Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.belcaire-pyrenees.com
  •  www.belcaire-pyrenees.com
  • : BELCAIRE capitale du Pays de Sault en Languedoc Roussillon. Au départ j'ai réalisé ce site pour partager les retrouvailles 33 ans après, de 17 copines, dans cette région authentique préservée en territoire cathare au pied des Pyrénées. Mais je me suis aperçu que l'Aude n'était pas assez mise en valeur, alors amoureux de cette région et la passion étant là, j'ai réalisé des reportages pour vous présenter ce département aux lieux chargés d'histoire. Ce site a pour but surtout de vous faire découvrir cette région authentique, plein de charme qu'il faut aller visiter.
  • Contact

ANNONCES-MESSAGES-ACTUALITÉS

Ils veulent vous informer !

Pour découvrir les annonces

  cliquez sur la photo

Photo pour les annonces 02

Faites Une Recherche Sur Ce Site

LIENS UTILES

En cliquant sur l'une des images ci-dessous :

1 - vous pouvez écouter Radio Montaillou en direct

 

logo 01cliquez sur le logo RADIO MONTAILLOU ci-dessus pour écouter la Radio en direct
(en cliquant sur leur site en haut à droite)
pendant que vous consultez les pages du site
 

 

 

Pour suivre la progession et connaître la position des ours dans les Pyrénées
téléphonez au 05.62.00.81.10
 
Vous pouvez m'écrire
CLIQUEZ SUR LE PETIT CHIEN ROMÉO POUR ME CONTACTER
 
 
LIVRE D'OR
cliquez sur la photo pour déposées vos marques de sympathie et pour les visionner

Gîtes dans une ancienne école place du village de Comus, village situé
sur le tracé de l'emblématique Sentier Cathare et à proximité des gorges de la Frau et de Montségur
 
Locations gîtes et chambres d'hôtes à Ignaux dans les montagnes des Pyrénées
en Haute-Ariège près d'Ax-les-Thermes
 
Hôtel Restaurant Bayle ** à Belcaire

 

Sites d'Ami(e)s

Les Amis du Sabarthez de Pierre Cortinas

 

Pour le développement du tourisme au Pays de Sault :

     l'Association le Grand Sault

 

on y trouve des renseignements intéressants sur ce site :

     Chambre d'Agriculture de l'Aude

 

Logo réduit office du tourisme du pays de sault

Office du Tourisme du Pays de Sault

Chemin départemental 613

11340 ROQUEFEUIL

Tél : 04.68.20.75.89

 

Retour à la page d'accueil

LES LIVRES CONSEILLÉS

Nouvelle Rubrique pour découvrir

des livres intéressants

cliquez sur la photo

livres conseillés

MESSAGE

15 janvier 2013
bandeau-pass--retrouv-.jpg

 

www.belcaire-pyrenees.com est le seul site web du Languedoc Roussillon proche de vous, toutes générations confondues. Il vous donne la parole, diffuse vos sujets avec vos photos, la preuve en est encore aujourd'hui avec ce reportage.

Les sujets intéressent toutes les générations et met en valeur la région et cela ... gratuitement, sans contrepartie, avec uniquement votre soutien et votre participation. Je refuse d'y associer des bandeaux publicitaires qui n'ont pas leur place ici, je pense que j'ai raison. Je sais que certains hésitent pour participer à l'évolution de mon site, à ceux là, je leur dis, bougez-vous, ne vous laissez pas influencer par qui que se soit, osez ! Je compte sur vous pour vous ouvrir sur le monde, la vie en autarcie c'est finie avec les moyens techniques actuels ! J'espère que ce voyage dans le passé va vous plaire, c'est grâce aux natifs de Belcaire qui m'ont fournis ces documents, j'attends vos commentaires sur le mail du site ou à la fin de l'article.

Chacun d'entre nous a son existence chargée d'un passé que l'on a plus ou moins mémorisé avec le temps. Ce passé malgré tout proche de nous, que l'on n'a pas forcément connu, mais qui se perpétue grâce aux anciens de nos familles, et il y a ce passé vécu, propre à chacun, engrangé au fil du temps qui passe. Personne ne peut échapper à son passé, car se sont des souvenirs bons ou mauvais qui constituent le ciment de ce que vous êtes aujourd'hui et qui vous ont fait avancer dans la vie. Il n'y a que les photos, les films et les objets qui ont figé ces moments du passé, se sont les seuls éléments palpables qu'il vous reste, qui témoignent de ce passé. Les images du passé permettent de se remémorer ce temps qui vous a filé entre les doigts, celles-ci permettent aussi à chacun de se retrouver, de se souvenir des bons moments de sa vie. Quoique l'on en dise, il est parfois intéressant de se retourner pour faire face à son passé et de positiver, même si vous avez des regrets d'être passé à côté de choses qui peuvent vous paraître essentielles ou non, aujourd'hui.

Anne-Marie et une autre amie Belcairoise, en ce début d'année 2013, vous propose de partager avec vous des photos justement de leur passé, et de les faire revivre. Ces photos permettront peut-être aux belcairoises et aux belcairois de se souvenir des ami(e)s, de proches et qui sait, peut-être pour les expatriés, de retrouver et de renouer contact avec des personnes qu'ils avaient perdu de vu depuis longtemps ... cela s'est déjà produit lors de précédents reportages similaires sur ce site.

Pour information, ensemble, nous avons mis tous les noms des personnes reconnues sur les photos, il en manque parfois, il peut y avoir aussi des erreurs d'identification, n'hésitez pas à me contacter pour rectifier et je me ferai un plaisir de compléter ce document. Allez-y un peu de courage, laissez des commentaires sur les reportages, ils sont les bienvenus, cela se passe en bas de l'article, il vous suffit de cliquer sur "Ecrire un commentaire" c'est aussi simple que cela.

Je vous souhaite une bonne découverte de ce passé qui vous est proche, avec ces deux premières photos, qui nous sont proposées par Anne-Marie Maugard-Kirchstetter ...

 

Belcaire classe 1960

École de Belcaire, photo de classe d'Anne Marie datant de 1958

1er rang en bas de gauche à droite 

1 Baptiste ARNAUD, 2 Pierre VERGES, 3 Max MAUGARD, 4 Jean GRAUBY, 5 Rose-Marie PUEL, 6 Claudine BOFELY, 7 Catherine MALET, 8 Claudie SARDA, 9 Bernard VERDIER, 10 Lisette VERDIER,

2ème rang de gauche à droite

11 Jean-François  ?  (Celui qui a la bouche ouverte), 12 Christiane GRAULLE, 13 Josette TOUSTOU, 14 Fernande  BONNET, 15 Louis RIVIÈRE, 16 Anne Marie MAUGARD, 17 Martine PINEAU, 18 Yolande PELOFY, 19 Jackie FOURNIER

3éme rang en haut de gauche à droite

20 Ginette DELPECH, 21 Sylviane PUGENS, 22 Martine PELOFY, 23 Philippe CAMURAC 

Belcaire classe de 1963

École de Belcaire, photo de classe d'Anne Marie et de Pierrette datant de 1963 (année à confirmer)

1    Fernande BONNET  Nana (c'était son petit Nom)

2    .......?  (Je pense qu'elle s'appelle CALVO je n'en suis pas sure)

3    Chantal MAUGARD

4    Marie Christine VERGE

5    Florence PUGENS 

6    ..........? 

7    Nicole ARNAUD

8    Colette PACARAUD

9    Christine PACARAUD (sa sœur)

10  Isabelle  AUBERT (je pense)

11  Marie Thérèse DIEUZERE

12  Danielle PELOFY

13  Martine PELOFY

14  Claudine  BOFELLI  

15  Rose Marie PUEL  (ma très chère copine)

16  Anne Marie MAUGARD

17  Annie JASSIN

18  Yolande PELOFY

19  Odile GRAUBY   

20  Christiane GRAULLE

21   .........?

22   Huguette DELPECH

23   Sylviane PUGENS

24  Pierrette THERON

25  Josette TOUSTOU

26  Jacquie  FOURNIER

27  Lisette  VERDIER

28  Ginette  DELPECH

Une amie belcairoise m'a adressé les 14 photos qui vont suivre, que j'ai scanné. Elle m'a fait confiance en m'envoyant ses photos souvenirs, elle a eu raison puisque je lui ai retourné l'ensemble des documents peu de temps après ...

photos numéro 2 en 1965

École de Belcaire année 1965-1966 instituteur Mr Pierre Clottes

1er rang en bas de gauche à droite

Georges Adroit, Daniel Toustou, Christian Vidal, Christine Pacareau, Aline Pelofy, Jean-Claude Dieuzère, Pierre Maugard

2ème rang en haut de gauche à droite

Baptiste Arnaud, Christiane Graulle, Nicole Agulau, Rose Marie Puel, Pierrette Théron, Jean Grauby photos numéro 1 en 1950

École de Belcaire en 1950 avec les instituteurs Mme et Mr Luxey

1er rang en bas de gauche à droite

Fefé Graulle, Jean Coste, Baptiste Maugard, Émile Toustou, Étienne Vacquié, François Arnaud, Pierrot Fourrié, Jean-Pierre Mora, Éli Fournié, Michel Mora, Jeannot Fauché

2ème rang de gauche à droite

Jeannette "Impériale" Médus, Roselyne Adroit, Agnès Arnaud, Popo Toutou, Josette Graulle, Josette Sansa, Marie-Thérèse Fauché, Justin Arnaud, Cécile Médus, Annie Toustou

