Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.belcaire-pyrenees.com
  •  www.belcaire-pyrenees.com
  • : BELCAIRE capitale du Pays de Sault en Languedoc Roussillon. Au départ j'ai réalisé ce site pour partager les retrouvailles 33 ans après, de 17 copines, dans cette région authentique préservée en territoire cathare au pied des Pyrénées. Mais je me suis aperçu que l'Aude n'était pas assez mise en valeur, alors amoureux de cette région et la passion étant là, j'ai réalisé des reportages pour vous présenter ce département aux lieux chargés d'histoire. Ce site a pour but surtout de vous faire découvrir cette région authentique, plein de charme qu'il faut aller visiter.
  • Contact

ANNONCES-MESSAGES-ACTUALITÉS

Ils veulent vous informer !

Pour découvrir les annonces

  cliquez sur la photo

Photo pour les annonces 02

Faites Une Recherche Sur Ce Site

LIENS UTILES

En cliquant sur l'une des images ci-dessous :

1 - vous pouvez écouter Radio Montaillou en direct

 

logo 01cliquez sur le logo RADIO MONTAILLOU ci-dessus pour écouter la Radio en direct
(en cliquant sur leur site en haut à droite)
pendant que vous consultez les pages du site
 

 

 

Pour suivre la progession et connaître la position des ours dans les Pyrénées
téléphonez au 05.62.00.81.10
 
Vous pouvez m'écrire
CLIQUEZ SUR LE PETIT CHIEN ROMÉO POUR ME CONTACTER
 
 
LIVRE D'OR
cliquez sur la photo pour déposées vos marques de sympathie et pour les visionner

Gîtes dans une ancienne école place du village de Comus, village situé
sur le tracé de l'emblématique Sentier Cathare et à proximité des gorges de la Frau et de Montségur
 
Locations gîtes et chambres d'hôtes à Ignaux dans les montagnes des Pyrénées
en Haute-Ariège près d'Ax-les-Thermes
 
Hôtel Restaurant Bayle ** à Belcaire

 

Sites d'Ami(e)s

Les Amis du Sabarthez de Pierre Cortinas

 

Pour le développement du tourisme au Pays de Sault :

     l'Association le Grand Sault

 

on y trouve des renseignements intéressants sur ce site :

     Chambre d'Agriculture de l'Aude

 

Logo réduit office du tourisme du pays de sault

Office du Tourisme du Pays de Sault

Chemin départemental 613

11340 ROQUEFEUIL

Tél : 04.68.20.75.89

 

Retour à la page d'accueil

LES LIVRES CONSEILLÉS

Nouvelle Rubrique pour découvrir

des livres intéressants

cliquez sur la photo

livres conseillés

MESSAGE

27 novembre 2012
bandeau-actu.jpg mur d'escalde en salle 04

Voilà ce que vous allez bientôt voir et pouvoir pratiquer à Belcaire, de l'escalade sécurisé en salle !!

 

BELCAIRE, une salle d'escalade nationale au pays de Sault est entrain de naître... les travaux sont bien avancés.

Cataclysme et Révolution (1789 ... 2012) à Belcaire Pays de Sault ! L'escalade, un loisir uniquement pour ceux qui n'ont pas le vertige. Belcaire disposera bientôt d'une salle nationale d'escalade !

Comme tout à chacun, je me suis posé la question : "Pourquoi construire une salle dédiée à l'escalade à Belcaire, alors qu'il a des montagnes tout autour et, pourquoi ne pas avoir réalisé un gymnase multi-sports tout simplement ?". Je n'ai pas interviewé monsieur le maire, Emmanuel Bresson sur ce choix particulier, mais il peut toujours laisser un commentaire à la suite de cet article qu'il lira j'en suis persuadé ; il sait qu'il peut intervenir comme tous les internautes sur ce site où l'expression est libre !

Peuvent aussi témoigner ceux qui pratiquent cette activité partout en France et dans le monde. Leurs témoignages sur ce que leur apporte la pratique de ce sport particulier, peut être intéressants pour ceux qui hésitent.

Il est vrai qu'en cherchant un peu de la documentation sur ce sujet, on s'aperçoit que les salles d'escalade ont le vent en poupe, une étonnante progression ce fait partout en Europe mais surtout en France ! Comme tout nouveau sport, un  marché d'équipements spécifiques à vu le jour et c'est développé autour de la grimpette.

  Belcaire carte mur d'escalade

Vous ne pouvez pas la rater, la salle d'escalade se situe côté Est de Belcaire à l'entrée du village près de la gendarmerie

Belcaire vue aerienne

Une vue aérienne vous montrant la zone des travaux en rouge

Belcaire salle d'escalade P1

En arrivant à Belcaire sur votre gauche : la salle d'escalade nationale

Belcaire salle d'escalade P2

La plupart des photos ont été prises entre fin septembre et fin octobre 2012, les travaux avancent, j'en profite pour remercier Paul et Henri pour leurs clichés.

 

Si le projet est passé jusqu'à présent un peu inaperçu, il y a peut-être une raison : les habituels financeurs de ce type d'équipements, forcément prolixes sur leurs réalisations, ce que l'on peut comprendre, sont en effet absents du "tour de table" qui a permis de rassembler les 870 000 € nécessaires.

 

"Sectarisme politique"

"Une absence qui n'a pour seule explication que le sectarisme politique puisque les audits qui avaient été réalisés sur ce projet étaient favorables", regrette M. Bresson. Point de Conseil régional et de Conseil général de l'Aude, donc, mais en revanche un autofinancement de la commune de Belcaire (312 000 €), une aide de l'État de 200 000 €, une autre de la Fédération française de la montagne et de l'escalade (10 000 €) et surtout, chose assez rare pour des projets locaux, une forte participation de l'Europe via le Feder (Fonds européen de développement et d'équipement rural), qui se monte à 348 000 €.

Belcaire salle d'escalade 14

Les travaux avancent, photos prisent en octobre, la pose de la toiture est prévue en novembre.

Belcaire salle d'escalade 15

 

Belcaire salle d'escalade 13

 

Belcaire salle d'escalade 27  Belcaire salle d'escalade 5

Voici quelques photos de la structure bois de la future salle d'escalade

Belcaire salle d'escalade 8

 

Belcaire salle d'escalade 10  Belcaire salle d'escalade 11

Cliquez sur la photo pour agrandir

Belcaire salle d'escalade P6

Les travaux seront-ils terminés  à temps ?

Les travaux ont commencé en septembre 2012, la future salle d'escalade verra le jour en janvier 2013, celle-ci ayant pris un peu de retard suite à des problèmes techniques.

A ce jour, vingt compétitions de niveaux départementales, régionales et nationales y sont déjà programmées. À cette date, il est déjà prévu qu'elle accueille des compétitions (l'open de France d'escalade sur bloc et compétitions interrégionales), des formations (brevets d'Etat pour tout le grand Sud de la France), ainsi que de la pratique "loisir" de ce sport en plein développement.

Cette salle doit accueillir dés 2013 le Championnat régional difficulté et vitesse Languedoc Roussillon 2013, date de cette compétition les 26 et 27 janvier 2013. Cette épreuve compte pour le classement national pour les catégories officielles (Minime/Cadet/Junior/Senior/Vétéran).

La salle d'escalade proposera une activité sportive praticable toute l'année, ouverte aux grimpeurs confirmés grâce aux prestations (difficultés, blocs et vitesse) qu'à l'initiation des locaux et de la clientèle touristique, sans oublier les scolaires.

Plusieurs milliers de grimpeurs seront attendus chaque année, ce qui créera une véritable dynamique au sein du canton et des professionnels touristiques.

 

Entres parenthèses " cela va peut être booster l'aménagement de la D613 qui en a bien besoin, et surtout les cheminements piétons qui sont inexistants ! Comme on peut le voir sur la photo ci-après"

Belcaire salle d'escalade 20

Aménagements de la D613 à prévoir, pour la sécurité des jeunes qui iront dans cette salle d'escalade située en bordure de la D613 reliant Ax-les-Thermes à Quillan !

Belcaire salle d'escalade 2

 

Belcaire salle d'escalade 3bis

 

Belcaire salle d'escalade 4

 

Belcaire salle d'escalade P4  Belcaire salle d'escalade P5

Cliquez sur la photo pour agrandir

Belcaire salle d'escalade P6

Octobre 2012, la structure bois est en place

"Attirer sur Belcaire et la Haute-Vallée de l'Aude des milliers de pratiquants venant de toute la France et de toute l'Europe" : tel est l'objectif avoué du maire de Belcaire, Emmanuel Bresson, qui est sur le point de doter sa commune d'un équipement unique en Languedoc-Roussillon : une salle d'escalade.

Ce bâtiment sera éco-conçu.

"Ce projet, qui me tient particulièrement à coeur, constitue à mon sens un vrai événement pour la Haute-Vallée de l'Aude en terme de diversification de l'offre touristique", souligne Emmanuel Bresson, qui précise que le bâtiment sera "totalement éco-conçu".

Pour rester dans une volonté municipale tournée vers les énergies d'avenir, le bâtiment sera 100 % écologique, avec une structure bois, la chaudière municipale "bois énergie" à copeaux de bois alimentera la salle et elle sera coiffée d'une toiture photovoltaïque.

 

Pourquoi l'escalade en salle ? Voici ce qu'en disent les adeptes à ce sport :

L'escalade intérieure est une autre façon d'apprécier ce sport, c'est une activité récréative qui peut convenir à ceux qui cherchent une alternative à la routine de leur conditionnement physique, ou tout simplement l'expérience de l'escalade. En général, l'escalade comme sport a de nombreux avantages tant pour les débutants et les grimpeurs expérimentés. Certains choisissent même ces gymnases d'escalade pour faciliter les activités dynamique de groupe, et développer le leadership et le développement personnel.

mur d'escalde en salle par C. Bernard

Question : "Qui peut pratiquer l’escalade en salle et quel est le matériel nécessaire ?"

