Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.belcaire-pyrenees.com
  •  www.belcaire-pyrenees.com
  • : BELCAIRE capitale du Pays de Sault en Languedoc Roussillon. Au départ j'ai réalisé ce site pour partager les retrouvailles 33 ans après, de 17 copines, dans cette région authentique préservée en territoire cathare au pied des Pyrénées. Mais je me suis aperçu que l'Aude n'était pas assez mise en valeur, alors amoureux de cette région et la passion étant là, j'ai réalisé des reportages pour vous présenter ce département aux lieux chargés d'histoire. Ce site a pour but surtout de vous faire découvrir cette région authentique, plein de charme qu'il faut aller visiter.
  • Contact

ANNONCES-MESSAGES-ACTUALITÉS

Ils veulent vous informer !

Pour découvrir les annonces

  cliquez sur la photo

Photo pour les annonces 02

Faites Une Recherche Sur Ce Site

LIENS UTILES

En cliquant sur l'une des images ci-dessous :

1 - vous pouvez écouter Radio Montaillou en direct

 

logo 01cliquez sur le logo RADIO MONTAILLOU ci-dessus pour écouter la Radio en direct
(en cliquant sur leur site en haut à droite)
pendant que vous consultez les pages du site
 

 

 

Pour suivre la progession et connaître la position des ours dans les Pyrénées
téléphonez au 05.62.00.81.10
 
Vous pouvez m'écrire
CLIQUEZ SUR LE PETIT CHIEN ROMÉO POUR ME CONTACTER
 
 
LIVRE D'OR
cliquez sur la photo pour déposées vos marques de sympathie et pour les visionner

Gîtes dans une ancienne école place du village de Comus, village situé
sur le tracé de l'emblématique Sentier Cathare et à proximité des gorges de la Frau et de Montségur
 
Locations gîtes et chambres d'hôtes à Ignaux dans les montagnes des Pyrénées
en Haute-Ariège près d'Ax-les-Thermes
 
Hôtel Restaurant Bayle ** à Belcaire

 

Sites d'Ami(e)s

Les Amis du Sabarthez de Pierre Cortinas

 

Pour le développement du tourisme au Pays de Sault :

     l'Association le Grand Sault

 

on y trouve des renseignements intéressants sur ce site :

     Chambre d'Agriculture de l'Aude

 

Logo réduit office du tourisme du pays de sault

Office du Tourisme du Pays de Sault

Chemin départemental 613

11340 ROQUEFEUIL

Tél : 04.68.20.75.89

 

Retour à la page d'accueil

LES LIVRES CONSEILLÉS

Nouvelle Rubrique pour découvrir

des livres intéressants

cliquez sur la photo

livres conseillés

MESSAGE

8 octobre 2008
Le web n'a pas de frontière ! Voici la copie intégrale du message de Didier habitant la Belgique qui a visionné le site, et qui m'a adressé ce commentaire sympathique,  Merci à lui  :


" Bonjour l'ami Français, je vous rassure, j'apprécie beaucoup la France et les Français au moins autant que vous les Belges, ce que j'aime le plus chez les Français, et ce n'est pas une blague, je ne dis pas ça pour vous charrier, c'est leur légendaire coté râleur, rouspéteur, je ne supporte pas les gens qui acceptent toujours tout sans broncher, sans protester et je crois qu'en effet on trouve souvent de très bons spécimens de râleurs en France et j'aime bien ça, entre autre chose.
Je viens de jeter un oeil sur votre site, apparemment vous avez en effet bien profité de cette époque du début des 70's, c'était en pleine période hippie et vous étiez précisez vous en plus accompagné de 17 copines !, vous avez fait très fort, faut l'avouer :-), j'aurai bien aimé être ados à la même époque, je suis né un peu trop tard, en 68 (ça doit expliquer mon penchant pour les contestataires) et mon adolescence, c'était déjà disons durant des années moins insouciantes et je n'ai hélas jamais non plus eu de lieu de vacance récurrent et un peu magique comme celui là, j'ai par contre le souvenir de vacances, environ au même age que vous, vers 17 ans en tout cas, avec des amis, tous perdus de vue aussi depuis cette époque d'ailleurs hormis un seul, vacances de jeunesse, notamment dans deux lieux improbables, une année en Carinthie, les Autrichiens ne sont pas tellement reconnus pour leur hospitalité et leur jovialité, mais avec la bande de jeunes cons Belges qu'on était à cette époque là, on avait bien réussi à les dérider, pas sûr qu'ils aient appréciés ceci dit, l'année suivante, je me souviens être allé à Prague et ses environs avec cette mêmes bande de copains et de copines, Prague, pas encore sortie de l'époque soviétique, ce n'était pas le printemps, et pourtant on y avait fait en quelque sorte notre propre révolution, à mon avis ils doivent encore avoir des souvenirs de cette bande de jeunes cons venus de Belgique à Prague aussi, et à mon avis, on était plus vraiment les bienvenus après ces vacances là bas non plus :-), pas grave, à 40 ans et avec aujourd'hui la barbe et presque 20 kg de plus je ne ressemble plus du tout à l'ado turbulent que j'ai pu être à l'époque. L'idée de rassembler vos amis et amies de l'époque dans ce même lieu de souvenirs, qui semble en effet toujours apparemment être un endroit aussi idyllique, 33 ans plus tard est une bien bonne idée.
Bonne soirée à vous, au plaisir
Cordialement  Didier
4102 OUGRÉE situé au sud de LIÉGE
BELGIQUE "

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans ARTICLES DIVERS
commenter cet article
28 septembre 2008

 

La redécouverte de Belcaire continue, avec une balade entre le passé et aujourd'hui, tout cela en photo...

Avant de vous présenter, à la suite, quelques photos prisent à la volée de quelques  rues de Belcaire, je voulais vous montrer Belcaire coté sud. Les photos ont été prise de la montagne Niave comme on l'appelle là-bas, avec en face le Traouc et la forêt de Bésole. C'est une succession de photos rapprochées de Belcaire afin que vous puissiez sentir l'Authenticité avec un grand A de ce village, capitale du Pays de Sault.
 

Apprendre et découvrir l'Aude au fil du site, c'est le but fixé :

Sault du mot latin Saltus qui veut dire forêts ou zone boisée (silvestre saltus). L'origine du mot n'est pas claire, les premières traces on trouve écrit Saltes Pyreneus traduit par Sault Pyrénien qui devient ensuite Saltus Pagensis ou Pays de Sault.
Le saltus désignait généralement des prairies ou landes incultes. Le saltus était aussi pour les romains et les gallo-romains une terre non cultivitée ou sauvage vouée à l'élevage.