3ème rang de gauche à droite

Simon Toustou, Jean-Baptiste Sarda, Roger Casail, Marguerite Toustou, Armandine Fournié, Danielle Coste, Josette Sadourny, Albert Adroit, René Fauché, Popo Toustou

4ème rang de gauche à droite (les 3)

Henri Fourrié, Jeannot Sansa, Francis Toustou

5ème rang en haut de gauche à droite

Jeanne Médus, Francine Grau, Jeannette Céret, Monique Casail, Renée Maury, Gisèle Toustou, Jacquie Théron

photo numéro 14 en 1950

Voici une autre classe de l'école de Belcaire dans les années 1956 avec les instituteurs Mme et Mr Luxey

1er rang en bas de gauche à droite

Annie Jassin, Jacques Poux, Denis Pineau, Bernard Sansa, Jean Paul  Delpech, Jean Baptiste Camurac, Alain Luxey, Jean Vacquier, Yvon Grauby

2ème rang  de gauche à droite

Régine Sadourny, Odile Grauby, Marie Claude Grauby, Francine Jassin, Francine Graulle, Viviane Verdier, Marie Josée Bonnet, Marie Thérèse Pélofy, Pierre Rivière

3ème rang en haut de gauche à droite

Cécile Delpech, Régine Toustou, Reine Ritouret, Max Fauché, Christian Caux, Guy Boffelli, Jean Pierre Pélofy, Christian Maugard, Pierre Olivari

photos numéro 15 en 1950

Voici une autre classe de l'école de Belcaire dans les années 1955 avec les instituteurs Mme et Mr Luxey

1er rang en bas de gauche à droite

Jacques Poux, Reine Ritouret, Odile Grauby, Marie Thérèse Camurac, Christian Caux, Jean Baptiste Camurac, Jean Vacquier, Alain Luxet, Yvon Grauby, Annie Jassin, Pierre Rivière

2ème rang de gauche à droite

Régine Sadourny, Marie Hélène Pugens, Marie Claude Grauby, Monique Toustou, Anne Marie Toustou, Christian Maugard, Étienne Garros, Marie Josée Bonnet, Bernard Sansa, Cécile Delpech ou Calmels ?, Jean Paul Delpech, Francine Jassin

 3ème rang en haut de gauche à droite

......? Sorgesa, Jean Pierre Pélofy, Max Fauché, Régine Toustou, Suzanne Delpech, Guy Boffelli, Denis Pinaud, Louis Rivière, Vivianne Verdier, Francine Graulle

photos numéro 16 en 1950

Voici une autre classe de l'école de Belcaire dans les années 1954 avec les instituteurs Mme et Mr Luxey

1er rang en bas de gauche à droite

Alain Maugard, Marie Hélène Pugens, Viviane Verdier, Anne Marie Toustou, Jean Pierre Pélofy, ?...., Francine Jassin, Marie Claude Grauby, Gisèle Fauché, ?....

2ème rang de gauche à droite

Louis Bonnet, ?...., Éliane Berges, Suzanne Delpech, Marie Louise Jassin, Christiane Camurac, Marie Rose Ferrand, Monique Toustou, Michèle Médus, Jean Baptiste Toustou, Anne Marie Toustou, Étienne Garros

3ème rang en haut de gauche à droite

Geneviève Camurac, ?......, Élisabeth Ferrier, Francine Sadourny, Marie Josée Fauché, Joseph Caux, Albert Toustou, Louis Ferran, Pierre Olivari, Pierrot Jean

photos numéro 10 en 1950

8 Jeunes de Belcaire en voyage à Lourdes en 1957

Groupe de trois à gauche

Jeanne Rouzaud et Hélène Médus au-dessus d'elles Justin Arnaud,

Groupe de cinq à droite

Alfred Modol en haut, ensuite de gauche à droite : Francine Grau, Francine Sarda (Modol institutrice à Camurac), Jacquie Théron (Pibouleu) et en bas Francis Toustou

photos numéro 9 en 1947

École de Belcaire année 1947 dirigé par Mme et Mr Luxey

Des noms manquent ...

1er rang en bas de gauche à droite

Albert Adroit, Annie Toustou, Justin Arnaud, Renée Maury, Gisèle Toustou, ...?, Jeanne Médus, Jacquie Théron, Cécile Médus Ferrié, Francine Grau, ...?

2ème rang de gauche à droite

Féfé Graulle, Jeannot Fauché, Francis Toustou, Antonin Bonnet, ...?, ...?, René Fauché, Marie Céret, Paulette Adroit, ...?

3ème rang en haut de gauche à droite

Jacques Fournier, Antoine Ferrié, Baptiste Darban, ...?, ...?, Hélène Médus, Monique Cazail, Fifine Céret

photos numéro 4 en 1946

École de Belcaire année 1946

1er rang en bas de gauche à droite

Josette Sansa, Agnès Arnaud, Jeannette Médus, Marguerite Toustou, Jean Coste, Marie Thérèse Fauché, Jean-Baptiste Sarda, Roger Font

2ème rang de gauche à droite

Roger Cazail, Pierrot Fourrié, René fauché, Armandine Fournié, Josette Sadourny, Odette Font, Jeannot Sansa, André Giraud

3ème rang en haut de gauche à droite

Renée Maury, Gisèle Toustou, Jean Grau, Francis Toustou, Justin Arnaud, Jacquie Théron, Jeanne Médus

photos numéro 7 en 1929-30

Fin d'année 1920 ou début 1930 ? si vous connaissez la date de cette photo ...

de gauche à droite debout

Marie Toulza, MR Sadourny, Aurélie Poux, Rose Pugens, Mathilde Ondedieu (bouchère) Louis Pugens dit "Tony", sur la moto un italien, Marie Louise Delpech Théron la mère de Pierrette Gallardo, Maria Pugens

de gauche à droite assises

Lucienne Camurac et Marie Louise Sarda Graulle

photos numéro 12 en 1923

Serresèche de Dessus année 1908

Au premier plan les dames avec un bébé et un enfant plus âgé dans les bras se sont la famille CANET. L'enfant de gauche c'est Joseph Canet avec sa mère Justine Canet qui porte sa dernière fille Joséphine. Et à droite, c'est Julie Canet qui tient dans ses bras son frère Léon né en 1905.

Au centre de la photo, derrière le muret, c'est la famille MARTRE.

"SERRE SECHE du Dessus", est une métairie disparue dont il ne reste que des ruines, qui est située proche de la route qui mène du plateau de LANGUERAIL au hameau de TRASSOULAS.

photos numéro 13 en 1920

École de Belcaire année 1920 avec l'institutrice Melle Fauché

4ème rang en haut de gauche à droite

???

3ème rang de gauche à droite

???

2ème rang de gauche à droite

8ème Henriette PUGENS née en nov.1911, elle a tenu jusqu'en 1986 le café des "Bouteiller" en face de l'épicerie Vergé. (Merci au fils de Marie Hélène Pugens (Bonnery) qui m'a communiqué ces infos).

1er rang en bas de gauche à droite

???

Si vous reconnaissez des filles sur cette photo, communiquez moi leur nom je les rajoutereai volontier, vous savez ce qu'il faut faire ...

photos numéro 5 en 1914

École publique de Belcaire année 1914

Il y avait également une "école des Soeurs" qui comptait à peu près le même effectif.

L'école des filles à Belcaire : Les Soeurs de la Sainte-Famille créé en 1844

Pas de noms communiqués, c'est bien dommage ... si d'aventure un belcairois possédait la liste, je pourrai compléter ce document.

Remarquez, au premier rang les enfants à cette époque ont, pour la plus part des sabots

photos numéro 3 en 1898

École de garçons à Belcaire année 1898 instituteurs Mr Bézia et Mr Combes

Certains noms indiqués sur le document photographique n'ont pas été faciles à décrypter, n'hésitez pas à me corriger si vous avez identifié un élève dont son nom est mal orthographié

1er rang en bas de gauche à droite

Léon Bayle, Jean Toustou, Alphonse Graulle, Joseph Adroit, Léon Médus, Joseph Fournié, Léon Fournié, Joseph Vergé

2ème rang de gauche à droite

Baptiste Fournié, Joseph Verdier, Joseph Rabaute, Louis Terrisse, Jean Payre, Joseph Vieu, Henri Pelofy, Henri Maurice Pelofy de Loum, Pierre Graulle

3ème rang de gauche à droite

Clément Pelofy, Léon Mésonave, Paul Bayle, Pierre Camurac, Henri Médus, Joseph Sadourny

4ème rang en haut de gauche à droite

Jules Bayle, Julien Toustou, Jean Castet ou Custet ?, Henri Ferrant, instituteur Mr Baiza ou Bézia, instituteur Mr Combes, Justin Rabaute, Joseph Bayle, Simon Pelofy, Albert Camurac

photos numéro 6

Famille Arnaud, année ?

Frères et sœurs de gauche à droite

Agnès Arnaud, François Arnaud, Joseph Arnaud et Justin Arnaud.

Les 4 enfants de Louis Arnaud et de son épouse Rose Pugens (Agnès Arnaud sur cette photo épousera Mora de Belcaire). La famille habitait le quartier de l'Oum à Belcaire.

Pierre Théron papa de Pierrette Gallardo vers 1960

J'ai reçu aussi il y a quelque temps, ces photos de Pierre Théron le papa de Pierrette au labour dans les environs de Belcaire vers 1960.

