Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.belcaire-pyrenees.com
  •  www.belcaire-pyrenees.com
  • : BELCAIRE capitale du Pays de Sault en Languedoc Roussillon. Au départ j'ai réalisé ce site pour partager les retrouvailles 33 ans après, de 17 copines, dans cette région authentique préservée en territoire cathare au pied des Pyrénées. Mais je me suis aperçu que l'Aude n'était pas assez mise en valeur, alors amoureux de cette région et la passion étant là, j'ai réalisé des reportages pour vous présenter ce département aux lieux chargés d'histoire. Ce site a pour but surtout de vous faire découvrir cette région authentique, plein de charme qu'il faut aller visiter.
  • Contact

ANNONCES-MESSAGES-ACTUALITÉS

Ils veulent vous informer !

Pour découvrir les annonces

  cliquez sur la photo

Photo pour les annonces 02

Faites Une Recherche Sur Ce Site

LIENS UTILES

En cliquant sur l'une des images ci-dessous :

1 - vous pouvez écouter Radio Montaillou en direct

 

logo 01cliquez sur le logo RADIO MONTAILLOU ci-dessus pour écouter la Radio en direct
(en cliquant sur leur site en haut à droite)
pendant que vous consultez les pages du site
 

 

 

Pour suivre la progession et connaître la position des ours dans les Pyrénées
téléphonez au 05.62.00.81.10
 
Vous pouvez m'écrire
CLIQUEZ SUR LE PETIT CHIEN ROMÉO POUR ME CONTACTER
 
 
LIVRE D'OR
cliquez sur la photo pour déposées vos marques de sympathie et pour les visionner

Gîtes dans une ancienne école place du village de Comus, village situé
sur le tracé de l'emblématique Sentier Cathare et à proximité des gorges de la Frau et de Montségur
 
Locations gîtes et chambres d'hôtes à Ignaux dans les montagnes des Pyrénées
en Haute-Ariège près d'Ax-les-Thermes
 
Hôtel Restaurant Bayle ** à Belcaire

 

Sites d'Ami(e)s

Les Amis du Sabarthez de Pierre Cortinas

 

Pour le développement du tourisme au Pays de Sault :

     l'Association le Grand Sault

 

on y trouve des renseignements intéressants sur ce site :

     Chambre d'Agriculture de l'Aude

 

Logo réduit office du tourisme du pays de sault

Office du Tourisme du Pays de Sault

Chemin départemental 613

11340 ROQUEFEUIL

Tél : 04.68.20.75.89

 

Retour à la page d'accueil

LES LIVRES CONSEILLÉS

Nouvelle Rubrique pour découvrir

des livres intéressants

cliquez sur la photo

livres conseillés

MESSAGE

28 septembre 2008

 

La nostalgie est au rendez-vous !

L'aventure et le partage de ces retrouvailles  continuent, dommage que le temps n'était pas de la partie, j'ai profité au maximum des moments de ciel bleu pour faire des photos de Belcaire, mais les 15 jours ont passé très très vite, les journées ont été très chargé, on a pas chômé et l'on ne c'est pas vraiment reposé pendant nos vacances....

Le "Pas de L'Ours"  altitude 1500 m dominant les gorges de la Frau et d'où l'on peut voir Montségur


Jean-Marc et Jean-Pierre au Pas de l'Ours, en bas les gorges de la Frau  

 

Chantal et Marie-Christine qui ont eu la gentilesse de venir nous dire bonjour au lac de Belcaire le 15 août

 Jean-Marc, Bernard, Anne-Marie, Joelle et Jean-Pierre

Anne-Marie et Bernard nous ont réservé un accueil des plus chaleureux, on avait l'impression de ne s'être jamais perdu de vue, vraiment on a passé une soirée très sympa. Elles ne sont pas belles ces retrouvailles !! 

Jean-Marc, Anne-Marie et Jean-Pierre

Marité et Rolande



Un petit coucou à Marité, Rolande, Suzanne et Basile qui n'ont pas pu être présent à Belcaire, mais on a pensé à eux.

Puis, on ne pouvait pas quitter Belcaire sans aller rendre visite à Nicole et Guy !!


Vendredi 22 août 2008, ce jour là, le temps très capricieux nous offrit encore une journée de pluie. Il ne faisait pas froid 20° mais cette pluie battante, fine rendait notre veille de départ tristounette.
Nicole qui nous attendait nous accueilla chez elle, très heureuse de nous revoir et de se remémorer des souvenirs en commun en prenant l'apéro. Il ne faut pas oublier que c'est avec Nadine, les premières filles avec qui nous avons sympathisé en 1972 !

