Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.belcaire-pyrenees.com
  •  www.belcaire-pyrenees.com
  • : BELCAIRE capitale du Pays de Sault en Languedoc Roussillon. Au départ j'ai réalisé ce site pour partager les retrouvailles 33 ans après, de 17 copines, dans cette région authentique préservée en territoire cathare au pied des Pyrénées. Mais je me suis aperçu que l'Aude n'était pas assez mise en valeur, alors amoureux de cette région et la passion étant là, j'ai réalisé des reportages pour vous présenter ce département aux lieux chargés d'histoire. Ce site a pour but surtout de vous faire découvrir cette région authentique, plein de charme qu'il faut aller visiter.
  • Contact

ANNONCES-MESSAGES-ACTUALITÉS

Ils veulent vous informer !

Pour découvrir les annonces

  cliquez sur la photo

Photo pour les annonces 02

Faites Une Recherche Sur Ce Site

LIENS UTILES

En cliquant sur l'une des images ci-dessous :

1 - vous pouvez écouter Radio Montaillou en direct

 

logo 01cliquez sur le logo RADIO MONTAILLOU ci-dessus pour écouter la Radio en direct
(en cliquant sur leur site en haut à droite)
pendant que vous consultez les pages du site
 

 

 

Pour suivre la progession et connaître la position des ours dans les Pyrénées
téléphonez au 05.62.00.81.10
 
Vous pouvez m'écrire
CLIQUEZ SUR LE PETIT CHIEN ROMÉO POUR ME CONTACTER
 
 
LIVRE D'OR
cliquez sur la photo pour déposées vos marques de sympathie et pour les visionner

Gîtes dans une ancienne école place du village de Comus, village situé
sur le tracé de l'emblématique Sentier Cathare et à proximité des gorges de la Frau et de Montségur
 
Locations gîtes et chambres d'hôtes à Ignaux dans les montagnes des Pyrénées
en Haute-Ariège près d'Ax-les-Thermes
 
Hôtel Restaurant Bayle ** à Belcaire

 

Sites d'Ami(e)s

Les Amis du Sabarthez de Pierre Cortinas

 

Pour le développement du tourisme au Pays de Sault :

     l'Association le Grand Sault

 

on y trouve des renseignements intéressants sur ce site :

     Chambre d'Agriculture de l'Aude

 

Logo réduit office du tourisme du pays de sault

Office du Tourisme du Pays de Sault

Chemin départemental 613

11340 ROQUEFEUIL

Tél : 04.68.20.75.89

 

Retour à la page d'accueil

LES LIVRES CONSEILLÉS

Nouvelle Rubrique pour découvrir

des livres intéressants

cliquez sur la photo

livres conseillés

MESSAGE

19 août 2013
bandeau-pass--retrouv-.jpg

 

Voici un nouvel article de la série "Passé retrouvé" que beaucoup apprécie, c'est le 7ème, et j'espère qu'il y en aura d'autres. J'aime ces vieilles photos qui sont le miroir du temps qui passe, elles sont chargées d'émotion et rappellent de bons souvenirs d'une époque révolue.

Je remercie les personnes pour leur participation à ces articles "Belcaire, passé retrouvé... " et qui font revivre ces documents photographiques oubliés au fond d'une armoire. Je les remercie d'autant plus qu'ils savent partager pour le plus grand plaisir de tous, c'est aussi cela l'utilisation du web. Si vous aussi, vous avez de vieilles photos que vous voulez partager, contactez moi, je pourrai, ainsi vous proposer d'autres reportages comme celui là.

Et pourquoi ne pas étendre cette rubrique aux autres villages du Pays de Sault ! Faites découvrir le patrimoine de vos villages.  Si vous aussi, vous avez de vieilles photos que vous voulez faire "revivre" envoyez les moi, je me ferai un plaisir de les publier. D'ailleurs Nicole Mage qui a des origines au Pays de Sault, son grand père était agriculteur à Lapeyre, a fait cette démarche, je la remercie.

 

Photo 01 Pierre ROLLAND de Lapeyre vers 1935

Le grand père de Nicole Mage, Pierre ROLLAND du village de LAPEYRE prés de Belvis, dans son Champ sur le Plateau de Sault vers 1935.

Photo 02 Pierre ROLLAND de Lapeyre en 1936

Voici un autre photo du grand père de Nicole Mage, Pierre ROLLAND du village de LAPEYRE prés de Belvis, dans son Champ sur le Plateau de Sault en 1936.

Photo 03 Pierre ROLLAND de Lapeyre août 1964

Voici un autre photo du grand père de Nicole Mage, Pierre ROLLAND du village de LAPEYRE prés de Belvis, et son chien Dick, s'en vont au pré en août 1964.

Photo 03 bis zoom Pierre ROLLAND de Lapeyre août 1964

Pierre ROLLAND du village de LAPEYRE prés de Belvis en août 1964.

Belcaire Conscrit entre 1920 1925

Belcaire, des conscrits, photo prise entre 1920 et 1925, je n'ai aucun nom, si vous reconnaissez ces jeunes conscrits contactez moi, je pourrai compléter la légende de cette photo.

Belcaire conseil de révision en 1923

Belcaire, le conseil de révision en septembre 1923, je n'ai aucun nom, si vous reconnaissez ces jeunes conscrits contactez moi, je pourrai compléter la légende de cette photo.

Pour le moment j'ai reçu l'identification de deux noms :
1er rang assis sur le banc, le 3ème en partant de la gauche : Léon Canet

2ème rang debout, le 3ème en partant de la gauche : le docteur Jean Martre

Rugby a Belcaire en 1937

Équipe de rugby belcairoise en 1937 ou 1938 ?

  Accroupis, le 5 ème en partant de la gauche Roger Malet le père de Liliane.  Les autres  noms ?? 

Belcairois au ski en 1937

Les Belcairois font du ski, hiver 1936 ou 1937. Les noms ont été communiqués par Jean-Pierre PELOFY que je remercie.

 De gauche à droite :

 Roger MALET,  + ?,  + ?,  Pierre PUGENS,  Nénée CAMURAC,  Albert CAMURAC,  + ?,  Camille BOFFELLI,

Rose PUGENS,  + ?,  Henriette SABATIER,  Jeannine SABATIER,  + ?.  Au sol  Henri PELOFY.

Belcaire sortie église

Photo prise à Camurac vers 1935 (d'après Toustou Boissieres Anne-Marie), si vous connaissez le lieu et la date exacte, contactez moi.

C'est la sortie du catéchisme, pendant la semaine Sainte les jeunes à grand renfort de sonnailles vont parcourir les rues de Belcaire pour annoncer les offices.

Au 1er rang, de gauche à droite :

Joseph CANDEBAT, Jeannot VACQUIÉ, Pierre CLERGUE, Roger GRAULLE, Baptiste SAVOYE, Pierrot CLERGUE, Raymond VACQUIÉ, Baptiste ARCENS, Louis GRAULLE

Au 2 ème rang, de gauche à droite :

René VACQUIÉ, Paul CANDEBAT, Louis SAVOYE, Noël ARCENS, Léon VACQUIÉ, Pierre VACQUIÉ, Marcel AYGAT, Léonce GRAULLE, Marcel TOUSTOU, Jacques GRAULLE

Au 3 ème rang, de gauche à droite :

François GRAULLE, René VERGÉ, Just CLERGUE, François TOUSTOU, Marius VACQUIÉ

Au 4 ème rang, de gauche à droite :

Baptiste SARDA, Just GRAULLE, Jacques LAGARDE

Niort de Sault en 1975

Photo d'Yvon Grauby natif de Belcaire. C'est une photo d'un "méchoui" à Niort de Sault en 1975.

La jeep c'est la même que l'on voit sur "Belcaire le passé retrouvé acte 6", elle appartenait à Christian MAUGARD, le fils des scieries Maugard à Belcaire héritage du plan Marshall d'aprés guerre.
Sur le toit, avec le clairon, Max MAUGARD (NUCH), à droite, Alain TOUSTOU (BEGLAIS), à gauche Yvon GRAUBY (SAVON).

Sur le capot, Guy BOFFELLI, à l'intérieur de la Jeep, il n'a pu me donner son nom.

Belcaire mosaique du Soula 04

Je profite de l'occasion, pour vous montrer, la fontaine du Soula à Belcaire rénovée par l'équipe municipale et Francine Modol a réalisé pour l'occasion cette belle mosaïque que l'on voit sous la charpente flambant neuve.

Belcaire mosaique du Soula 01

Mosaïque réalisée par Francine Modol pour la rénovation de la fontaine du Soula à Belcaire

 

C'est le seul site web qui parle de votre région et qui tente de la mettre en valeur, sachez que j'ai toujours besoin de photos pour documenter les reportages, pensez-y ! 

Cliquez sur le numéro pour voir les autres reportages de "Belcaire passé retrouvé ..."

n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6

Si vous voulez voir diffuser d'autres reportages "Belcaire passé retrouvé ..." vous savez ce qu'il vous reste à faire ! Vous connaissez mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact : 

jp@belcaire-pyrenees.com

 

Ainsi se termine ce reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

  Julie logo janvier 2013 495x350

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans DÉCOUVERTE
commenter cet article
22 juillet 2013
bandeau-villages-de-l-aude-825x250.jpg

 

Pour tous ceux qui veulent m'aider à faire la promotion de l'Aude par l'intermédiaire de ce site, et pour fêter le 500 000 ème visiteurs, j'ai réalisé une petite affichette imprimable, disponible sous différents formats :  word .DOC image JPG  ou    fichier PDF   cliquez sur celui qui vous intéresse pour le télécharger et l'imprimer ou encore l'envoyer à vos ami(e)s.

 

Un bonus à la suite du reportage sur Alet-les-Bains, voici un petit endroit superbe juste à côté. Un petit Hameau sympa avec un point de vu magnifique quand le temps est au beau fixe bien sûr, voici en photo le petit hameau méconnu de Saint-Salvayre ... Vacances ou pas ! Très bonne découverte de Saint-Salvayre ...

 

logo label Pays Cathare 02

 

carte 01 de l'aude

Saint-Salvayre se situe à 6 km d'Alet-les-Bains

carte 02 de saint-salvayre

Près de la porte Clavière à Alet, prenez la route des cimes pour vous rendre au hameau de Saint-Salvayre.

Un chemin de randonnée dans les parties boisées vous mène aussi au hameau, une petite balade de 6 km dans la nature c'est sympa !

saint-salvayre 019

La photo parle d'elle même, allez en route !

carte 03 de saint-salvayre

Extrait de carte IGN, vous montrant la position du menhir "La pierre droite" au Nord Ouest de Saint-Salvayre à environ 900 mètres

saint-salvayre 020

Paysage en montant à Saint-Salvayre

saint-salvayre 01

Panorama sur la chaîne Pyrénéenne vu de Saint-Salvayre

saint-salvayre 03

Le petit hameau sympathique de Saint-Salvayre avec sa petite chapelle au premier plan à gauche

Village insolite de l'Aude à voir !

A Alet-les-Bains, proche de la porte Calvière prendre la route des cimes, attention, la route est sinueuse et très étroite, à 756 m d'altitude et à 6 km d'Alet se trouve perché, le hameau de Saint-Salvayre. Ce petit hameau est l'ancien grenier à blé de l'abbaye d'Alet qui recèle cette pittoresque chapelle médiévale du XII ème siècle.  Huit sculptures zoomorphiques et anthropomorphiques ornent chaque angle de l'édifice. Quelque soit l'endroit où vous vous placez, leur regard semble toujours posé sur vous. Quatre chapiteaux romans sont encastrés de part et d'autre de la porte. Jadis une procession montait depuis Alet pour rendre hommage au "Saint-Sauveur".  Saint-Salvayre, malgré son altitude relativement basse, vous offre un panorama unique sur la chaîne des Pyrénées et les Corbières, on aperçoit,  le pech Cardou et derrière lui, le pech de Bugarach.

A noter : que l'on peut aussi prendre le sentier de randonnée qui permet d'accéder à pied d'Alet à Saint-Salvayre.

saint salvayre 022

L'entrée orientée plein Ouest de la petite chapelle de Saint-Salvayre. L'origine de ce sanctuaire date du XII ème siècle.

saint-salvayre 05

Cette chapelle aurait été construite avec des pierres provenant de l'église abbatiale d'Alet-les-Bains pillée et détruite par les Huguenots à nombreuses reprises entre 1573 et 1577.

La chapelle de Saint-Salvayre est bâtie sur la forme d'une croix aux quatre bras symétriques, son plan architectural est de conception assez simple. Son appareillage, en moellons non équarris de pierres du pays, est assez rustique. Au différent, les angles et les encadrements des ouvertures sont en pierre de taille. Ces pierres de taille proviennent-elles de l'église abbatiale d'Alet ?  

saint-salvayre 012

Remarquez les sculptures anthropomorphiques, lycanthropiques et zoomorphiques qui rehaussent la partie sommitale de chacun des angles de la chapelle de Saint-Salvayre.

Elles sont au nombre de huit et sont classées aux Monuments Historiques.

saint-salvayre 011

Leurs regards patibulaires de ces sculptures semblent vous suivre en permanence, et vous surveillent lors de vos déplacements autour de l'édifice.

saint-salvayre 010

Sculpture représentant une tête d'animal avec un groin. Le toit est en tuiles romaines, de magnifiques corbeaux sculptés sont scellés dans la maçonnerie

saint-salvayre 06

Ici une sculpture représentant une tête d'homme moustachu

saint-salvayre 07

Ici une sculpture représentant une tête de chat souriant

saint-salvayre 08

Ici encore une sculpture représentant une tête d'homme souriant moustachu et cheveux au vent

saint-salvayre 09

Ici une sculpture représentant une tête de bouffon, farceur et suppôt à la fois, le fantastique se mêle au quotidien, et l'imaginaire médiéval se déploie ici en toute fantaisie.