Vous reconnaissez le lieu ?

Le labour avec le brabant venu dans le pays vers 1920, pesait de 120 à 130 kg, il pouvait donc être tiré par des boeufs ou vaches.

La profondeur du labour était d'environ 20 cm. Pierre préparait ici le labour pour la pomme de terre, il fut l'un des derniers laboureurs à travailler avec un attelage de boeufs.

Pierre faisait parti des "vrais paysans du Pays de Sault" qui aimait la terre, dur métier à l'époque, il ne fallait pas s'écouter, comme on dit !

Pierre Théron papa de Pierrette Gallardo vers 1960 bis

Zoom sur la photo précédente, Pierre Théron en 1960.

Le 21 octobre 2011 Pierre a fêté ses 100 ans (voir le reportage  ICI), après une vie bien remplie, il nous a quitté dans sa 101ème année le 27 juillet 2012.

Pierre Théron papa de Pierrette Gallardo vers 1970

Pierre Théron le papa de Pierrette, dans les prés avec la charrette chargée de foin.

Cette photo a été prise vers 1970, derrière l'ancien cabinet du docteur Bedos.

Le lieu se nomme "le Séguélares" que l'on prononce "séglares" il était situé à gauche en haut de la rue de Gardouch presque en arrivant sur la D613

Pierre Théron papa de Pierrette Gallardo vers 1970 bis

Zoom sur la photo précédente, Pierre Théron en 1970

photos numéro 8 en 1963

Conseil de révision le 15 mars 1962, les jeunes font la fête

de gauche à droite

Pierre Théron en train de tailler un manche avec son chien Médor, Joseph Arnaud sur le banc

debout : Baptiste Maugard, François Arnaud.

Cette photo a été prise dans le quartier de la Coum à Belcaire.

 

Cliquez sur le numéro pour voir les autres reportages de "Belcaire passé retrouvé ..."

n°1 - n°2 - n°3 - n°4

 

Si vous voulez voir diffuser d'autres reportages "Belcaire passé retrouvé ..." vous savez ce qu'il vous reste à faire !

C'est le seul site web qui parle de votre région et qui tente de la mettre en valeur, sachez que j'ai toujours besoin de photos pour documenter les reportages, pensez-y ! 

Vous connaissez mon adresse mail pour me les adresser :

  jp@belcaire-pyrenees.com

 

Ainsi se termine ce reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

  Julie logo janvier 2013 495x350

Partager cet article

Réalisé par Anne-Marie Kirchstetter / Jean-Pierre Lagache - dans LA PORTE DES CONFIDENCES
commenter cet article
24 décembre 2012
bandeau le monde rural 825x250 Belcaire pic des sarrasis

 

Changer de vie, changer de pays, changer de région, ils l'ont fait comme certainement beaucoup d'autres. Pas facile de se décider quand on manque de repères sur sa future destination, mais qui ne rêve pas d'une meilleure qualité de vie ... Anne et Paul Delobel l'on fait et ils ne regrettent pas, d'avoir un jour, traversé par hasard le Pays de Sault. C'est ce que nous raconte Anne dans ce petit résumé qui retrace leur arrivé dans les Pyrénées, pour y vivre et s'y installer définitivement, laissant derrière eux la Belgique ... A l'automne de leur vie, ils ont trouvé à Belcaire, ce que intuitivement ils désiraient ... Lisez et méditez, Anne raconte, elle laisse parler son cœur en toute simplicité :

 

Fin juin 2008, nous voilà prêts à traverser la France avec tout notre mobilier pour venir nous installer dans notre nouvelle demeure au pied des Pyrénées Orientales.

Cette décision avait germé dans notre esprit lors de vacances passées du côté du Mont Perdu, dans le parc national d'Ordesa en Espagne.

Il faut dire que mon mari et moi sommes tous deux amoureux de la montagne et les Pyrénées nous ont surtout attirés pour ses paysages grandioses, sa flore et sa faune abondante et surtout pour son air pur et son authenticité.

L'acquisition de notre maison a été conclue assez rapidement. Certes, cela faisait des mois que nous consultions les agences immobilières sur internet. Finalement nous avions sélectionné quelques propriétés qui pourraient nous plaire.

En février 2008 nous avons pris une semaine de “vacances” pour sillonner la région du Languedoc entre Limoux et Quillan.

Cette région je la connaissais un peu, y ayant passé des vacances dans un passé lointain. J'avais un souvenir de sites Cathares, de quelques fameux cols tels que le Pailhère et le Pradel et des rhododendrons en fleurs près des lacs pyrénéens. C'était tout, mais c'était déjà ça.

En fin de semaine, nous n'avions toujours pas trouvé la perle rare. Nous avons vu défiler un tas de maisons en si peu de temps et aucune ne correspondait à ce que nous cherchions.

Ou bien c'était trop délabré, trop cher, trop isolé, pas assez clair, trop grand, trop petit, bien que les promoteurs nous jouaient la carte du “gros potentiel”.

A la fin de notre séjour, nous étions à Quillan par une belle journée ensoleillée de février. Nous avions rendez-vous dans une agence tenue par des compatriotes (plus tard, nous avons pu constater que d'autres Belges avaient fait le même choix que nous. Assurément, il serait intéressant d'approfondir la question pourquoi des étrangers et les Belges en particulier sont attirés par ce territoire aux confins de la France et de l'Espagne. Cela pourrait faire l'objet d'une étude sociologique, ce qui ne relève pas du sujet de cet article).

Donc nous voila montés dans la voiture de notre agent-accompagnateur qui nous emmène à Belcaire, au Pays de Sault. Celui-ci nous précise qu'il s'agit d'un plateau à 1000 mètres d'altitude.

Plutôt sceptiques, nous nous laissons conduire par la route sinueuse bordée de roches et de sapins. Au départ de Quillan les panneaux indiquent la direction “Ax-les-Thermes”, “station de Camurac”, “Puivert”, “Nebias”, “Lavelanet”, “Foix” destinations tout à fait inconnues en dehors de Foix (de la comptine "il était une fois dans la ville de Foix") et Puivert (château cathare et place forte des troubadours). Je me laisse aller à imaginer un monde particulier, mystérieux sur un plateau entouré de sapinières, où les animaux sauvages gambadent en toute liberté et où les habitants (s'il y en a) vivent au rythme des saisons.

J'écoute à moitié les propos de notre chauffeur. Tout ce que je désire, c'est trouver “notre” maison, au calme, pas trop isolée quand-même, avec un jardin, peu de travaux à faire, une vue “ouverte” sur le paysage.

A cet instant-même, je ne pouvais pas savoir que chaque fois que je remettrais mon clignotant en marche pour virer à droite au départ de Quillan direction Ax-les-Thermes et que je m'élancerais vers les hauteurs, il me viendrait la sensation de retourner au paradis.

Après 2 visites de la maison à Belcaire, le marché fût conclu. Nous reviendrions en juin pour signer l'acte chez le notaire et prendre possession de notre nouvelle demeure.

Car la maison avait tout pour nous plaire. Et le village de Belcaire répondait à nos attentes. Il y avait des commerces, un centre médical, une poste, une banque, un lac et de belles promenades à faire.

Donc fin juin 2008, nous voilà montant par le col du Chioula au départ d'Ax-les-Thermes avec tout notre chargement (le camion de déménagement arriverait en fin de journée), plutôt un détour, merci tonton GPS de ne pas reconnaître la route beaucoup plus courte par la forêt de Bélesta.

Fatigués par une nuit de route, nous n'apprécions pas encore le paysage magnifique qui nous entourait.

Une fois installés, la paperasse administrative digérée, les formalités exécutées, nous nous sommes laissé imprégner de tout ce qui nous entourait. Nous avons enfilé nos chaussures de marche et nous sommes parti à l'assaut des monts et vallées de ce pays totalement inconnu.

Nous en avons vite découvert les richesses cachées et nous nous sommes demandé pourquoi ce charmant plateau n'attirait pas plus de monde. Car au cours de nos promenades, nous ne rencontrions âme qui vive. Personne ! Seules les traces de sangliers et de cerfs, et les rapaces haut dans le ciel étaient signes de vie.

Petit à petit je me suis réalisée que les “sites à voir” selon les brochures, se limitaient à la Haute Vallée de l'Aude, Carcassonne, Limoux, et qu'après Quillan il n'y avait plus rien, nothing, nada !

Un plateau oublié, à découvrir “par hasard”.

Mais le hasard ne fait pas toujours bien les choses. Tout à coup il me prit l'envie de secouer quelqu'un ou quelque chose, car sans trop le savoir, je m'étais bel et bien entichée de ce merveilleux pays de nulle part. Le Pays de Sault devait être mis en évidence par je ne sais quelle volonté, de ses habitants, de ses prestataires, de ses élus ...

Durant ces 2 années passées à Belcaire, j'ai pu me rendre compte des atouts de cette belle région, mais aussi de certaines imperfections. Il m'a semblé qu'il existait une certaine appréhension à faire bouger les choses, peut-être parce que les autochtones ne se rendaient pas compte des richesses de leur territoire qu'ils devraient partager avec d'autres, ancrés comme ils le sont dans cette terre de leurs aïeux. Mais c'est partout pareil, on ne voit bien les choses qu'en prenant du recul et en les regardant du ciel.

Non, il ne s'agit pas de bâtir Rome, mais tout de même, un peu plus de bonne volonté et d'entente entre les différentes communes ne seraient pas malvenues pour développer le potentiel touristique que possède ce territoire.