L’escalade en salle est une discipline facilement accessible à tout le monde, quel que soit l’âge et le sexe. C’est une pratique qui fait intervenir l’ensemble des muscles du corps, elle exige donc un minimum de souplesse et de force surtout dans les membres supérieurs. L'escalade est une activité sportive qui travaille en même temps sur le corps et l’esprit. Il détend les muscles et aide à évacuer le stress.

Le matériel nécessaire à sa pratique, est généralement disponible en location sur place, vous pouvez également les acheter dans un magasin spécialisé, si vous en avez les moyens. Pour ce qui est de votre tenue, optez pour des vêtements confortables non encombrants, où vous serez à l’aise dans vos mouvements. L’équipement de base indispensable à l’escalade en salle se compose de baudrier, de chaussons, de corde, de dégaine, de frein et d’un sac de pof.

mur d'escalde en salle 05

L'escalade en salle est-elle risquée?

C'est un sport de plus en plus populaire, elle est maintenant largement accessible au grand public et se pratique dans un environnement globalement sécurisant.

Il faut se rendre à l'évidence, l'escalade en salle est un sport dangereux s'il n'est pas pratiqué avec un minimum de compétence.

 La pratique de l’escalade en salle permet de maîtriser pleinement les risques liés à l’activité, les installations sont spécifiquement adaptées et régulièrement contrôlées en fonction des normes en vigueur. Dans ces salles d'escalade, le personnel d’accueil doit veiller au bon respect des règles de sécurité et des techniques d’assurage. Ceci dit, la vigilance de chacun doit être mobilisée…

mur d'escalde en salle 02 par C. Bernard

 

mur d'escalde en salle 03

Ce n'est pas qu'un sport de garçon !

mur d'escalde en salle par Cyril Breton

Situation délicate, ne pas perdre son sang-froid, faire les bons choix, j'en ai les jambes qui tremblent pour elle !

Maquette de la salle d'escalade de Belcaire

Voilà à quoi va ressembler la future salle d'escalade nationale de Belcaire

La salle sera implantée face à la gendarmerie, à l'entrée du village de Belcaire.  © Architecte Olivier Léonard

Belcaire salle d'escalade 16   Belcaire salle d'escalade 17

Je vous propose toute une série de photos prisent du chantier en cours, vous pouvez cliquez sur les photos pour les agrandir si vous le désirez

Belcaire salle d'escalade 18   Belcaire salle d'escalade 19

 

Belcaire salle d'escalade 21   Belcaire salle d'escalade 22

 

Belcaire salle d'escalade 23   Belcaire salle d'escalade 24

 

Belcaire salle d'escalade 9   Belcaire salle d'escalade 25

 

Belcaire salle d'escalade 6   Belcaire salle d'escalade 7

 

Belcaire salle d'escalade 26   Belcaire salle d'escalade 12

 

Belcaire salle d'escalade P3

Prochainement, je pourrais vous montrer des photos de cette salle d'escalade complètement terminé  .... avis aux photographes de Belcaire. Affaire à suivre donc ...

Consultez le sommaire n°3 pour voir la suite et l'inauguration de la salle d'escalade !

 

Ainsi se termine ce reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

  Julie logo aout 2011 500x330

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans LA PORTE DE L'ACTUALITÉ
commenter cet article
17 novembre 2012
bandeau-HISTOIRE-04.jpg Bandeau Mirepoix 01

 

Voici la troisième et dernière partie de l'histoire de Mirepoix et ses châteaux environnants : de Terride et de Lagarde, que vous attendez tous ... et merci encore à tous ceux qui m'ont autorisé à publier leurs photos afin de documenter ce reportage qui permettra de faire connaître ce château méconnu qui vaut un petit détour ... la preuve en image.

 

chateau de Lagarde 05 par Franc Bardou

Voici l'histoire de ce château de LAGARDE en pays d'Olmes, au charme envoûtant ...

 

Les habitants ont longtemps surnommé ce château de Lagarde "le petit Versailles" ou "le Versailles du Languedoc". Avant son abandon, ce château était la propriété de la famille de Lévis, c'était une belle forteresse romantique avec une architecture du moyen âge gothique. Aujourd'hui, il ne reste qu'une vaste nef de pierre, abandonnée, rompue en maints endroits. Les murs du château sont déchiquetés, lambrissés, lapidaires comme s'il y avait eu un bombardement et par endroit couvert d'un fouillis de plantes grimpantes. Ces vestiges paraissent irréels, comme préparées pour le tournage d'un film avec un scénario dont le lieu est hanté ou d'horreur.

Lagarde n'est peut-être plus, aujourd'hui, que l'ombre de ses fastes passés, il n'en reste pas moins comme l'un des plus beaux exemples, encore trop méconnus, de l'évolution de l'architecture française en matière de château fort, depuis le moyen âge jusqu'à l'âge classique.

chateau de Lagarde 44 carte

Une carte utile pour vous situer le château de Lagarde par rapport à Mirepoix et Chalabre au Sud-Est

chateau de Lagarde 42 vue aerienne

Une vue aérienne du château de Lagarde proche de son village du même nom.

Un travail considérable de défrichement a été réalisé pour dégager la végétation qui avait repri ses droits depuis de nombreuses années.

Vous verrez la différence avec des photos ci-après ..

chateau de Lagarde 43 vue aerienneZoom sur cette vue aérienne, l'entrée du château étant orientée Sud-Ouest

chateau de Lagarde 47

Le site du château de Lagarde tel qu'il était avant l'énorme travail de défrichement

chateau de Lagarde 48Ces photos sont intéressantes pour faire le constat par rapport à son aspect rendu actuellement

Bâti sur une petite butte surplombant la vallée de l'Hers, à six kilomètres à vol d'oiseau au Sud-Est de Mirepoix (voir la carte dans la première partie de ce reportage), le château de Lagarde est fait mention pour la première fois au Xème siècle. La  première construction consistera en une tour rectangulaire avec, flanqué à l'angle sud, d'une tour porte , avec pour toutes défenses un assommoir et une herse, cette édification sera terminée au XIème siècle. La partie la plus ancienne du château forme donc un rectangle de cinquante deux mètres sur quarante cinq mètres

chateau de Lagarde 02 par Franc Bardou

Panorama du castel de Lagarde photographié côté Nord Ouest

chateau de Lagarde 22b par tony houston

La façade Nord-Est du château de Lagarde

chateau de Lagarde 19 la tour ouest par Marc Lacelle  chateau de Lagarde 20 par Marc Lacelle

Comme un grand vaisseau échoué sur une crête, le château de Lagarde est démantelé depuis la Révolution qui le décréta carrière de pierre.

C'est un lieu où il est agréable de s'y promener  tout en admirant l'histoire (cliquez sur les photos pour agrandir)

chateau de Lagarde 04 par Dominic Mathieu

Les ruines du château de Lagarde émergeant au-dessus des toitures du village côté Sud-Ouest

chateau de Lagarde 01 par Dominic Mathieu

Une vue des ruines du château de Lagarde côté angle Nord.

Le château de Lagarde, aux ruines toujours imposantes. La puissante famille de Lévis-Mirepoix l'occupa pendant plus de cinq siècles, avant son abandon progressif à la suite de la Révolution.

chateau de Lagarde 03 par Dominic Mathieu

On aperçoit sur cette photo, tout en haut de cette tour carrée, les moellons en pierre en saillie qui supportaient les hourds

chateau de Lagarde 07 par Franc Bardou  chateau de Lagarde 08 par Franc Bardou

A gauche l'accès au château de Lagarde. A droite, un pan de logis qui tient encore miraculeusement (cliquez sur les photos pour agrandir)

chateau de Lagarde 11 par Franc Bardou

La tour carrée Sud-Est côté porte d'entrée

chateau de Lagarde 12 par Franc Bardou

Les vestiges de la tour ronde d'escalier dans l'enceinte intérieure

chateau de Lagarde 14 par Marc Lacelle

La façade principale de château de Lagarde puisqu'il s'agit de l'entrée

chateau de Lagarde 15 par Marc Lacelle

Gros plan sur la porte d'entrée du château de Lagarde

chateau de Lagarde 13 par Panpyren09 En avant du pont d'accès qui mène à l'unique entrée au château

Au XIIème siècle, quatre tours carrées, une poterne rectangulaire et des remparts avec des archères  à étriers en partie basse et des mâchicoulis et crénelage au sommet des murs viendront compléter l'ensemble. Ce château a d'abord appartenu au seigneur de Lordat (un reportage sur le château de Lordat à voir ICI) qui la tenait du roi d'Aragon, puis aux comtes de Foix, avant que le château ne passe dans la famille de Lévis-Mirepoix, après la croisade contre les Albigeois. Au début, comme décrit ci-dessus, cette résidence était relativement modeste, après 1212 année de donation de Simon de Montfort à Gui 1er de Lévis, c'est  François de Lévis avec sa femme Elipse ou Elix de Lautrec, le petit fils du croisé Gui de Lévis qui va agrandir et embellir le château vers 1330 comme en témoigne une inscription trouvée dans les ruines, actuellement déposée au château de Léran. François appartenait à la branche cadette de la famille des Lévis, les Lagarde-Montségur. Or, peu après, dans la seconde moitié du XIVème siècle, par la suite d'un mariage entre cousins, la branche aînée de la famille délaisse leur résidence principale, le château de Terride près de Mirepoix, pour celui de Lagarde.

chateau de Lagarde 45b plan

Voici un modeste croquis montrant la configuration du castel avec les parties ruinées (en orange) encore debout

chateau de Lagarde 49Blason des Lévis sur le mur du château, en haut, il est écrit "En l'année 1649 dame Louise de Roquelaure veuve a messire Alexandre de Lévis a faict batir cette tour et les murailles i oignates"

Donc au XIVème siècle, l'édifice va subir d'importantes modifications comme : la construction d'un corps de bâtiment derrière chaque façade avec une surélévation des toitures, création d'un pont-levis bastionnée, réalisation d'une belle porte d'entrée et créations d'ouvertures du logis.