Travelling de BELCAIRE d'Ouest en Est avec des zooms différents







 


On aperçoit le château, et sur la droite, le bouquet d'arbres c'est le Foirail, souvenez-vous en 1972 c'est l'endroit où nous avons plantée notre tente et l'on distingue à coté, l'école avec le toit gris ( il est difficile d'améliorer la qualité des clichés, car lors du transfert sur le site ils sont automatiquement compressés )
J'en connais, qui vont scruter les photos qui vont suivre ! j'ai rajouté
quelques indications pour vous repérer !












 

Voici l'ancienne boulangerie de Monsieur et Madame Mercadier .

Le Foirail, disons le, est le lieu mythique de notre jeunesse puisque c'est ici,  je le rappelle,  que nous avons planté notre tente pour la première fois en août 1972, 1974 et 1975. C'est  le lieu de nos rencontres, de nos rendez-vous, de nos échanges. Lors de notre retour en 2008, le premier arrêt en terre Belcairoise fut pour le Foirail et je vous prie de croire que pour moi l'émotion y était !!

Alors, je vais partager avec vous ce moment, comme si vous y étiez, faisons ensemble le tour du Foirail en 25 photos prisent en 2008 pour le plaisir, et avec quelques flash-back 1972-74-75 .... j'ai toujours 20 ans !
 









Le long de la D 613, l'Épicerie, Journaux, Tabac , Coiffeur, vu de la rue de la Poste








A cet endroit, autrefois, il y avait l'ancienne scierie et un hangar où était garé le corbillard (tiré par des chevaux à l'époque, cela va rappeler des souvenirs à certains) la photo ci-dessous date de 1972.


L'emplacement de l'ancienne scierie en 1972, maintenant il y a la salle des fêtes.






Pénétrons dans le Foirail ...




Ce lieu ne vous rappellent rien ?



En 1972, 1974 et 1975 nous avions planté nos tentes juste derrière le monument aux morts au centre du Foirail.


Le même endroit 36 ans plus tard,  par rapport à la photo ci-dessous.


La première photo prise à Belcaire le lundi 7 août 1972
( de dos c'est Michel )



Coté rue de la Poste, le château et la perception.


Le même endroit, la rue de la Poste juste derrière, tout le monde est à l'ombre, sur cette photo qui n'est malheureusement pas très bonne, on peut voir, Valérie, Gaby, Philippe, Jean-Marc et de dos, Simon,
en train d'écouter des groupes comme Crosby Stills Nash & Young.



Lynda, Gonaria, Simon, Marcel, Jean-Pierre, Philippe et Patrick. Il a fait très chaud cette année là, l'herbe est grillée !

On aperçoit la fontaine et l'avenue Ax-les-Thermes qui passe devant la foirail et l'épicerie à gauche

Là c'est coté avenue Ax-les-Thermes, au centre dans le fond on distingue le crucifix, souvenez-vous en, car vous verrez plus loin sur Belcaire rétro le même endroit en 1905

Sur cette photo qui date de 1974 au Foirail, il y a de gauche à droite, Marcel, Suzanne, Jean-François, debout Jean-Marc, Jean-Pierre, Françoise, Simon et au premier plan, Patrick

La nouvelle fontaine du Foirail, il y a trente trois ans, elle n'était pas du tout comme celle là.

Au fond c'est la rue de l'école qui longe le foirail.

Retour en 1974, de gauche à droite, Farnçoise, Béatrice, Suzanne, Jean-Marc, Marcel, Simon, Jean-François, le frère de Suzanne, Philippe, Gaby, et dans le fond il me semble que c'est Amokrane.

La fontaine du foirail





Je pense que vous vous repérez maintenant !


Très belle photo de 1974 !
Simon, Marcel, Patrick, Jean-Pierre et Jean-Marc
 

Je vous propose maintenant une petite balade en photos dans les vieilles rues étroites du vieux Belcaire.
Elles ne sont pas très nombreuses ces rues, mais elles ont du charme comme vous allez pouvoir le constater. J'en profiterai aussi pour vous glisser quelques photos anciennes de ma collection personnelle et d'autres, découvertes au fil de mes vagabondages sur le net. Ensuite, je vous ferai trois articles spéciaux qui s'intituleront "Belcaire rétro" avec des photos anciennes, j'espère que cela vous fera plaisir ce petit voyage dans le temps de vos grands parents.
 

Surtout, je le répète, n'hésitez pas à me contacter, si vous avez des photos que vous voulez voir publier sur mon site, il va de soi qu'il ne faut pas m'envoyer des photos de votre belle-mère en vacances aux USA par exemple, pour me les adresser, vous trouverez l'adresse mail sur ce site.

C'est parti pour une petite balade, en partant du Foirail, commençons par remonter l'avenue d'Ax-les-Thermes (la D613). Le village se trouve excentré par rapport à cette voie de communication importante vers l'Andorre, ce qui lui confère une certaine tranquilité ... 


La D613 vers l'Ouest en direction d'Ax-les-Thermes, à droite, le centre médical, l'office du Tourisme et la boucherie un peu plus haut.
 On se situe au carrefour avec la rue de la Poste ...


La photo ayant été prise un autre jour, vous remarquerez que le temps a changé, c'est vrai que ce mois d'août 2008 ne fut pas très beau !
Comme je l'ai signalé dans un article précédent, on le voit très bien sur cette photo, que l'aménagement d'un trottoir serait le bienvenu le long de ce regroupement génial de ces officines, pour le confort des piétons qui font leur courses et surtout pour leur sécurité. Mais je subodore que la réalisation de celui-ci est prévue dans un avenir proche ...


L'Office du Tourisme de Belcaire très bien documenté et excellent accueil, très sympathique de Dorine ...
Qui a malheureusement été transféré ailleurs en mars 2014.

La boucherie de Belcaire, qualité, accueil, que du plaisir, vraiment nous avons rencontré que des gens très sympathiques ...

En se retournant vers l'Ouest en direction de Quillan ...

Toujours en remontant la D613 vers Ax-les-Thermes, on passe devant la boulangerie et la banque. On aperçoit sur la gauche, la maison natale de Françoise. Cette photo lui fera certainement plaisir ...