Et que dire de ses habitants ? Tout compte fait, nous étions des étrangers venus du Plat Pays.

Et ici nous sommes dans le Sud, et en plus dans un village de montagne. Et les montagnards... pas faciles à fréquenter, nous avait-on dit.

Un village de 400 habitants ou un peu plus, où le travail de la terre et l'exploitation du bois prédominent n'est pas comparable aux villes de Belgique, bruyantes et au trafic intense, d'où nous venions. Mais c'est justement ce que nous fuyions. Et nous avions bien l'intention de nous adapter.

Dès le début nos voisins nous accueillirent, l'un un peu plus sur ses gardes que l'autre, mais au final avec beaucoup de bienveillance, racontant des blagues sur les Belges, qu'ils avaient entendues ici et là, et avec un sourire en coin quant à notre accent.

Nous avons découvert leurs “apéros”, comprenant vin cuit, muscat, marquisette, whisky (plutôt anglais il me semble ?), leurs marchés gourmands, la ronde des Sapins, les fêtes de village, autant de moments de se retrouver dans la convivialité, tous ensemble. Plutôt différent des coutumes belges, où la bière, les moules et les frites sont à l'honneur, où les rencontres se font plutôt en s'invitant l'un l'autre chez soi et où chaque manifestation sportive se termine au comptoir du café où les discussions vont bon train autour des chopes bien remplies.

Les gens d'ici sont assez sobres, prêts à rendre service en cas de pépin, plutôt sur leur garde, mais une fois la glace brisée, curieux de mieux vous connaître.

Bien souvent, dans une conversation, il suffit de prononcer le mot “champignon” pour qu'un charme s'opère. Les yeux s'illuminent, les langues s'animent et se délectent à énumérer les différentes sortes qu'on trouve dans les bois et les prés environnants : les chanterelles, les cèpes, les morilles, les roses des prés, les rousillous, les pieds de mouton et j'en passe. Tout le monde y met du sien, le maire, l'instituteur, le bûcheron, le menuisier, le peintre, le maçon ... ils sont tous passionnés, envoûtés, friands de champignons.

Mais ne posez pas la question fatale “où les trouvez-vous ?” Chacun garde son endroit favori bien secret. Motus et bouche cousue, on passe à autre chose, par exemple l'influence de la lune sur tout ce qui pousse.

Plantez vos pommes de terre à la lune descendante, et les salades quand la lune monte. Pareil pour la coupe du bois, c'est la lune qui gère tout.

J'avoue que quand on a le privilège de contempler des ciels étoilés comme il y en a ici et que la lune éclaire le pic des Sarrasis en face de chez nous, j'ai la gorge qui se noue et je me dis que ces affinités lunatiques pourraient bien être vraies.

Par contre, lorsque sonne l'heure de la chasse au 15 août, les habitants du plateau ont bel et bien les pieds sur terre. Plus de lune qui vaille, chaque mercredi et le weekend on entend les détonations résonner un peu partout.

D'abord c'est aux sangliers de courir pour sauver leur peau. Ensuite c'est au tour des cerfs, bien que pendant la période du brame (du 15 septembre au 15 octobre) ils ont droit à une trêve pour qu'ils puissent accomplir leur devoir parental et ainsi assurer la continuité de l'espèce.

Le soir au crépuscule ou tôt le matin, à l'aube, un beuglement impressionnant semble sortir du flanc de la montagne. J'essaie en vain d'apercevoir la bête dans la pénombre où elle se terre.

Le weekend des randonneurs chaussés de bottes et armés de jumelle viennent en groupe pour essayer de les voir. Patiemment ils attendent du haut de leur promontoire, et avec un peu de chance, les voila qu'ils sortent des bois.

Entretemps nos vaillants chasseurs ne restent pas les bras ballants. Hormis les cerfs il reste assez de gibier à abattre.

Il nous est souvent arrivé de rencontrer un chien de chasse descendant le sentier, sa petite clochette résonnant dans le vent, l'air effaré et essayant de retrouver son maître. Et le dimanche, aux urgences chez le vétérinaire, tous les 4x4 garés, autant de chiens blessés, je ne peux m'empêcher de les prendre en pitié.

Eh oui, un morceau de biche bien tendre sur son assiette, arrosé d'un bon vin, il est vrai que ça ne se refuse pas. Difficile de prendre parti !

Et puis il y a l'ours ! Animal un peu mythique, sujet de controverses. Au début j'en avais peur. C'est un animal sauvage et non des moindres. Bizarre, c'est la première peluche qu'on donne à bébé. Et le grand méchant loup hante toute notre enfance. Sans doute la pelisse d'un ours est toute douce et l'image de l'animal dévorant un pot de miel ou chouchoutant ses petits est tellement attendrissante. Mais vous n'avez pas vu ses griffes !

J'ai consulté internet pour savoir que faire si je le rencontrais : l'un dit de se jeter par terre et de faire le mort, l'autre dit de faire du bruit et de manifester sa présence, ou bien il faut rester immobile et se taire, surtout ne pas s'enfuir.

Mais au cours de mes randonnées, pas la moindre trace de notre compère. Pourquoi s'embêterait-il de notre présence ? Les fleurs, les fruits poussent ici en abondance et le territoire est assez vaste pour y trouver de quoi manger.

 

Les deux années vécues ici, dans un tel environnement ont quelque peu ébranlé ma vie intérieure. De nouvelles convictions se sont forgées, mes sentiments vis-à-vis de la nature qui nous entoure se sont intensifiés.

L'ours, animal sauvage gambadant dans les plaines, caché dans les forêts sombres, sans le savoir, sans me connaître, m'a fait prendre conscience d'un sentiment fort qui peu à peu a remplacé la crainte.

C'est que nous sommes tous des maillons de la chaîne, la colonne vertébrale qui soutient notre planète Terre.

Nous avons beaucoup de chance de vivre sur un territoire où ces maillons sont intacts, non saturés par les artifices de notre société, où l'air est pur et les produits du terroir.

Des fois le soir, quand je referme le portail, mon regard parcoure l'avenue d'Ax-les-Thermes qui se perd dans le lointain, bordée de frênes dressant leurs silhouettes vers le ciel, comme les gardiens d'une terre privilégiée, et je me dis que j'ai fait le bon choix en venant y vivre.

Anne Delobel - Smet

Belcaire decembre 2012 02

La magie de l'aurore et son cortège de couleurs sur le pic des Sarrasis près de Belcaire, paysage que Anne contemple tous les jours

Belcaire decembre 2012 001

Belcaire vu du lac

Paul (le mari d'Anne) m'a fait ce cadeau, il m'a envoyé une bonne vingtaine de photos prises lors de ses randonnées, début décembre 2012, premières neiges !

J'avais envie de partager avec vous ce cadeau, merci Paul.

Belcaire decembre 2012 01

A gauche, l'église de Belcaire avec son clocher crénelé et le pic des Sarrasis, mystérieux !

Belcaire decembre 2012 03La Coume de Ferrières vu du lac de Belcaire

Belcaire decembre 2012 06Petit pont du lac de Belcaire

Belcaire decembre 2012 07Quelques chalets surplombant le lac de Belcaire

Belcaire decembre 2012 12

Le lac de Belcaire début décembre 2012

Belcaire decembre 2012 08

Le côté ouest du lac de Belcaire

Belcaire decembre 2012 10

L'eau commence à geler sur le lac, l'hiver est précoce cette année

Belcaire decembre 2012 09

Cliché du lac de Belcaire en venant de la Coume de Ferrières

Belcaire decembre 2012 11

Très beau jeu de lumière sur le lac en partie gelé en ce début d'après midi de décembre 2012

Belcaire decembre 2012 05

La petite rue de l'église montant vers le point culminant du village de Belcaire

Belcaire decembre 2012 04

Le Ribayrol et le Picou à gauche, une verrue venue narguer le pic des Sarrasis

Belcaire decembre 2012 13

J'adore cette photo, elle est superbe, Belcaire sous la neige, vu du chemin de randonnée menant à Roquefeuil

Belcaire decembre 2012 14Le sentier menant de Roquefeuil à Belcaire passant au pied du pic des Sarrasis

Belcaire decembre 2012 15Une vue vers l'Est en direction de Quillan avec le Picou d'Argues au fond

Belcaire decembre 2012 16Belcaire au fond, paysage silencieux

Belcaire decembre 2012 17Très peu de traces, neige inviolée, l'accès du chemin de randonnée montant au sommet du pic des Sarrasis

Belcaire decembre 2012 19

On commence à apercevoir l'église du paisible village de Roquefeuil

Belcaire decembre 2012 18En contre bas du chemin le village de Roquefeuil apparaît

Belcaire decembre 2012 20Le sentier de randonnée menant de Belcaire à Roquefeuil

Nouvel amour

Coup de foudre

Dès mon arrivée, tu m’as séduit .

En dévoilant tous tes atouts,

Tu m’as convaincu

Et conforté dans ma recherche :

C’est ici que je veux dresser ma tente !