 

Nicole très émue et Jean-Pierre

Ce fut une grande joie de revoir Nicole après tant d'années, j'étais ému, rien que de vous l'écrire cela me fait quelque chose ! Malheureusement le temps rythme notre vie, il passe trop vite et l'on avance avec lui, nous devions passer chez Guy. Nous quittâmes Nicole après l'avoir embrassée, il pleuvait toujours.
Accueille très chaleureux aussi chez Guy, j'ai retrouvé un Guy gentil et naturel comme il y a trente trois ans. Je l'aurai reconnu sans problème, c'est toujours le même avec quelques cheveux blancs et quelques marques du temps qui a passé.

Guy devant chez lui
 
 Guy, on lit dans son regard l'émotion de nous revoir, ce fut une joie pour moi ! 

Maryse sa femme était là, ainsi que Solange sa fille. Maryse ce souvenait très bien de nous à l'époque, il est vrai que nous venions souvent à "la croix" d'ailleurs l'endroit n'a pas du tout changé d'un poil, vous verrez. Après avoir pris quelques photos, il fallait rentrer au gîte et préparer notre départ.

Guy, Jean-Pierre, Jean-Marc et Maryse

Guy et Jean-Marc

Nous avons pris congé de Guy qui nous a accompagné jusqu' à la voiture et je lui ai promis que je n'attendrai pas 33 ans pour revenir à Belcaire. Cela prend aux tripes de vous avoir revue toutes et tous !! de tout coeur MERCI pour votre accueil .

Mercredi 20 août 2008.
Nous avons retrouvé Angèle ! 

Jean-Marc, Angèle et Jean-Pierre


Super contente de nous revoir aussi, très chaleureuse, vraiment que du bonheur comme on l'aime ! elle fut très enthousiaste à ces retrouvailles. Pour ceux qui ne savent pas qui est Angèle, c'est l'épicière de Belcaire qui nous offrait un paquet de gâteau quand nous faisions nos achats tous les jours en 1972, comme je l'ai déjà expliqué. Elle fut très heureuse de nous revoir, elle nous embrassa comme du bon pain, cela fait chaud au cœur. Elle nous présenta Robert son compagnon, que je salue.
Il était un peu tôt 16h30 environ, mais nous prîmes un petit muscat pour fêter cette rencontre mémorable.
Angèle qu'elle dynamisme on ne lui donne pas son âge pour une femme de 72 ans !

L'épicerie d'Angéle aujourd'hui fermée pour cause de retraite bien méritée


Vraiment encore une superbe rencontre qui vous donne le vague à l'âme, sincèrement comme à mon habitude j'ai été très heureux de revoir Angèle, que j'embrasse très très fort ! Quel accueil !!!!
je vous jure que c'est dur émotionnellement, par moment, de commenter ces photos ... à chacun sa sensibilité.

 

Il y a eu des temps forts pendant ces 15 jours intenses, mais là , j'ai eu une émotion différente sur, disons, encore un lieu cher à mon coeur dans ce Belcaire que j'aime. Je n'en revenais pas, l'endroit est ... comme resté figer, j'ai eu l'impression de revenir le lendemain de la prise de vue de cette photo magique, comme dans un rêve, car les lieux n'ont pas changé depuis 36 ans, c'est impressionnant, alors quand région parisienne je suis habitué à voir des bouleversements perpétuels, cela va vous sembler bizarre mais cet endroit où l'on se retrouvait, tout comme le foirail est en quelque sorte une partie de notre jeunesse où l'on se sentait bien, on se donnait rendez-vous à "la croix", nous étions heureux.

 

Voici ci-dessus, la photo prise en août 1972 à "la croix" au Casteillas et voici ci-dessous, le même endroit 36 ans plus tard en août 2008
 

Impressionnant non ! Dommage il aurait fallu que les mêmes actrices soient présentes, je les embrasse toutes. Et ce n'est pas fini voici le muret qui fait face à ce rocher....

Photo ci-dessus prise en 1972, le même lieu ci-dessous 36 ans après !


Jean-Pierre et Jean-Marc à "la croix" au Casteillas le 16 août 2008

Dans le prolongement du muret sur lequel nous étions assis, le rocher fait corps avec celui-ci et domine la vue en direction de l'ouest vers Ax-les-Thermes, au fond les chalets surplombant le lac artificiel de Belcaire réalisé en 1977 / 78 que je vous montrerai plus tard.