Chaque siècle apportera ensuite  des modifications. Transformé au XVIème siècle, le castel devint une belle demeure de la Renaissance, avec Jean V de Lévis qui fit construire les bâtiments annexes dans la cour intérieure, ainsi que la construction en 1526 d'une tour d'escalier de forme ronde qui n'est pas sans similitudes avec celle du château de Blois, escalier à vis suspendue avec voûte gothique flamboyant  avec une rosace de pierre portant le blason de la famille, oeuvre de Jean Moyen. Cet escalier nécessita dix mois de travaux, il possède une rampe d'escalier en fer forgé conçue par Martin Chalandre, serrurier à Mirepoix (1529) et Gabriel Blanc.

Une chapelle aux magnifiques voûtes gothiques flamboyantes sera aussi construite pendant cette période l'entrée débouchait directement sur la tour d'escalier. C'est à cette époque également, que le château est doublé par des murs et des voûtes, un nouveau fossé est créé avec quatre bastions semi-circulaires aux angles, reliés entre eux par des courtines souterraines. C'est lui aussi qui ajoutera à la façade Nord une vaste écurie voûtée accessible de l'extérieur par une passerelle indépendante et qui adapta la défense du château aux armes à feu comme la construction des ouvrages semi-circulaires avancés et un large fossé.

Au XVIIème siècle d'autres modifications sont entreprises, des statues monumentales apparaissent sur les bastions et la tour d'escalier, création d'une grande esplanade ceinturée de fortifications au Sud-Est, remplacement du pont-levis par un pont de pierre avec un portail monumental, construction d'une rampe d'accès carrossable partant du village.

chateau de Lagarde 17b les tours nord et ouest par Marc Lac

La tour Nord face à vous et à droite au fond, la tour Ouest

chateau de Lagarde 18 la tour nord par Marc Lacelle

zoom sur cette tour Nord

chateau de Lagarde 23 par Surikatka

Au premier plan la tour Est et les courtines Est (une courtine est la muraille reliant deux tours dans l'architecture militaire bastionnée)

chateau de Lagarde 16 la tour Est par Marc Lacelle

Ici, on se situe proche de la tour Est

chateau de Lagarde 10 par Franc BardouLa face Sud-Est côté entrée du château chateau de Lagarde 46Le château de Lagarde éclairé de nuit

chateau de Lagarde 35 par cojjack

Nous sommes ici à l'intérieur de l'enceinte du château de Lagarde, un déblaiement important reste à faire

A la fin du XVIIème siècle, le château de Lagarde s'était transformé en palais, sous l'impulsion de la veuve d'Alexandre de Lévis mort en 1637 aux champs de bataille, Louise de Roquelaure, qui fit du château "un petit Versailles".

Louis XIV ironisait d'ailleurs en évoquant Lagarde comme place forte sur les marches de l'Espagne et on lui prête cette réflexion sur la forteresse : "J'ai Lagarde, je peux dormir tranquille du côté de l'Espagne."

En 1772, le marquis Louis Marie François Gaston de Lévis remit diverses pièces au goût du jour et fit élargir les fenêtres.

Le château possédait des jardins à la française sur 15 ha. Après trente ans de travaux sous l'égide de Louise de Roquelaure, Lagarde était devenu le plus vaste château de Midi-Pyrénées.

Enfin au XVIIIème siècle, d'ultimes retouches enlevèrent au bâtiment ses derniers éléments fortifiés. Lagarde fut un chantier perpétuel pendant plusieurs siècles ...

Pendant la Révolution, Lagarde fut abandonné par son propriétaire de l'époque, Gaston de Lévis, qui, émigré, mourut à Venise.

chateau de Lagarde 06 par Franc Bardou  chateau de Lagarde 39

Photo de gauche, il reste de nombreuses galeries latérales à dégager (cliquez sur les photos pour agrandir)

chateau de Lagarde 24 par Surikatka

Surikatka nous propose une série de clichés intéressant de prospection des ruines vues de l'intérieur de l'enceinte.

La belle tour escalier à moitié éventrée du haut en bas montre certains détails du commencement du XVIème siècle ainsi que les galeries établies autour de la cour intérieure sont due à Jean de Lévis sénéchal de Carcassonne et frère de Philippe de Lévis évêque de Mirepoix.

chateau de Lagarde 36 voute en étoile par cojjack

L'intérieur de la magnifique tour d'escalier avec sa voûte en étoile

chateau de Lagarde 25 par Surikatka

Autre angle de vue de la tour d'escalier encore debout

chateau de Lagarde 26 par Surikatka

Il reste d'énormes travaux de consolidation et de conservation à réaliser, il y a eu un défrichement important car la végétation avait tout envahie.

Je ne sais pas, si des fouilles systématiques ont eu lieu dans l'enceinte du château et sa périphérie ?

chateau de Lagarde 27 par Surikatka

Les tours d'angle et les courtines appartiennent à l'époque où le château fut construit par François de Lévis et son épouse Elix de Lautrec au XIVème siècle

chateau de Lagarde 28 par Surikatka

La porte principale de château de Lagarde

chateau de Lagarde 29 par Surikatka

Entrée du château et la tour logis Sud-Est à droite

chateau de Lagarde 30 par Surikatka

Les courtines aussi ont été éventrée pour accéder aux galeries faisant le tour de la cour intérieure

chateau de Lagarde 31 par Surikatka

L'angle Sud-Ouest du château de Lagarde

chateau de Lagarde 32 par Surikatka

Encore un autre cliché de la porte d'accès au château

chateau de Lagarde 33 par Surikatka

La tour Sud-Ouest

chateau de Lagarde 34 par SurikatkaL'angle et la tour Nord

Confisqué à la Révolution comme bien National, il fut pillé, on commença à le démolir afin d'en récupérer les pierres.

La démolition du château est demandée par arrêté du 10 floréal  An II (29 avril 1794) mais elle ne sera pas réalisée.

L'ensemble sera vendu à un carrier et par la suite le maire en fit un dépôt d'armes puis une fabrique de salpêtre.

Les ruines furent rachetées par la famille de Lévis en octobre 1805, puis cédées en 1850 au maire de Mirepoix, le sénateur Jean-Baptiste Vigarosy (1822-1890) qui les revendis aux Lévis qui en restèrent propriétaire jusqu'en 1986.

Le site fut classé aux Monuments Historiques en 1889 ce qui n'empêcha pas sa dégradation jusqu'à la fin du XXème siècle.

chateau de Lagarde 37 les douves par cojjack

Le fossé de défense Sud-Ouest

chateau de Lagarde 38 coté sud par cojjack

La façade Sud-Est du château de Lagarde

chateau de Lagarde 40 par Roland Courtin

La partie Sud-Ouest du castel

chateau de Lagarde 41 par Roland Courtin

Autre photo sous un éclairage différent de la tour Nord

En 1986, un pan entier de la tour Sud-Ouest fut détruit par des pilleurs pour dérober les pierres des fenêtres  et des cheminées monumentales.

En l'an 2001 l'association Cathy-Yannick a reçu en concession la propriété du château pour une durée de dix sept ans, afin de mener à bien des travaux de restauration mais ce contrat a été rompu par le tribunal de Foix pour des problèmes de gestion. Une autre association non déclarée, sans capacité juridique voit le jour, "le Comité de Défense du Château de Lagarde" met en place en 2006 un jardin médiéval et ouvre le site aux visites. Après un débroussaillage et le dégagement des ruines, un mur de quarante mètres a été relevé, le gros œuvre du bâtiment ainsi qu'un pigeonnier restauré. En même temps l'association a remis en état les salles voûtées du rez-de-chaussée.

A partir de 2007, une nouvelle association, "Château de Lagarde au fil des siècles" se crée avec pour objectif de poursuivre la restauration.

Il y a donc deux associations existentielles actuellement sur site, ce qui est caution à polémiques et guerres de tranchées, les journaux en parlent régulièrement .

chateau de Lagarde 09 par Franc BardouPanorama de l'angle Nord du château de Lagarde

chateau de Lagarde 21 vu du chateau par Marc Lacelle

Le village de Lagarde prise de son château et la chaîne pyrénéenne au fond

chateau de Lagarde 50 image de synthèse par l'archéologue

Une reconstition du château de Lagarde tel qu'il était à l'époque de sa plendeur au XVIIIème siècle, image de synthèse réalisée par l'archéologue Michel Sabatier

Sa visite est une très belle leçon d'histoire d'architecture militaire, puis d'architecture d'apparat. Il est dommage que ce "Versailles ariègeois", en retrait  des principales routes touristiques, n'attire pas plus la curiosité des touristes. Il vaut pourtant le déplacement .... car l'endroit est magique.

chateau de Lagarde autrefois 02

Voici deux gravures du château de Lagarde au XVIIème siècle, ces gravures étaient en possession du sénateur Jean-Baptiste Vigarosy

chateau de Lagarde autrefois

 

Mirepoix ancien 03 en 1905

Les ruines du château de Lagarde en 1905

Mirepoix ancien 09 en 1905

En voici une autre identique mais plus nette

Mirepoix ancien 33 en 1905Photo de 1905, montrant l'équipage d'une chasse dans l'Orne forêt de Bellême, du comte de Lévis-Mirepoix

A bientôt pour de nouvelles aventures et découvertes ...