Moi, l’étranger venu du plat pays

Chez toi, pays coloré de panoramas, défilés et sommets…

 

Petit paradis, isolé et mystique

Au corso fleuri d’orchidées et de colchiques

Pays d’air frais, de soleil, de neige et de vent,

De boules de foin et de rapaces

 

Pays du bout du monde, invitant mais secret

Pays de gens qui vous accueillent

Calmes, mais parfois méfiants,

Hommes marqués par l’histoire, le temps et la nature

Chasseurs, cueilleurs de champignons,

Plaisantant dans les fêtes locales

Riches de leur passé

Mais soucieux de l’avenir

 

Pays d’antan,

Pays en devenir

Pays à découvrir

Embrasse-moi

 

Anne Delobel-Smet

New life

Je remercie Anne pour m'avoir adressé son récit et Paul son époux pour les magnifiques photos enneigées.

Je profite aussi de cette occasion, pour saluer tous les ami(e)s belges qui se sont installés dans la région, qui partagent et la font vivre.

 

C'est le seul site web qui parle de votre région et qui tente de la mettre en valeur, sachez que j'ai toujours besoin de photos pour documenter les reportages, pensez-y ! Faites comme Paul !!

Vous connaissez mon adresse mail pour me les adresser :

 jp@belcaire-pyrenees.com

 

Ainsi se termine ce reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

  Julie logo aout 2011 500x330

Partager cet article

Réalisé par Anne et Paul Delobel / Jean-Pierre Lagache - dans LA PORTE DES CONFIDENCES
commenter cet article
17 décembre 2012
bandeau genealogie histoire de famille 02

 

L'histoire d'une famille de Belcaire, les CAPDET

 

Michel Capdet qui habite aujourd'hui les Pyrénées Orientales, fidèle lecteur de mon site m'a contacté, il m'expliqua, qu'en cherchant ses origines afin de bâtir son arbre généalogique, il découvrit l'histoire d’une branche Belcairoise dont voici le résumé qu'il m'a confié ....

 

France Argentine descendants Capdet

Voici l'histoire d'une  famille, les Capdet du Pays de Sault, qui vous mènera de Belcaire à Ushuaia en passant par Buenos Aires en Argentine.

Les" Capdet" migrants du Comminges (région sud du département de la Haute-Garonne) se fixent à Belcaire aux alentours de 1600 alors que d'autres passent la frontière pour le Roussillon.

 

Au 19ème siècle la population de Belcaire dépassait les mille habitants, on y trouvait (chirurgien, médecin, notaire etc..). Progressivement ce nombre va décroitre, l'essor industriel des villes procurant plus de débouchés. Les jeunes s'engagent dans l'armée entraînant parfois la disparition de quelques uns (Algérie, bataille de Sébastopol, maladies). Essentiellement agriculteurs, les Belcairois vont vendanger tous les ans dans le Rivesaltais.

 

En 1829 Capdet Jérôme naît à Belcaire, son père, François est bucheron, et sa mère Maury Marie, fille  de tailleurs d'habits. Jérôme fera son apprentissage au sein de cette famille, et c'est comme tailleur d'habits qu'il s'installe en 1840 à Perpignan au n°31 rue des Augustins.

 

En 1843 il épouse à Perpignan  Vigué Catherine. A la publication des bans de Belcaire le nom de la fiancée est inscrit dans la phonétique Catalane (Biguait). Ils auront 7 enfants dont 2 survivront, Marie Catherine et Jean Louis François.   Jérôme  décède à l'âge de 45 ans.

 

Jean Louis François né en 1858 épouse à Perpignan en 1879 Canals Françoise  (couturière), ils auront quatre enfants, dont Pierre né en 1885. Son épouse Françoise décèdera en 1886.  

Jean Louis François va se remarier avec Planas Rose (couturière), ils auront trois enfants, tous trois décèderont. 

En juin1889 Capdet Jean Louis François prend une décision qui va changer sa vie, il embarque seul à Bordeaux pour l'Argentine sur le bateau "Dupuy de Lome", arrivé sur cette nouvelle terre, il ouvre un atelier de tailleur d'habits à Buenos Aires puis revient à Perpignan chercher sa famille, ils auront une autre enfant, Thérèse,  mais divorcent rapidement.

Capdet Jean Louis François repart  définitivement pour l'Argentine en compagnie de son fils Pierre 9 ans (fils de son premier mariage), qui va s'appeler maintenant Pedro. Sa nombreuse descendance qu’il a eu avec Clotilde villerchi , fille d’un immigré Italien, s'étend maintenant de Buenos Aires à Ushuaia.

 

Si vous allez un jour faire du tourisme à Ushuaia, rendez visite à Capdet Miguel  ou Capdet Martin pour leur parler de Belcaire, nous avons eu le plaisir de leur apprendre leur histoire Française de Belcaire à Perpignan.

Les Capdet de Belcaire sont connus par la population actuelle .Tous en ont eu au moins un dans leur famille au cours des siècles. 

A Belcaire, après 1900, les branches suivantes n'ont que des filles.

De nos jours, il n'y a plus de Capdet à Belcaire, François est parti à Pamiers et son fils habite dans le Gers, sachez que l'Argentine en comporte un nombre élevé de descendants qui portent ce nom. 

 

Michel qui faisait ces recherches généalogiques est remonté aux Capdet d'Argentine après deux années de recherche. Ayant découvert leurs existences, il réussit à localiser et à contacter les descendants de Jean Louis François Capdet en téléphonant à Buenos Aires. Il leur apprit leur origine de Belcaire à Perpignan. C'est comme cela que les Capdet argentins lui envoyèrent  la photo de son ancêtre Jean Louis François Capdet que vous pouvez voir ci-après ...

  Jean Louis François CAPDET en Argentine 02

descendants capdet de Buenos AiresCette seconde photo a étét prise à Buenos Aires en 2011

En cravate, Capdet Juan  Martin arrière petit fils de Jean Louis François Capdet 

 

Michel a réalisé un relevé systématique de tous les Capdet de Belcaire de 1690 jusqu'à nos jours, c'est un document de 4 à 5 pages, liste d'alignement de noms Capdet. Si quelqu'un de Belcaire pense avoir un lien de parenté avec les Argentins, il peut vous renseigner. Il précise que tous les Capdet de Belcaire sont parents à partir de 1600. Si vous êtes intéressé il peut vous expédier des photocopies de ces relevés. Contactez-moi, je vous communiquerais son adresse email. 

---------------------------------------------------------------------------------------------------

Les choses évoluent, à la suite de ce reportage, Patricia Kobrin Calmels m'a contacté (voir les commentaires) pour apporter des informations complémentaires. En effet, son père Jérôme CALMELS était le fils de Marie CAPDET et de Jean-Robert CALMELS et donc apparenté à Guy Calmels mon ami de Belcaire. Par ailleurs elle m'a envoyé la photo de la carte d'identité de son arrière-grand-père, né à Belcaire le 6.01.1863, Jérôme CAPDET que voici :

carte identité Jérôme CAPDET 02

   

C'est le seul site web qui parle de votre région et qui tente de la mettre en valeur, sachez que j'ai toujours besoin de photos pour documenter les reportages, pensez-y !

Vous connaissez mon adresse mail pour me les adresser :

  jp@belcaire-pyrenees.com

 

 

Ainsi se termine ce reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

  Julie logo aout 2011 500x330

Partager cet article

Réalisé par Michel Capdet / Jean-Pierre Lagache - dans LA PORTE DES CONFIDENCES
commenter cet article
12 décembre 2012
bandeau-flash-info.jpg

Bouquetin 07

 

LE RETOUR DU BOUQUETIN DANS LES PYRÉNÉES !!

 

Il avait disparu depuis près d'un siècle des Pyrénées françaises. Le bouquetin pourrait y faire sa réapparition l'année prochaine, à la faveur d'une réintroduction. Victime de surchasse, cet animal symbole du patrimoine naturel des Pyrénées, où il est présent depuis la préhistoire, a disparu côté français en 1910. Vingt premiers bouquetins importés d'Espagne pourraient être introduits en avril 2013 dans les Hautes-Pyrénées et autant en Ariège, si la population y est favorable. Les habitants des Pyrénées sont en effet appelés à s'exprimer sur le projet depuis le 20 novembre jusqu'au 19 décembre 2012 ... Et pourquoi pas dans les montagnes et forêts du Pays de Sault ??

Par rapport à l'introduction de l'Ours, pour ma part, je suis plus favorable à ce repeuplement des bouquetins sur l'ensemble des Pyrénées, c'est mon avis ... D'ailleurs à propos de l'ours, un bilan vient d'être fait, je vous donne des infos à la fin de ce reportage, si cela vous intéresse ... Je précise que les photos montrent des bouquetins alpins, sauf les deux dernières qui sont des bouquetins ibériques.

 

Bouquetin 01

À l'âge adulte, les cornes du mâle atteignent 70 à 100 cm et peuvent peser jusqu'à 6 kg la paire.

 

Consultation sur la réintroduction du bouquetin en Ariège

La consultation du public sur le projet de réintroduction du bouquetin se déroulera jusqu'au 19 décembre 2012 inclus. Pendant cette période, le dossier présenté par le Parc Naturel Régional des Pyrénées ariégeoises pourra être consulté :  à la sous-préfecture de Saint-Girons et à la mairie d'Ustou,  sur le site internet de la DREAL à l'adresse suivante :

http://www.midi-pyrenees.developpement-durable.gouv.fr/bouquetin-iberique-r3133.html

Une note de présentation de l'opération sera également à la disposition du public dans les mairies des communes de Couflens, Seix, Oust, Ercé et Aulus-les-Bains.

Toute personne intéressée pourra consigner ses observations sur les registres ouverts à cet effet dans la commune d'Ustou et à la sous-préfecture de Saint-Girons.