Pour arriver au niveau de l'hôtel Bayle, son restaurant avec son bar, est le seul qui subsiste à Belcaire ! ...

L'hôtel Bayle vu sous un autre angle, c'est là, si vous avez bien lu toutes les pages, que nous attendions le bus en 1972 et nous quittions Belcaire à regret ...

Maison très fleurie en haut de l'avenue Ax-les-Thermes.
Nous allons redescendre jusqu'à la rue droite ...

Revenons un peu sur nos pas, juste avant l'hôtel Bayle, et empruntons la rue "droite", petite rue très courte d'une trentaine de mètres, perpendiculaire à l'avenue Ax-les-Thermes, et entrons dans le village proprement dit ...


Ci-dessus, photo prise de l'impasse Condamine, la voie transversale c'est l'avenue Ax-les-Thermes (la D613), et juste en face c'est la rue "droite" ...

Au bout de cette petite rue que nous venons d'emprunter, on tourne à gauche, c'est la rue du château, d'ailleurs château que l'on aperçoit au fond à gauche ... 

En vous retournant vous avez cette vue, avec la rue "droite" à droite et au fond la rue de l'église qui monte, c'est par là que nous reviendrons vers le foirail à la fin de notre balade ...

  J'oubliai, on aperçoit pour ceux qui connaissent, l'ancienne épicerie d'Angèle et en face il y avait le boucher ...

  Descendons cette rue du château, on passe devant celui-ci. Dans ce château il y a aujourd'hui des chambres d'hôtes à louer et il y a une piscine. Au bout de cette rue, on débouche sur une intersection avec la rue de la promenade qui descend à droite, la rue de la Coume de Larène en face et à gauche, à cinquante mètres il y a le Foirail ainsi que la rue de la petite Versane ...

Je ne connais pas l'histoire de ce château, mais je réaliserai un reporatge sur celui-ci très volontiers ...
D'après ce que j'ai pu voir sur une gravure il est indiqué que ce château date du XVI ème siècle.
Ce château aurait appartenu à une famille de notaires " les Pungens " fin XVII ème jusqu'au début du XIX ème siècle, Jean-Baptiste Pugens était maire de Belcaire en 1863, je pense qu'il le fut de 1848 à 1888, ces informations sont à vérifier et à prendre avec réserve. Il serait intéressant d'en savoir plus sur ce patrimoine, donc article à complèter et à suivre ... avis aux informateurs qui sont sur place ...
Il ne faut pas le confondre avec le château royal fortifié datant du XI ou XII ème siècle qui se trouvait au lieu dit le "Casteillas" prés de l'église, et dont il ne reste aujourd'hui que que quelques murs et des ruines ..

On est arrivé à l'intersection de 4 rues, à droite vous avez la rue du château que nous venons de descendre, et à guche la rue de la promenade que nous allons emprunter.

On prenait tous les jours cette rue du château pour faire nos courses chez Angèle, le boucher et le boulanger.

Cette perspective là, je l'avais en mémoire. Je m'étonne toujours de voir que le cerveau enregistre et conserve des images après autant d'années. Celle-ci m'est restée gravée ...

Toujours à cette intersection, vous avez la rue de la Coume de Larène ici à droite qui vous enmène vers le plateau de Niave,

et à gauche la rue de la petite Versane. A cet endroit on est, à 50 mètres du Foirail ...

Descendons ensemble cette rue de la promenade ...

Rue de la promenade 16 août 2008, comparez avec la photo ci-dessous qui date de 1972. Cela va vous paraître banal, la rue n'a pas changée, mise à part la végétation, remarquez les trois poteaux en béton, 36 ans après ils sont encore là. Contrairement aux grandes villes où l'on subit les chambardements incessants de l'urbanisme, ici au moins, on a ses points de repères !

La vie à l'air de s'écouler comme un long fleuve tranquille...

La rue de la promenade sous la neige.

Rue de la promenade,  lundi 7 août 1972 ...

Regardons derrière nous, la rue de la promenade ...

Nous descendons tranquillement la rue de la promenade, on a le temps ! ...

Nous arrivons sur la place de la Mairie, que vous avez en face de vous avec ses arches, à gauche c'est le début de la rue de l'Oum et à droite il y a la rue Gardouch qui est en parallèle à la rue de l'Oum, et aussi à droite débouche la rue de la cote où se trouvait la boulangerie Mercadier et qui rejoint la rue de l'église.

Cette photo je l'adore, c'est cette même place de la mairie que vous avez sur la photo d'avant, mais celle-ci date de 1905.

Observez là en détail, comparez, extraordinaire non !!

C'est aussi cela le Belcaire Authentique !!

Quand nous sommes arrivés sur la place de la mairie, il y avait une remorque aménagée, décorée et tractée par un tracteur FERGUSON TEA20 année 1953 vraiment d'époque. Un mariage avait lieu au même moment dans la mairie, visiblement c'est le moyen de transport des mariés dans un BELCAIRE AUTHENTIQUE !


Elle n'est pas belle la ROLLS des mariés, on aperçoit à droite Céline en rouge en pleine discussion avec des amies ...


La mairie et devant vous le début de la rue de l'Oum que nous allons emprunter ...


Une autre photo ancienne de ma collection personnelle datant de 1910 prise sous les arches de la mairie, on aperçoit au fond le château ...


Sur cette photo de la rue de l'Oum, vous avez à droite l'ancien hôtel café chez Bouteiller et à gauche juste en face, l'ancienne épicerie d'Émilien Caux ...


N'est-elle pas authentique cette devanture de commerce d'antan ! en 1905 elle existait déjà vous pouvez la voir sur une carte postale de l'époque que vous verrez dans l'article "Belcaire rétro page 3/4", c'est une devanture à préserver elle témoigne du temps passé !



Photo prise dans l'autre sens, au début de la rue de l'Oum avec à gauche l'entrée de la mairie ...


Remontons ensemble la rue de l'Oum pour nous diriger vers l'église ...


Rue de l'Oum, non loin du centre du village, des étables moyenâgeuses sont toujours en activité, c'est ce qui fait, entre autre, le charme du BELCAIRE AUTHENTIQUE !


Un petit coup d'oeil derrière vous ...


La rue de l'Oum, on devrait apercevoir dans un instant l'église fortifiée sur notre droite ...