 

Ainsi se termine ce troisième reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

  Julie logo aout 2011 500x330

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans HISTOIRE
commenter cet article
6 novembre 2012
bandeau-HISTOIRE-04.jpgBandeau Mirepoix 01

 

Voici la seconde partie de l'histoire de Mirepoix et ses châteaux environnants : de Terride et de Lagarde, que vous attendez tous ...

 

Mirepoix 28

Panorama de la halle de Mirepoix

Après 1289, la ville connut un essor économique sans précédent. Le 6 mai 1298, Jean Ier de Lévis et sa femme Constance de Foix posaient la première pierre de la nouvelle église.

église de mirepoix extampe de Dauzats Adrien (1804-1868)

Cathédrale de Mirepoix, estampe de Dauzats Adrien (né à Bordeaux le 16 juillet 1804 et mort à Paris le 18 février 1868)

Mirepoix devint progressivement la capitale d'un diocèse le 26 septembre 1317, sous le pontificat de Jean XXII, et un Lévis dotait sa cathédrale. Une lettre du roi Charles IV, datée du mois de mai 1322, dit que : "Jean de Lévis, seigneur de Mirepoix, majeur de vingt ans et mineur de vingt-cinq, faisant attention que le pape Jean XXII avait érigé la paroisse de Saint-Maurice de Mirepoix en cathédrale, et voulant faire hommage au seigneur de Jean de Lévis, de bonne mémoire, à son père et à sa famille, il donne à Raymond, premier évêque, et au chapitre de cette nouvelle cathédrale certains biens, en amortit quelques autres, ainsi que plusieurs maisons, pour la fondation de cette cathédrale, ainsi que milles livres tournois qu'il lui avait données."

Le 21 décembre 1321, Jean II de Lévis cédait à l'évêque et au chapitre de son église tous les terrains nécessaires pour construire la maison de l'évêque et celle des chanoines, le cloître, l'officialité et le "précentou". L'archevêque Pierre de Lapérarède allait transformer l'église en cathédrale à partir de 1343.

Mazères Château des évêques de Mirepoix (côté nord)

Le château des évêques de Mirepoix à Mazères (côté nord) en 1905

En 1388, Roger Bernard de Lévis, eut de grands démêlés avec son fils, Jean de Lévis, qui porta l'oubli des devoirs jusqu'à l'arrêter et fait prisonnier dans Mirepoix. Le père, outragé, le déshérita, et les biens de cette puissance famille allaient devenir le partage d'une branche cadette, mais par la suite, le testament de Roger Bernard fut annulé, et cette seigneurie demeura aux aînés.

En 1399, le baron de Mirepoix, Roger Bernard de Lévis, et le roi de France Charles VI, partagèrent les droits de haute et basse justice sur la ville, le château et la seigneurie. Roger Bernard eut trois milles livres d'or avec la possession viagère de Pennautiers et de Ville-Sicle.

Mirepoix 07

La place des Couverts entourée de galeries couvertes en bois est un lieu d'échanges, de rencontres et de détente.

Cette place sert d'écrin à de nombreuses manifestations, notamment celle de la fête médiévale.

Mirepoix 08

La mairie de Mirepoix, initialement installé sous le grand couvert, l'hôtel de ville a été déplacé en 1806, dans cette maison appartenant autrefois à monsieur François Rabinel de Calzan, receveur des tailles.

Mirepoix 15

L'enseigne originale de la mairie de Mirepoix.

Mirepoix 12

Sur cette place des Couverts reçoit chaque lundi et jeudi un marché de qualité très prisé.

Mirepoix 13

Quand vous vous promènerez sous ces couverts, admirez ces splendides galeries à pans de bois du moyen âge.

Mirepoix 27

Autre photo de ses galeries couvertes à pans de bois.

A l'Ouest du Grand Couvert, un écusson porte la date de 1573.

Une carte de l'Ariège, œuvre des frères Poulain, est peinte au plafond du Couvert (côté Est de la place).

Mirepoix 38L'ancienne maison des consuls avec ses belles sculptures taillées sur des solives et des abouts de poutres.

En l'année 1500, les consuls se voient octroyer le droit de bâtir leur maison sur le solier de la maison de Justice.

Le 14 août 1655, ils achètent une maison pour en faire l'Hôtel de Ville. Elle faisait office de tribunal, de salle de conseil et de prison.

La poutre de façade, est un cœur de chêne d'un seul tenant de près de 12 mètres de long et de plus de 60 cm d'épaisseur.

En tout il y a 104 sculptures ornant les extrémités des sommiers (poutres perpendiculaires à la façade) et les piliers de soutènement.

Mirepoix 49   Mirepoix 50

On ne se lasse pas d'admirer ces sculptures taillées dans le chêne datant du moyen âge

Mirepoix 51La fin du moyen âge fut moins heureuse pour Mirepoix, qui fut mis à sac en 1362 par les routiers de Jean Petit qui mirent le feu détruisant toute la partie méridionale de la ville jusqu'à la cathédrale. La place centrale fut épargnée. La cité se replia autour de la place du marché dans les neuf îlots du centre et se protégea derrière des remparts dont il subsiste encore les quatre portes sur les axes principaux : la porte d'Aval vers Pamiers, la porte d'amont vers Limoux, la porte de Bragot vers le gué et la porte de la Roque vers le pays d'Olmes. Le reste de cette enceinte sera démoli par ordre des consuls en 1680.

Fete medievale de Mirepoix 1La fête médiévale de Mirepoix bat son plein tous les ans en juillet à ne pas rater

Mirepoix 16  Mirepoix 35

A gauche, photo de la mairie. A droite, la porte d'Aval située à l'ouest de la place des Couverts.

Mirepoix ancien 16 en 1910

La porte d'Aval en 1910

Mirepoix 37

La porte d'Aval de nos jours

Mirepoix ancien 04 en 1950

J'en profite pour vous glisser une photo de la porte d'Aval datant de 1950, vous pourrez comparer avec la photo ci-dessus

Mirepoix 26  Mirepoix 36

A gauche, la porte d'Aval de nuit. A droite, la porte d'Aval vu du cours du Maréchal de Mirepoix.

La porte d'Aval est le dernier vestige visible des fortifications du XIVème siècle, qui protégeaient Mirepoix des attaques extérieures. Les remparts datant de 1374 ont été démolis en 1680.

Au-dessus de la porte, on aperçoit trois pierres portant les traces de la Révolution qui a fait disparaître en 1790 les armoiries de la famille de Lévis, de la ville et du chapitre.

Depuis, l'histoire n'a rien recueilli de son obscure existence. Pauvre de monuments, sa cathédrale est son édifice unique. Le clocher de cette église est un souvenir de la piété de Philippe de Lévis, son évêque. Le clocher d'une élévation d'environ 61 mètres, de style ogival, et d'assez belle proportion, a une grande renommée dans la contrée. Cette cathédrale n'a pas de voûte ; agrandie de 1370 à 1406, entourée de chapelles par la munificence de ce même Philippe de Lévis, elle est dénuée d'ensemble e d'harmonie. Elle possédait autrefois une magnifique collection de manuscrits religieux, ornés de merveilleuses peintures. Le chapitre de Toulouse possède quelques miniatures provenant d'un antiphonaire de cette collection. Ce fut un moine de l'ordre des cordeliers, privé par un malheur de l'usage d'une main, qui exécuta la plus grande partie de monuments des arts du XVIème siècle. Philippe de Lévis, qui lui avait confié la direction des travaux de cette collection, avait appelé de Florence les artistes qui devaient l'aider ; on prétend qu'ils ne furent chargés que du travail secondaire, d'écritures, d'annotations et de dorures. L'exécution de ce grand ouvrage dura sept années, il fut commencé en 1528 et terminé en 1535. Ces manuscrits étaient au nombre de neuf, en peau de vélin, cinq notés, quatre écrits en caractères gothiques. Les cinq volumes notés étaient ornés de miniatures, de vignettes et d'arabesques d'une exécution remarquable. Huit existe encore à la bibliothèque du collège de Foix, mais mutilés, souillés et déchirés. Lors de la Révolution de 1789, à l'époque de la spoliation des biens de l'Église, on arracha et on découpa les plus belles peintures de ces livres, recueillies plus tard par M. l'abbé Vidalat-Tornier et M. le marquis de Castellane, l'un membre et l'autre président de la Société Archéologique du Midi. Le neuvième volume qui manque a été probablement volé à la même époque.

Les descendants de Gui de Lévis conserveront la seigneurie de Mirepoix jusqu'à la Révolution ; ils résideront successivement au château de Lagarde, puis à celui de Léran.

Mirepoix ancien 14

Portrait d´Adélaïde Marie Charles Sigismond , Comte de Lévis de Mirepoix, dessiné par Siévre en 1886. L'un des derniers comte de Mirepoix - Léran, il faisait parti de la 22ème génération.

Né le 24 août 1821 à Paris, il décédera en 1886, il épousa en 1843 Juliette de Crillon (1822-1900) fille de Marie Gérard Louis Félix Berton de Balbes, duc de Crillon et de Zoé, duchesse de Rochechouart-Mortemard

Mirepoix ancien 55 chateau de terride vu des bords de l'her

Photo datant de 1905, représentant le pont enjambant l'Hers au Nord de Mirepoix, on aperçoit en haut sur la droite, les vestiges du château de Mirepoix appelé aujourd'hui château de Terride.

Plusieurs ponts de bois furent construit pour enjamber l'Hers à cet endroit, mais tous ont été emportés par les crues de la rivière.

Entre 1766 et 1791, un pont de pierre long de 206 mètres à sept arches en anse de panier sera construit selon une technique mise au point par l'architecte Jean Rodolphe Perronet.

Jean Rodolphe Perronet né à Suresnes le 27 octobre 1708 et mort à Paris le 27 février 1794, ingénieur et architecte français, il fut le fondateur et premier directeur de l’École nationale des ponts et chaussées.

