sur la route : ALLEZ POUPOU …Il faudra leur dire de se mettre au goût du jour. Ces deux personnages étaient bien sur le Tour, mais JAJA, consultant talentueux, sur une moto et POUPOU dans une voiture. Nulle intention ironique  dans ces propos. Bien au contraire. Je n’ai pas oublié le temps lointain où notre fils âgé de deux ans appelait tous les coureurs cyclistes « des poupous »  à force de nous entendre justement dire : « ALLEZ POUPOU ! ». Le Tour de France est dans la famille depuis si longtemps !  Si mon mari évoque souvent le duel historique ANQUETIL/POULIDOR sur les pentes du Puy-de-Dôme, les albums de photos de mon père montrent des photos de la montée du Ballon d’Alsace en 1934, avec des coureurs nommés VERVAECKE, EZQUERRA, MORELLI, VIETTO * . Et puis, Allez Poupou ! est aussi populaire que les Vas-y Bobet qui ont précédé.

Les coureurs se nommaient à présent, CASAR, EVANS, CONTADOR, HUSHOOD, SCHLEK…ARMSTRONG encore un peu. Il y avait aussi celui que les commentateurs appelaient toujours le petit Damien MONIER… 1, 88m quand même ! Un « pays », licencié à Riom.

Mais avant la montée du col, les gorges de l’Aude nous furent révélées comme jamais on ne peut les voir. Depuis l’hélico, des vues à vous couper le souffle : défilé de Pierre-Lys, gorges Saint-Georges, gorges de l’Aude…somptueuses ! Des murailles, véritables défi du vertige. La Muraille du Diable, impressionnante. Le Trou du Curé. J’ai pris peur mais on ne l’a pas vu. Le petit train touristique de l’Aude, sifflant à tue-tête, a stoppé sur un viaduc, laissant ses occupants faire une ovation au peloton. Saluts colorés aussi des Pom Pom Girls de l’USAP sur le bord de la route.

 

Et ce fut le port de Pailhères…

 

Très vite, après Usson-les-Bains, on s’engagea sur des pentes rédhibitoires pour le commun des cyclistes. On savait les gens de ce pays accueillants, leur prévenance nous toucha. On put lire en grandes lettres blanches sur la route : « ici ça monte » …au cas où on ne s’en serait pas rendu compte. Si un homme averti en vaut deux, voici une singulière façon de multiplier le nombre ou la valeur des coureurs.

 

Port de Pailhères…hors catégorie…plus de 2000m, exactement 2001m. Pas un mètre de plus, pas un mètre de moins. Un col difficile, dans une pente exigeante, aux pourcentages importants. Ce passage projeté nous  fut interdit en juin, en raison de murs de neige restés après les congères antérieures. Deux petits névés subsistaient d’ailleurs. Rien d’étonnant à ce que la route ait été ouverte tardivement. Il ne s’agissait  d’un passage ni stratégique, ni incontournable. Quelques rares localités étaient néanmoins accessibles de chaque côté, sans passage obligé par le col. La montée versant Aude était belle, sauvage, au tracé bien emmené bien que surgi d’une autre époque. Le long de la route, des arbres distribuaient une ombre parcimonieuse. Vues aériennes sublimes sur des lacets et  double-lacets.

 

Port de Pailhères… Espace d’estive momentané pour les tentes et les camping-cars des spectateurs qui exultaient et débordaient d’enthousiasme. Ils applaudissaient, criaient et rivalisaient parfois d’idées originales, voire saugrenues et même franchement périlleuses pour se faire remarquer par les caméras. Ce n’est pas exclusif au passage du Tour de France. Comme Erostrate, dans le monde antique, bien de nos contemporains cherchent la célébrité à tout prix. Souvent cette fin justifie des moyens parfaitement  stupides.

Vaches et chevaux, eux, s’étaient mis ou avaient été mis de côté.