Cet endroit de Belcaire s'appelle "La croix" au Casteillas avec sa fontaine à gauche incrustée dans le mur de pierre, au fond à gauche la maison natale de Nadine et de Guy, sur la droite le mur nord de l'église de Belcaire. Il faut passer devant la maison pour accéder au point central le plus élevé de la commune où se trouve une croix métallique plantée dans le rocher, d'où le nom du lieu.


 La "croix" du Casteillas
 

 Belcaire à "la croix" photo prise en août 2008, à gauche le presbytère.

Et ci-dessous le même lieu, photo de  Nadine prise en août 1974.


Cela peut vous paraître futile, banal, mais je ne sais pas si vous avez ressenti ce que j'ai tenté de vous faire toucher du doigt avec ces quelques photos de lieux, qui ont beaucoup comptés pour nous vous l'aurez compris, en tout cas ce n'est que de l'émotion  palpable et du bonheur que je vous fais partager ! Nostalgie quand tu nous tiens !

Nadine au lieu dit "la croix" ou le "Casteillas" en 1974.

Août 1974, Marcel, Jean-Marc et Patrick, photo prise àla fontaine de Camurac

Je ne me rappelai plus du tout où j'avais pris cette photo en août 1974 des copains assis devant une fontaine, je savais que nous revenions à Belcaire, après avoir passé l'après-midi au bord du lac de Camurac qui à l'époque n'était pas aménagé comme aujourd'hui.

Et bien, cette fontaine existe toujours en 2008, c'est une des fontaines de Camurac que l'on peut voir ici, elle n'a pas changé, mise à part quelques détails d'arrière plan.

 


Camurac la fameuse fontaine qui figure sur la photo prise en 1974, 34 ans après, cela fait aussi parti de nos retrouvailles !

 

    
Camurac la fontaine qui a gardé son cachet d'antan

 

Camurac une autre fontaine située un peu plus bas en allant sur Comus elle date de 1860, autrefois, la maison qui se trouve à gauche juste derrière la fontaine se tenait là une épicerie en 1900, l'épicerie d'Élise de Matchore épouse de François Graule, dit "Just-Petit", sachez que l'électricité arrivera au village de Camurac en 1911 ...

Camurac zoom sur la fontaine du village datant de 1860

En 1974 on se rafraîchissait à cette fontaine avant de remonter par le col "des sept frères" altitude 1253 m pour ensuite emprunter un sentier de traverse qui longeait la D613 jusqu'à Belcaire, cela nous faisait une balade de 12 km environs aller – retour.

 

Le lac de Camurac en 1974, Jean-Marc avec le chapeau, Marcel, Graziella et Philippe

C'était le seul lieu de baignade naturelle au début des années 1970 car le lac artificiel de Belcaire actuel fut créé en 1977-1978, une carte postale de 1979 en témoigne.

Le lac de Belcaire peu après sa réalisation 1977 -1978

 

Panorama du lac de Belcaire août 2008

 

Belcaire son lac en août 2008

 

Camurac le col de sept frères 1253 m
Histoire tragique que beaucoup de gens de la région ne connaissent pas : ce col s'appelait à l'origine "col de Montjau", fin du 18 ème siècle durant un hiver très rude (je ne connais pas la date exacte) sept frères habitants de Comus y périrent successivement dans une tourmente de neige en allant au secours les uns des autres, suite à cette tragédie et en souvenir de leur mémoire le col changea de nom pour s'appeler "col des sept frères".

Belcaire vu en venant d'Ax-les-Thermes août 2008
le chemin emprunté lors de notre retour de Camurac est sur la droite de la photo, si mes souvenirs sont bons !

Encore des souvenirs sympathiques, quand j'y pense, on a quand même laissé une certaine, comment dirai-je, empreinte malgré tout dans certaines mémoires, n'est-ce pas les filles ? On dit que les filles ont plus de mémoire que les garçons ??!! Elles peuvent en témoigner en laissant un commentaire sur cette époque par exemple, on va voir ! aller, les filles ! Cliquez sur "Commenter cet article" là juste en dessous de cet article à droite.

 

A SUIVRE ...

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans Le début de l'aventure
commenter cet article
28 septembre 2008

 

Belcaire vu du pic des Sarrasis alt. 1182 m

Je me suis laissé, depuis le début de mes recherches, submerger par mes émotions, au fur et à mesure des retrouvailles des amies. J'avais besoin de prendre du recul pour mettre, en quelque sorte, noir sur blanc ces vacances 2008 très particulières et spéciales.