Noëlle Marti-Gerbaud m'a adressé aprés la diffusion de ce reportage quelques pistes de recherches signé N-L. M-G. (juillet 2013), concernant les sculptures anthropomorphiques, lycanthropiques et zoomorphiques qui rehaussent la partie sommitale de chacun des angles de la chapelle de Saint-Salvayre que voici :

Quelques hypothèses sur les 8 sculptures zoomorphiques et anthropomorphiques ornant chaque angle de l’édifice, inscrites aux I.M.H. par arrêté du 6 novembre 1929.

Les sculptures : Lion,  homme, taureau, aigle  (= les 4 évangélistes Nouveau Testament) + les patriarches (Ancien Testament) . Représentations ayant valeur symbolique de protection figurée, assez courante sur ce genre d'édifice au moyen-âge pour éloigner le mal.

Outre les figurations imagées (bestiaire ou personnages) on constate la présence d'autres éléments :

   - décor sphérique en frise sous tuiles ;
   - des menhirs en place initiale (ou en réemploi avec ajout de maçonnerie, inscription … :  sépulture ultérieure ??)

On pourrait être en effet en présence d'un ensemble cultuel celte (pré-romain) sur une aire déterminée, si l'on admet la théorie d'une chapelle reconstruite sur l'emplacement (les vestiges)  d'un bâtiment religieux antérieur.  

L'inscription sur la cloche, même si celle-ci est récente, pourrait fournir des indications supplémentaires pour compléter l'histoire du hameau.   

Les diverses  considérations ci-dessus devront être reprises à la lecture de clichés plus précis, supportant zoom et agrandissement afin d'en faciliter l'interprétation.                         

saint-salvayre 014

Le clocheton très simple de la chapelle Saint-Salvayre

saint-salvayre 04

La cloche de la chapelle de Saint-Salvayre date de 1750 

saint-salvayre 018

L'intérieur de la chapelle de Saint-Salvayre.

Le plafond de la chapelle est en arc ogival. Les voûtes et leurs arrêtes sont par contre, en belle pierre de taille de toute évidence de remploi.

saint-salvayre 02

Le mobilier de la chapelle est en nombre réduit et n'a que peu de valeur.

Ce dénuement souligne une impression de pureté et de mortification de ce sanctuaire.

saint-salvayre 017

L'angle Sud Ouest de la chapelle de Saint-Salvayre

De nombreux arcanes cabalistiques et mystiques entourent cette chapelle et ses environs. Est-ce le fait du passage, en ces lieux de l'abbé Saunière ? Des spéculateurs érudits mi-mathématiciens, mi-ésotériques, prétendent que cette chapelle est inscrite dans un "Rectangle Carré", rapport particulier entre sa largeur et sa longueur, se référant à l'art du Trait, science des mystères du tracé en plan dont les compagnons bâtisseurs, du Moyen-Âge avaient le secret.

saint-salvayre 013

Socle de la croix, place de la chapelle : réemploi d'une pierre de provenance ancienne ou tout simplement une pierre druidique ?

saint-salvayre 023

Stèle, menhir reconstitué, pierre druidique, l'origine et la destinée de celle-ci reste un mystère

A noter, que non loin de la chapelle, à environ 900 m au Nord Ouest, se trouve un petit menhir d'environ 1,50m de haut, de section presque carrée d'environ quarante centimètres sur cinquante centimètres, nommé "la Pierre Droite". Ce magnifique petit menhir se cache au pied d'un pin. A son sommet, il y a une encoche, dans laquelle subsiste un morceau en fer, cette pierre servait probablement au support d'une croix ayant servi à la christianisation de ce lieu de culte païen. Selon la légende, c'est le géant Marre qui l'aurait arraché à la barre rocheuse "Roque de Broundo", pour la lancer sur le village d'Alet. Mais comme il était maladroit, la pierre retomba au sommet de la montagne où elle se ficha à proximité de Saint-Salvayre.

saint-salvayre 016

Saint-Salvayre, c'est un endroit super calme, avec un super panorama, vous avez le pech Cardou au premier plan et derrière lui le pech de Bugarach

saint-salvayre 021

De Saint-Salvayre vous avez une vue magnifique sur la Haute-Vallée de l'Aude et la chaîne Pyrénéenne

Pour admirer le magnifique panorama, rendez-vous au rocher de l'Aigle qui est situé au Sud Ouest, à quelques centaines de mètres du hameau de Saint-Salvayre.

saint-salvayre 015

Panorama après Saint-Salvayre

Encore un grand Merci aux internautes, c'est grâce à leurs photos que ce reportage a pu être réalisé, pour la promotion de l'Aude, qui le vaut bien ! Travail que je réalise bénévolement !

Superbe la région d'Alet-les-Bains avec ces petits hameaux, sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article, à bientôt, l'aventure continue ... pour la promotion de l'Aude !

Vous connaissez mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact : 

jp@belcaire-pyrenees.com 

 

Ainsi se termine ce reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

  Julie logo janvier 2013 495x350

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans DÉCOUVERTE
commenter cet article
10 juillet 2013
bandeau-villages-de-l-aude-825x250.jpg

 

Bienvenue sur le site web le plus consulté en Languedoc Roussillon, voici la suite du reportage consacré à la découverte d'Alet-les-Bains, situé au Sud de Limoux.

Pour tous ceux qui veulent m'aider à faire la promotion de l'Aude par l'intermédiaire de ce site, et pour fêter le 500 000 ème visiteurs, j'ai réalisé une petite affichette imprimable, disponible sous différents formats :  word .DOC,   image JPG  ou    fichier PDF   cliquez sur celui qui vous intéresse pour le télécharger et l'imprimer ou encore l'envoyer à vos ami(e)s.

Cette affichette a été envoyée dans toutes les mairies du Pays de Sault, il n'y a pas de raison qu'elle ne fasse pas le tour de France !

 

L'été 2013 arrive en traînant les savates comme un campeur de l'Aude ou d'ailleurs, mais ne vous inquiétez pas il sera là ! En revanche, mauvaise nouvelle, pas loin de 40% des français ne pensent pas pouvoir partir en vacances cette année, du fait de la crise, le pouvoir d'achat accusant une forte baisse. Entre parenthèse, pourquoi les prix dans tous les domaines ne cessent d'augmenter, alors que les revenus des ménages sont en berne, quand vont-ils le comprendre, l'État et les commerçants ? Après on s'étonne que tout se casse "la gueule"!!! Bon nombre de ceux qui pourront partir, n'iront pas loin dit-on ... qu'à cela ne tienne, il y a de belles régions en France.

Vacances ou pas ! Allez, sans plus attendre je vous laisse compulser l'histoire de ce village historique qui tenait une place très importante dans la région du Razès, bonne lecture ...

 

logo label Pays Cathare 02

 

Alet plan du village

Alet-les-Bains possède un énorme patrimoine architectural et historique prestigieux inscrit et classé monument historique

Alet-les-Bains 096

Alet-les-Bains, la place de la République avec ses habitations à colombages étagées et la rue Cadène en face.

Alet-les-Bains 081  Alet-les-Bains 079

A gauche, place de la République les maisons aux colombages. A droite, rue médiévale au Nord-Est (cliquez sur les photos pour agrandir)

Nous entrons dans la période perturbée des guerres de Religion.

De 1572 jusqu'en 1602, il n'y a pas eu de titulaire à l'évêché d'Alet, à cause des troubles occasionnés par les guerres religieuses. Les calvinistes avec à leur tête le seigneur Castelreng s'emparent d'Alet le 27 février 1573 et des villages de la région, en 1575 ils seront chassés par les soldats du connétable Philippe de Laviston, mais ils reviendront deux ans après. En octobre 1575, c'est Arnaud du Ferrier seigneur du Villar, Huguenot qui occupe le poste de gouverneur.

Le 6 janvier 1577, la cathédrale d'Alet fut ruinée par les Calvinistes qui la pillèrent ainsi que l'église Saint-André. Les Huguenots, ayant à leur tête le fanatique Daudon, restèrent maîtres d'Alet pendant 10 ans, mais le 4 août 1583 ils furent surpris par une attaque, la ville est prise d'assaut par les troupes catholiques, de nombreux Calvinistes périrent.

L'abbaye servit alors de carrière de pierres pour remonter les fortifications de la ville.

Le 28 mars 1585, la province étant pacifiée, les habitants d'Alet qui avaient embrassé le parti des Calvinistes, obtinrent du duc de Montmorency, gouverneur du Languedoc, d'être réintégrés dans leurs biens. La cathédrale est en partie ruinée.

Alet-les-Bains 0105

L'abbaye d'Alet-les-Bains, l'abside romane

Alet-les-Bains 0104Chapiteau finement décoré du transept Nord de l'abbaye d'Alet-les-Bains

En 1596, toutes les villes du Languedoc seront soumises au roi Henri IV.

Pendant plus d'un siècle la maison épiscopale ruinée a été abandonnée suite aux guerres de religion et les évêques nouvellement nommés résidaient dans le château de Cornanel tout proche, près de Limoux.

Nicolas Pavillon (1597-1677) évêque Janséniste, fut nommé à Alet en juin 1637, il trouva la ville dans un triste état de ruines comme tout le pays d'ailleurs, appauvri par les guerres successives. Nicolas Pavillon avait un zèle outré pour les réformes, et un penchant naturel à la sévérité, qui l'écartèrent des saines doctrines, il répandit le venin Janséniste dans tout son diocèse. Il mourut à Alet le 8 décembre 1677 et fut enseveli au pied de la croix qui est au centre du cimetière de la paroisse de Saint-André, sous une dalle anépigraphe.

Pendant 40 ans cet évêque Janséniste Nicolas Pavillon, a marqué son époque. Il s'est illustré dans son refus d'une Église en décadence spirituelle et par un programme visant à mieux instruire le clergé et les populations du diocèse.

portrait 01 de Nicolas Pavillon  portrait 02 de Nicolas Pavillon 02

Voici deux portraits de l'évêque Janséniste d'Alet, Nicolas Pavillon (1597-1677)

La tombe de Nicolas Pavillon au premier plan puis celle de  Alet-les-Bains 073

A gauche, la tombe de Nicolas Pavillon au premier plan, puis celle de Charles Nicolas Taffoureau de Fontaines puis celle de Joseph Theodore Lasserre curé d'Alet. A droite, dans l’église Saint-André se trouve une sculpture en pierre datant du XVII ème siècle représentant les armoiries de Christophe de Lestang qui fut évêque d'Alet de 1602 au 24 septembre 1603, année de sa mort. Toujours dans l'église Saint-André il y a une autre sculpture représentant les armoiries de Pierre de Polverel évêque d'Alet mort en août 1607

 

Alet-les-Bains 058 panorama

Alet-les-Bains, les vestiges des remparts Nord et la porte Cadène. Ces murailles médiévales ont été plusieurs fois remaniées.

Alet-les-Bains 035

Alet-les-Bains, la porte Calvière située au Sud-Est du village, se présente comme une tour-porte sans trace de système défensif

Alet-les-Bains 034  Alet-les-Bains 047

Les rues médiévales étroites d'Alet, à gauche, l'angle de la rue Mandrière et la rue Calvière (cliquez sur les photos pour agrandir)

Alet-les-Bains 048

Il y a 6 grandes rues dans le village d'Alet, disposées en étoile et aboutissant à la place de la République

Alet-les-Bains 053     Alet-les-Bains 046

A gauche, la porte Cadène vue de l'intérieur de l'enceinte, munie d'un système défensif : un assommoir et une herse. A cet endroit le rempart surplombe le ruisseau de la Cadène.

A droite, la fontaine place de la République.
La statue est une femme en tunique représentant la République, avec une peau de bête sur les épaules, une étoile sur le front, tenant une pique dans la main droite, à ses pieds, un carquois et un casque antique. L'ornementation du socle représente un cor de chasse sur les faces principales et arrière, un trophée de sanglier sur la face latérale droite, un trophée de chevreau sur la face latérale gauche, la bouche d'eau représente une tête de méduse ; il y a aussi des motifs à forme végétale sur le socle et le bassin. Il y a une inscription en relief sur le socle, "liberté égalité fraternité" et aussi, la marque du sculpteur et du fondeur "Lequesne Eugène", "J J Ducel et Fils". La sculpture date du dernier quart du XIX ème siècle.

 

Le dernier évêque d'Alet, Charles de la Cropte originaire de Chantérac en Périgord, né le 6 avril 1724, son oncle évêque de Noyon le nomma chanoine à l'âge de 9 ans, après de longues études il obtint le grade de docteur en Théologie, il devint abbé de Chantérac et fut nommé évêque d'Alet le 2 janvier 1763, il était très apprécié pour sa bonté, ce fut le dernier évêque d'Alet. On lui doit la construction de la route nationale reliant  Limoux à Quillan et il fit réparer et agrandir le palais épiscopal. A cause de la Révolution, le 1er septembre 1792 il décida de s'exiler en Espagne à Sabadell où il mourut le 27 avril 1793

Alet-les-Bains 012

Les ruines de l'abbaye d'Alet, vues de la rue Nicolas Pavillon

Alet-les-Bains 086

L'angle Nord-Ouest et le transept Nord de l'abbaye d'Alet

De cette magnifique église, il ne reste plus aujourd'hui, que l'abside, trois piliers, les murs collatéraux, une portion du transept gauche et deux tours, dont une rasée à la hauteur du premier étage.

