Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.belcaire-pyrenees.com
  •  www.belcaire-pyrenees.com
  • : BELCAIRE capitale du Pays de Sault en Languedoc Roussillon. Au départ j'ai réalisé ce site pour partager les retrouvailles 33 ans après, de 17 copines, dans cette région authentique préservée en territoire cathare au pied des Pyrénées. Mais je me suis aperçu que l'Aude n'était pas assez mise en valeur, alors amoureux de cette région et la passion étant là, j'ai réalisé des reportages pour vous présenter ce département aux lieux chargés d'histoire. Ce site a pour but surtout de vous faire découvrir cette région authentique, plein de charme qu'il faut aller visiter.
  • Contact

ANNONCES-MESSAGES-ACTUALITÉS

Ils veulent vous informer !

Pour découvrir les annonces

  cliquez sur la photo

Photo pour les annonces 02

Faites Une Recherche Sur Ce Site

LIENS UTILES

En cliquant sur l'une des images ci-dessous :

1 - vous pouvez écouter Radio Montaillou en direct

 

logo 01cliquez sur le logo RADIO MONTAILLOU ci-dessus pour écouter la Radio en direct
(en cliquant sur leur site en haut à droite)
pendant que vous consultez les pages du site
 

 

 

Pour suivre la progession et connaître la position des ours dans les Pyrénées
téléphonez au 05.62.00.81.10
 
Vous pouvez m'écrire
CLIQUEZ SUR LE PETIT CHIEN ROMÉO POUR ME CONTACTER
 
 
LIVRE D'OR
cliquez sur la photo pour déposées vos marques de sympathie et pour les visionner

Gîtes dans une ancienne école place du village de Comus, village situé
sur le tracé de l'emblématique Sentier Cathare et à proximité des gorges de la Frau et de Montségur
 
Locations gîtes et chambres d'hôtes à Ignaux dans les montagnes des Pyrénées
en Haute-Ariège près d'Ax-les-Thermes
 
Hôtel Restaurant Bayle ** à Belcaire

 

Sites d'Ami(e)s

Les Amis du Sabarthez de Pierre Cortinas

 

Pour le développement du tourisme au Pays de Sault :

     l'Association le Grand Sault

 

on y trouve des renseignements intéressants sur ce site :

     Chambre d'Agriculture de l'Aude

 

Logo réduit office du tourisme du pays de sault

Office du Tourisme du Pays de Sault

Chemin départemental 613

11340 ROQUEFEUIL

Tél : 04.68.20.75.89

 

Retour à la page d'accueil

LES LIVRES CONSEILLÉS

Nouvelle Rubrique pour découvrir

des livres intéressants

cliquez sur la photo

livres conseillés

MESSAGE

 

Un reportage vous interpellera, j'en suis persuadé !

Rapide, efficace, consultez les SOMMAIRES du site en cliquant sur la photo ci-dessous, puis cliquez sur le titre qui vous intéresse pour l'afficher.

 

Vous désirez me joindre voici une adresse mail :

(And here is a new e-mail address to reach me) :

 jp@belcaire-pyrenees.com
 

 

  VOUS AVEZ CHOISI LE BON SITE POUR TOUT SAVOIR SUR BELCAIRE, LE PAYS DE SAULT ET L'AUDE

 

Le monde entier découvre BELCAIRE l'Authentique sur

 

http://www.belcaire-pyrenees.com


Découvrez notre odyssée dans une région magnifique chargée d'Histoire avec un grand H ...
L'événement, un site unique en son genre, des centaines de photos pour vous présenter la star, la capitale du Pays de Sault :
le village de BELCAIRE l'Authentique en territoire Cathare, proche de Toulouse, Foix, Carcassonne, Narbonne, et Perpignan. 
L'originalité, la présentation de Belcaire à travers notre histoire, une aventure humaine et des retrouvailles 33 années après !