Après une grosse dépense d'énergie, les retrouvailles se sont concrétisées c'est important, cela a mûri et cela c'est décidé au fur et à mesure que les recherches avançaient, j'en suis heureux. Celles-ci  ont eu lieu entre le 9 et le 25 août 2008 à BELCAIRE !

Voici le résumé de notre arrivée : le samedi 9 août, départ très tôt de la région parisienne, 5h00 du matin, le jour pointait à peine, mais la circulation était dense sur l'autoroute A20. Il y eut quelques ralentissements et vers midi on abordait Toulouse pour une halte restauration, nous avions un temps magnifique, le soleil était de la partie. J'avais décidé de passer par Lavelanet et Bélesta pour atteindre la D613 au niveau du carrefour menant à Roquefeuil et là, virer à droite direction Belcaire.

Déjà l'émotion montait en arrivant à Bélesta et en traversant ces forêts de sapins magnifiques. Les paysages aux allures sauvages me faisaient oublier la fatigue de la route, nous étions au coeur du pays de Sault ! C'est quand nous sommes arrivés sur cette D613 qui mène à Belcaire que l'émotion se fit ressentir plus intensément, car j'ai eu la sensation, comment vous expliquer, d'avoir fait un bon dans le passé, j'ai retrouvé cette route intacte, telle que je l'avais connue avec ses alignements d'arbres, elle n'avait subie aucun aménagement particulier en 33 ans.

La D613 vers Belcaire au fond et la D93 venant de Tra Soulas

Les foins venaient d'être coupés dans les champs bordant la route, ce qui lui donnait un parfum des années 60, il ne manquait que les charrettes tirées par des chevaux.

Nous y sommes ! 15h00 on arrive à Belcaire ! Des constructions pavillonnaires ont été réalisées avec parcimonie à l'entrée du village en venant de Quillan, mais cela reste plus que raisonnable en 33 ans, comparativement aux grands bouleversements des grandes villes de la région parisienne. Sur la droite de la D613 en lieu et place de la scierie, il y a maintenant, de façon groupée, une épicerie, librairie, coiffeur, et un peu plus loin le centre médical très important pour le maintien des populations dans cette région, avec 2 médecins, 1 kiné, 1 dentiste et 4 infirmiers libéraux, vous avez ensuite, l'office du tourisme, une boucherie ; toutes ces officines sont centralisées, c'est pratique, excellente initiative !

La D613, entrée de Belcaire sur la droite le vétérinaire, l'office du tourisme et au fond la boucherie

Je ferai, juste une petite remarque entre parenthèses qui a son importance (si un élu me lit, bonjour monsieur le maire), on peut regretter l'absence d'aménagements pour les piétons, il n'y a aucun trottoir pour passer d'un commerce à l'autre en relative sécurité le long de la D613 et ne serait-ce que pour canaliser les eaux de ruissellement.

Entrée de Belcaire par la D613 venant de Quillan, l'épicerie à gauche

Un peu d'aménagement pratique et quelques mobiliers urbains, ne feraient qu'embellir l'entrée du village, comme on peut le voir à Prades, ce qui pourrait aussi inciter les touristes de passage à Belcaire à faire une halte. Fermer la parenthèse....

Pour en revenir à notre arrivée, la première chose que j'ai réalisé, et qui me tenait à cœur en arrivant à Belcaire, c'était de faire le tour et une visite du foirail.

Celui-ci, n'avait pas changé, la même clôture ajourée en béton, le monument aux morts trône toujours au centre du parc, les arbres ont grandi forcément mais ils sont toujours là plus majestueux que jamais. Ah ! oui, la fontaine a changé de place et ce n'est plus la même.

La fontaine du Foirail

Ce foirail, c'est là, où l'on a mis les pieds pour la première fois et planter notre tente, à Belcaire en août 1972, juste entre les deux arbres au premier plan.

panorama du Foirail

Les souvenirs remontent à la surface et sont restés intacts et c'est avec plein d'émotion que j'ai la chance de retrouver les lieux qui ont marqués notre jeunesse.

L'angle N/O du Foirail sur la D613 au bout de la rue à droite la poste

On reprend la D613 en traversant au pas Belcaire afin d'en apprécier pleinement le moment, l'hôtel Bayle, toujours là, les mêmes façades…on est en 1975…cela fait une drôle d'impression que je n'avais pas encore connue (c'est difficile à expliquer à ceux qui ne comprennent pas).