La cathédrale était bien plus grande par rapport à ce que l'on peut admirer des ruines aujourd'hui, car en 1770 une partie fut démolie pour percer la grande route, la chapelle terminale se trouvait au-delà de la route, car en creusant dans les caves des habitations, on a retrouvé, des soubassements en pierre de taille.

La cathédrale possédait deux tours, la tour Saint-André et la tour Notre-Dame qui s'effondra en 1830.

Alet-les-Bains 061

Le clocher Notre-Dame de l'abbaye d'Alet

L'abbaye d'Alet ressemblait de l'extérieur, à un castellum ou château-fort, à cause des hautes murailles garnies de tours crénelées. Mais à l'intérieur c'étaient de gracieux jardins, avec des cloîtres romans, un atrium, un réfectoire, une salle du chapitre, et de l'hôtellerie pour les pèlerins et l'église abbatiale.

L'église abbatiale d'Alet est un des monuments les plus beaux de l'art roman dans le Midi de la France. Les moines bénédictins qui occupaient l'abbaye d'Alet, étaient des moines artistes, des moines architectes bâtisseurs, ils n'ont jamais cessé d'embellir et d'agrandir leur cathédrale au cours des siècles.

Alet-les-Bains 068   Alet-les-Bains 080

A gauche, photo prise sur le site des ruines de l'abbaye d'Alet. A droite, rue du Séminaire (cliquez sur les photos pour agrandir)

Alet-les-Bains 059Rue du Séminaire, maison à deux étages sur encorbellement et arcades en arcs brisés

Alet-les-Bains 017   Alet-les-Bains 076

La rue Clavière   avec ses façades historiques  (cliquez sur les photos pour agrandir)

L'acte de vente de la cathédrale d'Alet date du 24 décembre 1793, l'emplacement de l'église a été vendu au citoyen Jean Menier, capitaine du 3ème bataillon de la levée en masse pour le prix de 2550 livres. Des éléments sculptés disparaissent.

Après la période Révolutionnaire, s'amorce la ruine définitive de la cathédrale d'Alet.

En 1831 le clocher Saint-Michel s'effondre, à cause de la récupération des matériaux dans la partie supérieure.

En 1877, monsieur Albert Niveduab en sera le propriétaire.

Il faudra attendre 1889 pour que l'ensemble de l'abbaye soit classée au titre des Monuments Historiques grâce à l'influence du député républicain de l'arrondissement de Limoux : Henri Dujardin-Beaumetz.


L'évêché et ses jardins de trois hectares occupent en grande partie l'emplacement de l'ancienne abbaye.
Lors de la séparation des biens de l'Église et de l'État, le palais épiscopal fut acquis par le propre chirurgien du dernier évêque. Sa petite-fille, Elise Dellac, épousa Auguste Saunière qui fut maire d'Alet durant 18 ans. Ce dernier était lui-même le petit-fils d'Étienne Larade, avocat, qui représenta la Haute-Vallée de l'Aude à l'Assemblée Nationale de 1789.
Leurs descendants conservèrent la propriété qui fut entretenue et occupée jusqu'à la moitié du XX ème siècle. La famille de l'actuel propriétaire de l'Hôtel de l'Evêché l'acheta alors.

 

L'hôtel-Dieu d'Alet, cet hôpital fut fondé entre 1532 et 1540. La belle porte d'entrée, surmontée d'une croix date de 1663.

Alet-les-Bains 024  Alet-les-Bains 025

Rue Clavière,  les maisons ont été édifiées dans la première moitié du XVII ème siècle. Photo de droite, c'est la maison Fradin, édifiée dés le début du XII ème siècle jusqu'au XVII ème siècle (cliquez sur les photos pour agrandir)

Alet-les-Bains 027

Alet-les-Bains, place de la République

Alet-les-Bains 021

La rue Cadène partant de la place de la République

Alet-les-Bains 020

Place de la République

Alet-les-Bains 018   Alet-les-Bains 022

Maisons médiévales avec leur encorbellement, ces encorbellements reposent souvent sur des poutres à l'extrémité sculptée (cliquez sur les photos pour agrandir)

Alet-les-Bains 011

Rue du Séminaire, maisons à colombages

Alet-les-Bains 019

Place de la République, maisons à colombages du XVI ème siècle

Alet-les-Bains 028

Place de la République, maisons à colombages du XVI ème siècle

Alet-les-Bains 023  Alet-les-Bains 029

Vous remarquerez aussi en vous promenant dans Alet, de belles portes d'époque qui ont traversé les âges. A droite, c'est la porte de la maison Bousquet située rue du Séminaire, les vantaux et les ferrures datant du début XVII ème siècle (cliquez sur les photos pour agrandir)

Alet-les-Bains 026La porte Calvière, c'est une tour-porte qui se trouve au Sud

 

L'ÉGLISE SAINT-ANDRÉ

L'église paroissiale d'Alet, dédiée à l'apôtre Saint-André, fut construite en belle pierre de taille au commencement du XIV ème siècle. Elle a un caractère gothique méridional comme celles de Carcassonne, Mirepoix Narbonne et Fanjeaux.

Le chœur à cinq pans, voûté sur ogives, est précédé par une travée de chœur flanquée de deux petites chapelles latérales. Le clocher est accolé à la chapelle Nord Saint-Benoît. Dans l'église il y a des sculptures à la retombée des clefs et nervures de voûtes, ce sont des culots ornés de visages humains et d'un ange ainsi que les armoiries de l'évêque Guillaume d'Alzonne (1333-1335) à la croisée de voûte de la chapelle Saint-Benoît. Dans la chapelle Sud, ce sont les armoiries de l'évêque Guillaume de Florence (1355-1360) qui s'affichent à la croisée de voûte.

Dans l'abside, la clef de voûte circulaire est sculptée de l'agneau portant la croix, entourée d'une couronne de feuillages, et d'une tête d'évêque sur le côté.

Sur la large nef unique, couverte d'une charpente reposant sur deux arcs diaphragmes, s'ouvrent cinq chapelles latérales, logées dans les contreforts. Toutes ces chapelles latérales de la nef ont un décor sculpté ornemental, culots de feuillages, de palmettes, de cœurs. La porte d'entrée de l'église située à l'Ouest est monumentale, de forme très élancée s'inscrivant sous un grand arc brisé. Son linteau de forme sinueuse, portait autrefois trois statues.

Alet-les-Bains 069

L'église Saint-André du XIV ème siècle

Alet-les-Bains 055  Alet-les-Bains 075

Photos de l'église Saint-André. Le clocher est accolé à la chapelle latérale Nord, la chapelle Saint-Benoît. (cliquez sur les photos pour agrandir)

Alet-les-Bains 072La nef et le choeur de l'église Saint-André.  Le choeur à cinq pans, voûté sur ogives, est précédé par une travée de choeur flanquée de deux petites chapelles latérales.

Alet-les-Bains 057

L'intérieur de l'église Saint-André d'Alet.

Dans l’église Saint-André, il y a une statue en bois peint doré de Saint-Benoît de Nurcie. D’une hauteur de 76 cm, la statue est datée du XVIII ème siècle.

Alet-les-Bains 0110

Dans l'église Saint-André d'Alet, il y a des vitraux, qui ont la forme du sceau de Salomon (étoiles à 6 branches), ils sont ornés des représentations des 4 évangélistes. Sur celui-ci, Luc est représenté dessinant la Vierge. Il est le seul évangéliste qui dessine.

Alet-les-Bains 071

Les armoiries de l'évêque Guillaume d'Alzonne (1333-1355) à la croisée de voûte de la chapelle Sain-Benoît avec un décor étoilé

Alet-les-Bains 088

Dans l’église Saint-André se trouve une peinture murale à l’enduit. C’est une représentation des scènes de la vie bénédictine. La peinture est datée du XIV ème siècle

Dans la chapelle dite de Saint-Benoît de l'église paroissiale Saint-André certaines parties de murs sont décorées de fresques des XV ème siècle et XVI ème siècle

Alet-les-Bains 070   Alet-les-Bains 074

A gauche, culot orné d'un visage humain se trouvant dans la chapelle Nord, la chapelle Saint-Benoît. a droite, la porte d'entrée monumentale de l'église Saint-André  située à l'Ouest. De forme très élancée elle s'inscrit sous un grand arc brisé. Son linteau de forme sinueuse, portait autrefois trois statues se détachant du tympan, celle du centre s'abritait dans une niche. Les colonnes qui forment l'épaisseur de la porte sont surmontées de chapiteaux ornés de feuilles frisées dans lesquelles apparaissent quelques motifs historiés.   (cliquez sur les photos pour agrandir)

Alet-les-Bains 056Le patrimoine de l'Église Saint-André.

En décembre 2009, la ville d'Alet-les-Bains a reçu un très beau cadeau de Noël ! L'église Saint-André d'Alet-les-Bains a en effet, retrouvé une partie de son trésor. Des statues, des calices, des ostensoirs, des tableaux de portraits d'évêques d'Alet … précieusement gardés ces dernières années à l'évêché de Carcassonne, mais désormais ce trésor est exposé dans une petite sacristie de l'édifice d'Alet entièrement rénovée et équipée de tout un dispositif de conservation et de sécurité. Ce retour de ces très belles pièces du patrimoine religieux de l'ancien évêché d'Alet, la commune le doit à une manifestation et à un homme. La manifestation, c'était bien sûr Toques et Clochers 2007 à Alet. A l'occasion de cette fête des vignerons du Sieur d'Arques, certains organisateurs avaient pris conscience de l'incroyable richesse du patrimoine religieux de cette commune. A leur tête, l'homme n'était autre que Jean Ribes, passionné d'art et d'histoire. Il a bataillé pendant deux ans pour récupérer et exposer les premiers éléments de ce qui pourrait devenir un jour un véritable musée d'art sacré autour des célèbres ruines de l'abbaye, capable d'attirer de nombreux visiteurs.

 

VIERGE MIRACULEUSE DU XII ème ou XIII ème SIÈCLE

Une vierge miraculeuse datant du XII ème siècle ou XIII ème siècle est conservée dans l'église d'Alet. Cette antique statue représentant Marie assise sur un trône, les bras ouverts, la main droite tenant un sceptre et le bras gauche soutenant l'enfant Jésus assis sur un genou. Ce n'est qu'à la fin du XIII ème siècle que l'on représenta la Vierge Marie debout. Cette statue a été restaurée en 1876. Les nombreux miracles qu'elle a opérés l'ont fait regarder comme Miraculeuse.


Dans l’église Saint-André il y a aussi une autre statue de la Vierge en ivoire. C’est une représentation abîmée: La tête de la Vierge a été recollée, l'index de la main gauche et la main droite de l'enfant Jésus sont manquants. D’une hauteur de 25,5 cm la statue est datée du dernier quart du XVI ème siècle. Selon la légende, cette statue a été offerte par François 1er à la commune d'Alet qui avait versé 400 000 écus pour le faire libérer après la défaite de Pavie contre les armées de Charles-Quint. Preuve de la grande valeur de cette seule pièce, le musée du Louvre l'a revendiquée ces derniers mois.

Alet-les-Bains 014

Les thermes romains de la région d'Alet. Sur cette photo, les anciens bains romains situés à l'entrée du village de Rennes-les-Bains témoignent de cette occupation romaine.

 

L'EAU D'ALET-LES-BAINS

Au Nord du village d'Alet, il y a des sources qui fournissent des eaux thermales. L'eau de source des eaux chaudes captée par un forage à 300 mètres, est commercialisée depuis 1886, elle possède des caractères physico-chimiques qui lui sont propres avec une importante teneur en bicarbonate, un peu de calcium et de magnésium. Cette eau minérale naturellement filtrée par les roches connaît une grande notoriété.

L'eau d'Alet a des vertus dans les convalescences des fièvres  graves et des maladies aiguës en général, comme les dyspepsies, la migraine, la chlorose et l'état nerveux.

L'emploi thérapeutique des eaux minérales a été de tous temps un des agents les plus puissants et les plus salutaires que les hommes aient employés dans le traitement des maladies.

Les Romains furent, parmi les peuples de l'antiquité, ceux qui généralisèrent le plus l'emploi des eaux minérales. Chaque source était pour eux le motif d'une nouvelle station thermale. Lorsque le christianisme naissant vint régénérer le monde, sa pudeur juvénile s'émût de cette pratique si répandue du paganisme, et, voyant une occasion de licence dans ces lieux où chacun venait en public demander la guérison de ses maux ou la conservation de sa santé, il frappa de son anathème la fréquentation des eaux thermales. D'ailleurs, tous les thermes étaient consacrés à une des divinités païennes, et il fallait détruire les temples et les dieux païens.

A une époque plus rapprochée de nous, vers le milieu du XVI ème siècle, les eaux minérales commencent à se relever de ce fâcheux discrédit.

C'est à la sœur de François 1er, la Marguerite des marguerites, comme ce prince aimait tant à la nommer, qu'on doit la renaissance des eaux thermales.