 
Mais aussi, au fil des pages, vous découvrirez des articles divers et variés sur l'histoire des Cathares et leurs châteaux pour partir ainsi à la découverte d'une belle région : LE LANGUEDOC ROUSSILLON.
Je vous invite à visionner les deux pages du sommaire de ce site en perpétuel évolution et vous y trouverez certainement un sujet qui vous intéressera car il y a plus de deux cent reportages.

  

clique sur l'enregistrement ci-dessous ...

 

 

Mais où ai-je la tête ! Le monde entier ne sait pas où se situe Belcaire, capitale du Pays de Sault.

La moindre des choses est de vous présenter ce petit village du département de l'Aude où il fait bon vivre !
Belcaire a la particularité de se situer au centre du Pays de Sault et de ses multiples chemins de randonnées, dont le fameux sentier cathare menant à Montségur... J'aime ce village et son histoire.
C'est la raison, entre autres, pour laquelle je lui dédie un site internet, qui je l'espère, vous prendrez beaucoup de plaisir à parcourir et à suivre au fil de la création de nouveaux articles en vous inscrivant sur la Newsletter.

Si vous n'êtes pas inoculé, puisse-t-il vous éclairer et vous transformer en passionné ....



 

BELCAIRE SE SITUE A  830 km DE PARIS, 156 km DE TOULOUSE, 81 km DE CARCASSONNE, 143 km DE NARBONNE, 104 km DE PERPIGNAN


Aude est aussi un prénom féminin, ses courbes et son côté sauvage avec un passé mystérieux et historique, ne vous laisseront pas indifférent, qu'elle est belle !....cette région...du Languedoc Roussillon.

BELCAIRE L'AUTHENTIQUE, CAPITALE DU PAYS DE SAULT

 

       

Les écussons officiels de Belcaire, l'ancien et le nouveau.

 

LE DÉBUT DE L'AVENTURE
 

BELCAIRE, joli petit village de charme de 400 âmes environ, situé dans le département de l'Aude au coeur du Pays de Sault, sur la départementale D 613 entre Quillan (11) et Ax-les-Thermes (09)

Une halte par hasard dans ce village lors de vacances en août 1972 sera le début d'une aventure humaine qui marquera à jamais notre jeunesse avec tant de souvenirs agréables à l'époque de l'insouciance.

Le "ciel" a une couleur différente là-bas ! 

Ce blog est dédié à ces habitants très sympathiques, ainsi qu'à toutes les amies et amis que l'on n'a jamais oubliés malgré les années qui se sont écoulées.

Les copains en 2003, acteurs de cette aventure que je vais vous raconter.

De gauche à droite, Philippe, Patrick, Michel, Jean-Pierre, Patrick, Jean-Marc, Simon et il y a un absent, Marcel.
 

Voici le résumé d'une aventure humaine qui commença en janvier 1972 …

 

LA DÉCISION

Nous étions une bande de copains d'un quartier de Créteil (94) situé dans la banlieue sud de Paris.

Lors d'une réunion de copains, hiver 1971-72, fut abordé le sujet de la destination des prochaines grandes vacances d'été de chacun, histoire de se mettre un peu de soleil dans la tête.

Personne ne savait exactement comment il allait occuper ses vacances prochaines. Je leur proposai une idée, qui me trottait dans la tête depuis un moment déjà, …. partir en vacances en train dans le sud avec le sac à dos.

J'avais échafaudé une partie de l'itinéraire, première étape Gaillac dans le Tarn, que je connaissais déjà pour y être allé en vacances chez mes cousines, le camping était sympa, puis seconde étape, destination inconnue, … hypothèse, Carcassonne pour visiter la forteresse, pour la troisième étape, j'avais trouvé une vieille carte touristique Michelin des années 60 et je fus attiré je ne saurais pas dire pourquoi, peut-être l'histoire des Cathares, par une région située en dessous de Limoux, ...la ville de Quillan !

On en discuta, et il était possible de se rendre en train à Quillan et de rallier Ax-les-Thermes à pied, soit 60 km environ par la D613.