La D613 en direction d'Ax-les Thermes, l'hôtel Bayle

On laisse Belcaire derrière nous pour gagner à 6 km de là, notre gîte situé au domaine les sapins à Camurac.

Le domaine les sapins ses gîtes et son restaurant

Gaby était impatiente de nous revoir, ce fut la seule à s'inquiéter si on était bien arrivé, elle téléphona justement quand on approchait de Bélesta et elle vint nous rejoindre à Camurac vers 18h00. C'était notre première retrouvaille Belcairoise. Je tiens à remercier Gaby pour son accueil et sa gentillesse. Anne-Marie et son mari Bernard nous ont aussi réservé un accueil super chaleureux dés notre première rencontre ce qui nous a rendu très enthousiaste...

-----------------------------

Le 15 août on avait décidé de se retrouver, pour celles et ceux qui le désiraient autour d'une table festive au domaine les sapins à Camurac. Ce fut une grande joie de revoir Lynda et Valérie après tant d'années.

On attend Lynda et Valérie

Le rendez-vous est chez Gaby pour les retrouvailles autour du verre de l'amitié, Patrick venu spécialement de Valras et Jean-Marc. 

Gaby et Anne-Marie

Ce jour là, Anne-Marie et Bernard, Gaby, Valérie, Lynda, et Patrick ont répondu présent à cette invitation pour partager ces moments d'amitiés, ces instants magiques de notre jeunesse que l'on a pas oubliés et que l'on a plaisir à se remémorer. Cela m'a fait énormément plaisir de voir que l'on pouvait toujours compter sur eux simplement, je les en remercie du fond du cœur…

panorama vu du domaine les sapins sur Comus

Le restaurant au domaine les sapins de Camurac lieu convivial où l'on a pu apprécier nos retrouvailles autour d'un bon repas, car le temps pour un mois d'août n'était pas de la fête, il était très nuageux, température extérieure 10 degrés, la chemisette hawaïenne de Patrick n'a pas fait fuir les nuages au contraire !

Restaurant Le domaine les Sapins à droite, la partie gauche étant les gîtes

Pour la suite je vous laisse regarder les photos et  mettre vos commentaires si vous en avez !

En commençant par la gauche au premier plan, Bernard, Anne-Marie, Jean-Marc et Valérie qui est cachée. Gaby préside. A droite au premier plan, Patrick, Joëlle et Lynda

A droite Gaby et Lynda à gauche

A droite Valérie et Gaby à gauche, écoutant avec attention Lynda

Jean-Marc et Valérie


Anne-Marie et son mari Bernard

Valérie au moment du café

Lynda

Anne-Marie

Bernard, Anne-Marie, Jean-Marc et Valérie

Gaby

Toutes les photos ont été prisent à notre arrivée au resto, tellement absorbé par les conversations j'ai oublié d'en faire pendant le repas....

Voici la suite en photo du repas des retrouvailles au domaine les sapins.

à gauche Bernard, Anne-Marie, Jean-Marc, Valérie, Gaby présidant, à droite Patrick,  Jean-Pierre et Lynda

Jean-Marc et Valérie
 
à gauche Bernard, Anne-Marie, Jean-Marc, Valérie, Gaby présidant, à droite Patrick,  Jean-Pierre et Lynda

Patrick

Gaby et Lynda


Lynda qui a toujours le même sourire


Lynda : " Attendez... oui je me souviens maintenant, c'était en 1974 avec Gonaria.... "



Lynda : " Qu'elle blagueuse Gonaria .... "
 


Joelle et Patrick toujours aussi blagueur il n'a pas changé


A ma très chère Valérie toujours nostalgique !

 

-----------------------------------------------------------------------------------------

 

Lors de notre séjour à Belcaire en 2008, nous sommes retourné 36 ans après sur le plateau de Niave situé au sud de Belcaire altitude 1250 m environ.

Ci-dessous, la photo prise le 10 août 1972 exactement !


et voici ci-après, la photo panoramique prise, c'est une coincidense, le même jour 36 ans plus tard le 10 août 2008 pratiquement au même endroit !

Les sapins ont envahi les pâturages en grande partie laissés à l'état sauvage




Jean-Pierre au sommet du pic des Sarrasis d'où la vue est magnifique sur Belcaire Sud Est

Jean-Marc et Jean-Pierre admirent le paysage du haut du pic des Sarrasis situé à l'Est de Belcaire Altitude 1182 m


Belcaire coté Est vu de la "croix" au centre le pic des Sarrasis derrière il y a le village de Roquefeuil

A SUIVRE ...