 

Port de Pailhères…prévu comme « rampe de lancement » idéale où l’on attendait un duel entre les favoris CONTADOR et SCHLEK, ou d’autres. Les commentateurs furent si déçus que l’un répliqua : « On n’y passera plus ! » à celui qui s’exclamait : « Nom de bleu de nom de bleu ! Il ne se passe rien ! Le port de Pailhères ne sert à rien ! »

Si cela fut « match nul entre SCHLEK et CONTADOR », Christophe RIBLON, passé « de la piste aux étoiles » nous gratifia d’un exploit auquel il ne s’attendait pas lui-même la veille. Il réussit là une échappée longue et solitaire à travers l’Aude et l’Ariège.

 

Port de Pailhères…Après le sommet dénudé, on bascula dans une descente technique plus banale, rapide…très rapide sur Ax-les-Thermes que l’on traversa à la vitesse du vent.

Et aussi vite, on s’élança sur une pente opposée qui, sans être aussi longue et ardue, fut tout de même d’un niveau supérieur. Christophe RIBLON, toujours en tête, arriva sur le plateau où fleurissaient des panneaux rouges et blancs : Vittel… Vittel… Vittel !

Mais non ! Le vent n’avait pas soufflé assez fort pour catapulter le peloton dans les Vosges. On était toujours dans les Pyrénées, sur le plateau de Bonascre, sorti du brouillard qui s’était dissipé depuis notre passage.

La retransmission s’acheva sur une farandole de lacs d’altitude glanés par le dernier passage de l’hélico.

 

Le lendemain, on quitta Pamiers et le Plantaurel si prestement que la côte de Carla B. ne fut qu’évoquée sans être montrée. Avant le Portet d’Aspet, une des dernières localités ariégeoises qu’il nous fut permis de découvrir a été Aucazein et son joli moulin flanqué d’un clocheton,  le long d’un torrent à la réputation fort poissonneuse.  Cette séquence champêtre s’accompagna d’une anecdote amusante, racontée par le maire. Autrefois, le moulin en question a été le premier à fournir l’électricité aux maisons du village, dans la limite d’une ampoule par foyer. Bien français en cela,  des petits malins contournèrent l’interdiction,  en découvrant l’existence des prises multiples. Pour débusquer  ces tricheurs, un cycliste dépêché par les autorités, sillonnait chaque soir  le village en quête des endroits où l’on voyait deux ampoules.

 

 « Ruisselants  de lumière estivale », c’est l’image que je garderai  de ce village comme des paysages traversés, de l’ouest de l’Aude aux  hauteurs de l’Ariège. Que c’était beau !

 

Marie-Claude P.
 

 

Sources : Retransmission France2 – Le Tour de France 2010 ; suivi de la 14 ème étape.

Les expressions  en italique appartiennent aux commentateurs (T.ADAM, L. FIGNON, G. HOLZ)  ou à notre  journal quotidien, La Montagne - Centre France.

 

Tour de France 2010 dans l'Aude 01

 Le peloton dans les gorges de l'Aude

col de Pailhères la montée Tour de France 2010

 Cela monte avec les encouragements !

col de Pailhères la montée 03 Tour de France 2010

 Que c'est beau les Pyrénées !

col de Pailhères la montée 02 Tour de France 2010

 Les supporters sont là, dans la montée au col de Pailhères

col de pailhères tour de france 2010

Photo du journal La Dépêche

Le Français Christophe Riblon vainqueur à Ax 3 domaines TLa belle victoire le 18 juillet 2010 à Ax-les-3-Domaines de Christophe RIBLON après une longue échappée. 

col de Pailhères Tour de France 2010 1

Le duel SCHLEK / CONTADOR au col du Tourmalet 2115 m, le 22 juillet, franchi dans le brouillard.  C'est là que, presque chaque été, s'écrit la légende du Tour de France. CONTADOR gagnera ce Tour de France 2010.