Henri IV fréquenta beaucoup les eaux de son pays natal, et les reproches qu'elles lui valurent de la part de Marguerite de France son épouse, ne furent peut être que trop mérités. Louis XIII, Louis XIV, pour ne parler que des rois, honorèrent les mêmes eaux de leur présence. Louis XV fit plus que ses prédécesseurs ; il fonda à Barèges un établissement pour les militaires et, dès lors, avec le concours de quelques médecins célèbres, tels que : Bordeu, Chirac, Helvétius, Lassàgne, Raulin, les eaux minérales recouvrèrent tout le lustre qu'elles avaient perdu depuis les Romains.

Alet-les-Bains 078

La méduse, bouche d'eau sous la statue de la fontaine, place de la République.

Méduse, est une créature effroyable à la tête hérissée de serpents, dont le regard pouvait changer en pierre ceux qui la regardait.

Elle était aussi un membre éminent de la famille des esprits souterrains du Panthéon grec : les monstres chtoniens.

En vertu de leur composition chimique, les eaux d'Alet ont été classées tantôt parmi les eaux thermales bicarbonatées calcaires (Durand-Fardel), tantôt parmi les eaux thermales acidulées calcaires. La présence des bicarbonates alcalins et celle de l'acide carbonique dans ses eaux justifient en effet, chacune de ces classifications. Mais à côté de ces principes minéralisateurs nous en trouvons d'autres non moins importants,  tels que : la soude, la magnésie et le phosphate de chaux en assez grande quantité. Les bienfaits cliniques des eaux d'Alet ne furent étudiés et constatés que dans les années 1850-60.

En 1859, on pouvait lire : "La source thermale d'Alet a une température de 30 degrés centigrades. Elle fournit près de 50 000 litres d'eau par 24 heures, ce qui permet de donner 250 bains par jour. Indépendamment des affections indiquées dans la brochure, l'eau d'Alet, prise en bains, guérit toutes les maladies de la peau, et les ophtalmies. L'établissement actuel se compose de deux corps de bâtiments entourés de jardins, ayant des cabinets avec baignoires, et des chambres pour loger un certain nombre de malades. Non loin de l'établissement thermal, il existe une source d'eau ferrugineuse très riche en phosphate ferreux naturel."

 

Le village d'Alet possède aussi deux sources d'eau froide : Las Aigas Rojas, au Sud du village et la source de Théron.

Alet-les-Bains 031

Les remparts d'Alet à l'Ouest prés de la porte de Calvière datent des XII ème - XVIème siècles

Alet-les-Bains 060 panorama

Les remparts d'Alet à l'Est de la porte de Calvière

Alet-les-Bains 085

Un tronçon des remparts d'Alet situé un peu à l'écart du village au Nord Est vers de la porte de Cadène

Alet-les-Bains 033  Alet-les-Bains 077

A gauche, les ruines de l'abbaye d'Alet le long de l'ancien évêché. A droite, sous l'arcade, la maison de Nostradamus. (cliquez sur les photos pour agrandir)

Alet-les-Bains 0100

Une belle porte du moyen-âge, les vantaux et les ferrures datant du début XVII ème siècle

Alet-les-Bains 010La porte Cadène

Alet-les-Bains 0106

La maison de Nostradamus.

Michel de Notredame, dit Nostradamus (1503-1566) tenait son nom du village de ses ancêtres : Notre-Dame d’Alet (vallée de l’Aude). Il réunit les qualités de médecin, astrologue, devin et mage.
Après Carcassonne, Nostradamus vécut quelques années à Alet. Michel de Nostredame, alias Nostradamus a des grands-parents juifs convers établis dans la cité d’Aleth. On peut encore voir sa maison sur la place du village. Cette dernière porte sur ses murs extérieurs de biens étranges gravures. Cette fameuse maison se trouve à l'angle de la Place de la République et de la rue Malbec ancienne ruelle qui menait à la Porte d'Aude aujourd'hui disparue.

Alet-les-Bains 0108

Gravures étranges sur la maison de Nostradamus à Alet-les-Bains

Alet-les-Bains 0109

Une série de sculptures sur bois représentant : écus, poissons, croix recroisetée, étoile et on peut y voir aussi une date : 1642

Sont-elles les marques des artisans ayant bâti la demeure de Nostradamus ?

 

Le saviez-vous ?

Vers 1272 on parlait dans cette province une langue que l'on nommait romane, par opposition au latin, et c'est à cette langue particulière, où l'on disait Oc pour Oui, que la province doit d'avoir été nommée Langue de Oc, LANGUEDOC.

 

Voici quelques photos anciennes qui concernent ALET-LES-BAINS

Alet les Bains 0204 en 1905

Alet-les-Bains, place de la République en 1905

Alet les Bains 0211 en 1905

Alet-les-Bains, rue du Séminaire et la maison Veuve Bonnafous en 1905

Alet les Bains 0216 en 1905Alet-les-Bains, l'épicerie Labatut en 1905 située entre la Grande-Place et la rue Lamoureux. L'épicerie (XVI ème - XVII ème siècle) deviendra hôtel plus tard.

Alet les Bains 0208 en 1905Alet-les-Bains, la source communale des eaux chaudes et la mise en bouteilles en 1905

Alet les Bains 0233 en 1905Alet-les-Bains, autre photo de la source communale des eaux chaudes et la mise en bouteilles en 1905

Alet les Bains 0235 en 1905Alet-les-Bains, la Grand'Rue en 1905

Alet les Bains 0205 en 1905  Alet les Bains 0232 en 1905

Alet-les-Bains, à gauche, statue et fontaine sur la place qui existe encore aujourd'hui et à droite, rue médiévale en 1905

Alet les Bains 0224 en 1905Alet-les-Bains, la Grand'Rue et la poste en 1905

Alet les Bains 0231 en 1905Alet-les-Bains, la route nationale en 1905

Alet les Bains 0203 vendeurs sur le marché en 1925

Alet-les-Bains, vendeurs sur le marché en 1925

Alet les Bains 0218 en 1950Alet-les-Bains, diverses photos en 1950

Alet les Bains 0207 Les Bains Piscine Municipale à l'eau TAlet-les-Bains, la piscine Municipale à l'eau chaude thermale en 1955

Alet les Bains 0210 photo de classe années 50 en 1950Alet-les-Bains, photo de classe des années 1950, si vous connaissez le nom des enfants figurant sur cette photo je pourrai les rajouter, contactez moi

Alet les Bains 0234 en 1965Alet-les-Bains, une vue aérienne de l'abbaye et de l'église Saint-André en 1965

Alet les Bains 0221 en 1970Alet-les-Bains, les ruines de l'abbaye en 1970

Alet les Bains 0212 Place de la mairie Auberge La Main d'AAlet-les-Bains, place de la mairie et auberge "La Main d'Argent" en 1970

Alet les Bains 0213 Porte Calvière en 1970

Alet-les-Bains, la porte Calvière en 1970

Alet les Bains 0202 place de l'ancienne mairie en 1975Alet-les-Bains, place de l'ancienne mairie en 1975


A la suite de ce reportage Albert Fagioli m'a contacté et transmis cet article publié dans le journal L'INDÉPENDANT du 20 août 2013 que voici :

L'article a pour titre :

Deux salles souterraines localisées à Alet-les-Bains !

 

Sous les ruines de l'abbaye, et sous l'église d'Alet-les-Bains, personne ne connaissait ce qu'Albert Fagioli, chercheur extra-sensoriel, a repéré. Inédit.Albert Fagioli est un chercheur extrasensoriel. Le jeudi 8 août, à Alet-les-Bains, et avec l'autorisation de la mairie (un conseiller municipal était présent), il a localisé deux salles souterraines. "Jusqu'à maintenant, personne ne savait qu'elles existaient", dit-il. "Il s'agit donc d'une découverte. Quoique le terme "localiser" serait plus juste car "découvrir" signifie mettre au jour ce qui, pour l'instant, n'est pas le cas".

L'une des deux cavités révélées est située sous l'église du village (dédiée à Saint-André) : elle mesure 7,85 mètres de diamètre ; la seconde, repérée sous les ruines de l'ancienne abbaye, offre des dimensions pour le moins respectables puisque sa longueur est de 11,60 mètres sur une largeur de 8,60 mètres. Apparemment, sous la crypte de l'église, il n'y aurait qu'un seul tombeau : "Mais je pense qu'il doit y avoir des archives et peut-être même celles du diocèse d'Alet-les-Bains, celles qui, dit-on, auraient disparu pendant la Révolution Française de 1789", confie Albert Fagioli. "En revanche, dans la salle souterraine, j'ai repéré plusieurs tombeaux". Le dimanche 11 août, lors de la cérémonie du retour de la statue de la Vierge datant du XIIe siècle, les fidèles réunis le long de la nef étaient loin de se douter que sous leurs pieds, à quelques mètres seulement du sol, reposait un tel dépôt de richesses historiques.

"Comme pour l'église de Rennes-le-Château, sous laquelle j'ai localisé trois cryptes, six galeries et un dépôt monétaire, ici, à Alet-les-Bains, j'ai utilisé un dowser", confie ce découvreur habitant Charly-Oradour, en Moselle, département où il a également localisé un site templier. Le dowser est un détecteur de métaux et de cavités. Il est l'équivalent de la baguette du sourcier, voire du pendule. Selon les spécialistes, seules les personnes dotées de qualités extrasensorielles peuvent l'utiliser. "J'espère que des fouilles seront entreprises à Rennes-le-Château et Alet-les-Bains", ajoute Albert Fagioli, "mais pour cela, il faut d'abord monter le dossier pour la Drac (Direction régionale des affaires culturelles) du Languedoc-Roussillon. Si des fouilles sont engagées, je pense que ce sera en 2014. Du moins je le suppose. En tout cas, j'ai envoyé à la Drac un rapport sur mes localisations de sites, à Alet".

Il semble qu'Albert Fagioli, depuis qu'il a repéré les cryptes de Rennes-le-Château, soit davantage pris au sérieux. "À la Drac, un responsable m'a dit que je pouvais désormais sonder tous les sites que je désirais, avec l'accord, bien évidemment, des mairies concernées". Mais Albert Fagioli ne s'est jamais imposé nulle part : il a toujours fonctionné avec l'assentiment des autorités. Nous n'avons pas pu joindre le maire d'Alet ni des conseillers municipaux.

Alet-les-Bains FAGIOLI ALBERT

Albert Fagioli voit son travail enfin reconnu. PHOTO/Photo Guillaume

Sur cette photo, Albert Fagioli tient dans ses mains un "dowser". Sans entrer dans les détails techniques, il s’agit d’un détecteur de métaux et de cavités.

Selon les spécialistes, seules les personnes dotées de qualités extrasensorielles peuvent l’utiliser. L’appareil s’apparente un peu au pendule ou à la baguette des sourciers.

 

Voir aussi les deux articles de journaux (La Dépêche et Le Midi Libre) qui parlent de son intervention dans l'église de RENNES-LE-CHÂTEAU en août 2013, c'est ICI à la fin du reportage

----------------------------------------------------------

Ne manquez pas le prochain reportage, c'est un bonus avec de très belles photos, si vous allez à Alet et qu'il fait un beau soleil avec un ciel bleu, vous devez vous y rendre à pied ou en voiture, c'est juste à côté !

Sachez aussi qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article, à bientôt, l'aventure continue ... pour la promotion de l'Aude !

 

Ainsi se termine ce second reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

  Julie logo janvier 2013 495x350

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans DÉCOUVERTE
commenter cet article
25 juin 2013
bandeau-villages-de-l-aude-825x250.jpg

 

La cité de Carcassonne est l'un des sites les plus visités de France. Classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, la forteresse attire chaque année de plus en plus de visiteurs. Si vous êtes parmi ceux-là, n'hésitez pas à descendre un peu vers le Sud, d'autres sites superbes vous attendent ! D'ailleurs en voici un, aujourd'hui je vais vous présenter le village d'Alet-les-Bains qui se recommande à divers titres, pour son site privilégié et son lieu de mémoire qui a marqué l'histoire. Ce lieu historique intéresse les savants et le simple touriste. Dans cette région du Razès il y a de nombreux sites intéressants à découvrir. Je vous en ai déjà d'ailleurs dévoilé quelques uns comme Rennes-le-Château, le château de Couiza, etc…. il vous suffit de vous reporter au sommaire pour consulter les articles qui leur sont consacrés. Je remercie vivement tous les photographes qui participent à la mise en valeur de ce reportage et de ce fait, permettent la découverte de ce patrimoine au plus grand nombre. J'ai vraiment pris plaisir à monter ce reportage sur une des plus belles ruines de France. J'espère donc, que vous aurez plaisir à le lire. Je vous souhaite une bonne lecture ….

 

logo label Pays Cathare 02

 

carte 01b de l'aude

Alet-les-Bains se situe au Sud de Carcassonne entre Limoux et Couiza. Alet est à 9 km de Limoux, 34 km de Carcassonne, 105 km de Toulouse, 97 km de Narbonne et 74 km de Foix

Alet les bains carte 01

Alet-les-Bains se situe comme vous pouvez le voir à 9 km au Sud de Limoux.

L'ancienne abbaye de Saint-Polycarpe, le château des ducs de Joyeuse, Rennes-le-Château et le château d'Arques, se trouvent dans un périmètre très réduit autour d'Alet, vous avez de belles visites à faire en perspective.