Arrivé à Ax-les-Thermes notre quatrième étape, on pouvait reprendre le train pour remonter sur Paris. Mon copain Michel proposa de rajouter une cinquième étape : Chameyrat près de Tulle en Corrèze avant le retour.

L'aventure prenait forme, mais qui voudrait se lancer dans celle-ci ? Discussion entre nous, la bande de potes.

Enfin de compte Michel, Patrick et moi on se lança dans ce projet, on avait 6 mois pour tout préparer, car on n'était pas équipé. C'était décidé on partirait tous les trois pour le sud, nos premières vacances en autonomie complète.

LES PRÉPARATIFS

Michel et moi nous travaillions déjà en 72 donc aucun problème pour financer ce voyage, mais Patrick plus jeune que nous, était encore étudiant à l'époque, et afin de payer ses billets de train et sa nourriture, il décida de travailler pendant toutes ses vacances scolaires.

Les discussions allaient bon train pour faire l'inventaire du matériel et des fringues que l'on emporterait pour un mois, le choix d'une tente canadienne et des sacs à dos pour transporter tout cela.

La tente canadienne 6 places, on avait vu grand, fut achetée d'occasion à Paris place des Vosges. Les sacs à dos adaptés avec une armature en aluminium ont été achetés neufs au marché aux puces de la Porte de Clignancourt à Paris avec des accessoires pour faire la popote. Fin mai 1972 l'opération grand sud se matérialisait.

On calcula la répartition du matériel de camping et les éléments de la tente que chacun transporterait et ce n'était pas du matériel comme on fait de nos jours, cela avait un certain poids.

Les billets de train furent achetés, on attendait avec impatience le départ, on ne pensait plus qu'à cela !

LE JOUR J

Samedi 29 juillet 1972, fin d'après midi départ, nous avons rejoint en bus et métro la gare d'Austerlitz à Paris, je n'ai aucun souvenir de l'heure de départ, je me rappelle que l'on a voyagé de nuit, mangé des casse-croûtes que l'on avait préparés, arrivée à Gaillac dans le Tarn dimanche 30 juillet au matin.

Nous avons planté notre tente sur le terrain de camping municipal de Gaillac situé derrière le château et bordant le Tarn. Il faisait très chaud, nous étions blanc comme des cachets d'aspirine, gare aux coups de soleil.

La journée du lundi fut consacrée aux ravitaillements et à rendre visite à mes cousines Roseline et Evelyne qui habitaient Gaillac à l'époque.

Terrain de camping de Gaillac

Mardi 1er août nous nous rendîmes en car à Albi, pour visiter la ville et sa cathédrale.

Albi et la cathédrale Sainte Cécile

Mercredi 2 août au matin nous avons visité le village de Cordes et nous sommes rentrés dans le milieu de l'après-midi.

Jeudi 3 août repos visite de Gaillac car vendredi on lèvera le camp pour Carcassonne via Toulouse en train.

Vendredi 4 août arrivée à Carcassonne, le camping municipal était plein comme un œuf, on trouva une petite place pour installer notre tente coincée entre deux toiles, il a fallu que l'on fixe nos tendeurs sur les "sardines" des voisins tellement nous étions à l'étroit, il n'y avait pas un poil d'herbe. Ce n'était pas terrible, on ne s'attardera pas dans ce camping pensions nous déjà !

La journée du samedi fut consacrée à la visite de la ville fortifiée de Carcassonne.

Patrick et Michel la ville fortifiée de Carcassonne au fond

  

Jean-Pierre sur les remparts de Carcassonne

Comme prévu nous décidâmes de partir au plutôt, avant qu'une pluie transforme en bourbier ce terrain de camping sans verdure.

Patrick, Michel et Jean-Pierre face à la gare de Carcassonne

Donc dimanche 6 août en fin de matinée nous prîmes le train en direction de Quillan via Limoux, où nous arrivâmes vers 14 heures. Nous étions dans l'Aude au terme de notre première partie véhiculée. Car la suite de notre itinéraire allait s'effectuer à pied, 60 km entre Quillan et Ax-les-Thermes !