Portrait de Jean-Rodolphe Perronet 1764

Portrait de Jean Rodolphe Perronet 1764

Mirepoix ancien 51 chateau de terride vu des bords de l'herAutre photo datant de la même époque, 1905, au sommet du pech, le château de Terride

Mirepoix chateau de Terride 21

Le pont sur l'Hers de nos jours, émergeant de la végétation : la tour carrée du château de Terride (flèche).

A côté de ce pont, il y a un chêne vert qui est un arbre remarquable classé Monument Historique. Il serait le seul rescapé de la forêt de Plene Fages ; dix ans après la terrible inondation de 1289, les chênes de cette forêt ont servi à la construction de la nouvelle ville de Mirepoix et plus tard celle des couverts. Cet arbre vénérable aurait donc plus de 800 ans.

gravure de MirepoixGravure sur acier représentant Mirepoix datant de 1838 réalisée par Raynie Ainé del Ransonnette éditeur Firmin Didot frères

 

LE CHÂTEAU DE TERRIDE

Château de Terride qui a été jadis le château de Mirepoix. La première mention de ce château remonte à 960. Le château primitif était constitué d'une tour de défense qui a été restauré longtemps plus tard en lieu d'habitation.

Ce modeste château, patrimoine à la croisée des directions du Lauragais et du Languedoc, ce lieu de mémoire fut assiégé quatre fois par les croisés. Il devint propriété de Simon de Montfort, le château fut pris en même temps que la cité, le 22 septembre 1209, jour de la Saint-Maurice. Guy de Lévis en prit possession le 1er décembre 1212. Le château reviendra enfin en 1218 à Raymond Roger comte de Foix.

Situé à peu de distance du pont de Mirepoix, sur le sommet d'une colline (altitude 354m) apparaissent les ruines de l'ancien château de Mirepoix, nommé aussi, et plus vulgairement, le château de Terride. Ce nom de Terride a commencé à être connu dans la première moitié du XVIème siècle. Jean de Lévis de Lomagne seigneur de Roquefort appelé aussi Jean de Terride, XIIIème seigneur de Mirepoix, épousa le 8 février 1503, Catherine Ursule de Lomagne, fille d'Antoine de Lomagne, baron de Terride en Gimois (Lot-et-Garonne) ; elle porta en dot à son époux cette baronnie, à condition que leur postérité associe ce nom et celui de Lomagne au nom de Lévis. A cette époque, Jean de Lévis de Lomagne fit construire une chapelle, qui aujourd'hui se trouve en piteux état. L'un d'eux, le comte de Terride, se rendit célèbre dans la contrée par sa valeur, son esprit railleur, et des bouffonneries qui n'étaient pas toujours de bon goût.

Mirepoix ancien 53 chateau de terride vu des bords de l'her

Voici encore deux photos datant de 1905 avec le château de Terride dominant la vallée de l'Hers et la bastide de Mirepoix

Mirepoix ancien 54 chateau de terride en 1905

 

Vue aérienne chateau de Terride

Une vue aérienne du site du château de Terride. On distingue le cheminement des anciens fossés de défense.

Mirepoix chateau de Terride 23

Le château de Terride, le seul vestige encore debout c'est la tour carrée à gauche

Mirepoix chateau de Terride 20

Autre vue du château de Terride et la tour carrée à gauche avec ses fenêtres à meneaux et l'habitation des propriétaires

Mirepoix chateau de Terride 19

Complètement à gauche on aperçoit le pont de pierre qui permet l'accès au château de Terride

Pour la petite histoire, quand mourut en 1616 Catherine Ursule de Lomagne, sa demoiselle de compagnie se laissa séduire par le baron et lui donna deux filles Agnès et Hippolyte qui se firent kidnapper en novembre 1642 par François de Béon de Masses seigneur de Cazeaux, qui déroba par la même occasion de l'or, de l'argent et des bijoux appartenant au baron. François de Béon épousera clandestinement la fille aînée Agnès qu'il a enlevée, le père, le baron Jean de Lévis de Lomagne lui fit un procès et il s'ensuivit des histoires familiales.

En 1658, il autorisa ses filles à revenir au château de Terride, mal lui en prit, le gendre François de Béon, le séquestra et le maltraitera pendant  deux ans. En 1660, il s'enfuit pour se réfugier au château de Lagarde, chez son petit neveu Gaston Jean-Baptiste de Lévis. Grâce à ce neveu et aux habitants de Mirepoix il put regagner son château.

Ce terrible seigneur, que tous ses voisins aimaient et redoutaient, né en 1568, mourut en 1664, dans ce château. Ce manoir fut délaissé quelque temps après, et les seigneurs de Lévis transférèrent leur séjour dans le beau château de Lagarde, situé au sud-ouest de Mirepoix.

gravure chateau de TerrideGravure sur acier représentant le pont de Mirepoix et le château de Terride datant de 1838 réalisée par Raynie Ainé del Ransonnette éditeur Firmin Didot frères 

Jean de Lévis Lomagne léguera par testament le château à son neveu Gaston Pierre Charles de Lévis Lomagne. Celui-ci ruiné, submergé par les dettes, doit céder le château de Terride à la famille Bernard de Rieux afin de rembourser la dot de sa première épouse Anne-Gabrielle Antoinette de Bernard de Rieux décédée en 1736. Le château cesse d'appartenir à la maison de Lévis de Mirepoix le 29 avril 1740 date de l'acte de vente. Gabriel Henri Bernard de Rieux, marquis de Boulainvilliers (1724-1798) en est le nouveau propriétaire. Celui-ci résidant à Paris se désintéresse complètement du château qui se délabre peu à peu.

Après la Révolution, le maréchal Clauzel fera l'acquisition de ce château et commencera des travaux. Mais lui aussi, connaîtra des problèmes financiers et laissera à sa mort des dettes importantes pour ses héritiers, ils vendront le château.

Le procureur Moras, qui faisait parti du tribunal ayant prononcé en 1905 l'acquittement du capitaine Dreyfus, en deviendra propriétaire.

Les photos qui vont suivre du château de Terride sont de mauvaises qualités, si l'actuel propriétaire, Raymond Roger est l'un de mes lecteurs, je le remercie de me retourner des photos mettant en valeur sa restauration afin de les insérer dans mon reportage s'il me l'autorise.

Mirepoix chateau de Terride 12

L'accès au château de Terride s'effectue par ce pont de pierre, datant du XVIIème siècle, enjambant les anciens fossés de défense ceinturant le châteauMirepoix chateau de Terride 14

La tour-porte à l'entrée de plan carré garde les traces de la herse et de l'assommoir

Mirepoix chateau de Terride 09

Les fossés de défense ceinturant les murs d'enceinte du château. Les murs avec les glacis font plus de dix mètres de hauteur.

Mirepoix chateau de Terride 15

Le mur d'enceinte Ouest avec ses meurtrières et la tour carrée du château de Terride

Mirepoix chateau de Terride 17

Une plaque a été scellée en l'honneur du restaurateur et propriétaire actuel du château de Terride, Raymond Roger, qui s'efforce de mettre en valeur notre patrimoine en perdition.

Guidé par la passion, il réussit se projet ambitieux et il est en passe de réaliser un véritable sauvetage en redonnant son lustre à ce château.

Mirepoix chateau de Terride 11

L'angle Sud / Ouest de la tour carrée avec quelques fenêtres à meneaux ayant traversées les siècles sans trop de dommages.

Mirepoix chateau de Terride 10

Le fruit de la base de la tour carrée permettant une meilleur assise à l'édifice a été restauré

Mirepoix chateau de Terride 18

Les fenêtres à meneaux de la tour carrée ont résisté à l'usure du temps

Mirepoix chateau de Terride 16

Autre photo de la façade Ouest de la tour carrée

Mirepoix chateau de Terride 22

C'est l'entrée du château primitif datant de 960, remarquez l'usage de la brique, signe du mariage Lévis-Lomagne, en cet honneur il fit construire une chapelle qui est de construction plus tardive XIVème siècle.

Mirepoix chateau de Terride 03

L'entrée de la tour carrée datée du XVème siècle, au-dessus de la porte, le blason représentant les chevrons de la famille de Lévis qui continuent à défier le temps.

Cette tour carrée, a été construite sur les anciennes défenses de château primitif.

Mirepoix chateau de Terride 04

L'intérieur de la tour a été rebâti dans un style Renaissance avec de grandes cheminées comme celle-ci.

Mirepoix chateau de Terride 05

Plaque de cheminée datant de 1302

Mirepoix chateau de Terride 02

Les vestiges de l'enceinte datant  du XIIIème siècle avec les meurtrières ont été dégagées, ce rempart faisait parti de la 2ème ligne de défense. 

Mirepoix chateau de Terride 01

Magnifique clef de voûte retrouvée dans les gravats lors des restaurations de la chapelle. Il manque deux clefs de voûte, qui ont été probablement volées.

Mirepoix chateau de Terride 06

Plusieurs clefs de voûte en parfait état, servent de décoration dans les jardins du château

Mirepoix chateau de Terride 07

A côté de la tour carrée une maison de construction plus récente est la résidence de l'actuel propriétaire

Mirepoix chateau de Terride 08

Aujourd'hui le château classé monument historique dont il ne reste plus que des pans de murailles, est une propriété privée, qui appartient à Raymond Roger, ancien maire de Malegoude petite commune proche de Mirepoix. Un ancien maire devenu châtelain en 2001, date d'acquisition du château, et qui s'efforce avec ses moyens, de restaurer ce qui peut encore être sauvé. Le château a aujourd'hui fier allure grâce aux importants travaux entrepris depuis dix ans par ce passionné Raymond Roger, c'est un bel exemple de revalorisation du patrimoine.

Le château se visite tous les ans lors de la journée du Patrimoine.