Alet les bains carte 02

Zoom sur la carte IGN du secteur

Alet les bains carte 03

Vous remarquerez que le pont ruiné romain "le pont du Diable", l'usine d'embouteillage et la source thermale d'eau chaude, se trouvent au Nord d'Alet

Alet-les-Bains 084 panorama

Panorama d'Alet-les-Bains vu de l'Est

Alet-les-Bains 083 panorama

Panorama d'Alet-les-Bains dans son écrin de verdure

Alet-les-Bains 082 panoramaAlet-les-Bains, l'église paroissiale Saint-André et juste à côté, les ruines de l'abbaye avec les vestiges du clocher Notre-Dame datant du XI ème siècle

Blason Alet-les-Bains tel que décrit en 1696

Blason de la commune d'Alet-les-Bains tel que décrit en 1696 par Charles d'Hozier

Blason ville Alet-les-Bains

Blason actuel de la commune d'Alet-les-Bains

 

Village de l'Aude, ALET-LES-BAINS

Les habitants d'Alet-les-Bains se nomment les Alétois, au recensement 2010 il y avait 431 habitants dans la commune.

La petite cité d'Alet se situe au sud de Carcassonne, au pied des premiers contreforts des Pyrénées, à 9 km de la ville de Limoux.

La rivière d'Aude borde la ville. Un petit cours d'eau, le Théron, qui traverse la vallée, arrose au moyen d'un aqueduc toutes les parties de la ville.

Alet remonte à la plus haute antiquité, ce nom d'Alet dont l'étymologie première (Electus) veut dire "lieu choisi, endroit privilégié", lui vient de sa situation exceptionnelle dans la vallée de l'Aude. Le charmant vallon d'Alet, que l'on nomme "le jardin du département de l'Aude" est abrité de toutes parts par des montagnes élevées.

Alet-les-Bains 097

Une vue aérienne d'Alet-les-Bains, photo prise du Sud-Ouest

Avant l'occupation romaine, cet oppidum Gallo-celtique était occupé par une tribu de gaulois Atacins qui fondèrent le bourg d'Alektha.

Sous l'occupation romaine, Alet était un chef-lieu de district avec une source thermale tant appréciée par les Romains, ils nommèrent le lieu: Pagus Electensis qui veut dire bourg choisi ou endroit de prédilection.

Alet-les-Bains 090

Voici à titre d'exemple, la source thermale d'eau chaude de Rennes-les-Bains tout proche d'Alet.

Cette source d'eau chaude à 37° ici à Rennes-les-Bains, ce sont les "bains doux", situés route de Couiza, rive gauche de la Sals, cette source est accessible par le jardin de la Reine à Rennes-les-Bains.

Alet, ou Aleth, en latin Electensis, est une ville épiscopale du Bas-Languedoc. Ce n'était autrefois qu'une abbaye de l'Ordre de Saint-Benoît qui était déjà célèbre vers le milieu du XI ème siècle, et dont le Pape Jean XVIII fait mention dans une de ses lettres datée de la sixième indiction au mois de juin, ce qui revient à l'an 1008.

L'église d'Alet appartint à une abbaye de bénédictins jusqu'au XIV ème siècle, un siège épiscopal y fut établi. Située dans l'ancien comté du Razès, contrôlant l'accès de la Haute Vallée de l'Aude, l'abbaye d'Alet a été très sollicitée au cours de son histoire pour son rôle stratégique. Cependant, elle n'apparaît souvent qu'au second ordre dans l'échiquier politique entre grandes familles méridionales.

Alet-les-Bains 07  Alet-les-Bains 099

A gauche, les toits d'Alet-les-Bains. A droite, les ruines de l'abbaye d'Alet (cliquez sur la photo pour agrandir)

L'abbaye est d'origine carolingienne. L'érection de l'abbaye en évêché se fit en 1318.

 Alet étant érigée en ville, le Pape Jean XXII y établit en 1329 un siège épiscopal dans l'église de Notre-Dame, dont il ordonna le premier évêque un prêtre nommé Barthélémy. Il sépara du diocèse de Narbonne toute la partie méridionale du comté de Razès jusqu'aux confins des pays de Roussillon et de Conflans. Ce pape avait d'abord désigné comme ville épiscopale Limoux on Limouth ; mais il trouva trop d'opposition à ce dessein. Quelques auteurs disent cependant qu'il mit d'abord cet évêché à Limoux, à une lieue d'Alet, mais qu'il l'y transféra trois ans après, d'autres disent l'année suivante. La Cathédrale qui était cette ancienne abbaye dont je viens de parler, fondée dans le IX ème siècle par Béra comte de Roussillon, et consacrée à notre bienheureux Père Saint Benoît, était parfaitement belle ; mais, ayant été détruite par les hérétiques, les chanoines firent leur cathédrale dans l'ancien réfectoire des moines. Le cimetière est assez proche de là, et Messeigneurs Nicolas Pavillon et Tassoureau tous deux évêques d'Alet, ont voulu y être enterrés simplement. L'église cathédrale est dédiée à la Vierge, et son Chapitre est composé d'un doyen, de trois autres dignitaires et de douze chanoines.

Le diocèse d'Alet comprenait autrefois quatre-vingts paroisses.

carte du diocèse d'Alet 02

Voici une carte du diocèse d'Alet-les-Bains, je possède cette carte en fichier pdf, ici elle n'est pas très lisible, c'est pour cela qu'elle a été synthétisée ci-dessous

carte du diocèse d'Alet 01

Carte du diocèse d'Alet-les-Bains, qui comprenait : le Pays de Sault, le Capcir, le Donezan, le Fenouillèdes et le Razès

Il faut savoir qu'Alet-les-bains n'a jamais appartenu à aucune famille seigneuriale.

Alet-les-Bains 015

L'Aude à Alet-les-Bains

Alet-les-Bains 016

Le pont d'Alet datant du XVII ème siècle

Le pont permettant de desservir le village d’Alet-les-Bains, est un pont en arc fait de pierres de taille datant de 1627 et 1640.

Il est constitué de 4 travées de longueurs variables : 11,20 m - 20,50 m - 20,70 m - 20,80 m.

Alet-les-Bains 0101

Le pont d'Alet datant du XVII ème siècle

Alet-les-Bains 0103

Les vestiges des fondations de part et d'autre de l'Aude, du pont romain que l'on a surnommé "le pont du Diable"

Il est situé en bordure de l' Aude, à 500 mètres au Nord-Ouest d' Alet.

Afin de faire traverser leurs troupes et leurs chars, les Romains durent trouver un pont suffisamment solide pour franchir le fleuve Atax (l'Aude), et remplacèrent un pont en bois existant, par un magnifique pont en maçonnerie, détruit en partie depuis un temps immémorial, et dont on admire encore les piles qui paraissent indestructibles. Il y a deux légendes concernant ce pont, l’une reposant sur une donnée historique, l’autre engendrée par les idées superstitieuses du Moyen-Âge. Des écrits antiques relatant des Commentaires de César dans lequel il est fait mention d’un pont sur le fleuve Atax (l'Aude) qui fut bâti en un jour. Or des esprits simples et crédules, qui admettaient cette version, ne purent croire que seul la main de l’homme put venir à bout de cette œuvre gigantesque en l’espace de vingt-quatre heures, et trouvèrent plus commode de faire intervenir l’esprit malin pour expliquer ce fait miraculeux. Voilà comment le pont romain d’Alektha fut appelé le "Pont du Diable". Il est classé aux Monuments Historiques depuis 1948.

 

OCCUPATION ROMAINE DE LA VILLE D'ALET-LES-BAINS

Le témoignage le plus apparent de l'occupation romaine est l'ancien columbarium, ou sépulcrum, dont nous voyons les restes sur le flanc de la montagne entre la vieille porte de la Cadène et la source orientale. Ce columbarium présente sa face au sud et occupe sur le rocher formé d'un conglomérat de calcaire sableux et blanc, incrusté de nombreuses petites pierres roulées, une superficie verticale, d'environ 15 mètres de long, sur 3 mètres de hauteur (voir la photo ci-après).

Les niches destinées à recevoir les urnes, se composent de deux séries : les plus grandes, à gauche, pouvant contenir deux ollae séparées d'un mètre de roche nue de la deuxième composée de cases plus restreintes. Dans chacune, on pouvait déposer une couple d'urnes cinéraires (ollae). En tout quarante cinq compartiments se voient encore. Les 45 niches creusées dans le roc, et dont les unes ont 0,40m X0,40m et les autres 0,25m X 0,30m sont les seuls témoins qui restent aujourd'hui de ce lointain passé. Un chemin partant de la porte de la Cadène passe au dessus du Columbarium. C'était donc un cimetière commun, pour les sépultures à incinérations, telles que le pratiquaient les romains. On a retrouvé aussi des médailles romaines dans Alet et les environs. Des restes de constructions ont été découverts à l'orient d'Alet et dans les potagers contigus aux thermes. A 500 mètres en aval d'Alet, on voit encore les ruines  importantes du Pont-du-Diable construit par les romains.

L'occupation romaine à Alet commença en 118 avant Jésus-Christ et s'acheva en l'an 440 de notre l'ère.

Alet-les-Bains 0107Voici une photo du columbarium d'Alet-les-Bains

Alet-les-Bains 06

L'abbaye d'Alet, la chapelle conservée du choeur gothique

Alet-les-Bains 087

L'abbaye d'Alet, autre photo de la chapelle conservée du choeur gothique

Alet-les-Bains 089

L'abbaye d'Alet, l'abside romane, l'ensemble du chevet

Alet-les-Bains 067  Alet-les-Bains 093

L'abbaye d'Alet, photo de gauche nous pénétrons dans l'abside romane, photo de droite, l'intérieur du choeur de l'abside de l'ancienne église abbatiale d'Alet

Alet-les-Bains 094

L'abbaye d'Alet, détail d'une absidiole à l'intérieur du choeur de l'abside de l'ancienne église abbatiale d'Alet

Alet-les-Bains 092

L'abbaye d'Alet, façade Nord Ouest de l'église abbatiale avec ses grandes baies à arcs en plein cintre

Alet-les-Bains 01L'abbaye d'Alet, les vestiges de la chapelle, le choeur gothique

Alet-les-Bains 013L'abbaye d'Alet, la travée Sud

 

TEMPLE PAÏEN D'ALET DÉDIÉ A DIANE LA DÉESSE DES FORÊTS

Était-ce un édifice complet, le Sacellum de la Déesse, ou bien une stèle massive ou carrée au faite pyramidal ayant au milieu une cavité destinée à abriter l'Idole ? Toujours est-il, qu'il existe un monument conservé au musée des Grands-Augustins de Toulouse, un Cippe ou Autel votif en marbre provenant de la ville d'Alet, haut de 0,53 mètres et de 0,38 mètres de longueur avec un décor et des inscriptions sur la face de devant :

MATRI DEUM

CN. POMP. PROBUS

CVRATOR TEM.

PLI. V. S. L. M.

Traduction : "A la Mère des Dieux, Cnéius Pompéius Probus, Curateur du Temple. Juste accomplissement d'un vœu spontané. Les quatre lettres V. S. L. M. séparées par des points sont le commencement des mots : votum, solvit, libens, merito."

Le cimetière a toujours existé autour de l'Église d'Alet, il a remplacé le temple de Diane, car le christianisme a transformé les Temples païens, ainsi que les lieux sacrés, en lieux consacrés aux sépultures des fidèles.

Certains archéologues pensent que le chœur semi-circulaire de l'Église de Notre-Dame d'Alet pouvait bien être en totalité ou du moins en partie, l'antique Fanum de Diana-Augusta.

Alet plan de l'abbaye

Voici le plan de l'abbaye d'Alet pour vous reprérez

 

FONDATION DE L'ABBAYE D'ALET

La fondation de l'Abbaye d'Alet daterait de ces périodes troublées par les guerres et les invasions (VI ème - VII ème siècles). L'abbé responsable du monastère était considéré comme le Seigneur d'Alet au VIII ème siècle. Un document daté de 796, indique que les moines d'Alet reconstruiront les murs d'enceinte du bourg pour se défendre contre les invasions des Maures (Sarrasins). Les Sarrasins après la conquête de l'Espagne, pénétrèrent dans l'Empire Franc, en suivant la vallée de l'Aude.

Charlemagne qui avait chassé l'envahisseur, vers l'année 780, nomma le comte de Barcelone Béra Ier, comte du Razès et de Conflent. Puis, c'est sous le règne de Louis-le Débonnaire, en 813, que le comte Béra 1er et la comtesse Romille son épouse transformèrent le monastère d'Alet, qui depuis près d'un demi-siècle avait été érigé en abbaye. Béra, qui était comte du Razès et marquis de Gothie, fut secondé dans cette oeuvre pieuse par de riches espagnols réfugiés de ce côté des Pyrénées, pour échapper à la tyrannie des Sarrasins maîtres de leur patrie. Une charte de 813, dit que Béra Ier, comte du Razès, avait fait don au Pape Léon III de l'abbaye d'Alet, suppliant le Saint-Siège de le prendre sous sa protection. Dans cette charte, il demandait aussi au Pape de lui envoyer au monastère une parcelle de la vraie croix et des reliques authentiques pour la dédicace de l'église de cette abbaye. Le Pape obtempéra, il envoya un fragment de la vraie croix, il donna aussi les autres reliques demandées. L'ancienne église en partie détruite par les Sarrasins, fut reconstruite à trois nefs, vers l'an 800. Les premiers prêtres conservèrent le Fanum de Diane, en l'appropriant au culte catholique, les Bénédictins du IX ème siècle, comme plus tard ceux du XI ème siècle conservèrent religieusement le petit sanctuaire tel que nous le voyons encore aujourd'hui.

Les noms des abbés d'Alet, sont restés inconnus jusqu'en l'année 970. A cette époque, Benoît Ier, d'abord abbé de Saint-Hilaire, fut élu abbé d'Alet. Un document datant de 993 évoque son nom, Benoît abbé de Lézat et d'Alet.