Après être sorti de la gare de Quillan, une chose nous frappa, la ville semblait déserte, il est vrai que l'on était dimanche 14 heures, ceci pouvait expliquer la déshumanisation des rues. Il faisait un soleil de plomb, sous une chaleur accablante nous prîmes la route pour Ax-les-Thermes, via la D79 en passant par Ginoles proche de Quillan pour rattraper la D117 et ensuite la D613.

A Ginoles il y avait une fontaine, nous fîmes le plein de nos gourdes, sage précaution.

Au départ cela allait, mais dès la sortie de Ginoles, à environ 3 km de la gare de Quillan, c'est là que les choses sérieuses commencèrent, nous étions chargés comme des ânes, la pente se faisait plus raide.

Il fallait boire par petites gorgées pour économiser cette eau si précieuse. Nous ne savions pas à quelle distance se trouvait le prochain village. Et obligation de nous arrêter très souvent pour récupérer.

On vient de traverser la ville de Ginoles proche de Quillan.

Avec notre fardeau et cette chape de plomb, cela ne nous a pas facilité la grimpée, arrivé à l'embranchement avec la D613 (col du Portel 601m) nous avions fait 7 km environ et gravit une dénivelée de 300m.

Patrick a commencé à montrer des signes de fatigue. Alors Michel et moi l'avons soulagé d'une petite partie de son sac à dos.

Je me souviens qu'à environ 3 km avant Coudons, la route faisait un virage très serré, cela faisait plus de 2 heures que l'on marchait, il était 16h30, nous étions fatigués. On décida de s'arrêter là, de dormir à la belle étoile et de continuer notre route à la fraîche le lendemain matin.

Le problème c'est que nous n'avions pas emporté de provisions et nos réserves d'eau en avaient pris un coup, Michel se porta volontaire pour rejoindre Coudons pour essayer de trouver de quoi manger pour le soir et faire le plein des gourdes, on avait besoin de reprendre des forces.

Chaleur accablante ce jour là sur la D117 qui n'en finnissait pas de monter !

toutes ces photos ont été prisent  pendant notre calvaire.

Patrick et moi on s'installa avec nos sacs à dos sur le bord de cette D613 pour récupérer, on admirait la vue splendide sur Quillan et Ginoles en contre bas.

Le temps passa, cela faisait une heure que Michel était parti, quand un véhicule break montant vers Coudons s'arrêta à notre hauteur, et le conducteur nous interpella et nous proposa de nous emmener.

Vous pensez bien qu'une telle proposition cela ne se refuse pas et nous acceptâmes son offre. On chargea les trois sacs à dos à l'arrière du break et nous expliquâmes au chauffeur qui était accompagné de son fils, qu'un copain était parti à pied vers Coudons pour chercher du ravitaillement. Pas de problème me répondit celui-ci on s'arrêtera là-bas, sur cette route il y avait un petit bar et que c'est probablement là que l'on retrouverait Michel, nous voilà parti.

Quelques minutes suffirent pour arriver à Coudons,  le chauffeur gara sa voiture sur le bas coté,  la route est en pente, je descendis et courus pour franchir le seuil d'un petit bar situé un peu en contre bas le long de la D613 à la sortie d'un virage,  (la devanture du bar existe toujours en 2008, le propriétaire a pris sa retraite et  y habite encore)  je me souviens que des lanières multicolores pendaient dans l'ouverture de la porte, j'étais à peine entré que j'aperçu Michel attablé dans la salle, il était seul en train de boire un verre d'eau, "Michel vient vite un gars en voiture s'est proposé de nous emmener" lui criais-je, il me regarda les yeux éberlués tout surpris de me voir surgir de nulle part. La patronne du bar lui avait préparée du pain et des boîtes de sardines à l'huile pour confectionner des casse-croûtes et remplie les trois gourdes, il se dépêcha de régler la note et nous nous précipitâmes dehors pour s'engouffrer dans la voiture qui nous attendait.