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans Le début de l'aventure
commenter cet article
31 août 2008

 

Qu'elles sont vos impressions sur ce blog, donnez votre avis, toute suggestion sera la bienvenue.
Laissez une trace de votre passage, un petit mot fait toujours plaisir.

cliquez sur   "Commenter cet article"   ci-dessous

 

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans LIVRE D'OR
commenter cet article
8 août 2008

BELCAIRE altitude 1052 mètres, village de moyenne montagne pyrénéen, émergeant sur un axe historique important, Quillan / Ax-les- Thermes, entouré d'épaisses forêts de sapins.Belcaire-2008.jpg

Ce village est situé au cœur même des Pyrénées Cathares avec à proximité les châteaux de Montaillou, Roquefeuil, Niort, Puivert, Montségur, Arques, Puilaurens, Peyrepertuse, Quéribus et Aguilar (ces châteaux historiques couvrent la période 1150-1320).

 

MONTSÉGUR un haut lieu Cathare

QUÉRIBUS

Le pays de Sault, les plus belles sapinières de l'Aude sont là ! Sauvage, région ignorée des touristes, mais très appréciée des randonneurs et autres mordus de la nature comme nous, avec la garantie de trouver un accueil chaleureux et sympathique de la part de ses habitants. En plein pays Cathare chargé de mystères et d'histoires où les conteurs du pays s'en donnent à cœur joie et font rouler les "r" tout au long de récits qui tiennent leurs auditeurs en haleine.

La croix en fer forgé situé au lieu dit "le Casteillas", point culminant de Belcaire, juste au-dessus de l'église date de 1814.

L'église de Belcaire avec son clocher tour à créneaux très particulier pour une église date de 1884. A l'origine, l'église qui date du XII ème siècle possédait un clocher roman. Il y a un magnifique retable baroque en bois polychrome doré datant du XVII ème siècle c'est le seul retable du Pays de Sault qui ne soit pas plat, Saint Eutrope et la vierge en bois polychrome du XVI ème siècle, sont aussi à admirer !

 

Je profite de l'occasion de rendre hommage, et pour vous faire connaître un personnage :

Charles Émile Saulnier né à Paris en 1828 - d 1900

Saulnier était un architecte qui construisit le clocher si caractéristique de l'église de Belcaire  en 1884.

Saulnier obtient le Grand prix Percier à l'école spéciale de dessin (1845), élève de l'école des Beaux-Arts (1847-1848), médaille à l'exposition artistique de Carcassonne (1850).
Architecte du département de l'Aude. Nommé à l'essai inspecteur des édifices diocésains d'Albi en remplacement de Bodin-Legendre en juin 1871. Il était proposé par Daly qui ne demandait pour lui que 1 200 fr "à cause des dettes du pays", mais se proposait de lui verser la moitié de ses honoraires. En 1877, lors de la démission de Daly, il postule à sa succession mais il n'est pas retenu, faute d'être résident. Il démissionne de ses fonctions d'inspecteur en 1878.
En 1880, il est candidat à la place de Cals, architecte diocésain de Carcassonne. Il est soutenu par deux députés et Victor Ruprich-Robert ; il est nommé le 3 novembre de cette année inspecteur des édifices diocésains de Carcassonne au traitement de 800 fr
Il a construit les églises de Preixan, Peyrens, Luc-sur-Orbieu, Belcaire (clocher), Chalabre ; les écoles-mairies de Lézignan, Alzonne, Cupservies, Roquefère. Il a poursuivi la construction du palais de justice de Carcassonne et la sous-préfecture de Castelnaudary.

______________

 

Belcaire, la capitale du pays de Sault est à 80 km de Carcassonne, 96 km de Perpignan et à 62 km de la principauté d'Andorre.

Le Pays de Sault est occupé à l’origine par des chasseurs nomades au tout début du Paléolithique supérieur (il y a 35.000 ans), comme l’ont prouvé les fouilles de la grotte de Belvis. Ensuite nous retrouvons des traces plus récentes de chasseurs, dont l’habitat ne devait être que saisonnier à l’époque du Magdalénien supérieur (il y a 12.000 ans). 6.000 ans plus tard les premières traces d’élevage apparaissent (abri du roc de Dourgne).