L'abbaye d'Alet dans le jeu des alliances et des querelles des familles méridionales, prit parti pour les comtes de Foix, et ce serait en guise de représailles que Pierre Raimond aurait dévasté ce sanctuaire en 1032, pour y intervenir de nouveau vers 1054, comme on le verra ci-après.

Alet-les-Bains 02

L'abbaye d'Alet, le clocher Notre-Dame vu du Sud et le toit de l'abside romane

Alet-les-Bains 03L'abbaye d'Alet, l'angle Nord Ouest de la nef, bas-côtés et tribunes Nord à gauche

Alet-les-Bains 030  Alet-les-Bains 032

L'abbaye d'Alet, photo de gauche la travée Sud. A droite, les tribunes Nord (cliquez sur la photo pour agrandir)

Alet-les-Bains 044

L'abbaye d'Alet, les vestiges du second étage situé au-dessus des tribunes Nord et le clocher Notre-Dame

Alet-les-Bains 045  Alet-les-Bains 041

L'abbaye d'Alet, les vestiges du clocher Notre-Dame (cliquez sur la photo pour agrandir)

Les religieux de l'abbaye d'Alet suivaient les règles de Saint-Benoît. Ils remplissaient avec zèle la mission complexe que s'imposaient les moines de cet ordre célèbre. A l'étude, à la prière et à la prédication,  ils ajoutaient les soins de l'hospitalité à donner aux voyageurs. Ils étendaient leur sollicitude aux malades qui venaient chercher remède à leurs maux dans les eaux bienfaisantes des piscines romaines.

En 1030, le siège abbatial était occupé par Grégoire Geraud, élection confirmée par le Pape Léon IX. Sous son administration, en 1054, Pierre Raymond vicomte de Béziers, petit fils de Roger 1er, allié de Guiffred, archevêque de Narbonne, enfreignit la Trêve de Dieu, faisant saisir dans l'église d'Alet deux chevaliers qui s'y étaient réfugiés et qui n'avaient commis aucun crime. Il fit pendre l'un de ces chevaliers comme voleur et un scélérat, il était parent de Bérenger, vicomte de Narbonne. Ce chevalier fut pendu aux fourches patibulaires scellées sur un rocher qui domine Alet, au-dessus des eaux chaudes. Ce trait de cruauté est mentionné dans une plainte que porta Bérenger, vicomte de Narbonne.

 

Le Pape Urbain II lors de son voyage pour prêcher la croisade, après avoir visité Toulouse et Carcassonne, vint à Alet le 16 juin 1096, visiter le monastère et la nouvelle église abbatiale. Il y célébra la messe. Cette visite du souverain pontife prouva combien les abbés d'Alet étaient puissants à Rome.

Raymond Ier devint abbé en 1101. Sept ans après en 1108, Roger II, comte de Foix, restitua au monastère d'Alet 80 sols monnaie de Toulouse, pour des droits injustes qu'il exigeait du village de Valislas faisant parti de son domaine qui avait été donné à l'abbaye d'Alet par Roger, comte de Carcassonne.

Alet-les-Bains 05

L'abbaye d'Alet, la façade Sud donnant sur le cimetière et son portail roman

Alet-les-Bains 051L'abbaye d'Alet, l'abside de l'ancienne église abbatiale d'Alet

Alet-les-Bains 049L'abbaye d'Alet, détail du chapiteau sur le chevet roman de l'église abbatiale

En 1116, il y eut un conflit entre l'abbaye de Lagrasse et Alet, le pape Pascal II confirme à Alet la possession du monastère de Saint-Polycarpe, précisant que cette abbaye avait été enlevée à Alet par la violence des pouvoirs séculiers. Cette usurpation par l'abbaye de Lagrasse va perdurer encore jusqu'en 1082, lorsque Bernard-Aton, vicomte de Carcassonne fait des donations à Lagrasse et à Saint-Polycarpe conjointement. Ce n'est donc probablement qu'à la faveur de la réconciliation des comtes de Foix avec les Trencavel en 1095 qu'Alet peut enfin récupérer le monastère de Saint-Polycarpe.

Le monastère d'Alet a d'importantes possessions qui s'étendaient en 1119 jusqu'à Saint-Paul de Fenouillet et Saint Papoul.

Alet-les-Bains 036

L'église abbatiale d'Alet possédait de magnifiques baies romanes que l'on peut admirer ici sur la façade Nord

Alet-les-Bains 037

Les vestiges d'une fenêtre circulaire sur le transept Nord magnifiquement décorée

Alet-les-Bains 038

On peut encore voir des sculptures comme ici un félin sur la façade Sud de l'église

Alet-les-Bains 039

Autre détail sur la façade Sud de l'église, d'une sculpture représentant un lion chevauché par un homme dont il ne reste que la jambe

Alet-les-Bains 040   Alet-les-Bains 042

Fenêtres hautes riches de décors de motifs géométriques sur la façade extérieure Sud (cliquez sur la photo pour agrandir)

Alet-les-Bains 043

Façade Sud, porche voûté en berceau, précède la porte qui s'ouvre sous une archivolte à trois voussures s'appuyant sur des colonnes à chapiteaux sculptés

Alet-les-Bains 0102   Alet-les-Bains 064

Photo de gauche, chapiteaux à l'entrée de la salle capitulaire, remarquez le pilier carré, il est gravé dans sa partie basse, sur la photo de droite vous avez cette gravure en gros plan.

Si vous avez décodé le texte, écrivez moi, je l'indiquerai ici.

 

La salle capitulaire se divise en deux travées voûtées chacune d'ogives sur lesquelles donnent deux absidioles à cinq pans voûtées d'ogives à six nervures.

La façade romane est composée par une porte centrale encadrée de deux larges baies dont la sculpture révèle une exceptionnelle qualité.

Des scènes sont sculptées sur les piliers telles que : La fuite en Égypte,  l'Annonciation, une chasse à l'ours, un centaure surmonté d'un personnage, un affrontement de bouquetins.

Les deux baies latérales supportent des sculptures variées : oiseaux, pommes de pin, feuillages.

L'intérieur de la salle fut restauré au XIV ème siècle. On remplaça les voûtes romanes par des voûtes gothiques.

 

Bernard Ier était abbé en 1162 et Pons Amelius ou Amiel vers 1167 à 1197.

En 1197 après la mort de Pond Amiel, les moines élisent pour succéder à Pons, l'abbé de Saint-Polycarpe, Bernard II de Saint-Ferréol. Cette élection déplut à Bertrand de Saissac qui était alors tuteur du jeune Raymond Roger vicomte de Béziers, de Carcassonne et du Razès, et qui, en cette qualité avait une grande autorité sur le pays. Il se rendit en armes à Alet et arracha le nouvel abbé de son siège et ordonna une nouvelle élection, après avoir mis en fuite quelques moines. Il ordonna même de déterrer le corps de Pons Amiel pour le placer sur la chaire abbatiale pour qu'il préside ainsi à l'élection du nouvel abbé. C'est Bozon qui fut élu à la tête de 300 moines vivant à Alet.

Lors de la croisade des albigeois, Bozon livra la ville d'Alet au comte de Foix Raimond Roger, devenu tuteur du jeune Trencavel, fils du vicomte Roger. A la suite de cela, le concile du Puy-en-Velay, décida de dégrader Bozon et les moines factieux par décret du 16 septembre 1222. En mai 1223 l'abbaye d'Alet fut unie à la cathédrale de Narbonne, tous les moines furent chassés et remplacés par douze chanoines séculiers de Narbonne pour desservir l'église d'Alet. En 1233, l'abbaye fut restituée aux moines qui s'étaient exilés après un procès contre l'archevêque de Narbonne et le Pape nomma Udalger d'Ajort abbé d'Alet qui mourut vers 1279.

Ses successeurs seront : Raymond II vers 1265 à 1279 il sera excommunié par l'archevêque de Narbonne, puis Bertrand en 1284, puis Pierre en 1303.

Au Moyen-Âge Alet se trouvait dans le diocèse de Narbonne et, à partir du XIII ème siècle, dans l'une de ses subdivisions : l'archiprêtré du Haut-Razès, correspondant en gros à la Haute Vallée de l'Aude. A partir de 1318, cet archiprêtré fut inclus dans le nouveau diocèse d'Alet.

Alet-les-Bains 066

Dans les murs très épais des cinq pans de l'abside romane sont aménagées cinq niches dont voici une des voûtes.

Alet-les-Bains 063

Détail d'une sculpture d'un des chapiteaux à l'entrée de la salle capitulaire représentant l'Annonciation.

Sur un fond de végétation, la vierge assise encadrée par l'ange Gabriel et par l'apôtre Luc.

Alet-les-Bains 062

Autre angle de vue, montrant un détail d'un des chapiteaux à l'entrée de la salle capitulaire représentant l'Annonciation.

Alet-les-Bains 065   Alet-les-Bains 095

A gauche, détail des sculptures sous une archivolte à décor de palmettes, couronnant un chapiteau historié. A droite, les chapiteaux historiés se faisant face d'une des baies de la salle capitulaire.

 

Après 1234, l'abbaye d'Alet se trouve durablement affaiblie, à cause de ces affaires et de la croisade des Albigeois où de nombreux biens furent confisqués. Mais si l'abbatiale romane avait évité les dévastations de la croisade des Albigeois, elle ne put cependant échapper plus tard au pillage des protestants, c'est ce que nous verrons plus loin.

A partir de mars 1318, il y eut à Alet trente cinq évêques.

Alet-les-Bains 052

Voici une vue dans son ensemble de l'accés à la salle capitulaire

Alet-les-Bains 04

 Grandes baies à arcs en plein cintre d'une tribune de l'église sur le côté Nord-Ouest de la nef de l'église abbatiale d'Alet-les-Bains

Alet-les-Bains 050   Alet-les-Bains 054

A gauche, une des absidioles de la salle capitulaire, elles sont à cinq pans voûtées d'ogives à six nervures. A droite, on aperçoit l'entrée de la salle capitulaire et au fond le bras Nord du transept

Le pape français d'Avignon Jean XXII (1316-1334) transfère le trône épiscopal à Alet le 18 février 1318. L'église abbatiale deviendra alors église cathédrale en 1318 sous le vocable de Saint-Benoît. Vers 1310, Barthélemy sera le dernier élu abbé bénédictin d'Alet car il sera nommé par le pape Jean XXII, premier évêque d'Alet. L'évêque Barthélemy mourut en 1333.

Les évêques vont agrandir la vieille cathédrale romane afin de la transformer en une cathédrale gothique. Alet va connaître une vie nouvelle avec, notamment, la construction de l'église paroissiale Saint-André.

On trouve gravé sur un des piliers de l'ancienne cathédrale d'Alet le blason de la famille de Rochefort et l'écusson de Guillaume IV de Rochefort qui fut évêque d'Alet de 1489 à 1508.

 

En 1531, c'est l'évêque Guillaume de Joyeuse qui obtint du pape Clément VII l'agrément du roi François 1er, la sécularisation de son chapitre.

 

Comme de coutume, à la fin de chaque article, voici quelques photos anciennes qui raviront certains lecteurs, d'autres photos seront aussi diffusées en fin de seconde partie :

Cathédrale d'Alet extérieur de la nef côté cimetière p

Cathédrale d'Alet extérieur de la nef côté cimetière photo réalisée par Trutat Eugène 1840-1910

Cathédrale d'Alet extérieur de la nef côté cimetière 0

Cathédrale d'Alet extérieur de la nef côté cimetière photo réalisée par Trutat Eugène 1840-1910 

Alet les Bains 0201en 1905

Alet-les Bains en 1905, les ruines du monastère

Alet les Bains 0206 en 1905

Alet-les Bains en 1905, les ruines du monastère

Alet les Bains 0215 en 1905Alet-les Bains en 1905, l'Aude, on aperçoit les ruines des culées du pont romain et la route nationale à droite n'était pas très fréquentée à l'époque

Alet les Bains 0240 en 1905

Alet-les Bains, l'Aude au Pont du Diable en 1905

Alet les Bains 0217 en 1905Alet-les Bains, une vue générale prise de l'Ouest en 1905

Alet les Bains 0226 en 1905Alet-les Bains, mine de Dolomite en 1905, qui se trouvait à l'Ouest d'Alet sur la petite route de Coussergues, aujourd'hui elle est abandonnée

Alet les Bains 0236 en 1905Alet-les Bains, la source communale, l'établissement thermal en 1905

Alet les Bains 0237 en 1905Alet-les Bains, l'hôtel Terminus proche de l'établissement Thermal  en 1905

Alet les Bains 0229 en 1905

Alet-les Bains, le lavoir communal alimenté par la source d'eau chaude en 1905 à comparer avec la photo ci-dessous

Alet-les-Bains 098

Alet-les Bains, le lavoir communal alimenté par la source d'eau chaude en 2012, on voit ici, les gens viennent toujours chercher l'eau bienfaisante d'Alet.

Cette eau d'Alet, je vous en parlerai dans la seconde partie du reportage.