Les observations pourront être également adressées par voie postale, à la direction départementale des territoires de l'Ariège, unité biodiversité forêt - 10 rue des Salenques BP10102 - 09007 Foix cedex et devront obligatoirement comporter le nom et l'adresse de leurs auteurs, être datées et signées. Les observations pourront également être formulées par message électronique, comportant obligatoirement le nom et l'adresse de l'expéditeur, envoyé à l'adresse suivante : 

pref-reintroduction-bouquetin@ariege.gouv.fr

Bouquetin 02

Le bouquetin est un mammifère de l'ordre des Artiodactyles, de la famille des Bovidés et de la sous-famille des Caprinés.

 

Réintroduction du bouquetin : consultation publique lancée

La réintroduction du bouquetin dans les Pyrénées devrait intervenir en avril 2013. Ce projet n'attend plus que la signature, imminente, d'un accord franco-espagnol. Une consultation du public est lancée du 20 novembre jusqu'au mercredi 19 décembre inclus. Elle concerne, dans un premier temps, la réintroduction de 40 bouquetins ibériques (capra pyrenaica), une espèce protégée, dans la zone cœur du Parc national des Pyrénées, à Cauterets. 

La préfecture des Hautes-Pyrénées centralisera les avis et à l'issue de la consultation, la DREAL établira une synthèse en vue de la transmission du dossier pour consultation au Conseil scientifique régional de protection de la nature et au Conseil national de protection de la nature pour délivrance d'un avis relatif à l'autorisation de réintroduction.

Les bouquetins viendront de deux sites espagnols, Gredos et Tortosa.

Bouquetin 10  Bouquetin 16

Il y a 100 000 ans, le bouquetin vivait dans toutes les régions rocheuses d'Europe centrale.
Les hommes du Paléolithique supérieur le peignent dans de nombreuses grottes comme par exemple à Lascaux.

Bouquetin 14Très jeune bouquetin.  Trois mois après sa naissance, il se dote en effet d'une paire de cornes ; lesquelles grandissent tout au long de la vie

Bouquetin 17

Chez les petits bouquetins, la reconnaissance des sexes est impossible avant 5-6 mois et reste très difficile jusqu'à 1 an ; on parle alors de cabris.

Bouquetin 03Au-delà d'un an, il devient possible de différencier les sexes des individus à l'observation par le diamètre des cornes.

Celui des éterlous, c’est-à-dire des jeunes mâles, est plus important : les cornes se font plus épaisses à la base du fait de l'apparition des premières nodosités.

Chez les éterles, jeunes femelles, elles sont plus minces et dépourvues de bourrelets.
Les cornes constituent donc un élément moteur dans la détermination des sexes, mais également dans la détermination de l'âge d'un individu.

 

Le bouquetin retrouvera les Pyrénées au printemps

Au printemps prochain, le Parc national des Pyrénées devrait accueillir les premiers lâchers de bouquetins. Un programme suspendu à un accord franco-espagnol.

La réintroduction du bouquetin dans les Pyrénées est programmée pour avril 2013. Mais, comme le précise Gilles Perron, directeur du Parc national des Pyrénées, elle est «suspendue à la signature de l'accord franco-espagnol» régulièrement annoncée comme imminente.

En attendant, de ce côté-ci des Pyrénées, on fait comme si les Espagnols allaient dire oui pour tenir la date des premiers lâchers en avril prochain. Le projet fait l'objet d'une consultation publique actuellement, à la fois dans les Hautes-Pyrénées et en Ariège.

La réintroduction du bouquetin ibérique (capra pyrenaica) débute sur les secteurs de Péguère-Ardiden (Hautes-Pyrénées) et Ustou (Ariège). 40 animaux (20 en 2013 et 20 en 2014), à parité mâle-femelle, seront lâchés sur chacun des deux sites. Puis, en 2015 et 2016, deux autres vagues de lâchers s'effectueront sur le secteur Pic-Long Néouvielle (65). Ensuite, à partir de 2017, le site béarnais de Ger-Gabizos devrait accueillir à son tour des bouquetins.

«L'accroissement annuel est de 30 %. Pour une population viable, il faut atteindre 200 individus», précise Jean-Paul Crampe, expert du bouquetin au Parc national des Pyrénées.

Les animaux viendraient de deux sites espagnols : Gredos (centre de l'Espagne) et Tortosa (sierra du Levant). Les bouquetins passeront une batterie de tests et seront placés en quarantaine avant d'être réintroduits. «Nous devons nous assurer de la garantie sanitaire des animaux», indique Gilles Perron, «Les bouquetins doivent être en bonne santé pour ne pas véhiculer de maladies à la faune sauvage et au bétail et pour que la réintroduction marche». Éric Sourp, responsable scientifique du Parc national des Pyrénées précise que «les opérations de réintroduction du bouquetin dans les Alpes n'ont pas généré de problème sanitaire». Les animaux feront l'objet d'un suivi. Certains seront équipés de balises.

S'agissant du volet financier, le coût de la réintroduction, rien que pour les sites du Parc national des Pyrénées, se monte à 125 000 € par an sur 9 ans, soit 1, 1M€.

Bouquetin 06

La femelle bouquetin également appelée "étagne" est plus petite et plus fine que le mâle. Elle mesure entre 70 et 78 cm de hauteur au garrot pour une longueur comprise entre 1,05 met 1,45 m. Son poids varie entre 35 et 50 kg.

La différence principale par rapport au mâle, réside dans la longueur des cornes. Ces dernières sont en effet beaucoup plus courtes, mesurant 20–25 cm (30 au maximum) et ne pesant que 100 à 300 grammes la paire. Les cornes des femelles sont plus fines et par ailleurs dépourvues de bourrelets.

Un arrêté ministériel datant de 1981, protége intégralement le bouquetin sur tout le territoire national

Bouquetin 12

Le bouquetin introduit dans les forêts du Pays de Sault est-ce faisable ?

Bouquetin 09

Jusqu'au milieu du XVème siècle, le bouquetin était encore répandu dans les massifs des Alpes et des Pyrénées, mais le développement des armes à feu signe très vite sa fin.

L'animal, facile à approcher et à chasser, est alors consommé pour sa viande. La médecine de l'époque toute empreinte de superstitions, lui est alors fatale : les cornes broyées en poudre sont alors utilisées comme remède contre l'impuissance, son sang comme remède contre les calculs urinaires, son os en forme de croix situé au niveau du cœur comme talisman. Enfin l'estomac est utilisée pour vaincre les dépressions.

Bouquetin 11

Le bouquetin mesure entre 75 et 90 cm au garrot pour une longueur, du museau à la queue, comprise entre 1,40 m et 1,60 m. Son poids varie en fonction des saisons, s'établissant entre 65 et 100 kg

Le dossier de réintroduction est consultable sur le site :  

www.midi-pyrenees.developpement-durable.gouve ; fr/bouquetin-iberique-r3133.html

Vous trouverez sur celui-ci :

La consultation sur les projets territoriaux de réintroduction du bouquetin dans les Pyrénées

La Stratégie Nationale de restauration des Bouquetins en France a donné lieu sur le massif Alpin à plus d’une quinzaine d’opérations de lâcher dans différents parcs régionaux ou national. Pour les Pyrénées et l’espèce spécifique de notre massif (capra pyrenaica), la Stratégie Pyrénéenne de Valorisation de la Biodiversité a prévu un volet bouquetin visant à reconstituer une population pyrénéenne à partir d’individus de l’espèce d’origine espagnoles.

Dans ce cadre, deux projets de réintroduction sont portés l’un par le Parc National des Pyrénées dans les Hautes-Pyrénées, l’autre par le Parc Naturel Régional des Pyrénées-Ariégeoises en Ariège.
Un arrêté préfectoral fixe, dans chaque département concerné, les modalités de mise en consultation du public. Les documents mis en consultation sont les suivants :

Pour le volet bouquetin de la Stratégie Pyrénéenne de Valorisation de la Biodiversité :

     ●  Le Plan de restauration du Bouquetin (Capra Pyrenaica) dans les Pyrénées Françaises 2012 à 2020

Pour le projet en Parc National des Pyrénées :

     ● Le communiqué de presse
     ● Une note non technique décrivant le projet
     ● La demande d’introduction dans le milieu naturel de Bouquetin
     ● L’étude de faisabilité du projet

Pour le projet en Parc Naturel Régional des Pyrénées-Ariégeoises :


     ● Le communiqué de presse
     ● Une note non technique décrivant le projet
     ● La demande d’introduction dans le milieu naturel de Bouquetin
     ● L’étude de faisabilité du projet

Bouquetin 15   Bouquetin 04

Le bouquetin se déplace généralement au pas, mais il est capable de galoper très rapidement jusqu'à 50 km/h et faire des pointes avoisinant les 70 km/h

Le bouquetin est un animal des hautes montagnes, mais selon les saisons, l'altitude à laquelle on peut les trouver varie de 500 à 3 000 m.

Sur le site vous avez également accès à des renseignements sur la présentation de l'espèce , sur le Statut de protection et de conservation , sur les Menaces et causes de disparition ainsi que sur la Stratégie de conservation.

Vous pouvez aussi télécharger des documents au format PDF dont voici la liste :

 

     ● Plan Restauration Bouquetin Pyrenees 2012-2020

    ● Demande introduction

    ● Note non technique

    ● Étude de Faisabilité

    ● Avis au public Bouquetin 65

    ● Avis au public Bouquetin 09

Bouquetin 08

Aujourd'hui, les Alpes françaises abritent environ 8 700 animaux (estimation 2005), et c'est le Parc national de la Vanoise qui abrite la plus grande population : environ 2 600 individus.