On avait expliqué au chauffeur notre destination et celui-ci nous proposa de nous déposer sur un terrain de camping gratuit qui n'en était pas vraiment un, mais que l'on pouvait accéder aux sanitaires de l'école maternelle qui jouxtaient le terrain qui restaient ouverts pour l'occasion. On lui dit que c'était très sympa à lui, car il faisait un détour rien que pour nous rendre service, et c'est comme cela que nous avons planté la tente à BELCAIRE vers 18 heures un dimanche 6 août 1972 !

L'endroit était super, à l'ombre de platanes, le "foirail" c'est comme cela que les habitants appelaient ce terrain, le monument aux morts de 1918 trônait au milieu, ainsi qu'une fontaine dans l'angle nord-ouest du lieu. L'endroit était sympa et calme malgré la D613, à l'époque le trafic était relativement faible et je suppose que c'est toujours le cas aujourd'hui (on aura l'occasion de le vérifier puisque 33 ans après notre dernier pèlerinage, on y retourne en août 2008!).

Nous étions contents, nous avions parcouru 30km dans l'après midi, nous étions à mi-distance entre Quillan et Ax-les-Thermes et en avance sur notre programme. Nous étions bien installés, la fatigue avait disparue et pour fêter cela on décida tous les trois d'aller faire un tour dans le village pour voir à quoi ressembler BELCAIRE, un restaurant qui s'appelle d'ailleurs toujours "Bayle" 33 ans après situé sur la D613 traversant le village offrait des repas à des prix abordables.

Pour se remettre de nos efforts et fêter notre endroit idyllique en un clin d'œil on prit la décision de prendre un bon repas ! je me souviendrai toujours du moment où nous avons pénétré dans le resto qui faisait hôtel, tout le monde s'arrêta de parler et nous dévisagea. Vous pensez bien qu'en 1972, les années hippies qui nous collaient à la peau, notre tenue vestimentaire faisait que l'on ne passait pas inaperçu.

La salle du restaurant est située en bas à droite en entrant par le bar, une cheminée orne le lieu, le patron nous installa au milieu de la salle afin de nous avoir à l'œil, le choix du menu fut fait, qu'à peine le plat de charcuterie servi nous lui réservâmes un très bon accueil, la suite du repas fut copieux sous la surveillance constante du patron qui ne nous quittait pas des yeux, dès fois que l'on partirait sans payer. Mais quand la facture fut réglée il arbora un large sourire, il était rassuré. Malheureusement nos finances ne nous permettaient pas de renouveler l'expérience.

Notre restaurant hôtel Bayle à Belcaire sur la D613.

Nous sortîmes du resto repu et détendu à l'idée que nous allions passer une bonne nuit, quand nous croisâmes sur la route du foirail deux filles qui arboraient un grand sourire et qui nous disent bonsoir. Plutôt sympa le coin pensions-nous ! Plus tard nous apprîmes que ces deux filles se prénommaient   Nadine et  Nicole .

-------------------------------------------------

Notre première nuit à BELCAIRE ! Je vous prie de croire que la nuit fût excellente et réparatrice après cette journée harassante avec nos 30kg sur le dos et cette grimpée de Quillan. Au réveil il y avait un magnifique soleil, avec un ciel que l'on ne trouve nul part ailleurs. La preuve en est sur cette photo, qui fut la première photo prise à Belcaire au Foirail.

Michel notre première matinée à Belcaire lundi 7 aout 1972

A l'époque le numérique n'existait pas, dommage ! Toutes les photos de cette période figurant sur le blog ont été scanné.

Première toilette matinale dans l'école maternelle, les sanitaires sont mis à disposition juste en face du foirail. Soit dit en passant, aujourd'hui cela serait impensable because les problèmes de responsabilité de la commune avec les lois nouvelles.