Alet les Bains 0225 en 1925Alet-les Bains, la gare en 1925

Alet les Bains 0214 en 1905Alet-les Bains, l'avenue de l'établissement thermal et la villa du Parc en 1905

Alet les Bains 0209 en 1905Alet-les Bains, l'établissement thermal de la source communale en 1905

Alet les Bains 0219 le pont en 1950Alet-les Bains, le pont du XVII ème siècle en 1950

Alet les Bains 0220 en 1950Alet-les Bains, les ruines d'évêché en 1950

Alet les Bains 0223 en 1950Alet-les Bains, une photo prise côté Nord avec la porte Cadène et les remparts en 1950

Alet les Bains 0227 porte de Cadène en 1905  Alet les Bains 0238 en 1905

Alet-les Bains, à gauche la porte Cadène et à doite la rue Malbec en 1905

Alet les Bains 0239 en 1905

Alet-les Bains, la grand'rue, celle qui longe les ruines de l'abbaye en 1905

 

Sachez aussi, qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article, à bientôt, l'aventure continue ...

 

Ainsi se termine ce premier reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

  Julie logo janvier 2013 495x350

Partager cet article

Réalisé par Jean-Pierre LAGACHE - dans DÉCOUVERTE
commenter cet article
10 juin 2013
bandeau les villages du Pays de Sault

 

Voici la seconde partie du reportage consacré au village d'Espezel avec de nombreuses photos grands formats, où il n'est nul besoin d'une loupe pour les admirer, c'est la particularité de ce site qui se veut simple, facile à lire et à découvrir, tout comme la région d'ailleurs ! Si vous avez des choses à dire sur ce reportage, n'hésitez pas à le faire savoir, à le faire connaître, et laissez vos commentaires, c'est possible tout en bas de cet article.

 

Espezel 14

 La D613 direction Espezel

Espezel 13La D613, le plateau de Sault par une fin de journée d'octobre

 

logo label Pays Cathare 02

 

Espezel 12

Espezel, et le plateau de Sault vus du col d'Ubi

carte 04 Espezel

Une vue aérienne d'Espezel

carte 05 Espezel

Zoom sur cette vue aérienne d'Espezel

Lors de mes recherches sur l'histoire d'Espezel je suis tombé sur un document relatant la guerre franco-allemande, qui dura du 19 juillet 1870 au 29 janvier 1871, parfois appelée guerre franco-prussienne. Et dans ce document il y avait un rapport concernant un militaire natif d'Espezel.

Voici ce que dit ce rapport rédigé pendant la GUERRE DE 1870-1871 :

"MAURY, Jean-Baptiste, né le 24 janvier 1836, Espezel (Aude), 27ème de ligne. Fracture comminutive du fémur gauche, tiers moyen, coup de feu reçu à Arthenay. Consolidation vicieuse, raccourcissement de 4 centimètres, atrophie du membre et rétraction des orteils."

 

En 1800, les trois cantons, Belcaire, Espezel et Rodome furent regroupés en un seul. Belcaire devient le chef lieu du nouveau canton, avec la justice de paix, tandis qu'Espezel plus central hérita de la gendarmerie, qui avait ses quartiers dans une bâtisse achetée à un particulier, celle-ci fut aménagée et agrandie dans les années 1950. La gendarmerie quitta Espezel pour Belcaire dans les années 1970. Aujourd'hui l'ancienne gendarmerie d'Espezel est occupée par l'auberge du "P'tit Louis".

Espezel 02Photo de 2008, l'ancienne caserne de gendarmerie à Espezel transformée en auberge. Auberge très renommée, que l'on nomme aussi "chez P'tit Louis"

Espezel 108

Photo de 2013, l'ancienne caserne de gendarmerie transformée en auberge

Espezel 148 le relais du pays de sault

La carte de visite du resto pour ceux que cela intéresse !

Il y a aussi le restaurant - hôtel Grau d'Espezel, vous trouverez les coordonnées dans le menu de gauche sur ce site.

Espezel 49

Espezel, résidences le long de l'avenue du Stade

Espezel 205 en 1900b

L'entrée du village d'Espezel en 1900 avec le "lac" ou la mare lieu-dit le Calcat

Espezel 212 en 1910

En voici une autre en 1910, au fond, la D613 ombragée par l'alignement d'arbres.

Espezel 16

 

LA FOIRE D'ESPEZEL et LA FÊTE DE LA MOISSON

La foire d'Espezel se tenait autrefois au lieu-dit "le Calcat" ou le lac, cette mare insalubre qui a été comblée. C'est à l'emplacement du foirail et du jardin public que se trouvait au début du XIX ème siècle ce plan d'eau appelé "le lac". C'était le déversoir naturel des rigoles et des lavoirs existants dans le village. Le bétail venait s'y abreuver. Pour des raisons sanitaires on le combla au milieu du XX ème siècle.

Aujourd'hui la plus grande foire agricole de l'Aude recréée en 1978, a investi les places et les rues du village, elle a lieu à l'automne, c'est le plus grand événement annuel de la région.

Espezel 10

La foire d'Espezel attire chaque année au mois d'octobre de très nombreux exposants et visiteurs, les rues sont envahies

Espezel 04 panorama

Il y a aussi la fête des moissons à Espezel très intéressante qui a lieu au mois d'août, ici démonstration du battage du blé tel qu'il se pratiquait dans les années 1950

Espezel 01

Lors de cette fête des moissons, les engins mécaniques agricoles d'hier et d'aujourd'hui sont fort bien représentés.

Il est très intéressant de découvrir comment travaillaient nos anciens.

Espezel 161Au détour d'une rue d'Espezel ou de Roquefeuil (je ne sais plus où a été prise cette photo) au rebut, voici l'ancêtre de la moissonneuse batteuse.

Cette batteuse, associée au "Manège" mis en mouvement par des boeufs servira à battre les céréales de 1875 à 1930 environ.

Si vous désirez voir des photos et le reportage sur la fête des moissons à Espezel c'est ICI

Au sujet des foires à Espezel, j'ai retrouvé ce document :

Voici la transcription d'un avis favorable de délibération du Conseil général de l'Aude datant d'août 1881

FOIRES D'ESPEZEL

"La commune d'Espezel demande la création de deux nouvelles foires qui se tiendraient : l'une le 23 mars et l'autre le 8 septembre de chaque année.

Pour justifier cette demande, le Conseil municipal fait ressortir dans la délibération qu'il a prise à cet effet, le 5 mars 1881, que la commune possède plusieurs maisons importantes de commerce auxquelles viennent s'approvisionner les habitants du canton.

A en juger par les deux foires qui sont établies depuis plusieurs années dans la commune, et qui donne lieu à de nombreuses transactions pour les bestiaux, la rouennerie, etc., les deux nouvelles foires seraient très fréquentées.

Aucune des communes consultées ne s'est prononcée contre cette demande que je vous prie de vouloir bien accueillir favorablement."

 

Espezel 90

L'église d'Espezel vue du chemin du Puget menant au col d'Ubi

Espezel 89

Espezel, chemin du Puget menant au col d'Ubi

 

L'ÉGLISE D'ESPEZEL

Afin que les habitants aient un lieu de prière, une petite chapelle fut construite en 1540 à l'Ouest du village près du futur château.

Étonnant, l'église d'Espezel fut d'abord dédiée à Saint-Prim, un saint venu de Rhénanie.

Puis on changea de saint, (il faut savoir que les églises ont toujours eu un nom, elles sont sous le patronage de ... en général le nom d'un saint, c'est une tradition très ancienne), on choisit Saint-Julien et Sainte-Basilisse, martyrisés à Antioche vers 309 (Turquie).

Le premier curé connu à Espezel s'appelait : Salvat, il exerça de 1666 à 1670.

En 1674, l'évêque d'Alet, Nicolas Pavillon, interdira l'accès à l'église en raison de sa vétusté, cette interdiction durera trente ans. La cure d'Espezel sera unie au séminaire d'Alet de 1677 à 1684. Elle deviendra une succursale de Roquefeuil en 1791.

Ce n'est qu'en 1760 que des travaux importants furent entrepris, l'église fut remise en état, agrandie et dotée d'un clocher carré, de forme massive, portant l'inscription "Bâtisse - a- 176".

Espezel 152 église

L'intérieur de l'église Saint-Julien et Sainte-Basilisse  d'Espezel

Avant 1848, l'église comprenait un clocher, un sanctuaire, une chapelle Saint-Joseph, des fonds baptismaux anciens à côté du chœur à droite de l'autel.

Espezel 91   Espezel 155 église

L'église d'Espezel et son clocher, photo de droite, au fond, le narthex de l'église et la nef centrale  (cliquez sur la photo pour agrandir)

L'accroissement de la population, 833 habitants en 1851, rend nécessaire des travaux d'agrandissement de l'église qui n'offrait que 388 places.

Entre 1849 et 1854, l'édifice fut de nouveau agrandi sur les instructions de l'architecte départemental M. Bar et sous la direction de Monseigneur Jean Guillaume Clergue curé de 1848 à 1858. Le maire en 1854 était Baptiste Calvet. C'est monsieur Darses propriétaire de château d'Espezel qui légua par testament le terrain nécessaire à l'agrandissement de l'église, legs autorisé par ordonnance royale du 1er novembre 1831. En contrepartie les propriétaires du château se réservaient une concession importante et clôturée dans le cimetière ; elle existe toujours avec les sépultures des membres de la famille Darses.

Le presbytère séparé de l'église est situé à l'Est et en haut du village, il fut construit en 1843.

Lors de l'agrandissement de l'église, celle-ci faillit changer de lieu et venir s'implanter près de ce presbytère, mais cela augmentait le coût, et le déplacement ne se fit pas.

Espezel 151 église   Espezel 153 église

A gauche, le choeur et le maître-autel de l'église d'Espezel. A droite, la nef centrale (cliquez sur la photo pour agrandir)

Pour supporter la toiture, on construisit dans la nef trois arceaux en pierre de taille de Roquefeuil. Six piliers en pierre de Samprun de 6 mètres de haut et de 0,74 mètres de diamètre supportent les arceaux.

A cette époque c'était l'unique église du Pays bâtie à trois nefs. Sa régularité et la pureté de son style gothique en faisaient la plus belle des églises du canton.

En 1858, on consolida le clocher, il subira encore de grosses réparations en 1883.

Espezel 06   Espezel 125

L'église  Saint-Julien et Sainte-Basilisse  d'Espezel vue de la place du Pujol (cliquez sur la photo pour agrandir)

Espezel 81  Espezel 93

Zoom sur le clocher de l'église d'Espezel et son paratonnerre (cliquez sur la photo pour agrandir)

En 1970, le clocher de style ancien fut modifié, ce qui lui enleva une partie de son charme. On en profita pour refaire la toiture en bardeaux canadiens. En l'an 2000 la toiture fut recouverte d'ardoise.

Le portail en chêne massif date des années 1900 il fut réalisé par M. Savoy menuisier à Camurac.

Le clocher est doté de trois cloches. La plus ancienne datant de la construction de la première chapelle en 1540. Avant il y avait des sonneurs de cloches, mais depuis les années 1970 la sonnerie des cloches a été électrifiée.

Espezel 154 église

La nef centrale de l'église d'Espezel a retrouvé tout son éclat après l'incendie qui ravagea la sacristie en janvier 2011

Espezel 79   Espezel 85

Le porche avec sa porte en chêne massif datant de 1900 et le clocher de l'église d'Espezel surplombant le cimetière (cliquez sur la photo pour agrandir)

Espezel 80Décor en bois sculpté du panneau d'affichage de l'église d'Espezel

Dans le cimetière, jouxtant l'église, il y a plusieurs tombes des prêtres originaires de la paroisse d'Espezel, la plus ancienne est celle du père Clergue (1808-1893).

Espezel 226 eglise en 1950

L'église d'Espezel en 1950, le château juste derrière et le cimetière tout proche.

Espezel 94

Espezel, place de l'église

Espezel 76  Espezel 77

Espezel, calvaire place de l'église (cliquez sur la photo pour agrandir)

Dans l'église il y a un très beau bénitier en pierre datant de 1558, classé le 5 décembre 1908.

Ce qui est étrange, des noms sur deux lignes sont gravés dans un rectangle sur les faces latérales du bassin.

Une traduction a été faite, 1ère ligne : Guillaume Arnaud l'an 1558, 24 décembre Marc Gotets ; et sur la seconde ligne : Bernard Bes, Armand Bes, Paul Maury, Jean Maury, Baptiste Maury.

Ces noms sont probablement ceux des consuls ; Marc Gotets est peut être le nom du prêtre ou du sculpteur du bénitier.

Il y a de nombreuses statues dans l'église, on trouve parmi celles-ci, les statues de Saint- Chrysante et Sainte-Darie qui furent rajoutées après l'épidémie de choléra de 1854 car l'imploration des saints Julien et Basilisse ne donna aucun résultat positif.

Espezel 216 en 1935

L'intérieur de l'église d'Espezel en 1935

Espezel 88

Le chevet de l'église d'Espezel

Espezel 86

Espezel , place de l'église et le chemin du cimetière au fond à droite

Dans l'église il y a deux tombeaux, sous la dalle de pierre près du choeur repose la dépouille de Pierre Joseph Darses de Cassaignes, mousquetaire du roi Louis XV, enterré là en 1756.

La seconde sépulture située au fond de la nef, est celle de demoiselle Anne de Nègre femme de noble Jean Urbain Darses décédée en 1709 à l'âge de cinquante ans.

 

Le 7 janvier 2011, un coup de circuit électrique probablement sur un chauffage défectueux a mis le feu à la sacristie, qui fut entièrement détruite et de la suie a envahi l'intérieur de l'église car une porte était restée ouverte, des livres et objets précieux ont été détruits.