Au fil des siècles, le climat se tempère et l’habitât devient sédentaire. Nous garderons quelques traces de l’occupation romaine, puis des Wisigoths et enfin d’une population d’origine Celtibère (ou Hispano-celtique).
 

Il faut savoir qu'au Vème siècle le Pays de Sault fut envahi par les wisigoths. La domination wisigoth dura jusqu'en 719, où il furent vaincus par les Sarrasins qui les repoussèrent vers le Nord. Les Sarrasins ou Musulmans, venaient d'Espagne qu'ils avaient envahi. La Septimanie toute entière (département de l'Aude et de l'Hérault) fut conquise par eux. Une trace de ces conquérants subsiste au Pays de Sault, c'est le Pic des Sarrasins près de Belcaire.
Charles Martel et son petit fils Charlemagne vainquirent les Sarrasins et les repoussèrent en Espagne. Le comté du Razès dont fait partie le Pays de Sault, fut institué par Charlemagne en 778 ou 781.

Par la suite la région subira de nombreux conflits et bouleversements comme par exemple, Montaillou et Prades passeront successivement du Roi de Navarre (Comte de Castille) au Comte de Carcassonne (en 970), puis à celui de Cerdagne (en 981) et échoueront enfin au Comte de Foix (en 1311), en passant par le Royaume d’Aragon (en 1208). De ce fait, lors du découpage Napoléonien, le Pays d’Aillou restera en Ariège, alors que tout le reste basculera dans le département de l’Aude.
La partie audoise ne sera pas moins disputée. Dans chaque gros bourg apparaît un château, parfois une Abbaye fortifiée. La lutte sera rude entre les envahisseurs venus du sud, ceux venus du nord, et les autochtones.
Jamais, dans aucun pays il n’y a eu une telle concentration de châteaux forts.
Cependant, le coup de grâce sera porté par Simon de Montfort au cours de cette guerre de conquête et de dévastation qui prit le nom de "guerre des Albigeois" et, comme si cela ne suffisait pas, la "Sainte Inquisition" ravagea nos campagnes, tortura et brûla beaucoup d’ hérétiques.

 

BELCAIRE ET L'HISTOIRE,

De son nom "Bellicadum", "Belli Castrum" c'est-à-dire, château de guerre. On m'a soufflé aussi que "Bel  Caire" voulait dire beaux coins en occitan. Le château de Belcaire était d'origine féodale, il était entouré du village. Belcaire fut en 1252 le siège de l'administration royale : civile, militaire, judiciaire et forestière de l'ensemble du Pays de Sault. Belcaire fut attaqué par les bandes espagnoles puis rasé par les protestants lors des guerres de religion.

Le château, d'architecture militaire résista aux incursions espagnoles avant d'être incendié par les huguenots. Actuellement il ne reste que des ruines.

Du château de Belcaire on ne trouve guère de trace avant la soumission du pays au roi de France en 1243 (traité de Guillaume de Lorris 30 octobre 1243).

Raymond d'Aniort le possédait avec ceux d'Artigues, de Roquefeuil et de Belvis, il meurt en 1227. L'organisation royale du Bailliage du Pays de Sault fut fait par Saint Louis, en 1247 et non en 1240 comme on peut le lire parfois, Belcaire fut choisi et érigé pour être le chef  lieu du nouveau baillage ; celui-ci portait d'abord le nom de baillage de Sault et du Razés supérieur ; nous le trouvons ainsi nommé de 1231 à 1317 dans Histoire du Languedoc de Dom Vaissette. Par conséquent, il comprenait le canton actuel de Belcaire et le Roquefortés, on comptait à l'époque, 49 communautés.

Belcaire devint ainsi "capitale du Pays de Sault".

C'est alors qu'on voit apparaître ce château d'architecture tout à fait militaire, car il était destiné à recevoir un corps de troupe comme on le lit dans l' "Histoire de Languedoc".

Un gouverneur militaire avait la garde de ce château et ses pouvoirs devaient s'étendre sur les autres garnisons royales du pays : Castelpor, Belfort, Aniort et Dournes.

Le château de Belcaire résista à toutes les invasions espagnoles, mais il fut pris par Jean de Lévis chef des Calvinistes en 1572. Il fut incendié comme tous ceux qui tombèrent aux mains des huguenots.

Cependant Henri IV le fit reconstruire, mais bientôt, par suite de l'annexion du Roussillon, la frontière fut reculée et il perdit de son importance stratégique. Montlouis devint la place forte de ce côté de la France. Le château de Belcaire tomba en ruines par suite de son abandon, il ne reste de lui, aujourd'hui que quelques pans de murs prés de l'église à l'endroit nommé "la croix"ou "Casteillas" d'où le nom d'une rue Casteillas longeant à l'Est le promontoire.