Photo prise de la rue du Rival, l'ancienne école communale au premier plan avec l'église rénovée de Belcaire, j'attire votre attention, comparez avec les photos anciennes ci-après, cela fait plaisir de voir un patrimoine très bien conservé, cela mérite d'être souligné, vous comprenez peut être un peu mieux maintenant pourquoi je vous parle souvent de "BELCAIRE L'AUTHENTIQUE" !


Photo datant de 1905 , l'église et son presbytère et au premier plan, l'école communale transformée aujourd'hui en logements, quand vous comparez les deux photos ci-dessus on apprécie cette rénovation du bâtiment qui respecte l'original d'antan !


Autre photo ancienne de ma collection personnelle datant de 1950, le presbytère à droite accolé à l'église et derrière le lieu dit le "Casteillas" avec la croix en fer forgé datant de 1814, tout est authentique !


En montant vers l'église par la rue de la grotte, on longe l'ancienne cour de l'école communale maintenant engazonnée.

Nous gravissons la rue de la grotte qui monte vers le parvis de l'église ...


Cliché pris du parvis de l'église, on surplombe la partie basse du village de Belcaire avec la rue Gardouch en contre-bas, c'est dans ce secteur que l'on a découvert une grotte préhistorique "la grotte de Gardouch" avec des vestiges du mésolithique et néolithyque, je ferai un article avec mes petits moyens sur le sujet pour essayer d'être le plus complet possible sur les informations concernant Belcaire ...


Porche Sud, abritant l'entrée de l'église, avec son clocher fortifiée très particulier, ce qui est rare pour un édifice de cette nature ...


Le crucifix sur le parvis de l'église ...



Porche Nord de l'église, qui abrite : à gauche l'entrée de l'église et à droite l'accés au presbytère ...


Joëlle et Jean-Pierre au lieu dit "la croix" juste derrière le presbytère ...


Nous y sommes montés au "casteillas", emplacement du château fort, aujourd'hui disparu, qui dominait le village et où il y a la "croix" en fer forgé datant de 1814. Vue sur l'Ouest en direction d'Ax-les-Thermes, vous apercevez en bas l'avenue d'Ax-les-Thermes (la D613) ...


Toujours du "casteillas", vue vers l'Est, direction Quillan, avec au premier plan à droite le foirail ...


L'ouest de Belcaire, la rue des jardins, montant vers l'église et la "croix", les photos précédentes ont été prisent en haut du rocher ...



La rue de l'église longeant le mur Nord de celle-ci, elle n'est pas très large cette rue à peine 2,20 m ...

Partie Est, abside ou chevet à pans coupés terminant le choeur de l'église, à gauche la rue de la grotte et le parvis. La date de construction de l'église n'est pas connue, mais les ouvertures gothiques et le sanctuaire laisse à penser, une origine vers le XV ème siècle ...


La rue de l'église en descente vers l'ancien lavoir public et la rue du château que nous avons emprunté au départ de notre balade ...


Le même endroit, mais vu dans l'autre sens, avec au fond l'église, vous remarquerez l'étroitesse des rues de l'époque médiévale ...


Toujours la rue de l'église, nous nous trouvons juste avant l'ancien lavoir public ...


L'ancien lavoir public est resté intact, celui-ci se situe non loin du haut de la rue de la côte, où se trouvait la boulangerie de Mr et Mme Mercadier sur la droite en descendant vers la mairie ...


La fontaine de l'ancien lavoir public ...

Toujours rue de l'église, nous sommes arrivés à l'intersection avec la rue de la côte à gauche, et juste à droite c'est le lavoir ...

La voici la rue de la côte qui descend vers la mairie, juste avant le petit portail marron à droite c'était là qu'il y avait la boulangerie de monsieur et madame Mercadier ...


Nous avons parcouru une grande boucle dans le vieux village de Belcaire. Notre balade se termine ici, car ensuite nous arrivons devant l'ancienne épicerie d'Angèle rue du château et la rue "droite" notre point de départ.
 
L'aventure continue sur ce site, puisque j'ai décidé de le faire prospérer en diffusant des reportages afin de vous faire découvrir la région et pourquoi pas d'autres villages et monuments nombreux de ce département de l'Aude.

A suivre ...

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans Le début de l'aventure
commenter cet article
28 septembre 2008


MONTAILLOU situé dans le Pays d'Alion en Ariège naturel et sauvage (haut plateau d'une altitude moyenne de 1200 m), constitué principalement de 4 petits villages : Prades et Montaillou en terre ariégeoise, Comus et Camurac en terre d'Aude. Le petit ruisseau de la Courme du Moulin (affluent de l'Hers) coupe en deux ce haut plateau et sert de limite aux deux départements Ariège et Aude le Pays de Sault.

 

Panorama vu des hauteurs de Montaillou vers l'Est direction Camurac, dommage il ne faisait pas beau pour un 20 août 2008
 

   

Entrée du village et les studios de Radio Montaillou, au sommet , les restes du donjon.


Altitude 1280 m, ce tout petit village compte seulement une quinzaine d'habitants, mais qu'elle village !

Il a une riche histoire cathare, que je vais essayer de vous résumer :

Montaillou possédait un château féodal dressé sur un mamelon, en haut du village, sur un emplacement privilégié d'où l'on pouvait contrôler les chemins reliant le Pays de Sault au Sabarthès (par les cols des sept frères et de marmare) et celui reliant le Pays d'Olmes au Donnezan (par Comus et les cols de Balaguès et de Pailhères).

 
 

Au premier plan l'entrée du village de Montaillou et au fond Camurac direction Quillan

Le château de Montaillou, bâti par les seigneurs d'Alion originaires du Pays de Sault vers la fin du XIIe siècle, ils dépendaient des comtes de Barcelone.

En 1209, les d'Alion furent dépossédé de leurs biens pour désobéissance et ce sont les Comtes de Foix qui se chargèrent notamment des territoires de Prades et Montaillou. Cela pourrait expliquer en partie la soumission "diplomatique" de Bernard d'Alion au chef des Croisés : Simon de Montfort. La position prise par Bernard d'Alion était à l'opposé de celle des Comtes de Foix, qui eux, combattirent les croisés jusqu'en 1229.
Il faut cependant noter que Bernard d'Alion malgré sa soumission fut un allié actif du catharisme en hébergeant, par exemple dans les années 1230, l'évêque cathare du toulousain : Guilhabert de Castres.