Espezel 158

L'incendie détruisit la sacristie en janvier 2011 et la suie endommagea l'intérieur de l'église d'Espezel

Espezel 74

Le château et l'église d'Espezel, vus de la place du Pujol

 

LE CHÂTEAU D'ESPEZEL

Le château d'Espezel fut construit en 1581 par la famille Darses qui s'allia ensuite aux Chassaigne, originaires d'Auvergne. Urbain Darses et Anne de Nègre eurent comme fils Pierre Joseph mousquetaire du Roi Louis XV comme je l'ai dit plus haut, il fut enterré dans l'église du village d'Espezel en 1756. La succession fut assurée par des neveux, les Caussou. Acheté par l'administration des Eaux et Forêts, le château devint la résidence du Garde général, puis il fut vendu en 1922.

Si vous possédez des infos sur le château d'Espezel, envoyez les moi, je pourrai compléter ainsi ce reportage.

Espezel 214 en 1905

Le château d'Espezel en 1905

Espezel 07

Voici le château d'Espezel en août 2009

Espezel 78   Espezel 87

Autres vues du château d'Espezel prisent en 2013 (cliquez sur la photo pour agrandir)

Espezel 219 en 1910 l'église

Une vue du château d'Espezel et de l'église en 1910

Espezel 122

La tour du château d'Espezel dominée par le pic d'Ourtiset enneigé

Espezel 113Zoom sur la tour du château d'Espezel

Espezel 121

A gauche, la tour du château et à droite l'église d'Espezel, avec en arrière plan le pic d'Ourtiset

Espezel 130Espezel avril 2013

Espezel 28 en 2012 vue aerienneUne vue aérienne de la mairie, du château et de l'église d'Espezel

Espezel 33 en 2012 vue aerienne

Espezel en 2012

Espezel 34 en 2010 vue aerienne

Les toits d'Espezel en 2010

Espezel 35 en 2010 vue aerienne

Une vue aérienne d'Espezel en 2010

Espezel 144

Espezel, le monument aux morts de la guerre 1914-1918

Espezel 31 en 2012 vue aerienne

Une vue aérienne d'Espezel en 2012

Espezel 95

Espezel, le chemin de Bertret

Espezel 96

Espezel, le chemin de Bertret

Espezel 97

Espezel, Impasse du Fauret, autrefois il y avait un forgeron ici

Espezel 105  Espezel 66

A gauche, la façade de la mairie. A droite, l'ancienne poste aujourd'hui disparue, c'est bien dommage ! (cliquez sur la photo pour agrandir)

Ce bureau de poste occupa ce lieu en 1925, il y avait un receveur, une employée et trois facteurs. En 1930, le bureau était occupé 24 h sur 24, car toutes les communications téléphoniques et télégraphiques de la région, passaient par le bureau d'Espezel.

A cette époque c'était la diligence qui apportait le courrier de Quillan. Ce bureau de poste eut un rôle très important pour la région, puis vers la fin des années 60 il fut transféré à Belcaire.

Espezel 129

Espezel, la rue du Pont, photo prise de la D613 sur le pont

Espezel 71  Espezel 139

A gauche, la rue du Pujol. A droite, la métairie de Montplaisir. (cliquez sur la photo pour agrandir)

Espezel 134

Espezel, la métairie de Montplaisir.

Espezel 135

Espezel, la métairie de Montplaisir.

Espezel 138

Espezel, la métairie de Montplaisir.

Espezel 133

Le plateau de Sault près d'Espezel

Espezel 136  Espezel 137

Espezel, la métairie de Montplaisir. (cliquez sur la photo pour agrandir)  

Espezel 46

Espezel, le camping municipal

Espezel 150 Camping

Espezel, le camping municipal

Espezel 149 Camping

Espezel, le camping municipal

Espezel 47

Espezel, le camping municipal

Espezel 145Espezel, le jardin public et ses aires de jeux

Espezel 82

Espezel, paysage vu du chemin du cimetière

Espezel 84

Espezel, bâtiment du Conseil Général ex DDE de l'Aude

Espezel 83

Espezel, vu du chemin du cimetière

Espezel 115

Une vue générale d'Espezel au petit matin

Espezel 114

Le pic d'Ourtiset (1934m)

Espezel 120

Espezel, l'église Saint-Julien et Sainte-Basilisse  

Espezel 142

Pic d'Ourtiset vu depuis la métairie Montplaisir à Espezel

Espezel 140

Panorama vu depuis la métairie Montplaisir à Espezel, avril 2013

Espezel 143

La D613 à proximité d'Espezel que l'on aperçoit au fond à gauche

Espezel 141Trassoulas, avec le pic de Saint Barthélemy et du Soularac, photo prise depuis la métairie de Montplaisir à Espezel

Espezel 159 Métairie des arbres

Une vue aérienne d'une métairie, la métairie "des Arbres" je trouve se nom poétique ( photo transmise par Vanessa d'Espezel)

Sur le territoire d'Espezel il y a deux métairies importantes à l'écart du village au Nord.

Espezel 160 Métarie Montplaisir

Proche d'Espezel voici une vue aérienne d'une autre métairie, la métairie "Montplaisir" ( photo transmise par Vanessa d'Espezel)

Il faut savoir aussi :

- Que le premier bureau de poste du canton de Belcaire fut créé à Espezel en 1845. Il y avait aussi le siège de la gendarmerie qui s'y installa en 1800. Le village fut doté du télégraphe vers 1881.

- Qu'Espezel est un village étape (8ème étape sur 12 au total) sur le parcours du sentier cathare grande randonnée qui va de Port-la-Nouvelle dans l'Aude à Foix dans l'Ariège, soit 250 km de marche à pied dans un environnement superbe parmi les plus beaux sites de l'Aude.

- Qu'un enfant du pays, Louis Bès né le 7 juin 1905 à Espezel, a été finaliste du championnat de France de rugby en 1929 avec Lézignan. Il jouait demi d'ouverture (1,74m, 78 kg). Il exerçait la profession de minotier.

Espezel 09

Une nuit étoilée sur Espezel

Voici quelques photos anciennes d'Espezel qui ne vous laisseront pas indifférents :

Espezel 203 en 1905

Un dimanche de 1905 à Espezel devant le château

Espezel 206 en 1900

Espezel place de la poste en 1900, comparez avec la photo ci-dessous

Espezel 124

Espezel place du Pujol en 2013 anciennement place de la poste, comparez la avec celle ci-dessus.

Espezel 220 en 1910 place de la poste

Espezel place de la poste en 1910 aujourd'hui c'est la place du Pujol.

A l'époque le bureau de poste était jusque dans les années 1920, une vieille grange appartenant à un nommé "le Tambour".

Espezel 69

Espezel, Place du Pujol en 2013, la fontaine n'a pas bougé. Bel exemple d'authenticité !

Espezel 262 devant hotel Grau en 1905Espezel la Grand' Rue en 1905 (devant l'hôtel Grau)

Espezel 240 en 1905Espezel la Grand' Rue en 1905, à droite au premier plan, on aperçoit le café-boucherie d'Honorine de Tourrilles, à la devanture de laquelle on suspendait des quartiers de viande à des crochets, d'ailleurs on en voit sur la photo au-dessus de la tête des deux hommes.

Juste au-dessus toujours côté droit de la rue, c'est le café Farinau.

En face, côté gauche de la rue, c'est l'épicerie Pousse et au-dessus, la maison du "Faoure" dont les fenêtres sont protégées par des auvents en bois de sapin, on la voit mieux sur la photo ci-dessous.

On aperçoit aussi devant l'épicerie, le garde champêtre "La Béquille" avec son képi.

Espezel 241 en 1907Espezel la Grand' Rue en 1905-1907, le café Verdier, à la table de gauche avec le canotier c'est monsieur Sylvain Richard le patron de la scierie de Belfort-sur-Rébenty, à ses côtés se tiennent le facteur Jean-Baptiste Pousse et en chemise blanche le patron du café.

Question : le forgeron d'Espezel à cette époque, s'appelait-il  ZEPHIRAIN SALAVY  ? Si vous connaissez la réponse, contactez moi.

Marguerite Pujol d'Espezel apporte cette précision : " Elie Salavy (son petit fils ?) qui était le forgeron du village à une époque. On peut donc supposer qu'il avait succédé à son père et son grand père dans la profession. La forge se trouvait dans un local attenant à ma maison, rue du Rocata."

Espezel 217 en 1905 la place et la grande rueEspezel la place et la Grand' Rue en 1905, il y avait de l'animation à l'époque !

Espezel 259 en 1905

Espezel la Grand' Rue en 1905

Espezel 218 en 1910 grande rue et fontaineEspezel la Grand' Rue et la fontaine en 1910, à l'extrême gauche adossé au mur, le garde champêtre "La Béquille" avec son képi.

Avec le tablier blanc, c'est le boulanger "Urbain". Aujourd'hui la borne fontaine a été remplacée par un angelot que vous avez pu voir sur les photos précédentes.

Espezel 208 en 1935Espezel la Grand' Rue en 1935

Espezel 209 en 1935Espezel le Calcat en 1935

Espezel 211 en 1935Espezel le château et l'église en 1935

Espezel 228 entree du village en 1950Espezel l'entrée du village, le Calcat en 1950, comparez avec la photo ci-dessous

Espezel 229 entree du village en 1970Espezel l'entrée du village, le Calcat en 1970

Espezel 234 en 1955 rue principaleEspezel la Grand' Rue en 1955

 Espezel 257 en 1947  Espezel 221 en 1950 la grande rue

Photo de gauche, Espezel commémoration du 14 juillet en 1947. A droite, la Grand' Rue en 1950. (cliquez sur les photos pour agrandir)

Espezel 231 lacets route de Belfort en 1950Vue d'Espezel, les lacets de la route menant à Belfort sur Rébenty en 1950 (comparez avec la photo ci-dessous)

Espezel 238 Les lacets d'Espezel à Belfort en 1975

Vue d'Espezel, les lacets de la route menant à Belfort sur Rébenty en 1975

Espezel 237 vue panoramique en 1970

Une vue panoramique d'Espezel en 1970

Espezel 227 en 1970 et le pic Ourtiset

Une autre vue panoramique d'Espezel en 1970 avec au fond à gauche, le pic d'Ourtiset

Espezel 225 années 1970

Une carte postale rassemblant diverses vues d'Espezel dans les années 1970

Espezel 239 Proche d'Espezel Chateau les Cazelles en 2009Le petit château de Cazeilles, délabré proche d'Espezel sur la route de Belfort-sur-Rébenty "les Caselles", à cet endroit il y avait aussi un moulin et une mine. Photo prise par Alphons en août 2007.

 

J'ai réalisé un reportage sur la fête des moissons qui a eu lieu à Espezel en 2009, si vous désirez voir de quoi il s'agit, c'est ICI

Ainsi prend fin le reportage sur Espezel, sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article, à bientôt, l'aventure continue ...

AVIS ! Je recherche des photos de classe de l'année 1940 et des années entre 1963 et 1970 prises à Belcaire. Si vous en possédez contactez moi, vous ferez des heureux ! Et, si vous avez des photos anciennes prises dans d'autres villages du Pays de Sault, je me ferai un plaisir de les diffuser aussi. D'ailleurs j'ai reçu des photos de classe d'Espezel et je réaliserai bientôt un reportage intitulé "ESPEZEL, passé retrouvé ... acte 1"

Vous connaissez mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact : 

jp@belcaire-pyrenees.com 

 

Ainsi se termine ce reportage, en espérant qu'il vous aura intéressé, n'hésitez pas à laisser vos commentaires ... et revenez me voir !

Vous désirez être averti de la parution d'un nouvel article ? Inscrivez-vous sur la Newsletter ICI

Eh bien, voilà encore un beau reportage, qui mérite tous mes remerciements aux internautes photographes qui ont bien voulu partager et grâce à leurs clichés, permettent de documenter et de mettre en valeur ce reportage, que je réalise bénévolement pour la promotion d'une belle région : L'AUDE ! L'aventure continue ...qu'on se le dise !! 
Sachez qu'il est toujours possible d'y rajouter des infos, des photos, si vous en avez, contactez moi, je me ferai un plaisir de compléter l'article.

Voici mon adresse mail pour m'adresser vos documents ou prendre simplement contact   jp@belcaire-pyrenees.com 

Avant de quitter ce site et pour mieux y revenir, profitez-en pour consulter aussi les sommaires du menu, il y a de nombreux sujets variés, très intéressants et instructifs, allez-y,  jetez un oeil !

--------------------------------------

Votre aide est la bienvenue ! Vous désirez participer et me proposer des articles avec ou sans photo. Ce site c'est aussi le vôtre, utilisez cette opportunité. C'est l'occasion, vous voulez "partager" et faire découvrir votre village audois, la région, un itinéraire de rando, ou tout autre sujet qui vous tient à coeur, je me charge du montage et de la présentation sur le site ..., écrivez moimon adresse email pour me joindre est indiquée ci-dessus.

Il  y aura toujours quelque chose sur ce site qui vous surprendra et vous intéressera. Pour ne pas rater la publication des reportages, c'est simple, inscrivez vous sur la Newsletter, dans le menu de gauche ; pour vous inscrire c'est simple, tapez votre adresse mail et cliquez sur "inscrivez-vous". Je compte sur vous pour pulvériser le nombre des abonnés qui progresse de jour en jour !

  --------------------------------------

L'aventure continue ... avec vous, toujours de plus en plus nombreux et fidèles lecteurs.

  Julie logo janvier 2013 495x350

Partager cet article

Réalisé par Henri TOUSTOU / Jean-Pierre LAGACHE - dans DÉCOUVERTE
commenter cet article