 

Non loin de là, au bord de la route qui mène au château de Terride, vous pouvez admirer la fontaine des Cordeliers que voici :

Mirepoix ancien 56 fontaine des cordeliers en 1902Mirepoix, la fontaine des Cordeliers en 1902

Mirepoix ancien 52 fontaine des cordeliers et chateau de teMirepoix, la fontaine des Cordeliers et le château de Terride en 1970

Mirepoix 46Mirepoix, la fontaine des Cordeliers se trouve dans un triste état de nos jours

Ce portail date de 1659, cette construction gothique attribuée aux moines Franciscains des Cordeliers (ou frères Mineurs installés à Mirepoix en 1272), permettait d'abriter l'émergence d'une source qui alimentait en eau leur couvent aujourd’hui disparu, détruit lors de la Révolution. Cet ensemble constitue l’unique vestige de cet ancien couvent des Cordeliers, installé jadis, au pied du château de Terride, sur la rive droite de l’Hers, là où s’élevait, avant l’inondation de 1289, la première ville de Mirepoix.

Au fond de cet abri, une niche carrée taillée dans le rocher débouchant sur un puits, les eaux ainsi captées étaient renvoyées dans un bassin rectangulaire situé sous la niche. Au-dessus de cette niche il reste les traces d'un blason qui a été martelé à la Révolution, il devait probablement représenter les armes de la famille de Lévis. L'abri est voûté avec un banc de pierre de chaque côté. Ce frontispice en ogive du XVIIème siècle possède trois rangs d'archivoltes. Les cinq rangées de voussures prennent appui  sur cinq colonnettes dont les chapiteaux, ornés de motifs végétaux ont subi les outrages du temps. Les murs situés de part et d’autre du portail comportent chacun un cul-de-lampe, qui permettait de supporter une statue. Le site est  inscrit aux Monuments Historiques depuis le 28 novembre1927. Quel dommage, encore un site à l'anbandon qui mériterait d'être rénové et sauvegardé !

 

Voici encore quelques photos d'une autre époque qui ont un certain charme pour les amateurs ...

Mirepoix ancien 28 en 1905

Mirepoix, La porte d'Aval en 1905

Mirepoix ancien 30 cours pons tande en 1935

Mirepoix, le cours Louis Pons Tande en 1935

Mirepoix ancien 31 en 1950Mirpoix place des Couverts en 1950

Mirepoix ancien 39 le Cours en 1950Mirepoix le cours du Jeu du Mail en 1950 la circulation était fluide

Mirepoix ancien 35 en 1950Mirepoix galerie place des Couverts en 1950

Mirepoix ancien 40 lrue place neuve en 1905Mirepoix la rue place Neuve en 1905

Mirepoix ancien 41 en 1905Mirepoix, quartier du Béal et la canal à droite en 1905

Le Béal, ce canal permettait d'amener l'eau de l'Hers vers les moulins de Mirepoix, vestige d'un passé artisanal.

On peut voir l'ancienne minoterie sur sa berge.

Quelques passerelles subsistent encore aujourd'hui et permettent d'agréables promenades.

Mirepoix ancien 42 en 1905Mirepoix, la porte d'Aval et le cours du Maréchal de Mirepoix en 1905

Mirepoix ancien 45 en 1905

Mirepoix, la maison des consuls en 1905

Mirepoix ancien 46 la maison du Bailli en 1950

Mirepoix, la maison des consuls en 1950

Mirepoix ancien 43 en 1950

Mirepoix, les galeries couvertes en 1950

Mirepoix ancien 44 en 1950Mirepoix, la place des Couverts en 1950

Mirepoix ancien 47 en 1970Mirepoix, la place des Couverts en 1970

Mirepoix ancien 48 place du maréchal leclerc en 1955Mirepoix, la place du maréchal Leclerc en 1955

Mirepoix ancien 50 les bords de l'hers en 1905Mirepoix, les bords de l'Hers en 1905

A bientôt pour la troisième partie de ce reportage ...

 

Ainsi se termine ce second reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

  Julie logo aout 2011 500x330

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans HISTOIRE
commenter cet article
26 octobre 2012
bandeau-HISTOIRE-04.jpgBandeau Mirepoix 01  
Bienvenu sur ce site web unique consacré à la découverte du Languedoc Roussillon, de l'Aude et plus particulièrement le Pays de Sault avec sa capitale Belcaire et sans oublier des escapades en Ariège comme c'est le cas aujourd'hui.
Un petit clin d'oeil à ceux qui se contentent de critiquer ! Pourquoi ce site est unique ? Car c'est le seul qui vous affiche des photos en format raisonnable, agréable à visualiser avec des textes fouillés, intéressants ... et aux détracteurs, je leur dis, la preuve en est que ce site intéresse, puisqu'il a déjà engrangé plus de 388 000 visiteurs à ce jour, et qu'il y a plus de 430 inscrits sur la newsletter. Je remercie tous ceux qui m'ont autorisé à publier leurs clichés dans ce reportage.
 
Mirepoix fait partie des nombreux sites du Pays Cathare ; au Pays de Sault et en Aude tout le monde connaît Mirepoix, ne serait-ce que pour ses marchés. Je vous propose donc une escapade en Ariège à la découverte de la ville de Mirepoix qui possède encore les traces d'un passé historique qui a marqué la région, j'en profiterai aussi pour vous parler des châteaux de Terride et de Lagarde tout proche de cette bastide médiévale. Si vous désirez apporter votre pierre à ce reportage, vos photos seront les bienvenues, mes pages vous sont ouvertes. Envoyez-moi vos documents et photos à cette adresse :
 jp@belcaire-pyrenees.com

 

Véritable temps fort à Mirepoix, la fête médiévale qui a lieu tous les ans en juillet, vous invite à voyager à travers les siècles. Pendant quelques jours Mirepoix, redevient une cité médiévale très colorée, attractive et animée où l'on voyage entre artisanat et féerie du moyen âge, entre authenticité et légendes, avec un esprit festif familial et populaire. Dans les rues, musiciens, saltimbanques et comédiens envahissent le pavé au rythme des flûtes, tambourins et cornemuses. Je vous invite à me suivre dans les dédales du web sur ce site NUMBER ONE du Languedoc Roussillon, pour découvrir l'histoire de Mirepoix et des deux châteaux environnants ... C'est parti pour un nouveau reportage avec plus de 130 clichés répartis sur les deux épisodes de cet article ...

 

Mirepoix carte 01

Pour ceux qui découvrent ce site web, sachez que chaque reportage historique comporte au début, des cartes pour vous situer les lieux de ce reportage.

Mirepoix se situe en Ariège en limite du département de l'Aude. Mirepoix se situe à 88 km de Toulouse, 53 km de Carcassonne, 24 km de Pamiers, 35 km de Foix, 33 km de Limoux et à 45 km de Belcaire.

Mirepoix carte 02

Le château de Terride qui fut en son temps le château de Mirepoix se situe pas très loin au Nord de Mirepoix. Le château féodal de Lagarde se trouve quand à lui au Sud/Est de Mirepoix.

Ces deux châteaux appartenaient à la famille de Lévis.

Mirepoix carte 03

Mirepoix  a été construit autour de la place du marché et de sa cathédrale, autrefois Mirepoix était protégé par un rempart dont il ne subsiste encore que quatre portes sur les axes majeurs.

Au Nord le château de Terride, et dans le cercle rouge se situe la fontaine des Cordeliers.

La population aujourd'hui à Mirepoix s'élève à plus de 3139 habitants (2009). Les habitants sont appelés les Mirapiciens.

Au Nord vous voyez la rivière l'Hers-Vif (ou Grand Hers ou Hers) qui est l'affluent le plus important de l'Ariège dans laquelle il se jette en rive droite à Cintegabelle (Haute-Garonne).

Blason de Mirepoix

Le blason de Mirepoix

 

Le castrum de Mirepoix conquit par les croisés de Simon de Montfort en 1209 n'a plus rien à voir avec cette bastide telle que l'on découvre de nos jours. Cette cité médiévale de Mirepoix s'étale sur la rive gauche de l'Hers, aux confins de l'Ariège, à mi-chemin entre les vallées de l'Aude et de l'Ariège. La place centrale de Mirepoix témoigne de cette époque avec ses premières maisons datant du XIème siècle.

Au XIème siècle les premières constructions, une cinquantaine de maisons hérétiques étaient situées de l'autre côté de la rivière, au pied du pech de Terride et sous la protection du château-manoir des Bélissen.

L'origine du nom Mirepoix viendrait du latin "Mirum Podium", ce qui signifie : "qui regarde la montagne", Mirepoix faisant face au massif de Tabe. En occitan le nom devient "Mira Puèg", l'évolution phonétique débouchera sur le nom actuel.

Mirepoix 40

Belle vue d'ensemble de Mirepoix avec en arrière plan le massif du Tabe, avec à gauche les sommets culminants : le pic de Saint-Barthélemy 2358m et le pic de Soularac 2368m.

Mirepoix 42

A droite, Mirepoix avec la flèche de la cathédrale Saint-Maurice émergeant de cet océan de verdure sous un ciel d'orage.

Mirepoix 48

La partie Nord de Mirepoix avec au premier plan les couverts avec ses façades moyenâgeuses, remarquez en haut, à droite le château de Terride.

Autrefois, la ville de Mirepoix se trouvait au pied de ce château, lisez l'histoire pour comprendre ce qui est arrivé.

Mirepoix 39Une vue du quartier jouxtant la rue Monseigneur de Cambon et le cour de Maréchal de Mirepoix. Quartier situé à l'Ouest de la place des Couverts.