On trouve aussi le bouquetin en Haute-Savoie, dans Belledonne, le Vercors, les Écrins, l'Ubaye ou le Mercantour. Au printemps 2010, il est réintroduit dans le massif de la Chartreuse.

Le bouquetin est un animal ruminant des hautes montagnes. Il boit très peu, se contentant souvent de la rosée du matin. Au printemps, il se nourrit d'arbustes, tels le noisetier ou l'aune vert, appréciant leurs pousses tendres et vertes.
L'hiver, il se nourrit de la rare végétation accessible composée de lichens et de mousses.
Le bouquetin est un animal polygame. La période de rut commence début décembre pour se terminer mi-janvier.

Bouquetin 05

Précision : toutes les photos que vous avez pu voir jusqu'ici montrent des bouquetins alpins, la race de bouquetins ibériques qui sera réintroduite dans les pyrénées françaises est représentée sur les photos ci-après

Bouquetins ibériques 02

Voici les bouquetins ibériques qui seront réintroduits, photos rajoutées, suite au commentaire de José Luis Rodriguez que je remercie pour ces photos

Bouquetins ibériques 01

Bouquetins ibériques

Un bilan intéressant vient d'être réalisé sur l'introduction de l'ours dans les Pyrénées,

Extrait  du journal La dépêche du 23 novembre 2012

Titre : 113 animaux victimes des ours : les Pyrénées Ariégeoises les plus touchées

La direction régionale de l'environnement fait le point sur l'ours et invite le public à se prononcer sur la réintroduction du bouquetin des Pyrénées.

La DREAL (Direction régionale de l'environnement de l'aménagement et du logement) a publié les chiffres de la prédation de l'ours sur l'ensemble des Pyrénées françaises pour la période allant du 1er janvier au 31 août 2012. Si l'on compare avec les totaux de l'année précédente le nombre d'animaux tués ou blessés est en augmentation : 180 en 2012 contre 172 pour toute l'année 2011. En revanche les destructions de ruches sont moins nombreuses : 3 cette année sur l'ensemble des Pyrénées françaises contre 35 l'an dernier. C'est l'Ariège qui a enregistré le plus de dégâts : 113 animaux au 31 août 2012 (114 pour toute l'année 2011) et 3 ruches (12 l'an dernier). Le nombre d'attaques où la responsabilité de l'ours ne pouvait être écartée, était de 98. Cette année, au 31 août, le nombre de dossiers imputés à l'ours était de 89. Il faudra attendre le bilan global 2012 pour avoir plus de précisions sur la prédation et les effectifs ursins. (*)

Sur l'ensemble du massif pyrénéen, en 2011, l'effectif minimum d'ours était estimé à 22 individus pour une aire de répartition d'environ 4000 km², dont 2500 en France.

Le taux de renouvellement de la population apparaît favorable de la Haute-Garonne au P.O. avec deux portées dont une de 3 jeunes (les jeunes de cette dernière étaient encore tous présents en novembre 2011).

L'équipe de suivi ours de la Generalitat de Catalogne a validé la présence d'une femelle adulte, probablement l'ours Bambou, accompagnée d'au moins un ourson de l'année sur la commune de Vielha et Mijaran dans le Val d'Aran en Catalogne le 12 juin 2012. Par ailleurs, une série d'observations photographiques d'une femelle adulte, probablement l'ours Caramelles, accompagnée de 2 oursons de l'année, a également été réalisée par l'équipe de suivi ours espagnole sur la commune d'Alt Aneu dans le Pallars Sobira en Catalogne les 26 juin et 5 août 2012.

 

*Les résultats complets du suivi 2012 permettant de connaître la population ursine dans les Pyrénées seront présentés, comme chaque année, au premier semestre 2013, après mise en commun et validation des informations collectées par les équipes chargées du suivi en Andorre, en Espagne et en France

 

Je remercie les auteurs des photos pour leur coopération à ce reportage, merci pour votre fidélité et votre soutien.

 

C'est le seul site web qui parle de votre région et qui tente de la mettre en valeur, sachez que j'ai toujours besoin de photos pour documenter les reportages, pensez-y ! 

Vous connaissez mon adresse mail pour me les adresser :

  jp@belcaire-pyrenees.com

-----------------------------------------

Ainsi se termine ce reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

  Julie logo aout 2011 500x330

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans LA PORTE DE L'ACTUALITÉ
commenter cet article
7 décembre 2012
Bandeau découvrir

Envie de bouger, respirer, contempler ? Cette nature sauvage, espaces intacts, sensation de liberté, venez découvrir le Pays de Sault.

 

logo label Pays Cathare 01

Anne Delobel, présidente de l'association "Le Grand Sault" m'a contacté en me demandant si je pouvais réaliser un reportage mettant en avant cette idée de création surprenante : un sentier artistique !

C'est avec plaisir que j'ai accepté, comme vous le savez mes pages vous sont ouvertes, à partir du moment où il s'agit de faire la promotion de cette belle région qu'est le Pays de Sault, c'est sans hésitation.

Découvrons ce que se cache derrière cette idée, mais commençons par situer le petit village de Belvis de 179 âmes au Pays de Sault dans l'Aude où va se situer l'action ....

sentier d'art à Belvis carte 01

Belvis n'est qu'à 137 km de Toulouse, 56 km de Foix, 69 km de Carcassonne et 130 km de Narbonne

sentier d'art à Belvis carte 02

Un extrait de carte plus précis, Belvis se situe le long de la D613 sur la route qui mène de Quillan à Ax-les-Thermes et l'Andorre

Le sentier d'art à Belvis 38Le village paisible de Belvis

Le sentier d'art à Belvis 03

Belvis en automne

Le sentier d'art à Belvis 05

Le petit village de Belvis

Le sentier d'art à Belvis 06

Fenêtre sur le Pays de Sault

Le sentier d'art à Belvis 37

Le charme des forêts sauvages du Pays de Sault en automne

Voici la présentation de la naissance du sentier d’art à Belvis.

L’association Le Grand Sault, qui regroupe des prestataires, des animateurs sportifs, des producteurs, a pour objectif d’attirer du monde sur le plateau de Sault et de faire connaître cette belle région bien au-delà de son territoire .

Début 2012, l’idée d’un sentier d’art a germé. Nous nous sommes mis immédiatement au travail. D’abord il fallait trouver un emplacement. Le sentier de la Loube Pelade entre Belvis et la Malayrède nous a semblé très propice : il était très accessible, situé dans une forêt parsemée de mousses, de pierres, de branches, bref un lieu appelant à la création.

Nous avons d’abord lancé un appel aux artistes à l’aide d’affiches, d’articles dans les journaux, de messages radio.

Les œuvres devaient être réalisées essentiellement en matériaux naturels (argile, pierre, bois,…). Elles pouvaient être durables (installations, sculptures, assemblages) ou éphémères (land-art).

Il s’agissait de trouver des candidats résidants en pays de Sault et environs proches, càd en Ariège et en Aude. En juin nous avions déjà 16 candidats d’inscrit.

Fin juin par un dimanche radieux nous avons organisé un pique-nique où tous les participants ont pu se rencontrer, reconnaître les lieux et choisir un emplacement.

Le sentier d'art à Belvis 35

Une première reconnaissance du parcours artistique, que l'association Le Grand Sault désire créer sur la commune de Belvis, a eu lieu le samedi 12 mai à 14 heures.

Les candidats à la création d'une œuvre artistique le long de ce parcours étaient présents au rendez-vous près du monument de la Résistance de Picaussel.

Après avoir salué le maire de Belvis qui était venu encourager l'initiative, le petit groupe, muni d'une carte d'orientation représentant le parcours, a pénétré dans la forêt, accompagné par Anne Delobel, présidente de l'association, et Christophe Coulloux, responsable RDPA, membre de l'association.
Sur la photo, de gauche à droite : Aline Poissenot (participante), Martine Sadourny (participante), Virginie Tocut (directrice de l'école de Belcaire, participante), Cédrine (fille de Martine, participante), Paul Delobel (participant), Christophe Coulloux (organisateur), Jean-Louis (directeur de l'école de Roquefeuil), Anne Delobel (organisatrice et participante), Willy Legrand (beau-frère d'Anne Delobel) et Catherine Mascres (participante)
 

Début juillet les premières installations étaient mises en place.

Le jour de l’inauguration, dimanche le 22 juillet, une quarantaine de personnes étaient présentes à l’entrée du sentier. Anne Delobel, présidente de l’association Le Grand Sault et Jean-Claude Drugy, maire de Belvis ont dévoilé le panneau qui représente l’itinéraire à suivre.

Le sentier d'art à Belvis 04

Dimanche 22 juillet 2012 Anne Delobel présidente de l'association "Le Grand Sault" et Jean-Claude Drugy maire de Belvis inaugurant le sentier artistique de Belvis

Le sentier d'art à Belvis 07

Une collation est offerte aux personnes présentes le jour de l'inauguration

Le sentier d'art à Belvis 09

Les restes du pique-nique découverte du sentier

Le sentier d'art à Belvis 08

Découverte du sentier par les artistes

Depuis, le sentier d’art a déjà attiré pas mal de visiteurs qui en sont revenu enchantés. 