 

    

Sceau de raymon VII Comte de toulouse 1197-1249

Cette période de brouille entre les lignages de Foix et d'Alion prirent fin à l'occasion du mariage de Bernard d'Alion avec Esclarmonde (cathare et sœur du Comte de Foix Roger Bernard II) en 1236.
Bernard d'Alion et Arnaud d'Usson, en tant que sympathisants, accueillirent sur leurs terres, des cathares persécutés et aidèrent de diverses manières les résistants au Roi de France et à l'Église catholique, qu'étaient les principaux chefs religieux cathares installés à Montségur. La résistance à Montségur dura 14 ans et en 1243, les croisés assiégèrent la place qui se rendit après 10 mois de lutte. De nombreux hérétiques trouvèrent dans les forêts du Pays d'Alion, un abri sûr , contre le tribunal inquisitorial.
Bernard d'Alion étant condamné par l'Inquisition en 1258 pour sa participation à l'hérésie cathare, le château revint alors au père de son épouse Esclarmonde, Roger IV de Foix, comte de Foix

 

  

Bernard d'Alion fut jugé par le tribunal inquisitorial et brûlé près de la Cathédrale de Perpignan en 1258. Les familles d'Alion et d'Usson, reçurent, en 1311, de Gaston I de Foix, 100 livres en échange d'Usson, Prades et Montaillou.
Après un peu plus d'un demi siècle, le massacre de la forteresse de Monségur, il persiste en Corbières ainsi qu'en haute Ariège, et notamment à Montaillou à cause de l'isolement du lieu, une communautè gnostique essentiellement encadrée par les "Bons-Hommes" ou parfaits. Les persécutions menées par l'évèque Fournier de Pamiers, et futur Pape, aura bientôt fait d'éradiquer cette poche d'hérétiques.

 

En 1308, à Montaillou, une rafle fut organisée par Geofroy d'Ablis, alors inquisiteur de Carcassonne. Il fit emprisonner les adultes et leur extirpa lors des interrogatoires des dépositions qui servirent à Jacques Fournier évêque de Pamiers, grand inquisiteur organisateur d'un tribunal inquisitorial efficace et zélé qui lui permit d'accéder à son élection papale à Avignon sous le nom de Benoit XII.

De 1318 à 1325, le tribunal dirigé par Jacques Fournier a instruit le procès de 114 personnes accusées d'hérésie cathare par l'Inquisition. Parmi elles 28 accusés sont du pays d'Aillou (3 de Prades et 25 de Montaillou). Le résultat de ces enquêtes est un témoignage précieux sur les personnalités, les moeurs et les coutumes des Montallionois, consigné minutieusement par Jacques Fournier en plusieurs volumes. Un des ces volumes est au Vatican et a été publié par J Duvernoy en 1965.
C'est à partir de ce document qu'Emmanuel Leroy-Ladurie a écrit son ouvrage intitulé "Montaillou, village occitan".L'auteur se servit après étude des minutes du tribunal inquisitorial de Pamiers pour présenter les registres d'inquisition qui préparèrent la condamnation des habitants restés fidèles au catharisme. Ce livre dés sa parution en 1975 eut un énorme succès et a fait connaître Montaillou dans le monde entier, il a été vendu à plusieurs millions d'exemplaires.
En lisant ce livre on est loin des clichés habituels sur le Moyen Age. On y découvre une humanité que l'on ne soupçonnait pas.


La couverture du livre d'Emmanuel Le Roy Ladurie
 

 

Les vestiges du donjon sur le site dit du "Castellas"

Le château devient une forteresse de frontière tenue par un châtelain entre le comté de Foix, les terres du roi de France et le royaume d'Aragon.
Ce château de Montaillou démoli après la chute de Montségur, reconstruit peu après puis il fut détruit par un incendie en 1756. Aujourd'hui il ne reste que quelques pans de murs dont la tour carrée dite "le fort"ou "le donjon", les traces de l'enceinte et du fossé qui le protégeait..

 

L'église romane de Montaillou, Sainte Marie de Carresses

 
 

La fontaine près de l'église et la rue montant à la forteresse


Des fouilles archéologiques ont eu lieu à Montaillou

 
 
 
 
 
 

L'eau de source toujours omni présente partout

 

Le chemin menant à la forteresse

 
 

Beaucoup de randonneurs passent à Montaillou, des ânes assurent le portage des sacs à dos


 
 

A l'entrée du village sur la droite, les studios de RADIO MONTAILLOU, la plus haute radio des pyrénées !


Mais aussi extraordinaire que cela puisse paraître ce tout petit village d'une quizaine d'âmes, possède aussi une radio locale, une radio FM de pays la plus haute des Pyrénées.

Radio Montaillou a été inaugurée le 23.07.2005.
Les fréquences attribuées étant les suivantes :
Pour l'Aude 107,5 : Pays de Sault Camurac 107,5 – Quillan 104,1 – Chalabre 97,1
Pour L'Ariège 107,5 : Foix 90,7
Pour la Haute Garonne 107,5

Radio MONTAILLOU

Le studio de diffusion

Radio Montaillou a pour mission de maintenir le lien nécessaire entre les habitants des hautes et basse vallées de l'Ariège et de la haute vallée de l'Aude. C'est une radio d'information touristique et culturelle, c'est un média de pays, de services et de proximité. Elle diffuse des musiques et chansons d'hier et d'aujourd'hui où chacun peut trouver son plaisir d'écoute, elle apporte l'information, la culture, l'événement au sein des foyers.

Nous avons profité de l'occasion  en août 2008, pour visiter les studios.

Le studio d'interview

Radio Montaillou possède aussi son site Internet www.radio-montaillou.com et vous pouvez partout dans le monde l'écouter via son site en direct, essayez ! vous verrez cela vous permet une écoute parfaite, dans le menu situé à gauche de mon site, cliquez sur le logo de la radio, n'oubliez pas de mettre le son sur votre PC !

A suivre ...

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans Le début de l'aventure
commenter cet article
28 septembre 2008

 

La nostalgie est au rendez-vous !

L'aventure et le partage de ces retrouvailles  continuent, dommage que le temps n'était pas de la partie, j'ai profité au maximum des moments de ciel bleu pour faire des photos de Belcaire, mais les 15 jours ont passé très très vite, les journées ont été très chargé, on a pas chômé et l'on ne c'est pas vraiment reposé pendant nos vacances....