Malheureusement, les annales du château de Mirepoix n'ont laissé ni le nom du fondateur, ni la date de la fondation. La castrum de Mirepoix est mentionné pour la première fois vers 1062. Cependant on sait qu'il était possédé au XIème siècle par trois frères, Roger, Raymond-Bataille et Pierre-Roger. A cette époque il passa sous la domination de Rougarde de la Marche, comtesse de Carcassonne, et de Roger son fils. Une charte, datée du 23 janvier 1062, signée par Roger et Raymond-Bataille, leur fait abandon des deux tiers du château de Mirepoix, et les autorise à exiger de Pierre-Roger leur frère, le don du dernier tiers, afin, dit ce singulier document de justice féodale, de réparer le mal qui leur a été fait par les trois frères. Douze ans plus tard, Udalger, fils d'Ermessinde, Roger, fils de Bélisende, Raymond, fils de Rangarde, en font hommage à Ermengarde, sœur de Roger, et femme de Raymond Bernard, vicomte d'Albi, de Nîmes, d'Agde, de Carcassonne et de Béziers.

Mirepoix 17

Beau panorama de la place centrale de Mirepoix, que l'on nomme la place des Couverts, car il subsiste de superbes galeries à pans de bois ceinturant la place, surmontées de belles façades de maisons médiévales.

Mirepoix 19

Un cadre agréable cette place des Couverts, il s'y tient chaque lundi et jeudi un beau marché très coloré avec des bons produits du terroir dans une ambiance très conviviale

Mirepoix 20

Place de la halle avec en arrière plan la cathédrale Saint-Maurice

Mirepoix 10La halle de Mirepoix se situe au Nord, parallèle de la cathédrale Saint-Maurice

Mirepoix 05

La halle de Mirepoix à l'architecture de style Baltard a été érigée au XIXème siècle pour remplacer l'ancienne en bois qui s'appelait "couvert des mesures", d'ailleurs, deux anciennes mesures à grain sont visibles devant l'Office du Tourisme.

Mirepoix 04

Cette place centrale des Couverts était autrefois deux fois plus large qu'aujourd'hui, à l'origine elle mesurait cent douze mètres sur cinquante six, elle a été réduite fin du XIVème début du XVème siècle lors de la construction des couverts du midi

Mirepoix 01  Mirepoix 03

Magnifiques façades médiévales avec ces galeries couvertes en bois (vous pouvez agrandir les photos en cliquant dessus).

En 1095, Roger II, comte de Foix, qui avait revendiqué cette suzeraineté, l'abandonna par une charte datée du 21 avril à cette même Ermengarde ; et trente ans plus tard, son fils, Roger III, renouvelle ce traité en faveur de Bernard Aton, vicomte de Carcassonne, qui en avait reçu l'hommage en 1110. Quarante ans plus tard, un comte de Foix était maître de la ville. En 1160, Raymond de Trencavel, vicomte de Carcassonne, recevait du seigneur de Mirepoix, l'hommage de vassalité, en présence même de Roger Bernard, comte de Foix.

Il y avait plusieurs coseigneurs à Mirepoix, onze apparaissent en 1159, puis trente cinq en 1207, quand sont établies les coutumes du bourg. Parmi eux se distinguèrent deux comtes de Foix portant le même nom : Pierre-Roger le Vieux et Pierre-Roger le Jeune. Le premier était engagé dans le catharisme et il reçu en 1204 le consolamentum (baptême) des mains de Guilhabert de Castres qui sera un moment évêque de Montségur. A Mirepoix le droit d'aînesse ne s'applique pas. Les trois quarts des petits nobles de Mirepoix à cette époque, sont des adhérents à cette nouvelle religion hérétique : le catharisme. 

Mirepoix 14

La maison des Consuls, elle fut le siège en 1500 des magistrats municipaux. C'est la plus grande et la plus imposante de la place.

Et, elle est la seule à présenter un décor sculpté en bout de chaque poutre, c'est à voir et à photographier, il serait intéressant de toutes les répertorier.

En voici quelques exemples ci-après ...

Mirepoix 45

Les innombrables sculptures médiévales ornant la maison des consuls, j'adore ces décors, si vous avez des gros plans de ces sculptures adressez les moi

Mirepoix 34  Mirepoix 02

Détails de ces sculptures médiévales (vous pouvez agrandir les photos en cliquant dessus).

Mirepoix 25

Tête grimaçante et une chouette

Mirepoix 21

Il y a plus de cent têtes et personnages sculptés. Ils sont caractéristiques de l'imagerie médiévale.

On peut y voir des tortues, des oiseaux, des animaux d'ici et d'ailleurs, des têtes barbues ou coiffées, des figures obscènes ou tragiques, grotesques ou grimaçants

Mirepoix 24

Il y en a aussi sous le couvert de cette maison des consuls qui date du XVème siècle

Mirepoix 33

Cette maison des consuls est sans aucun doute un chef d'oeuvre médiéval avec ces très belles sculptures taillées sur des solives et aux abouts des poutres

Mirepoix 43voici un condensé de clichés de ces figures caricaturales ou têtes de monstres.

Mirepoix 44

Je suis admiratif de l'état de conservation de ces sculptures qui ont traversé six siècles en extérieur

Avant la croisade le château était la demeure de la famille des Bélissen. Pierre Roger de Mirepoix, son chef, après avoir été le compagnon de Richard Coeur de Lion, se fit remarquer parmi les brillants chevaliers des cours de Foix et de Carcassonne. Il embrassa le catharisme, et ses nombreux vassaux suivirent presque tous son exemple. Mirepoix devint une petite cité cathare. Lorsque le pape Innocent III s'effraya des progrès croissants de cette nouvelle église et qu'il contraignit le comte de Toulouse d'expulser les Albigeois de sa capitale, ceux-ci cherchèrent un asile sur les terres de Raymond Roger comte de Foix, et Gaucelm, évêque cathare de Toulouse, se réfugia au château de Mirepoix. A peine arrivé à Mirepoix, l'évêque Gaucelm tint un synode dans le manoir. En 1206, le village est la cadre d'une grande réunion cathare qui aurait réuni six cents parfaits, des laïques et des membres du clergé albigeois s'y trouvèrent aussi, et ils furent unanimes à reconnaître qu'il était urgent de préparer au sacerdoce cathare un asile plus sûr que Mirepoix. On pensa au château de Montségur, alors en ruines, et on chargea une députation d'évêques, de diacres dont Raymond Mercier, et de chevaliers parfaits comme Raymond Blascou, d'aller demander sa reconstruction à Raymond de Péreille, seigneur de Montségur. Cette requête fut favorablement accueillie par ce châtelain, qui fut évidemment en cette occasion le mandataire secret du comte de Foix, souverain du pays, et de la vicomtesse Esclarmonde, dont les revenus viagers étaient assignés à Montségur. Pendant cinq ans de 1204 à 1209, on travailla sans relâche à rebâtir l'édifice qu'on destinait à être l'arche de salut du catharisme menacé.

Mirepoix 11

Le clocher de la cathédrale Saint-Maurice, beau bâtiment gothique des XIVème et XVème siècle. Le clocher date du XVIème siècle.

Mirepoix 06   Mirepoix 09

Cette cathédrale Saint-Maurice est classée Monument Historique. Cette église de style gothique méridional, se caractérise par une nef unique large de 22 mètres, ce qui la place au 2ème rang européen des églises à nef unique derrière Gérone en Espagne.

L'édifice a attendu six siècles avant d'être achevé, la première fut posée en 1298. Les gros travaux commencèrent en 1343, et furent interrompus par la guerre de Cent Ans. Cette église fut érigée au rang de cathédrale au XIVème siècle, puis d'importants travaux furent effectués au XVIème siècle par l'évêque Philippe de Lévis, notamment l'érection du clocher et le beau portail d'entrée (vous pouvez agrandir les photos en cliquant dessus).

J'oubliai de vous dire que c'est l'architecte Viollet-le Duc qui termina la construction de cette cathédrale.

Mirepoix 18

Panorama montrant, à droite, l'ancien palais épiscopal, accolé à la cathédrale, la différence est nette ... On peut admirer de belles fenêtres à meneaux ...

A la Révolution, ce palais abrita les comités de surveillance et le duc de Lévis-Mirepoix l'acheta ensuite pour le transformer en école libre, aux soins des religieuses de Nevers.

Mirepoix 23

Cet ancien palais épiscopal, accolé à la cathédrale, a été édifié à la demande de Philippe de Lévis, car, jusqu'au début du XVIème siècle, les évêques de Mirepoix résidaient à Mazerettes, dans une résidence un peu éloignée de la ville.

Voulant se rapprocher du centre de la ville, Philippe de Lévis fait bâtir le palais épiscopal près de sa cathédrale.

La chapelle Sainte-Agathe, autrefois chapelle privée de l'évêque, conserve un pavement posé au début du XVIème siècle. Le centre s'orne d'un labyrinthe peint vers 1530 dans un carré de 60 cm de côté, d'inspiration mythologique selon les goûts de la Renaissance.

Les fidèles en pénitence devaient arpenter se sol à genoux.

Le palais épiscopal accueille depuis 2001 un espace muséographique d'art sacré.

Mirepoix 22

L'intérieur de la cathédrale de Mirepoix

Mirepoix 47

Autre photo de la cathédrale de Mirepoix à l'architecture gothique méridionale, qui possède la nef la plus large de France (22 m sur 48 m) ceinturée de chapelles.

Couverte à l'origine d'une charpente reposant sur des arcs-diaphragmes, elle a été voûtée au XIXème siècle, tandis que la nef était élargie, afin que son mur méridional soit dans le prolongement de celui du choeur.

Mirepoix 29  Mirepoix 30

Le clocher et gargouille de la cathédrale de Mirepoix (vous pouvez agrandir les photos en cliquant dessus).

Mirepoix 32  Mirepoix 41

La flèche du clocher rappelle celle de Limoux qui est l'oeuvre du même architecte (vous pouvez agrandir les photos en cliquant dessus).