Les guerres de religion ne furent pas heureuses pour le pays de Sault. Quillan avait été pris en 1573 par les Calvinistes, qui vinrent attaquer le château d'Able, le prirent et le détruisirent. L'année suivante, Niort eut le même sort. Tout ce qui avait l'apparence d'un château fut attaqué et détruit.

Belcaire résidence de la famille de Nègre, des baillis de Sault et Roquefort résidence des de Niort furent incendiés. Il en fut de même de Rodome.

La famille de Nègre s'établit dans le pays au commencement du XIV ème siècle. Pour l'anecdote, en 1525 un de ses membres vendit des forêts à Lafajoie pour la rançon de François 1er. La famille avait acquis de vastes terrains dans la contrée ; elle s'était bâtie un château à Belcaire.
L'Aude et plus particulièrement le Pays de Sault ne sera définitivement et totalement intégré au Royaume de France qu’après la signature du traité de Paix des Pyrénées sous le règne de Louis le XIV en 1659.


 

Un petit mot sur la cure de Belcaire, le plus ancien curé dont le nom nous soit conservé, est Jean François de Nègre de 1639 à 1671. Il était de la famille des baillis de Sault. Ces successeurs furent :

 

      -    Jean Pierre Boyer de 1671 à 1700
-    Jacques Bousquet de 1700 à 1722
-    Un neveu de Jacques Bousquet de 1722 à 1730
-    Charles Parrassa de 1730 à 1732
-    Hilaire Magdalon de 1732 à 1756
-    Benoît Nègre de 1756 à 1778
-    Joseph Borrel de 1778 à 1782
-    Gabriel Blanchard de 1782 à 1810

 

Le choléra sévit à Belcaire en 1854 , il y eut 131 morts et en 1856, on dénombra 58 victimes, une très grande mortalité enfantine sur 58 sépultures, il y eut 44 sépultures d'enfants de moins de 10 ans.

 

Quelques chiffres pour vous donner une idée du recensement de la population entre 1836 et 1999 :

 

      -    Belcaire en 1836 comptait = 1077 habitants
-    en 1846 = 1017
-    en 1856 = 1013
-    en 1866 = 1120
-    en 1876 = 1020
-    en 1891 = 893
-    en 1896 = 897
-    en 1906 = 912
-    entre parenthèse la guerre 1914-1918 il y eut 25 morts pour la France, habitants de Belcaire
-    en 1926 = 744
-    en 1936 = 760
-    en 1946 = 684
-    en 1954 = 603
-    en 1962 = 585
-    en 1968 = 504
-    en 1975 = 463
-    en 1982 = 421
-    en 1990 = 360
-    en 1999 = 392

 

cet article historique ne demande qu'à s'enrichir ….!

 

 

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans HISTOIRE
commenter cet article
19 mai 2008

 

J'aimerai profiter de ce blog pour remercier et leur dire qu'on les aime, à toutes les filles rencontrées à Belcaire en 1972 et qui ont, en quelque sorte marquées notre jeunesse et je sais que pour elles il en est de même. Mon plus grand regret et que l'on a laisser filer tant d'années (33 ans depuis notre dernière visite) sans se revoir, sans avoir garder contact, vous allez me dire, cela fait parti des aléas de la vie. Mais je voudrais qu'elles sachent que je ne les ai jamais oubliées et que les potes y sont associés.

J'en ai pour preuve que je les ai recherchées et toutes retrouvées une à une pour notre plus grand plaisir.

 

Chantal, Lynda, Marie-Christine, Marithé, Nadine, Nicole, Suzanne, Valérie. En 1974 vinrent grossir notre communauté : Anne-Marie,  Céline, Françoise, Gaby, Gonaria, A. et Graziella, Rolande, ces 16 filles mon gars elles sont formidables, elles ont vraiment comptées pour nous, et je les remercie encore  pour leur gentillesse et les souvenirs que l'on a en commun. J'espère qu'à l'avenir nous nous perdrons plus de vue et que l'on puisse continuer à avoir de bonnes relations amicales car les moyens techniques d'aujourd'hui nous permettent de maintenir cela.

Rendez-vous est pris, pour se retrouver en Août 2008 !!

 

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans LA PORTE DES CONFIDENCES
commenter cet article