En attendant les copains je réalisais d'autres photos proche du Foirail :

Ancienne scierie près du foirail lundi 7 aout 1972

                         Rue de la promenade en direction de la place de la mairie                             

Belcaire vu de la rue de la Coume de Larène à l'époque c'était un chemin jeudi 10 août 1972

La première résolution de la matinée fut de faire quelques provisions pour les repas de la journée. Je me souviens de l'épicerie située en contre bas, dans le centre du village proche de la mairie. Épicerie tenue par une dame charmante qui avait la gentillesse de nous offrir un paquet de gâteaux à chaque fois que nous venions faire nos courses, raviolis, coucous en boîte, ratatouille, etc... Et oui des conserves, car les ustensiles de cuisine que nous avions emportés étaient réduit à leur plus simple expression : un petit réchaud de camping gaz et trois casseroles emboîtables. Nous nous contentions de faire réchauffer nos repas, et la vaisselle nous l'a faisions à tour de rôle, voilà pour l'intendance.

Nos premières rencontres amicales avec quelques jeunes filles du village se sont passées dans l'après midi du premier jour, lundi 7 août 1972. Elles s'étaient mises un peu à l'écart, et s'approchèrent timidement. La curiosité féminine fit que la conversation s'engagea d'abord avec les deux filles croisées la veille au soir en sortant du resto.

Plus tard nous nous liâmes d'amitié avec Guy le frère de Nadine. Un petit jeune que l'on surnommait Basile de son prénom usuel Henri (pourquoi Basile ? on lui posera la question lors de nos retrouvailles en août 2008) venait souvent nous voir sur notre campement  au foirail, on a sympathisé et nous allions faire des balades dans la région ensemble. Les conversations allaient bon train, et cet accent magnifique, ensoleillé où roule les "r" avec les phrases ponctuées et se terminant très souvent par l'emblématique "con", je te le dis con, tu vas voir con…cela mettait une ambiance chaleureuse. Les deux premiers jours on resta à musarder dans le village, d'autres filles vinrent grossir la bande, les jeunes garçons du village commençaient à faire un peu la "gueule" du fait que l'on s'accaparait toutes leurs copines ! Toutes les filles nous tournaient autour pourquoi ? j'ai appris tout récemment que nous étions et faisions "exotique" par rapport aux garçons du village plutôt "rustique", j'ai trouvé cette comparaison mignonne.

Nous devions rester que quelques jours à Belcaire et continuer notre itinéraire, mais on se sentait tellement bien et en agréable compagnie qu'à chaque fois on retardait notre départ.

Nous avions remarqué, qu'au fur et mesure que la fin de semaine approchait, une certaine excitation chez les filles, et pour cause. Le premier vendredi suivant notre arrivée à Belcaire, donc le 11 août (petit clin d'œil à quelqu'un qui me comprendra), dans la conversation on apprend qu'il y avait des bals populaires chaque vendredi, samedi et dimanche dans différents villages de la région et que l'ambiance y était champêtre (et c'est toujours le cas actuellement). Aussitôt que l'on nous parle musique, vous pensez bien que pour les trois hippies que nous étions, on était partant.

Le problème est qu'il fallait trouver quelqu'un pour nous véhiculer, eh oui nous étions à pied. Guy se proposa de nous emmener. Et c'est comme cela que commencèrent les amourettes de la bande. Je ne vous parlerai pas des bagarres magistrales lors de ces festivités, c'était quelque chose !

Par la suite nos journées furent ponctuées de balades à pied avec quelques filles autour de Belcaire, où il y a des coins sauvages et magnifiques comme sur les hauteurs vers la forêt domaniale de Niave.

   

Vues de Belcaire en montant au plateau de Niave 1316 m jeudi 10 août 1972

Vue sur le fameux plateau de Niave  altitude 1316 m jeudi 10 août 1972

Belcaire qui ne devait être qu'un village étape sur notre itinéraire, cet endroit magique bouleversa notre programme de marche. Nous sommes tombés en amour comme disent les canadiens. Amoureux dans tous les sens du terme. Arrivé le dimanche 6 août en fin d'après midi, quinze jours se sont écoulés sereinement, ponctués de rencontres, de balades, de discussions et d'après midi farnientes au foirail comme on les aiment quand on est en vacances.