Une sorcière bienveillante en bois naturel vous invite à pénétrer par une « voûte envoûtante » dans la forêt métamorphosée : » la vipère magique », la « connexion » avec un autre monde, l’ « inconnu » qui vous salue d’un air moqueur. Les « pierres qui chantent », l’ « arbre aux fées », l’arbre « tabou », le « xylophone aérien », « petits soleils, grand soleil », les « animaux de la forêt », « la dînette de la tortue », « Pan le dieu-lune », « le corbeau et le renard », « Mystère et vie » sculpture dans l’arbre. Ici et là des « flèches poétiques » parsèment le parcours et déroutent le promeneur. Le sentier forme une courbe, on tourne à droite pour aller admirer l’amphithéâtre naturel de rochers et de mousses. Puis on revient sur ses pas et on reprend le sentier initial pour découvrir les petits bonhommes « en marche », ,  « le potamo , atelier d’écriture », et finalement les « pommes de pin », mini-bois dans le bois. Enfin « l’auberge de la forêt « et « le serpent qui danse ».  Terminus tout le monde redescend, rebrousse chemin et débouche dans la réalité hors du sentier, plein d’émotions et d’émerveillement.

Merci à Anne qui a fournit toutes les photos du sentier artistique qui vont suivre, toutes les oeuvres ne sont pas présentées, à vous de les découvrir sur place ...

Le sentier d'art à Belvis 27N'est-elle pas belle la nature ?

Le sentier d'art à Belvis 10

C'est parti pour visionner quelques photos à la découverte du sentier artistique

Le sentier d'art à Belvis 11

Randonnée cool d'1h30 à 2 heures

Le sentier d'art à Belvis 12

Aussi bizarre que cela puisse paraître cette structure fait partie de l'oeuvre de Catherine Mascres intitulée : Tabou

Le sentier d'art à Belvis 13

La forêt très dense et moussue s'ouvre à la création pour les candidats qui se sont laissés ensorceler par ces lieux féeriques.

Les pierres, les arbres, les lichens, et les mousses… ont fait appel à leur imagination créative.

Le sentier d'art à Belvis 14

Oeuvre mouvante de Jocelyne Chaillou intitulée : Le potamo

Le sentier d'art à Belvis 15

Oeuvre d'Entre2artes intitulée : "22"

Le sentier d'art à Belvis 16

Oeuvre d'Alain Rancoule, sculpteur de Limoux, intitulée : Animal fabuleux

Le sentier d'art à Belvis 18   Le sentier d'art à Belvis 17

Des flèches poétiques parsèment le parcours et déroutent le promeneur comme ici : Oeuvre de Paul Delobel intitulée : Mes amis

Cliquez sur la photo pour l'agrandir, le panneau indique " Si tous vos amis vous ont oublié, il vous reste toujours la nature"

Le sentier d'art à Belvis 19

Oeuvre de Virginie Tocut intitulée : L'arbre aux fées

Le sentier d'art à Belvis 20

Oeuvre de Martine Sadourny intitulée : Le sanglier

Le sentier d'art à Belvis 21

Oeuvre de Paul Grauby intitulée : Mystère et vie

Le sentier d'art à Belvis 23

Oeuvre de la famille Gaspart de Portal intitulée : Toile

Le sentier d'art à Belvis 22   Le sentier d'art à Belvis 30

A gauche, oeuvre de la famille Gaspart de Portal intitulée : En marche. A droite, oeuvre d'Alain Rancoule intitulée : La sorcière

Le sentier d'art à Belvis 28

Oeuvre d'Alain Rancoule intitulée : La sorcière

Le sentier d'art à Belvis 24

Oeuvre de Chloé Semichon & co intitulée : L'Ame agit

Le sentier d'art à Belvis 25

Oeuvre de Chloé Semichon & co intitulée : Mystère

Le sentier d'art à Belvis 26

Oeuvre intitulée : Le masque

Le sentier d'art à Belvis 29

Oeuvre d'Even intitulée : L'inconnu et Connexion

Le sentier d'art à Belvis 31

Oeuvre d'Entre 2 Artes intitulée : L'auberge de la forêt

Le sentier d'art à Belvis 32

Oeuvre d'Anne Delobel-Smet intitulée : Le serpent qui danse

Le sentier d'art à Belvis 33

Oeuvre de Martine Sadourny intitulée : L'oiseau

Le sentier d'art à Belvis 34

Oeuvre d'Anne Delobel-Smet intitulée : Pan le dieu-lune

Le sentier d'art à Belvis 36

Oeuvre collective réalisée par l'école de Belcaire intitulée : Un soleil, des soleils

Pour 2013 nous lancerons un nouvel appel aux artistes et de nouvelles œuvres verront le jour le long du sentier.

Merci à tous les participants et à ceux qui ont rendu la réalisation de ce sentier possible. C’est un atout de plus pour notre belle région. L’art reprend sa place dans la nature !

Le sentier est accessible toute l’année.

 

Anne Delobel

Présidente de l’association Le Grand Sault

Contact : 06 45 74 08 48

 

Question pratique : Essayez de vous garer dans Belvis si vous faites entièrement le parcours à pied, sinon, il y a des places de parking près de la stèle du monument de la résistance en face de l'entrée du sentier. Le sentier se situe à mi-chemin entre Belvis et la Malayrède, au croisement pour aller vers le maquis de Picaussel . Le sentier suit en partie le balisage du sentier de la Loube Pelade (balisage jaune pour le sentier de la Loube Pelade, un oiseau bleu pour le sentier d'art).  La promenade est facile et dure environ 1h30-2h aller-retour, car il faut revenir sur ses pas ou effectuer la boucle complète comme indiqué sur les cartes ci-après. Un panneau "terminus tout le monde redescend" indique la fin du sentier d'art. Les oeuvres d'art sont indiqués par des "cairns" avec un cercle de couleur. Un oiseau bleu vous oriente aux endroits plus difficiles à trouver. Après 30 minutes de marche sur le sentier d'art, des indications vous mèneront en dehors du sentier en un lieu merveilleux, un amphithéâtre naturel fait de rocher et de mousses. Vous y découvrirez quelques oeuvres. Puis vous rebroussez chemin et rejoignez le sentier que vous continuez jusqu'à l'inscription "Terminus tout le monde redescend". Vous pouvez revenir sur vos pas et rejoindre le point de départ ou faire une boucle par un sentier qui rejoint la route de la Malayrède (D422), ou encore si vous aimez la marche vous continuez le sentier qui vous mènera jusqu'au village de Belvis.

vue aerienne de Belvis 01Une vue aérienne de Belvis montrant le point de départ et le retour

sentier d'art à Belvis carte 03a

Je vous ai concocté un extrait de carte IGN sur lequel j'ai tracé l'itinéraire

sentier d'art à Belvis carte 04aUn randonneur ne part jamais sans une bonne carte !

Mais ne vous inquiétez pas, ici le sentier est bien balisé, pas de risque de se perdre.

Le sentier d'art à Belvis 01

La plaquette éditée par l'association disponible à l'Office du Tourisme de Belcaire

Le sentier d'art à Belvis 02

J'ai dit à Anne que je préférai ma carte IGN ci-dessus

Voici la liste des Artistes exposant au sentier d’Art de Belvis 2012 avec le titre de leur oeuvre:

 

Nom de l'artiste                                Titre de l'oeuvre

Jean Come (Kosma)                         « La vipère magique »

Candy Giaquinto                              « Ca pousse partout »

Odile Calvet                                      « Est-elle mobile la forêt »

Virginie Tocut                                   « L’Arbre aux fées »

Catherine Mascres                           « Tabou »

Paul Delobel                                      «  Le xylophone aérien » et « flèches poétiques »

Ecole de Belcaire                              « Des soleils, un soleil »

Martine et Cédrine Sadourny         « Les animaux des bois »

Anne Delobel-Smet                           « Pan, le dieu-lune » et « le serpent qui danse »

Chloe Semichon et famille               « L’Ame agit »

Jocelyne Chaillou                             « Pierre Calcaire le gisant »

Colette Gaspard – de Portal           « En marche »

Paul Grauby                                     « Mystère et vie » et « Le Corbeau et le Renard »

Jocelyne Chaillou                             « Le potamo »

Entre2artes                                       « 22 » et « l’auberge de la forêt »

Alain Rancoule                                 « La sorcière » et  « Animal fabuleux »

Matteo et sa sœur, petits-enfants de Jocelyne Chaillou       « Tipi »

Inoah, Zoe, Auriane, petits-enfants de Martine Sadourny « La dinette de la tortue »

Even                                                   « L’inconnu » et « Connexion »

Antoinette Freling                            « Hip hip les oiseaux »

 

Le sentier d'art à Belvis 39

Cela ne vous donne pas envie de faire une randonnée à Belvis ??

 

J'oubliai, j'ai une autre randonnée à vous proposer aussi, dans le même secteur, cela concerne le maquis de Picaussel voir ICI 

 Je vous souhaite une bonne randonnée ... 

C'est le seul site web qui parle de votre région et qui tente de la mettre en valeur, sachez que j'ai toujours besoin de photos pour documenter les reportages, pensez-y !

Vous connaissez mon adresse mail pour me les adresser :

  jp@belcaire-pyrenees.com

--------------------------------------------------------

Ainsi se termine ce reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

  Julie logo aout 2011 500x330

Partager cet article

Réalisé par Anne Delobel / Jean-Pierre Lagache - dans DÉCOUVERTE
commenter cet article