Le "Pas de L'Ours"  altitude 1500 m dominant les gorges de la Frau et d'où l'on peut voir Montségur


Jean-Marc et Jean-Pierre au Pas de l'Ours, en bas les gorges de la Frau  

 

Chantal et Marie-Christine qui ont eu la gentilesse de venir nous dire bonjour au lac de Belcaire le 15 août

 Jean-Marc, Bernard, Anne-Marie, Joelle et Jean-Pierre

Anne-Marie et Bernard nous ont réservé un accueil des plus chaleureux, on avait l'impression de ne s'être jamais perdu de vue, vraiment on a passé une soirée très sympa. Elles ne sont pas belles ces retrouvailles !! 

Jean-Marc, Anne-Marie et Jean-Pierre

Marité et Rolande



Un petit coucou à Marité, Rolande, Suzanne et Basile qui n'ont pas pu être présent à Belcaire, mais on a pensé à eux.

Puis, on ne pouvait pas quitter Belcaire sans aller rendre visite à Nicole et Guy !!


Vendredi 22 août 2008, ce jour là, le temps très capricieux nous offrit encore une journée de pluie. Il ne faisait pas froid 20° mais cette pluie battante, fine rendait notre veille de départ tristounette.
Nicole qui nous attendait nous accueilla chez elle, très heureuse de nous revoir et de se remémorer des souvenirs en commun en prenant l'apéro. Il ne faut pas oublier que c'est avec Nadine, les premières filles avec qui nous avons sympathisé en 1972 !

 

Nicole très émue et Jean-Pierre

Ce fut une grande joie de revoir Nicole après tant d'années, j'étais ému, rien que de vous l'écrire cela me fait quelque chose ! Malheureusement le temps rythme notre vie, il passe trop vite et l'on avance avec lui, nous devions passer chez Guy. Nous quittâmes Nicole après l'avoir embrassée, il pleuvait toujours.
Accueille très chaleureux aussi chez Guy, j'ai retrouvé un Guy gentil et naturel comme il y a trente trois ans. Je l'aurai reconnu sans problème, c'est toujours le même avec quelques cheveux blancs et quelques marques du temps qui a passé.

Guy devant chez lui
 
 Guy, on lit dans son regard l'émotion de nous revoir, ce fut une joie pour moi ! 

Maryse sa femme était là, ainsi que Solange sa fille. Maryse ce souvenait très bien de nous à l'époque, il est vrai que nous venions souvent à "la croix" d'ailleurs l'endroit n'a pas du tout changé d'un poil, vous verrez. Après avoir pris quelques photos, il fallait rentrer au gîte et préparer notre départ.

Guy, Jean-Pierre, Jean-Marc et Maryse

Guy et Jean-Marc

Nous avons pris congé de Guy qui nous a accompagné jusqu' à la voiture et je lui ai promis que je n'attendrai pas 33 ans pour revenir à Belcaire. Cela prend aux tripes de vous avoir revue toutes et tous !! de tout coeur MERCI pour votre accueil .

Mercredi 20 août 2008.
Nous avons retrouvé Angèle ! 

Jean-Marc, Angèle et Jean-Pierre


Super contente de nous revoir aussi, très chaleureuse, vraiment que du bonheur comme on l'aime ! elle fut très enthousiaste à ces retrouvailles. Pour ceux qui ne savent pas qui est Angèle, c'est l'épicière de Belcaire qui nous offrait un paquet de gâteau quand nous faisions nos achats tous les jours en 1972, comme je l'ai déjà expliqué. Elle fut très heureuse de nous revoir, elle nous embrassa comme du bon pain, cela fait chaud au cœur. Elle nous présenta Robert son compagnon, que je salue.
Il était un peu tôt 16h30 environ, mais nous prîmes un petit muscat pour fêter cette rencontre mémorable.
Angèle qu'elle dynamisme on ne lui donne pas son âge pour une femme de 72 ans !

L'épicerie d'Angéle aujourd'hui fermée pour cause de retraite bien méritée


Vraiment encore une superbe rencontre qui vous donne le vague à l'âme, sincèrement comme à mon habitude j'ai été très heureux de revoir Angèle, que j'embrasse très très fort ! Quel accueil !!!!
je vous jure que c'est dur émotionnellement, par moment, de commenter ces photos ... à chacun sa sensibilité.

 

Il y a eu des temps forts pendant ces 15 jours intenses, mais là , j'ai eu une émotion différente sur, disons, encore un lieu cher à mon coeur dans ce Belcaire que j'aime. Je n'en revenais pas, l'endroit est ... comme resté figer, j'ai eu l'impression de revenir le lendemain de la prise de vue de cette photo magique, comme dans un rêve, car les lieux n'ont pas changé depuis 36 ans, c'est impressionnant, alors quand région parisienne je suis habitué à voir des bouleversements perpétuels, cela va vous sembler bizarre mais cet endroit où l'on se retrouvait, tout comme le foirail est en quelque sorte une partie de notre jeunesse où l'on se sentait bien, on se donnait rendez-vous à "la croix", nous étions heureux.

 

Voici ci-dessus, la photo prise en août 1972 à "la croix" au Casteillas et voici ci-dessous, le même endroit 36 ans plus tard en août 2008
 

Impressionnant non ! Dommage il aurait fallu que les mêmes actrices soient présentes, je les embrasse toutes. Et ce n'est pas fini voici le muret qui fait face à ce rocher....

Photo ci-dessus prise en 1972, le même lieu ci-dessous 36 ans après !


Jean-Pierre et Jean-Marc à "la croix" au Casteillas le 16 août 2008

Dans le prolongement du muret sur lequel nous étions assis, le rocher fait corps avec celui-ci et domine la vue en direction de l'ouest vers Ax-les-Thermes, au fond les chalets surplombant le lac artificiel de Belcaire réalisé en 1977 / 78 que je vous montrerai plus tard.


Cet endroit de Belcaire s'appelle "La croix" au Casteillas avec sa fontaine à gauche incrustée dans le mur de pierre, au fond à gauche la maison natale de Nadine et de Guy, sur la droite le mur nord de l'église de Belcaire. Il faut passer devant la maison pour accéder au point central le plus élevé de la commune où se trouve une croix métallique plantée dans le rocher, d'où le nom du lieu.


 La "croix" du Casteillas
 

 Belcaire à "la croix" photo prise en août 2008, à gauche le presbytère.

Et ci-dessous le même lieu, photo de  Nadine prise en août 1974.