Pour l'anecdote un jour, Patrick roulant en vélo sans frein le long de la D613, se fit arrêter par les gendarmes. Un autre jour, un petit chien déambulait sur le foirail avec un réchaud camping gaz accroché à son collier, Patrick l'attrapa et le libéra de ce fardeau qui affolait la bête, quand les propriétaires d'une tente voisine venant de rentrer aperçurent Patrick avec l'objet à la main, ils n'écoutèrent pas ses explications et allèrent illico à la gendarmerie pour leur signaler une soi-disant tentative de vol. Cette histoire me valut une convocation à la gendarmerie. Après leur avoir donné des explications qui disculpèrent Patrick, tout rentra dans l'ordre.

Le jour du départ approchait. Le dimanche 20 août il faisait super beau, j'en profitais pour prendre des photos à "la croix" avec les filles présentent, Guy et Basile, et j'avais bien fait, car ces photos 36 ans après témoignent des bons moments passés là-bas.

  

Toutes ces photos sont visibles dans le module ALBUM PHOTOS du menu à gauche.

Après quinze jours fantastiques de vacances, le terme n'est pas trop fort car avec le recul, cela valait un voyage au bout du monde.

Il fallait se décider à partir, lundi 21 août en fin de matinée, après une dernière photo en compagnie de Suzanne, Basile, Marithé et Lynda, nous prîmes la route pour Ax-les-Thermes.

    

Je n'ai pas le souvenir de ces adieux, sauf pour Michel, qui se rappelle que nous nous sommes donnés rendez-vous avec les copines et Basile au niveau de l'hôtel restaurant Bayle sur la D613 en attente de prendre le car pour Ax-les-Thermes. Et oui, nous étions obligé d'accélérer, ce que nous avions prévu de faire à pied, nous le ferons en car, afin de rattraper un peu notre plan de marche. L'attente ne fut pas longue, car un véhicule citroën GS de couleur blanche s'arrêta et le chauffeur nous proposa de nous enmener à Ax-les-Thermes. Décidément !! Le chauffeur n'était autre que le campeur que nous avions aidé à monter sa tente familiale quelques jours au-paravant. Quand nous avons chargé nos sacs à dos dans le coffre de la GS, les copines pleuraient. Nous sommes partis, et au bout de deux ou trois kilomètres Michel s'aperçut, qu'il avait oublié son chapeau. Il ne souhaitait pas le récupérer. Le conducteur a insisté pour retourner à Belcaire. Je ne vous dis pas l'étonnement du groupe en voyant Michel descendre du véhicule. Les larmes étaient toujours présentes. Il prit son chapeau, nous nous sommes redits au revoir et nouveau départ pour Ax-les-Thermes. A la terrasse d'un café Michel finit par oublier son fameux chapeau ...... sûrement l'émotion de repartir.

Dernière photo de l'avenue face à la gare d'Ax-les-Thermes. Nous étions triste de partir.

Mais nous savions qu'il s'était passé quelque chose qui ne laisserait pas indifférent. Et pour preuve, j'y suis retourné avec d'autres copains en 1974 et 1975.....Trente trois ans se sont écoulés sans nouvelle et trente trois ans après l'émotion est encore présente... AOUT 2008 sera un grand moment de retrouvailles, je l'espère car l'intelligence de l'esprit n'a pas rallier l'intelligence du coeur pour une fille en particulier, je vous raconterai ces retrouvailles dans un prochain article.

Revenons au lundi 21 août 1972 direction la Corrèze via Tulle pour planter notre tente à Chameyrat près d'un ancien moulin à eau appartenant à monsieur et madame Dupuy.

 

C'est sur la base de cette aventure que ce site va grandir au fil des pages et s'orienter vers la promotion de cette belle région : L'AUDE .

A suivre…….

 --------------------------------------

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessous.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact : 

  jp@belcaire-pyrenees.com 

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

Julie logo aout 2011 500x330

 

RETOUR A LA PAGINATION DU SITE 

 

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans Le début de l'aventure