Info à signaler : Un siècle après Octave Lapize, premier vainqueur du Tourmalet en 1910, le peloton a franchi à nouveau ce monument du Tour de France, perché à 2 115 mètres de hauteur. Depuis Lapize, la course est passée 73 fois au sommet, ce qui fait du col pyrénéen l’ascension le plus souvent empruntée par les coureurs.

 

* Voilà encore une bonne occasion de faire revivre ces quelques photos de l'album du père de Marie-Claude prisent au Ballon d'Alsace au passage du Tour de france le 7 juillet 1934

 

Le tour de France 1934 Vervaecke 1er au Ballon d'Alsace le Le tour de France 1934 Ezquarra 2ème au Ballon d'Alsace le

A gauche, le tour de France 7 juillet 1934 VERVAECKE qui franchira le 1er le sommet du Ballon d'Alsace, suivi (photo de droite) par le 2ème EZQUARRA

Le tour de France 1934 René Vietto au Ballon d'Alsace le 7 Le tour de France 1934 Morelli Ballon d'Alsace le 7.7.3

A gauche, le tour de France 7 juillet 1934 René VIETTO au Ballon d'Alsace, suivi (photo de droite) par MORELLI

Le tour de France 1934 01  Le tour de France 1934 02

Le tour de France 7 juillet 1934  au Ballon d'Alsace

Le tour de France 1934 03  Le tour de France 1934 04

Le tour de France 7 juillet 1934  au Ballon d'Alsace

 

Il se passe toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera ; pour  ne pas rater le prochain reportage qui est en gestation, c'est simple, suivez le conseil indiqué ci-dessous :

 

Ainsi se termine ce reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

julie 320 x 213 newsletter

Partager cet article

Réalisé par Marie-Claude P. / Jean-Pierre LAGACHE - dans LA PORTE DE L'ACTUALITÉ
commenter cet article

commentaires

M.-Claude 27/08/2010 18:47



Ouf ! Je craignais d’être tombée dans les vap’ à un moment donné. Pourtant, je regardais avec mon carnet et mon crayon. La photo du
publi,c qui est venue s’ajouter aux autres, me ravit. C’est aussi cela le Tour de France : une extraordinaire aventure populaire. Qui n’en a pas des souvenirs ? Même ceux qui n’aiment
pas peuvent témoigner …ne serait-ce qu’en pestant sur les modifications de circulation induites.



Je me souviens de moments d’attente épiques ! Bon ! Il faut me faire taire 



M.-Claude 27/08/2010 11:39



Reconnaissance…


Merci à Jean-Pierre de m’avoir offert cette forme de participation dans ce blog qu’il gère avec talent, respect des lieux, des personnes et
ouverture d’esprit.


Merci de m’avoir ainsi donné l’occasion d’être éventuellement lue par d’autres que mes relais habituels.


Merci, enfin, de m’avoir permis cette forme d’hommage  posthume, inattendu et réussi à mon père
qui serait heureux d’avoir une place dans cet univers virtuel des nouvelles technologies.  Preuve qu’en effet « tous les chemins peuvent mener au
Pays de Sault ».


J’ai  particulièrement apprécié ces illustrations actuelles qui complètent mes
propos. Une chose m’interpelle : je  ne me souviens pas de brouillard au sommet du Port de Pailhères. Il y en avait par contre beaucoup au
Tourmalet.  


Qu’en pensent les habitants  qui furent spectateurs ce jour-là  au Port de Pailhères
?



Jean-Pierre 27/08/2010 13:19



Confusion dans les légendes ! Il faisait très beau au col de Pailhères et c'est en effet le col du Tourmalet qui fut franchi dans le brouillard quelques jours plus tard. J'ai remis les choses en
place.


JP



Mamie Dany 27/08/2010 09:58



Bravo pour ce reportage... le Tour de France est le seul sport que je suive et j'ai beaucoup de plaisir à voir MON département aussi bien mis en valeur... et bien sur aussi à découvrir les autres
!