Cela peut vous paraître futile, banal, mais je ne sais pas si vous avez ressenti ce que j'ai tenté de vous faire toucher du doigt avec ces quelques photos de lieux, qui ont beaucoup comptés pour nous vous l'aurez compris, en tout cas ce n'est que de l'émotion  palpable et du bonheur que je vous fais partager ! Nostalgie quand tu nous tiens !

Nadine au lieu dit "la croix" ou le "Casteillas" en 1974.

Août 1974, Marcel, Jean-Marc et Patrick, photo prise àla fontaine de Camurac

Je ne me rappelai plus du tout où j'avais pris cette photo en août 1974 des copains assis devant une fontaine, je savais que nous revenions à Belcaire, après avoir passé l'après-midi au bord du lac de Camurac qui à l'époque n'était pas aménagé comme aujourd'hui.

Et bien, cette fontaine existe toujours en 2008, c'est une des fontaines de Camurac que l'on peut voir ici, elle n'a pas changé, mise à part quelques détails d'arrière plan.

 


Camurac la fameuse fontaine qui figure sur la photo prise en 1974, 34 ans après, cela fait aussi parti de nos retrouvailles !

 

    
Camurac la fontaine qui a gardé son cachet d'antan

 

Camurac une autre fontaine située un peu plus bas en allant sur Comus elle date de 1860, autrefois, la maison qui se trouve à gauche juste derrière la fontaine se tenait là une épicerie en 1900, l'épicerie d'Élise de Matchore épouse de François Graule, dit "Just-Petit", sachez que l'électricité arrivera au village de Camurac en 1911 ...

Camurac zoom sur la fontaine du village datant de 1860

En 1974 on se rafraîchissait à cette fontaine avant de remonter par le col "des sept frères" altitude 1253 m pour ensuite emprunter un sentier de traverse qui longeait la D613 jusqu'à Belcaire, cela nous faisait une balade de 12 km environs aller – retour.

 

Le lac de Camurac en 1974, Jean-Marc avec le chapeau, Marcel, Graziella et Philippe

C'était le seul lieu de baignade naturelle au début des années 1970 car le lac artificiel de Belcaire actuel fut créé en 1977-1978, une carte postale de 1979 en témoigne.

Le lac de Belcaire peu après sa réalisation 1977 -1978

 

Panorama du lac de Belcaire août 2008

 

Belcaire son lac en août 2008

 

Camurac le col de sept frères 1253 m
Histoire tragique que beaucoup de gens de la région ne connaissent pas : ce col s'appelait à l'origine "col de Montjau", fin du 18 ème siècle durant un hiver très rude (je ne connais pas la date exacte) sept frères habitants de Comus y périrent successivement dans une tourmente de neige en allant au secours les uns des autres, suite à cette tragédie et en souvenir de leur mémoire le col changea de nom pour s'appeler "col des sept frères".

Belcaire vu en venant d'Ax-les-Thermes août 2008
le chemin emprunté lors de notre retour de Camurac est sur la droite de la photo, si mes souvenirs sont bons !

Encore des souvenirs sympathiques, quand j'y pense, on a quand même laissé une certaine, comment dirai-je, empreinte malgré tout dans certaines mémoires, n'est-ce pas les filles ? On dit que les filles ont plus de mémoire que les garçons ??!! Elles peuvent en témoigner en laissant un commentaire sur cette époque par exemple, on va voir ! aller, les filles ! Cliquez sur "Commenter cet article" là juste en dessous de cet article à droite.

 

A SUIVRE ...

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans Le début de l'aventure
commenter cet article
28 septembre 2008

 

Belcaire vu du pic des Sarrasis alt. 1182 m

Je me suis laissé, depuis le début de mes recherches, submerger par mes émotions, au fur et à mesure des retrouvailles des amies. J'avais besoin de prendre du recul pour mettre, en quelque sorte, noir sur blanc ces vacances 2008 très particulières et spéciales.

Après une grosse dépense d'énergie, les retrouvailles se sont concrétisées c'est important, cela a mûri et cela c'est décidé au fur et à mesure que les recherches avançaient, j'en suis heureux. Celles-ci  ont eu lieu entre le 9 et le 25 août 2008 à BELCAIRE !

Voici le résumé de notre arrivée : le samedi 9 août, départ très tôt de la région parisienne, 5h00 du matin, le jour pointait à peine, mais la circulation était dense sur l'autoroute A20. Il y eut quelques ralentissements et vers midi on abordait Toulouse pour une halte restauration, nous avions un temps magnifique, le soleil était de la partie. J'avais décidé de passer par Lavelanet et Bélesta pour atteindre la D613 au niveau du carrefour menant à Roquefeuil et là, virer à droite direction Belcaire.

Déjà l'émotion montait en arrivant à Bélesta et en traversant ces forêts de sapins magnifiques. Les paysages aux allures sauvages me faisaient oublier la fatigue de la route, nous étions au coeur du pays de Sault ! C'est quand nous sommes arrivés sur cette D613 qui mène à Belcaire que l'émotion se fit ressentir plus intensément, car j'ai eu la sensation, comment vous expliquer, d'avoir fait un bon dans le passé, j'ai retrouvé cette route intacte, telle que je l'avais connue avec ses alignements d'arbres, elle n'avait subie aucun aménagement particulier en 33 ans.

La D613 vers Belcaire au fond et la D93 venant de Tra Soulas

Les foins venaient d'être coupés dans les champs bordant la route, ce qui lui donnait un parfum des années 60, il ne manquait que les charrettes tirées par des chevaux.

Nous y sommes ! 15h00 on arrive à Belcaire ! Des constructions pavillonnaires ont été réalisées avec parcimonie à l'entrée du village en venant de Quillan, mais cela reste plus que raisonnable en 33 ans, comparativement aux grands bouleversements des grandes villes de la région parisienne. Sur la droite de la D613 en lieu et place de la scierie, il y a maintenant, de façon groupée, une épicerie, librairie, coiffeur, et un peu plus loin le centre médical très important pour le maintien des populations dans cette région, avec 2 médecins, 1 kiné, 1 dentiste et 4 infirmiers libéraux, vous avez ensuite, l'office du tourisme, une boucherie ; toutes ces officines sont centralisées, c'est pratique, excellente initiative !