Mais ce riche domaine allait bientôt être la proie de la conquête.

En 1209, le comte de Foix avait fait du château de Mirepoix le repaire des routiers et des hérétiques cathares. Cette année là, Simon de Montfort s'en empara en allant prendre possession de Pamiers, et dans le partage du butin, le château échut à Gui de Levis, dit le maréchal de la foi. Des années difficiles allaient commencer.

Les anciens seigneurs de Mirepoix entrent dans la lutte clandestine, au côté du plus célèbre d'entre eux, Pierre-Roger le Vieux de Mirepoix, le futur coseigneur et chef militaire de Montségur. Le neveu de celui-ci Raymond de Péreille renforce les défenses de Montségur.

Pierre-Roger le Vieux tenta de reprendre sa ville, mais il mourut pendant le siège.

En 1221, à Mirepoix se tint un colloque entre les dignitaires de l'Église cathare et la noblesse locale, sans doute pour protéger les persécutés.

En 1223, les méridionaux reprennent Mirepoix qui entra sous domination passagère du comte de Foix, qui le rendit à ses anciens maîtres, Pierre-Roger, Glarn, Raymond Roger, dont il reçut l'hommage. Mais trois ans plus tard, le castrum de Mirepoix retourna bientôt pour n'en plus sortir à la célèbre maison de Levis, dont les descendants montrent encore avec orgueil leurs armes, d'or, à trois chevrons de gueules. Érigé en baronnie, le domaine de Mirepoix, dont les limites furent définitivement réglées en 1295, donnait un siège à l'assemblé des États Généraux de la province. Les membres de la famille de Levis y parurent deux fois à ce titre.

Mirepoix 31

Façades de maisons médiévales sur la place centrale de Mirepoix

Après 1229, Pierre-Roger le Jeune de Mirepoix apparaît comme l'un des chefs de la résistance méridionale. Il épouse en secondes noces sa cousine, Philippa de Péreille, ce qui fait de lui le coseigneur et le chef militaire de Montségur. Il conduit jusques aux portes d'Avignonet le commando qui élimine les inquisiteurs en 1242. Après la chute de Montségur, il sort libre du castrum, comme tous ceux qui se reconnaissent fidèles de l'Église romaine.

 

La ville de Mirepoix est ravagée par une inondation le 16 juin 1279 à la suite de la rupture d'un barrage, à Puivert, sur le ruisseau de Camp-Ferrier en crue. Dix ans plus tard, la ville fut reconstruite sous l'égide du seigneur de Mirepoix, Gui III de Lévis sur l'autre rive de l'Hers, mais assez loin de la rivière. Ce sera une bastide dont le plan suit un tracé orthogonal systématique. Après cette inondation, longtemps possédée et pillée par les compagnies blanches, défendue plus tard par des murailles, des portes et des tours, la ville était carrée ; une porte fut ouverte sur chaque face et une grosse tour s'éleva sur chaque angle. Cette ville, après avoir été flottante entre la ligue et la réforme, se soumit à la domination d'Henri IV.

 

Un accord fut ratifié en 1289 entre Gui de Lévis et deux cent quarante quatre bourgeois comme témoignage de la fondation de cette nouvelle bastide. Chaque habitant reçu un lot de 200 m² environ pour y construire sa maison et obtint aussi un terrain important dans la forêt toute proche de Plènefage ... Attention ce reportage a une suite, qui ne va pas tarder à paraître ...

 

Voici pour les amateurs des dizaines de vieilles photos de Mirepoix :

Mirepoix ancien 01 en 1905

Mirepoix la maison des consuls en 1905

Mirepoix ancien 34 en 1930

Mirepoix Cours Colonel Petitpied en 1905

Mirepoix ancien 05 en 1910

Mirepoix sous le couvert de la maison des consuls en 1910

Mirepoix ancien 07 en 1905

Mirepoix sous le couvert de la maison des consuls en 1905

Mirepoix ancien 06 en 1905Mirepoix la gare en 1905

Mirepoix ancien 11 en 1905Mirepoix devant la poste en 1905

Mirepoix ancien 10 en 1905Mirepoix la place des couverts en 1905

Mirepoix ancien 25 en 1905

Mirepoix autre photo de la place des couverts en 1905

Mirepoix ancien 17 en 1915Mirepoix en hiver la place des halles en 1915

Mirepoix ancien 22 en 1915Mirepoix la place de l'Hôtel de ville en 1915

Mirepoix ancien 18 en 1915Mirepoix la place de l'Hôtel de ville en 1915, il y avait une importante garnison à Mirepoix à cette époque voici ci-dessous une photo du camp en 1915

Mirepoix ancien 24 en 1915

 

Mirepoix ancien 19 en 1910

Mirepoix la foire aux boeufs en 1910

Mirepoix ancien 23 en 1905Mirepoix une impressionnante foire aux boeufs en 1910

Mirepoix ancien 37 Bd des remparts marché aux moutons en 1Boulevard des Remparts à Mirepoix se tenait le marché aux moutons en 1905

Mirepoix ancien 21 en 1920Mirepoix la place Saint-Maurice en 1920

Mirepoix ancien 32 en 1905

Boulevard des remparts à Mirepoix en 1905 près de la porte d'Aval

Mirepoix ancien 36 place des Oustalets en 1905Mirepoix la place des Oustalets en 1905

Mirepoix ancien 27 en 1905Mirepoix place de l'hôtel de ville en 1905

Mirepoix ancien 26 en 1905  Mirepoix ancien 49 porte d'avail en 1905

Mirepoix, à gauche le cours Saint-Maurice et le clocher de la cathédrale en 1905 et à droite, la porte d'Aval en 1905.

Mirepoix ancien 12 en 1975

Vue générale de Mirepoix en 1975

Mirepoix ancien 13 en 1975

Voici un autre vue générale de Mirepoix en 1975, la cathédrale Saint-Maurice et à droite la place des Couverts

Mirepoix ancien 08 en 1980Mirepoix et le pont sur l'Hers en 1980

A bientôt pour la seconde partie de ce reportage

 

Ainsi se termine ce premierreportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

  Julie logo aout 2011 500x330

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans HISTOIRE
commenter cet article
15 octobre 2012
bandeau-pass--retrouv-.jpg

 

Des photos dans la lumière, sorties du placard, revivent, en souvenir des amis (es) ; se remémorer le passé, les bons moments conservés, ces photos racontent leur histoire.

Allez ! On se fait plaisir en publiant deux photos souvenirs qui me sont parvenues de Belcaire (merci à Basile qui est à l'origine de ces documents), c'est en quelque sorte "la belle époque" diront certains.

Je vous laisse découvrir celles-ci ...d'une époque pas si lointaine ...

Si vous avez des photos de groupes comme celle-ci et que vous voulez les publier comme Basile, envoyez les moi :   jp@belcaire-pyrenees.com

 

Belcaire conseil de révision 1964

Photo du conseil de révision devant la mairie de Belcaire en 1964

conseil de révision 1964 zoom 01

Zoom sur cette photo du conseil de révision devant la mairie de Belcaire en 1964.
 (De gauche à droite, en haut) OLIVARI Pierre, BONNET Louis, RABAUTE André, GRAULLE Pierre, SANSA Christian, TOUSTOU Gérard, FOURRIER Paul, PIBOULEAU ...
  (De gauche à droite, en bas) RABAUTE Roger, CRESTIA Michel, PIBOULEAU Yves, JEAN Pierre (le monsieur dégarni, au centre, était la personne qui vendait les cocardes de conscrits)

 

Pour ceux qui ne savent pas ce qu'est un conscrit, s'est un jeune homme appelé sous les drapeaux pour effectuer son service militaire.
Le mot conscrit signifie, dans le langage courant, l'ensemble des personnes nées la même année, et ces personnes étaient appelées sous les drapeaux en même temps pour faire leurs classes, la période des classes est la période de formation de base des nouvelles recrues dans l'Armée .
Avec la création de la conscription est apparue un peu partout en France une tradition durant laquelle les jeunes gens de chaque commune, se réunissaient et faisaient la fête, avant de partir à l'armée. Cette tradition marquait en quelque sorte l'entrée dans le monde adulte.
Dans beaucoup de villages des bals sont organisés par les conscrits et ceux-ci portent généralement un canotier, une cocarde tricolore, ils annoncent leur venue en " jouant " du clairon.

 

Belcaire Pierre et Jean Clottes 1965-70

Photo souvenir retrouvée, elle date des années 1965-70, Mr Pierre CLOTTES à gauche, avec son illustre frère Jean CLOTTES, référence mondiale de la préhistoire et leurs enfants.
Il faisait un temps d'automne, le froid est arrivé brutalement, et les arbres commençaient à roussir.

Pierre CLOTTES instituteur à Belcaire (aujourd'hui à la retraite) et spéléo chevronné, en 1968 le "sergent-major-secrétaire-instituteur-spéléo" Pierre Clottes, créait le premier Corps Départemental de Secours spéléo et de secours en montagne, formé uniquement de pompiers belcairois.

Son frère, Jean Clottes, né en 1933 à Espéraza dans l'Aude, est un préhistorien français reconnu, spécialiste du Paléolithique supérieur et de l'art pariétal. En 1975, il réalise une thèse sur les dolmens et menhirs du Lot et le mégalithisme en Quercy, il sera nommé Docteur ès en lettres et sciences humaines. Il a également une Licence ès lettres d'anglais. Il fut notamment, membre du Conseil Supérieur de la recherche archéologique de 1979 à 1995, membre de la Commission Supérieure des Monuments historiques, section grottes ornées de 1979 à 2002.

 

Ainsi se termine ce reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

  Julie logo aout 2011 500x330

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans ARTICLES DIVERS
commenter cet article