La D613, entrée de Belcaire sur la droite le vétérinaire, l'office du tourisme et au fond la boucherie

Je ferai, juste une petite remarque entre parenthèses qui a son importance (si un élu me lit, bonjour monsieur le maire), on peut regretter l'absence d'aménagements pour les piétons, il n'y a aucun trottoir pour passer d'un commerce à l'autre en relative sécurité le long de la D613 et ne serait-ce que pour canaliser les eaux de ruissellement.

Entrée de Belcaire par la D613 venant de Quillan, l'épicerie à gauche

Un peu d'aménagement pratique et quelques mobiliers urbains, ne feraient qu'embellir l'entrée du village, comme on peut le voir à Prades, ce qui pourrait aussi inciter les touristes de passage à Belcaire à faire une halte. Fermer la parenthèse....

Pour en revenir à notre arrivée, la première chose que j'ai réalisé, et qui me tenait à cœur en arrivant à Belcaire, c'était de faire le tour et une visite du foirail.

Celui-ci, n'avait pas changé, la même clôture ajourée en béton, le monument aux morts trône toujours au centre du parc, les arbres ont grandi forcément mais ils sont toujours là plus majestueux que jamais. Ah ! oui, la fontaine a changé de place et ce n'est plus la même.

La fontaine du Foirail

Ce foirail, c'est là, où l'on a mis les pieds pour la première fois et planter notre tente, à Belcaire en août 1972, juste entre les deux arbres au premier plan.

panorama du Foirail

Les souvenirs remontent à la surface et sont restés intacts et c'est avec plein d'émotion que j'ai la chance de retrouver les lieux qui ont marqués notre jeunesse.

L'angle N/O du Foirail sur la D613 au bout de la rue à droite la poste

On reprend la D613 en traversant au pas Belcaire afin d'en apprécier pleinement le moment, l'hôtel Bayle, toujours là, les mêmes façades…on est en 1975…cela fait une drôle d'impression que je n'avais pas encore connue (c'est difficile à expliquer à ceux qui ne comprennent pas).

La D613 en direction d'Ax-les Thermes, l'hôtel Bayle

On laisse Belcaire derrière nous pour gagner à 6 km de là, notre gîte situé au domaine les sapins à Camurac.

Le domaine les sapins ses gîtes et son restaurant

Gaby était impatiente de nous revoir, ce fut la seule à s'inquiéter si on était bien arrivé, elle téléphona justement quand on approchait de Bélesta et elle vint nous rejoindre à Camurac vers 18h00. C'était notre première retrouvaille Belcairoise. Je tiens à remercier Gaby pour son accueil et sa gentillesse. Anne-Marie et son mari Bernard nous ont aussi réservé un accueil super chaleureux dés notre première rencontre ce qui nous a rendu très enthousiaste...

-----------------------------

Le 15 août on avait décidé de se retrouver, pour celles et ceux qui le désiraient autour d'une table festive au domaine les sapins à Camurac. Ce fut une grande joie de revoir Lynda et Valérie après tant d'années.

On attend Lynda et Valérie

Le rendez-vous est chez Gaby pour les retrouvailles autour du verre de l'amitié, Patrick venu spécialement de Valras et Jean-Marc. 

Gaby et Anne-Marie

Ce jour là, Anne-Marie et Bernard, Gaby, Valérie, Lynda, et Patrick ont répondu présent à cette invitation pour partager ces moments d'amitiés, ces instants magiques de notre jeunesse que l'on a pas oubliés et que l'on a plaisir à se remémorer. Cela m'a fait énormément plaisir de voir que l'on pouvait toujours compter sur eux simplement, je les en remercie du fond du cœur…

panorama vu du domaine les sapins sur Comus

Le restaurant au domaine les sapins de Camurac lieu convivial où l'on a pu apprécier nos retrouvailles autour d'un bon repas, car le temps pour un mois d'août n'était pas de la fête, il était très nuageux, température extérieure 10 degrés, la chemisette hawaïenne de Patrick n'a pas fait fuir les nuages au contraire !

Restaurant Le domaine les Sapins à droite, la partie gauche étant les gîtes

Pour la suite je vous laisse regarder les photos et  mettre vos commentaires si vous en avez !

En commençant par la gauche au premier plan, Bernard, Anne-Marie, Jean-Marc et Valérie qui est cachée. Gaby préside. A droite au premier plan, Patrick, Joëlle et Lynda

A droite Gaby et Lynda à gauche

A droite Valérie et Gaby à gauche, écoutant avec attention Lynda

Jean-Marc et Valérie


Anne-Marie et son mari Bernard

Valérie au moment du café

Lynda

Anne-Marie

Bernard, Anne-Marie, Jean-Marc et Valérie

Gaby

Toutes les photos ont été prisent à notre arrivée au resto, tellement absorbé par les conversations j'ai oublié d'en faire pendant le repas....

Voici la suite en photo du repas des retrouvailles au domaine les sapins.

à gauche Bernard, Anne-Marie, Jean-Marc, Valérie, Gaby présidant, à droite Patrick,  Jean-Pierre et Lynda

Jean-Marc et Valérie
 
à gauche Bernard, Anne-Marie, Jean-Marc, Valérie, Gaby présidant, à droite Patrick,  Jean-Pierre et Lynda

Patrick

Gaby et Lynda


Lynda qui a toujours le même sourire


Lynda : " Attendez... oui je me souviens maintenant, c'était en 1974 avec Gonaria.... "



Lynda : " Qu'elle blagueuse Gonaria .... "
 


Joelle et Patrick toujours aussi blagueur il n'a pas changé


A ma très chère Valérie toujours nostalgique !

 

-----------------------------------------------------------------------------------------

 

Lors de notre séjour à Belcaire en 2008, nous sommes retourné 36 ans après sur le plateau de Niave situé au sud de Belcaire altitude 1250 m environ.

Ci-dessous, la photo prise le 10 août 1972 exactement !


et voici ci-après, la photo panoramique prise, c'est une coincidense, le même jour 36 ans plus tard le 10 août 2008 pratiquement au même endroit !

Les sapins ont envahi les pâturages en grande partie laissés à l'état sauvage




Jean-Pierre au sommet du pic des Sarrasis d'où la vue est magnifique sur Belcaire Sud Est

Jean-Marc et Jean-Pierre admirent le paysage du haut du pic des Sarrasis situé à l'Est de Belcaire Altitude 1182 m


Belcaire coté Est vu de la "croix" au centre le pic des Sarrasis derrière il y a le village de Roquefeuil

A SUIVRE ...

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans Le début de l'aventure
commenter cet article